Musiq ues

livres, BD ,

CHRONIQUES

LIVRES
--------------------------------------------------------------FAITH 47
Ouvrage collectif / From here to Fame publishing / 2011

---------------------------------------------------------------

Nouveau titre de cette excellente collection présentant des artistes issus de la scène graffiti mondiale. Cette monographie est consacrée à l’artiste sud-africaine Faith 47, autodidacte, intuitive et sensible. Elle possède un univers qui lui est propre où les lettrages semblent voler et se faufiler, les représentations de personnages ont souvent un côté christique… Elle peint partout, même dans les terribles ghettos de son pays qui sont souvent des endroits dangereux, elle y apporte de la couleur et un petit moment de joie. Une balade picturale riche en émotions !
TBY

passion et précision, illustrée par de nombreuses photographies de qualité. Une partie consacrée à des artistes de ce mouvement permet de petites intrusions dans de multiples univers picturaux. Le choix est bien sûr celui de l’auteur et il est clair qu’il est avant tout orienté en fonction du marché de l’art, ce qui ne l’empêche pas d’être pertinent. Il ne s’agit pas d’un livre sur le vandal, le métro ou tout autre affirmation sauvage du graffiti, mais d’un ouvrage sur le basculement de cette expression urbaine vers une représentation académique, faisant partie intégrante du système et des tendances du monde de l’art. Un travail important réalisé par une professionnelle et une passionnée qu’il convient de lire pour mieux appréhender la maturation en cours du graffiti art.

puis des meurtres… Tout est en place pour un voyage, entre aventure et clair-obscur, le scénario ne manquant pas de rythme et les dessins évoquant une certaine nostalgie. Il faudra attendre le tome 2 pour la conclusion.
VP

--------------------------------------------------------------LE SIGNE DES QUATRE ET LA VALLÉE DE LA PEUR
Doyle, Edginton et Culbard / Akiléos / 2011

---------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------LE BAISER DE L’ORCHIDÉE
Miceal O’Grafia & David Charrier / Atmosphères / 2011

TBY

--------------------------------------------------------------FROM STYLE WRIYING TO ART
Magda Danysz et Mary-Noëlle Dana / Drago / 2011

---------------------------------------------------------------

Ces deux bandes dessinées, qui reviennent sur l’univers riche de Sherlock Holmes, sont agréables à lire. L’adaptation est plutôt réussie, même si le dessin est assez simpliste et le découpage par vraiment exaltant. Les amateurs du détective de Baker Street apprécieront sûrement, les autres n’auront pas l’impression d’avoir perdu leur temps… Une collection à suivre ! TBY

---------------------------------------------------------------

Une anthologie qui revient sur le graffiti art avec

Ce polar pose ses marques d’entrée dans les codes classiques des années 50 : exotisme, énigmes à plusieurs tiroirs, une voleuse sophistiquée, le détective observateur et
PARIS TONKAR MAGAZINE 03 = 80

ptMAG03.indd 78

29/07/11 15:13

--------------------------------------------------------------I AM LEGION
Cassaday et Nury / Les Humanoïdes associés / 2011

---------------------------------------------------------------

Ce récit se déroule en pleine seconde guerre mondiale, à mi-chemin du thriller fantastique et de l’aventure politico-historique, et arrive toujours pas à me convaincre. Cette réédition en format souple avec un titre anglais ne change bien évidemment pas le contenu. Année 1942 : l’Axe ne progresse plus et les Alliés reprennent goût à la victoire. Tous les fronts ouverts par l’armée allemande se transforment en cauchemar pour leurs soldats… Les auteurs nous invitent à suivre le parcours d’un policier anglais qui enquête sur des meurtres pour le moins étranges, d’un résistant roumain chargé d’éliminer un dignitaire SS et d’un membre de l’Abwehr chargé de contrôler un projet dont le nom de code est "Légion". Ces trois destins seront amenés à se croiser ! Cassaday s’appuie trop sur la photographie, ce qui rend son trait figé et froid… Dommage ! Reste que l’ouvrage possède aussi de grandes qualités : lisibilité du découpage et lecture facile. L’histoire est assez basique, genre série B que l’on regarde sans trop se poser de questions. MLB

suffisamment étoffée et les personnages caractérisés pour développer une course au trésor au relent païen. Lacaf donne vie et empathie aux personnages, le tout est soutenu par un découpage fluide. La trame s’inscrit donc dans un registre aventure/ésotérisme en vue et qui tire sa force de la solidité de son application. Le dénouement est ouvert, mais il s’agit bien d’une histoire complète. VP

placés, permet d’avoir la sensation d’entrer dans un film d’animation tout autant qu’une BD classique. Les personnages sont quant à eux consistants, variés, anguleux et félins à la fois : la vie opère ! Une alchimie renforcée par les cadrages dynamiques mais jamais outranciers, où le découpage n’est jamais gratuit. De beaux livres donc… Et une créativité qui méritait d’être saluée ! VP

--------------------------------------------------------------LES AUTRES GENS
Ouvrage collectif / Dupuis / 2011

--------------------------------------------------------------SECRET SHOW
Ryall et Rodriguez / Akiléos / 2011

---------------------------------------------------------------

Cette série BD collective initiée par Thomas Cadène (déjà 2 volumes) est une expérience éditoriale et narrative qui insuffle un peu de vie dans l’édition BD, laquelle commençait à légèrement tourner en rond. C’est une aventure graphique qui ne peut que plaire tant les histoires sont variées et nombreuses : il y en a pour tous les goûts et toutes les couleurs ! Ce projet est apparu sur Internet et depuis il se développe sous une forme narrative nouvelle et libérée, tournant autour du concept du feuilleton. À découvrir en libraire et sur le web bien sûr ! MLB

---------------------------------------------------------------

Quand on commence à lire cette bande dessinée, on a du mal à s’arrêter tant l’histoire vous saisit aux tripes ! Le dessin et les dialogues sont incisifs tout comme le découpage. L’adaptation du roman "The Great And Secret Show" de Clive Baker est une réussite, ce qui n’est pas souvent la règle dans ce type de littérature. De l’horreur, de la magie, des rites initiatiques, du sexe, de la violence, du rock & roll et des monstres partout ! Une bonne surprise dans la production actuelle. TBY

--------------------------------------------------------------CAFÉ SALÉ | ARTBOOK 05
Ouvrage collectif / Ankama / 2011

--------------------------------------------------------------LE MYSTÈRE TOUR EIFFEL
Guerin et Lacaf / Glénat

--------------------------------------------------------------LA BELLE MORT
Bablet / Ankama / 2011

---------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------

Un art book saisissant et indispensable pour tout amateur de bonnes illustrations. Ce cinquième volume propose une fois encore un panorama de la production actuelle, d’un haut niveau et d’une inventivité sans limites… Il est étonnant de ne pas retrouver cette foison visuelle et cette forte créativité graphique dans la bande dessinée. Y aurait-il une incompréhension générationnelle ? Toujours est-il que ce livre est indispensable et qu’il faut saluer le travail de l’équipe de CFSL. NET depuis quelques années déjà… Un must !
TBY

Guerin et Lacaf rempilent pour un récit prenant pour cadre un autre décor mythique : la construction de la tour Eiffel. Mais à la différence des "Flammes de l’archange", le suspens est en retrait pour laisser la place à une chronique qui nous permet de suivre des personnages très différents, de Monsieur Eiffel aux ouvriers, liés de près ou de loin à la tour. Les points de vue divergent et finissent par se concentrer sur une conspiration adroitement dévoilée. De la passion amoureuse aux affaires louches, l’hommage à Paris et à sa vie foisonnante est à retenir pour ce feuilleton réaliste. VP

Je suis une légende ! La route ! Le dernier homme sur Terre ! L’apocalypse ! Encore un récit où l’homme frôle l’extinction… Ce jeune auteur réussit le pari de ne pas nous ennuyer et d’éviter tous les clichés du genre. Le dessin est souple, les personnages attachants et la mise en couleur qui alterne les séquences ocre puis bleutées donne un tempo agréable à la lecture… Les dialogues sont parfois un peu légers, mais ce n’est pas grave pour le coup dans ce récit. Une première BD qui augure de bonnes choses à l’avenir. À lire absolument ! MLB

--------------------------------------------------------------ARABIC GRAFFITI
Don Karl et Pascal Zoghbi From here to Fame publishing / 2011

--------------------------------------------------------------LUCHA LIBRE INTÉGRALE 1
Ouvrage collectif / Les Humanoïdes associés / 2011

MUSIQUE

---------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------

Grand amateur de livres sur la calligraphie arabe et le graffiti, je peux vous assurer que cet ouvrage est une réussite ! Les auteurs abordent toutes les formes calligraphiques et expressions murales que la typographie arabe permet d’explorer. Les murs, les surfaces lisses, le papier, l’infographie… Bref, un voyage dans la lettre et l’âme de l’alphabet arabe. Avec tous les changements qui se déroulent dans cette partie du monde et la floraison de graffiti sur leurs murs, ce livre offre une résonance à la révolution des mentalités en cours et des clés pour comprendre la magie de cette langue que l’on dessine. Le travail de plusieurs artistes comme Hassan Massoudy, El-Seed, Hest1, Julien Breton, l’Atlas, Aerosol Arabic ou encore Native & ZenTwO est également présenté, proposant un regard critique sur une pratique vivante. Le graffiti n’est pas qu’une pratique occidentale… Heureusement. TBY

Une intégrale totalement réussie, que ce soit du point de vue présentation que contenu ! C’est l’occasion parfaite pour intégrer cet univers doté d’une forte identité. Ambiance série B, dynamique graphique du manga, dessin classique, couleurs élaborées et chaudes font de cette série une œuvre "pulp" incontournable ! "Lucha Libre", c’est un mélange d’aventures, d’humour décalé au 15e degré et de bastons surréalistes entre des gars masqués et des méchants à la Tarantino en mode Max Pecas ! Une BD que l’on ne regrette pas d’avoir lu ! TBY

--------------------------------------------------------------CHRONIQUE DES IMMORTELS #3
Von Eckartsberg et Von Kummant / Paquet / 2011

---------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------LES FLAMMES DE L’ARCHANGE
Guerin et Lacaf / Glénat

---------------------------------------------------------------

Un thriller au Mont Saint-Michel en plein MoyenÂge : le décor parle déjà pour lui ! Grâce à une introduction claire des différents personnages, on est rapidement happé dans le livre, où les révélations se succèdent sans décevoir. Point de cliffhanger exagéré ici, l’intrigue est

Si l’histoire, adaptée d’un roman allemand de Fantasy, se lit facilement et nous emmène dans l’univers d’une sorte de Conan le barbare, mâtiné de Highlander, une fois n’est pas coutume c’est le dessin qui vole la vedette, au point de justifier la lecture. Entièrement réalisé à la palette digitale, technique moderne et qui permet de belles réalisations, cela n’est pas toujours gage de réussite car l’équilibre entre volume, traits et les répétitions inhérentes à ce genre ne sont pas facile à marier, surtout sur la durée d’un album. C’est chose faite sur cette trilogie dont le dernier tome vient de sortir, et l’habileté à enchaîner les scènes d’ambiance différente, avec le souci des reflets et des lumières bien
PARIS TONKAR MAGAZINE 03 = 81

--------------------------------------------------------------12MÉ & RAPH

"Voicing"
(Mosaic)

---------------------------------------------------------------

Le jazz est l’avenir du hip-hop ? Ce dernier a régulièrement emprunté au répertoire du Jazz, souvent des lignes de basse efficaces, parfois des samples choisis, quelquefois la couleur. Mais il y a rarement eu d’union novatrice, surtout en France. 12 Mé & Raph ont décidé de tenter l’expérience. Par amour de ces deux musiques, le MC et le saxophoniste ont réussi avec Voicing une fusion personnelle et efficace. D’une vraie richesse musicale déclinée avec brio par des musiciens brillants, ce troisième album possède

ptMAG03.indd 79

29/07/11 15:13

CHRONIQUES
une unité qui ne trompe pas : la sincérité. Une musique au groove percutant (les influences Boom Bap de 12 Mé sont bien présentes), aux harmonies colorées, un flot assuré qui trace sa voix entre saxe, clavier, basse, scratch et beat box ; l’osmose est parfaite. Les textes eux aussi ont la belle couleur de la sincérité, ils nous parlent avec simplicité du quotidien banal et parviennent, sans violence, à nous confronter à des questions existentielles. À voir sur leur site la très belle et new-yorkaise vidéo de "Last Sunday" (Vivien Floris / Make 2 Work Productions), premier titre extrait de Voicing et faite vous plaisir avec le graphisme noir et blanc de "Jean-Pierre". Belle découverte : le hip-hop a un avenir... OB. raretés jamais éditées en vinyles mais surtout une impressionnantes collection de remixes parfois poussés à des niveaux paroxystiques. Propaganda, Art Of Noise, Frankie Goes To Hollywood, 808 State, Act, MC Tunes sont ici à l’honneur, ayant autant contribué au triomphe de ZTT que le label à remodeler et orienter leur créativité. Puissant. Y.C. Storch, Battlecat, Fredwreck, Scoop DeVille, Rick Rock, DJ Khalil…) mais aussi à Jake One ou encore 9th Wonder. Quelques morceaux sortent des sentiers battus, d’autres sont ciselés à l’ancienne, et cet album qui s’annonçait fort mal tort finalement le cou à tous les mauvais pressentiments fondés qui ont précédé la sortie de "Doggumentary". Y.C.

--------------------------------------------------------------KOHNDO

--------------------------------------------------------------NICOLE ATKINS

"soul inside"

(Greenstone/Musicast)

"mondo Amore"
(Razor & Tie)

---------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------ZANG TUUM TUMB
(ZTT/Salvo)

"the Art of the 12"" --------------------------------------------------------------Certains labels ont, de façon indélébile, marqué l’histoire de la musique contemporaine. Outre ceux qui, de longue date, font partie de multinationales (Blue Note, Jive, Stax, Def Jam, Virgin, Profile, Island…), de fiers indépendants ont, selons les époques et les styles, marqué les mémoires. Tommy Boy, Rough Trade, Sugar Hill, 4AD, Stones Throw sont quelquesuns de ceux-là mais dans les années 80, en Angleterre notamment, le champion toutes catégories était le label Zang Tuum Tumb, plus communément appelé ZTT. Emmené par l’immense producteur Trevor Horn et par un communicant de génie venant des sphères marxistes britanniques, Paul Morley, le label a associé découvertes majeures, graphisme de premier plan et coups marketing de génie. Ainsi, on a pu entendre, estampillés ZTT, des artistes majeurs comme Art Of Noise, Frankie Goes To Hollywood, Propaganda, 808 State, MC Tunes, Seal, Grace Jones, Anne Pigalle ou encore Adamski… Dès 1983, le label londonien s’est mis à multiplier les supports, comme c’était encore possible à l’époque : cassettes singles, maxis vinyles, picture discs découpés, éditions limitées… Un même morceaux, pouvait se voir offrir une bonne demi-douzaine de remixes ce qui comblait fans, DJ’s, artistes et pesait favorablement sur l’industrie du disque. Avec "The Art Of The 12"", l’art du maxi vinyle, ZTT compile sur un double CD quelques-unes des plus beaux remodelages de morceaux qui à la base étaient et sont des classiques. Quelques

Je n’ai pas trouvé la soul inside… Cet album possède en apparence toutes les qualités pour se transformer en une réussite commerciale : enfin de la soul classe et française ! Une production professionnelle et sans tache, brillante même, de bons musiciens et des arrangements calibrés, une foule d’amis prestigieux en invités (featuring, un titre sur deux) et Kohndo qui pose son flot clair qu’on adore, ses textes fluides, chantant même bien, sur "Lick me". Soul Inside se décline sans complexe en plusieurs genres : soul, rock, rap, funk... Et malheureusement, ça ne prend pas complètement. Les morceaux rock manquent de tension réelle, les morceaux soul de profondeur, et au final, ces variations tombent à plat. Après plusieurs écoutes répétées de cette production très brillante, l’impression fatigante d’avoir à faire à un objet trop lisse, sans risque, sans nouveauté. Dommage ! J’aurais vraiment voulu aimer cet album de Kohndo. Essayez de votre côté, peut-être serez-vous capable de trouver la Soul Inside... OB.

---------------------------------------------------------------

--------------------------------------------------------------SNOOP DOGG
(Priority/EMI)

"doggumentAry" --------------------------------------------------------------Ne vous fiez pas aux atroces singles mis en avant aux USA et en France. Ce 11e album de Snoop Dogg n’atteint certes pas la cheville de "Doggystyle", son 1er (et unique ?) joyau, mais dans cette longue partie de plaisir pour l’ancien MC emblématique du label Death Row, il y a de quoi faire. Si l’on excepte l’indigeste remix de David Guetta casé sur le pressage européen, il y en a pour tous les goûts, Snoop traînant son phrasé définitivement fainéant sur des instrus globalement efficaces commandés à des habitués du gros son West Coast (Scott

Nicole Atkins possède la voix du rock. Un grain léger à filer des frissons, une aisance dans la maîtrise de la puissance, des tensions permanentes qui ne cèdent jamais. Sa musique, assurée par son solide groupe "The Black Sea", est un mélange de tout ce que la culture blues et rock U.S. peut contenir, du plus dynamique (l’accueillant "Vutlures", le très bon "You Come to Me") au plus romantique ("This is For Love", "Hotel Plaster", "Heavy Boots"). Mais aussi une ballade joyeuse ("Cry Cry Cry") et une autre moins heureuse (le sublime "You Were the Devil"), et même un authentique folk far-west ("My baby don’t lies"). Étant donné le talent brut de la jeune dame, on aurait aimé plus de titres énervés, plus risqués et peut-être moins de romance. Dans ce petit set de dix titres, seul "War is Hell" semble extrêmement dispensable. Le titre qui clôt Mondo Amore, "The Tower", semble au début relativement faible, mais son final lyrique et grandiose fait vite regretter cette pensée. Ce dernier morceau devient même un bel adieu que l’on ne se lasse de ré-écouter. Pour résumer, on aime Nicole Atkins, on adore Mondo Amore (en plus elle a tourné en 2010 avec The Black Keys, le grand pied bien sauvage...). OB.

--------------------------------------------------------------GENTLEMAN & THE EVOLUTION

"diVersity liVe"
(Bushhouse)

---------------------------------------------------------------

Un album Live qui tient toutes ses promesses avec du bon reggae, dansant et enivrant, des enchaînements dynamiques. Le timbre de la voix du chanteur est unique, son chant et ses paroles sont justes. Il y a un côté jazzy sur certains morceaux qui n’est pas désagréable à l’écoute. À découvrir ! TBY

CINEMA
--------------------------------------------------------------ATTACK THE BLOCK
(Screen Gems/Film 4/Studio Canal/Océan)

---------------------------------------------------------------

Très bonne surprise que le 1er film de Joe Cornish, jusqu’ici surtout connu en Grande Bretagne comme un homme de télé. En basant l’action de ce long-métrage de science-fiction survitaminé dans le Sud de Londres, un quartier où il réside, le jeune réalisateur fait mouche et utilise manifestement sa bonne connaissance du terrain pour insuffler une grande efficacité à son maniement de la caméra. Articulé
PARIS TONKAR MAGAZINE 03 = 82

autour d’une idée simple (des créatures extraterrestres s’invitent inopinément dans le traintrain quotidien de petites frappes attachantes), le scénario rend magnifiquement grâce à cette vieille recette remise au goût du jour avec brio. Les effets spéciaux sont assez peu coûteux mais efficaces, le face-à-face jeunes/aliens tout en pression allant crescendo, les acteurs excellents sans exception (avec une mention spéciale pour John Boyega) sans oublier un regard très juste sur les clivages, règles et solidarités qui caractérisent les grands ensembles populaires depuis une quinzaine d’années. La bande-son (avec KRS-One notamment) est également percutante et la petite touche moralisatrice finalement bien amenée au milieu de ce bain de sang vraiment très plaisant. À ne pas manquer !

Y.C.

ptMAG03.indd 80

29/07/11 15:13

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful