Vous êtes sur la page 1sur 4

Un homme arrêté pour avoir giflé sa fille et menacé sa femme.

Un autre membre de la famille âgé de 16 ans a été témoin de la scène où la femme a


tenté de protéger l'enfant/ la mineur.

Des agents de la Police ont arrêté un homme de 47 ans sans casier judiciaire inconnu
des services de police, (accusé/ soupçonne) d'être prétendument l’auteur présumé
commis un épisode de mauvais traitements dans le milieu familial. Pour avoir giflé sa
fille de 13 ans pendant une dispute familiale et menacé de porter gravement atteinte à
l'intégrité physique de la mère de la jeune femme et son épouse.

D’après la déclaration de la police, une fois que la mère est intervenue pour protéger
le mineur, apparemment l'homme responsable de sa relation avec ce qui s'est passé
(l’homme l’aurait reproché ce qui s'est passé), c’est pourquoi il l'a agressée
verbalement en proférant de graves menaces contre elle. Sur les lieux des faits, se
trouvait un membre de la famille, un garçon de 16 ans, qui a été témoin de tout ce qui
s'est passé à ce moment.

Au cours des événements un appel qui a été reçu au commissariat a alerté la police sur
les faits qui développait le logement cité. Les agents se sont immédiatement rendus au
domicile familial et, après avoir recueilli des informations et pris certaines mesures
pour vérifier les faits, ils ont arrêté l'homme pour les agressions physiques et verbales
contre sa fille et sa femme.

La femme a été informée de ses droits de protection en tant que victime de violence
domestique et les enfants sont restés à la charge de la mère. Le mari, de sa part, a été
transféré dans le commissariat de police et mis par la suite à la disposition de la justice
en attendant une décision de justice.

Le propriétaire du bar arrêté pour avoir battu et volé un de ses clients


Le prevenu, qui avait la coopération d'un ami, a été arrêté par la « Garde civile ».

La Guardia Civil a arrêté le propriétaire d'un pub dans la zone métropolitaine de


Grenade et un de ses amis, âgés de 20 et 25 ans, pour avoir agressé et frappé jusqu’à
l’inconscience un client local qui avait bu toute la nuit sans payer. Après l'avoir battu,
son portefeuille et son téléphone portable ont été volés.
La victime a dû être évacuée inconsciente vers l'hôpital de traumatologie de Grenade à
la suite des coups reçus. Une fois sorti de l'hôpital, il a dénoncé à Pinos Puente que des
auteurs inconnus s'étaient approchés de lui par derrière et l'avaient battu pour lui
voler son portefeuille et son téléphone portable, car il ne se rappelait rien de ce qui
s'était passé dans le bar. Les événements rapportés se sont produits vers 6h le 27
octobre.
Condamné pour avoir fraudé 140 000 € d'entreprises du secteur alimentaire

L'audience de Grenade a condamné les Grenadiens, J.A.C.G. et J.A.C.C.A., à quatre ans


de prison pour avoir créé un centre de distribution alimentaire afin d'obtenir des
produits d'entreprises extérieures à Grenade avec l'intention de ne pas les payer ou de
retourner les marchandises. Les produits ont été évalués à 140.000 € et les entreprises
escroquées sont une trentaine.
Dans le jugement, rendu le 23 octobre et qui acquitte les autres prévenus du procès
pour ne pas avoir tenu compte de leur participation aux faits accrédités, le tribunal
considère les deux auteurs grenadiens d'un crime de fraude continue et leur inflige
également une amende de 900 €. Tous deux devront également indemniser la
compagnie d'assurance de certaines des compagnies concernées à hauteur de 72.377
€.

Selon le jugement, qui peut faire l'objet d'un appel, les deux défendeurs ont suivi les
traces de l'arnaque nazaréenne : "une société est créée avec un capital social
minimum, elle apparaît solvable en louant un entrepôt dans un parc d'activités, les
activités sont initiées en payant les premiers achats et un nombre important de
produits sont acquis avec paiement différé et, lorsque l'échéance non seulement le
prix ne sera plus payé mais la société et les biens auront disparu. L'accusation et les
défenses ont prétendu qu'il s'agissait d'un simple défaut civil résultant d'un manque de
liquidité, mais le jugement rejette cette thèse.
Les produits étaient principalement des conserves, mais il y avait aussi des fromages,
des ibériques, des liqueurs et des huiles. La société a été créée en octobre 2007 avec
un budget de 3000 € et était située à Cijuela.
Arrestado un hombre por abofetear a su hija y amenazar a su esposa
Otro familiar de 16 años presencio la escena, en la que la mujer trataba de proteger al
menor.

Agentes de la Policía Nacional detuvieron hombre, de 47 años de edad y sin


antecedentes policiales, acusado de la presunta autoría de un episodio de malos tratos
en el ámbito familiar, toda vez que en el transcurso de una discusión familiar propinó
una bofetada a su hija de 13 años y amenazó con causar un grave daño a la integridad
física de la madre de la joven y su esposa.
Según informó la policía del comunicado, una vez que la mujer intervino para proteger
a la menor, al parecer el hombre en la culpo de su relación con lo sucedido, por lo que
éste la agredió verbalmente profiriendo amenazas graves contra ella. En el lugar de los
hechos se encontraba comiendo de la familia, un joven de 16 años, que fue testigo de
todo lo acaecido en estos instantes.
Mientras se sucedió los acontecimientos, si recibió llamada en la sala de coordinación
policial del 091 alertando a la policía acerca de los hechos que se estaba desarrollando
la vivienda citada. Los agentes se personaron inmediatamente en el domicilio familiar
y, tras recabar información Y realizar ciertas gestiones para verificación de los hechos,
arrestaron al hombre por las agresiones físicas y verbales proferidas en el domicilio
familiar contra su hija y su esposa.
La mujer fue informada de sus derechos de protección como víctima de violencia en el
ámbito familiar Y quedó a cargo de sus tres hijos. El esposo, por su parte, fue
trasladado a dependencias policiales y puesto posteriormente a disposición de la
autoridad judicial a la espera de una futura resolución.

Detienen al dueño de un bar por golpear y robar a uno sus clientes


El acusado, que contó con la colaboración de un amigo, fue arrestado por la guardia
civil.

La Guardia civil ha detenido al dueño de un bar de copas del área metropolitana de


Granada y a un amigo suyo, de 20 y 25 años, por agredir hasta dejar inconsciente a un
cliente de local que estuvo bebiendo toda la noche sin pagar. Tras golpearle, le
robaron la cartera y el móvil.
La víctima tuvo que ser evacuada inconsciente hasta el hospital de traumatología de
Granada a consecuencia de los golpes recibidos. Una vez dijo el hospital, denunció en
el puesto de la guardia civil de Pinos Puente que autores desconocidos lo habían
abordado por la espalda Y le habían golpeado para robarle la cartera y el móvil, ya que
nos acordaba de nada de lo que había pasado en el bar. Los hechos denunciados
ocurrieron sobre las 6:00 del pasado 27 de octubre.

Condenados por estafar 140.000 € a empresas de alimentación

La audiencia de Granada ha a cuatro años de prisión a los granadinos, J.A.C.G y


J.A.C.A., por crear un centro de distribución de alimentos para obtener productos de
empresas de fuera de Granada con la intención de no pagarles ni devolverles la
mercancía. Los productos han sido valorados en 140.000 € y las empresas estafadas
rondan la treintena.
En la sentencia, dictada el pasado 23 de octubre y que absuelve a otros acusados en el
proceso por no considerar acreditada su participación en los hechos, el tribunal
considera a los dos granadinos autores de un delito de estafa continuada y les impone
asimismo una multa de 900 €. Ambos habrán de indemnizar además a la aseguradora
de algunas de las empresas afectadas con 72.377 €.
Según el fallo, que puede ser recurrido, los dos acusados siguieron todos los pasos del
timo del Nazareno: “se crea una empresa con un mínimo capital social, si aparenta
solvencia alquilando una nave en un polígono empresarial, se inician las actividades
abonando las primeras compras y se adquiere una importante cantidad de productos
con pago aplazado y, llegado el vencimiento no sólo no se abona el precio sino que la
empresa y las mercancías han desaparecido”. La fiscalía y las defensas alegaron que se
trataba de un mero incumplimiento civil fruto de la falta de liquidez, pero el fallo
rechaza esta tesis.
Los productos eran sobretodo conservas, aunque también había quesos, ibéricos,
licores y aceites. La empresa se constituyó en octubre de 2007 con un presupuesto de
3000 € y se ubicó en Cijuela.