Vente aux enchères  

caritative d’art urbain

Crédit Municipal de Paris
Dirigée par Maître Arnaud Oliveux

PARTENAIRES

Le Crédit Municipal de Paris propose des solutions bancaires sociales et solidaires, adaptées aux
besoins de chacun.
L’activité principale de cet établissement public atypique est le prêt sur gage, une forme de crédit astucieuse qui permet d’obtenir un prêt temporaire immédiatement contre le dépôt d’un objet de valeur
(bijoux, montres, objets d’art, argenterie, accessoires de mode, vin etc.).
Il organise également plus de 80 ventes aux enchères par an, sur des thématiques diverses, des bijoux
aux montres, en passant par les accessoires de mode, le vin ou les œuvres d’art.
Le Crédit Municipal de Paris met au service de ses clients son savoir-faire dans la conservation et
l’expertise d’objets précieux.
Il propose également un accompagnement pour faire face à une difficulté financière et trouver des
solutions, contre le surendettement ou pour l’obtention d’un microcrédit personnel.
Plus d’informations : www.creditmunicipal.fr

Urban Art Fair, la foire internationale d’art urbain, vous donne rendez-vous pour sa deuxième édition
du 19 au 23 avril 2017 à Paris
urbanartfair.fr

2

Invaluable, leader mondial des enchères en ligne, propose une plateforme d’enchères en live et online
qui permet aux collectionneurs du monde entier de chercher, trouver et enchérir sur des centaines
de milliers d’objets, tous les jours, en temps réel et à distance. Developpeur des solutions SaaS et
d’applications e-commerce,
Invaluable fournit des solutions marketing et e-commerce aux commissaires-priseurs, à travers les
marques invaluable et AuctionZip ainsi que le logiciel RFC Systems, solution software par excellence
des maisons de ventes du monde entier. La base de données Invaluable comprend aujourd’hui plus
de 58 millions de résultats de ventes pour une valeur de plus 200 milliards de dollars. Fondé en 1989
à Boston, Invaluable a aussi des bureaux en Pennsylvania et au Royaume Uni.
Plus d’informations sur www.invaluable.com

9ème Concept est un collectif d’artistes fondé par
Jerk 45, Ned Nedellec et Stéphane Carricondo.
Clément Laurentin, Romain Froquet, Alexandre
d’Alessio, Lapinthur, Théo Lopez et Olivia De Bona
sont les autres membres actuels.
Artistik Rezo est un magazine culturel parisien
consacré à l’art, au théâtre, au cinéma et à la
musique.
Une ligne éditoriale effervescente, un ton et un
contenu résolument dynamiques, des événements
incontournables, toute l’information culturelle et
artistique à la découverte de jeunes talents, des
offres exclusives…
Artistik Rezo est une association loi 1901 (à but
non lucratif).

Le collectif développe des concepts comme les
scratchpapers ou le graffiti collectif qui les placent
comme un acteur incontournable de la scène du
street art français.
www.www.9eme.net

www.artistikrezo.com
3

ÉDITO
Chers ami(e)s collectionneurs et amateurs d’art urbain, 
Nous sommes heureux de vous présenter ce nouveau
catalogue d’œuvres d’art urbain, mises en ventes lors de la
vente aux enchères « Langages & Cultures ». Le bénéfice de cette
vente aux enchères servira à soutenir les initiatives de Projets
Plus Actions. Au nom de tous les membres de notre association,
je remercie particulièrement tous les artistes qui nous aident à
nouveau cette année à réaliser nos objectifs.
Nous remercions également le Crédit Municipal de Paris pour
son aide renouvelée, très précieuse, ainsi que les collectionneurs
nous ayant offert leurs œuvres et tous les partenaires de
l’événement. Sans eux, il n’aurait pas été possible de l’organiser
dans de bonnes conditions.
Nous croyons fortement en nos convictions. Malgré les difficultés innombrables, nous agissons avec
abnégation afin de permettre la sauvegarde d’endroits naturels remarquables et l’amélioration des
conditions de vie des populations locales.
Ces forêts que nous protégeons recèlent peut-être des espèces qui, un jour, nous permettront de soigner
des maladies dont certains d’entre nous souffrent. Ne serait-ce que pour cette raison, il est fondamental
de protéger ce capital essentiel pour les humains.
Certains chiffrent avancés font état d’une perte de 13 à 15 millions d’hectares détruits par an, soit
l ‘équivalence de la Belgique. Qui peut dire quelles en sont les conséquences planétaires ? Les incidences
immédiates nous sont peu perceptibles pour nous qui sommes éloignés, en revanche, les conséquences
directes pour les populations locales sont dramatiques : Trop de pluie, pas assez de pluie, érosion et
appauvrissement des sols, perturbations et destructions des ecosystèmes, etc… Qui peut dire que
l’écologie est un problème de riches ? Elle est avant tout un problème de pauvres. Les premiers peuvent
bouger facilement, les seconds sont souvent dépendants de leur environnement direct. A la fin, seul
l’exode peut présenter une solution viable pour la survie des individus.
Projets Plus Actions agit à son échelle depuis 10 ans. Pierre après pierre, les initiatives sont développées
localement avec des partenaires associatifs.
Voici pour vous une occasion doublement intéressante. Vous faire plaisir avec l’acquisition d’une belle
œuvre d’art, et nous aider à continuer nos actions.
Nous vous remercions par avance pour votre intérêt et votre générosité !
Thomas Léaud, Président de Projets Plus Actions

4

Cher(e)s ami(e)s passionné(e)s d’art urbain,
« Langages & Cultures » est le thème choisi par Projets Plus
Actions pour sa nouvelle vente aux enchères. Les langages
et les cultures sont au cœur de la démarche artistique. Les
artistes expriment la pensée culturelle du groupe auxquels ils
appartiennent, aussi loin que l’humanité puisse se concevoir,
jusqu’aux artistes contemporains. L’œuvre d’art est un langage
qu’il appartient à celui qui la contemple de la comprendre et
de l’apprécier.
Entre la pensée de l’artiste, ce qu’il veut exprimer et ce qui en
est traduit dans l’œuvre, il y a souvent, déjà, une différence
importante. Il en est de même pour celui qui regarde l’œuvre
et qui en est touché ou dérangé dans des proportions variées.
Il ne peut pas toujours exprimer ce qu’il ressent par un langage
articulé et intelligible par son entourage, mais son langage corporel est souvent bien plus explicite.
Le corps exprime merveilleusement bien ce qui a été reçu par l’observant. Le langage de l’œuvre
peut s’exprimer à plusieurs niveaux. Il en est de même des sentiments et émotions développés par
l’observant devant une œuvre. Il y a ce qui est immédiatement compréhensible, et toute la partie
immergée qui peut mettre des années à revenir à la surface et à s’éclairer. Il est ainsi courant de voir
des amateurs d’art comprendre des années après l’acquisition d’une œuvre, ce qu’elle pouvait signifier
pour eux.
La création d’une œuvre est en lien avec son époque. Des tableaux présentant des caractéristiques
communes, notamment dans leur représentation visuelle, auront des impacts totalement différents
auprès de leurs contemporains qu’envers les générations ultérieures. De même qu’un nu aurait pu
choquer en Europe il y a quelques siècles, celui-ci pourrait choquer actuellement des populations
ayant des tabous envers cette forme de représentation. La perception d’une œuvre est donc fonction
d’un contexte social et culturel donné, mais aussi et surtout, des valeurs et croyances de celui ou celle
qui est face à cette œuvre. Les langages et les cultures changent. Parfois elles évoluent, parfois elles
involuent, mais elles ne sont jamais figées. Aussi, l’œuvre d’art peut parfois fixer un instantané de son
temps. Mais l’observant ne pourra la contempler qu’à l’aune des valeurs de son époque et surtout, de
ses siennes propres. En cela, l’art peut servir de révélateur sur les croyances des individus qui y sont
confrontés. Bien heureux est celui ou celle qui peut le comprendre, il ou elle peut ainsi saisir cet instant
pour mieux se connaître, mieux articuler ses pensées, et donc interagir avec plus de hauteur avec le
monde qui l’entoure. Souhaitons une bonne réussite à la vente aux enchères « Langages & Cultures »,
et voyons ce que les œuvres qui la composent peuvent nous apprendre sur les autres et nous mêmes…
Nicolas Laugero Lassere, Directeur de l’ICART, Président d’Artistik Rezo
5

p.8 PPA, l’association

SOMMAIRE

p.9 La vente aux enchères

6

p.10
p.11
p.13
p.14
p.15
p.16
p.17
p.18
p.19
p.20
p.21
p.22
p.23

Dons de collectionneurs privés
Bault
Dran
JR
Keith Haring X Alien Workshop
Madame Moustache
Monkey Bird
Monkey Bird
Nowart
Philippe Hérard
Shepard Fairey
Swoon
Takashi Murakami

p.24
p.26
p.27
p.28
p.29
p.30
p.31
p.32
p.33
p.34
p.35
p.36
p.37
p.38

Les œuvres de la vente
Ary P. The One
Basto
C215
Chanoir
Christophe Verdon
Cope 2
Cren
Crey 132
Derek
Dize
Edge
Evazé & Sir
FKDL

p.39
p.40
p.41
p.42
p.43
p.44
p.45
p.46
p.47
p.48
p.50
p.51
p.52
p.53
p.54
p.55
p.56
p.57
p.58
p.59
p.60
p.61
p.62
p.63
p.64
p.65
p.66
p.67
p.68
p.69
p.70

Francky Boy
Fyrzé
Gilbert Mazout
Gregos
Icy + Sot
Indie 184
Jan Kalab
Jean Faucheur
Jef Aérosol
Jerk 45, Ned Nedellec,
Stéphane Carricondo
Jérôme Mesnager
Jerysix
Jo Di Bona
Joachim Romain
Joe Lurato
Johanne 8
July I
K-Litystreet
Kanos
Kashink
Kouka
Kurar
L’Atlas
Le Cyklop
Lek
Levalet
M. Chat
Mat Elbé
Michael Beerens
Mr. Lolo
Nasty

p.71
p.72
p.73
p.74
p.75
p.76
p.77
p.78
p.79
p.80
p.81
p.82
p.83
p.84
p.85
p.86
p.87
p.88
p.89
p.90
p.91
p.92
p.93

Ned Nedellec
Nelson Doutres
Nyne Factory
Oak Oak
Popay
Psyckoze 156
Pure Evil
Quik
Retro
RNST
Seize
Shuck One
Soklak
Stéphane Carricondo
Stew
Stoul
Tarek
Tetar
Tore
Tristam
Vesod
Victor Ash
Wild Drawing

p.94 Conditions Générales
de vente
p.96 Contact et
informations pratiques
p.98 Remerciements
p.99 Conception

7

PROJETS PLUS ACTIONS
Projets Plus Actions (PPA) est une Organisation de
Solidarité Internationale créée en 2006. Elle a pour
vocation d’aider financièrement et techniquement
des associations locales partenaires.
PPA travaille en collaboration étroite avec elles
pour développer des projets qui répondent
aux enjeux de développement et de protection
de l’environnement. Face aux problématiques
grandissantes d’érosion de la biodiversité, de
changement climatique et de précarité des
conditions de vie en milieu rural, il est nécessaire
de proposer des solutions innovantes et durables.
Conserver l’environnement tout en favorisant le
progrès social et économique, c’est possible !
PPA promeut une approche globale plaçant les
problématiques environnementales au cœur
des enjeux de développement humain dans des
sites naturels remarquables reconnus comme des
hotspots de bio-diversité mondiale.
www.ProjetsPlusActions.org

8

LA VENTE
AUX ENCHÈRES
Pour la troisième année, Projets Plus Actions, organise une vente aux
enchères de Street Art. Elle aura lieu le lundi 6 juin 2016 à Paris, au Crédit
Municipal, et sera animée par Maître Arnaud Oliveux. Cette année le thème
est « Langages & Cultures » et les œuvres seront réalisées sur des supports
libres. Le bénéfice de cette vente aux enchères sera reversé à l’association
Projets Plus Actions.
En 2016, il permettra d’appuyer des projets à Madagascar et au Bénin,
principalement quatre projets prioritaires :
- Plantation de 40 000 arbres à Madagascar (Forêts de Vohimana et Vohibola)
- Construction de 3 trois écoles primaires à Madagascar à Ambanja
- Protection du massif du Makay à Madagascar.
- Construction de 6 puits dans la commune d’Agbangnizoun au Bénin.

9

DONS DE  
COLLECTIONNEURS  
PRIVÉS
Merci à Nicolas Laugero Lasserre,
Philippe Danjean et Joël Knafo.

10

11

BAULT
Lot n°1

Sans titre (personnage bleu)
19,5 x 40 cm
(avec encadrement)
Technique mixte sur dessin
Mise à prix : 100 €

12

DRAN
Lot n°2

Wonderland
Impression noir et blanc
Mise à prix : 100 €

13

JR
Lot n°3

Lot de deux livres
« L’art peut il changer le monde »
Edition réalisée avec la Galerie Perrotin, chaque ouvrage possède
sur la tranche un morceau d’un collage original qui avait été initié
à la galerie Perrotin «dans l’objectif de JR», exemplaire signé par l’artiste
Mise à prix : 100 €

14

KEITH HARING  
 X ALIEN WORKSHOP
Lot n°4

Sans titre
Planche de skate customisée
Mise à prix : 100 €

15

MADAME MOUSTACHE
Lot n°5

Sans titre
Sérigraphie avec tampon de l’artiste Open éditions
53 x 70 cm
Mise à prix : 100 €

16

MONKEY BIRD
Lot n°6

Sans titre
Affiche rehaussée à la main par les artistes, datée et numérotée
(chaque affiche dispose d’une rehausse qui la rend unique), 45 x 65 cm
Mise à prix : 100 €

17

MONKEY BIRD
Lot n°7

Sans titre
55 x 70 cm
Sérigraphie sur papier d’Arche
Edition 10/25
2014
Mise à prix : 100 €

18

NOWART
Lot n°8

Vince Wild and Dark
73 x 54 cm
Lithographie signée et numérotée de 88 exemplaires N&B. Papier BFK rives 250 g coupé main
Réalisé chez Idem Paris
Mise à prix : 100 €

19

PHILIPPE HERARD
Lot n°9

Cent-titres
45x39cm
Œuvre originale acrylique sur papier, 2016
Mise à prix : 100 €

20

SHEPARD FAIREY
Lots n°10 & 11

Lot n°11
Obey
Sérigraphie Open Editions
Mise à prix : 100 €
Lot n°10
Imperial Glory
Sérigraphie Open Editions
Mise à prix : 100 €

21

SWOON
Lot n°12
Lot de 3 sérigraphies
Mise à prix 100 €

Alixa and Naima III
Édition, datée et numérotée à 250 ex, encadrée
2013

Zhara
Édition, datée et numérotée à 250 ex, encadrée
2013

Cross Section Hawkins Ave
Édition, datée et numérotée à 250 ex, encadrée
2013

22

TAKASHI MURAKAMI
Lot n°13

And Then X6 Blue
Edition signée, numérotée, encadrée
2013
Mise à prix : 100 €

23

LES OEUVRES DE LA VENTE  
“LANGAGES & CULTURES”

24

25

ARY P. THE ONE
Lot n°14

Ary .P the One est un artiste graffiti depuis 1986.
Depuis son enfance, il est passionné par le dessin.
Avec l’arrivée du mouvement Hip Hop en France
et du grafitti, il a trouvé son inspiration et sa
voie. Du logo à l’illustration, en passant par les
murs et les toiles destructurées, ses inspirations
et ses créations sont toutes issues d’univers très
variés. Ses thèmes sont les portraits et la peinture
abstraite avec pour inspiration : les célébrités et
les anonymes, l’architecture, la musique... Il aime
travailler sur les supports bruts qui lui permettent
d’apporter une énergie novatrice et originale dans
ses créations.

Homelessface (photo de Lee Jeffries)
Bombe aérosol peinture (marque 94) et crayon noir et
blanc de marque lumocolor ainsi que feutre acrylique.
Réalisé sans pochoir sur disque vinyle 33 t., 2014
Mise à prix : 500 €

26

Jean Gabin portrait
Bombe aérosol peinture (marque 94) et crayon noir et
blanc de marque lumocolor ainsi que feutre acrylique.
Réalisé sans pochoir sur disque vinyle 33 t., 2014
Mise à prix : 500 €

BASTO
Lot n°15
Né en 1973 à Marseille, vit et travaille
entre Genève et Paris. Basto, dessine
dès son plus jeune âge. A 16 ans, il
découvre le tag en 1989, lors d’un
séjour à Paris.
À partir de l’été 1989, il choisit le
pseudonyme de «Basto» et sa signature devient rapidement incontournable sur Marseille, ainsi que dans
la région sud-est. Basto est l’un des
pionniers actifs du graffiti marseillais
et l’un des premiers à avoir tagué
trois stations de métro, dans la cité
phocéenne en 1991.
En 1992, il est retenu et participe à la
BJCM (Biennale des Jeunes Créateurs
de la Méditerranée) à Valencia en
Espagne. Il réalise une fresque sur
l’un des pavillons de l’exposition,
face au port. Il intervient pour la
ville de Marseille pour réaliser des
performances live comme «Zik à Ouf»,
ainsi que plusieurs fresques avec des
établissements publics comme le
Centre Pelabon.

Basto a peint sur toiles à Sheep-Meadow, dans central Park à
New-York en 1993. Ses nombreux voyages sur les cinq continents et ses origines méditerranéennes, se retrouvent sur ses
compositions toujours très colorées, avec comme signe distinctif,
l’utilisation systématique de couleurs chaudes et primaires. Après
plusieurs années à peindre dans l’environnement urbain, Basto
se concentre sur les toiles depuis 1991 et principalement sur ce
support depuis 1995. Basto conserve l’utilisation de peintures
aérosols, qui sont complétées par une mixité de techniques
telles: la Digigraphie®, l’acrylique, les feutres peintures et l’utilisation de pochoirs. Son travail de détourage systématique
en noir sur ses travaux le caractérise de façon singulière. Il est
titulaire d’un Baccalauréat Littéraire option Art Plastique. Basto
est coté sur Artprice depuis 2014.

D2Rcap-11
81 x 65 cm
Peinture acrylique, pochoirs
et aérosols, 2015
Mise à prix : 500 €

27

C215
Lot n°17

Christian Guémy, plus connu sous le nom de C215, est un street artist
parisien spécialisé dans le pochoir. Né en 1973, C215 a commencé à peindre
à la bombe en 2005 et il est aujourd’hui l’un des artistes les plus précis et
productif sur la scène du Street Art.

La Madone
76x56 cm
Sérigraphie, 2015
Mise à prix : 300 €

28

CHANOIR
Lot n°18

Alberto Vejarano (1976 Bogota). Au milieu des
années 1990 il impose un logo unique et évolutif
dans les rues de Paris : Chanoir. Les CHA prennent
vie sur les murs et communiquent leurs sentiments
aux passants. Instinctif, naïf et toujours positif. Il
redéfinit sans cesse la frontière entre graffitis, art
de rue, logotype et tags. Il rentre aux Beaux-Arts
de Paris et obtient son diplôme en 2002 auprès de
Jean-Michel Alberola. Il côtoie alors les peintres
de la figuration libre dont il fait le pont avec le
post graffiti. Ses peintures totémiques évoquent
néanmoins la puissance mystique des arts premiers. Il ajoute à ses moyens d’expressions la
performance, l’installation, la photographie, les
collections, l’art vidéo et s’inscrit dans le mouvement de l’art modeste. Son travail se nourrit
de ses souvenirs d’enfant et utilise la force du
déguisement pour sans cesse se métamorphoser.
Artiste nomade, il devient extrêmement actif
sur les murs de Barcelone et réalise le documentaire «Murs Libres» autour des plus belles
années du graffiti barcelonais. Il y fonde alors le
collectif 1980. En 2003 il investit la scène artistique colombienne en proposant de nombreuses
expositions dans des galeries et au musée d’art
moderne de Bogota. Il popularise le graffiti tel
qu’on le pratique en Europe. Il entame alors une
carrière internationale de Miami à Los Angeles,
de Beijing au Costa Rica en passant par Rome,
Londres ou Bruxelles. Il présente une installation
poétique de graffiti interactif (tagguer la lune)
ainsi que plusieurs fresques pour l’exposition «né
dans la rue» à la Fondation Cartier. Il est appelé à
travailler avec de grandes marques, il s’amuse à
tout devenir, tout recouvrir, tout habiller.
CHA Ange de jour, CHA Ange de nuit
57.5 x 76.5 cm
Technique mixte, phosporescent
2016
Mise à prix : 500 €

29

CHRISTOPHE VERDON
Lot n°19

Christophe Verdon est un artiste « Plaqueticien ». En effet, il crée de véritables plaques de rue émaillées
en reprenant les codes des artistes à qui il rend hommage.
Sorte de Panthéon personnel, émaillé d’inspirations aussi diverses que Perec, Dali, Mesnager, Banksy…
son œuvre est une double déclaration d’amour à l’Art et à Paris. En janvier 2015, à la suite des
assassinats de Charlie Hebdo et des attentats, il crée une plaque « Place de la liberté d’expression ».
Dans l’urgence, il devient street-artiste, l’imprime et la colle rue Nicolas Appert et autour de la Place de
la République.Depuis, il alterne les collages dans la rue et les créations de plaques émaillées.

Disparition*
30 x 26,3 cm, Série limitée de 30 exemplaires, 2012
*« La Disparition » est un roman en lipogramme écrit par Georges Perec en 1968 et publié en 1969.Il fait
300 pages (variable selon éditions), et ne comporte pas une seule fois la lettre E.Cette véritable plaque de rue
émaillée a été créée, par Christophe Verdon, en 2012. Elle rend hommage à Georges Perec et commémore le 30e
anniversaire de sa mort, voire de sa « disparition », le 3 mars 1982.
Mise à prix : 300 €

30

COPE 2
Lot n°21

Cope 2 est un artiste autodidacte et une
légende célébrée depuis plus de 30 ans,
contribuant à la culture du graffiti et du
street art. Cope 2 est l’un des artistes de
graffiti les plus prolifiques de New York.
Il a commencé les tags dans le Sud du
Bronx en 1978 et développé son style
dans les métros et les rues du Bronx.
Aujourd’hui, vous pouvez croiser
Cope 2 dans son atelier de peinture,
apportant son énergie brute pour des
chefs-d’oeuvre d’expressions abstraites, entrelacées avec son lettrage
et ses tags sur des toiles. Cope 2 vogue
entre monde de l’art, culture populaire
et street art.

Cope 2 All City
58 x 82 cm
Technique mixte sur papier
2016
Mise à prix : 500 €

31

CREN
Lot n°22
Michel “Cren” Pietsch, né en avril 1970, de père allemand et de mère française, a grandi à Lehrte près
d’Hanovre. C‘est lors de ses voyages en train l’amenant en France au début des années 80 que Cren
a été confronté pour la première fois à la culture hip-hop en découvrant les graffitis naissant le long
des rails. Fasciné, il a commencé peu après à inventer lui-même des écritures, au début sur papier. En
1989, pour la première fois, il a saisi une bombe de couleurs. Depuis, il a peint ses écritures sur des
murs dans plus de 14 pays et sur trois continents.
C’est l’écriture que Cren considère comme sa grande passion. Elle constitue l’origine et, jusqu’à l’heure
actuelle, la base de son œuvre artistique. L’intention de ses œuvres est donc d’inciter l´observateur
qui contemple sa peinture à étudier plus attentivement l’écriture. Cren brise les règles courantes de
la typographie en fracturant l’écriture
pour en faire ressortir les lettres une
à une, en les modifiant et structurant
selon un mode d’écriture développé
par lui-même pour en arriver après,
par le moyen d’un cumul esthétique,
à les reconstruire dans une composition intégrale. Dans le processus artistique qui suit, Cren complète ensuite
les lettres qui représentent la base de
l’œuvre en les unissant à des éléments
graphiques, expressionnistes ou alors
figuratifs pour en faire un arrangement final. Par la réunion de composantes diverses et l’élargissement
de l’écriture qui s’ensuit, ses lettres
produisent, de prime abord, un effet
abstrait et ne se font pas reconnaître
immédiatement en tant que lettres.
Tout d’abord, l’écriture en faisant partie intégrale de la composition complète se dérobe à l’œil inexpérimenté.
Cren vit à Berlin et travaille actuellement dans un atelier situé dans l’ancienne maison de la radio de la RDA
à Berlin-Köpenick. L’ambiance dans ce
bâtiment historique et les impressions
culturelles multiples accompagnent
Cren dans sa création artistique.
Champagne et Macarons au Louvre
80 x 60 cm, Support : Lin
Acrylique, spray, marqueurs, 2016
Mise à prix : 500 €

32

CREY 132
Lot n°23
CREY132 (CREYone), est un artiste plasticien, né en 1973 à Champigny-sur-Marne. Dès son plus jeune âge,
Crey132 découvre l’univers de la bande dessinée. les Stranges et les Comics. Adolescent, le mouvement
Hip-Hop s’impose à lui comme une évidence et très vite, il en devient acteur, à travers le tag, le graffiti et la
danse. En 1989, dans son quartier, il assiste à la réalisation d’une fresque par Mode2 : « Les jeunes espoirs
de nos cités ». Ce sera une vraie révélation ! Elle fera naître une réelle passion qui ne le quittera plus. Il
devient CREYone. Après de nombreuses années d’action dans le graffiti avec ses camarades et de multiples connexions, lui vient le goût de la fresque élaborée. À cette même époque, il fréquente les membres
du groupe « Créateurs Uniques ». Pour eux, il réalisera les premières illustrations. En 1994, il dessinera
d’ailleurs le logo du groupe « Phénoménal », entre autre. En 1998 se crée l’association « Ligne 2 Mire »
dont il est l’un des fondateurs. CREYone y travaille à la promotion des arts de rue. En parallèle, il intègre le
groupe 132 et avec son ami Max, ils travailleront essentiellement à la réalisation de fresques (Façade du
centre de tri à Marseille, décors
de soirées Club 287, décors pour
la comédie musicale « Jack et le
haricot magique », participation
au festival « Art et banlieue »
organisé par Luc Besson…). Il
devient CREY132. Marqué au
plus profond de lui par ses premières années dans le graffiti,
par le mouvement hip-hop et
riche de toutes ses expériences
qui ont forgé son identité artistique, il se consacre désormais à
son travail sur toile. Ce qui était
support dans la rue, devient
sujet sur la toile, ce qu’il fallait
embellir est sublimé. Telles des
fenêtres ouvertes sur un décor
au charme secret, les toiles de
CREY132 nous révèlent toute la
beauté cachée d’un environnement souvent triste et hostile,
mais dont l’artiste se nourrit.

Des Mots
60 x 80 cm
Aérosols et marqueurs à huile
sur toile,2016
Mise à prix : 500 €

33

DEREK
Lot n°26

Artiste parisien, immergé dans le Hip-Hop, Derek
s’investit dans le graffiti au milieu des années 90.
Professionnel aujourd’hui, au service de son art,
il retranscrit un style pur de graffiti urbain de la
grande époque qui lui a permis de trouver son
style, l’EFFET MIROIR.

DESCHENEZ5
80 x 65 cm
Lettrage couleur chaude sur fond noir cassé,
finition chromée (Bombes et peintures)
2016
Mise à prix : 500 €

34

DIZE
Lot n°27

D’origine tahitienne, DIZE est né en 1974. Il commence le graffiti en1990
aux côtés de BEARS et évolue avec les 90DBC, les DKA, les DKC et les CP5.
Il enchaîne ensuite les tags et les throw-ups avec les UV TPK et travaille son
lettrage avec les VMD et les GT. Inspiré plus particulièrement par BEARS et
JAY1, DIZE est un pur produit du graffiti parisien.

Sans titre
40,5 x 30,5 cm
Techniques mixtes
2016
Mise à prix : 500 €

35

EDGE
Lot n°28

Edouard Scarfoglio Alias Edge. Né en 1973 à Paris.
C’est à la fin des années 1980 qu’il découvre le
graffiti... C’est d’abord du «fun» entre «potes»,
puis  cela tourne vite à une obsession qu’il arrive
à canaliser au travers de la pratique de la peinture
sous toutes ses formes. Il passe très rapidement
du mur à la toile, en mixant les techniques,
aérosol, acrylique, puis huile...
Les années 1990 seront celles de l’apprentissage,
non seulement des techniques et de l’histoire
de l’art, mais aussi, de la composition par la
représentation de la figure humaine, sur toile et
dans la rue. 
Les années 2000 commencent par un travail sur
la place de l’homme en tant qu’entité individuelle
dans le magma de nos sociétés modernes, et dans
la rue par des sessions de collages traitant du
lavage de cerveau des médias et notamment de
la télévision. Cette séquence de travail aboutira
à sa production actuelle, des toiles marquées par
la culture Hip Hop autant que par la peinture
classique, le cinéma ou la B.D, une sorte de néonéo-Pop, un mix d’influences : Brooklyn - Chapelle
Sixtine.
Les séries actuelles dans la rue, Vote DarkSide et
Legalize Brain, interpellent le public, et mettent
en avant l’émergence d’une nouvelle classe
d’artistes issus de l’underground. Elles ont un
sens obligatoirement politique en cela qu’elles
prennent place dans la cité, instaurant un dialogue
direct entre l’artiste et le citoyen moderne.

Legalize Brain
120 x 50 cm
Aérosol, acrylique et sérigraphie sur toile
2014
Mise à prix : 500 €

36

EVAZÉ & SIR
Lot n°29
Evazé & Sir, duo d’artiste composé d’Evazé & Sir font partie du collectif pluridisciplinaire No Rules Corp.
Ils mêlent une pratique peinture urbaine aérosol/pochoirs, avec des expériences plastiques d’atelier avec
peinture et dessin, travail sur bois et collages. Sir & Evazé acteurs de l’art de rue, conservent chacun
un style et univers particulier. Sir le pochoiriste est inspiré par la rue, il exploite des personnages et
objets en grand format mêlant humour, imagerie populaire et messages variés. Evazé-Nam, la peintre
« lacéreuse d’affiche » réalise avec lui des compositions dans l’espace urbain comme sur composition
de bois. Elle réalise des personnages “noir et blanc” et travaille particulièrement les femmes des années
50, questionnant sans cesse son statut dans la société. La figuration noire et blanche des pochoirs
détaillés et monumentaux de Sir se retrouve complétée par l’intervention picturale d’Evazé, ce qui
caractérise leur pratique.
Actifs à l’international, ils ont réalisé deux périples artistiques de sept mois au total en Amérique latine
et Indonésie avec le projet : « Unirse a la corporacion » où ils ont pu réaliser des fresques murales et
des interventions urbaines avec les locaux et des centres d’accueil.

Nosy Be Woman
57 x 77 cm
Techniques mixtes : aérosol,
pochoir, acrylique et teintes
sur papier aquarelle épais, 2016
Mise à prix : 500 €

37

FKDL
Lot n°30
Il commence la peinture
dans les années 1980 et
présente son travail au
public à partir de 1992.
À peine une décennie
plus tard, ce fan de collage découvre et développe l’Art Scotch (créé
par Joseph Gil Wolman).
Avec cette technique, il
devient FKDL et rejoint
le milieu du street art
en 2006. Son approche
est à la fois artistique
et humaine. La source
d’inspiration inépuisable qu’est le papier
répond à son envie
permanente de renouvellement, de recyclage.
Il rend son imaginaire
accessible à tous sur les
murs des villes et trouve
dans les grandes causes
un prolongement de
son engagement.

Quincampoix Décembre 1965
66 x 50 cm
Collages et peintures sur Velin d’Arche
2013
Mise à prix : 500 €

38

FRANCKY BOY
Lot n°31

Francky Boy est né à Paris, dans le
20e - « Comme Édith Piaf, dit-il » et
il a vécu la plupart du temps à Paris
avec quelques escales de jeunesse, en
Suède, à Madère et au Canada, mais
sa ville reste “Paname”. Son parcours
artistique atypique, fait de rencontres et
de rebonds, débute au théâtre, notamment son grand pote de l’époque est un
certain Daniel Gégou. Lorsqu’il vient à
la peinture en 1981, la Figuration Libre
commence juste avec son explosion
d’artistes individuels ou en groupe.
Francky Boy fait partie du groupe
d’artistes peintres “Les Musulmans
Fumants” au tout début de sa création
en 1980, par Tristam, César Maurel
et Philippe Waty, non pas en tant que
peintre mais en tant que cinéaste.

DING DONG !
50 x 80 cm
Acrylique, 2016
Mise à prix : 500 €

39

FYRZE
Lot n°32

Ball of fire
Spray et peinture sur toile
lin et coton, 2016
Mise à prix : 500 €

Passionné des livres Subway Art et Spraycan Art, Fyrzé commence le graffiti en 1987. Enfant du 91, il fait
ses premières armes sur les voies ferrées, dans et sur les trains, inspiré par les groupes de l’époque (stk,
abc, aks, dam, the fight boys, ctk). Fondateur du crew MCA, il signe zéphyr pendant près de 10 ans. Période
durant laquelle il fait notamment le Concorde (avec SEMA MCA) à Orly. En 1995, il arrête et revient en
force quatre ans plus tard.
Il inverse son nom et mène alors une vraie réflexion sur le lettrage dans son travail. Le graffiti l’amène à la
compréhension des contours, des ombres, des lumières et du tracé. Fyrzé explore la couleur, s’amuse avec
la lumière et les contrastes, se joue du plein et du vide, déforme les contours et flirte avec l’abstraction.
Année après année, il affine son style unique entre freestyle et déstructuration. Son leitmotiv : le nom et
la lettre comme origine et essence de son processus créatif. Entre 2005 et 2007, Fyrzé travaille avec Marc
Bodé sur une série unique de t-shirts « fait main » rendant hommage au travail de son père Vaughn Bodé.
Soucieux de partager et de transmettre son savoir-faire, Fyrzé anime des ateliers de dessin avec les enfants
dans les écoles primaires. Productif, insatiable et autodidacte, Fyrzé possède une œuvre significative et
peint sur tous supports à la bombe, à l’aérosol et aux marqueurs.

40

GILBERT MAZOUT
Lot n°33

Gilbert Mazout (né en 1971 à Lomé, au Togo) est directeur artistique du
collectif Douze Douze, co-créateur, avec les membres du crew M.A.C, de
« Kosmopolite », premier festival international d’arts graphiques urbains
en France.
Gilbert nourrit ses oeuvres de son propre métissage, y diffuse les langages
de ses racines africaines, asiatiques et européennes. Pop art, figuration libre,
culture Street Art, mais aussi culte des ancêtres et vaudou dahoméen hantent
ses formes, dans tous les sens du terme.

Emoticone
50 x 50 cm
Acrylique, craie
à l’huile, vernis
2016
Mise à prix : 500 €

41

GREGOS
Lot n°34

Né en 1972, Gregos
a grandi en banlieue
nord de Paris. Il fait ses
premières armes dans le
Tag et le Graffiti, début
90. C’est après un séjour
de 2 ans à Athènes qu’il
se met à la sculpture,
puis au moulage. En
2003, il décide de partir
pour Boston, où il se met
à la peinture acrylique
et à l’huile. En 2006,
il revient sur Paris et
retourne vers son premier amour : l’art de rue.
Il invente son propre
concept 3D et réalise
une réplique à l’identique de son visage avec
différentes expressions,
qu’il peint et se met à
coller à travers Paris.
Chaque visage est un
autoportrait, lui permettant d’exprimer dans la
rue ses humeurs, tout ce
qui représente Gregos.
Plus de 1000 visages
ont déjà été installés,
à Paris mais aussi dans
d’autres villes de France
et du monde.

Free as a heart
65 x 50 cm
Acrylique et aérosol sur vélin d’Arches
2016
Mise à prix : 500 €

42

ICY + SOT
Lot n°35

Let her be free
100 x 70 cm
Pochoir et spray sur papier 300 g
2016
Mise à prix : 500 €

ICY (né en 1985) et SOT (né en 1991) sont des pochoiristes de Tabriz en Iran, et résidant à Brooklyn, New
York. Depuis 2006, les deux frères ont contribué à la culture de l’art urbain iranienne et internationale
par leur travail de pochoir percutant, dépeignant des questions de droits de l’Homme, de justice
écologique, sociétale ou politique. Leur travail se reflète sur les murs et dans les galeries à travers l’Iran,
les Etats-Unis, l’Allemagne, la Chine, la Norvège et de part le monde. Ils transcendent leurs histoires
de censure artistique et politique, en utilisant l’art public pour concevoir un monde sans frontières et
sans violences armées ou guerrières.

43

INDIE 184
Lot n°36

L’artiste Indie 184, (née en 1980) est new-yorkaise de naissance. Active
dans le milieu du graffiti depuis plus d’une décennie et demie. Déterminée
à s’exprimer au monde par l’art, elle a quitté une école de commerce pour
apprendre à peindre. Influencée par l’expressionnisme abstrait et le Pop Art,
ses peintures sont des ravissements de couleurs et de textures fusionnées
avec son graffiti original, son street art et son imaginaire juxtaposés avec
des messages personnels. L’art d’Indie 184 a été exposé dans des galeries
et des musées du monde entier.

Concrete Jungle
58 x 82 cm
Vernis sur papier, 2016.
Mise à prix : 500 €

44

JAN KALAB
Lot n°37

Jan Kaláb appartient à la plus vieille génération active de street artiste, en
Tchéquie. En 2006 il a terminé ses études à l’Académie des Beaux arts à
Prague. Il s’est engagé non seulement dans le graffiti classique, avec un
talent pour des compositions dynamiques possédant beaucoup de couleurs
remarquables, mais il crée aussi des objets et des sculptures de formats
divers dans des espaces publics. Il ne craint pas d’expérimenter et repousse
ainsi, avec succès, les limites du genre. Sur ses toiles, il a réduit son style de
graffiti de grands formats à une géométrie minimaliste concentrée.

Black Hole
70 x 70 cm
Spray sur papier, 2013
Mise à prix : 500 €

45

JEAN FAUCHEUR
Lot n°38
Né en 1956, Jean Faucheur sera un des précurseurs des nouvelles interventions urbaines dans les
années 1980 : ceux que l’on appelait « les Médias Peintres ». Réalisant des oeuvres sur papier de
grandes dimensions il « squatta » ainsi en 1983 les panneaux publicitaires de Paris lors d’interventions
spectaculaires. Sur cette lancée et pendant deux ans, il va à New York, Tokyo, co-fonde le collectif de
peintres « Les Frères Ripoulin », expose à New York à la Galerie Tony Shafrazy, la célèbre galerie des
Keith Haring et Basquiat, co-fonde la galerie Jean Marc Patras et expose dans la toute nouvelle galerie
d’Agnès b. C’est en 2002, après une rencontre avec « l’artiste au cutter » TomTom qu’il renoue avec
la scène graffiti.

Sans titre
65 x 50 cm
Aérosol sur toile
2016
Mise à prix : 500 €

46

JEF AÉROSOL
Lot n°39

Black Kids
60 x 80 cm
Pochoir et peinture aérosol
sur toile, 2012
Mise à prix : 500 €

Artiste pochoiriste né à Nantes en 1957, Jef Aérosol est l’un des pionniers
de ce qu’il est aujourdhui convenu de nommer « street art « ou « art urbain
« (bien qu’il préfère le terme « art contextuel «). Il pose son empreinte
pour la première fois en 1982 dans la ville de Tours : imagerie rock-poppunk soulignée de sa marque de fabrique, une mystérieuse flèche rouge.
Depuis, ce dandy de la bombe aérosol a laissé sa marque sur les murs de
multiples villes dans le monde entier : pochoirs furtifs ou grandes fresques
murales. Ses personnages en noir et blanc, illustres ou anonymes, souvent
peints en grandeur nature, témoignent de l’attachement de l’artiste à des
valeurs humanistes profondes. Le travail de Jef est également visible dans
de nombreuses manifestations et expositions tant en France qu’à l’étranger.
47

JERK 45, NED NEDELLEC, 
STÉPHANE CARRICONDO
Lots n°40, 41, 42 & 43
1
Lot n°40
Scratchpaper 2
60 x 60 cm, collage et
rehauts sur bois, 2015
Mise à prix : 500 €

2
Lot n°41
Scratchpaper 3
60 x 60 cm, collage et
rehauts sur bois, 2015
Mise à prix : 500 €

1

2

48

Jerk45, Ned Nedellec et Stéphane
Carricondo sont les trois fondateurs du
collectif 9e Concept, il y a plus de 25 ans...
Sillonnant la rue et les galeries en collectif,
Jerk 45 n’en a pas moins négligé son coup
de pinceau, aiguisant son style retranché
derrière ses toiles. À travers un univers
fantasmagorique, coloré et foisonnant,
Jerk nous conduit dans les tréfonds de son
imaginaire, réussissant à y conjuguer tout
l’esprit caustique de ses années punk, son
enthousiasme ému pour les seventies et les
fêlures de l’enfance. Dans cette jungle intérieure, ses chimères – personnages mi-animaux, mi-robots qui arpentent chacune
de ses œuvres – jouent les courroies de
transmission de ses angoisses et obsessions,
accentuant ici la haine de l’extrémisme ou la
dérision d’une foi aveugle. L’œil rivé vers le
passé, il s’emploie à restituer une imagerie
rétro, par des collages issus de magazines
dont il fait la collection ou encore à l’aide de
débris d’affiches récupérées dans le métro
parisien ou chinées en brocantes. Un bricolage minutieux sur des compositions existantes, soutenu par un travail d’archives
impressionnant, digne d’un historien. Plus
qu’un simple peintre, il façonne avec l’ancien pour mieux évoquer le présent. À s’y
pencher de plus près, Jerk n’est pas loin du
militant du développement durable, recyclant sur ses toiles ses clichés chinés. Il en
ressort un vaste bric-à-brac artistique, une
œuvre hybride à la cohérence outrageante.
L’univers de Ned est foisonnant et mouvant : les objets et instruments du quotidien
côtoient un monde fantastique rempli de
personnages tout droit sortis d’un imagi-

naire « nedelleyen ». Mélange de symboles
celtiques (de par ses origines bretonnes) et
de signes inspirés par l’art tribal, son trait
est singulier. Dans ses derniers travaux, la
couleur devient plus fondue, moins vive, elle
joue de la matière et de ses rendus ; l’univers
devient moins saturé. Ses recherches artistiques sur le visage humain, ses expressions
et son esthétique, donnent aux oeuvres de
Ned une atmosphère inédite. En croisant
photographie, dessin et peinture, il crée des
personnages à la frontière du réalisme et de
l’abstraction. Egalement inspiré par l’art du
Moyen-Age, l’artiste aspire à décortiquer
ses formes et ses tracés pour construire des
médaillons. Mandorles, ornements, entrelacs de flammes, d’arabesques et de frises
sont à la genèse d’une nouvelle héraldique
faite de blasons et d’armoiries inédites. Par
sa plume, il impose une fusion de motifs,
bannières, banderoles, oriflammes ou
sceaux magiques, donnant ainsi une vision
plus conceptuelle de son travail.
L’oeuvre de Stéphane Carricondo est tout
entière un hommage à l’humain. Une
quête artistique introspective, mais aussi
sa manière de décrypter l’autre. A travers
ses visages, striés par des lignes fermées,
il  cherche à exprimer la cartographie d’un
territoire intérieur.
Certaines photographies anthropologiques
africaines et amérindiennes ont beaucoup
nourri son travail, habité par cette quête
perpétuelle de faire passer des émotions
et surtout de révéler cette part d’humanité
que nous partageons tous, bien au-delà de
la barrière des apparences.

3
Lot n°42
Scratchpaper 9
60 x 60 cm, collage et
rehauts sur bois, 2015
Mise à prix : 500 €

4
Lot n°43
Scratchpaper 11
80 x 80 cm, collage et
rehauts sur bois, 2015
Mise à prix : 500 €

3

4

49

JÉROME MESNAGER
Lot n°44

Jérôme Mesnager entre à l’école
Boulle en 1974 où il suit une formation d’ébéniste. Le 16 janvier 1983,
il invente l’Homme en blanc, « un
symbole de lumière, de force et de
paix ». Cette silhouette blanche, il
l’a reproduite à travers le monde
entier, des murs de Paris à la muraille
de Chine.
En 1995, il réalise une grande peinture murale rue de Ménilmontant,
dans le XXe, « C’est nous les gars de
Ménilmontant ».
Jérôme Mesnager s’associe souvent
avec Némo, dont le personnage
fétiche est la silhouette noire d’un
homme en imperméable coiffé d’un
chapeau. À ce titre, il a accompagné
le mouvement d’art urbain parisien
et la Figuration Libre au début des
années 1980.
En 2006, Jérôme réalise une série de
toiles inspirées par l’art nouveau et
l’art déco. La même année, il s’attaque à l’Hôtel des Académies et des
Arts à Paris et envahit l’espace avec
ses Corps Blancs.

Le Labyrinthe
100 x 100 cm
Acrylique sur toile de jute, 1998
Mise à prix : 500 €

50

JERYSIX
Lot n°45

Il débute dans le tag en 1993, et passe au graffiti en 1995. Influencé par
l’univers de la BD, il évolue entre personnages et lettrages dans les terrains
vagues. Créer pour exister, vivre pour créer...

Oxygénation
80 x 60 cm
Spray et posca sur toile, 2016
Mise à prix : 500 €

51

JO DI BONA
Lot n°46

Jo Di Bona est un
artiste de tout juste 40
ans né dans la banlieue
parisienne. Dès le
début des années 90’
Jo a fait ses armes
artistiques sur murs
et trains aux côtés de
Nestor & Lek, avec
leur team VF. Fervent
adepte du Graffiti, Jo
va s’en éloigner petità-petit et créer ce qu’il
appellera par la suite
le «POP GRAFFITI»,
mélangeant collages,
diverses influences du
Graffiti, mais aussi de
la culture Pop dont il
s’est profondément
imprégné. Dans ses
œ u v r e s, J o r e n d
hommage aux icônes
et grands personnages
de l’histoire, travaille sur des portraits d’anonymes, tout en faisant des clins d’œil à d’autres artistes
qui lui sont chers. C’est avant tout cette liberté de créer qu’il aime et à laquelle le «POP GRAFFITI» lui
donne accès. Après avoir terminé l’année 2014 en beauté avec le 1er Prix du Graffiti à la Fondation EDF,
de nombreux projets d’expositions, de performances et de fresques murales se sont enchaînés depuis.
Propulsé sur le devant de la scène Graffiti en figurant dans de nombreux ouvrages sur le sujet, l’année
2016 commence bien pour Jo puisqu’il réalise la couverture du magazine culte « PARIS TONKAR ». Il
apparait aussi dans de nombreux magazines et prépare actuellement plusieurs expositions et projets,
avec notamment la réalisation d’une grande fresque au POINT EPHEMERE pour PREMIERE URGENCE
INTERNATIONALE, et sera sur le 1er salon d’Art Contemporain au Cameroun où il peindra également un
grand mur. Il est aussi cité par le site de référence ARTSPER parmi « Les 10 artistes à suivre absolument
en 2016 », et fera la une du prestigieux NEW YORK TIMES pour son mur hommage réalisé au PETIT
CAMBODGE… pour cet artiste dont la générosité est à la hauteur de son talent car « le plus important
à ses yeux, c’est le partage. » (ARTIST’UP)
Bombay
100 x 100 cm, technique mixte sur toile, 2016
Mise à prix : 500 €

52

JOACHIM ROMAIN
Lot n°47

Né au Havre, ville emblématique du courant impressionniste mais aussi de la première Maison de la
Jeunesse et de la Culture. Chez lui, l’art, notamment la peinture classique ou contemporaine avait
une présence importante et les murs blancs/vides n’existaient pas. Et puis vers 18 ans en arrivant à
Paris, il découvre d’autres univers artistiques comme le graffiti. Parallèlement, vers 15 ans, son père
lui offre son premier appareil photo. En tant qu’Havrais, le port, la rouille et l’usure faisaient partie
de son environnement et l’attiraient. Quelques années plus tard, ses premières séries sur l’usure et la
typographie urbaine (Urban Typo) sont largement inspirées de cet environnement. Enfin, l’univers de
la pub pour lequel il a travaillé, lui a donné les bases de la typographie et des maquettes. Ses passages
en imprimerie ont, imagine t’il, développé son penchant pour le papier et l’envers de la publicité...
C’est à partir d’affiches publicitaires du métro qu’il conçoit
des portraits via lesquels il questionne le cycle de vie de l’affiche.
Ainsi, son travail à l’Origine est
une série de photographies dont
son traitement (déchirement,
découpe, rajout, brûlures) en fait
des oeuvres uniques qui prennent
parfois la forme de sculptures.
Le portrait, sujet emblématique
de l’exercice photographique, et
son attirance pour les clichés de
la rue fusionnent et il en ressort
des portraits d’hommes, des
icônes artistiques, politiques et
publicitaires. Le temps et la rue
ont eu raison de leur plastique, il
ne reste d’eux que des hommes
lacérés. Il utilise aussi le dos bleu
de l’affiche, un regard inversé
sur la publicité. Il compose avec
des installations uniquement de
découpe de ce papier (cabane
d’archi, objets du quotidien,..). 

Clown 20
87 x 61 cm, collages, affiches lacérées et peinture, 2016
Mise à prix : 500 €

53

JOE IURATO
Lot n°37

Depuis plus d’une décennie, Joe Iurato est un artiste public actif qui travaille principalement avec des
pochoirs et l’aérosol. Situé quelque part entre simplicisme et photoréalisme, ses pochoirs à plusieurs
couches proposent clairement une esthétique nette et compréhensible. Tandis que les peintures à grande
échelle d’Iurato ont orné des lieux le long de la côte Est pendant des années, il est plus récemment
devenu célèbre pour les dispositions uniques et la photographie de miniatures peintes en bois. En
utilisant l’environnement extérieur pour créer des installations spécifiques sur site, Iurato ouvre des
fenêtres via un récit construit par des expériences personnelles. Chaque oeuvre d’art individuelle
met en évidence le potentiel d’interaction et de storytelling dans l’espace publique et transforme les
terrains et paysages urbains en scènes soigneusement ouvertes. Iurato éclaire alors chaque situation.

I am not a King, but I will give you my world
106cm x 106cm
Spray sur papier non acidifié, 2016
Mise à prix : 100 €

54

JOHANNE 8
Lot n°49
Un nom qui résonne comme un
porte bonheur quand on connait le
sens symbolique du chiffre rattaché
au prénom de cette jeune artiste
lyonnaise. Après une carrière dans
l’aéronautique, c’est vers sa passion
de toujours qu’elle décide de revenir. Dans ses peintures, nombreuses
sont les références aux souvenirs
de son enfance, aux personnages
qui l’ont accompagnée comme les
super héros, les pulps et comics américains des années 50, Hello Kitty,
Walt, Disney ou encore les Simpsons,
mais aussi de nombreux clins d’oeil
aux Etats Unis, des logos, des pubs,
et toutes ses inspirations venues de
la rue…
Johanne 8 est née à Lyon en 1974.
Elle vit et travaille aujourd’hui à Paris.
Découverte par une première galerie
Parisienne dans le quartier du marais,
l’artiste expose désormais ses toiles
en France et à l’international. La
marque de prêt à porter Paul & Joe
lui a même demandé de designer un
modèle de basket pour leur collection
homme Automne/Hiver 2009/2010.

Murderous Gangsters
130 x 81 cm
Acrylique, posca et encre sur toile
2010
Mise à prix : 500 €

55

JULY I
Lot n°50

Natural Vandals
56 x 76 cm
Peinture acrylique, spray et encre sur papier
2016
Mise à prix : 500 €

56

Depuis sa première apparition en 2005, July i est
l’une des artistes de street féminines canadienne
les plus renommées. July i a fréquenté l’Académie
des Beaux Arts et en a reçu un M.D. en Beaux Arts.
Durant la dernière décennie, l’art de July i a exploré
plusieurs formes d’expression sur structures extérieures comme les collages, les pochoirs, les installations de rue, le graffiti et l’atelier de peinture,
utilisant la peinture en spray, l’acrylique et l’encre.
Depuis le début, les sujets montrent l’interaction
entre les aspects de la vie humaine et ceux de la vie
sauvage. Ses travaux d’exploration ont conduit à
des formes de personnages humains uniques, créant
un dialogue imaginaire avec une peinture réaliste
de la vie sauvage.
July i reçoit des commandes de collectionneurs
privés de Street Art du monde entier.

K-LITYSTREET
Lot n°51
Né en région parisienne d’actions graphiques urbaines à la fois contestataires et clairvoyantes,
K-Litystreet est un collectif d’artistes français nourri de la génération ‘NO FUTURE’. Il réunit des artistes
indignés et insoumis (peintres, poètes, chanteurs, créateurs de vêtements, danseurs, photographes,
réalisateurs, etc…) dont les talents et les réflexions réveillent les consciences. Ses acteurs, citoyens
urbains, lient actualité et innovation pour développer un nouveau courant de pensée, une nouvelle
attitude à adopter afin de créer une société différente. Ses œuvres font naître le débat et invitent les
habitants des quartiers où elles se trouvent à se questionner. Le collectif est animé par cette envie de
pointer avec humour ou de façon dramaturgique, les déviances et les perversités du comportement
humain, la société de consommation excessive. Les artistes de K-Litystreet pointent par leurs œuvres
et leurs actions ce que tout le monde pense tout bas. Ils basent leur combat et leur créativité sur
l’indignation et la réflexion. Ils apportent donc une réflexion, un questionnement, comme un effet de
miroir de premier ordre. Que sommes-nous devenus ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?
‘Il faut éviter les compromis, déranger un maximum et faire en sorte que le public apprenne à se
comporter plus en acteur qu’en spectateur. Mais attention : nous n’avons pas de dogme à balancer,
sauf celui de la liberté sous toutes ces formes. Psychologiquement, nous devons dépasser le blocage du
« tout a été dit », « tout a été fait », car le contexte artistique a évolué depuis les années 80. Jusqu’à
maintenant, plusieurs philosophies artistiques s’opposent à la politique, il ne s’agit plus d’être réaliste,
mais de concevoir, de créer de nouvelles œuvres complètement différentes de ce qui s’est fait dans le
paysage urbain. Certains pensent que le changement ne peut se faire que petit à petit (et c’est vrai !),
mais comme à l’image d’une composition musicale, la comédie peut commencer par une gentille balade
qui s’accélèrerait crescendo, pour que d’un coup les gens dansent et bougent à l’unisson… dixit le
fondateur du collectif K-Litystreet.

You have keys
in your eyes
289,5 x 217,5 cm
(Diptyque)
Techniques mixtes
2016
Mise à prix : 500 €

57

KANOS
Lot n°52

Street-graphiste indépendant né en
1983. Originaire de la banlieue nord
de Paris, sa principale préoccupation
se trouve au coeur de la ville, là où les
codes se bouleversent, se recouvrent
et disparaissent.
La rue digère tout et revêt différentes
apparences au cours du temps. Kanos
souhaite l’évoquer dans sa peinture,
il mélange l’organique aux éléments
urbains ce qui résume pour lui l’essence même du graffiti : des hommes
& des villes, du vivant & du béton, de
l’organique & du macadam. Initiateur,
avec Astro en 2009, du projet
CelloGraff qui vise à peindre sur des
surfaces de cellophane dans la ville
sans bouleverser son bon fonctionnement. Ce concept va lui permettre de
voyager dans de nombreux pays pour
participer à différentes manifestations
d’art. Alex Kanos “iKanoGrafik” ne
cesse d’intervenir sur et dans l’urbain.

Les signes pour recomposer la ville
92 x 73 cm
Aérosol et acrylique sur toile, 2016
Mise à prix : 500 €

58

KASHINK
Lot n°53

The Party 1
80 x 100 cm
Aérosol et encre sur toile
2016
Mise à prix : 500 €

Kashink est française et vit à Paris. C’est une personne atypique : elle porte
une moustache au quotidien et peint d’immenses personnages protéiformes
aux yeux multiples, dans un style graphique très coloré.
Son travail, qui s’inspire à la fois de Botero, des installations de Gilbert
et Georges, du travail de Leigh Bowery et aussi de l’illustration, est à la
fois très présent dans la rue et dans les galeries où elle expose. Kashink
revendique une peinture engagée, partant du principe que peindre
dans la rue permet de faire passer de vrais messages à grande échelle.
En septembre 2014, elle est interviewée par le Huffington Post qui la nomme
tête de liste des « 10 femmes street artistes meilleures que Banksy ».

59

KOUKA
Lot n°54
Kouka est un artiste peintre né a Paris en 1981.
Métis franco africain, petit-fils du peintre expressionniste Francis Gruber, acteur du mouvement
Hip-Hop depuis 1996, puis diplômé de l’école des
Beaux-Arts en 2000, il ne cesse d’interroger ses
origines, sur ses toiles comme dans la rue. Déclinant
différentes formes du portrait, Kouka développe
ses thèmes de recherche autour de l’essence de
l’Homme et de l’identité. Son travail se caractérise
par l’expressivité et la spontanéité du geste, laissant volontairement apparaître les imperfections,
les imprécisions et les coulures. Sa peinture se joue
des codes du graffiti pour mieux toucher au cœur
d’une recherche sur le statut de l’image.
Depuis ses fameux « Guerriers Bantus » qui ont
marqué sa première empreinte urbaine singulière,
il ne cesse de rappeler que l’espace public, comme
le monde, n’appartient à personne et que, s’il est
possible de s’accaparer un territoire, on ne peut
s’approprier une culture. Cette symbolique présente dans la série des « Chimpanzés » qui nous
ramènent à ce que nous sommes, à ce que nous
avons été mais aussi ce que nous serions sans
nos acquis culturels, l’est également dans les silhouettes sans visage libérées d’appartenance à
toute origine dans la série « HLM ».
S’affirmant avec un travail quasi obsessionnel sur
l’autoportrait, il superpose les écritures à l’élément
figuratif, créant un voile entre le visage de l’artiste
et le spectateur qui devient protection et vecteur
de pensée. Parfois la figure disparaît pour laisser
place à l’écriture et son pouvoir. Le travail devient
une surface blanche où seule la force des mots
s’exprime. Indistinct, indéchiffrable, énigmatique,
le langage n’est plus identifié, les mots se changent
en symboles comme un retour à l’universalité.

Guerrier Bantu
100 x 50 cm
Huile sur papier carton, 2016
Mise à prix : 500 €

60

KURAR
Lot n°55

Vit et travaille entre Clermont-Ferrand et Paris. Kurar, rallie l’univers du graffiti dès la fin des années 90.
Pendant 10 ans, il peint et travaille sur la 3D, le volume, et la couleur. Au fil du temps et des expériences
il diversifie ses techniques: Graff, Vandale, Pochoir, Collage, pour se concentrer finalement sur le travail
au pochoir. Au travers de ses toiles, ce street artiste engagé traite de sujets actuels et nous pousse à
prendre du recul sur notre vision de la société.
En mixant caractères anciens et détails contemporains Kurar aborde avec poésie, humour et provocation,
des thèmes sensibles comme la guerre, la religion, et la société de consommation. L’utilisation et la
représentation de l’enfance, est un point récurent constituant une des signatures de l’artiste. Kurar utilise
brillamment ce symbole d’innocence pour marquer le contraste avec la portée satirique et provocatrice
de ses représentations. Depuis son
ascension en 2013, marquée par
une exposition individuelle à la
galerie Parisienne Onega, Kurar
enchaine les exhibitions singulières et expose dans les galeries du monde entier: New York,
Los Angeles, Genève, Dusseldorf,
La Réunion, Bruxelles, Berlin, etc..
Ces oeuvres teintées d’humour
noir et de nostalgie servent à
la profondeur des messages
qu’il transmet et provoquent
l’adhésion d’un public de plus
en plus large.

Read 5/8
100 x 70 cm
Acrylique, pochoir et aérosol
sur papier RIVES, 310 g édition
de 8 oeuvres toutes différentes.
2016
Mise à prix : 500 €

61

L’ATLAS
Lot n°56

L’Atlas est né en France en 1978. Il commence le graffiti dans les années 1990.
Fasciné par l’histoire de l’écriture, il étudie la calligraphie dans plusieurs pays
et dessine sa propre typographie. Il intervient de plus en plus fréquemment
dans l’espace public et devient une figure majeure du Street Art. Il développe
parallèlement un univers pictural, conduisant méthodiquement l’écriture vers
l’abstraction. Il vit et travaille à Paris.

Sans titre
116 x 116 cm
Technique Mixte
Caisse américaine, 2016
Mise à prix : 500 €

62

LE CYKLOP
Lot n°58

« Ulysse & Le CyKlop »
Jeu de fléchettes, 2015.
Série limitée
à 12 exemplaires,
signés et numérotés.
50 x 70 cm.
Pochoir à la bombe et
stickers. Medium, liège
et toile enduite.
Fourni avec un boîtier
de trois fléchettes.
Mise à prix : 500 €

Né au Havre en 1968, Le CyKlop pratique un art ludique, populaire et
souvent interactif. Il est connu pour ses installations sur le mobilier urbain
qui colorent la ville et dont la poésie décalée apporte une touche de fantaisie
à la rue. Son personnage à l’œil unique, peint à la bombe sur les potelets
anti-stationnement, s’inspire des créatures fantastiques de la mythologie
grecque. Il emprunte son langage artistique à l’art populaire, au monde
des jouets, à la BD, à l’Art africain, au règne animal... Un univers graphique
joyeux et coloré. Il investit également de nombreux supports et revisite le
mythe d’Ulysse et le Cyclope à travers des objets du quotidien devenus
jouets, sculptures ou objets d’art.
63

LEK
Lot n°59

Lek fait partie de la première génération de
graffeurs parisiens qui a fait ses armes sur le
terrain mythique entre La Chapelle et Stalingrad,
où la street culture française a émergé.

Lekonstructeur
71 x 59 cm
Technique mixte dont travail aux scotch
2016
Mise à prix : 500 €

64

LEVALET
Lot n°60

Jeune artiste plasticien né en 1988
et agrégé d’Arts plastiques, Levalet
a investi la rue en proposant des
personnages au langage corporel
expressif. Il vit et travaille à Paris.
Cinéma, mime, théâtre d’improvisation nourrissent son travail pour
donner naissance à une compagnie
de comédiens qui jouent des scènes
en interaction avec le passant. Cette
démarche illusionniste est un jeu de
rôle qui semble croqué sur le vif, de
préférence à l’encre et sur papier.
Collés ensuite dans la rue, les personnages de Levalet interpellent par
leur présence, leur imagination et la
pertinence du lieu de leur installation.

Fortune
100 x 70 cm
Encre de Chine et acrylique sur papier
2015
Mise à prix : 500 €

65

M. CHAT
Lot n°61

Tokyo 2009
43,5 x 32 cm
Peinture acrylique
sur tirage numérique
de haute qualité
contrecollé sur aluminium
2010
Mise à prix : 500 €

66

M. Chat est une création graphique de l’artiste franco-suisse Thoma Vuille,
apparue en 1997. Il consiste en un chat jaune-orangé réalisé à la peinture
acrylique. Ce personnage énigmatique arbore toujours un énorme sourire. À
partir de 2003, des ailes blanches lui poussent sur le dos. On retrouve l’image
de M. Chat dans des pays européens (Angleterre, Allemagne, Espagne, PaysBas, Suisse, Bosnie Herzégovine...) et particulièrement en France : à Paris
(plus de 80 murs peints sur l’axe Porte de Clignancourt / Porte d’Orléans).
On peut le voir aussi ailleurs dans le monde : New York, Hong Kong, Macao,
Séoul, Hué, Dakar… Reconnu par les leaders de la scène street art européenne (Frank Shepard Fairey, Banksy, Space Invader...), celui-ci souhaite
s’émanciper de l’effet de mode propre à la mouvance graffiti et s’assimiler
à des mouvements moins marginalisés tels que le “pop art” ou le “land art”.

MAT ELBÉ
Lot n°62

Photographe pour Paris Tonkar
Magazine et pochoiriste. Pour partager
les excursions collages dans les rues
parisiennes avec ses amis artistes Tarek
et Yarps, Mat apprend en 2013 les
techniques du pochoir puis commence à
coller des madones modernes et colorées
sur les murs de la capitale. Pris au jeu de
la création artistique, il met en scène ses
pochoirs sur toile et expose son travail
pour la première fois fin 2014 avec le
collectif Partitions Urbaines.

Figures Littéraires
60 x 85 cm
Techniques mixtes
2016
Mise à prix : 500 €

67

MICHAEL BEERENS
Lot n°63

Né en 1984, Michael Beerens vit et travaille
à Paris. Ce peintre qui a fait de l’animalerie sa
spécialité est aujourd’hui un artiste reconnu qui
en plus de peindre avec grand talent nous offre
un regard profond sur l’humanité et ses dérives.
Un « La Fontaine » contemporain empreint d’une
grande poésie.

Sans titre
75 x 25 cm
Technique mixte, 2016
Mise à prix : 500 €

68

MR. LOLO
Lot n°64
C’est en 1987 après sa rencontre avec Miss.Tic que Mr. Lolo s’investit dans l’aventure du pochoir.
L’œuvre de Mr. Lolo déploie divers paradoxes : le multiple et l’unique, l’obscurité et le brillant. Ce jeu
permanent de la duplicité se retrouve autant dans ses sujets que dans sa technique. Avec une adresse
qui tient de la dévotion, Mr. Lolo détourne le pochoir et le sublime. Son sens aigu du détail que l’on
retrouve chez les peintres et affichistes de l’Art Nouveau, bouscule les schémas. Par l’usage de la
technique mixte, qui mêle acrylique, encre aérosol et paillettes, ses portraits recèlent un volume, une
expression, une suavité, avec un trouble. L’usage du pochoir dont l’intérêt premier est de se multiplier
est dénié. Ses œuvres-là sont uniques. Le rehaut de paillettes posées à la main, accentue le contraste
par un effet brillant or ou argent.

Santé !
66 x 102 cm
Pochoirs sur papier d’Arche
2016
Mise à prix : 500 €

69

NASTY
Lot n°65

Nasty est une figure incontournable du Street Art depuis 1988. Il s‘est
distingué en recouvrant les rames de métro de fresques colorées jusqu’au
milieu des années 90. Par la suite, son passage en galerie a suscité beaucoup
d’enthousiasme grâce aux supports uniques et inédits qu’il utilise : les
plaques émaillées et les plans de la RATP ou encore la céramique qui
recouvre les couloirs du métro. De nombreuses galeries et institutions ont
mis son travail en avant comme la Galerie Magda Danisz, La galerie Hélène
Bailly, le Grand Palais ou le Musée en Herbe. Son parcours depuis 1988 a
été retracé dans un livre édité aux éditions Alternatives : « Nasty & Slice,
Artistes en cavale », et la chaîne Arte lui a même consacré un reportage de
26 minutes dans « l’Art et la Manière » en 2009.

Say it with letters
80 x 65 cm
Aérosol et encre de chine
2016
Mise à prix : 500 €

70

NED NEDELLEC
Lot n°66

Jaseurs 1
50 x 60 cm
Techniques mixtes
sur bois, 2016
Mise à prix : 500 €

Né en 1971, Stéphane Nedellec alias NED vit et travaille à Paris. Il suit une
formation en arts graphiques avant de fonder en 1990, avec Stéphane
Carricondo et Jerk45, Le 9e Concept. Ce collectif réunit aujourd’hui une
dizaine d’artistes d’horizons divers.
Ned joue avec une multiplicité d’influences. Ses origines bretonnes ont forgé
son trait qui évolue sans cesse. Ainsi, les motifs entrelacés abondent, déclinés
en volutes, spirales, ou labyrinthes complexes. Aujourd’hui, il aspire à un
travail plus abstrait, alliant héraldique tribale et géométrie.
71

NELSON DOUTRES
Lots n°67 & 68

Lot n°67
Maître Renard
76 x 58 cm
Techniques mixtes sur papier coton Arches
2016
Mise à prix : 500 €

Lot n°68
Bison volé
76 x 57 cm
Techniques mixtes sur papier coton Moulin du Roy
2015
Mise à prix : 500 €

En tension entre dessin et sculpture, Nelson travaille les matériaux pour les
faire jouer avec la lumière et la couleur. Les images qu’il fabrique trouvent
leurs sources à la fois dans l’expérimentation plastique des matières et dans
l’histoire des arts et des cultures. Ayant l’envie de partager l’art avec le plus
grand nombre, il se positionne à contre-courant des pratiques qui se veulent
élitistes et réservées. Entre formel et figuratif, entre émotion et réflexion,
ses œuvres cherchent à intriguer les curieux tout en restant accessibles.
Sa formation initiale d’ébéniste, puis son parcours aux Arts Décoratifs de
Strasbourg, ont forgé ce caractère dualiste. En sortant de l’objet usuel, il est
allé chercher dans la poésie du vivant et du monde qui l’entoure, de quoi
fabriquer un univers.
72

NYNE FACTORY
Lot n°69

Nyne Factory est née en 1984 à Clermont-Ferrand. Elle travaille actuellement dans le sud
de la France.
Après une formation en arts appliqués, infographie et communication visuelle, elle se
lance avec détermination dans la peinture afin de proposer des œuvres personnelles et
d’aborder des thèmes qui lui sont chers. Elle aime traiter des sujets de société. L’être humain,
l’animal et leurs émotions occupent une place prépondérante dans son travail. Puisant son
inspiration dans la vie de tous les jours, elle cherche à partager sa vision tant mélancolique
que pleine d’espoir de notre avenir. Ses influences artistiques sont nombreuses : Pop Art,
Street Art, Art Contemporain, ... Pour Nyne Factory l’art est avant tout un état d’esprit, un
partage, une manière de vivre. Elle prône un art populaire, à la portée de tous.

Knowledge
60 x 85 cm
Aquarelle, acrylique et posca sur papier d’Arches
2016
Mise à prix : 500 €

73

OAK OAK
Lot n°70
Depuis 2006, Oak Oak a pour terrain de jeux les rues, les murs, les trottoirs et les routes. Originaire de
Saint-Étienne, il colle ses dessins dans chacun des lieux qu’il traverse afin de faire naître un sourire
chez le piéton au détour d’une rue, là où il ne s’y attend pas.
Sa démarche consiste à détourner les éléments urbains, à s’amuser avec les défauts qui
de prime abord semblent sans intérêt particulier, comme les fissures d’un mur. Il y ajoute
ainsi sa propre vision, ses propres références qui ont souvent trait à l’univers geek. Une
manière d’imaginer l’espace urbain de manière plus poétique. C’est en 2012 qu’a lieu sa première exposition solo à Newcastle dans la galerie The outsiders Lazarides (Banksy, invader..).
Il expose également en France à la Galerie Ophite, le Lavo Matik et la galerie Artélie à Paris, la galerie
Clemouchka à Lyon. Oak Oak collabore avec des artistes tels que Fra Biancoshock (Italie),The Wa (Allemagne),
Bulbe (France). Son travail a fait l’objet de plusieurs publications chez Édition Populaire (2011) et aux
Éditions Omaké Books (2014). « Oakoak transforme et habille les éléments du quotidien que l’on croise et
ignore. Un autre monde,
où les bonhommes
des passages piétons
jouent les acrobates, où
les bouches d’incendie
font des grimaces et
où les Tortues Ninja
sortent des égouts. »
(Les Inrockuptibles)
« Oakoak ne revendique aucun autre
militantisme que celui
d’amuser. »
(Graffiti Art Magazine)

Ken
50 x 50 cm
Dessin, 2016
Mise à prix : 500 €

74

POPAY
Lot n°71

Sans titre
30 x 30 cm
Technique mixte
2016
Mise à prix : 500 €

Juan Pablo de Ayguavives, alias Popay,
est un artiste français. Graffeur, peintre
et graphiste, il est né à Barcelone le 27
novembre 1971. Il vit et travaille actuellement en région parisienne.
Son pseudo « Popay », est son surnom
depuis l’enfance ! Sur les bancs de
l’école Popay s’essaie à la calligraphie,
il commence à écrire son nom sur les
tables, puis sur les murs et dans les couloirs de son école. Viendront ensuite les
gares, les métros, les terrains vagues,
les squats... les toiles et l’impression
numérique. Popay se revendique de la
‘Art School of Street’ : c’est école d’art de
la rue, où il entre en concurrence directe
avec les autres writers.
Avec Stone ils fondent le Crew MST,
qui sera rapidement complété par des
artistes comme Azdé, Zero, André… et
bientôt le Crew CWA. Alors, il change
le nom du crew qui devient THC : Tous
Hyper Cool. Son freestyle baroque est
facilement identifiable : saturé de formes
organiques, animales ou humaines, haut
en couleurs. L’artiste nous plonge dans
son univers agglutinant, organique, d’où
émerge des figures féeriques fantastiques ou futuristes. Ses animaux sont
étrangement humanisés tandis que
les hommes sont des caricatures en
mutation.
Ses influences sont multiples : Jimi
Hendrix, la techno des Spiral Tribe, l’art
calligraphique oriental, les bandes dessinées et dessins animés, le film Star
Wars, des artistes comme JonOne,
Combas, Di Rossa, Picasso.

75

PSYCKOZE 156
Lot n°72

Psyckoze débute dans le monde du graffiti fin 1984, à l’âge de 15 ans.
À cette époque, cette culture ne représente qu’une quinzaine de personnes
en France. Il commence par taguer “Acro”. Il adopte ensuite le pseudonyme
Psychose en 1987, en résonance aux attentats perpétrés à Paris par Action
Directe, qui deviendra définitivement Psyckoze par la suite.
Pendant quinze ans, Psyckoze va poursuivre sa quête identitaire afin de se
faire reconnaître dans le microcosme du graffiti en renouvelant son style.
Des palissades du Louvre à la Bastille en passant par les quais de Seine, il
réalise des graffs dans les endroits les plus étonnants, cherchant surtout
à surprendre. Il fait des graffs en couleur dans les tunnels du métro. Paris
noyé par les tags, il lance son concept de « Psy Minute », des petits graffs en
couleur réalisés dans le centre de Paris, afin de se démarquer.

Synchronicity
Techniques mixtes
2010
Mise à prix : 500 €

76

PURE EVIL
Lot n°73

Quelque part entre l’exécution de Thomas More en 1535 et l’an 2000, Charles
Uzzel Edwards est devenu l’artiste de rue connu sous le nom de Pure Evil.
C’est la combinaison d’une curieuse lignée qui a produit d’étranges lapins
maléfiques et des portraits warholesques, connus à travers les rues et les
galeries du monde entier.
Enfant du Londres contemporain et de la Silicon Valley ère San Francisco, Pure
Evil est aussi un enfant de son époque. Son art des icônes, principalement
modernes, exprime à la fois une signature biographique et une critique
de la culture occidentale. Ses symboles de la culture pop sont présents et
donc vus tout au long du paysage artistique urbain de Sao Paulo à Sydney.
C’est le succès artistique et commercial qui a permis la création de sa
galerie londonienne et d’accueillir des expositions pour plus de 60 artistes
indépendants.

Audrey Fade
76 x 76 cm
Spray sur toile
2016
Mise à prix : 500 €

77

QUIK
Lot n°74

Quik est un peintre d’origine afro-américaine né dans le Queens, New York, en 1958. Quik a commencé à
tagger dans les années 1970 à Hollis où il a grandi. Il est l’un des graffeurs New Yorkais qui a pu entrer
dans les galeries d’art et les musées dans les années 80. Son travail s’est développé au-delà du tag :
bien qu’il ait su préserver l’esprit du graffiti, il en a repoussé les limites conceptuelles en introduisant
des thèmes sociaux et personnels dans ses peintures.

Defend Paris
Marqueurs et acrylique sur plan
25 décembre 2015
Mise à prix : 500 €

78

RETRO
Lot n°75

Retro a commencé à peindre avec le pseudonyme RETRO en 2012. Il venait de reprendre le graffiti
depuis à peine une année, et signait avant ‘TOONS’ (parfois écrit TWO.NS). Retro a fait une reprise en
2011, après 15 années d’inactivités dans le domaine du graffiti.
Ses débuts remontent à 1991, 1992 pour la peinture sur murs, avec un arrêt en 1996. En 1994/95 il
a commencé à travailler avec du bois, en faisant des meubles, des lampes et des enseignes. En 2000,
il est devenu graphiste/illustrateur dans une grosse agence de communication WEB, puis en 2007
directeur artistique. Il a cherché longtemps à associer ces univers visuels qui le définissaient : Le graffiti,
le graphisme et la typographie ainsi que le travail en volume. Il a tenté de synthétiser tout cela en
changeant de signature avec RETRO GRAFFITISM, qui est une transposition du RETRO FUTURISM, vu
sous l’angle du graffiti : Et si ? Des peintures sur murs, des objets en volumes, peints et découpés, des
illustrations, qui sont un mélange de graphisme, d’abstraction, de typo et de figuratif. Il n’y a plus de
frontières entre les expressions visuelles, à nous de les mélanger et de les remixer, à l’infini...

Culture Remix
60 x 85 cm, aquarelle et encre sur papier, 2016
Mise à prix : 500 €

79

RNST
Lot n°76. Mise à prix 300 €

1
Haut les mains.. peau de lapin…
50 x 70 cm
Sérigraphie 5 couleurs sur papier Chamois 300 g
tirée a la main par l’artiste numérotée et signée, 2016

Street acteur et sérigraffichiste, adepte des cultures alternatives, RNST explore et s’amuse avec le street art
ou art urbain depuis le milieu des années 1990 sous diverses formes : graffiti, affiches, collages, pochoirs.
Au milieu des années 2000, il prend ses distances avec la rue avant de la réinvestir réelement en 2009 avec
la sérigraphie (affichage) et le pochoir. Son atelier est un laboratoire dans lequel il mélange les recettes, les
couleurs et les genres. Le discours et l’œuvre de RNST sont imprégnés de deux constantes dans lesquelles
le rock prend racine : provoc et romantisme. D’influences multiples, amateur de supports en tous genres
et surtout de récupération, son travail de création est un lien direct entre la rue et l’atelier. L’actualité et
l’espace public ne doivent pas nous échapper, c’est bien là que l’artiste vient se positionner. RNST envisage
ses créations comme de véritable passerelles entre le monde et son univers intime afin de poser question,
déranger et interroger…Mais son engagement ne se limite pas au fait de prendre parti pour une cause.
Son discours révèle en effet une multitude d’influences qui viennent nourrir son travail. RNST tire
principalement son inspiration de l’actualité, « et pas
forcément celles des autres… ». L’artiste s’amuse à
mêler des éléments a priori sans lien entre eux, qui,
lorsqu’il les assemble, atteignent une toute autre
dimension que leur premier niveau de lecture.

2
Sympathy for the devil
50 x 70 cm Sérigraphie 5 couleurs sur papier Ivoire
300 g numérotée et signée, 2016

3
Dark purple
boy
50 x 70 cm
Sérigraphie
tirée à la main
par l’artiste
7 couleurs sur
papier noir
300 g, 2016

80

SEIZE
Lots n°78 & 79

Artiste peintre autodidacte, né à paris en 1971. Il évolue dans un univers géométrique et coloré.
Son expérience et son inspiration viennent de l’art urbain où il fait ses débuts. Il développe un code
graphique très personnel et utilise l’énergie positive des couleurs comme une thérapie. Il travaille depuis
de nombreuses années autour d’une réflexion basée sur les réseaux et les connexions. Il a découvert
que les symboles formaient un langage. Le langage symbolique est celui de la nature et de l’univers.
La forme géométrique jointe à la simplicité et à la rigueur des structures et de la composition peut
atteindre une grande pureté. Mais cette même forme associée à l’infini des combinaisons possibles
est tout aussi capable d’exprimer dynamisme et grande vitalité. Avec les mêmes moyens élémentaires,
lignes, cercles, carrés, triangles, polygones, courbes la plupart des dominantes de l’être humain peuvent
être plastiquement exprimées telles que pureté, contemplation, spiritualité, calme, joie, dynamisme,
lucidité, créativité, imagination…

Lot n°78
Cyclopcircle
120 x 120 cm
Acrylique sur toile de lin
2015
Mise à prix : 500 €

Lot n°79
Maestrometrik
120 x 120 cm
Acrylique sur toile de lin
2015
Mise à prix : 500 €

81

SHUCK ONE
Lot n°80

Né à Pointe-à-Pitre en 1970. Vit et travaille à Paris. Représentant de la première génération de graffeurs
français, Shuck One s’empare dès 1986 des murs et des artères souterraines de la capitale. Son nom
est alors omniprésent sur les lignes 2, 9 et 13, des lignes stratégiques du métro parisien, qui lui valent
rapidement le titre de « King of subway », mais ouvrent aussi bientôt à la découverte d’un univers
artistique plus vaste et plus personnel.

En 1990, il fonde l’association Basalt, collectif de graffeurs parisiens dont la puissance créative et le
dynamisme marquent la décennie : sous le regard de la ville entière, l’expression murale gagne ses
lettres de noblesse. Dès 1991, cette créativité nouvelle est largement saluée lors de l’exposition « 10
ans de Graffiti Art » au Palais de Chaillot, qui réunit les grands noms du graffiti français et américain.
Jusqu’en 1995, Basalt assurera le rayonnement d’une identité proprement française à travers de nombreuses collaborations et manifestations en France et en Europe.
Au début des années 90, sans renoncer au mur, Shuck commence à privilégier la toile. Les contours de
ses lettrages tendent alors à se fissurer et à se dissoudre au profit du développement d’une abstraction
profondément singulière. Enfin offerte à la pérennité de la toile, ses oeuvres entrent très vite dans les
collections publiques et privées.
Alors qu’elle explore d’autres supports que l’espace urbain, la peinture de Shuck One n’en reste pas
moins en prise avec des préoccupations d’abord humaines et sociales. Tout en mettant l’individualité de
l’artiste au centre de son geste artistique, son travail vise, au-delà de toute frontière, à l’émancipation
sociale et culturelle de l’individu.
Julia Delhomme

Tag N’ Graff
20 x 120 cm
Technique mixte
2012
Mise à prix : 500 €

82

SOKLAK
Lot n°81

Graffeur, photographe et musicien depuis plus de 20 ans, Soklak Elgato est
un artiste pluridisciplinaire né à Montreuil en 1977.
Issu du graffiti mais également  inspiré par des artistes comme Georges
Mathieu, Arman, Keith Haring ou Jean Dubuffet, il développe un style
protéiforme, marqué par le lettrage et la couleur, avec une calligraphie
tendant parfois vers l’abstraction.

Eternal Moon Sunshine
130 x 160 cm
Technique mixte
2015
Mise à prix : 500 €

83

STÉPHANE CARRICONDO
Lot n°82

Après avoir suivi une formation en arts graphiques, Stéphane Carricondo fonde le collectif
9e Concept avec Jerk 45 et Ned. Il vit et travaille à Bagneux. Stéphane Carricondo fait parler sa
peinture comme une nécessité de s’exprimer autrement que par les mots. Il peint des visages
ou portraits, striés par des lignes fermées, exprimant la cartographie d’un territoire intérieur.
L’essence même de son travail est l’Homme. Fasciné par l’être humain et par tout ce qu’il peut générer
et lui apprendre, Stéphane Carricondo peint l’autre comme il le ressent, en essayant continuellement
d’aller « voir derrière ». Ce sont des thèmes historiques ou politiques qui sont les moteurs de son travail.
Moteur en terme d’idée de départ car, en réalité, le sujet reste profondément humain : qu’est-ce qui se
cache derrière chacun d’entre nous ? Quel est notre parcours ? Comme si chaque ligne évoquait une
frontière, limite amenant à un autre terrain d’exploration, une nouvelle étape de la vie.

Sans titre
40 x 40 cm
Techniques mixtes
2015
Mise à prix : 500 €

84

STEW
Lot n°83

Over the Rainbow
Pochoir et tampin
sur papier
2016
Mise à prix : 500 €

À quatre ans, Stew a déjà redessiné la tapisserie de sa chambre au grand dam de ses parents. Plus tard,
Stew transforme ses cahiers de cours en cahiers de croquis, au grand dam de ses professeurs. En 1996,
Stew découvre la bombe. Du cahier, il passe aux murs, aux terrains...puis aux trains.
Les illustrations de l’artiste nous font voyager dans un autre monde avec comme image principale celle
du samouraï, guerrier héroïque de la culture japonaise. Représentés en noir et blanc dans différentes
postures, certains sont accompagnés d’une touche de couleur émanant du visage. Écailles de poisson,
vagues et autres motifs nous rappellent les estampes japonaises et nous donnent envie d’admirer à
nouveau celles des grands maîtres tels Hiroshige, Hokusai ou Kuniyoshi.
85

STOUL
Lot n°84

Stoul est une Street
Artiste, qui conçoit et
réalise graphiquement
et plastiquement des
dialogues entre l’humain et la ville. Ses
œuvres sont reconnaissables par la géométrie
des lignes droites et
les aplats de couleurs
qu’elle peint à la bombe.
Stoul est une artiste
engagée pour l’environnement et la lutte
contre les inégalités.
Régulièrement depuis
2001, elle partage ses
créations lors d’expositions, peintures murales,
performances et ateliers
participatifs.

Oru Gami W/W 15”
40 x 30 cm
Présenté dans une caisse sous verre
Bas reliefs papiers sur papier
2016
Mise à prix : 300 €

86

TAREK
Lot n°85

Tarek est né à Paris au début des années 1970, Tarek ne
cesse d’explorer de nouveaux horizons à travers l’écrit
et l’image. Scénariste, peintre, photographe, rédacteur
en chef de Paris Tonkar magazine et auteur du livre de
référence sur le graffiti français, Tarek est un artiste
polymorphe. Il a écrit près de soixante-dix livres dont
certains sont devenus des ouvrages incontournables
(Paris Tonkar, la série BD Sir Arthur Benton…), des
scénarios pour l’audiovisuel en Europe et aux EtatsUnis (documentaire et fiction) et expose ses peintures
dans le monde entier (Paris, Montréal, New York, Zürich,
Hambourg, Genève, Athènes, Zagreb, Budapest…)
Les peintures de Tarek ont intégré les collections de
plusieurs amateurs d’art dans le monde et les collections
de musées, de villes et de sociétés.

Sans titre
30 x 30 cm
Acrylique, poscas et collage sur Toile montée sur châssis, 2016
Mise à prix : 500 €

87

TETAR
Lot n°86
Son travail s’est construit en fonction de ses affinités et de son approche de l’art. Il a développé un
code graphique, qui se situe entre la peinture et l’écriture, le graff (ou plutôt le tag), l’art brut, l’écriture
automatique, l’expressionnisme abstrait, la peinture gestuelle (spontanéité du geste), l’art primitif,
l’art aborigène, etc...
Il recrée une sorte de rituel de peinture, de gestes d’écritures ou de peintures automatiques et
spontanés, non réfléchis, strictement guidés par la gestuelle du corps qui laisse une trace sur la
surface qui la reçoit. L’écriture déposée n’appartient à aucun système d’écriture connu et s’éloigne au
maximum de toutes influences préalablement digéré, c’est une écriture du corps ou une peinture du
geste. Le travail intellectuel intervient seulement en amont et consiste à digérer des influences tels
que des images, des systèmes d’écriture (pictogrammes, idéogrammes, calligraphies, cryptogrammes
etc..). Pour lui permettre de s’en éloigner, ou de les reproduire inconsciemment. Il essaie donc de rester
le plus fidèle possible à son instinct lors de l’acte de peindre, pour retranscrire au mieux un caractère
primaire ou primitif.

Sans titre
100 x 100 cm
Acrylique sur toile, 2016
Mise à prix : 500 €

88

TORE
Lots n°87 & 88

L’Afrique rouille
120 x 120 cm
Proposé avec caisse américaine
Scotch et bombe de peinture
2016
Mise à prix : 500 €

A-Tribu
120 x 120 cm
Proposé avec caisse américaine
Scotch et bombe de peinture
2016
Mise à prix : 500 €

Tore, né en 1972, pose sa signature dès 1989 dans le 13ème arrondissement de Paris, haut lieu de
l’art urbain. Il laisse sa trace régulièrement sur rues, métros, toits et catacombes. En 1992, il peint ses
premiers visuels sur des matériaux de récupération et poursuivra ce travail occasionnel sur des toiles. Il
sait que le travail éphémère en rue est souvent ingrat. Lassé de multiples passages devant les tribunaux,
mais convaincu que cet art mineur deviendrait un jour majeur, il décide de vivre de son art officiellement
et propose des fresques, des illustrations, des logos au show business, au milieu associatif et à la presse.
Il pratique un graffiti authentique, sans aide de la technologie et exécuté essentiellement à la bombe
de peinture. Il est intervenu récemment à l’intérieur et à l’extérieur de «la Tour Paris 13» et multiplie
les expositions et les fresques sur les thèmes de la lettre et de la physionomie.
89

TRISTAM
Lot n°89

À la fin de l’été 1980, Tristam, en complicité avec Waty et Cesar Maurel, fonde le collectif de peintres
Les Musulmans Fumants, très vite rejoint par Francky Boy puis Fabrice Langlade et Dominique Gangloff.
Jusqu’en 1990, le groupe expose en France et en Europe et collabore avec les créateurs les plus pointus
dans tous les domaines artistiques (Mondino, Goude, Gaultier, Plassier, Futura 2ooo, Mode 2, Africa
Bambaata, etc.). Après un petit intermède musical en 1988, Tristam reprend les pinceaux avec ardeur.
Ses oeuvres reconnaissables au premier coup d’oeil, sensuelles, colorées, accrocheuses et toujours
ironiques, cachent souvent plusieurs niveaux de lecture, soyez attentifs !

Sans titre
80 x 65 cm
Aquarelle sur canson, 2016
Mise à prix : 500 €

90

VESOD
Lot n°90

Vesod est né à Turin en 1981. Son côté
artistique a été favorisé par son père
Dovilio Brero, le peintre surréaliste,
dont l’influence a un impact sur Vesod
depuis sa jeunesse. Il a développé un
intérêt pour le monde du graffiti depuis
le début des années 90.
En raison des partenariats artistiques et
des contacts que Vesod a commencé à
nouer dans ces années d’adolescence,
Vesod a récemment commencé son
chemin professionnel. Il a cherché
pendant dix ans une langue picturale
personnelle dans laquelle le graffiti joue
un rôle central, tandis qu’il consacrait
une partie de son temps à son propre
enseignement culturel et universitaire.
Les mathématiques ont été le domaine
de sa formation. Il en a été diplômé
et elles ont un impact important sur
ses œuvres, tout comme l’art de
Renaissance et le Futurisme. Ces
aspects se reconnaissent facilement
dans l’œuvre de Vesod.

NIHL
40 x 60 cm
Huile et bombe sur toile, 2015
Mise à prix : 500 €

91

VICTOR ASH
Lot n°91
Né en 1968. Vit et travaille actuellement à Copenhague, Danemark. Ash commença son activité de
peintre de rue à Paris en 1983 avec le groupe mythique du graffiti des années 80 les BBC (Bad Boys
Crew). Ash, avec JayOne et Skki, tournent à l’époque autour des palissades du Louvre puis d’un terrain
vague près de la station de métro Stalingrad, devenu l’un des temples du graffiti en Europe et dans
le Monde. C’est au début des années 90 que Ash commence réellement à faire des recherches en
atelier sur sa peinture, et rapidement il développe un style personnel qui se détache de plus en plus du
graffiti traditionnel inspiré du métro de New York. Aujourd’hui il travaille sur des thèmes urbains et de
la nature, illustrant le parcours de son existence et tout en s’inspirant de l’esthétique qu’il développa
quand il peignait dans la rue. Il s’exprime de façon très variée en faisant des installations en galerie,
fresques sur murs et peintures sur toiles.

Night falling
80 x 85 cm
Peinture, spray et acrylique sur toile, 2013
Mise à prix : 500 €

92

WILD DRAWING
Lot n°92
WD, aka Wild Drawing, est né à Bali, en Indonésie,
et est diplômé des Beaux Arts et d’Arts Appliqués.
Il a commencé comme artiste de rue en 2000 et
depuis il a passé la plupart de son temps à travailler dans les rues, même s’il n’a jamais arrêté de
travailler dans son atelier.
Il a fait des expositions personnelles et a participé
à des présentations en groupe dans des festivals
de graffitis de rue en Asie, Europe et Etats-Unis.
Son travail a été répertorié dans les collections
internationales de livres de Street Art. Il vit et travaille en Grèce. L’association à la fois continentale
et orientale de la culture de WD en fait son style si
reconnaissable. Il se focalise sur des projets muraux
utilisant l’association de la peinture au rouleau et
du spray. Il essaye toujours d’interagir avec l’endroit où il travaille en utilisant les divers éléments
qui l’entourent, de manière à créer une harmonie
entre son travail et le lieu où il se trouve. Son style
caractérisé par une technique réaliste, souvent anamorphique, est influencé par les bandes dessinées
et les livres illustrés. Les phénomènes de société,
l’art de vivre, l’art ou la nature, l’inspirent généralement. Ce qu’il aime dans le Street Art est la liberté
d’expression et le fait que cela lui permette de partager ses pensées et de communiquer avec le plus
de personnes possibles, que ce soit avec chaque
personne qui s’arrête devant une de ses oeuvres ou
qui juste la parcoure sur internet. En plus de cela, à
travers cet art, il a la chance de pouvoir parler de la
grande question de la réappropriation de l’espace
public. Cela contrebalance la nature éphémère de
ses projets. Après tout, s’il était intéressé par faire
un travail qui résiste à l’épreuve du temps, il peindrait sur toile uniquement.

Sangeh
77 x 57 cm
Encre sur papier, 2016
Mise à prix : 500 €

93

CONDITIONS  
GÉNÉRALES DE VENTE
I. Qualité de Projets Plus Actions
Projets Plus Actions (PPA) est une Organisation de Solidarité
Internationale créée en 2006. PPA a pour vocation d’intervenir
en appui technique et financier auprès d’initiatives et d’acteurs
locaux. En ce sens, PPA travaille en collaboration étroite avec ses
partenaires pour développer des projets qui répondent aux enjeux
des territoires dans lesquels ils s’inscrivent.
VISION
Face aux problématiques grandissantes d’érosion de la biodiversité, de changement climatique et de précarisation des conditions
de vie en milieu rural, il est nécessaire de proposer des solutions
inno-vantes et durables. Conserver l’environnement tout en
favorisant le progrès social, c’est possible ! PPA promeut une
approche globale et intégrée plaçant les problématiques environnementales au cœur des enjeux de développement humain sur
des sites naturels remar-quables reconnus comme des hotspots
de biodiversité mondiale.
MISSIONS
Notre vision se décline en trois missions principales :
– Émergence et renforcement de nos partenaires locaux : Proposer
un appui technique et financier complémentaire qui s’intègre dans
les stratégies d’intervention de nos partenaires.
– Développement de projets pertinents et de qualité : Chaque
projet mis en œuvre fait l’objet d’une évaluation préalable et
post réalisation. Nous agissons en toute transparence avec nos
mécènes et leur proposons de se rendre sur place pour voir comment sont utilisés les fonds confiés à PPA.
– Responsabilité sociétale : Proposer des solutions aux entreprises
et aux particuliers qui souhaitent s’inscrire dans une démarche
responsable. Les conditions générales de vente de Projets Plus
Actions exposées ci-dessous sont acceptées en tant que contrat
d’adhésion par toute personne portant une enchère. Projets Plus
Actions peut les modifier par des avis écrits ou oraux avant la
vente.
II. Avant la vente
Les photographies des lots mis en vente figurant au catalogue
et sur le site internet www.avoha.fr ainsi que sur les plateformes
des opérateurs intermédiaires de Projets Plus Actions n’ont pas
de valeur contractuelle.Les lots sont vendus en l’état, c’est-à-dire
tels qu’ils sont présentés à la vente. L’enchérisseur potentiel est
encouragé à s’assurer de l’état de chaque lot, des dommages
ou des restaurations que celui-ci peut avoir subis en l’examinant avant la vente.Les expositions de Projets Plus Actions sont
publiques et accessibles à tous sur demande. Des constats d’état
ou de conservation des objets peuvent être établis sur demande.
Pour autant, l’absence d’indication concernant un dommage ou
une restauration ne signifie pas qu’un lot soit exempt de défectuosités ou de restauration. De même, la mention de défectuosités
n’implique pas l’absence d’autres défauts. Par ailleurs, l’état des
cadres n’est pas garanti.
Les informations figurant au catalogue peuvent faire l’objet de
modifications ou de rectifications jusqu’au moment de la vente.

94

Ces changements sont portés à la connaissance du public par
une annonce faite par le commissaire-priseur habilité au moment
de la vente et par un affichage approprié en salle de vente. Ces
modifications sont consignées au procès-verbal de la vente.
III. Pendant la vente
Les personnes souhaitant porter des enchères durant la vente sont
invitées à faire enregistrer auprès de Projets Plus Actions leurs
don-nées personnelles (nom, prénom, adresse, qualité). Projets
Plus Actions exigera de l’acquéreur qu’il justifie son identité ainsi
que ses références bancaires.
L’enchérisseur est réputé enchérir pour son propre compte. S’il
enchérit pour autrui, l’enchérisseur doit indiquer à Projets Plus
Actions qu’il est dûment mandaté par un tiers pour lequel il communiquera une pièce d’identité et les références bancaires. Toute
fausse indication engagera la responsabilité de l’adjudicataire.
La vente se fera expressément au comptant et sera conduite
en euros. Projets Plus Actions peut toutefois offrir, à titre indicatif, la retranscription des enchères en devises étrangères, et à
titre exceptionnel, une facilité de paiement. En cas d’erreurs de
conversions de devises, la responsabilité de Projets Plus Actions ne
pourra être engagée.Le commissaire-priseur habilité organise les
enchères de la façon qu’il juge convenable, les paliers d’enchères
sont à sa libre appréciation.
Le commissaire-priseur habilité veille au respect de la liberté
des enchères et à l’égalité entre les enchérisseurs. Pour autant,
il dispose de la faculté discrétionnaire de refuser toute enchère,
de retirer un lot de la vente et de désigner l’adjudicataire, c’est
à dire le plus offrant et le dernier enchérisseur sous réserve que
l’enchère finale soit égale ou supérieure au prix de réserve. Le
prix de réserve s’entend du prix minimum confidentiel au dessous
duquel le lot ne sera pas vendu. Projets Plus Actions ne portera
aucune enchère pour son propre compte ou par le biais d’un
man-dataire. La vente devient parfaite au prononcé du terme «
adjugé », c’est à dire que le transfert de propriété et le transfert
des risques s’opèrent à cet instant.
Dès lors, l’adjudicataire contracte avec Projets Plus Actions un
contrat de vente et il est tenu de payer le prix du bien acheté
sans aucun délai de rétractation que les enchères soient portées
en personne, par téléphone ou sur internet.
S’il est établi que deux ou plusieurs enchérisseurs ont simultanément porté une enchère équivalente et réclament en même temps
cet objet après le prononcé du mot « adjugé », le commissaire-priseur habilité pourra immédiatement reprendre et poursuivre les
enchères. Le public présent sera admis à enchérir à nouveau.
La possibilité d’enchérir par ordre d’achat ou en direct de la vente
par téléphone est offert par Projets Plus Actions aux enchérisseurs
ne pouvant assister à la vente en personne.
Projets Plus Actions se propose d’exécuter les ordres d’achat

selon les instructions de l’enchérisseur absent et s’engage à faire
son possible pour acquérir dans les meilleures conditions le lot
convoité. Dans le cas de plusieurs ordres d’achat identiques, la
priorité sera donnée à celui reçu en premier.
Pour les personnes souhaitant participer à la vente par téléphone, Projets Plus Actions accepte gracieusement de recevoir
les enchères téléphoniques à condition que l’acquéreur potentiel
se soit manifesté avant la vente. Projets Plus Actions décline
toute responsabilité en cas d’erreurs éventuelles, d’insuccès si la
liaison téléphonique ne peut être établie ou de non réponse suite
à une tentative d’appel. Projets Plus Actions peut enregistrer les
communications et peut les conserver jusqu’au règlement des
éventuelles acquisitions.
Les mêmes conditions s’appliquent aux personnes souhaitant
participer à la vente en direct sur internet. Projets Plus Actions
propose gracieusement de prendre les enchères à condition que
l’acquéreur potentiel se soit enregistré avant la vente selon les
conditions générales de l’opérateur intermédiaire.
Dans certains cas, la prise en compte d’un ordre d’achat ou d’une
demande d’enchères par téléphone ou sur internet peut être
conditionnée par un dépôt de garantie dont le montant sera
établi par Projets Plus Actions.
Les articles L.123-1 et L.123-2 du Code du Patrimoine autorisent,
dans certains cas, l’État à exercer un droit de préemption sur les
œuvres d’art mises en ventes publique ou à l’occasion de ventes
de gré à gré,c’est-à-dire que l’État se substitue à l’acquéreur.
Le représentant de l’État présent lors de la vacation formule sa
déclaration auprès du commissaire-priseur habilité juste après la
chute du marteau. La décision de préemption doit ensuite être
confirmée dans un délai de quinze jours et Projets Plus Actions
ne peut assumer aucune responsabilité du fait des décisions
administratives de préemption.
IV. Après la vente
Il n’y a aucun frais d’adjudication à rajouter au prix d’acquisition.
Le paiement du lot par l’adjudicataire se fera immédiatement pour
l’intégralité du prix d’achat. Cette condition s’applique également
à l’adjudicataire souhaitant exporter le lot et même en cas de
nécessité d’obtention d’une licence d’exportation. L’adjudicataire
pourra effectuer son règlement par les moyens suivants :
> en espèces : jusqu’à 3 000€ frais et taxes compris pour les particuliers français et pour les commerçants, jusqu’à 15 000€ frais
et taxes compris pour les ressortissants étrangers sur présentation
de leur pièce d’identité
> par carte de crédit ;
> par virement bancaire aux coordonnées suivantes : Iban FR76
4255 9000 7341 0200 0162 758
> par chèque bancaire tiré sur une banque française sur présentation d’une pièce d’identité ou d’un extrait Kbis daté de moins de
3 mois pour les personnes morales. Projets Plus Actions n’accepte
pas les chèques tirés sur une banque étrangère.
Le transfert de propriété ainsi que le transfert des risques s’opérant au prononcé du terme « adjugé » par le commissaire-priseur
habilité, Projets Plus Actions rappelle à l’acquéreur qu’il sera

lui-même chargé de faire assurer ses acquisitions et décline toute
responsabilité quant aux dommages que l’objet pourrait subir
ou faire subir dans le cas où l’adjudicataire n’aurait pris aucune
disposition.Le lot ne sera délivré à l’adjudicataire qu’après paiement de l’intégralité du prix d’achat ou après un délai de 8 jours
ouvrables à compter du dépôt du chèque en cas de règlement
par chèque. Sur présentation du bordereau acquitté, les achats
pourront être retirés chez Projets Plus Actions du lundi au vendredi
de 14h à 20h au 61 rue de maubeuge, 75009 Paris.
Projets Plus Actions conseille aux adjudicataires de retirer rapidement leurs achats afin d’éviter des frais de magasinage, de
manutention et de conservation qui leur seront facturés à partir
du trentième jour après la vente au barème suivant : 10 € TTC
par lot et par jour calendaire.
Projets Plus Actions pourra recommander sur simple demande
des entreprises de transport qui se chargeront de l’emballage et
du transport des achats. Les transporteurs n’étant pas les préposés de Projets Plus Actions, Projets Plus Actions ne pourra être
responsable de leurs actes ou omissions.
L’adjudicataire ayant opté pour un envoi de ses achats par un
prestataire adhère aux conditions générales de ce prestataire et
écarte la possibilité d’engager la responsabilité de Projets Plus
Actions en cas de préjudice subi dans le cadre de cette prestation
de service.
Le droit de reproduction et de présentation de l’œuvre n’est pas
transféré à l’acquéreur du fait de l’achat d’une œuvre. Projets
Plus Actions est propriétaire du droit de reproduction de son
catalogue. Est interdite et constitue une contrefaçon à son préjudice toute reproduction du contenu, des notices et articles ainsi
que des compositions et images. Conformément aux dispositions
légales, il est précisé que toutes les actions en responsabilité civile
engagées à l’occasion des prisées et des ventes volontaires de
meubles aux enchères publiques se prescrivent par cinq ans à
compter de l’adjudication ou de la prisée. Seule la loi française
régit les présentes conditions générales d’achat. Toute contestation relative à leur existence, leur validité, leur opposabilité à
tout enchérisseur et acquéreur, et à leur exécution sera tranchée
par le tribunal compétent du ressort de Paris. Les dispositions
des présentes conditions générales d’achat sont indépendantes
les unes des autres. La nullité de quelque disposition ne saurait
entraîner l’inapplicabilité des autres.
Projets Plus Actions rappelle que l’article 313-6 du Code Pénal
dispose que « le fait, dans une adjudication publique, par dons,
promesses, ententes ou tout autre moyen frauduleux, d’écarter
un enchérisseur ou de limiter les enchères ou les soumissions, est
puni de six mois d’emprisonnement et de 22 500 euros d’amende.
Est puni des mêmes peines le fait d’accepter de tels dons ou
promesses. Est puni des mêmes peines : 1. Le fait, dans une adjudication publique, d’entraver ou de troubler la liberté des enchères
ou des soumissions, par violences, voies de fait ou menaces ; 2. Le
fait de procéder ou de participer, après une adjudication publique,
à une remise aux enchères sans le concours de l’officier ministériel
compétent ou du courtier de marchandises assermenté compétent
ou d’un opérateur de ventes volontaires de meubles aux enchères
publiques déclaré »

95

CONTACT

Projets Plus Actions
61 rue de Maubeuge
75009 Paris
01 72 38 52 87
www.projetsplusactions.org
Jean-Marc Civière
co-fondateur Projets Plus Actions
jciviere@projetsplusactions.org
06 21 06 14 78

96

INFORMATIONS
PRATIQUES

Exposition des oeuvres :
Samedi 4 Juin de 9h à 17h et le lundi 6 Juin de 9h à 18h
Crédit Municipal de Paris
55 rue des Francs Bourgeois, 75004 Paris
Vente :
Lundi 6 juin 2016 à partir de 19h au Crédit Municipal de Paris
Inscription conseillée sur www.langagesetcultures.fr

97

REMERCIEMENTS

Un grand merci à Maître Arnaud Oliveux, Artistik Rezo, Aurélien Prudhomme,
Chantal Gagoyan, Nicolas Laugero Lasserre, Joël Knafo, Yannick Boesso,
Frédérique Cadieu, Nicolas Tricaud De Montonniëre, Philippe Danjean,
Regula Vogel, Thomas Léaud, Crédit Municipal de Paris, Emilie Boulay,
Emilie Pourquery, Estelle Emirian, Invaluable, 9ème Concept, Urban Art Fair.
Et tous ceux qui nous ont aidé à la préparation de cette vente !
Merci à tous les artistes qui nous ont soutenus, conseillés, aidés, ceux sans
qui ce projet n’aurait été possible !

98

CONCEPTION

Cette année encore, j’ai décidé d’agir auprès de Projets Plus Actions et de
mettre mes connaissances créatives au service d’une cause magnifique.
Je conseille l’ONG sur la meilleure manière de véhiculer son image auprès
du public, toujours dans un esprit positif et une bonne humeur. Campagnes
de communication, catalogues, site web, annonces-presse, flyers, affiches…
Je m’engage même physiquement auprès de Jean-Marc dans des courses
extrêmes, dans le but de récolter des fonds !
Ce catalogue concrétise un énorme travail préalable de la part de toute
l’équipe : réunir des artistes autour d’un thème commun, porter des valeurs
écologiques et humaines fortes, et enfin attirer les collectionneurs et
acheteurs finaux jusque sur le lieu de la vente aux enchères. Je suis fier d’ofrir
mes talents à l’association pour mettre en valeur tout ce qu’elle entreprend ;
j’espère que ce catalogue sera, pour vous, à la hauteur de mon engagement.
Aurélien Prudhomme - Directeur Artistique
www.double-you-design.fr
contact@double-you-design.fr

99

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful