Vous êtes sur la page 1sur 92

RAPPORT DE PROJET DE FIN D'ÉTUDES

Filière
Ingénieurs Diplomés en Télécommunications

Option
Réseaux Mobiles

Etude et Proposition de Techniques de Migration optimale


de Réseaux GSM vers l'UMTS

Réalisé par :
Ramzi REZGUI

Encadré par :
M. Mohamed Tahar MISSAOUI

Année universitaire : 2004/2005


Résumé

a plupart des opérateurs des réseaux GSM se préparent, actuellement, pour la migration de leurs
L réseaux vers l'UMTS. An de réduire les dépenses relatives à l'implantation des équipements radio
UMTS, les opérateurs des réseaux GSM souhaitent exploiter au maximum l'infrastructure existante
abritant déjà des équipements GSM.
L'objectif de ce projet est de proposer des techniques de migration permettant aux opérateurs
d'avoir une conguration optimale du réseau UMTS projeté en exploitant au maximum l'infrastructure
existante.
Nous avons entamé ce projet par une étude de l'interface radio de l'UMTS. Ensuite, une métho-
dologie de dimensionnement des sites WCDMA en termes de capacité et de couverture radio a été
élaborée. A la lumière de cette étude, nous avons proposé une technique de migration permettant à la
fois de maximiser la couverture du réseau UMTS et de minimiser les coûts en exploitant au maximum
l'infrastructure existante. Enn, les performances de cette technique ont été validées par l'étude de la
migration du réseau GSM du centre ville de Tunis vers l'UMTS.

Mots-clés :
WCDMA, UTRAN, Capacité , Couverture, Optimisation, Analyse de performances.
A mes parents, à ma soeur, à mes frères, à ma famille , à mes amis,
je dédie ce travail.
Avant propos

e travail s'inscrit dans le cadre d'un projet de n d'études en télécommunications, option réseaux
C mobiles, à l'Ecole Supérieure des Communications de Tunis (SUP'COM ).
A son terme, je tiens à remercier Mr. Mohamed Tahar MISSAOUI, maître assistant à
SUP'COM, pour l'opportunité qu'il m'a oert pour travailler sur ce projet fort intéressant, pour son
encadrement, sa disponibilité, ses conseils généreux et pour le soutien constant qu'il n'a cessé de me
prodiguer.
Tout particulièrement, je tiens à adresser ma plus profonde reconnaissance à Mlle. Soumaya
HAMMOUDA pour les fructueuses discussions que nous avons eu ensemble.
Mes vifs remerciements s'adressent aussi à Mr. Naceur KEFI pour avoir relu avec attention ce
rapport.
J'aimerai aussi remercier Dr. Mongi MARZOUG pour m'avoir fournir une documentation très
intéressante.
Enn, j'exprime ma profonde gratitude à tous les enseignants de SUP'COM pour la qualité de l'ensei-
gnement qu'ils nous ont bien voulu prodiguer durant nos études.

i
Table des matières

Avant propos i

Liste des abréviations viii

Inroduction générale 1

1 Etude de l'interface radio UMTS 3


1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 Principes de base du réseau UMTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.1 Les objectifs de l'UMTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.2 Les classes de services en UMTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.2.3 Couverture globale de l'UMTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.4 L'organisation fréquentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2.5 L'organisation temporelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.2.6 Architecture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.3 Architecture de l'UTRAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3.1 Le RNC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.3.2 Le Node B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3.3 Les interfaces de l'UTRAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4 Le WCDMA (Wideband -CDMA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.4.1 Présentation de la méthode d'accès CDMA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.4.2 Le mode TDD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.4.3 Le mode FDD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.4.4 Les codes utilisés dans l'UTRAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.5 Les canaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.5.1 Les canaux logiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.5.2 Les canaux de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.6 Le contrôle de puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.6.1 Le contrôle de puissance uplink (contrôle de la puissance de mobile) . . . . . . 14

ii
1.6.2 Le contrôle de puissance downlink (contrôle de la puissance des canaux de la BTS) 15
1.7 Le Soft handover . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.8 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

2 Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA 18


2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.2 Bilan de liaison et analyse de la couverture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.3 Analyse de La capacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3.1 Cas de cellule isolée avec un seul service pour tous les utilisateurs . . . . . . . 24
2.3.2 Une cellule isolée avec plusieurs services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.3.3 Une cellule dans un réseau avec plusieurs services . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.4 Simulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.4.1 Description de la simulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.4.2 Principe de la simulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.4.3 Paramètres de la simulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5 Résultats et interprétations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.1 Interdépendance entre la taille de la cellule et le nombre d'utilisateurs . . . . . 31
2.5.2 Impact de taux de pénétration de service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
2.5.3 Impact de la répartition spatiale des abonnés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
2.5.4 Comparaison avec le réseau GSM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.6 Principales recommandations à suivre pour implanter un réseau UMTS . . . . . . . . . 36
2.7 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36

3 Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure


GSM existante 37
3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.2 Présentation de réseau GSM à optimiser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3 Analyse de trac . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.4 Calcul de la portée des sites en utilisant la technique WCDMA . . . . . . . . . . . . . 39
3.5 Evaluation des résultats et analyse des performances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.6 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47

4 Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et
évaluation des performances 48
4.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
4.2 Dénition des besoins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
4.3 Algorithme d'optimisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
4.3.1 Dicultés de la planication des réseaux UMTS par rapport au GSM . . . . . 49

iii
4.3.2 Algorithme d'optimisation (1ére approche) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
4.3.3 Interprétations des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4.3.4 Coûts de la migration vers l'UMTS (1ér algorithme) . . . . . . . . . . . . . . . 56
4.3.5 Algorithme heuristique (2ème approche) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
4.3.6 Interprétation des résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
4.3.7 Coût de la migration vers l'UMTS (2ème algorithme) . . . . . . . . . . . . . . . 64
4.4 Comparaison entre les performances des deux algorithmes d'optimisation . . . . . . . . 64
4.5 Développement d'un simulateur pour la migration vers l'UMTS . . . . . . . . . . . . . 65
4.5.1 Paramètres d'entrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.5.2 Paramètres de sortie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.5.3 Conception du simulateur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.5.4 Réalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.6 Les apports de notre travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.7 Les limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
4.8 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

Conclusion générale et perspectives 70

Annexe A 72

Annexe B 73

Bibliographie 81

iv
Liste des tableaux

1.1 Objectif de l'UMTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

2.1 Bilan de liaison du service de voix 12.2 kb/s (véhicule 3 km/h avec soft handover). . . 20
2.2 Bilan de liaison du service de données 144 kb/s (indoor 3 km/h avec soft handover). . 21
2.3 Rayon de la cellule en utilisant le bilan de liaison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.4 Paramètres du 1ér scénario. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.5 Paramètres de 2ème scénario. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.6 Paramètres de 3ème scénario. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.7 Paramètres de simulation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.8 Taille des cellules en utilisant les sites du GSM. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

3.1 Analyse des scénarios. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

4.1 Analyse des scénarios après l'optimisation en utilisant le premier algorithme. . . . . . 53


4.2 Coûts de la migration du GSM vers l'UMTS (1ér algorithme d'optimisation). . . . . . 56
4.3 Analyse des scénarios après la migration en utilisant l'algorithme heuristique. . . . . . 61
4.4 Coûts de la migration du GSM vers l'UMTS (2ème algorithme d'optimisation). . . . . 64
4.5 Comparaison entre les performances des deux algorithmes d'optimisation . . . . . . . . 64
4.6 Les sites GSM/UMTS à garder(1ér scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
4.7 Les sites GSM/UMTS à garder( 2ème scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
4.8 Les sites GSM/UMTS à garder( 3ème scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
4.9 Les sites GSM inutiles pour la migration vers l'UMTS (1ér scénario). . . . . . . . . . . 77
4.10 Les sites GSM inutiles pour la migration vers l'UMTS (2ème scénario). . . . . . . . . . 77
4.11 Les sites GSM inutiles pour la migration vers l'UMTS (3ème scénario). . . . . . . . . . 77
4.12 Les sites UMTS à ajouter (1ér scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
4.13 Les sites UMTS à ajouter (2ème scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
4.14 Les sites UMTS à ajouter (3ème scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80

v
Table des gures

1.1 Couverture globale de l' UMTS suivant une structure hiérarchique de cellules [3] . . . 5
1.2 Allocation de spectre pour l'UMTS [6] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.3 Structure de trams de l'UMTS [15] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.4 Archiecture du réseau UMTS (phase 1)[17] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.5 Architecture de l'UTRAN [17] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.6 Serving et Drift RNC [15] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.7 L'accès CDMA [15] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
1.8 L'étalement du spectre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.9 Réduction des brouilleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.10 L'arbre des codes OVSF [6] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.11 Principe du soft-handover[7] . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

2.1 Evolution de noise rise en fonction de la charge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25


2.2 Evolution de noise rise en fonction de comportement des utilisateurs. . . . . . . . . . . 27
2.3 Inuence du facteur d'interférence sur la capacité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.4 Les étapes de la simulation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.5 Algorithme de la simulation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.6 Variation du rayon de la cellule en fonction de la charge pour le service de la voix 12.2
kb/s. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.7 Variation du rayon de la cellule en fonction de la charge pour le service de données 64
kb/s. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.8 Variation du rayon de la cellule en fonction de la charge pour diérents types de services. 33
2.9 Inuence de taux de pénétration sur la variation du rayon de la cellule. . . . . . . . . 34
2.10 Inuence de la répartition spatiale des abonnés actifs sur la variation du rayon de la
cellule. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

3.1 Conguration initiale du réseau GSM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38


3.2 Analye du trac GSM. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.3 Recherche de la couverture réelle du site UMTS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

vi
3.4 Couverture des sites UMTS (1ér scénario) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.5 Couverture des sites UMTS (2 ème scénario) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.6 Couverture des sites UMTS (3 ème scénario) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.7 Analyse des performances pour les diérents scénarios . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.8 Taux de recouvrement par site (1ér scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.9 Taux de recouvrement par site (2 ème scénario) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.10 Taux de recouvrement par site (3 ème scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

4.1 Algorithme d'optimisation (1ère approche). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50


4.2 Couverture des sites UMTS en utilisant le premier algorithme d'optimisation (1ér scénario). 51
4.3 Couverture des sites UMTS en utilisant le premier algorithme d'optimisation (2ème
scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.4 Couverture des sites UMTS en utilisant le premier algorithme d'optimisation (3ème
scénario). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.5 Performances du premier algorithme d'optimisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
4.6 Taux de recouvrement par site (1ér scénario) en utilisant le premier algorithme d'opti-
misation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
4.7 Taux de recouvrement par site (2éme scénario) en utilisant le premier algorithme d'op-
timisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
4.8 Taux de recouvrement par site (3ème scénario) en utilisant le premier algorithme d'op-
timisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
4.9 Algorithme heuristique (2ème approche). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.10 Couverture UMTS en utilisant l'algorithme heuristique (1ér scénario). . . . . . . . . . 59
4.11 Couverture UMTS en utilisant l'algorithme heuristique (2ème scénario). . . . . . . . . 60
4.12 Couverture UMTS en utilisant l'algorithme heuristique (3ème scénario). . . . . . . . . 60
4.13 Performances de l'algorithme heuristique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.14 Taux de recouvrement par site (1ér scénario) en utilisant l' algorithme heuristique. . . 62
4.15 Taux de recouvrement par site (2éme scénario) en utilisant l'algorithme heuristique. . 63
4.16 Taux de recouvrement par site (3ème scénario) en utilisant l'algorithme heuristique. . 63
4.17 La conception du simulateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
4.18 Fenêtre principale du simulateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
4.19 Fenêtre d'acquisition et de traitement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68

vii
Liste des abréviations

3G : 3rd GenerationM obileCommunicationSystems.


3GPP : 3rd Generation Partnership Project.
AMR : Adaptive Multi − Rate.
ATM : Asynchronous Transf er Mode.
BSC : Base Station Controller.
BTS : Base TransmitterStation.
CDMA : Code Division Multiple Access.
CPICH : Common Pilot Channel.
FDD : Frequency Division Duplex.
FER : Frame Error Rate.
GPRS : General Packet Radio System.
GSM : Global Systemf or MobileT elecommunications.
IMT-2000 : International Mobile Telephony.
MS : Mobile Station.
OVSF : Orthogonal Variable Spreading Factor.
QoS : Qualityof Service.
QPSK : Quadrature Phase Shif t Keying.
RNC : Radio Network Controller.
RRM : Radio Ressources Management.
SGSN : Serving GP RS Support Node.
SMS : Short Message Service.
TDD : Time Division Duplex.
TEB : Taux Erreur Binaire.
TPC : Transmit Power Control.
UE : User Equipment(terminologie3GP P pourleM S).
UMTS : Universal Mobile TelecommunicationsSystem.
UTRAN : UM T S Terrestrial Radio Access Network.
WCDMA : Wideband Code Division Multiple Access.

viii
Introduction générale

es systèmes de troisième génération sont conçus pour fournir des services multimédias avec une
L qualité et une couverture meilleures ou comparables à celles oertes par les réseaux de 2ème gé-
nération tel que le GSM.
L'acronyme en Europe des systèmes de 3G est l'UMTS (Universal Mobile Telecommunications Sys-
tem ), qui est standardisé par l'organisation 3GPP (3rd Generation partnership project ).
La majorité des opérateurs des réseaux GSM se préparent, actuellement, pour la migration de leurs
réseaux vers l'UMTS.

Contrairement à l'introduction du GPRS, l'UMTS nécessite une nouvelle infrastructure (nouveaux


équipements) et des nouvelles méthodologies de dimensionnement diérentes de celles utilisées en
GSM. En eet, contrairement aux réseaux GSM, en UMTS la couverture et la capacité sont deux
composantes interdépendantes.
Par ailleurs, les sites radio GSM ne sont pas forcement des bons sites radio UMTS.
D'autre coté, an de réduire les dépenses relatives à l'implantation des équipements radio UMTS, les
opérateurs des réseaux GSM doivent exploiter au maximum l'infrastructure existante abritant déjà
des équipements GSM (local, énergie UPS, transmission, pylône...). Ceci réduit en plus de la charge
nancière, le temps d'implantation des sites et évite aux opérateurs la charge de recherche de nouveaux
emplacements.

Dans le cadre de ce projet, nous proposons des techniques permettant aux opérateurs d'avoir une
conguration optimale du réseau UMTS projeté en exploitant au maximum l'infrastructure existante
et en se basant sur la connaissance de la répartition spatiale du trac GSM et la répartition géogra-
phique de sites radio GSM.
Pour réaliser cela, nous avons adopté le plan suivant :
Dans le premier chapitre de ce projet, nous allons présenter une vue globale sur le réseau UMTS ;
principes de base et architecture. Le second chapitre sera consacré à l'analyse de la couverture et de
la capacité des sites WCDMA.
Dans le troisième chapitre, nous allons étudier la migration du réseau GSM du centre ville de Tunis
vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante.

1
INRODUCTION GÉNÉRALE

Dans le dernier chapitre, nous allons présenter des techniques d'optimisation pour la migration du ré-
seau GSM vers l'UMTS. Ces techniques seront appliquées sur le réseau GSM du centre ville de Tunis.
Ensuite, nous allons évaluer les performances du réseau UMTS obtenus par chaque techniques. Nous
allons enn choisir la meilleure technique pour l'implémenter dans notre outil d'optimisation.

2
Chapitre 1

Etude de l'interface radio UMTS

1.1 Introduction
'idée fondatrice du système 3G est d'intégrer tous les réseaux de deuxième génération du monde
L entier en un seul réseau et de lui adjoindre des capacités multimédia (haut débit pour les données).
Le principe du système est souvent résumé dans la formule anyone, anywhere, anytime, signiant que
chacun doit pouvoir joindre ou être joint n'importe où et n'importe quand. Le système doit donc
permettre l'acheminement des communications indépendamment de la localisation de l'abonné, que
celui-ci se trouve chez lui, au bureau, en avion...[15].
Dans ce projet, nous nous intéressons au réseau UMTS, ainsi, ce chapitre propose une description sur
ce réseau de point de vue principes de base et architecture.

1.2 Principes de base du réseau UMTS


L'UMTS (Universal Mobile Telecommunication System) est la nouvelle norme de téléphonie mobile,
appelée aussi plus généralement téléphonie de troisième génération ou 3G. Plusieurs préfèrent utiliser
le terme W-CDMA (Wideband Code Division Multiple Access) qui reprend le nom de la technologie
déployée en Europe et par certains opérateurs asiatiques [3].

1.2.1 Les objectifs de l'UMTS


Le tableau (1.1) résume les hypothèses de départ de spécication du système. Par rapport à l'exis-
tant, matérialisé par le GSM ou GPRS, apparaissent clairement les besoins suivants [7] : Un service de
données temps réel et un service de données à haut débit, le premier s'accompagnant le plus souvent
mais pas toujours du second.
Si le GPRS, véritable système de transport de paquets, permet en théorie des applications du type
courrier électronique, navigation Web ou téléchargement de chiers, le besoin de services de données

3
Etude de l'interface radio UMTS

Environnement/Service temps réel temps non réel


Débit max TEB / délai Débit max TEB / délai
−3 −7
Rural(v < 500 km/h) 144 kb/s 10 -10 20 - 300 ms 144 kb/s 10−5 -10−8 150 ms
Urbain(v < 120 km/h) 384 kb/s ≈ 384 kb/s ≈
Intérieur ou courte portée 2 Mbit/s ≈ 2 Mbit/s ≈

Tab. 1.1: Objectif de l'UMTS

temps réel VoIP, ou certains services vidéo par exemple, peuvent dicilement se contenter de ses per-
formances car il estime que plus de 300 ms de retard pour des paquets de voix est incompatible avec
une restitution de qualité de la parole.
Un des buts de l'UMTS est de fournir des services temps réel au moins jusqu'à 144 kbps pour les
données et, éventuellement dans certains cas, de monter le débit pour certains utilisateurs jusqu'à 2
Mbps dans la cellule. Cela en continuant à fournir des services de voix performants en adaptant par
exemple, comme en GSM, un ensemble de dispositifs de codage de la parole aux conditions radio du
canal (AMR : Adaptive Multi-Rate )[7].

1.2.2 Les classes de services en UMTS


Nous dénissons quatre classes de services en UMTS, représentées par le vocable anglais suivant :
Conversational, Streaming, Interactive et Background [7].
Nous pouvons diérentier ces classes par leur sensibilité aux retards de transmission ; la plus sensible
est la classe Conversational, la moins sensible est la classe Background.
 Classe Conversational : Temps réel : voix en mode circuit, voix en mode paquet (VoIP), services
de vidéo-conférence bidirectionnels. Le temps de transmission et les relations temporelles entre
blocs de données doivent être maîtrisés.
 Classe Streaming : Ecoute ou visualisation de ux audio ou vidéo unidirectionnels entre un
serveur et un usager. Le retard est moins important car le récepteur réaligne les ux de données
reçus mais les relations de temps entre blocs de données sont importantes.
 Classe Interactive : Accès à des serveurs de données : navigation Web, télémesure... Il s'agit
d'échange de données entre un serveur et un usager en fonction des requêtes de ce dernier. Le
temps d'aller et retour est maîtrisé, les données sont ables : faible BER (Bit Error Rate).
 Classe Background : E-mail, messages courts (SMS), transfert de chiers. Les exigences se tra-
duisent en terme de abilité : très faible BER. Le temps de transmission est moins important
que celui de la classe Interactive.

4
Etude de l'interface radio UMTS

1.2.3 Couverture globale de l'UMTS


La couverture globale de la planète s'organise en une structure cellulaire hiérarchisée (Fig. 1.1)
qui assurera l'itinérance (roaming ) mondiale. Au sommet de la hiérarchie se trouvent les satellites qui
assurent une couverture sur l'ensemble de la planète.

Fig. 1.1: Couverture globale de l' UMTS suivant une structure hiérarchique de cellules [3]

Le réseau terrestre radio s'occupe de la couverture terrestre suivant une répartition en macro, micro
et picocellules.
Les macrocellules couvrent les zones suburbaines et rurales, les microcellules les zones urbaines (forte
densité d'utilisateurs) et les picocellules les zones bien dénies telles les immeubles, les environnements
intérieurs (indoor )[3].

1.2.4 L'organisation fréquentielle


Les bandes de fréquences allouées pour l'IMT 2000 sont 1885 − 2025 MHz et 2110-2200 MHz. La
gure (1.2) présente l'allocation de spectre pour l'UMTS [15] :
La division duplex dans les bandes dites "appairées", c'est à dire 2 x 60 MHz, est fréquentielle. L'écart
duplex vaut 190 MHz. Nous utilisons dans ces bandes un accès W-CDMA.
La division duplex dans les bandes dites "non appairées", c'est à dire 35 MHz et 15 MHz, est temporelle.
Nous utilisons dans ces bandes un accès TD-CDMA.
Les deux modes d'accès doivent être harmonisés pour favoriser la réalisation de terminaux bi-modes
TDD / FDD à bas coûts.

5
Etude de l'interface radio UMTS

Fig. 1.2: Allocation de spectre pour l'UMTS [6]

1.2.5 L'organisation temporelle


L'organisation temporelle de l'UMTS est basée sur une supertrame de 720 ms, comportant elle
même 72 trames de 10 ms. Chaque trame de 10 ms est divisée en 15 slots de 667µs [15], cette organi-
sation est présentée par la gure suivante.

Fig. 1.3: Structure de trams de l'UMTS [15]

1.2.6 Architecture
Le réseau UMTS est composé de deux sous réseaux comme l'illustre la gure (1.4) : le réseau coeur
'Core Network ' et le réseau radio 'UMTS Radio Access Network '[16].

6
Etude de l'interface radio UMTS

Fig. 1.4: Archiecture du réseau UMTS (phase 1)[17]

1.3 Architecture de l'UTRAN


L'UTRAN est complètement distinct du BSS du GSM (Fig. 1.5). Il est constitué de un ou plusieurs
RNC (Radio Network Controller), dont dépendent des Node B, et qui jouent un rôle proche respecti-
vement des BSC et des BTS en GSM. Un UTRAN peut donc être relié au réseau coeur par plusieurs
liens (un par RNC)[15].

1.3.1 Le RNC
C'est un organe très important de l'UTRAN, il permet de gérer les ressources radio du réseau
d'accès de façon quasi autonome [7], déchargeant de cette fonction complexe le coeur de réseau. Il
met en oeuvre également les protocoles sur les interfaces Iu, Iur et Iub et la connexion avec le serveur
d'opérations et de maintenance. Les fonctions radio gérées par le RNC sont essentiellement :
 L'admission ;
 La gestion de la connexion RRC ;
 Le soft-handover.
Le RNC qui gère la terminaison des couches de protocole RLC/MAC (plan usager), RRC (plan contrôle)
est baptisé le RNC de service (seving RNC).
Si un autre RNC est impliqué dans une connexion en soft-handover, on le dénomme RNC de Déport
(drift RNC). La gure (1.6) illustre ces deux fonctions. Le RNC est donc un noeud de communication
particulièrement important dans le réseau UMTS [7]. Ainsi, il réalise au même endroit la fonction de
cryptage des données, qu'il s'agisse du mode circuit ou du mode paquet. En GSM, le cryptage du mode

7
Etude de l'interface radio UMTS

Fig. 1.5: Architecture de l'UTRAN [17]

Fig. 1.6: Serving et Drift RNC [15]

8
Etude de l'interface radio UMTS

circuit (parole et données) était réalisé dans la BTS et celui du mode paquet (GPRS) dans le SGSN.

1.3.2 Le Node B
Il peut servir une ou plusieurs cellules en fonction de la conguration du site [7].
Celui-ci peut en eet être sectorisé, c'est-à-dire qu'il comporte des antennes directionnelles éclairant
une portion de l'espace dit secteur. Chaque secteur représente une cellule entière à part. L'eet directif
des antennes a un eet sur la capacité du système.
Le noeud B peut en principe cohabiter avec une station de base GSM pour minimiser les coûts d'infra-
structure. Il est aussi le point de terminaison ATM vis-à-vis du RNC et doit mettre en oeuvre l'interface
radio vis-à-vis du mobile.
A ce titre, le noeud B assure les fonctions suivantes :
 Mise au format des données en vue de les rayonner,
 Codage correcteur d'erreurs (convolutifs ou turbo-code),
 Adaptation de débit,
 Etalement /désétalement WCDMA,
 Modulation QPSK,
 Amplication, ltrage et rayonnement,
 Mesure de paramètres physiques propres à assurer le bon fonctionnement des algorithmes de
RRM (Radio Ressources Management), soit le contrôle de puissance pour la boucle intérieure
(inner-loop ),
 Combinaison des signaux issus de plusieurs secteurs du même Noeud B.
Le RNC et le Noeud B peuvent supporter les deux modes de duplexage FDD et/ou TDD.

1.3.3 Les interfaces de l'UTRAN


L'UMTS dénit quatre nouvelles interfaces ouvertes [7] :
 Uu : du UE à Node B (UTRA, les interfaces radio du UMTS W-CDMA),
 Iu : du RNC à l'interface du CN à (MSC/VLR ou SGSN),
Iu-CS pour commutation des circuits de données,
Iu-PS pour commutation des paquets de données,
 Iub : du RNC à l'interface du Node B,
 Iur : du RNC à une interface RNC, pas comparable à toute interface dans GSM.
Les interfaces Iu, Iub, et Iur sont basés sur les principes de transmission ATM.

1.4 Le WCDMA (Wideband -CDMA)


Dans les diérents forums de normalisation, la technique WCDMA s'est révélée être celle qui a été
adaptée le plus largement pour l'UMTS [16].

9
Etude de l'interface radio UMTS

Au sein du GPP (Generation Partenarship Project ), le WCDMA est appelé UTRA (Universal Ter-
restrial Radio Access ) FDD (Frequency Division Duplex ) et TDD (Time Division Duplex ), le terme
WCDMA étant employé pour couvrir à la fois le mode FDD et TDD.

1.4.1 Présentation de la méthode d'accès CDMA


Le CDMA (Code Division Multiple Access ) est une technique d'accès multiple grâce à laquelle les
diérents utilisateurs peuvent communiquer en même temps dans une même bande de fréquences [6].
La distinction entre chaque utilisateur se fait par codes connus exclusivement de l'émetteur et du ré-

Fig. 1.7: L'accès CDMA [15]

cepteur. C'est ce mode, plus précisément le W-CDMA qui est retenu pour le réseau d'accès radio de
l'UMTS. Il est dit "à large bande" avec une largeur de bande de 5 MHz.
Le signal passe du débit Dd au débit Dc et voit ainsi son spectre élargi dans la mesure où on utilise une
séquence proche de l'aléatoire. Cette dernière est utilisée de manière périodique, (sa période pouvant
être de plusieurs symboles). Le rapport L = Dc /Dd peut être interprété comme un facteur ou un gain
d'étalement (gure 1.8).

10
Etude de l'interface radio UMTS

Fig. 1.8: L'étalement du spectre

En réception, pour récupérer l'information, le récepteur doit eectuer la même opération : il génère
la même séquence d'étalement et la multiplie au signal reçu. Les données codées par cette séquence
sont restaurées (puissance spectrale augmentée) alors que les données des autres utilisateurs restent
étalés. Ceci permet de diminuer le niveau de bruit (gure 1.9) pour le signal en bande de base : plus
l'étalement est important, plus les interférences sont éliminées.

Fig. 1.9: Réduction des brouilleurs

11
Etude de l'interface radio UMTS

Les avantages du W-CDMA sont :


 Un gain de traitement plus élevé. En eet, en élargissant la bande, le signal est moins sensible aux
interférences. Cela permet aussi d'accroître le nombre d'utilisateurs présents dans une cellule.
 La possibilité de transmettre des services à haut débit : Avec 5 MHz de largeur de bande, nous
pouvons atteindre un débit de 2 Mbps.
 Meilleures performances pour détecter les trajets multiples.En eet, dans un canal de propagation
à trajets multiples, des versions décalées du signal transmis parviennent à des intervalles de temps
diérents. Cette propriété qui était un inconvénient dans d'autres systèmes, va être utilisée dans
un système CDMA en combinant les signaux pour diminuer le taux d'erreurs et obtenir ainsi de
meilleures performances.
 La possibilité de déploiement dans un spectre de fréquences déjà utilisé, qui consiste à faire
cohabiter un système W-CDMA et un autre système cellulaire sur un même spectre de fréquences.
L'inconvénient majeur du W-CDMA est qu'il requiert un support matériel et logiciel plus élaboré
qu'un système à bande étroite [15].

1.4.2 Le mode TDD


En TDD, une seule et unique fréquence est utilisée alternativement par les deux voies de communi-
cations. Cette technique est la plus exible lorsque le spectre n'est disponible qu'en quantités limitées
[2]. Le mode TDD possède des adeptes, notamment en chine ou un certain nombre de développements
le concerne [7]. De plus, des propositions techniques concernant le mode TDD ont été générées du fait
qu'un certain nombre d'autorités nationales allocataires de spectre, ont alloué pour chaque opérateur
candidat à l'achat d'une licence UMTS en mode FDD (par exemple sur 15 MHz), un bout de bande
de 5MHz supplémentaire supposé servir le TDD.
Les opérateurs cherchent encore la meilleure façon d'utiliser cette bande passante, nous nous conten-
terons dans la suite de décrie le mode FDD, le mode utilisé dans le W-CDMA.

1.4.3 Le mode FDD


En FDD, chaque sens de communication utilise une fréquence particulière [2]. Le mobile et le
réseau peuvent donc transmettre simultanément. L'un des inconvénients de cette technique réside dans
l'écart duplex entre les deux voies de communication utilisé pour séparer les étages de transmission
et de réception radio. La nécessité de maintenir cet écart appelé bande de garde, entraîne une sous
utilisation du spectre radio.
En FDD, on attribue en général la même bande de spectre aux deux sens de communication, ce qui est
tout à fait adapté aux applications présentant un débit symétrique comme la téléphonie. En revanche
lorsque les débits ne sont pas équilibrés comme le cas de la navigation sur Internet, cette technique
n'est pas optimale.

12
Etude de l'interface radio UMTS

Dans ce cas, le mode TDD apparaît mieux adapté que le FDD, car il permet de privilégier un sens de
communication par rapport à l'autre par l'allocation de ressources non symétriques [2].

1.4.4 Les codes utilisés dans l'UTRAN


Code de canalisation
Ce sont des codes OVSF (Orthogonal Variable Spreading Factor )[2].
Les codes OVSF ont les propriétés suivantes :
Les séquences sont rigoureusement orthogonales, c'est-à-dire que l'intercorrélation entre deux séquences
de code est nulle.
Les séquences ne sont pas toutes de même longueur. Le chip rate de l'UTRAN est xe, l'utilisation de
codes OVSF permet de faire varier le gain de traitement en fonction du débit usager.
On peut représenter les codes OVSF sous forme d'arbre, comme le montre la gure (1.10). Toutes les
séquences de codes situées à un même niveau hiérarchique de l'arbre sont de même longueur et orent
donc le même gain.
En revanche, deux codes situés sur une même branche de l'arbre, l'un étant par exemple le ls de
l'autre, ne sont pas forcément orthogonaux, cette contrainte limite le nombre de codes utilisables
simultanément.

Fig. 1.10: L'arbre des codes OVSF [6]

13
Etude de l'interface radio UMTS

Code d'embrouillage
Les codes OVSF de l'UTRAN ne peuvent pas être utilisés tels quels car il ne s'agit pas de séquences
pseudo-aléatoires [2]. Il est donc nécessaire d'avoir recours à un deuxième niveau de codage, les codes
utilisés dans ce dernier sont appelés scrambling codes, ou code d'embrouillage.
Pour le scrambling uplink, on notera essentiellement qu'il existe 224 codes dans ce sens uplink. Ces
"codes" ou "séquences", vont donc séparer les mobiles entre eux.
Pour le scrambling downlink, il existe 512 x 512 codes, qui vont séparer les cellules entre elles.

1.5 Les canaux


1.5.1 Les canaux logiques
Les canaux logiques se divisent en deux [3] :
 les canaux logiques de contrôle utilisés pour le transfert des informations dans le plan de signa-
lisation
 les canaux logiques de trac utilisés pour le transfert des informations dans le plan usager.

1.5.2 Les canaux de transport


Les canaux de transport se divisent en trois [3] :
 les canaux de transport communs utilisés pour le transfert d'information d'un ou de plusieurs
UE
 les canaux de transport partagés utilisés pour le transport des données de contrôle ou de trac
uniquement en voie descendante et partagés dynamiquement par diérents utilisateurs
 Les canaux de transport dédiés qui sont des canaux point à point dédiés à un seul UE et qui
transportent des données de contrôle ou de trac

1.6 Le contrôle de puissance


1.6.1 Le contrôle de puissance uplink (contrôle de la puissance de mobile)
Trois boucles de contrôle de puissance sont mises en oeuvre dans le système [7] : la boucle ouverte,
la boucle fermée intérieure (inner loop ) et la boucle fermée extérieure (outer loop ).

La boucle ouverte
Elle est utilisée lors de l'accès initial du mobile au réseau d'accès. Le mobile mesure le niveau de
puissance sur le canal balise de la BTS sélectionnée (CPICH) et ajuste la puissance d'émission de sa
demande d'accès en fonction de la perte de propagation estimée dans le canal. Le mobile, en eet, lit

14
Etude de l'interface radio UMTS

dans les informations système transmises par la station de base la puissance utilisée par le canal balise
et déduit les pertes précédentes d'après :
Pertes de propagation = puissance émise sur la balise - Puissance reçue par le mobile sur la balise.

La boucle fermée intérieure entre la BTS et le mobile (inner loop )


Lorsque le mobile est en phase de transmission, sa puissance d'émission est contrôlée (en W-
CDMA) à tous les slots, soit à une fréquence F de 1500 Hz par les stations de bases avec lesquelles il
est en communication (soft-handover). Cette boucle de contrôle de puissance est très rapide, elle doit
notamment permettre de compenser au maximum le fading coté réception station de base [7].
Les stations de bases disposent d'une consigne Eb /No∗ qui dépend notamment de la nature de la
connexion en cours et envoie des consignes au mobile tous les 1/F seconde lui demandant d'augmenter
ou de diminuer sa puissance en fonction de l'écart entre le Eb /No mesuré sur le canal dédié reçu et le
de la consigne. Il s'agit d'une mesure énergétique.
Les bits de consignes (appelés TPC en UMTS) sont transmis dans la partie contrôle de chaque canal
dédié downlink.
Les algorithmes de contrôle sont les suivants :
 tant qu'au moins une station de base demande au mobile de baisser sa puissance, le mobile baisse
sa puissance ;
 Si toutes les stations de base en liaison avec le mobile lui demande d'augmenter, le mobile
augmente sa puissance.

La boucle de puissance extérieure entre le contrôleur de station de base et la BTS (outer


loop )
C'est une boucle, plus lente que la précédente, qui xe la valeur de la cosigne Eb /N0* et la
transmet aux stations de base pour les besoins de l'inner loop. Cette valeur de consigne est calculée
d'après une mesure de qualité des trames reçues des stations de base respectives sur une certaine
durée (pourcentage de trames erronées, FER, Frame, Error Rate,...). Il s'agit d'une mesure de qualité
" numérique ". Si la qualité résultante est en eet trop élevée, on peut diminuer la consigne, ce qui
conduira le mobile à transmettre moins fort. Si elle est trop faible, il faudra au contraire l'augmenter,
le mobile transmettant alors plus fort[7].

1.6.2 Le contrôle de puissance downlink (contrôle de la puissance des canaux de


la BTS)
Les canaux dédiés uplink comprennent une partie trac et une partie contrôle.
En W-CDMA, les bits de commande de puissance (TPC) indiquent à la station de base qu'il faut
augmenter ou diminuer par pas l'amplitude des signaux émis sur le " code " en question. Cependant,

15
Etude de l'interface radio UMTS

la station de base dispose d'un "réservoir" de puissance xe lié aux performances de son ampli de
puissance.
Si la cellule est fortement chargée et qu'un trop grand nombre de mobiles réclament simultanément et
trop souvent une augmentation de puissance, il pourra devenir dicile de satisfaire cette demande et
donc il convient de veiller par exemple à prévoir des mécanismes de transfert d'un certain nombre de
ces mobiles gourmands en puissance sur des cellules moins chargées que la cellule courante [7].

1.7 Le Soft handover


On entend par soft-handover la capacité du mobile à être connecté à plusieurs stations de base de
façon simultanée [7] (Fig. 1.11).

Fig. 1.11: Principe du soft-handover[7]

Le contrôleur de station de base ou RNC entretient une liste de cellules candidates à entrer en soft-
handover avec la cellule courante selon un critère du type Eb /No (cellule courante) - Eb /No (cellule
candidate)<seuil d'admission.
De même, on retirera une cellule de l'ensemble des cellules en soft-handover si Eb /No (cellule courante)
- Eb /No (cellule candidate)> seuil de rejet.

16
Etude de l'interface radio UMTS

Si ce critère est vérié [7], on peut alors établir une communication avec le mobile par l'intermédiaire
des deux cellules courantes et candidates reçues correctement par le mobile. Malgré la consommation
supérieurs de liens radio, on estime que le gain en terme de diminution de puissance transmise dans
chacune des cellules et de combinaison optimale dans le mobile se traduit par un gain de capacité dans
le réseau tout entier.

1.8 Conclusion
Dans ce chapitre nous avons présenté une vue globale sur le réseau UMTS en s'intéressant par-
ticulièrement au réseau radio " UTRAN ". Nous avons aussi présenté la technique d'accès multiple
WCDMA. En revanche, cette technique dépend de plusieurs contraintes (conditions radio, la charge, la
mobilité...) qui ont un impact sur la qualité, la capacité et la couverture radio. Ainsi, dans le chapitre
suivant, nous proposerons une méthodologie de dimensionnement des sites WCDMA.

17
Chapitre 2

Analyse de la couverture et de la capacité


des sites WCDMA

2.1 Introduction
'évaluation de la capacité et de la couverture radio d'un réseau WCDMA est très nécessaire dans
L la phase de dimensionnement et de planication.
Ce chapitre est divisé en trois parties ; d'abord, nous présentons le bilan de liaison pour un système
WCDMA en dégageant ses paramètres supplémentaires par rapport a celui d'un réseau GSM. Ensuite,
nous analysons théoriquement et par simulation la couverture et la capacité d'un système WCDMA.
Enn, les résultats de cette analyse feront l'objet d'une liste de recommandations à suivre pour l'im-
plantation d'un réseau UMTS.

2.2 Bilan de liaison et analyse de la couverture


Nous présentons dans cette partie le bilan de liaison en WCDMA (lien montant). En eet, il y a
des paramètres spéciques qui ne sont pas utilisés dans le bilan de liaison des systèmes radio basés sur
la technique d'accès TDMA comme le GSM,parmi ces paramètres on cite :
 Marge d'interférence ou noise rise
La marge d'interférence est une marge nécessaire qu'on doit considérer dans le bilan de liaison
car la charge de la cellule aecte la couverture, si on accepte plus de charge pour le système, la
marge d'interférence nécessaire en lien montant sera plus grande et la couverture sera plus petite.
C'est ce qu'on appelle respiration de la cellule. Une valeur typique ce cette marge est comprise
entre 3 et 6 dB [1][4].Notons aussi que cette marge est importante dans les zones urbaines et
faible dans les zones rurales [14].
 Gain du soft handover
Le soft handover ore en plus un gain de macro diversité face au fading rapide en diminuant le

18
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

Eb /No nécessaire pour une seule liaison radio grâce à l'eet combinaison des macro diversités.
Le gain global de soft handover est de l'ordre de 3 à 4 dB sous des conditions spéciques [1][5].
 Constante de slow fading
Selon l'environnement choisi (indoor, outdoor), on laisse une marge décrivant les eets de masque
(fading log-normal) [4][5].
 Marge de fading rapide ou fast fading
Cette marge de fast fading correspond au headroom du contrôle de puissance [4]. La notion de
TPC headroom (Transmit Power Control Headroom ) est dénie comme une réserve de puis-
sance conservée par le terminal an de pouvoir augmenter sa puissance d'émission dans le cas
du contrôle de puissance rapide en boucle fermée [1][4]. Cela s'applique en particulier pour les
terminaux mobiles à faible vitesse qui sont sujets au fast fading. Une valeur typique de cette
marge est de 2 à 5 dB [1]

Nous présentons deux exemples de bilans de liaison pour des services typiques de l'UMTS : service
de la voix 12.2 kb/s en utilisant le codeur de la parole AMR et le service de données temps réel 144
kb/s dans un environnement urbain macro-cellulaire, nous prenons un facteur d'augmentation de bruit
(noise rise) égale à 3 dB en sens mentant. On réserve ainsi une marge d'interférence égale à 3 dB.
Le tableau (2.1) présente le bilan de liaison qui est calculé pour le service voix 12.2 kb/s pour les
utilisateurs en véhicules, en introduisant une perte de pénétration égale à 8.0 dB. Le Eb /No nécessaire
est supposé égale à 5.0 dB, cette valeur dépend de débit, service, vitesse de mobile...
Pour les mobiles à faible vitesse, le Eb /No nécessaire est faible mais d'autre part, une marge de fading
rapide est nécessaire. Typiquement, la faible vitesse des mobiles est le facteur qui limite le dimension-
nement de la couverture puisque on a besoin dans ce cas d'une marge pour le fading rapide. On réserve
une valeur de 4.0 dB pour le contrôle de puissance rapide pour qu'il puisse compenser le fading à 3
km/h.
Le tableau (2.2) présente le bilan de liaison pour le service de données 144 kb/s temps réel, la diérence
principale entre les tableaux (2.1) et (2.2) est le gain de traitement, puissance de mobile plus grande et
un Eb /No plus faible, on suppose que la perte moyenne causée par la pénétration des bâtiments égale
à 15 dB.
Les autres valeurs gurant dans les deux bilans de liaison sont prises conformément à [1].
L'ecacité de la couverture des systèmes WCDMA est dénie par la couverture moyenne par site
mesurée en (km2 /site), pour un environnement prédéni et pour une densité de trac donnée.
En exploitant le bilan de liaison, le rayon de la cellule peut être facilement déterminé en adoptant
un modèle de propagation (dans notre travail, nous utilisons le modèle d'Okumara-Hata). En eet,
le modèle de propagation permet de déterminer la portée maximale d'un site à partir de la perte
maximale permise dans ce milieu.
Nous prenons comme exemple un environnement urbain macro cellulaire avec une hauteur de station

19
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

12,2kb/s service voix, (véhicule,3km/h)


Emetteur(mobile)
Paramètres du bilan de liaison Unité Formule Lien montant
Puissance d'émission dBm a 21.0
Gain de l'antenne dBi b 0.0
Perte corps humain dBm c 3.0
Pire(Puissance isotrope rayonnée équivalente) dBm d=a+b-c 18.0
Récepteur(Station de base)
Densité de bruit thermique dBm/Hz e -174.0
Bruit du récepteur dB f 5.0
Densité de bruit du récepteur dBm/Hz g=e+f -169.0
Puissance du bruit du récepteur dBm h=g+10*log(w) -103.2
Marge d'interférence dB i 3.0
(i+h)/10 h/10
Puissance d'interférence au récepteur dBm j=10 ∗ log(10 − 10 ) -103.2
Total bruits et interférences dBm k=10 ∗ log(10h/10 + 10j/10 ) -100.2
Gain de traitement dB l=10 ∗ log(3840/12.2) 25.0
Eb/No cible dB m 5.0
Sensibilité du récepteur dBm n=m-l+k -120.2
Gain de l'antenne dBi o 18.0
Perte de cable(feeder) dB p 2.0
Marge de fading rapide dB q 4.0
Path loss maximal dB r=d-n+o-p-q 150.2
Exigence de l'opérateur et environnement
Probabilité de couverture % 95
Fading lent dB 7.0
Exposant du modèle de propagation 3.52
Marge de fading lent dB s 7.3
Gain du soft handover dB t 4.0
Pénétration dans la véhicule dB u 8.0
Perte de propagation permise dB v=r-s+t-u 138.9

Tab. 2.1: Bilan de liaison du service de voix 12.2 kb/s (véhicule 3 km/h avec soft handover).

20
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

144 kb/s service données temps réel (3 km/h,indoor)


Emetteur(mobile)
Paramètres du bilan de liaison Unité Formule Lien montant
Puissance d'émission dBm a 24.0
Gain de l'antenne dBi b 2.0
Perte corps humain dBm c 0.0
Pire(Puissance isotrope rayonnée équivalente) dBm d=a+b-c 26.0
Récepteur(Station de base)
Densité de bruit thermique dBm/Hz e -174.0
Bruit du récepteur dB f 5.0
Densité de bruit du récepteur dBm/Hz g=e+f -169.0
Puissance du bruit du récepteur dBm h=g+10*log(w) -103.2
Marge d'interférence dB i 3.0
(i+h)/10 h/10
Puissance d'interférence au récepteur dBm j=10 ∗ log(10 − 10 ) -103.2
Total bruits et interférences dBm k=10 ∗ log(10h/10 + 10j/10 ) -100.2
Gain de traitement dB l=10 ∗ log(3840/12.2) 14.3
Eb/No cible dB m 1.5
Sensibilité du récepteur dBm n=m-l+k -113.0
Gain de l'antenne dBi o 18.0
Perte de cable(feeder) dB p 2.0
Marge de fading rapide dB q 4.0
Path loss maximal dB r=d-n+o-p-q 151.0
Exigence de l'opérateur et environnement
Probabilité de couverture % 80
Fading lent dB 12.0
Marge de fading lent dB s 4.2
Exposant du modèle de propagation 3.52
Gain du soft handover dB t 2.0
Pénétration dans les bâtiments dB u 15.0
Perte de propagation permise dB v=r-s+t-u 133.8

Tab. 2.2: Bilan de liaison du service de données 144 kb/s (indoor 3 km/h avec soft handover).

21
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

de base égale à 30 m, une hauteur de mobile égale à 1.5 m et fréquence de porteuse égale à 1950 MHz
[1] :
L = 137.4 + 35.2 log(R) (2.1)

Ainsi L est la perte en dB et R est le rayon de la cellule en km. Pour un environnement suburbain en
supposant qu'il y a un facteur de corrélation de l'environnement égale à 8 dB, on obtient l'équation
suivante [1] :
L = 129.4 + 35.2 log(R) (2.2)

Si le rayon de la cellule est déterminé, la supercie de site qui est aussi en fonction de la sectorisation
de la station de base, peut être calculée, pour une cellule de forme hexagonale couverte par une antenne
omnidirectionnelle, la surface couverte peut être approximé par [1][4][13] :

S = 2.6 R2 (2.3)

En étudiant les deux services présentés dans les tableaux (2.1) et (2.2), nous avons obtenu les résultats
qui sont résumés dans le tableau (2.3).

Service voix 12.2 kb/s Service données 144 kb/s


Perte maximale en dB 138.9 133.8
Rayon de la cellule 1.1 Km 0.8 Km

Tab. 2.3: Rayon de la cellule en utilisant le bilan de liaison.

2.3 Analyse de La capacité


La capacité des sites WCDMA dépend de plusieurs contraintes : interférence, débit, QoS deman-
dée...
Dans cette partie, nous essayons de déterminer analytiquement l'impact de ces contraintes sur la ca-
pacité. Ensuite nous étudions le cas d'une cellule selon plusieurs scénarios.
Nous dénissons le rapport entre l'énergie binaire et la densité spectrale de bruit noté (Eb /No ), ce
rapport est donné par l'équation suivante [1][4].

Eb Signal de l'utilisateur j
( )j = gain de traitement de l'utilisateur j . (2.4)
No Total puissance recue sauf signal de j

Eb w Pj
( )j = . (2.5)
No υj .Rj Itotal − Pj
Avec :
w est le débit chips,

22
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

Pj est la puissance recue qui correspond à l'utilisateur j,


Rj , υj sont respectivement le débit et le taux d'activité de service utilisé par l'utilisateur j,
Itotal est l'interférence totale.
1
Pj = .Itotal (2.6)
1+ E w
b
( )j .Rj .υj
No

On dénit Pj = Lj .Itotal . Nous obtenons alors le facteur de charge Lj pour une connexion[1][11]

1
Lj = (2.7)
1+ E w
b
( )j .Rj .υj
No

N
X N
X
Itotal − PN = Pj = Lj .Itotal (2.8)
j=1 j=1
En général, l'interférence totale dans le sens montant est la somme des puissances reçues des mobiles
connectés à la cellule (interférence intra-cellulaire), des puissances reçues des mobiles connectés aux
autres cellules (interférence inrer-cellulaire) et de bruit thermique [4][10].
Le facteur d'augmentation de bruit ou Noise rise est déni comme le rapport de la puissance totale
reçue et le bruit thermique :
Itotal
Noise rise = (2.9)
PN
En utilisant l'équation (2.5), nous obtenons
Itotal 1 1
Noise rise = = PN = (2.10)
PN 1 − j=1 Lj 1 − ηul

Sachant que le facteur de charge est déni de la façon suivante


N
X
ηul = Lj (2.11)
j=1

L'interférence intercellulaire (causée par les autres cellules) doit être prise en compte lors de calcul de
facteur de charge. On introduit alors le facteur d'interférence i :
interférence intercellulaire
i= (2.12)
interférence intracellulaire
Le facteur de charge peut être écrit comme suit
N
X N
X 1
ηul = (1 + i). Lj = (1 + i). (2.13)
j=1 j=1
1+ E w
b
( )j .Rj .υj
No

23
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

L'un des avantages de l'UMTS est qu'il ore plusieurs classes de services. Dans notre calcul, nous
tenons compte de cette contrainte. Nous supposons par la suite qu'on a J services avec un taux de
pénétration βj . Pour chaque service j, βj représente le pourcentage des utilisateurs actifs du ce service
dans la cellule.
A partir des équation (2.10),(2.13) nous obtenons la capacité d'une cellule en lien montant

1
1−
N Rs
N= N
(2.14)
X βj
(1 + i). w
j=1 1+ Eb
No .Rj .υj

Nous obtenons la capacité pole en lien montant lorsque le facteur de charge égale à 1, ce qui correspond
à un noise rise égale à l'inni
1
Npole = N
(2.15)
X βj
(1 + i). w
j=1 1+ Eb
No .Rj .υj

Dans cette partie, nous avons analysé la capacité de la cellule pour diérents scénarios, ces derniers
sont classés de moins vers le plus complexe :
1. Une seule cellule avec un seul service pour tous les utilisateurs,
2. Une seule cellule avec plusieurs services pour chaque groupe d'utilisateurs,
3. Plusieurs cellules avec plusieurs services pour chaque groupe d'utilisateurs.

2.3.1 Cas de cellule isolée avec un seul service pour tous les utilisateurs
Dans le cas d'une cellule isolée, le facteur d'interférence est nul. Sachant qu'on a un seul service à
la fois, nous supposons qu'on a besoin d'un même Eb /No pour tous les utilisateurs.
les paramètres que nous l'avons considérés sont indiqués dans le tableau (2.4) :

Service Voix Données


Débit R (k bit/s) 12.2 144
Facteur d'activité υ 0.67 1
Eb /No cible (dB) 5.0 1.5

Tab. 2.4: Paramètres du 1ér scénario.

24
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

l'équation (1.13) devient


N
ηul = (2.16)
1+ E w
b
.R.υ
No

Ainsi, en utilisant les équations (1.10) et (1.16), le facteur d'augmentation de bruit ou noise rise est
exprimé comme suit :
1
NR = (2.17)
N
1−
1+ E w
b
.R.υ
No

20
voix (12.2 kb/s)
données (144 kb/s)
18

16

14

12
Noise rise(dB)

10

0
0 20 40 60 80 100 120
Capacité (Nombre d’utilisateurs/cellule)

Fig. 2.1: Evolution de noise rise en fonction de la charge.

La gure (2.1) présente l'évolution du noise rise en fonction du nombre des utilisateurs pour une
liaison montante. Avec un noise rise de 3 dB qui correspond à un facteur de charge égale à 50%, la
cellule peut supporter 68 utilisateurs de service vocal.
Nous remarquons aussi que la capacité de la cellule dépend de débit utilisateur. Ainsi, pour un même
noise rise égale à 3 dB, la cellule peut supporter 68 utilisateurs de service voix (12.2 kb/s) mais elle
peut supporter seulement 10 utilisateurs de service données (144 kb/s).
le nombre des utilisateurs par cellule peut être donné par l'équation (2.14) simpliée et qui sera :

25
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

1
1−
N Rs
N= (2.18)
1+ E w
b
.R.υ
No

2.3.2 Une cellule isolée avec plusieurs services


Dans ce scénario, nous supposons qu'on a plusieurs services ; ainsi chaque service est caractérisé
par son taux de pénétration c'est à dire le taux des utilisateurs de ce service qui sont actifs dans la
cellule. Les paramètres que nous avons considérés sont indiqués dans le tableau (2.5) :

Service Voix Données Données


Débit R (k bit/s) 12.2 144 384
Facteur d'activité υ 0.67 1 1
Eb /No cible (dB) 5.0 1.5 1.0
Taux de pénétration(βj )
1 er cas 0.80 0.15 0.05
2 ème cas 0.60 0.25 0.15
3 ème cas 0.50 0.30 0.20

Tab. 2.5: Paramètres de 2ème scénario.

D'après l'équation (2.10) et (2.13), le noise rise est donné par :


1
NR = N
(2.19)
X 1
1− w
j=1 1+ Eb
No .Rj .υj

La gure (2.2) montre l'interdépendance entre le nombre d'utilisateurs et le taux de pénétration


des services. En faite, avec un noise rise égale à 3 dB, la capacité de la cellule change pour les trois cas
mentionnés dans le tableau précédent.

26
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

18

1ér cas
16 2ème cas
3ème cas

14

12
Noise rise(dB)

10

0
0 5 10 15 20 25 30
Capacité (Nombre d’utilisateurs/cellule)

Fig. 2.2: Evolution de noise rise en fonction de comportement des utilisateurs.

Pour le 1ér cas, la cellule peut supporter au maximum 25 utilisateurs. Dans le deuxième cas, la
cellule peut supporter seulement 14 utilisateurs. Par contre dans le troisième cas, la capacité de la
cellule est limitée à 11 utilisateurs.

2.3.3 Une cellule dans un réseau avec plusieurs services


C'est le scénario le plus proche de la réalité, en eet, si une cellule C1 se trouve entourée par
des cellules voisines. Ces dernières produisent une interférence intercellulaire qui a un impact sur la
capacité de C1.
Analytiquement, la diérence entre ce scénario et celui qui le précède que nous avons ajouté le facteur
d'interférence i dans l'équation de noise rise :
1
NR = N
(2.20)
X 1
1 − (1 + i). w
j=1 1+ Eb
No .Rj .υj

La gure (2.3) présente l'évolution de noise rise en fonction de nombre des utilisateurs dans la cellule
en tenant compte de facteur d'interférence. les paramètres que nous avons considérés sont donnés dans
le tableau (2.6) :
En considérant un noise rise égal à 3 dB, nous remarquons que pour un facteur d'interférence égal à
0.3, la capacité maximale de la cellule est de 11 mobiles. Pour un facteur de d'interférence égale à 0.5,

27
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

25

i = 0.3
i = 0.5
i = 0.7
20

15
Noise rise(dB)

10

0
0 2 4 6 8 10 12 14 16
Capacité (Nombre d’utilisateurs/cellule)

Fig. 2.3: Inuence du facteur d'interférence sur la capacité.

Service Voix Données Données


Débit R (k bit/s) 12.2 144 384
Facteur d'activité υ 0.67 1 1
Eb /No cible (dB) 5.0 1.5 1.0
Taux de pénétration(βj ) 0.60 0.25 0.15
Facteur d'interférence i
1 er cas 0.30
2 ème cas 0.50
3 ème cas 0.70

Tab. 2.6: Paramètres de 3ème scénario.

la capacité se réduit à 9 utilisateurs. Si nous augmentons ce facteur à 0.7, la capacité se réduit encore
à 8 utilisateurs.
Pour un cas idéal où le facteur d'interférence est nul, comme nous l'avons étudié dans le 2ème cas du
scénario précédent, la capacité maximale de la cellule est de 14 utilisateurs.

2.4 Simulation
2.4.1 Description de la simulation
Dans cette partie, nous avons essayé de mettre en évidence l'interdépendance entre la taille de la
cellule et sa capacité en terme de nombre d'utilisateurs actifs. A travers cette simulation, nous avons
dégagé les principaux facteurs qui peuvent inuencer cette interdépendance.

28
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

Nous avons travaillé dans un environnement multiservices en tenant compte des caractéristiques de
chaque service en terme de débit, QoS.... Nous avons aussi tenu compte de l'interférence intercellulaire
an de se rapprocher au plus du cas réel d'un réseau UMTS.
Le contrôle de puissance est important pour le bon fonctionnement d'un réseau WCDMA : Il permet
d'assurer les besoins des utilisateurs et minimiser l'interférence globale dans le réseau. Vu cette impor-
tance, nous avons commencer par implémenter un algorithme de contrôle de puissance.
Dans cette simulation, nous avons utilisé l'approche statique dite simulation de Monte-Carlo qui
consiste à simuler plusieurs fois le même système et de moyenner tous les paramètres de sortie.
Dans le processus de contrôle de puissance, on cherche à orir la QoS cible pour chaque utilisateur,
cette condition est traduitée par la formule suivante :
Eb W Pj Eb
( )j = . PN ≥ ( )cible (2.21)
No υj .Rj k=1,k6=j Pk + N
No

Avec N est le bruit thermique.


L'organigramme (2.4) présente les étapes de cette simulation.

Fig. 2.4: Les étapes de la simulation.

29
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

2.4.2 Principe de la simulation


Le principe de la simulation est réprésenté dans l'organigramme suivant :

Fig. 2.5: Algorithme de la simulation.

30
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

2.4.3 Paramètres de la simulation


Dans une première phase, les opérateurs vont installer leurs réseaux UMTS dans les zones urbaines.
Dans notre simulation, nous étudions alors le cas d'un environnement urbain. Nous prenons le modèle
d'Okumara-Hata comme modèle de propagation ; l'aaiblissement est donc donné par l'équation (2.1).
L'eet de masque est modélisé par une loi log-normale [8]. En environnement urbain, l'écart type s
caractérisant l'eet de l'environnement a une valeur typique entre 6 et 8 dB. Les autres paramètres de
la simulation sont présentés dans le tableau (2.7) :

Paramètres Valeurs
Sectorisation Omnidirectionnelle
Service voix 12.2 kb/s
données 64 kb/s
données 144 kb/s
Eb /No cible (dB) 5.0 pour la voix 12.2 kb/s
3.0 pour données 64 kb/s
1.5 pour données 144 kb/s
Facteurs d'activité 0.67 pour la voix
1 pour les données
Facteur d'interférence 0.5
Puissance maximale de mobile 21 dBm pour la voix
24 dBm pour les données
Puissance minimale de mobile -41 dBm
Puissance de bruit du récepteur -103 dBm
Modèle de propagation Okumura Hata
Ecart type de l'eet de masque 7 dB
Débit chip 3.84 Mchip/s

Tab. 2.7: Paramètres de simulation.

2.5 Résultats et interprétations


A travers cette simulation, nous avons pu dégager plusieurs résultats qui sont présentés dans la
suite.

2.5.1 Interdépendance entre la taille de la cellule et le nombre d'utilisateurs


La variation de la taille de la cellule dépend de nombre d'utilisateurs, les gure (2.6) et (2.7)
présentent cette variation pour le service de la voix 12.2 kb/s et de données 64 kb/s.
Nous remarquons, que plus le nombre d'utilisateurs actifs augmente dans la cellule, plus le rayon
de la cellule décroît, c'est ce qu'on appelle le phénomène de respiration de cellule.

31
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

1100

12.2 kb/s
1000

900

800
Rayon de cellule (m)

700

600

500

400

300
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Nombre d’utilisateurs actifs

Fig. 2.6: Variation du rayon de la cellule en fonction de la charge pour le service de la voix 12.2 kb/s.

800

750 64 kb/s

700

650
Rayon de cellule (m)

600

550

500

450

400

350

300
4 6 8 10 12 14 16 18
Nombre d’utilisateurs actifs

Fig. 2.7: Variation du rayon de la cellule en fonction de la charge pour le service de données 64 kb/s.

32
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

La gure (2.8) présente la variation de la taille de la cellule pour trois types de service : service de la
voix 12.2 kb/s, service de données 64 kb/s et service de données 144 kb/s.

1100
12.2 kb/s
64 kb/s
1000 144 kb/s

900

800
Rauon de cellule (m)

700

600

500

400

300

200
0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50
Nombre d’utilisateurs actifs

Fig. 2.8: Variation du rayon de la cellule en fonction de la charge pour diérents types de services.

Nous remarquons que la taille de la cellule varie en fonction de la capacité, mais cette variation
n'est pas la même pour chaque type de service. En eet, pour un service donné, la taille de la cellule
est encore réduite autant que le service nécessite plus de débit.

2.5.2 Impact de taux de pénétration de service


Parmi les objectifs de l'UMTS, c'est d'orir une gamme de services aux utilisateurs, nous supposons
ainsi deux scénarios :
a) 1ér scénarios : 80% des utilisateurs actifs sont des utilisateurs de service voix 12.2 kb/s, 10% sont
des utilisateurs de service données 64 kb/s et 10% des utilisateurs de données 144 kb/s.
b) 2ème scénarios : 50% des utilisateurs actifs sont des utilisateurs de service voix 12.2 kb/s, 40% sont
des utilisateurs de service données 64 kb/s et 10% des utilisateurs de données 144 kb/s.
La gure suivante présente les résultats obtenus :
Nous remarquons qu'on n'a pas la même variation de la taille de la cellule pour les deux scénarios.
Ainsi il faut tenir compte de taux de pénétration de chaque service pour le dimensionnement d'un site
WCDMA.

33
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

900

800 Scénario 1
Scénario 2

Rayon de cellule (m) 700

600

500

400

300

200
4 6 8 10 12 14 16 18 20 22 24
Nombre d’utilisateurs actifs

Fig. 2.9: Inuence de taux de pénétration sur la variation du rayon de la cellule.

2.5.3 Impact de la répartition spatiale des abonnés


La répartition uniforme de trac est une approche théorique, en réalité les mobiles ont un com-
portement dynamique et aléatoire. Pour cela, nous supposons dans une première approche qu'on a
une répartition uniforme sur toute la cellule. Dans la deuxième approche, nous supposons qu'on a une
répartition non uniforme. On génère alors N mobiles qui sont localisés dans un rayon de 200 m. Seule
le mobile de référence qui est placé à l'extrémité.
D'après la gure (2.10), nous remarquons que la nature de la répartition des abonnés inue sur la
variation de la taille de la cellule.

34
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

1100

Uniforme
1000 Non uniforme

900

800
Rayon de cellule (m)

700

600

500

400

300

200
0 5 10 15 20 25 30 35
Nombre d’utilisateurs actifs

Fig. 2.10: Inuence de la répartition spatiale des abonnés actifs sur la variation du rayon de la cellule.

2.5.4 Comparaison avec le réseau GSM


Les opérateurs utilisent dans le dimensionnement et la planication d'un réseau GSM plusieurs
types des sites diérenciés par leur capacité. En particulier, dans les zones urbaines, la plupart des
opérateurs utilisent des sites tri-sectorielles à quatre TRX (S444 ), des sites tri-sectorielles à six TRX
(S666 ) et des sites tri-sectorielles à huit TRX (S888 ), an d'assurer une capacité en trac susante.
Nous supposons que nous avons maintenant des sites omnidirectionnels à quatre, six et huit TRX.
Nous allons déterminer ensuite la taille maximale de la cellule pour chaque cas de conguration.
Pour se rapprocher du GSM, nous supposons que tous les mobiles actifs dans la cellule utilisent le
service de la voix 12.2kb/s.
Les résultats obtenus sont résumés dans le tableau (2.8) :

NSDCCH NT CH Taille maximale de la cellule en mètres


4 TRX 2 29 786
6 TRX 3 44 420
8 TRX 4 59 248

Tab. 2.8: Taille des cellules en utilisant les sites du GSM.

D'après ce tableau, nous constatons que si nous utilisons une conguration donnée d'un site GSM
existant comme étant un nouveau site UMTS, la taille de la cellule sera conditionnée par plusieurs
paramètres comme le nombre d'utilisateurs actifs, type de service...

35
Analyse de la couverture et de la capacité des sites WCDMA

2.6 Principales recommandations à suivre pour implanter un réseau


UMTS
D'après l'étude faite précédemment, on peut énoncer quelques recommandations à suivre et qui
paraissent indispensable pour l'implantation d'un réseau UMTS :
 La taille de la cellule diminue en fonction de l'augmentation de nombres d'utilisateurs actifs ; d'où
il faut tenir compte de cette interdépendance entre taille et capacité lors de dimensionnement
des sites WCDMA.
 Il faut bien estimer le taux d'activité de chaque type de service. Dans ce cas les opérateurs
peuvent supposer plusieurs scénarios.
 Il faut connaître ou estimer la répartition spatiale des abonnés, puisque ce facteur a un impact
direct sur la variation de la taille de la cellule.

2.7 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons présenté le bilan de liaison en WCDMA (lien montant) avec ses para-
mètres spéciques comme le gain du soft handover. Ensuite, nous avons eectué plusieurs simulations
an de mette en évidence l'interdépendance entre la taille de la cellule et sa capacité, ainsi que les
facteurs qui inuent cette interdépendance.
Les résultats obtenus ont fait l'objet d'une liste de recommandations qui seront prises en compte dans
notre méthodologie d'optimisation que nous présenterons dans le prochain chapitre.

36
Chapitre 3

Etude de la migration vers l'UMTS en se


basant seulement sur l'infrastructure
GSM existante

3.1 Introduction
our migrer vers un nouvel système de communications, les opérateurs veulent bénécier au maxi-
P mum de l'infrastructure existante des anciens réseaux pour diminuer le coût de cette migration.
C'est le cas de L'UMTS où les opérateurs veulent utiliser l'infrastructure du réseau GSM en particulier
les sites GSM. Ainsi dans ce chapitre, nous étudions la migration du réseau GSM vers l'UMTS en se
basant seulement sur les sites GSM existants.
Pour cela, nous commençons par étudier la conguration d'un réseau GSM réel qui nous servira comme
modèle de réseau pour tout le reste du travail. Ensuite, nous évaluons la performance de nouveau réseau
UMTS obtenu après la migration.

3.2 Présentation de réseau GSM à optimiser


Le réseau GSM que nous avons choisi pour notre étude est celui de Tunisie Telecom qui couvre le
centre ville de Tunis. Ce réseau présenté par la gure (3.1), comporte 33 sites GSM et s'étale sur une
surface de 5 x 8 km2 .

37
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

Fig. 3.1: Conguration initiale du réseau GSM

3.3 Analyse de trac


Dans cette partie, nous allons analyser le trac GSM. Après cette analyse, nous allons déduire le
trac UMTS en adoptant plusieurs scénarios.
Nous avons utilisé des mesures réelles faite par l'opérateur tunisien, ces mesures indiquent le trac
GSM maximal écoulé pour chaque site. Ces mesures sont schématisées dans la gure (3.2).
Nous remarquons dans notre cas que les sites GSM n'ont pas le même volume de trac écoulé, cela
est dû à la répartition des utilisateurs dans le réseau qui n'est pas uniforme.
Pour cela, et an d'analyser le trac GSM, nous avons suivi les étapes suivantes :
 Discrétiser la zone d'étude en des sous unités d'espace sous forme des mailles de côté égale à 25
m,
 Nous avons au total 200 x 320 unités, pour chaque unité d'espace obtenue, nous avons cherché
sa densité de trac.

38
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

45

40

35

30
Trafic GSM (Erlang)

25

20

15

10

0
0 5 10 15 20 25 30 35
Numéro de site

Fig. 3.2: Analye du trac GSM.

Concernat le trac UMTS, nous avons supposé que 40% des utilisateurs du GSM utilisent les
services de l'UMTS. Une contrainte qu'on doit tenir en compte dans ce travail est que les utilisateurs de
l'UMTS qui sont servis par un site UMTS n'utilisent pas forcément le même service. Cette coexistence
de multiservices aecte la capacité des sites UMTS. Pour cela nous avons proposé plusieurs scénarios :
 1er scénario : 80% des utilisateurs actifs utilisent le service voix 12.2 kb/s et 20% sont des
utilisateurs de service données à 64 kb/s,
 2ème scénario : 50% des utilisateurs actifs utilisent le service voix 12.2 kb/s et 50% sont des
utilisateurs de service données à 64 kb/s,
 3ème scénario : 50% des utilisateurs actifs utilisent le service voix 12.2 kb/s, 30% sont des
utilisateurs de service données à 64 kb/s et 20% utilisent le service de données à 144 kb/s.
Ces trois scénarios peuvent être vus en réalité comme trois phases successives dans le déploiement d'un
réseau UMTS. En eet, un opérateur va répondre en premier temps au besoin mère des utilisateurs
qui est le service vocal. Puis, dans des phases futures, l'opérateur va améliorer son réseau pour qu'il
permette d'orir en fonction de la demande des multiservices avec des hauts débits comme le service
de donnée 144 kb/s.

3.4 Calcul de la portée des sites en utilisant la technique WCDMA


Dans cette partie, nous avons calculé la portée de chaque site GSM existant en le considérant
comme un site UMT. Nous avons ainsi tenu compte des contraintes suivantes :

39
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

 La répartition spatiale des abonnées,


 Le Soft handover
Le soft handover inue sur la couverture des sites puisque il inue directement sur la capacité. En eet,
un mobile dans une situation de soft handover entre deux cellules établit des liens avec chaque cellule
d'où il inue sur la capacité de ces cellules.
Pour le calcul des portées des sites, nous avons utilisé la technique WCDMA basée sur le contrôle de
puissance. Cette technique qui est déjà détaillée lors des simulations dans le chapitre précédent.
Le problème dans le calcul des portées des sites UMTS réside dans l'interdépendance entre la couverture
et la capacité. La solution que nous avons adoptée consiste d'abord à initialiser un rayon minimal dont
le quel nous générons N-1 mobiles et un nième mobile que nous plaçons à l'extrémité. Ensuite, nous
testons si ce nième mobile peut être admis dans la cellule. Après plusieurs itérations, si le mobile
est admis dans plus de 95% des cas, nous augmentons le rayon d'un pas égal à 25 m. Ces étapes
sont répétées jusqu'au cas dont lequel le nième mobile n'est pas admis dans la cellule. Nous prenons
alors le dernier rayon calculé dont lequel le nième mobile est admis. L'organigramme (3.3) présente ce
processus.

40
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

Fig. 3.3: Recherche de la couverture réelle du site UMTS.

41
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

Les gures (3.4), (3.5), (3.6) présentent les résultats obtenus.

Fig. 3.4: Couverture des sites UMTS (1ér scénario)

42
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

Fig. 3.5: Couverture des sites UMTS (2 ème scénario)

Fig. 3.6: Couverture des sites UMTS (3 ème scénario)

43
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

3.5 Evaluation des résultats et analyse des performances


Pour évaluer la performance d'un réseau, un opérateur peut mesurer plusieurs paramètres comme
le taux de couverture, le taux de recouvrement, la probabilité de blocage...
Dans notre projet, nous tenons compte de deux indicateurs : le taux de couverture et le taux de
recouvrement.
Nous avons choisi ces indicateurs vu les besoins suivants :
 L'opérateur doit assurer un taux de couverture minimal an de répondre au maximum des utili-
sateurs et an de s'échapper des situations de coupure d'appel s'il y'a des trous de couvertures,
 L'opérateur doit aussi limiter le taux de recouvrement car une sur couverture importante entre
les sites peut aecter la performance de mécanisme de soft handover et dégrade la capacité du
système.
Les taux de couverture obtenus pour les diérents scénario sont présentés dans la gure (3.7).

Fig. 3.7: Analyse des performances pour les diérents scénarios

Nous remarquons que les résultats obtenus sont diérents pour les trois scénarios, pour mieux voir
cette diérence, une analyse de ces scénarios est présentées dans le tableau (3.1).

44
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

Taux de couverture
1 ér scénario 59.6%
2 ème scénario 55.2%
3 ème scénario 51.1%

Tab. 3.1: Analyse des scénarios.

Nous remarquons que le taux de couverture diminue en passant du 1ér au 3ème scénario. Ce résul-
tat conrme les résultats des simulations illustrés dans le chapitre précédent. En eet, nous avons vu
que lorsque on augmente le débit en gardant le même nombre d'usagers actifs, la taille des cellules se
réduit, d'où la couverture globale des sites va diminuer.
Le deuxième paramètre que nous l'avons tenu compte est le taux de recouvrement par site, les gures
(3.8), (3.9), (3.10) présentent les résultats obtenus pour chacun des trois scénarios.

100

90

80

70
Taux de recouvrement

60

50

40

30

20

10

0
0 5 10 15 20 25 30 35
Numéro de site

Fig. 3.8: Taux de recouvrement par site (1ér scénario).

45
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

50

45

40

35
Taux de recouvrement

30

25

20

15

10

0
0 10 20 30 40 50 60 70
Numéro de site

Fig. 3.9: Taux de recouvrement par site (2 ème scénario)

100

90

80

70
Taux de recouvrement

60

50

40

30

20

10

0
0 5 10 15 20 25 30 35
Numéro de site

Fig. 3.10: Taux de recouvrement par site (3 ème scénario).

46
Etude de la migration vers l'UMTS en se basant seulement sur l'infrastructure GSM existante

Nous remarquons que pour un tel scénario, les sites ont des taux de recouvrement diérents. En
changeant de scénario, le taux de recouvrement d'un site donné change. Nous remarquons que le taux
de recouvrement dans les trois scénarios a dépassé les valeurs seuils exigées par la plupart des opéra-
teurs qui sont de l'ordre de 50%. Aussi, le taux de couverture dans les trois scénarios n'a pas atteint
les valeurs souhaitables qui sont de l'ordre de 95%.

3.6 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons étudié la migration du réseau GSM qui couvre le centre ville de Tunis
vers le réseau UMTS, cette migration est basée seulement sur l'utilisation de l'infrastructure existante
de réseau GSM.
Nous avons déduit que la conguration du réseau obtenu présente deux problèmes : un taux de cou-
verture faible et des cellules ayant un taux de recouvrement important. La conguration actuelle du
réseau GSM n'est pas donc optimale pour la migration vers l'UMTS. Dans le prochain chapitre, nous
proposerons des techniques pour la migration optimale de réseaux GSM vers l'UMTS.

47
Chapitre 4

Outil d'optimisation pour une migration


optimale vers l'UMTS : Etude de cas et
évaluation des performances

4.1 Introduction
Nous avons vu dans le chapitre précédent que nous ne pouvons pas migrer vers l'UMTS en utilisant
seulement l'infrastructure existante. Nous devons donc chercher des techniques d'optimisation qui
garantissent une migration optimale vers l'UMTS.
Dans ce chapitre, nous allons d'abord présenter plusieurs techniques d'optimisation que nous allons
appliquer au réseau GSM du centre ville de Tunis. Ensuite, nous allons comparer les résultats trouvés
par chaque technique. Enn, nous allons implémenter la meilleure technique dans notre simulateur.

4.2 Dénition des besoins


Dans cette partie, nous avons dénit nos besoins, nous cherchons à trouver des techniques pour la
migration optimale de réseau GSM vers l'UMTS.
Nous avons cherché à exploiter au maximum l'infrastructure existante du réseau GSM, mais comme
nous l'avons mentionné dans le chapitre précédent, nous ne pouvons pas avoir un réseau UMTS per-
formant en se basant seulement sur les sites GSM existants, d'où nous devons trouver des techniques
d'optimisation qui permettent d'une part une migration optimale vers l'UMTS et qui d'autre part
garantissent des bonnes performances de réseau UMTS.
Les critères d'optimisation sont les suivants :
 Maximiser le taux de couverture, dans notre cas, nous exigeons un taux de couverture égale à
95%,

48
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

 Assurer un taux de recouvrement acceptable et éviter une sur couverture entre les sites ce qui
aecte la performance de mécanisme de soft handover, nous exigeons que le taux de recouvrement
maximal par site soit égale à 50%.

4.3 Algorithme d'optimisation


Dans cette partie, nous avons essayé de développer un algorithme qui permet de migrer à partir
d'une conguration GSM existante vers l'UMTS en utilisant le maximum de l'infrastructure existante
et en ajoutant des nouveaux sites qui sont nécessaires pour avoir un réseau UMTS qui répond aux
besoins cités précédemment.

4.3.1 Dicultés de la planication des réseaux UMTS par rapport au GSM


Nous avons vu dans le chapitre précédent que la conguration initiale des sites GSM ne permet pas
toue seule de migrer vers un réseau UMTS qui assure un taux de couverture et un taux de recouvrement
acceptable. Nous avons ajouté donc des nouveaux sites UMTS pour maximiser le taux de couverture en
particulier en évitant les trous de couverture, et aussi pour avoir un taux de recouvrement acceptable.
Dans les réseaux GSM, pour supprimer les trous de couverture, nous pouvons déterminer le nombre
de sites nécessaires puisque nous savons le rayon d'un site qui ne dépend que de bilan de liaison. Par
contre, en UMTS ce processus devient très complexe, car la couverture d'une cellule est liée étroitement
avec sa capacité en terme de nombre d'utilisateurs actifs dans cette cellule. Ainsi, la taille d'un site est
variable ce qui ne permet pas de déterminer le nombre de sites exactes qui est nécessaire pour avoir
un taux de couverture et un taux de recouvrement optimums.
Dans la suite, nous proposons deux algorithmes d'optimisations qui sont basés sur des approches
diérentes.

4.3.2 Algorithme d'optimisation (1ére approche)


Dans une première étape, nous avons développé un algorithme qui permet de déterminer les sites
GSM qui ne peuvent pas être utilisés par l'UMTS, les sites GSM/UMTS à garder et les sites UMTS à
ajouter.
Cet algorithme est divisé en deux sous blocs qui ont les fonctions suivantes :
 Supprimer les sites GSM dont le taux de recouvrement dépasse le 50%,
 Balayer toute la zone d'étude. Si nous trouvons un trou de couverture qui dépasse le 500 m2 ,
nous ajoutons un site UMTS au centre de ce trou. A chaque fois que nous avons un nouveau site,
nous recalculons la nouvelle surface couverte.
Les étapes de cet algorithme sont présentées dans l'organigramme suivant.

49
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Fig. 4.1: Algorithme d'optimisation (1ère approche).

50
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Nous rappelons que les trois scénarios que nous sommes entrain d'étudier sont :
 1er scénario : 80% des utilisateurs actifs utilisent le service voix 12.2 kb/s et 20% sont des
utilisateurs de service données 64 kb/s,
 2ème scénario : 50% des utilisateurs actifs utilisent le service voix 12.2 kb/s et 50% sont des
utilisateurs de service données 64 kb/s,
 3ème scénario : 50% des utilisateurs actifs utilisent le service voix 12.2 kb/s, 30% sont des
utilisateurs de service données 64 kb/s et 20% utilisent le service de données 144 kb/s.
Les résultats obtenus en appliquant cet algorithme sur le réseau GSM de centre ville de Tunis pour les
diérents scénarios sont présentés dans les gures (4.2), (4.3), (4.4).

Fig. 4.2: Couverture des sites UMTS en utilisant le premier algorithme d'optimisation (1ér scénario).

51
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Fig. 4.3: Couverture des sites UMTS en utilisant le premier algorithme d'optimisation (2ème scénario).

Fig. 4.4: Couverture des sites UMTS en utilisant le premier algorithme d'optimisation (3ème scénario).

52
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Comme nous l'avons cité, les critères de performances sont le taux de couverture et le taux de
recouvrement. D'abord, nous avons calculé le taux de couverture pour notre nouveau réseau UMTS
que nous avons obtenu en appliquant notre premier algorithme d'optimisation. Les résultats ainsi
trouvés sont schématisés dans la gure suivante et ils sont résumés dans le tableau (4.1).

Fig. 4.5: Performances du premier algorithme d'optimisation.

Taux de couverture
1 ér scénario 88.6%
2 ème scénario 86.6%
3 ème scénario 86.3%

Tab. 4.1: Analyse des scénarios après l'optimisation en utilisant le premier algorithme.

Le deuxième critère que nous avons vérié c'est le taux de recouvrement, les résultats obtenus pour
les trois scénarios sont présentés dans les gures (4.6), (4.7), (4.8).

53
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

70

60

50
Taux de recouvrement par site

40

30

20

10

0
0 10 20 30 40 50 60
Numéro de site

Fig. 4.6: Taux de recouvrement par site (1ér scénario) en utilisant le premier algorithme d'optimisation.

54
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

70

60

50
Taux de recouvrement par site

40

30

20

10

0
0 10 20 30 40 50 60
Numéro de site

Fig. 4.7: Taux de recouvrement par site (2éme scénario) en utilisant le premier algorithme d'optimisation.

80

70

60
Taux de recouvrement par site

50

40

30

20

10

0
0 10 20 30 40 50 60
Numéro de site

Fig. 4.8: Taux de recouvrement par site (3ème scénario) en utilisant le premier algorithme d'optimisation.

55
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

4.3.3 Interprétations des résultats


Nous remarquons que le taux de recouvrement pour les trois scénarios s'est amélioré par rapport à
celui trouvé dans le chapitre précédent lorsque nous avons utilisé seulement l'infrastructure GSM pour
la migration vers l'UMTS, mais ce taux n'a pas atteint la valeur que nous avons exigé qui est égale à
95%.
Nous remarquons aussi que le taux de recouvrement pour certains sites a dépassé la valeur maximale
qui est de l'ordre de 50%.
Puisque nous n'avons pas atteint des valeurs satisfaisantes pour le taux de couverture et le taux de
recouvrement, nous avons proposé un deuxième algorithme d'optimisation.

4.3.4 Coûts de la migration vers l'UMTS (1ér algorithme)


Une contrainte que l'opérateur tient en compte lors de la migration vers un nouvel système de
communications est le coût de cette migration, dans notre projet, nous avons déni le coût de la
migration par le nombre de sites UMTS à ajouter.
Le coût de cette migration en utilisant le premier algorithme d'optimisation est résumé dans le tableau
suivant.

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3


Nombre de sites GSM à enlever 5 2 1
Nombre de sites GSM/UMTS à garder 28 31 31
Nombre de sites UMTS à ajouter 20 23 25
Nombre total des sites 48 54 56

Tab. 4.2: Coûts de la migration du GSM vers l'UMTS (1ér algorithme d'optimisation).

4.3.5 Algorithme heuristique (2ème approche)


Cet algorithme a les mêmes objectifs que le premier algorithme, en eet nous essayons de trouver
une bonne conguration d'un réseau UMTS en utilisant au maximum l'infrastructure existante de
notre réseau GSM de départ et en ajoutant les nouveaux sites nécessaires an que notre nouveau
réseau UMTS assure un bon taux de recouvrement et garantit un taux de recouvrement acceptable.
L'idée de cet algorithme est diérente du celle du premier algorithme, ce dernier se compose de trois
modules. Dans le premier module nous avons pris la conguration initiale du réseau GSM et nous avons
supprimé les cellules les plus chevauchées dont les taux de recouvrement dépassent le 50%.
Dans le deuxième module, nous avons d'abord initialisé le nombre de site UMTS à ajouter et nous avons
initialisé un compteur. Ensuite, nous avons utilisé une approche heuristique. Cette approche consiste
à positionner les nouveaux sites UMTS dans des positions aléatoires mais ces positions doivent être

56
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

dans des trous de couverture, puis nous calculons le taux de couverture et le taux de recouvrement.
Cette étape de positionnement aléatoires est répétée jusqu'à obtenir des taux de couverture et de
recouvrement souhaités ou jusqu'a l'expiration du compteur. Si le compteur expire, nous déduisons
que le nombre des sites UMTS que nous avons ajouté n'est pas susant, donc, nous augmentons ce
nombre. Ces étapes sont présentées plus en détails dans l'organigramme (2.9).

57
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Fig. 4.9: Algorithme heuristique (2ème approche).

58
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Les résultats de cet algorithme pour les trois scénarios sont présentés par les gures (4.10), (4.11),
(4.12).

Fig. 4.10: Couverture UMTS en utilisant l'algorithme heuristique (1ér scénario).

59
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Fig. 4.11: Couverture UMTS en utilisant l'algorithme heuristique (2ème scénario).

Fig. 4.12: Couverture UMTS en utilisant l'algorithme heuristique (3ème scénario).

60
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Les taux de couverture obtenus par l'application du deuxième algorithme sont présentés dans la
gure suivante.

Fig. 4.13: Performances de l'algorithme heuristique.

Nous avons résumé ces résultats dans le tableau (4.3).

Taux de couverture
1 ér scénario 96.8%
2 ème scénario 95.8%
3 ème scénario 95.2%

Tab. 4.3: Analyse des scénarios après la migration en utilisant l'algorithme heuristique.

Le deuxième critère que nous avons vérié c'est le taux de recouvrement, les résultats obtenus pour
les trois scénarios sont présentés dans les gures (4.14), (4.15), (4.16).

61
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

50

45

40

35
Taux de recouvrement

30

25

20

15

10

0
0 10 20 30 40 50 60
Numéro de site

Fig. 4.14: Taux de recouvrement par site (1ér scénario) en utilisant l' algorithme heuristique.

62
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

50

45

40

35
Taux de recouvrement par site

30

25

20

15

10

0
0 10 20 30 40 50 60
Numéro de site

Fig. 4.15: Taux de recouvrement par site (2éme scénario) en utilisant l'algorithme heuristique.

50

45

40

35
Taux de couverture par site

30

25

20

15

10

0
0 10 20 30 40 50 60 70
Numéro de site

Fig. 4.16: Taux de recouvrement par site (3ème scénario) en utilisant l'algorithme heuristique.

63
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

4.3.6 Interprétation des résultats


Nous remarquons que dans ce cas, nous avons pu atteindre pour les trois scénarios un taux de
couverture supérieur à 95%. En plus, le taux de recouvrement pour chaque site n'a pas dépassé le seuil
de 50% que nous avons exigé comme une borne supèrieure au départ de notre travail.

4.3.7 Coût de la migration vers l'UMTS (2ème algorithme)


Comme nous l'avons fait pour le premier algorithme d'optimisation, nous avons cherché le coût de
la migration du réseau GSM existant vers l'UMTS.
Le coût de cette migration en utilisant l'algorithme heuristique est présenté dans le tableau suivant.

Scénario 1 Scénario 2 Scénario 3


Nombre de sites GSM à enlever 5 5 1
Nombre de sites GSM/UMTS à garder 28 28 32
Nombre de sites UMTS à ajouter 23 28 31
Nombre total des sites 51 56 63

Tab. 4.4: Coûts de la migration du GSM vers l'UMTS (2ème algorithme d'optimisation).

4.4 Comparaison entre les performances des deux algorithmes d'op-


timisation
Nous avons remarqué que les deux algorithmes sont diérents d'abord dans leurs principes, ensuite,
et ce qui est important qu'ils ont abouti à des résultats diérents :
 Le deuxième algorithme d'optimisation a garanti un bon taux de couverture et aussi un bon taux
de recouvrement par site, ce qui n'est pas le cas pour le premier algorithme,
 D'un point de vue informatique, le deuxième algorithme prend plus de temps dans son exécution
que le premier algorithme.
Nous avons résumé ces diérences dans le tableau (4.5).

1ér algorithme 2ème algorithme


Taux de couverture Mauvais Bon
Taux de recouvrement Mauvais Bon
Temps d'exécution - Plus lent

Tab. 4.5: Comparaison entre les performances des deux algorithmes d'optimisation

Dans la suite, nous allons adopter le deuxième algorithme car il répond aux contraintes que nous
avons exigé au départ de notre travail. Ces contraintes sont le taux de couverture et le taux de recou-

64
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

vrement par site.

4.5 Développement d'un simulateur pour la migration vers l'UMTS


Nous avons développé un simulateur dont lequel nous avons implémenté notre algorithme d'opti-
misation. Ce simulateur permet de donner la conguration optimale d'un réseau UMTS en exploitant
au maximum l'infrastructure du réseau GSM existant.

4.5.1 Paramètres d'entrée


Les paramètres d'entrés sont :
 Paramètres des sites et leurs positions,
 Trac écoulé pour chaque site,
 Répartition spatiale des abonnés GSM,
 Contrainte de l'opérateur : un taux de couverture égale à 95% et un taux de recouvrement par
site qui ne dépasse pas le 50%.

4.5.2 Paramètres de sortie


Les paramètres de sortie de notre simulateur sont :
 Le nombre et les positions des sites GSM à enlever,
 Le nombre et les positions des sites GSM/UMTS à garder,
 Le nombre et les positions des sites UMTS à ajouter,
 Le taux de couverture,
 Le taux de recouvrement par site,
 Le taux d'admission,
 Le coût de la migration vers l'UMTS.

4.5.3 Conception du simulateur


Pour réaliser notre simulateur, nous avons abordé las étapes suivantes :
1. Analyse de trac GSM de chaque site et estimation du trac UMTS,
2. Calcul de portée maximale chaque site en utilisant le bilan de liaison,
3. Calcul de portée de chaque site GSM en fonction de trac écoulé en se basant sur la technique
WCDMA, tout en tenant compte de mécanisme de soft handover,
4. Appliquer l'algorithme d'optimisation en tenant compte des contraintes de performances exigées
par l'opérateur.
La conception de notre simulateur est présentée en détail dans l'organigramme suivant.

65
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Fig. 4.17: La conception du simulateur.

66
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

4.5.4 Réalisation
La gure (4.15) présente la première interface utilisateur, à partir de cette interface, l'utilisateur
peut accéder au menu principal du simulateur.

Fig. 4.18: Fenêtre principale du simulateur.

L'interface présentée dans la gure (4.16) permet à l'utilisateur d'enter ses paramètres en particu-
lier la conguration initiale du réseau GSM et ensuite, il aura les paramètres de nouveau réseau UMTS
ainsi que ses performances, notons que tous les résultats que nous avons présentés dans ce chapitre et
dans le chapitre précédent sont obtenus en utilisant ce simulateur.

67
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

Fig. 4.19: Fenêtre d'acquisition et de traitement.

4.6 Les apports de notre travail


Nous pouvons résumé les apports de notre projet dans les points suivants :
 Nous avons montré l'impact de l'interférence sur la capacité des systèmes WCDMA.
 Nous avons montré à travers les simulations dans le deuxième chapitre l'interdépendance entre
la couverture et la capacité des cellules, nous avons montré aussi l'inuence de la répartition
spatiale des abonnés actifs sur la variation de la couverture d'un site UMTS,
 Nous avons introduit dans nos simulations la contrainte de multiservices qui est une caractéris-
tique principale de l'UMTS,
 Nous avons developpé un simulateur qui fonctionne d'une manière automatique et qui nous a
permi de migrer à partir de réseau GSM de grand Tunis vers l'UMTS en assurant de bonnes
performances.

4.7 Les limites


A ce stade, nous ne pouvons pas voir toutes les limites de notre travail, mais nous pouvons signaler
les points suivants :
 Nous avons supposé dans notre travail que le nombre des utilisateurs dans le réseau est constant,
par ailleurs, nous savons bien en suivant un modèle de mobilité que le nombre des utilisateurs

68
Outil d'optimisation pour une migration optimale vers l'UMTS : Etude de cas et évaluation des
performances

change au cours de temps,


 D'un point de vue informatique, le simulateur que nous avons réalisé prend beaucoup de temps
dans son exécution. Donc, il est nécessaire d'optimiser notre algorithme et/ou de changer vers
un autre langage de programmation.

4.8 Conclusion
Dans ce chapitre, nous avons d'abord déni les besoins à répondre, ensuite, nous avons présenté
deux algorithmes d'optimisation qui sont basés sur des approches diérentes.
Nous avons étudié la migration du réseau GSM du grand Tunis vers l'UMTS en appliquant ces deux
algorithmes. A la lumière des critères de performances obtenus, nous avons pu choisir un algorithme
que nous avons implémenté dans un simulateur.

69
Conclusion générale et perspectives

'objectif de notre projet est de proposer des techniques de migration optimale de réseau GSM vers
L l'UMTS.
Pour ce faire, nous avons commencé à présenter l'interface radio de l'UMTS en expliquant la technique
d'accès WCDMA.
Après avoir analysé la couverture et la capacité des sites WCDMA selon plusieurs scénarios, nous
avons pu mettre en évidence l'interdépendance entre la couverture, le type de services demandé et la
capacité des systèmes WCDMA. Ces résultats ont été montrés à la fois par le calcul analytique et les
simulations.
Les résultats des simulations relatives au dimensionnement de la capacité des sites WCDMA ont fait
l'objet d'une liste de recommandations pour l'implantation d'un réseau UMTS, à savoir l'importance
de la connaissance de la répartition spatiales des usagers, la nature des services demandés, le nombre
des connexions simultanées...

Par ailleurs, pour aborder la phase de migration d'un réseau GSM vers un réseau UMTS et en se
basant sur les résultats obtenu dans la première partie de ce travail, nous avons choisi le réseau GSM
qui couvre le centre ville de Tunis comme un modèle d'étude. Ce réseau comporte 33 sites GSM répartis
sur une surface de 40 Km2 .
A partir de la conguration de ce réseau et le trac mesuré dans ses cellules, nous avons tout d'abord
estimé la répartition spatiale du trac mobile en adoptant une discrétisation de l'environnement en des
mailles élémentaires.
Sous l'hypothèse que les usagers UMTS, sont des mobiles ayant la même répartition spatiale que les
usagers du réseau GSM, nous avons déduit la répartition spatiale de l'intensité du trac UMTS selon
les diérents scénarios de migration.

En supposant que uniquement les sites GSM seront utilisés comme sites UMTS, nous avons constaté
que la conguration du réseau obtenu présente deux problèmes : un taux de couverture faible et des
cellules ayant un taux de recouvrement important. En conclusion, la conguration du réseau GSM
actuelle n'est pas optimale pour la migration vers l'UMTS.
La solution apportée est d'élaborer une technique permettant à l'opérateur de trouver une congu-

70
CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES

ration optimale du réseau UMTS qui d'une part exploite au maximum l'infrastructure existante du
réseau GSM et d'autre part assure une couverture/capacité maximale avec un minimum des sites à
ajouter.
La méthode proposée est basée sur un algorithme d'optimisation heuristique permettant de nous donner
en sortie :
 La liste des sites GSM qui seront exploités comme sites UMTS,
 La liste des sites GSM qui ne peuvent pas être exploités comme sites UMTS,
 La liste des sites UMTS à rajouter ainsi que leurs coordonnées géographiques.
Comme perspective de ce travail, nous proposons d'une part d'ajouter l'analyse de la capacité des
sites UMTS en liaison descendante basée sur la planication de puissance, et d'autre part de valider
notre travail sur un réseau plus large et avec des modèles de propagation plus précis.

71
Annexe A : Outils informatique

A.1 Présenation du Matlab


Matlab est une abréviation de MATrix LABoratory. Ecrit à l'origine, en fortran, par Cleve Moler,
MATLAB était destiné à faciliter l'accès au logiciel matriciel développé dans les projets LINPACK et
EISPACK. La version actuelle est écrite en C par The MathWorks Inc [14].

MATLAB est un système interactif et convivial de calcul numérique et de visualisation graphique


destiné aux ingénieurs et scientiques. Il possède un langage de programmation à la fois puissant et
simple d'utilisation.

MATLAB peut être utilisé de façon interactive ou en mode programmation. En mode interactif, l'utili-
sateur a la possibilité de réaliser rapidement des calculs sophistiqués et d'en présenter les résultats sous
forme numérique ou graphique. En mode programmation, l'utilisateur peut créer ses propres fonctions
pouvant être appelées de façon interactive.
Dans le domaine industriel, MATLAB est utilisé pour la résolution et la simulation de problèmes
pratiques d'ingénierie et de prototypage.

72
Annexe B : Résultats de la migration de
réseau GSM vers l'UMTS

Nous avons utilisé le simulateur que nous avons développé pour étudier la migration de réseau GSM
de centre veille de Tunis vers l'UMTS.
Parmi les paramètres de sortie de notre simulateur, nous citons :
1. Les positions des sites GSM qui ne sont pas utilisés pour la migration,
2. Les positions des sites GSM/UMTS à utiliser,
3. Les positions des nouveaux sites UMTS à ajouter.

73
ANNEXE B

X (m) Y (m)
605891 4079603
605281 4075058
604720 4074481
605100 4075670
605639 4074376
603773 4079401
606037 4073282
603138 4077544
606591 4078857
602933 4079526
603288 4076609
603932 4073470
605551 4075411
604750 4078841
605016 4078257
607055 4077369
605851 4072692
603220 4075375
606550 4075860
605546 4077107
602774 4076664
605146 4073697
605149 4072960
603735 4078165
602859 4074474
603889 4072754
603825 4080252
604395 4076502

Tab. 4.6: Les sites GSM/UMTS à garder(1ér scénario).

74
ANNEXE B

X (m) Y (m)
605891 4079603
605281 4075058
604720 4074481
605100 4075670
605639 4074376
603773 4079401
606037 4073282
603138 4077544
606591 4078857
602933 4079526
603288 4076609
603932 4073470
605551 4075411
604750 4078841
607055 4077369
605851 4072692
603220 4075375
606550 4075860
605546 4077107
602774 4076664
605146 4073697
605149 4072960
605345 4074096
603735 4078165
602859 4074474
603889 4072754
603825 4080252
604395 4076502

Tab. 4.7: Les sites GSM/UMTS à garder( 2ème scénario).

75
ANNEXE B

X (m) Y (m)
605891 4079603
605281 4075058
604720 4074481
605100 4075670
605407 4073347
605639 4074376
603773 4079401
604025 4078549
606037 4073282
603138 4077544
606591 4078857
606099 4075670
602933 4079526
603288 4076609
603932 4073470
605551 4075411
604750 4078841
605016 4078257
607055 4077369
605851 4072692
603220 4075375
606550 4075860
605546 4077107
602774 4076664
605146 4073697
605149 4072960
605345 4074096
603735 4078165
602859 4074474
603889 4072754
603825 4080252
604395 4076502

Tab. 4.8: Les sites GSM/UMTS à garder( 3ème scénario).

76
ANNEXE B

X (m) Y (m)
605407 4073347
604025 4078549
606099 4075670
605456 4073004
605345 4074096

Tab. 4.9: Les sites GSM inutiles pour la migration vers l'UMTS (1ér scénario).

X (m) Y (m)
605407 4073347
604025 4078549
606099 4075670
605456 4073004
605016 4078257

Tab. 4.10: Les sites GSM inutiles pour la migration vers l'UMTS (2ème scénario).

X (m) Y (m)
605456 4073004

Tab. 4.11: Les sites GSM inutiles pour la migration vers l'UMTS (3ème scénario).

77
ANNEXE B

X (m) Y (m)
602775 4072275
602675 4073425
602725 4078525
603775 4074550
604175 4077325
604225 4075375
604450 4073500
604625 4079675
605975 4078025
606175 4074975
606325 4074075
606875 4072175
606975 4074825
607075 4073275
607225 4079675
607375 4076375
607525 4078375
607550 4073875
605500 4076300
606100 4076900
605400 4079000
604800 4072300
607900 4075200

Tab. 4.12: Les sites UMTS à ajouter (1ér scénario).

78
ANNEXE B

X (m) Y (m)
602775 4072275
602775 4073275
602775 4078375
603775 4074325
603975 4077325
604075 4075125
604550 4073500
605825 4077975
606075 4074975
606450 4074025
606625 4072475
606825 4074775
607175 4073425
607175 4079625
607475 4076475
607625 4075525
607425 4078275
607875 4072575
607725 4074125
603700 4075900
602900 4076000
604700 4075300
605600 4076400
606300 4076900
605600 4079000
604800 4072450
604700 4079600
604700 4077700

Tab. 4.13: Les sites UMTS à ajouter (2ème scénario).

79
ANNEXE B

X (m) Y (m)
602775 4072475
602775 4073475
602775 4078325
603725 4074325
603925 4077275
604075 4075125
604475 4079625
604650 4073500
605475 4076275
605950 4077975
606075 4074975
606275 4074025
606375 4076625
606575 4072475
606775 4074775
606925 4073375
607175 4079675
607225 4076425
607525 4075475
607575 4078325
607675 4072475
607475 4074225
603700 4076100
602500 4075800
604700 4075300
605600 4073800
602550 4077500
605600 4078850
604800 4072450
605200 4079600
604700 4077500

Tab. 4.14: Les sites UMTS à ajouter (3ème scénario).

80
Bibliographie

[1] H. Holma, A. Tosakala, "WCDMA for UMTS Radio Access Third Generation Mobile Communi-
cations", Jhon Wiley & Sons, 2000.
[2] Pierre Lescuyer, "UMTS, les origines, l'architecture, la norme", 2ème édition.
[3] Paul ROUAULT & Benjamin TABARIES,"UMTS", support de cours, Module architecture couches
basses, DESS TNI Montpellier, 6 Décembre 2004.
[4] R. Nasri, "Analyse de performances et optimisation d'un réseau WCDMA", DEA , SUP'COM,
2004.
[5] S. Dehgan, D. Lister, R. Owen, P. Jones, "W-CDMA capacity and planning issues", ELECTRO-
NICS & COMMUNICATION ENGINEERING JOURNAL, Juin 2000.
[6] Mohamed SIALA, "Introduction à l'interface Radio de l'UMTS", support de cours, Mastère SUP-
COM, 2005.
[7] Thierry Lucidarme, "Principes de radiocomunication de troisième génération GSM, GPRS,
UMTS...",2002.
[8] Sami Tabbane, "Planication Radio des Réseaux Cellulaires", support de cours, SUP'COM, 2005.
[9] R. Stavroulakis, "Third Generation Mobile Telecommunication Systems, UMTS and IMT 2000".
[10] Samuel C. Yang, "CDMA RF System Engineering", Artech House, 1998.
[11] Luis M. Correia, "Radio Network Planning in UMTS", support de cours, SUP'COM, 2003.
[12] Jhon Parker, "Examining the implications of WCDMA site sharing for cell planning", coleago
consulting Ltd, 3rd July 2003.
[13] Janna Laiho, Achim Wacker, Tomas Novosad, "Radio Network Planning And Optimisation For
UMTS", Jhon Wily & Sons, 2002.
[14] M. Mokhtari, A. Mesbah, "Apprendre et maîtriser MATLAB", Springer−Verlag Berlin Heidelberg,
1997.
[15] www.cnam.fr/elau.
[16] www.ensta.fr/ ghali/Doc/rapport.pdf.
[17] www.iec.org.

81