Vous êtes sur la page 1sur 9

Corrigé des exercices de l’examen du 18 janvier 2008

(Les N° de page font référence au livre « Physique » de E. Hecht)

Q1. Un proton (de masse m = 1.6 10-27 kg et de charge q = 1.6 10-19 C), initialement au repos, est
accéléré par une différence de potentiel ΔV = 106 V. Au sortir de cet accélérateur, il entre dans
un champ magnétique B = 0.2 T perpendiculaire à sa vitesse.
a) Que vaut le module de sa vitesse au sortir de l’accélérateur ?
b) Que vaut son accélération dans le champ magnétique ?
c) Que vaut le rayon de sa trajectoire dans le champ magnétique ?
d) Un ion He+ (dont la masse vaut quatre fois celle du proton) est accéléré dans les mêmes
conditions. Que vaut le rayon de sa trajectoire dans le champ magnétique ?
e) Un ion He++ est accéléré dans les mêmes conditions. Que doit valoir le champ magnétique B
pour que le rayon de sa trajectoire soit égal à 0.5 m ?

2 q p ΔV 2(1, 6 ⋅10 −19 C)(106 V)


a) (p. 687) EPE = q p ΔV = Ec = m p v ⇒ v =
1 2
= −27
= 1, 4 ⋅107 m/s
2
mp 1, 6 ⋅10 kg
FM q p vB sin θ (1, 6 ⋅10−19 C)(1, 4 ⋅107 m/s)(0, 2 T) sin 90°
b) (p. 808) a = = = = 2,8 ⋅1014 m/s 2
mp mp 1, 6 ⋅10−27 kg

(1, 6 ⋅10−27 kg)(1, 4 ⋅107 m/s)


mpv
c) (p.810) R = = = 0, 7 m
qp B (1, 6 ⋅10−19 C)(0, 2 T)
d) (pp.687 et 810)
2q p ΔV 1
vHe+ = = 2 vp
4m p
4m p ⋅ 12 v p
RHe+ = = 2 R p = 1, 4 m
qp B
e) (pp. 687 et 810)
4q p ΔV
vHe++ = = 12 v p
4m p
4m p ⋅ 1
vp (1, 6 ⋅10−27 kg)(1, 4 ⋅107 m/s)
B= 2
= 2 = 0, 4 T
2q p R (1,6 ⋅10−19 C)(0,5 m)
Q2. Une bille de masse M (10 g) porte une charge négative Q1 ( - 2.10-7 C ). Elle peut se déplacer
librement sur un rail incliné faisant un angle de 30° avec l'horizontale. Une autre bille portant
une charge négative Q2 ( - 4.10-7 C ) est fixée au bas du rail. Trouver la distance séparant les
deux billes à l'équilibre.

Les composantes de la force de Coulomb (FC ; p.653) et de la force gravitationnelle (FG) sont
compensées le long de la pente.

q1q2 kq1q2 (9, 0 ⋅109 N×m 2 /C2 )(−2, 0 ⋅10−7 C)(−4, 0 ⋅10−7 C)
k = mg sin 30°⇒ r = = = 12,1cm
r2 mg sin 30° (0, 010 kg)(9,81m/s 2 )(0,5)
Q3. L'axe d'une bobine de 20 tours et d’aire initiale S0 = 10 cm² est orienté parallèlement à un
champ magnétique uniforme d’intensité B0 = 0.5 T.
La surface de la section de la bobine est réduite de moitié par écrasement tout en maintenant son
axe parallèle au champ magnétique. La diminution de la surface au cours du temps est donnée
par : S(t) = S0.(2 - t³/6).
Après une période de repos de 2 secondes, l’intensité du champ magnétique qui passe à travers
la bobine écrasée est augmentée pendant 1 seconde selon la relation :
B(t) = B0 (1 + 2.t²).
Calculer la variation de la force électromotrice induite E au cours du temps et représenter
graphiquement E (t) en fonction de t.

d ΦM
(p. 835) E = − N
dt
Intervalle de temps :
t03
S( t0 ) = S0 = S0 ⋅ ( 2 − ) ⇒ t0 = 3 6 = 1,8s
6
S t3
S( t1 ) = 0 = S0 ⋅ ( 2 − 1 ) ⇒ t1 = 3 9 = 2,1s
2 6
Pendant cet intervalle :
dS (t )
E (t ) = −20 ⋅ B0 = −20 ⋅ B0 ⋅ ( − 12 S 0t 2 )=20 ⋅ (0,5 T)[ 12 (0 , 001m 2 ) ⋅ t 2 ]=(0,005 ⋅ t 2 ) V
dt
NB. E (1,8s) = 0,005.(t)2 = [0,005.(1,8 s)2] V = 16,2 mV et E (2,1 s) = [0,005.(2,1 s)2] V = 22,1 mV

Le flux est constant dans l'intervalle 2,1 Æ 4,1 s donc E (t) = 0V

Dans l'intervalle de temps 4,1 Æ 5,1 s :


S dB (t )
E (t ) = −20 0 = −10 ⋅ S 0 ⋅ (4 B0 ⋅ t ) = −40 ⋅ (0.001m 2 )(0.5T)t = −(0.02 t ) V
2 dt
NB. E (5,1 s) =-0,02 Δt = -[0,02.(1 s)] V = -20 mV
Q4. Soit une région de l'espace où règne un champ électrique homogène vertical, dirigé vers le
haut et d'intensité 90 V/m (On néglige les effets de la pesanteur).
a) Quelle est la différence de potentiel V2 – V1 entre les points P1 de coordonnées
(5 m, 3 m, 2 m) et P2 de coordonnées (6 m, -1 m, 6 m) ?
b) Quelle énergie faut-il dépenser pour déplacer une charge de - 5.10-5 C de P1 à P2 ?
c) Une charge de 10-4 C se déplace le long de l'axe z. Son énergie cinétique est de 3.10-2 J quand
elle passe par l'origine. Que vaut son énergie cinétique 5 mètres plus haut ?

a) (p. 691) V2 − V1 = ± Ed où d est la distance parallèle au champ (sur l'axe z)


V2 − V2 = ±(90 V/m)(6 m − 2 m) = ±360 V
b) EPE = qΔV = (−5 ⋅10−5 C)(−360 V) = 18 mJ
c) perte d'énergie potentielle : EPE = qΔV = q(− Ed ) = (10−4 C)[−(90 V/m) ⋅ 5 m] = −45 mJ
Æ gain d'énergie cinétique : Ec = 30 mJ + 45 mJ = 75 mJ
Q5. Le volume d'une sphère isolante de rayon R1 est uniformément chargé (charge totale Q).
Elle est concentrique à une sphère creuse de rayon intérieur R2 et de rayon extérieur R3. Cette
sphère creuse est métallique et à l’équilibre (le champ électrique à l’intérieur du métal est nul).
L’ensemble, placé sous vide, est schématisé ci-dessous.
Les données numériques sont les suivantes : Q = -2 nC, R1 = 1m, R2 = 2m, R3 = 3m.

a) Dessiner le vecteur champ électrique au point B.


b) Utiliser le théorème de Gauss pour évaluer le module du champ électrique à la distance R1 du
point O.
c) Utiliser le théorème de Gauss pour évaluer le module du champ électrique au point C se
trouvant à 1.5 m du point O.
d) Tracer le graphique de la dépendance E(x) du champ électrique entre les points O et D.
e) Déterminer la charge électrique répartie à la surface interne de la sphère métallique.

R3

R2

R1
O C D x

JG
a) Q<0 Æ E pointe vers O

JG JG Q
b) (p. 674) Φ E = v∫ E ⋅ d S = Æ en prenant une surface de Gauss sphérique de rayon R1 centrée sur
ε0
Q Q −2 ⋅10−9 C
O: 4πR12 E = ⇒ E ( R1 ) = = = −18N/C
ε0 4πR12ε 0 4π ⋅ (1m)2 .(8,85 ⋅10−12 C 2 /N ⋅ m 2 )
Q −2 ⋅10−9 C
c) E (d ) = = = −8N/C
4πd 2 ε0 4π ⋅ (1,5 m) 2 .(8,85 ⋅10−12 C2 /N ⋅ m 2 )
d) De O à R1 (dans la sphère isolante):
4 3
πx ρ
3 xρ Q
4πx E =
2
⇒ E ( x) = où ρ = (densité volumique de charge)
ε0 3ε 0 4 ³
πR1
3
De R1 à R2:
Q
E ( x) =
4πx 2 ε 0
De R2 à R3 : E(x) = 0 N/C (dans la sphère conductrice les surfaces sphériques de Gauss englobent une
charge totale nulle: charge négative de la sphère intérieure isolante égale à la charge positive de la
surface intérieure de la sphère conductrice)
Q
De R3 à D : E ( x) = (les sphères de Gauss englobent la charge négative de la surface extérieure
4πx 2 ε 0
de la sphère conductrice)

e) (p. 656) Par influence électrostatique la charge sera égale à –Q Æ +2.10-9 C


Q6. Considérons le circuit suivant comportant trois condensateurs de 3nF chacun, une self
variable L , une self de 30 mH, une résistance de 25 Ω et une source de courant alternatif
sinusoïdal de tension efficace de 220V et de fréquence 50 kHz:

L’interrupteur S étant ouvert :


a) Calculer la valeur de L pour laquelle le circuit est en résonance. Que vaut alors le courant
effectif ?
b) Calculer la tension maximale aux bornes d'un des condensateurs lorsque le circuit est en
résonance.
L'interrupteur S étant fermé :
c) Donner l'expression analytique de la tension aux bornes de la résistance.
d) Qu’observe-t-on si la fréquence du générateur diminue ? si la fréquence du générateur
augmente ?

a)
1 1 1 1 1 1 1
Capacité equivalente (p. 709): = + + = −9
+ −9
+ −9
⇒ Ceq = 10−9 F
Ceq C1 C2 C3 3 ⋅10 F 3 ⋅10 F 3 ⋅10 F
Circuit en résonance (p. 881):
1 1 1
f0 = ⇒ Leq = = = 10,1mH
2π Leq Ceq (2πf 0 ) Ceq (2π ⋅ 50.000 Hz) 2 ⋅10−9 F
2

1 1 1 1 1
= − = − ⇒ L = 15 mH
L Leq l 0, 0101H 0, 03 H

b) (pp 881 et 874) A la résonance Z = R donc :


Veff 220 V
I eff = = = 8,8 A
R 25 Ω
2 I eff 2 I eff 2.8,8 A
Vmax = 2 I eff ⋅ Z = = = −9
= 13, 2 kV
Cω C 2πf 0 (3 ⋅10 F)2π(50.000 Hz)
c) (pp. 868 et 879)
vR (t ) = RI max sin(ωt )
Veff
I max = 2 I eff ; I eff = ; Z = R 2 + ( Leq ω) 2
Z
2Veff R
⇒ vR (t ) = sin(ωt )
R 2 + ( Leq ω) 2
d)
ω2 ⇒ Leq ω  R ⇒ vR (t ) → 2Veff sin(ωt )
ω/ ⇒ Leq ω  R ⇒ vR (t ) → 0 V