Vous êtes sur la page 1sur 8

SOCIALISATION ET IDENTITÉ.

L'APPORT DE BERGER ET LUCKMANN À


TRAVERS « LA CONSTRUCTION SOCIALE DE LA RÉALITÉ »

Abdelhak Qribi

Groupe d'études de psychologie | « Bulletin de psychologie »

2010/2 Numéro 506 | pages 133 à 139


ISSN 0007-4403
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-bulletin-de-psychologie-2010-2-page-133.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Groupe d'études de psychologie.


© Groupe d'études de psychologie. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


bulletin de psychologie / tome 63 (2) / 506 / mars-avril 2010 133

Socialisation et identité. L’apport de Berger et Luckmann


à travers « la construction sociale de la réalité »
QRIBI Abdelhak*

La construction identitaire de l’homme moderne L’organisation du Soi est le fruit d’une conversation
peut être conçue comme un processus dynamique entre le Moi, qui désigne le pôle social et culturel
oscillant entre deux pôles contradictoires, celui de intériorisé, d’un côté et le Je qui, lui, réagit aux
la conformité à un ordre institutionnel des choses, le pressions de la société et pousse à l’élargissement
monde social intériorisé, d’une part, et celui de la des capacités d’expression de l’individualité de
différenciation, plus ou moins prononcée, vis-à-vis l’autre. « C’est la dialectique institué/instituant »
d’un tel ordre et d’un tel monde, affirmation d’un (Qribi, 2005, p. 131). Les sociologues Berger et
sujet, qui tente de s’arracher aux déterminations Luckmann forgent le concept de socialisation secon-
multiples qui fondent l’être social, d’autre part. daire et le mettent en tension avec la socialisation
La société moderne, sociologiquement conflic- primaire. C’est cette proposition qui retient notre
attention, car elle permet la mise en relief de la
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie
tuelle et structurellement plurielle, sur le plan des
manières d’être dans le monde et des programmes complexité de la construction identitaire. Celle-ci
de vérité, structurant les rapports à soi, à l’environ- devient tributaire d’un processus ouvert et pluriel.
nement humain et non-humain, l’individu est, de Une telle conceptualisation intéresse la psychologie,
plus en plus, appelé à prendre une part active dans dans la mesure où elle contribue, de manière origi-
la définition de soi, devenue ainsi un véritable enjeu nale, à introduire la dimension sociale et culturelle
existentiel. « comme une matrice dans laquelle se construit
l’organisation psychologique » (Berger, Luckmann,
Dans La construction sociale de la réalité, Berger 1966/1986, p. 15) et ancre les phénomènes de déve-
et Luckmann (1966/1986) proposent une théorie loppement identitaire dans des systèmes sociaux et
générale de la société, envisagée comme un culturels complexes, en tant que « milieu d’œuvres
ensemble de données construites par des acteurs et d’institutions, que le sujet utilise comme instru-
individuels et collectifs. S’inscrivant dans les pers- ments dans ses efforts d’adaptations aux situations,
pectives du constructivisme phénoménologique, [...] ils s’opposent entre eux et le divisent entre leur
élaboré par le sociologue de la connaissance Alfred sollicitations, présentes et passées » (Baubion-
Schütz (1967), les auteurs développent l’idée Broye, Malrieu, Tap, 1987, p. 436).
centrale selon laquelle la socialisation est, à la fois,
immersion dans un monde vécu et connaissance Mais, avant d’aborder ce thème central de la
forgée sur ce monde. Le constructivisme prôné ici socialisation et de la construction identitaire, inté-
n’est pas celui de Pierre Bourdieu, donnant la prio- ressons-nous, l’espace de quelques paragraphes, à
rité aux structures sociales qui ne peuvent se un concept de base, celui de la dialectique de l’arti-
confondre avec la conscience ou la volonté des indi- ficialité objective de la société et sa construction,
vidus, tout en orientant, néanmoins, leurs pratiques grâce à l’activité du sujet, laquelle s’inscrit dans un
et leurs représentations (1987), mais une perspective contexte de significations subjectives. Dit autre-
qui part des individus et de leurs interactions, à ment, et pour reprendre les mots des auteurs,
l’intérieur d’un système donné. D’un autre côté, du « comment se fait-il que les significations subjec-
point de vue qui nous occupe, celui des rapports tives deviennent des artifices objectifs ? » ou
individu-société et de la formation de l’identité, la encore « comment se fait-il que l’activité humaine
conceptualisation prend appui sur l’interaction- produise un monde des choses ? » (Berger, Luck-
nisme symbolique de George Herbert Mead mann, op. cit., p. 30).
(1934/1963) et l’approfondit. La formation de
l’identité, selon la théorie de G. H. Mead, est étroite-
* Laboratoire « Psychologie du développement et
ment liée au processus de socialisation qui la nourrit, processus de socialisation », Université de Toulouse Le
l’étoffe et l’oriente. Un tel processus est traversé Mirail, 5 allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse
d’une tension fondamentale entre la tendance à Cedex 9.
l’adaptation et la tendance à l’affirmation. <abdelhak.qribi@wanadoo.fr>
134 bulletin de psychologie

DE LA DIALECTIQUE DU SUBJECTIF « la réalité de la vie quotidienne n’est pas seule-


ET DE L’OBJECTIF, DE L’INDIVIDUEL ment constituée d’objectivations. Celles-ci forment
ET DU COLLECTIF également la condition sine qua non de son exis-
tence » (Berger, Luckmann, op. cit., p. 53).
Tout d’abord, si la réalité se donne à voir comme
enveloppée dans des significations humaines, cela En me permettant d’acquérir le stock de connais-
ne veut pas dire qu’elle se réduit à des représenta- sances ou de savoirs, selon la traduction de Dubar
tions. C’est, peut-être, pour éviter un tel malen- (2002) 1, tant d’ordre général, comme les règles de
tendu que les auteurs, dès la première page de société, que spécifiques, comme les compétences
l’introduction, définissent la réalité « comme une professionnelles particulières, le langage me fournit
qualité appartenant à des phénomènes que nous la clé de l’intégration sociale.
reconnaissons comme ayant une existence indépen- Institutionnalisation, légitimation et conser-
dante de notre propre volonté », et la connaissance vation
« comme la certitude que les phénomènes sont réels
et qu’ils possèdent des caractéristiques spécifi- Dans la mesure où « l’ordre social ne fait pas
ques » (Berger, Luckmann, op. cit., p. 7-8). Une partie de la “nature des choses”, [et qu’il] ne peut
des tâches essentielles du sociologue consiste à pas être dérivé des “lois de la nature” » (Berger,
mettre en relief les processus qui rendent le monde Luckmann, op. cit., p. 76), la question centrale
social aussi évident, aussi naturel. Cela conduit ces consiste, ici, à savoir comment l’ordre social, qui
auteurs à focaliser l’attention sur la vie quotidienne, est le produit de l’activité humaine, peut-il prendre
l’interaction sociale et le langage, d’une part, et sur de la consistance et se pérenniser ? Selon les
l’institutionnalisation et la légitimation sociale, auteurs, le phénomène d’« accoutumance », en tant
d’autre part. Autant de mécanismes et d’appareils que routine, véritable économie d’énergie, permet
d’intégration sociale. l’anticipation des comportements de l’autre. Il
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie
précède l’institutionnalisation. Celle-ci « se mani-
Le quotidien, l’interaction et le langage feste chaque fois que des classes d’acteurs effec-
Nous sommes, tous, immergés dans un quotidien tuent une typification réciproque d’actions habi-
que nous expérimentons de manière concrète et qui tuelles [...]. Chacune de ces typifications est une
s’impose à nous comme une réalité objective. « La institution » (Berger, Luckmann, op. cit., p. 78). La
réalité de la vie quotidienne s’organise autour du transmission lui donne de la consistance et « un
“ici” de mon corps et du “maintenant” de mon monde institutionnel, ainsi, est vécu en tant que
présent » (Berger, Luckmann, op. cit., p. 35). C’est réalité objective. » (Berger, Luckmann, op. cit.,
une donnée incontestable. Le quotidien n’est pas p. 86).
une hallucination, il est partagé avec d’autres et est En tant que production humaine, la société obéit à
perçu comme intersubjectif. L’interaction sociale, un processus d’extériorisation. « L’extériorisation et
dans une situation de face à face, illustre parfaite- l’objectivation sont des moments dans un processus
ment ce phénomène. L’autre m’est accessible et je dialectique continu », écrivent Berger et Luckmann
le suis tout autant pour lui. Cette expérience (op. cit., p. 87). Ceci étant, le monde social a besoin
commune se fonde sur le partage des codes ou plus d’être légitimé aux yeux des nouvelles générations,
exactement sur des typifications partagées : « la car la signification originelle des institutions leur est
réalité de la vie quotidienne construit des schémas inaccessible en tant que mémoire biographique. Le
de typification en fonction desquels les autres sont travail de socialisation consiste à affermir leur auto-
appréhendés et “traités” dans des rencontres en face rité et à valider leur vérité. Elles deviennent, ainsi,
à face » (Berger, Luckmann, op. cit., p. 47). limpides et allant de soi. Ce monde n’est pas un
La réalité sociale de la vie quotidienne est appré- monde parmi d’autres, il est intériorisé comme le
hendée dans un continuum de typifications, qui seul monde possible. En fait, plus « la conduite est
devient anonyme en fonction de la distance vis- considérée comme pré-donnée, au niveau de la signi-
à-vis de la situation type du face à face. Pour les fication, plus les alternatives possibles aux
auteurs de La construction sociale de la réalité, programmes institutionnels s’éloigneront et plus la
« la structure sociale est la somme totale de ces conduite elle-même sera prévisible et contrôlée »
typifications et modèles récurrents d’interactions (Berger, Luckmann, op. cit., p. 89).
établies au moyen de celles-ci. En tant que telle, la Le travail de légitimation est de la plus grande
structure sociale est un élément essentiel de la importance dans le processus de socialisation. C’est
réalité de la vie quotidienne » (Berger, Luckmann,
op. cit., p. 50). La transmission des typifications
s’effectue grâce au langage et son caractère coer- 1. Dans son ouvrage, La socialisation. Construction
citif. Il objective la subjectivité en la rendant lisible des identités sociales et professionnelles, l’auteur préfère
ou « rattrapable » pour l’autre. Le quotidien est traduire le mot knowledge par le mot savoir au lieu de
peuplé d’objectivations, qui le rendent réel. Mieux, connaissance (Dubar, 2002, p. 98).
bulletin de psychologie 135

lui qui construit, véritablement, le sens des choses selon les différentes traditions, compte tenu,
du monde social. La légitimation comporte une notamment, du caractère pluraliste des sociétés
double dimension, cognitive et normative : « la modernes. Celles-ci favorisent le scepticisme et
légitimation explique l’ordre institutionnel en l’innovation. « Quoi que les experts fassent, la
accordant une validité cognitive à ses significations situation pluraliste transforme non seulement la
objectives. La légitimation justifie l’ordre institu- position sociale des définitions traditionnelles de la
tionnel en offrant une dignité normative à ses impé- réalité, mais également la façon dont celles-ci sont
ratifs pratiques » (Berger, Luckmann, op. cit., maintenues dans la conscience de l’individu. »
p. 129). (Berger, Luckmann, op. cit., p. 171).
Il existe plusieurs niveaux de légitimation,
inégaux en complexité. Le premier réside dans des SOCIALISATION PRIMAIRE
objectivations linguistiques. Ainsi, « la transmis- ET SECONDAIRE
sion d’un vocabulaire de la parenté justifie ipso
facto la structure de parenté » (Berger, Luckmann, Sommairement, on peut dire que si la socialisa-
op. cit., p. 130). Le deuxième niveau comprend des tion primaire consiste en l’appréhension du monde
propositions théoriques élémentaires, comme les social, en tant que réalité signifiante, la socialisa-
adages et les proverbes : « comme on fait son lit on tion secondaire permet à l’individu, déjà socialisé,
se couche ». Le troisième niveau comprend des d’absorber de nouvelles réalités liées à son inves-
théorisations relatives à un champ de la vie sociale tissement dans de nouveaux secteurs de la vie
(droit et économie, par exemple). Enfin, le sociale. « La socialisation secondaire est l’intério-
quatrième niveau se situe dans des constructions risation de “sous-mondes” institutionnels ou basés
d’univers symboliques (mythologie, théologie, sur des institutions » (Berger, Luckmann, op. cit.,
sciences...), qui vont bien au-delà de la réalité p. 189).
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie
quotidienne, pour englober toute l’expérience La définition de la socialisation, formulée ainsi
humaine. « L’univers symbolique est conçu comme par Berger et Luckmann, reste classique. Mais,
la matrice de toutes les significations socialement rapidement, les auteurs en complexifient le
objectives et subjectivement réelles » (Berger, processus. La condition sociale et les idiosyncra-
Luckmann, op. cit., p. 133). sies des socialisateurs ont leur influence. Elles
Arrêtons-nous un instant sur cette dernière caté- impliquent un filtrage dans la réalité transmise.
gorie de légitimation et le problème de sa propre Ainsi, « l’enfant des classes inférieures absorbe-t-il
légitimation, car ceci renvoie à la question du une perspective propre à sa classe sur le monde
conflit des légitimités des ordres symboliques, tant social, mais selon une coloration idiosyncrasique
à l’intérieur de la société qu’entre sociétés diffé- donnée par ses parents (ou par tout individu qui
rentes. Pour Berger et Luckmann, l’univers symbo- s’occupe de sa socialisation primaire). En consé-
lique est, par définition, problématique. Sa trans- quence, l’enfant des classes inférieures finira non
mission et son incarnation sont sujettes à des seulement par habiter un monde très différent de
« variations idéosyncratiques ». Mais le problème celui des enfants des classes supérieures, mais aussi
qui sollicite le plus l’ordre social est celui des diffé- par se différencier de son voisin qui appartient
rences, quand elles sont portées par des individus, pourtant à la même classe que lui » (Berger, Luck-
voire des sociétés entières. Surgit alors la question mann, op. cit., p. 180).
du pouvoir. « La confrontation des univers symbo- Ceci étant, quel que soit l’horizon spécifique de
liques alternatifs implique un problème de significations dans lequel baigne l’enfant, la socia-
pouvoir : quelle est celle qui, parmi les définitions lisation primaire se caractérise par la quasi-auto-
conflictuelles de la réalité “collera” à la société ? maticité de ses identifications aux autres significa-
Deux sociétés s’affrontant avec des univers conflic- tifs. « On doit se tirer d’affaire avec les parents que
tuels développeront toutes les deux des machine- le destin nous a envoyés » (Berger, Luckmann, op.
ries conceptuelles destinées à maintenir leurs cit., p. 184). Inutile de revenir ici sur l’abstraction
univers respectifs. [...] La victoire de l’une ou de progressive qui fait passer l’enfant de la situation
l’autre, cependant, dépendra plus du pouvoir que singulière (maman est fâchée maintenant parce que
de l’innocence théorique des légitimateurs respec- je renverse la soupe), aux situations les plus géné-
tifs. » (Berger, Luckmann, op. cit., p. 149). rales (on ne renverse pas la soupe), ainsi que sur
Ce qu’il faut retenir ici, c’est l’idée que la maté- le rôle du langage, selon la théorisation de
riel de maintenance de l’univers le plus évolué a G. H. Mead. En revanche, nous retenons deux idées
lui-même besoin, face aux forces de la contesta- particulièrement fortes. La première intéresse la
tion, d’être continuellement maintenu ou renou- relative autonomie du sujet, par rapport aux
velé. L’univers symbolique change et ses change- contraintes sociales et la dynamique d’équilibre qui
ments sont pilotés par des individus ou groupes existe entre le sujet et la société. « La biographie
d’individus. Des divergences existent entre experts subjective n’est pas complètement sociale.
136 bulletin de psychologie

L’individu se perçoit lui-même comme étant à conceptuelles exceptionnelles et des dispositifs de


l’intérieur et à l’extérieur de la société. » (Berger, transformation relativement lourds. C’est le cas,
Luckmann, op. cit., p. 184). La seconde idée par exemple, de la conversion religieuse. « L’alter-
renvoie à la permanence de la socialisation, ce qui nation exige des processus de re-socialisation. Ces
relativise, en un sens, le poids accordé habituelle- processus ressemblent à une socialisation primaire
ment aux premières années de la vie des individus où ils doivent redistribuer de façon radicale les
et ouvre a priori le champ des réaménagements accents de réalité et dès lors reproduire à un degré
identitaires à l’adolescence et à l’âge considérable l’identification fortement affective au
adulte. « L’intériorisation de la société, l’identité et personnel de socialisation qui était caractéristique
la réalité ne sont pas des données définies une fois de l’enfance. » (Berger, Luckmann, op. cit.,
pour toutes, ni en une fois. La socialisation n’est p. 214).
jamais totale ni terminée » (Berger, Luckmann, op. Ces processus nécessitent un cadre objectif, sorte
cit., p. 188). de laboratoire, où l’on (re)travaille la personne,
C’est dire toute l’importance de la socialisation c’est-à-dire, disent ces auteurs, « une structure de
secondaire. Berger et Luckmann associent sa dyna- plausibilité », représentée en l’occurrence par la
mique aux acquisitions de nouveaux rôles dans le communauté religieuse. Parmi les outils, à la fois,
cadre de la division du travail. Mais le contenu de de la transformation et de la conservation des
ces acquisitions est, à leurs yeux, « bien moins acquis, la conversation, en tant que technique habi-
subjectif que la connaissance acquise aux cours de tuelle du maintien de la réalité subjective, a toute
la socialisation primaire. » (Berger, Luckmann, op. sa place. Mais la rupture biographique, « identifiée
cit., p. 195). Dans cet ordre d’idées, les auteurs à une séparation cognitive entre ténèbres et
donnent l’exemple suivant : « l’enfant plus âgé en lumière » (Berger, Luckmann, op. cit., p. 218),
vient à reconnaître que le monde représenté par ses nécessite un appareil de légitimation plus puissant
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie
parents, le même monde qu’il a précédemment et des opérations, qui soutiennent la désaffiliation
considéré comme pré-donné, est en fait le monde et la ré-affiliation. « La resocialisation correspond
des gens sans éducation, des classes inférieures, des à une rupture du nœud gordien du problème de
paysans du Sud » (Berger, Luckmann, op. cit., consistance par l’abandon d’une quête de consis-
p. 194). Cependant, poursuivent les auteurs, une tance et la reconstruction d’une réalité de novo »
telle crise, une telle confrontation, ne conduit pas (Berger, Luckmann, op. cit., p. 220).
nécessairement à des ruptures subjectives, dans la Si on laisse, maintenant, de côté, ce cas extrême
mesure où l’autre rencontré ne représente pas forcé- de resocialisation, pour s’intéresser au déroulement
ment un Autre significatif et que les rôles de la « ordinaire » de la socialisation secondaire, que
socialisation secondaire « sous-tendent un haut pouvons-nous observer quant à la question centrale
degré d’anonymat » (Berger, Luckmann, op. cit., du devenir identitaire, en lien avec les acquis de
p. 194). L’impact d’autrui, précisent-t-il, est l’enfance, dans un contexte de pluralité de défini-
variable selon les domaines d’application de la tions de la réalité ?
socialisation. Il en va différemment, par exemple,
« Nous avons affirmé que la socialisation ratée
de l’apprentissage de la mécanique ou de celui de
tend à soulever la question suivante : “qui suis-
la musique, compte tenu de leurs caractéristiques
je ?” » (Berger, Luckmann, op. cit., p. 232). Une
intrinsèques respectives. La musique « implique
telle interrogation est ouverte, à leurs yeux, quand
une identification beaucoup plus forte à un maestro
il y a absence de continuité et de cohérence dans
et une immersion beaucoup plus profonde dans la
la construction du monde intériorisé par le sujet.
réalité musicale » (Berger, Luckmann, op. cit.,
« L’“anormalité” devient une possibilité biogra-
p. 197).
phique si une certaine compétition existe entre les
Une telle position nous paraît discutable. La définitions de la réalité soulevant l’éventualité du
figure enseignante peut représenter un autre signi- choix entre ces dernières » (Berger, Luckmann, op.
ficatif, une figure, qui compte pour de bon et dont cit., p. 229). Dans ce cadre, les auteurs repèrent
le regard et les mots peuvent être décisifs dans trois situations. La première est celle d’une identi-
l’orientation d’une biographie, indépendamment du fication subjective ne correspondant pas aux
caractère intrinsèque de la discipline enseignée. En normes objectives (le garçon efféminé). Dans ce
d’autres termes, nous pensons que les identifica- cas, une thérapie individuelle pourrait suffire pour
tions s’inscrivent dans des dynamiques affectives, remettre les choses en ordre. La deuxième situation
qui ne relèvent pas de la description pédagogique. est celle d’une socialisation primaire, véhiculant
Selon Berger et Luckmann, « il faut plusieurs des visions du monde différentes, c’est le cas, par
chocs biographiques pour désintégrer la réalité exemple, de l’enfant « élevé non seulement par ses
massive intériorisée au cours de la prime enfance. » parents, mais aussi par une nurse recrutée parmi
(Berger, Luckmann, op. cit., p. 198). Il s’agit, en une minorité ethnique ou sociale. » (Berger, Luck-
fait, de cas extrêmes, nécessitant des machineries mann, op. cit., p. 230). Devenu grand, le sujet se
bulletin de psychologie 137

trouve confronté à un véritable choix identitaire, en cours de la socialisation, ne peut-on, alors, conclure
fonction des réalités assimilées. En effet, « si des que toute socialisation serait, par définition,
mondes contradictoires apparaissent au cours de la « ratée » ? C’est ce que souligne un sociologue
socialisation primaire, l’individu détient l’option de attaché à la compréhension de la complexité des
s’identifier à l’un de ceux-ci au détriment des trajectoires des individus, en rapport avec la multi-
autres, un processus qui, parce qu’il apparaît au plicité de ses expériences de socialisation : « sans
cours de la socialisation primaire, sera affective- introduire la notion (normative) de “ratée”, l’expé-
ment chargé à un haut degré » (Berger, Luckmann, rience de la pluralité des mondes a toutes les
op. cit., p. 234). La troisième situation est celle qui chances, dans nos sociétés ultra différenciées,
révèle des contradictions entre socialisation d’être précoce » (Lahire, 2001, p. 37). L’homologie
primaire et socialisation secondaire. Au cours de entre classes sociales et cultures est, également,
cette dernière, « des réalités alternatives surgissent loin d’être automatique ou parfaite. La diversité des
en tant qu’options subjectives » (Berger, Luck- matrices et des expériences de socialisation multi-
mann, op. cit., p. 233). L’issue d’une telle situation plie les répertoires culturels et les potentialités
réside dans deux possibilités. La première est celle identitaires du sujet. La sociologie s’intéresse, de
d’une « désidentification » subjective par rapport à plus en plus, à ces phénomènes d’écarts par rapport
la place occupée dans l’ordre social. En cas de aux « normes » supposées caractéristiques des
discordance entre ces deux dimensions, l’identité milieux sociaux, dans divers domaines, scolaires,
devient « imaginaire, objectivée en tant que “moi professionnels, culturels et éducatifs. L’irréductibi-
réel” à l’intérieur de la conscience de l’individu » lité de l’homme à une formule génératrice ou à un
(Berger, Luckmann, op. cit., p. 233). La seconde principe générateur, pour utiliser un vocabulaire
possibilité réside dans l’intériorisation des emprunté à Pierre Bourdieu, est de plus en plus
nouvelles réalités, mais sans véritable identifica- soulignée. Dans le cadre de cette évolution, les
tion, donnant lieu à des manipulations délibérées différences intra catégorielles intéressent tout
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie
et intentionnelles. autant que les tendances statistiques, dites lourdes,
Mais la gestion de la pluralité des définitions de et les cas singuliers retiennent l’attention, autant
la réalité devenant un problème général dans les que les situations globales ou collectives 2.
sociétés modernes, constatent les auteurs, elle Une deuxième ambiguïté réside dans la persis-
entraîne « des constellations spécifiques de la tance de certaines formulations qui peuvent faire
réalité et d’identités subjectives. La conscience penser à la non malléabilité des structures mentales
générale de la relativité de “tous” les mondes du sujet et de ses capacités de gestion de l’hétéro-
s’accroîtra, y compris celle de son propre monde gène et du contradictoire. « Il est évident, écrivent
qui est maintenant appréhendée subjectivement les auteurs, que la socialisation primaire est habi-
comme un “monde” plutôt que comme le monde » tuellement la plus importante pour l’individu, et
(Berger, Luckmann, op. cit., p. 234). que la structure de base de toute socialisation
secondaire doit ressembler à celle de la socialisa-
tion primaire » (Berger, Luckmann, op. cit.,
DISCUSSION CRITIQUE : APPORT, p. 180). On pourrait se demander si, derrière cette
LIMITES ET PROLONGEMENTS formulation, dans son utilisation du verbe
« devoir », ce n’est pas du monde tel qu’il est dont
La conceptualisation de Berger et Luckmann de
il s’agit, mais du monde tel qu’il devrait être, en
la socialisation et de la formation identitaire nous
rapport à une conception de l’identité réduite à
paraît plutôt ouverte, quant aux possibilités de
l’incorporation du social et reposant sur le condi-
restructurations individuelles et collectives. Le
tionnement, et moins sur l’activité subjective du
concept de socialisation secondaire permet de
prendre en considération des potentialités de créa-
tion et, donc, de non reproduction à l’identique. Il
s’inscrit dans un paradigme de l’interaction qui 2. En sciences de l’éducation, une telle direction de
remet, ainsi, en cause les effets irréversibles et recherche peut être illustrée par les travaux de l’équipe
de l’ESCOL qui, abordant la question de la réussite et
rigoureux de la socialisation primaire et met de l’échec scolaire, comme processus et expériences, met
l’accent sur la continuité du processus identitaire les notions d’historicité, de singularité et d’identité
tout au long de la vie. Cependant, certaines ambi- personnelle, au cœur de la démarche explicative. L’orien-
guïtés appellent des critiques. Qualifier la sociali- tation théorique de l’équipe affirme : « Certes l’individu
sation primaire de « ratée » dans un contexte socio- se construit dans le social mais il s’y construit au cours
culturel fondamentalement hétérogène et de son histoire comme singulier. [...] Mais cette singula-
rité se construit dans une logique spécifique, celle de
idéologiquement en compétition, nous paraît para- l’identité personnelle, celle de la subjectivité, logique
doxal. Si le monde moderne est, effectivement, irréductible à “un reflet” ou même à “l’intériorisation”
caractérisé par la pluralité des définitions de la des conditions sociales. » (Charlot, Bautier, Rochex,
réalité et des programmes de vérité, rencontrée au 1992).
138 bulletin de psychologie

sujet et de sa dynamique de gestion des contradic- de l’analyse sociologique, est affirmé, chez bien
tions des institutions et de la disparité des impré- d’autres chercheurs, comme Dubar (2002), dans
gnations idéologiques et des sollicitations affec- son étude des identités sociales et professionnelles,
tives ? Costalat-Founeau (1995) formule la même que chez Dubet (1994), dans sa sociologie de
observation, en se demandant si le présupposé théo- l’expérience sociale. Cependant, si une telle affir-
rique des auteurs ne réside pas dans « la réduction mation est effectivement séduisante, elle « laisse
de la construction identitaire à une intégration ouvert le problème des processus de construction
sociale reposant non plus sur l’objectivation sociale de cette subjectivité et des significations que pren-
mais sur la prescription qui conditionne la sociali- nent pour les sujets leurs actes » (Baubion-Broye,
sation, le sujet se constituant comme “un prisonnier 1998, p. 21). De même, la spécificité des régula-
légitimé” ». En ce sens, si l’idée relative aux possi- teurs subjectifs internes, c’est-à-dire les efforts
bilités de distanciation du sujet, par rapport aux d’unification d’une histoire aux ancrages multiples,
structures sociales et à ses chances de s’instituer de recherche d’idéaux, légitimant les conduites et
comme instituant, est bien présente dans le déve- sous-tendant l’autonomie, les restructurations
loppement de Berger et Luckmann, les auteurs ne multiples permettant au sujet de s’« identiser » à
paraissant pas parvenir à en tirer toutes les conclu- travers une articulation du sens, des positionne-
sions. Cette remarque ouvre la réflexion sur la ments culturels et des projets, de telles dimensions
complémentarité entre sociologie et psychologie. nous inclinent à souligner, à la fois, l’interdépen-
En effet, si la caractérisation de la société moderne, dance des structures sociales et des structures
comme ouvrant des espaces de jeu et de liberté, où psychiques et le rôle majeur des activités de person-
les identifications se diversifient est bien souligné nalisation, dans la transformation des conditions
dans la sociologie actuelle 3, les enjeux psychoso- individuelles et sociales d’existence.
ciaux et les processus internes de l’« identisation » Enfin, une dernière limite conceptuelle se dessine
et de la personnalisation requièrent un outillage
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie
derrière les illustrations empiriques concernant la
conceptuel spécifique. La question du lien entre le gestion de la pluralité des définitions de la réalité.
psychique et le social exige un positionnement Berger et Luckmann semblent mettre l’accent
épistémologique adéquat. Dans cette perspective, davantage sur l’exclusivité ou les choix radicaux,
on peut mentionner, à titre illustratif, l’effort scien- que sur les combinaisons nombreuses que peuvent
tifique de Lahire, dans l’édification d’une « socio- effectuer les sujets pour construire leurs formules
logie psychologique ». Son intérêt, pour les cas culturelles et se personnaliser, en fonction de leur
singuliers, affirme t-il, lui permet de retrouver « en subjectivité et de leurs conditions de vie objectives.
chacun d’eux l’espace social froissé, chiffonné » et Les travaux de Camilleri et du courant des straté-
de découvrir « ces multiples opérations de plisse- gies identitaires (1990a) illustrent cette direction de
ment constitutives de chaque acteur individuel, aux recherche. Ils mettent en relief une pluralité de
froissements toujours particuliers qui font de positionnements, en fonction de paramètres histo-
chaque acteur à la fois un être relativement singu- riques, socioculturels, situationnels et aussi des
lier et un être relativement analogue à de multiples facteurs de personnalité, des intentions et des
autres » (Lahire, 2001, p. 344). Cependant, cette projets des acteurs. Le passage de l’identité « adhé-
métaphore du plissement social, comme moyen de rence », à l’identité « adhésion », réalisé sous la
compréhension du rapport entre l’individu et la pression à « l’effectuation identitaire », va de pair,
société, entre le subjectif et l’objectif, nous paraît avec les possibilités et les capacités de se défaire
discutable. Elle l’est, dans la mesure où elle semble des déterminations sociales, culturelles et symbo-
conduire à la réversibilité des processus sociaux et liques (Camilleri, 1991, p. 77). Perçues comme
des processus psychiques. Or, admettre l’insépara- transcendantes, ces formations sont en permanence
bilité de telles dynamiques, n’implique pas forcé- réinventées par les individus. « Si bien qu’il revient
ment une correspondance, présentée, du coup, légitimement à la psychologie de décrire et analyser
comme évidente. En effet, outre la particularité ces opérations de constitution par le subjectif de
« du travail d’appropriation et de construction, l’au-delà du subjectif », c’est-à-dire l’appropriation
effectué par l’apprenti ou l’héritier » (Lahire, 1995, de la culture dont « il faudra étudier la germination
p. 227), la question du sens, toujours subjectif, que et les évolutions chez tout un chacun » (Camilleri,
donnent les sujets à leurs situations et à ce qui leur 1990b, p. 9-10).
arrive, reste ouverte. Cet impératif épistémologique
d’intégration de la dimension subjective, au cœur En somme, si l’apport théorique de Berger et
Luckmann nous parait riche et stimulant quant à
l’intelligence des conduites humaines, dans la
3. François de Singly (2003, p. 33) écrit, en ce sens,
mesure où il les resitue dans le champ large des
que « la modernité a inventé un mode d’héritier qui n’est institutions sociales et des milieux qui les voient
pas le mode traditionnel puisque l’individu se donne le naître, les façonnent et les orientent, c’est, notam-
droit d’élire son héritage ». ment, sur le terrain de l’autonomie relative du
bulletin de psychologie 139

sujet, par rapport à ces mêmes institutions et imaginant des possibles, prenant des initiatives,
milieux, ce qu’elle implique psychologiquement et conciliant, le temps d’une vie, la multiplicité des
socialement et son appréhension scientifique, que appartenances, agissant dans le processus
nous avons situé la discussion. En effet, si la complexe d’engagement et de dégagement identi-
sociologie tend, aujourd’hui, à introduire l’acteur
ficatoire, (re)définissant ainsi son identité, une
individuel et/ou collectif dans l’analyse des
conduites humaines et du changement social, la telle question demeure ouverte et appelle un appa-
question du sujet, aux prises avec les contradic- reillage conceptuel qui tienne compte de la dialec-
tions du monde social et les sollicitations idéolo- tique du psychique et du social et de la spécificité
giques, tentant de les objectiver, de les dépasser, des dynamiques intrapersonnelles.

RÉFÉRENCES

BAUBION-BROYE (Alain), MALRIEU (Philippe), TAP COSTALAT-FOUNEAU (Anne-Marie).– Représentation


(Pierre).– L’interstructuration du sujet et des institutions, sociale, représentation de soi. Une question épistémolo-
Bulletin de psychologie, 40, 379, 1987, p. 435-447. gique, Papers on social representations, 4, 1, 1995
BAUBION-BROYE (Alain).– Événements de vie, transi- [http://www.psych.lse.ac.uk/psr/
tions et construction de la personne, Ramonville Saint- PSR1995/4_1995Costa.pdf].
Agne, Éres, 1998. DUBAR (Claude).– La socialisation. Construction des
BERGER (Peter), LUCKMANN (Thomas).– The social identités sociales et professionnelles, Paris, Armand
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 177.126.10.92 - 25/05/2020 00:33 - © Groupe d'études de psychologie
construction of reality. A treatise in the sociology of Colin, 2002.
knowledge [1966], trad. fr. La construction sociale de la DUBET (François).– Sociologie de l’expérience, Paris,
réalité, Paris, Armand Colin, 1986. Seuil, 1994.
BOURDIEU (Pierre).– Choses dites, Paris, Minuit, 1987. LAHIRE (Bernard).– Tableaux de famille. Heurs et
malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Seuil,
CAMILLERI (Carmel).– Identité et gestion de la dispa-
Gallimard, 1995.
rité culturelle, dans Camilleri (C.), Kastersztein (J.),
Lipiansky (R.-M.), Malewska-Peyre (H.), Stratégies LAHIRE (Bernard).– L’homme pluriel, Paris, Nathan,
identitaires, Paris, Presses universitaires de France, 1998.
1990a, p. 85-110. MEAD (Georges Herbert).– Mind, self and society
CAMILLERI (Carmel).– Préface à Clanet (C.), L’inter- [1934], trad. fr. L’esprit, le soi et la société, Paris, Presses
culturel, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, universitaires de France, 1963.
1990b, p. 9-12. QRIBI (Abdelhak).– Socialisation et identité. L’apport
CAMILLERI (Carmel).– La construction identitaire : de Mead (G. H.) ou la conversation du « Je » et du
essai d’une vision d’ensemble, Les cahiers internatio- « Moi », Empan, 58, 2005, p. 129-132.
naux de psychologie sociale, 9-10, 1991, p. 77-90. SCHÜTZ (Alfred).– The phenomenology of the social
CHARLOT (Bernard), BAUTIER (Elisabeth), ROCHEX world, Evariston, North Western university press, 1967.
(Yves).– École et savoir dans les banlieues et ailleurs, SINGLY (François de).– Les uns avec les autres. Quand
Paris, Armand Colin, 1992. l’individualisme crée du lien, Paris Armand Colin, 2003.