Vous êtes sur la page 1sur 47
Installation Oreon / Nagios + perfparse Sur Fedora Core 6

Installation Oreon / Nagios

+ perfparse

Sur Fedora Core 6

Installation d’une solution de supervision réseau :

Notre but est de vérifier 24h/24 la disponibilité de la connexion entre les différents sites d'un SI.

Pour cela nous installons un logiciel de monitoring, qui permet de faire un certain nombre de tests prédéfinis à intervalles régulier. Ce logiciel recense les résultats dans une base de données, ainsi il sera possible de conserver un historique de la connectivité. Les résultats sont reportés de manière graphique par une interface additionnelle.

On utilise une solution open source, qui sera installée sur une machine avec une distribution linux.

Cette solution est Nagios, fonctionnant avec l’interface graphique Oreon. Un certain nombre de logiciels complémentaire sont à installer afin de pouvoir exploiter Nagios, ainsi on installera également Perfparse pour la récupération et l’interprétation des données de manière graphique sous Oreon, le serveur de base de données utilisé sera MySql, et enfin l’affichage du tout se fait avec un navigateur web, il nous faudra donc le serveur http apache 2 installé également sur la machine.

Pour établir le serveur de monitoring, nous avons pris une machine dont l’entreprise dispose, cette machine à pour référence Hp dx6050 :

Processeur : Athlon XP ,

512Mo de mémoire vive,

disque dur de 40Go,

chipset graphique intégrée Nvidia geforce 4MX

Installation de linux :

La distribution choisie pour sa simplicité de fonctionnement et sa compatibilité est Fedora v6.

Pour installer Fedora v6 ; téléchargez les 5 cd

Et gravez-les.

Bootez la machine sur le cd 1 de Fedora.

Et gravez-les. Bootez la machine sur le cd 1 de Fedora. L’installation est automatisée, et simple

L’installation est automatisée, et simple à réaliser, choisissez de vérifier les cd d’installation lorsque cela vous est proposé, car si un cd est corrompu, il vous faudra recommencer depuis le début.

Choisissez la langue :

est proposé, car si un cd est corrompu, il vous faudra recommencer depuis le début. Choisissez

Le clavier :

est proposé, car si un cd est corrompu, il vous faudra recommencer depuis le début. Choisissez
est proposé, car si un cd est corrompu, il vous faudra recommencer depuis le début. Choisissez

Laissez vous guider pour la suite, choisissez les options par défaut.

pour la suite, choisissez les options par défaut. … … Lors du choix des paquetages à

pour la suite, choisissez les options par défaut. … … Lors du choix des paquetages à

Lors du choix des paquetages à l’installation, cochez « serveurs web » puis sélectionnez les paquetages supplémentaires de suite.

puis sélectionnez les paquetages supplémentaires de suite. Développez la rubrique serveur, sélectionnez serveur web
puis sélectionnez les paquetages supplémentaires de suite. Développez la rubrique serveur, sélectionnez serveur web

Développez la rubrique serveur, sélectionnez serveur web (installera apache) et serveur mysql.

de suite. Développez la rubrique serveur, sélectionnez serveur web (installera apache) et serveur mysql.

Continuez l’installation,

Continuez l’installation, … … et insérez les différents cd lorsqu’ils vous sont demandés. La machine redémarre.
Continuez l’installation, … … et insérez les différents cd lorsqu’ils vous sont demandés. La machine redémarre.

Continuez l’installation, … … et insérez les différents cd lorsqu’ils vous sont demandés. La machine redémarre.

Continuez l’installation, … … et insérez les différents cd lorsqu’ils vous sont demandés. La machine redémarre.

et insérez les différents cd lorsqu’ils vous sont demandés.

Continuez l’installation, … … et insérez les différents cd lorsqu’ils vous sont demandés. La machine redémarre.
Continuez l’installation, … … et insérez les différents cd lorsqu’ils vous sont demandés. La machine redémarre.

La machine redémarre.

Continuez l’installation, … … et insérez les différents cd lorsqu’ils vous sont demandés. La machine redémarre.

Après le redémarrage, il vous reste des options à configurer.

Tout d’abord lisez le contrat de license et acceptez-le.

Dans les options suivantes, choisissez de désactiver le pare-feu.

options suivantes, choisissez de désactiver le pare-feu. Puis pour les paramètres de SElinux : choisissez le
options suivantes, choisissez de désactiver le pare-feu. Puis pour les paramètres de SElinux : choisissez le

Puis pour les paramètres de SElinux :

choisissez le mode désactivé.

les paramètres de SElinux : choisissez le mode désactivé. / ! \ Désactiver le pare-feu et

/ ! \ Désactiver le pare-feu et les paramètres de SELinux peut « ouvrir » la machine aux menaces ; mais cela nous permet également d’installer et configurer le monitoring sans problèmes. <<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Si par la suite vous souhaitez sécuriser davantage votre serveur de monitoring, vous pouvez passer par le menu : Système->Administration->Niveau de sécurité et Pare- feu.

de sécurité et Pare- feu. Pour configurer correctement la sécurité, vous devrez

Pour configurer correctement la sécurité, vous devrez alors prendre en compte les diverses communications de votre serveur, et ouvrir en conséquences tous les ports associés aux différents tests de monitoring que vous aurez mis en place (port 80

pour le test du service http, 20 et 21 pour le ftp, 161 pour les infos demandées par le protocol snmp, etc …), ainsi que pour les ports utilisé par le logiciel !

Assurez-vous également que SELinux ne restreignent pas l’accès aux fichiers utiles aux logiciels.

La configuration de ces paramètres peut vous compliquer la tâche et vous prendre du temps.

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Ensuite, ajustez l’heure, créez un utilisateur, la configuration matérielle est détectée ; le système test la carte son.

La machine redémarre une nouvelle fois.

test la carte son. La machine redémarre une nouvelle fois. Installation de Nagios – Oreon et

Installation de Nagios – Oreon et Perfparse.

Au démarrage de la machine, loggez vous en tant que root ; ça simplifiera la suite pour les diverses installations.

Au démarrage de la machine, loggez vous en tant que root ; ça simplifiera la suite

Installation des librairies, dépendances, etc…

Pour l’installation des logiciels à partir des fichiers sources, nous avons besoin de compilateurs et leurs librairies graphiques : Nous commençons donc par installer les librairies graphiques nécessaires à la compilation de nagios : Ouvrez une fenêtre terminal.

à la compilation de nagios : Ouvrez une fenêtre terminal. (application -> accessoires -> terminal) Tapez

(application -> accessoires -> terminal)

Tapez : « yum install gd-devel »

-> terminal) Tapez : « yum install gd-devel » -> Les résolutions de dépendances se font

-> Les résolutions de dépendances se font automatiquement.

Les résolutions de dépendances se font automatiquement. Lors des différentes installations, on vous demandera de

Lors des différentes installations, on vous demandera de télécharger des paquets supplémentaires.

automatiquement. Lors des différentes installations, on vous demandera de télécharger des paquets supplémentaires.

Et vous serez amené également à accepter les signatures :

Et vous serez amené également à accepter les signatures : Puis on installe les librairies nécessaires

Puis on installe les librairies nécessaires à la compilation de perfparse :

les librairies nécessaires à la compilation de perfparse : >> Lors de la 1 è r

>> Lors de la 1 ère installation, un problème a été rencontré, pour installer les logiciels nécessaires à Oreon, certains paquetages sont indispensables :

à Oreon, certains paquetages sont indispensables : Or, ceux qui sont installés par défaut avec le

Or, ceux qui sont installés par défaut avec le système d’exploitation, ne sont pas forcément à jour :

système d’exploitation, ne sont pas forcément à jour : Pour résoudre ce type de problèmes, il

Pour résoudre ce type de problèmes, il est indispensable de suivre l’ordre d’installation des paquetages tel qu’il est décrit ici.

Nous allons donc installer des librairies supplémentaires pour nous permettre de mettre à jour les logiciels indispensables, avant d’installer les logiciels pour Oreon.

On se sert du gestionnaire de paquets, que l’on trouve par l’intermédiaire du menu :

ajouter/enlever des logiciels

On se sert du gestionnaire de paquets, que l’on trouve par l’intermédiaire du menu : ajouter/enlever

Dans celui-ci, nous avons 3 onglets :

Dans celui-ci, nous avons 3 onglets : Recherchez « php », et dans la liste de

Recherchez « php », et dans la liste de tous les paquetages, cochez « php-devel – 5.1.6-3.3.fc6.i386 »

paquetages, cochez « php-devel – 5.1.6-3.3.fc6.i386 » Appliquez. Le fait d’installer ce paquetage, mettra
paquetages, cochez « php-devel – 5.1.6-3.3.fc6.i386 » Appliquez. Le fait d’installer ce paquetage, mettra

Appliquez.

Le fait d’installer ce paquetage, mettra automatiquement à jour les dépendances :

paquetage, mettra automatiquement à jour les dépendances : Une fois cette installation terminée, vous pouvez retourner
paquetage, mettra automatiquement à jour les dépendances : Une fois cette installation terminée, vous pouvez retourner
paquetage, mettra automatiquement à jour les dépendances : Une fois cette installation terminée, vous pouvez retourner

Une fois cette installation terminée, vous pouvez retourner sur le terminal, afin d’installer les logiciels nécessités par Oreon.

afin d’installer les logiciels nécessités par Oreon. Enfin, il nous manque également des librairies glib2 qui

Enfin, il nous manque également des librairies glib2 qui nous sont demandé lors de la compilation de perfparse.

Nous allons les installer en retournant dans le gestionnaire de paquetages, dans l’onglet rechercher : tapez « glib2 »

Nous allons les installer en retournant dans le gestionnaire de paquetages, dans l’onglet rechercher : tapez

Dans la liste de tous les logiciels, cochez « glib2-devel – 2.12.3-2.fc6.i386 »

Dans la liste de tous les logiciels, cochez « glib2-devel – 2.12.3-2.fc6.i386 »

et appliquez.

cochez « glib2-devel – 2.12.3-2.fc6.i386 » et appliquez. Nous aurons également besoin plus tard de gérer

Nous aurons également besoin plus tard de gérer les bases de données. Notre but étant de pouvoir sauvegarder le résultat de nos tests de monitoring, on doit donc pouvoir sauvegarder les bases de données contenant ces résultats. Il existe pour cela un logiciel qui nous permettra de facilement manipuler nos bases. Il s’agit de mysql-administrator.

de facilement manipuler nos bases. Il s’agit de mysql-administrator. Installez-le également. Enfin, on configure :

Installez-le également.

Enfin, on configure :

de facilement manipuler nos bases. Il s’agit de mysql-administrator. Installez-le également. Enfin, on configure :

Nagios, ainsi que le serveur web apache 2 ont besoin d’un certain nombre de droits d’exécution et/ou de lecture/écriture sur les fichiers installés. Il nous faut donc configurer les utilisateurs et groupes adéquat, et leur associer les répertoires d’installation, entrez les commandes suivantes :

d’installation, entrez les commandes suivantes : « adduser nagios » : création de l’utilisateur nagios.

« adduser nagios » : création de l’utilisateur nagios.

« mkdir /usr/local/nagios » : création du répertoire d’installation de Nagios.

« chown nagios.nagios /usr/local/nagios » : l’utilisateur nagios appartenant au groupe du même nom devient propriétaire du répertoire d’installation.

« /usr/sbin/groupadd nagiocmd » : création du groupe nagiocmd

« /usr/sbin/usermod -G nagiocmd apache » : ajout du groupe nagiocmd pour l’utilisateur apache (droits que possède le serveur web).

« /usr/sbin/usermod -G nagiocmd nagios » : ajout de ce même groupe pour l’utilisateur nagios.

Installation de nagios :

Il nous faut télécharger la dernière version de Nagios. Il s’agit ici de la version 2.6 que l’on trouvera à cette adresse :

ici de la version 2.6 que l’on trouvera à cette adresse : Nous téléchargeons l’archive (pas

Nous téléchargeons l’archive (pas le paquet RPM) :

ici de la version 2.6 que l’on trouvera à cette adresse : Nous téléchargeons l’archive (pas

En utilisant le navigateur Mozilla installé par défaut avec Fedora, choisissez d’ouvrir directement le fichier téléchargé avec le gestionnaire d’archive.

le fichier téléchargé avec le gestionnaire d’archive. puis grâce à celui-ci, décompressez l’archive dans le
le fichier téléchargé avec le gestionnaire d’archive. puis grâce à celui-ci, décompressez l’archive dans le

puis grâce à celui-ci, décompressez l’archive dans le dossier /tmp (au besoin parcourez les systèmes de fichier).

dossier /tmp (au besoin parcourez les systèmes de fichier). Placez-vous ensuite dans le nouveau dossier créer

Placez-vous ensuite dans le nouveau dossier créer (dans la fenêtre terminale, en ligne de commande), et l’on commence le processus de compilation.

commande), et l’on commence le processus de compilation. On entre la ligne de commande pour compiler

On entre la ligne de commande pour compiler en supprimant la wrlmap qui ne nous sert pas, et en activant le mod_perl avec du cache pour de meilleurs performances.

On précise également que l’on utilisera les données de performance des plugins, ce qui nous permettra d’exploiter les données avec perfparse, ce qui donne la commande suivante :

des plugins, ce qui nous permettra d’exploiter les données avec perfparse, ce qui donne la commande

Puis :

Puis : Cette commande installe le fichier /etc/rc.d/init.d/nagios permettant de démarrer Nagios avec le système

Cette commande installe le fichier /etc/rc.d/init.d/nagios permettant de démarrer Nagios avec le système d’exploitation.

de démarrer Nagios avec le système d’exploitation. Cette commande permet d’avoir des fichiers exemple

Cette commande permet d’avoir des fichiers exemple installés dans le répertoire /usr/local/nagios/etc/

Ensuite pour l’exécution correcte, on change les propriétés du répertoire :

correcte, on change les propriétés du répertoire : Pour accéder à Nagios, apache requiert une

Pour accéder à Nagios, apache requiert une authentification correcte, paramètres que l’on précise en créant le fichier nagios.conf dans le bon répertoire d’apache :

le fichier nagios.conf dans le bon répertoire d’apache : Dans ce fichier, insérez les lignes suivantes:

Dans ce fichier, insérez les lignes suivantes:

d’apache : Dans ce fichier, insérez les lignes suivantes: / ! \ : Il est possible

/ ! \ : Il est possible ici de remplacer le paramètres « all » (souligné en rouge) par une adresse IP fixe (celle de l’administrateur par exemple), ou une plage d’adresse IP (n’entrez que le début de la plage suivi d’un point pour signifier « tous les hôtes dont l’adresse commence par… », ex : 192. ou 172.24. ), cela vous permettra de sécuriser substantiellement l’accès à Nagios.

Ensuite, on précise les paramètres d’authentification pour Nagios, pour cela il y a deux fichiers :

pour Nagios, pour cela il y a deux fichiers : Dans lesquels on insère : Ensuite

Dans lesquels on insère :

pour cela il y a deux fichiers : Dans lesquels on insère : Ensuite on créer

Ensuite on créer le fichier qui recense les mots de passe, grâce à a la commande :

qui recense les mots de passe, grâce à a la commande : Ici confirmation). vous est

Ici

confirmation).

vous

est

demandé

le

mot

de

passe

que

vous

entrerez

deux

fois

(pour

Maintenant, on installe les plugins par défaut de Nagios (même page de téléchargement que pour nagios)

de Nagios (même page de téléchargement que pour nagios) Effectuez la même opération pour décompresser l’archive
de Nagios (même page de téléchargement que pour nagios) Effectuez la même opération pour décompresser l’archive

Effectuez la même opération pour décompresser l’archive

de Nagios (même page de téléchargement que pour nagios) Effectuez la même opération pour décompresser l’archive

ainsi que pour l’installation :

ainsi que pour l’installation : puis « make » et « make install » Les plugins

puis « make » et « make install »

Les plugins sont les commandes que le logiciel exécutera pour effectuer ses tests.

que le logiciel exécutera pour effectuer ses tests. On les trouve dans le répertoire /usr/local/nagios/libexec,

On les trouve dans le répertoire /usr/local/nagios/libexec, de manière générale leur nom est explicite (check_http test le protocol http, check_ping effectue des tests de ping…).

Pour savoir comment il s’utilisent, quels argument leur donner, et quels sont leur

possibilités ; faite la commande « /usr/local/nagios/check_*

»

Installation de perfparse :

Téléchargez la version 0.106.1 de perfparse, et non la version proposée d’office sur le site.

Décompressez comme précédemment et placez vous dans le répertoire créer.

précédemment et placez vous dans le répertoire créer. Puis on commence le processus de compilation de
précédemment et placez vous dans le répertoire créer. Puis on commence le processus de compilation de

Puis on commence le processus de compilation de perfparse, avec les différentes options que l’on précise :

avec les différentes options que l’on précise : puis : « make » et « make

puis :

« make »

et

«

make install »

Pour que les services httpd (apache) et mysqld (serveur mysql) soient démarrés avec la machine, allez dans :

Système -> administration->Service

et mysqld (serveur mysql) soient démarrés avec la machine, allez dans : Système -> administration->Service

Dans la colonne de gauche de la fenêtre qui s’ouvre, trouvez httpd et mysqld ; cochez leur case

qui s’ouvre, trouvez httpd et mysqld ; cochez leur case Puis cliquez pour chacun sur la
qui s’ouvre, trouvez httpd et mysqld ; cochez leur case Puis cliquez pour chacun sur la

Puis cliquez pour chacun sur la case « démarrer ».

case Puis cliquez pour chacun sur la case « démarrer ». En quittant la fenêtre des

En quittant la fenêtre des services, modifications

une fenêtre vous invite à enregistrer les

modifications une fenêtre vous invite à enregistrer les Maintenant, nous allons créer la base de données

Maintenant, nous allons créer la base de données qui va recevra les données de perfparse.

Toujours en ligne de commande, tapez :

de perfparse. Toujours en ligne de commande, tapez : Le prompt suivant s’affiche : Tapez maintenant

Le prompt suivant s’affiche :

ligne de commande, tapez : Le prompt suivant s’affiche : Tapez maintenant les lignes de commandes

Tapez maintenant les lignes de commandes en langage sql suivante :

maintenant les lignes de commandes en langage sql suivante : Création de la base de données

Création de la base de données nagios (important : ne pas oublier le « ; » à la fin de chaque ligne)

Puis :

En bout de ligne (flouté) entre les apostrophes se trouve le mot de passe pour

accéder

à

votre

base

de

données.

Sortez

de

mysql :

pour accéder à votre base de données. Sortez de mysql : Puis, revenu dans la fenêtre

Puis, revenu dans la fenêtre terminale, tapez :

de mysql : Puis, revenu dans la fenêtre terminale, tapez : Le mot de passe qui

Le mot de passe qui vous est demandé ici, est celui que vous avez créer dans la précédente ligne de commande pour la base de données nagios.

 observation : ici la commande « cat » n’as pas fonctionné du 1 er coup, mais après

redémarrage de la machine elle s’effectue sans problème.

Puis on active également Nagios au démarrage de la machine :

on active également Nagios au démarrage de la machine : Activera le logiciel nagios, comme on

Activera le logiciel nagios, comme on as pu activer httpd et mysqld avec l’interface graphique.

Installation d’Oreon :

Il est très fortement conseillé d’augmenter l’espace mémoire alloué à PHP. On change le paramètre memory limit dans le fichier php.ini :

change le paramètre memory limit dans le fichier php.ini : Cherchez la ligne et changez par

Cherchez la ligne

memory limit dans le fichier php.ini : Cherchez la ligne et changez par : (dans la

et changez par :

dans le fichier php.ini : Cherchez la ligne et changez par : (dans la rubrique :

(dans la rubrique :

: Cherchez la ligne et changez par : (dans la rubrique : ) Dans le répertoire

)

Dans le répertoire terminant par « -sample » ou « -example ».

répertoire terminant par « -sample » ou « -example ». , on trouve un certain nombre

, on trouve un certain nombre de fichier se

« -example ». , on trouve un certain nombre de fichier se Il faut renommer tout
« -example ». , on trouve un certain nombre de fichier se Il faut renommer tout

Il faut renommer tout les fichiers *.cfg-sample en .cfg , pour cela, tapez : « cp <nomfichier>.cfg-sample <nomfichier>.cfg »

etc…
etc…
<nomfichier>.cfg » etc… Pour obtenir l’installeur d’Oreon, contenant également

Pour obtenir l’installeur d’Oreon, contenant également les autres logiciels requis, téléchargez l’archive, depuis :

l’archive, depuis : http://www.oreon- project.org/component/option,com_docman/Itemid,84/task,cat_view/gid,41/

Décompressez toujours dans /tmp

Décompressez toujours dans /tmp Puis lancez « ./install.sh » Plusieurs questions vous sont posées : (en

Puis lancez « ./install.sh »

toujours dans /tmp Puis lancez « ./install.sh » Plusieurs questions vous sont posées : (en jaune

Plusieurs questions vous sont posées :

« ./install.sh » Plusieurs questions vous sont posées : (en jaune : « assurez-vous d’avoir les

(en jaune : « assurez-vous d’avoir les permissions root » ; « avertissement ; l’installation va effacer toutes les informations se trouvant déjà dans votre base de données Oreon » : dans le cas où une installation d’Oreon à déjà été effectuée.)

déjà dans votre base de données Oreon » : dans le cas où une installation d’Oreon

Where is installed nagios ? Where are your nagios etc directory ? Where are your nagios plugin / libexec directory ? Where are your nagios bin directory ? Where do I install Oreon ? Where is sudo ? Where is RRD perl modules RRDs.pm ?

[Appuyer juste sur Enter] [Appuyer juste sur Enter] [Appuyer juste sur Enter] [Appuyer juste sur Enter] [Appuyer juste sur Enter] [Appuyer juste sur Enter]

/usr/lib/perl5/vendor_perl/5.8.8/i386-linux-thread-multi

/usr/lib/perl5/vendor_perl/5.8.8/i386-linux-thread-multi Where is rrdtool binary ? Where is mail binary ? Where is

Where is rrdtool binary ? Where is mail binary ? Where is PEAR Path ?

[Appuyer juste sur Enter] /bin/mail [Appuyer juste sur Enter]

Une fois ces paramètres définis, les fichiers sont copiés…

juste sur Enter] /bin/mail [Appuyer juste sur Enter] Une fois ces paramètres définis, les fichiers sont

Oreon installe également ses propres plugins :

Oreon installe également ses propres plugins : Puis http://@ipserveur/oreon/ ; ou http://localhost/oreon/ on se rend sur

Puis

http://@ipserveur/oreon/ ; ou http://localhost/oreon/

on

se

rend

sur

l’interface

web

pour

finir

l’installation

:

/ !

\ attention

/ ! \ : n’utilisez pas de caractères accentués sinon tout bug.

web pour finir l’installation : / ! \ attention / ! \ : n’utilisez pas de

Les fenêtres qui s’affichent demandent un certain nombre d’information. Au début acceptez la licence (GNU GPL2)

d’information. Au début acceptez la licence (GNU GPL2) Les utilisateurs et groupes vous seront demandé, les

Les utilisateurs et groupes vous seront demandé, les lignes sont normalement pré- remplies :

la licence (GNU GPL2) Les utilisateurs et groupes vous seront demandé, les lignes sont normalement pré-

Indiquez la version de Nagios (2.x) Ensuite, 2 écrans vous indiquent l’état des composants :

Ensuite, 2 écrans vous indiquent l’état des composants : Au bout des lignes apparaît un «
Ensuite, 2 écrans vous indiquent l’état des composants : Au bout des lignes apparaît un «

Au bout des lignes apparaît un « ok » en vert si ceux-ci sont correctement installés. Si vous trouvez un « failed » en rouge, il faudra réinstaller le composant manquant ; notez que dans ce cas une ligne de commande vous est proposée pour l’installer, entrez simplement cette ligne de commande dans une fenêtre terminal puis revenez sous l’interface web et rafraîchissez la page. Tout devrait alors réapparaître en vert.

Ensuite, précisez le nom de la base de donnée Oreon, et créer un mot de passe pour celle-ci.

de donnée Oreon, et créer un mot de passe pour celle-ci. Dans notre cas, le serveur

Dans notre cas, le serveur ainsi que les logiciels Nagios et Oreon ne sont normalement pas accessible à d’autres personnes qu’aux administrateurs, on spécifie donc ici le même mot de passe que pour l’accès à Nagios, sans que cela ne pose de problèmes de sécurité.

Dans cette fenêtre, vous choisissez également la version de client utilisée : il ‘agit de « >=4.1 – PASSWORD[] ». La fenêtre suivante confirme la bonne connexion à la base.

La fenêtre suivante confirme la bonne connexion à la base. Si celle-ci échoue (status = «

Si celle-ci échoue (status = « failed » affiché en rouge), la version du client que vous avez indiqué est probablement mauvaise, choisissez-en une autre, ou vérifiez également le mot de passe entré et confirmé.

Créez ensuite le login et le mot de passe pour Oreon.

Avec les références de l’utilisateur en question (nom, e-mail…)

références de l’utilisateur en question (nom, e-mail…) Ensuite, vous pouvez choisir d’activer ou non

Ensuite, vous pouvez choisir d’activer ou non l’authentification LDAP (nous n’en avons pas besoin ici), ce type d’authentification vous permet de vous connecter à Oreon à partir d’un annuaire (LDAP !).

La fenêtre suivante vous indique la création des fichiers de configuration d’Oreon, puis une autre fenêtre la création des base de données :

Enfin, un avertissement vous invitant à lire ArchiveLogInDB_README.txt (se situant dans le répetoire décompressé

Enfin, un avertissement vous invitant à lire ArchiveLogInDB_README.txt (se situant dans le répetoire décompressé d’installation d’Oreon) s’affiche, appuyez sur « finish »

Ce qui est écrit dans le fichier que l’on vous conseil de consulter, est la manipulation suivante, afin d’avoir des tableaux de bord :

Editez le fichier : «ArchiveLogInDB.php »

de bord : Editez le fichier : «ArchiveLogInDB.php » Et modifier les lignes indiquant les chemins,

Et modifier les lignes indiquant les chemins, comme ceci :

Et modifier les lignes indiquant les chemins, comme ceci : Ensuite editez : Et insérez la

Ensuite editez :

lignes indiquant les chemins, comme ceci : Ensuite editez : Et insérez la ligne suivante :

Et insérez la ligne suivante :

ceci : Ensuite editez : Et insérez la ligne suivante : / ! \ Note :

/ ! \ Note : comme pour le fichier de configuration de nagios dans apache (voir ci-dessus), un fichier de configuration d’Oreon pour apache est créer. Son contenu :

de nagios dans apache (voir ci-dessus), un fichier de configuration d’Oreon pour apache est créer. Son
Il est possible ici aussi de remplacer le paramètres « all » par une adresse

Il est possible ici aussi de remplacer le paramètres « all » par une adresse IP ou une plage d’adresse, afin d’avoir un accès plus restrictif à l’interface d’oreon pour plus de sécurité.

Configuration dans Oreon :

Afin d’avoir des graphique des résultats de vos tests, il y a des commandes à spécifier. Connectez-vous à Oreon :

y a des commandes à spécifier. Connectez-vous à Oreon : Puis cliquez sur configuration->commandes->commandes

Puis cliquez sur configuration->commandes->commandes de notification.

configuration->commandes->commandes de notification. Si elle n’existe déjà, créez la commande « process-
configuration->commandes->commandes de notification. Si elle n’existe déjà, créez la commande « process-

Si elle n’existe déjà, créez la commande « process- service-perfdata » (si elle existe, éditez là en cliquant dessus) en cliquant sur ajouter.

Configurez-la comme tel :

Configurez-la comme tel : La ligne de commande entière étant la suivante : « /usr/bin/printf "%b"

La ligne de commande entière étant la suivante :

« /usr/bin/printf "%b" "$TIMET$\t$HOSTNAME$\t$SERVICEDESC$\t$SERVICEOUTPUT$\t$SERVICEST ATE$\t$SERVICEPERFDATA$\n" | /usr/local/nagios/bin/perfparse-log2mysql -c /usr/local/nagios/etc/perfparse.cfg »

Le type est commande de notification ; enregistrez.

Pour que Nagios utilise cette commande, allez dans le fichier de configuration de nagios :

Configuration->Nagios->nagios CFG, et cliquez sur fichier de configuration présent.

CFG, et cliquez sur fichier de configuration présent. Il vous faut activer la prise en compte
CFG, et cliquez sur fichier de configuration présent. Il vous faut activer la prise en compte

Il vous faut activer la prise en compte des données de performance comme ceci :

vous faut activer la prise en compte des données de performance comme ceci : Laissez le

Laissez le reste du fichier tel qu’il est.

Ensuite, configurez également le fichier perfparse.cfg

Ensuite, configurez également le fichier perfparse.cfg Enfin, si cela n’est fait, indiquez à Oreon que Nagios

Enfin, si cela n’est fait, indiquez à Oreon que Nagios utilise perfparse ;

Enfin, si cela n’est fait, indiquez à Oreon que Nagios utilise perfparse ; options->options générales->nagios
Enfin, si cela n’est fait, indiquez à Oreon que Nagios utilise perfparse ; options->options générales->nagios

options->options générales->nagios

Enfin, si cela n’est fait, indiquez à Oreon que Nagios utilise perfparse ; options->options générales->nagios

Utilisation de perfparse : cochez oui.

Utilisation de perfparse : cochez oui. Si vous avez l’intention d’effectuer des tests demandant des informations

Si vous avez l’intention d’effectuer des tests demandant des informations aux M.I.B. des machines, et donc utiliser le protocole SNMP, installez Perl-net-snmp.

et donc utiliser le protocole SNMP, installez Perl-net-snmp. Passez par ajouter/enlever des logiciels, cherchez

Passez par ajouter/enlever des logiciels, cherchez Perl-net-snmp, et cochez Perl-net- snmp - 5.2.0-1.fc6.noarch.

Sauvegarder les résultats de nos tests :

Afin de sauvegarder facilement les données enregistrées, on utilise une interface simple pour la gestion de notre base de donnée.

Tout d’abord, configurer correctement l’affichage vidéo. Cela paraît simple, mais l’interface graphique que l’on va utiliser est d’une taille ne nous permettant pas d’avoir une résolution d’écran trop limitée. Menu : système->administration->affichage ; choisissez l’écran correct pour votre machine.

trop limitée. Menu : système->administration->affichage ; choisissez l’écran correct pour votre machine.
Une fois configuré correctement, vous devez vous déconnecter de la session, et vous reconnecter. L’interface

Une fois configuré correctement, vous devez vous déconnecter de la session, et vous reconnecter.

devez vous déconnecter de la session, et vous reconnecter. L’interface mysql-administrator est accessible par le menu

L’interface mysql-administrator est accessible par le menu application->outils de systèmes.

et vous reconnecter. L’interface mysql-administrator est accessible par le menu application->outils de systèmes.

Connectez-vous en tant que root (aucun mot de passe configuré).

en tant que root (aucun mot de passe configuré). Pour faire une sauvegarde de vos bases,

Pour faire une sauvegarde de vos bases, allez dans la rubrique associée :

sauvegarde de vos bases, allez dans la rubrique associée : Sélectionnez l’endroit où les bases seront

Sélectionnez l’endroit où les bases seront sauvegardées, ainsi que le nom du fichier (date de la sauvegarde par exemple)

Sélectionnez les bases à sauvegarder :

que le nom du fichier (date de la sauvegarde par exemple) Sélectionnez les bases à sauvegarder
que le nom du fichier (date de la sauvegarde par exemple) Sélectionnez les bases à sauvegarder

Puis appuyez sur :

que le nom du fichier (date de la sauvegarde par exemple) Sélectionnez les bases à sauvegarder

Il sera recommandé de transférer les fichiers de sauvegarde vers un autre support, un autre moyen de stockage par sécurité.

 note : Il est possible de planifier les sauvegardes par l’intermédiaire du scheduler intégré au logiciel, de se connecter à la base et effectuer ces diverses opérations à distance : options qui ne seront pas décrites ici.

Configurer des tests, des hôtes, des contacts…

<<< Il serait trop long, et inutile de décrire dans ce document la fonction exacte de chaque option, c’est pourquoi un certain nombre ne sont pas expliquées. Nous nous contenterons de décrire le strict minimum de celles qui sont utiles pour l’exploitation simple de Nagios avec Oreon. >>>

Pour cela allez dans configuration. Les sous menu vous permettent ici de configurer tout vos tests et les différentes options.

de configurer tout vos tests et les différentes options. Vous remarquerez par la suite que dans

Vous remarquerez par la suite que dans chaque fenêtre de définition des objets, se trouvent des astérisques rouges : ce sont les renseignements minimums obligatoires dont à besoin le logiciel pour définir ces différents objets.

Avant toute chose il vous faudra configurer les contacts qui seront alertés des résultats des tests défaillant.

qui seront alertés des résultats des tests défaillant. Dans utilisateurs, cliquez sur utilisateur, puis sur Dans
qui seront alertés des résultats des tests défaillant. Dans utilisateurs, cliquez sur utilisateur, puis sur Dans

Dans utilisateurs, cliquez sur utilisateur, puis sur

Dans la fenêtre qui s’affiche précisez les paramètres de l’utilisateur :

- nom

- alias

- Email

- Pager

puis sur Dans la fenêtre qui s’affiche précisez les paramètres de l’utilisateur : - nom -

- Groupe parent : possible une fois vous avez défini au moins un groupe de contact

- Droit d’accéder à l’interface d’Oreon

- Mot de passe et confirmation

- La langue, le format du mail

- S’il s’agit d’un administrateur

- Le type d’authentification

d’un administrateur - Le type d’authentification Ensuite le type de notification par rapport aux problèmes

Ensuite le type de notification par rapport aux problèmes des hôtes, puis des services contrôlés :

aux problèmes des hôtes, puis des services contrôlés : Pour les hôtes les notifications interviennent pour

Pour les hôtes les notifications interviennent pour les statuts :

- down (hôte arrêté)

- unreachable (injoignable)

- Recovery (hôte répondant à nouveau)

- Flapping (hôte « clignotant » joignable, puis injoignable, puis joignable…)

- None (pas de notification)

Pour les services nous trouvons également :

- Warning (alerte suivant un paramètre défini suivant le test)

- Unknown (n’arrive pas à déterminer le statut du service)

- Critical (alerte plus grave que le warning)

Les autres notifications étant du même type que pour les hôtes :

notifications étant du même type que pour les hôtes : Quittez en prenant soin de cocher

Quittez en prenant soin de cocher l’état activé, ajoutez des commentaires au besoin, et sauvegardez.

Ensuite définissez les groupes d’utilisateurs ; c’est à ceux-ci que l’on rattachera un service pour la notification des évènements associés.

Dans le menu de gauche cliquez sur

évènements associés. Dans le menu de gauche cliquez sur , puis sur . Spécifiez le nom
évènements associés. Dans le menu de gauche cliquez sur , puis sur . Spécifiez le nom

, puis sur

.

associés. Dans le menu de gauche cliquez sur , puis sur . Spécifiez le nom du

Spécifiez le nom du groupe, son alias, les contacts créer précédemment que vous y rattacher, les éventuels commentaires, et sauvegardez.

Après la définition des utilisateurs et de leurs groupes, définissez les hôtes : tous les éléments du réseau que vous voudrez contrôler (pc, switchs, routeurs…)

que vous voudrez contrôler (pc, switchs, routeurs…) Pour cela : allze dans l’onglet hosts, puis menu

Pour cela : allze dans l’onglet hosts, puis menu hosts, et cliquez sur ajouter.

Définissez le nom de l’hôte, son alias, son adresse IP, optionnellement sa communauté snmp et la version du protocole.

sa communauté snmp et la version du protocole. L’utilisation d’un template permet de spécifier des
sa communauté snmp et la version du protocole. L’utilisation d’un template permet de spécifier des

L’utilisation d’un template permet de spécifier des paramètres obligatoires qui sont génériques à plusieurs hôtes.

obligatoires qui sont génériques à plusieurs hôtes. La définition d’un template se fait dans la rubrique

La définition d’un template se fait dans la rubrique associée « modèles ».

Ensuite définissez, la période pendant laquelle est contrôlé l’hôte.

la période pendant laquelle est contrôlé l’hôte. Les périodes correspondent également à des modèles

Les périodes correspondent également à des modèles préenregistrés, que l’on peut définir dans l’onglet utilisateurs->plages horaires.

également à des modèles préenregistrés, que l’on peut définir dans l’onglet utilisateurs->plages horaires.

Ici, nous effectuons des tests avec le désir de conserver une trace de chaque problème pouvant intervenir, nous choisirons donc de contrôler tous les hôtes et tous les services 24h/24 - 7j/7, correspondant à la période enregistrée : 24x7.

- 7j/7, correspondant à la période enregistrée : 24x7. On peut également définir une commande de

On peut également définir une commande de check (test) précise pour chaque hôte, mais nous le ferons plutôt dans la définition des services. Spécifiez un nombre maximum d’essai sur l’hôte : paramètres défini en fonction de l’hôte car il faut prendre en compte les capacités de cet hôte à répondre aux tests, et ainsi ne pas spécifier un nombre trop grand afin de ne pas le saturer de requêtes.

un nombre trop grand afin de ne pas le saturer de requêtes. Il existe également des

Il existe également des fonctions avancées, qui en fonction du résultat d’un ou plusieurs tests, permettent d’effectuer une action sur l’hôte :

Soit un nouveau test pour confirmer d’une manière différente la défaillance, ou provoquer des redémarrages machine ou de services qui s’y exécutent.

redémarrages machine ou de services qui s’y exécutent. Activation des contrôles actifs/passifs, de la
redémarrages machine ou de services qui s’y exécutent. Activation des contrôles actifs/passifs, de la

Activation des contrôles actifs/passifs,

de la notification, en précisant quel groupe de contact doit être notifié,

en précisant quel groupe de contact doit être notifié, puis à quel intervalle il sera notifié,

puis à quel intervalle il sera notifié, et sur quelle période d’une journée avec le type de notification.

Au bas de cette fenêtre, on trouve un cadre pour d’éventuels commentaires.

journée avec le type de notification. Au bas de cette fenêtre, on trouve un cadre pour
Pour la définition des hôtes, on trouve également un onglet dans lequel on indique quels

Pour la définition des hôtes, on trouve également un onglet dans lequel on indique quels autres hôtes sont parents ou enfants de celui qu’on spécifie.

hôtes sont parents ou enfants de celui qu’on spécifie. On doit également créer des groupes d’hôtes.

On doit également créer des groupes d’hôtes. Même si un groupe ne doit contenir qu’un seul hôte, au moins un groupe doit être créer, sans quoi le logiciel génère une erreur. Cliquez sur ajouter après être allé dans hostgroups.

Spécifiez le nom du groupe, son alias, paramètres à indiquez comme pour les hôtes. Et indiquez simplement par le menu en dessous quels sont les hôtes à attacher à ce groupe.

en dessous quels sont les hôtes à attacher à ce groupe. La création d’un groupe d’hôtes

La création d’un groupe d’hôtes vous permettra de simplement faire subir les mêmes actions à un ensemble d’éléments réseau relativement semblables.

Chaque hôte peut faire partie de plusieurs groupes d’hôtes.

Une fois les hôtes et groupes d’hôtes définis ; on créer des services qu’on leur associe.

Dans le menu

; on créer des services qu’on leur associe. Dans le menu Nous avons le choix pour
; on créer des services qu’on leur associe. Dans le menu Nous avons le choix pour

Nous avons le choix pour associer un test soit à un hôte soit à un groupe d’hôtes.

Mais auparavant la définition du service est identique.

Cliquez sur ajouter ;

Mais auparavant la définition du service est identique. Cliquez sur ajouter ; Donnez un nom au

Donnez un nom au service que vous créez.

Ici, on peut associer un template, de la même manière que pour les hôtes.

Statuts du service :

- volatil ou non

- période de contrôle

- Commande de test

- Arguments de la commande

- Nombre d’essais max du test

- Ordonnancement régulier, et non régulier.

- gestionnaire d’évènements (semblable à celui des hôtes)

- Contrôle actifs et passifs.

à celui des hôtes) - Contrôle actifs et passifs. Réglez la notification : Vous pouvez l’activer

Réglez la notification :

- Contrôle actifs et passifs. Réglez la notification : Vous pouvez l’activer ou non, y rattacher

Vous pouvez l’activer ou non, y rattacher les groupes de contacts créer précédemment. Réglez la fréquence à laquelle vous serez notifié, la période associée, quels seront les types de notification (pourquoi y’as t’il une alerte ?), et quel sera le suivi précis affiché par rapport à la commande de check : il est préférable de cocher tous les états de suivi, afin de mieux comprendre ce qu’il ce passe. Tandis que le type de notification est en fonction de l’importance attachée à l’élément contrôlé.

Dans le haut de la fenêtre de la définition de service, cliquez sur l’onglet

de la définition de service, cliquez sur l’onglet Ici, on associe un ou des hôtes, groupes

Ici, on associe un ou des hôtes, groupes d’hôtes. ou également des service de groupe, ou une relation de service de trappe.

.

Désormais les utilisateurs et groupes d’utilisateurs, les hôtes et/ou groupes d’hôtes, et les services sont définis. Il est maintenant possible de faire la surveillance.

Pour prendre en compte les modifications que vous venez d’apporter, allez dans configuration->nagios.

venez d’apporter, allez dans configuration->nagios. Dans la fenêtre qui s’affiche, Cochez les options comme

Dans la fenêtre qui s’affiche, Cochez les options comme suis :

la fenêtre qui s’affiche, Cochez les options comme suis : Il ne doit y avoir que

Il ne doit y avoir que les options « déplacer les fichier »->oui et « recharger Nagios » -> oui qui sont à modifier.

Appuyez sur générer, des lignes de commentaire décrivant les actions effectuées par le logiciel s’affichent en dessous.

sur générer, des lignes de commentaire décrivant les actions effectuées par le logiciel s’affichent en dessous.

Si le nombre d’erreurs est de 0 ; le logiciel est actif et effectue ses tests.

Si vous avez des avertissements (warning) ou des erreurs ; lisez les commentaires associé et corrigez-les.

notez qu’un simple avertissement ne bloque pas le fonctionnement du logiciel.

Pour rafraîchir l’affichage graphique des tests sous Oreon, redémarrez les 3 services :

- httpd : apache2

- mysqld : mysql

- nagios

Surveillance :

httpd : apache2 - mysqld : mysql - nagios Surveillance : Lors de la connexion sous

Lors de la connexion sous Oreon.

- nagios Surveillance : Lors de la connexion sous Oreon. Dans l’onglet , vous visualisez en

Dans l’onglet

: Lors de la connexion sous Oreon. Dans l’onglet , vous visualisez en 1 e r

, vous visualisez en 1 er lieu les hôtes

l’onglet , vous visualisez en 1 e r lieu les hôtes et services associé qui ont

et services associé qui ont des tests dont le statuts est autre que « ok »

Et dans service statuts ; vous visualisez tous les statuts des tests en cours 

Lorsque vous avez programmé un test compatible avec perfparse, un graphique est crée par rapport à ce test. Pour visualisez la courbe du test en question, le plus simple est de cliquer sur l’icône de graphique.

à ce test. Pour visualisez la courbe du test en question, le plus simple est de

On peut aller les visualiser également par les

On peut aller les visualiser également par les . Explorez également ce menu de vues ;

.

Explorez également ce menu de vues ; il est possible d’y configurer avec beaucoup de précision des représentation graphique spécifique, selon ce que l’on souhaite afficher.

Etre prévenu des défaillances ou des problèmes sur le réseau :

Nagios permet de surveiller de près son réseau. Un certain nombre de tests s’effectuent régulièrement, et certaines machines ou éléments du réseau sont des points critiques pour les applications de l’entreprise. Aussi pour pouvoir être prévenu rapidement de la moindre défaillance, le logiciel peut envoyer un e-mail, un message sur un pager, ou un sms sur téléphone portable. Ici, la configuration du réseau pouvant poser problème pour la configuration du serveur Nagios comme serveur de messagerie pour l’envoi des e-mails, et les solutions pager ou sms n’étant pas réalisable à moindre coût, une autre solution simple sera retenue. On utilisera un logiciel simple, léger (nécessite peu d’espace disque et de ressources système) qui s’exécute sur les systèmes d’exploitation Microsoft Windows® - les pc des administrateurs fonctionnant avec Windows XP. Ce logiciel est NTRAY, il interroge régulièrement les fichiers de statuts de Nagios afin de détecter les problèmes et alertes. Lorsqu’une alerte survient, il affiche alors des pop-up pour prévenir l’utilisateur devant son pc.

Ce logiciel est téléchargeable ici :

8

Une fois téléchargé et décompressé sur le disque dur de la machine, il suffit simplement de double-cliquer sur le fichier ntray dans le dossier décompressé.

Pour exécuter NTRAY au démarrage de la machine, faites un clic droit sur ce même

Pour exécuter NTRAY au démarrage de la machine, faites un clic droit sur ce même fichier, choisissez « Envoyer vers », sélectionnez le bureau pour créer un raccourci.

Sur le bureau, cliquez sur le raccourci créé en maintenant le clic gauche de la souris enfoncé (afin de le gardé sélectionné) et déplacez le vers :

(afin de le gardé sélectionné) et déplacez le vers : Démarrer->Programmes->Démarrage Ce qui est placé

Démarrer->Programmes->Démarrage

le vers : Démarrer->Programmes->Démarrage Ce qui est placé ici s’exécutera simplement au

Ce qui est placé ici s’exécutera simplement au démarrage.

Lorsque NTRAY est lancé, une icône est placée dans la barre des tâches.

lancé, une icône est placée dans la barre des tâches. Cette icône change de couleur (et
lancé, une icône est placée dans la barre des tâches. Cette icône change de couleur (et

Cette icône change de couleur (et de signe) en fonction des notifications.

de couleur (et de signe) en fonction des notifications. … Lorsque l’on fait un clic droit

Lorsque l’on fait un clic droit sur l’icône en barre des tâches, nous avons différents menus. Nagios : lance le navigateur sur la page de Nagios (ou Oreon

en barre des tâches, nous avons différents menus. Nagios : lance le navigateur sur la page

Comme nous allons le configurer) Status : affiche un pop-up résumant les problèmes actuels. Refresh : rafraîchir les informations de Nagios Config : afficher les fenêtres de configuration du logiciel. About : informations à propos de la version de NTRAY Exit : arrêter NTRAY

à propos de la version de NTRAY Exit : arrêter NTRAY Le pop-up qui s’affiche (ou

Le pop-up qui s’affiche (ou dont on provoque l’affichage) a 3 colonnes :

Host : pour identifier l’hôte à problème Service : pour identifier le service défaillant Status : pour indiquer l’état précis retourné par le test effectué.

Les boutons en bas de la fenêtre permettent :

D’accéder à la page d’accueil de Nagios (ou Oreon). D’aller dans la page « acknowledgment » de Nagios (pour rendre compte que l’on connaît bien le problème D’ouvrir la page de description Nagios du service ou de l’hôte pour y regarder plus précisément. Ou fermer simplement le pop-up. Fenêtres de configuration de NTRAY :

Fenêtre générale :

On peut choisir la fréquence de rafraîchissement des informations vérifiées par NTRAY. Et le report (ou non) uniquement des problèmes non déjà pris en charge.

non) uniquement des problèmes non déjà pris en charge. Nagios server : On indique ici l’URL
non) uniquement des problèmes non déjà pris en charge. Nagios server : On indique ici l’URL

Nagios server :

On indique ici l’URL du serveur Nagios (adresse IP avec /nagios/ ou /oreon/ à la fin en fonction de l’interface que l’on veut afficher) Nagios CGI URL :

Toujours afficher http://<ipserveur>/nagios /cgi-bin.

Puis cochez l’usage de l’authentification pour nagios, et indiquez les login et mot de passe (login = nagiosadmin tel que défini plus haut)

mot de passe (login = nagiosadmin tel que défini plus haut) Popups : Activer (ou non)

Popups :

Activer (ou non) les alertes pop-up Soit :

- pour tout les changements de

statuts.

- seulement les alertes warning et

critiques.

uniquement pour les alertes critique ou hôtes arrêtés.

-

Mettre les alertes au 1 er plan.

Fermer les fenêtres automatiquement au bout de 30 secondes.

Montrer les fenêtres au démarrage de NTRAY si besoin. Configurer les alertes par rapport au changement de la couleur de l’icône, ou d’une alerte hôte/service.

Réglages des alertes sons :

Activer (ou non) une alerte sonore pour tous les changements de statuts, ou simplement en fonction du type d’alerte. Et réglage de l’alerte son en fonction du changement de couleur de l’icône, ou d’une alerte hôte/service.

de couleur de l’icône, ou d’une alerte hôte/service. Enfin les paramètres de proxy : Utilisation (ou

Enfin les paramètres de proxy :

alerte hôte/service. Enfin les paramètres de proxy : Utilisation (ou non) des paramètres de proxy. Utilisez

Utilisation (ou non) des paramètres de proxy. Utilisez des paramètres uniquement si il se trouve un proxy entre la machine sur laquelle est installé NTRAY et le serveur Nagios. Spécifiez l’adresse, le port. Puis si le proxy à besoin d’une authentification, et les login et mot de passe associé.

Une fois tous ces paramètres réglé, NTRAY est configuré, et vous notifiera du moindre changement intervenant dans les tests que vous avez programmé.

L’exploitation de votre serveur de monitoring peut désormais commencer.

Voici pour l’installation, et une exploitation de base de la suite de logiciel Nagios par l’interface graphique Oreon, avec perfparse, et la notification avec NTRAY. Le paramétrage précis des tests de contrôle demande du temps, et des essais à effectuer. L’exploration des possibilités des plugins est primordiale pour tirer parti des possibilités de ces logiciels. Enfin, il est recommandé d’aller consulter les aides relatives à ces logiciels accessibles en ligne, ainsi que les forums des communautés supportant ces logiciels.

Liens :

http://nagios.org/ : site du projet Nagios. http://nagios.org/docs/ : documentations (de plusieurs types disponibles) sur le site officiel de Nagios. L’aide en français est disponible pour la version 1.0. http://nagios.sourceforge.net/docs/2_0/toc.html : aide en ligne de nagios (en Anglais). http://www.oreon-project.org/ : site du projet Oreon. http://wiki.oreon-project.org/wakka.php?wiki=WorkShopFR : wiki Oreon (VF) ; site indiquant tout ce qu’il faut pour installer la solution complète de monitoring à partir de zéro, sous une distribution linux Debian (sarge 3.1) Réservé toutefois à un public initié. http://forum.oreon-project.org/ : forum associé au projet, actif, sur lequel vous pourrez trouver bon nombres de renseignements, ou de gens ayant eu toutes sortes de problèmes : informations vous permettant donc de résoudre les vôtres. http://www.nagiosexchange.org/ : site de plugins pour Nagios, on y trouve un certain nombre de plugins développés par la communauté de Nagios.

http://www.manubulon.com/nagios/ : autre site de plugins pour Nagios ; aide efficace. http://forums.opsyx.com/index.php : forum de la communauté Nagios, avec une rubrique Oreon (et d’autres rubriques pour d’autres solutions de monitoring), moins actif que le précédent.