Vous êtes sur la page 1sur 3

Topographie

1 Généralités
C’est la science de la représentation graphique et cartographique des reliefs naturels et artificiels  à partir de relevés de terrain ou de
signaux électromagnétiques (télédétection satellitaire).
D’après son étymologie, le mot « topographie » correspond à la description détaillée d’une région (le mot grec topos signifiant
« lieu » et graphein « écrire »). Cette description d’une région se traduit par une représentation graphique et cartographique précise du
lieu sur des supports divers, généralement des cartes ou des plans.
La topographie est une science pluridisciplinaire associant la géographie, la géologie, l’astronomie, les mathématiques (géométrie,
trigonométrie) et la physique.
La topographie est aussi directement liée à la topométrie, par la mesure des angles et des distances.

2 Importance et nécessité de la topographie


Il est important de faire une représentation à l’échelle du terrain sur des documents (carte, plan…), qui servirons par la suite :
 Pour avoir une idée générale du terrain ( travaux géographiques)
 Pour l’étude des projets (voies de communications, eau, rail, pipe line...)
 Equipement d’un pays (eau, électricité…)
 Amélioration urbaine (aménagement, prévision d’extension…)
 Amélioration rurale (drainage, irrigation…)
 Délimitation de propriété (travaux judiciaires)
 Pour permettre certain calculs (retracement, cubature…)

3 Différents relevés topographiques


C’est l’ensemble des sciences et des techniques de mesure servant à déterminer et à tracer la forme, l'étendue et la position des
formes du relief et des points remarquables à la surface du sol ou dans le sous-sol, ainsi que les limites des propriétés foncières et des
bâtiments qui y sont édifiés. Les limites des parcelles foncières sont enregistrées sur le cadastre ; la topographie des formes du relief et
des points remarquables naturels ou artificiels apparaît sur les cartes. La construction des principaux ouvrages de génie civil (barrages,
ponts, voies ferrées, routes, etc.) nécessite aussi la mise en œuvre des techniques de la géodésie.

a) La géodésie
C’est une science qui s’occupe de la représentation de vaste terrain (continents, région…)
Elle doit alors tenir compte des surfaces courbées de la sphère céleste.
Les travaux du géodésien aboutissent à la confection de cartes représentées à petite échelle.

b) La topographie
C’est une science qui s’occupe de la représentation de terrain plus restreint (commune, parcelle, lotissement…)
Les dimensions de son champ de travail qui n’excède généralement pas 250km², lui permettent de négliger les surfaces courbées du
globe.
Les travaux du topographe aboutissent à la confection de cartes représentées à grande échelle.

La topographie cadastrale
Le plan est à grande échelle, de 1/500 à 1/5000, de sorte que les détails peuvent y être représentés rigoureusement à l’échelle.
Le plan cadastral, quant à lui, délimite à échelle les parcelles de terre et indique ainsi l’étendue des biens fonciers.

c) La topographie aérienne
Des méthodes aéroportées permettent également de réaliser des cartes spatiales (photogrammétrie). La photographie aérienne et
l’emploi de techniques sophistiquées (radar, satellites artificiels) font désormais partie intégrante du processus d’élaboration de cartes
topographiques.
d) La topographie sous terraine
Elle permet de déterminer la superficie et les limites des concessions minières. Pendant les opérations d'exploitation et de
construction des galeries, les relevés assurent la localisation des structures souterraines horizontales et verticales, l'aménagement des
puits et l'orientation des galeries. C'est en fait un cheminement en trois dimensions, qui ne diffère pas beaucoup des relevés
topographiques de surface.

4 MÉTHODES DE RÉALISATION DES CARTES TOPOGRAPHIQUES


Diverses méthodes permettent de réaliser des cartes topographiques à partir de la détermination des coordonnées de points. La
mesure de distances et d’angles est nécessaire pour réaliser ces cartes. Dans le passé, les mesures étaient difficiles à réaliser, longues
et peu précises, généralement effectuées à partir de points spécifiques, avec des moyens limités (nombre de tours de roue ou de pas).
Dans une zone locale, des appareils topométriques permettent de définir les altitudes, soit par nivellement direct ou géométrique
(mesures successives de différence d’altitude par rapport à un point connu, à partir de mires et d’un niveau optique), soit par
nivellement indirect ou trigonométrique (calcul de la distance oblique entre deux points et de l’angle avec l’horizontale, à l’aide d’un
appareil nommé théodolite).

5 INSTRUMENTS DE TOPOGRAPHIE

1
Des mesures linéaires horizontales sont effectuées à l'aide de règles ou de rubans gradués et parfois, électroniquement, par le
chronométrage du parcours des ondes lumineuses ou radio-électriques entre deux points. Des mesures verticales linéaires sont
effectuées à l'aide d'une mire verticale graduée déterminant les dénivellations. La chaîne d'arpenteur, télescope monté sur trépied et
équipé d'une bulle et d'un fil en croix, est utilisée pour visualiser les graduations sur la mire. Les angles horizontaux ou verticaux sont
mesurés par un théodolite, télescope monté sur trépied et équipé d'un réticule à fils en croix dont les cercles gradués indiquent les
angles en degrés, minutes et secondes.
Les appareils électroniques de mesure des distances, en constante amélioration, peuvent donner des résultats extrêmement précis. Des
appareils électroniques de mesure d'angle sont également développés. Les théodolites pourvus d'un microscope de lecture permettent
d'augmenter le grossissement ; de la sorte, sont-ils plus petits tout en étant plus précis (ils peuvent mesurer les centièmes de seconde
d'un arc). Un modèle automatique de chaîne d'arpenteur, utilisant le pendule ou la réflexion de la lumière à la surface d'un liquide, est
également utilisé à la place de la bulle pour déterminer les différences de dénivelé.

PLANIMÉTRI
6 E
La planimétrie est l'étude géométrique des aires planes (petite parcelle de terre, plan d'eau). Les relevés sont généralement effectués et
calculés sur une grille rectangulaire horizontale d'orientation nord-sud et est-ouest. À partir d'un point, ou d'une position donnée, dont
les coordonnées sont connues ou attribuées, on mesure la distance horizontale jusqu'à un autre point, puis à un autre point proche et
encore à une succession de points, pour se rapprocher du point d'origine ou de tout autre point dont les coordonnées sont connues. Cet
ensemble de lignes ou de projections forme un cheminement. Les angles horizontaux entre les projections successives sont mesurés,
en chaque point, à l'aide d'un théodolite (goniomètre).

Notions sur les cartes et la cartographie


Une carte est une représentation graphique d’une réalité géographique. Une carte peut être topographique (elle décrit des lieux) ou
thématique (elle utilise alors des données démographiques, climatiques, économiques, etc.).
La réalisation d’une carte topographique passe d’abord et avant tout par un relevé précis sur le terrain (au sol ou par photographie
aérienne) des points géographiques et des relations entre ces points : c’est un relevé topographique.

Les informations sur une carte (légende)


Sur une carte topographique générale, on trouve des symboles graphiques qui permettent de représenter et de visualiser de
nombreuses informations telles que les villes, les capitales, les cours d’eau, les sommets montagneux, les frontières, etc.

Echelle d’une carte 


Une carte topographique représente une portion d’espace qui peut aller d’un hectare
(100 m sur 100 m) à l’ensemble du globe terrestre (environ 40 000 km de
circonférence). Pour faire tenir sur une feuille de papier des distances aussi différentes
(soit très petites, soit très grandes), il faut utiliser un moyen mathématique : l’échelle.
L’échelle permet de réduire les distances réelles relevées sur le terrain pour les représenter sur une carte. Le cartographe adopte pour
cela une unité de valeur numérique.
Par exemple, si l’échelle choisie est de 1/25 000, 1 cm sur la carte est égal à 25 000 cm (ou 250 m) sur le terrain ; dans ce cas, pour
dessiner une route de 1 km, il faudra dessiner un trait de 4 cm sur la carte.
L’échelle d’une carte varie en fonction de la taille de l’objet à représenter, qui peut donc être un village, un département, un pays, un
continent ou même la Terre. Une carte à grande échelle représente de petites distances, tandis qu’une carte à petite échelle
représente de grandes distances : par exemple, sur une carte à grande échelle, 1 centimètre sera égal à 250 mètres (échelle au
1/25 000), mais sur une carte à petite échelle, 1 centimètre sera égal à 100 km (échelle au 1/1 000 000).
Une fois cette unité de valeur numérique définie, les cartographes ajoutent sur la carte une échelle graphique qui permet de mesurer
plus facilement la distance entre deux points : c’est une sorte de règle divisée en intervalles réguliers (le plus souvent des km) et
située en marge de la carte.

Représentation de la Terre sur une carte 


Pour représenter la Terre sur une carte, il faut d’abord définir l’échelle, puis trouver le moyen de dessiner un objet rond en trois
dimensions sur une feuille de papier plane en deux dimensions.
La Terre est en effet une sphère qui s’aplatit légèrement aux deux pôles (Nord et Sud) ; il est difficile de représenter ces courbes sans
les déformer. Seul le globe, qui est une sphère, permet d’être fidèle à la forme ronde de la Terre.

2
Pour représenter la Terre sur un planisphère (une carte plane), il existe une solution géométrique : il s’agit d’établir une
correspondance entre tous les points mesurés du globe et tous ceux de la carte, grâce au découpage vertical et horizontal de la
planète : c’est la longitude (les méridiens) et la latitude (les parallèles et l’équateur).
Ces données sont ensuite utilisées dans différents types de projections, qui proposent différents types de représentations de la Terre ;
mais toutes les projections entraînent des déformations des surfaces représentées à certaines latitudes.

DIFFÉRENTS TYPES DE CARTES


Il existe plusieurs types de cartes, qui correspondent à plusieurs types d’informations :
– les cartes topographiques sont utilisées pour représenter des régions terrestres avec leurs caractéristiques naturelles (montagnes,
cours d’eau, etc.) et celles créées par l’homme (routes, villes), ainsi que leurs limites politiques (leurs frontières) ;
– les cartes maritimes et aéronautiques sont utilisées pour la navigation (bateaux et avions) ;
– les cartes thématiques sont utilisées pour montrer des informations météorologiques, climatiques, historiques, économiques,
sociologiques, démographiques (population, densité, etc.). Elles sont innombrables puisque toutes sortes de données peuvent être
transcrites sous forme de carte, afin notamment de mieux les visualiser.

L’HISTOIRE DE LA CARTOGRAPHIE
L’histoire de la cartographie est liée aux conquêtes militaires et aux explorations.