Vous êtes sur la page 1sur 8

f - t ---

I - f --

r

1.9t.t

Il

\ , ' , k I U ,

1

1

.

IJJ\L

b- ' " lU.',

v

n

1)

l

u

1

-- - ~

-l -- .-

- I - - I --- f - +

v.o.

t

- -

1 - --

1

i

r - - t --- - -- ---+ -- + -- + -- t

- t -- t -- t -- t - - -- t

j

- e.

J'rP. l

1

1

.

r . ( .

1----

-- r -

1

I

,

i

1

!

1

'""

IB 1)

(~

k IV.' il

tY.JJ

t -

, ,~

r-

le

---

I

n, " "

l

<u'

0

If e

:

.

,

.1

~ , . ,

~

1

1

1

. UJ

1~ f ~ J ?:'

U

1 1 _1 : Ln Ij

(

1

-

1

'

1

L:

T

,t.',

Ig~ ~ ~' f I' ~ . ~

()

\

o' n-

~

Il.

Dtl l''L

,

l '

u»: ~I-A r , JI)

e w<.

Il'

IM-J •

III

.JW~~., ,'r,.

Il),,--

1 1 ~ J -

h'

tl l .

.

IJ

J

t1

(7 ~

Pm c .

W

1

M ~k

r

J

I ] t . t:1J ) t:~ç

p~

W

L

. 1111.

Il

J.:

.

Ik,

~ 1"St l u( l . / t . /e Ua.

I.f

10

Il.?

.u , .Ai 'J

~

1

,,1KI. '6. ( f --S ' ~

lt

"

t l

~v io-

Dfl.(u

1

.

Q.

I)(i ~

N - ' ~" -

(

"'-

, o

.Jr

I nMt

I l

,1,Jt,. ~~ ;.t"

l ( tb T\

1 \

t~

! . e,;.( ! ~

, ~

,

i /

. n

\

)

1

llV.• 1--

1

\

~LL 01 oxl ~o ~J

'{ , (.!

IJ;a

(/J

s ~J-- 4

uk%l.

_

.A I ~ 1\-1

10

.

o( l . \ .

I I

I I ~/1 •. J

~

1

t [

-

OVv

-i

f (

c(

~ ,.b

,

I w ~

0 10

t Jl k.ù'l'l l<

V

1

~

~

u~ IGo.e_ •

\

D(ÙWc:n. t . l i r

1

J

.e

lA.

IV-,-,

1

~

11t1"

lJJ~

)

eL

fP (,<;~

,

2 M

-k~1

••

J

,

'.J

~Ct VL

t

ri",

1 h.

k

~ .

~mJ. '."

H

~

"

!!

I~

J

~(.1• .

fJ

~

tz. ,'L" - I I

n

i l IDrt fÇ(; X--

rt r-k. ~. i'l---

,

1

~ J ;

.

JJ.

0

~

t J"~

r

.J

~

J--.", 1

~

~

-;

1/ ;1'1' l: t ·

U

v: J-, y r.' .

f

.

~U r .

;0 -

1-

( I ,t:

} ,\-:

T ,l>f;J'5

7!

fi, ~ ,

1 /lI){ ~

f !mt

!J= .

i

t ,

J i/ (

;

'A-S ~e J l .

~I':.Jr:r

,,1.

i

L

1 .\1

~ t . t , !L

.

s

0

J

; ~

~

~ ! ,

n

• • ~

r 7J

f

"

'

0

lA • .

/XJ.t?

'ttll ' s l " ù L

1

; E!ktf

/. ku i

1

r .

1

0

'"

r

lf

J- V<

00

1

.~

~

rio • • .

~

If.:/.( Il ,ri r k t S ] ,

DI Q j O ~ (t,~ ~

r

0

r

- r~

rit' ',~ lrx

~

,

f&.: rt .

A

~ . A I ~ ~

.

'

1 ,

l

1 1, (

,h

w

.;);;

"

,r

. t

", , / ttl. '

) l,1 i l(

v,L!

[

u, u~t-~. I l •.~.

p,~

l

U

1

1

'M

Ii?

"

,1

" m

VI . lf,' 1.

7 ,

/

t

,

.

11

-0

1

sl:f~

n

YL\ k.t ,

~ I J)

r~1

d

lU,

G

0

i : J'

~ ,M.

O'

6

/) j

I.<Y

1

~ n ~~

I

"

'

c ~~

L

,LL

c.~J

t.:

oea B

' u: I--

1

~~J tt

!!

o,

1

W.

JI I •• t""

1

l '

d

l ~

.

5; f j - k

~~

~

QJJ! e 1" M!f1 .l k

\

r~ w.J

f i .

"J I .

djî

t

f ~l(l ~ :->

0

Il

~

~

\

\.-

r

1

f - ~

<,

- l -

- f -

- f -

1 -- 1 -

1 -- f -

1 -- ~

1 -- 1 -

1 -- l -

- -

-

-

1 -- e -

i

!

-f -

-f -

r-e - --

1

Juge de proximité.

Tribunal d'instance

Tribunalde grandè instance

'

Il juge les conflits entre particuliers (affaires civiles) dont le montant est supé- rieur à 4 000 € et inférieur à 1 0 000 € . Il juge également certaines affaires

énumérées par la loi quel que soit le montant. Exemple: loyers d'habitation.

t

r

I l jug e l es c onf li ts en t re part i cul i ers(a ff aires civ i les) dont - l e montant est supé- _f t

rieur à 10 000 €:"

.

1

Il a une compétence spécifique pour certaines affaires quel que.soit le mo.ntant , '

de la d'emande :' divorce par exemple,

Il est chargé de régler les conflits individuels entre employeurs et salariés. Il n'est

Conseil de prud'hommes

pas compétent pour les fonctionnaires qui doivent s'adresser au tribunal admi- nistratif.

--

Tribunal de commerce

.11juge les conflits entre commerçants, par exemple un commerçant conteste la valeur d'une marchandise achetée à un Il est également compétent en matière de règlements et liquldations judiciaires faillites »},

 

i

Juge de proximité

Il juge les contraventions les moins graves. Exemples: tapage nocturne, stationnement impayé, excès de vitesse inférieur

à 50 km/h au-dessus de la vitesse autorisée.

1

~----~-----------------+~--------------------~--------------------------------~ ~

1 H -- + - t-

.

: .

-

1

1

1 - + -- + ---- 1-t -.

!

,

1

'"<

.

II I

<!;!

l'CI

C

, 'Q )

' 0.

III

· c

' 0

,'B,

.

.::0 -):; .:

:l

:

-

~

'= '-

Tribunal de police

~

~

Tribunal correctionnel

Cour d'assises

Saisine: fait de saisîrune juridiction.

Jugement:

due par un tribunaL

décision ren-

Arrêt: décision rendue par une cour (cour d'appel, Cour de cassation).

H-_f"-I -

1 - 1 ---

1 -- 1 -

4

t=-

-f --

--

'

-

-

Demandeur

prend l'initiative d'engager

( = intenter) un procès.

celui qui

Défendeur

contre laquelle un procès est intenté,

. personne

~

l -

-

U

1

-

1 ri juge les contraventions les plus graves.

1 Exemples: excès de vitesse égal ou supérieur à 50 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, intrusion dans un établissement scolaire. La peine maximale pronon-

-+

cée est de 1 500 € (3 000 € en cas de récidive).

1)juge les délits, c'est-à-dire les infractions intermédiaires entre les contra-

ventions et les crimes.

Exemples: vol, escroquerie, conduite en état d'ivresse, récidive d'excès de

vitesse égal ou supérieur à 50 km/h au-dessus de la vitesse autorisée.

~

".

~

~

Elle juge les cnmes, c'est-à-dire les infractiens les plus graves: meurtre, viol, vol

à main armée

troi s ' j uges professionnels et d'un jury de neuf citoyens tirés au sort (les jurés):

La cour d'assises présente la particularité d'être composée de

- 4

-

J_c -

. JURiDiCTioNS,

c j vi~

1

-

I

- + - .- f-

-

--

1

r- --

~

1

+--

i

Le tribunal de police est le tribunal d'instance statuant en matière pé- nale,

-

-- 1 --

- 1- -

-1 --

Le tribunal

 

tionnel

correc- est le tribunal

1

--1 ---

de grande instance sta-

-t --- t -

tuant en matière pénale.

-

 

--'

1

~

~

---

-f --

-- -+ -+

!

.~

-f[

1--

-1 - -

~7

f fi rmé depu i s l a révo l ut i on f r ançaise , le pr i nc i p e de sépa r a ti on des pou v o irs

dissoci e l e s po uv o irs l é g i s l a t i f,

exécutif et j udiciair e . Si le s autor i tés judiciaires ne peuvent ainsi s 'i mmiscer d a n s l es d o m a i nes lég i s l at if et administratif, elles bénéficient , en contrepa r tie, de l'indépendan ç e vis - à-v i s des po u vo irs polit i ques. La m i se en œuvre de ce principe a conduit à séparer la j urid i ction administra t ive de la j u ri d i c ti o n j u di c iair e , le T r ibun a l des confl i t s ét a nt ch argé de résoud re les confli t s d e compétence en t re ces deu x o rdres.

L' o r gan i sat i o n j u r id i ct i onnel l e

Comp é t e nc e d'at t r i bu t io n ( r ésultant d e la natur e d u liti g ~ ) . j

( 1 ) I l s t a t ue . au p remie r de g r é , s u r l es d i ff é r e nd s d ans l esqu els l 'a dm i n istrati o n est inté r essée .

(2) Il e s t comp éte n t pour l e s « p etites » af f a i r es ci vi le s (confl it s d e voisin a ge. acti on s per s onn e lle s j u sq u' à " 000 € ) . (3) I l st a tu e en cert a in es m a ti è r e s concernant l es personn es ( exe mple: tutelle) ou les b ien s (j us q u'à 10 000 € ) . (4) C ' e s t l e t r ibun a l d e droit commun toujour s comp é tent en certaines mati è r e s (e x empl e : matière imm o b i lièr e) ou lo r squ e l e m o n tant du litig e e x cèd e 10000 € .

(S) Il jug e l es l i t i ge s i nd i v i du e l s conc e rn a nt l e contra t de trava i l (ou d ' appr e nt i s s ag e ) .

(6) Il sta tue sur l es l i t iges comm e r ci a u x .

(7) I l ju g e l es contrav en t i on s (d ans le c a dr e d ' u n p ar ta g e d e c ompé t e n ces a vec le j u ge d e pro x imité h abili t é à j u ger l es con t ra ve n t i ons les mo i n s gr a v é s ) .

,

(8)

Il ju ge l e s d é l i ts .

(9)

Ell e j u ge l es cr i m es .

Comp é tence terr i toriale:

En princip e. la ju ri dict i on comp é t e nt e e s t cell e du l ie u d, { d d m i cil e du d é f e nd e ur . Mai s c ett e r è gl e e s t a ss o r t ie d' ex c e p tion s impérat i v es ( exe mple : en m a t ièr e r ée lle

i m mobili è re. la jurid i ct i on compét e nte est cell e du li e u d e l ' imm e uble) ou f a cu l tat ives ( e x e mple: en mat ièr e contr a ctu e lle. l e d e m a nd e ur p e ut é ve ntu e lle ment sa isir l a jur i dict i on du lieu de livrai s on de la chose ou de l'ex é cut i on d e l a pres t ation de s ervice: en matièr e pén a le. l e tribunal comp é t e nt peut ê tr e celui du lie u

d e l ' infract i on ou d e l' a rres ta ti o n du p ré v e nu).

1

[ -1 -- 0 - + , - +_

1

[

1

~

r

1

r

e ~

-

- -- +

r

A. L e s d e ux j ur i d i ctions com mu na u t ai r e s

1 -- --

-1 -- 1 ---

• La Cour de justice des communautés

tion suprême de l'Union européenne. Le droit communautaire primant les droits - + -- + - + - 1 -- +-

nationaux, elle veille au respect du droit communautaire par les États membres.

• Au premier degré, le Tribunal de première instance des communautés

européennes (TPICE) est compétent en certaines matières (exemples: conten- tieux de la fonction publique communautaire, droit de la concurrence, etc.). Ses - + -- + - + - 1 -- +-

arrêts peuvent faire l'objet d'un recours devant la CJCE .

européennes

(C]CE) est la juridic- - + -- + -- + -- + -- +-_

B. Les jur i d ic tions internationales

Il existe maintes juridictions internationales

sions sont vari é es et leurs pouvoirs variables . En voici des exemples:

• Sur saisine des États concernés, la Cour internationale de justice de La Haye

statue sur les différends qui les opposent ou donne son avis (exemple: sur les frontières) .

• Tout justiciable peut saisir la Cour européenne des droits de l'homme, à Strasbourg, en cas de violation de la Convention de sauvegarde des droits de

l'homme et des libertés fondamentales (exemple: octroi de dommages et intérêts en cas de procédure judiciaire anormalement longue).

• Mais on retiendra surtout l'émergence d'une justice pénale internationale:

- des tribunaux spéciaux sont habilités à juger les auteurs de crimes contre l'hu- manité et crimes de guerre (exemple: dans l'ex-Yougoslavie) ;

- une cour pénale internationale permanente a été instituée. Elle a compétence

pour juger toute personne ayant commis des actes constituant un génocide, d'autres crimes contre l'humanité ou des crimes de guerre.

créées par des traités; leurs mis-

1

1

1

1

IT

T

1

- + - + - + - + - + -

-+ -- + -- + -- + -- + --

-v

I- f ---

--~

-

l\l

{

'A

~

.

16-

M u, I"V\ ;" .•. ~~ 0, Iffl ~<;, k hl

1 \

1

A

J , S;

1

~ , (

D,L

" 1 --

1-

r

, I ~ 1 • .H.:\-- t. V ItIj 'LJI !1 ~q f- '0, al
,
I ~
1
.H.:\--
t.
V
ItIj 'LJI !1
~q f-
'0, al lq"
r u»
~"l ~
1~ rvv.-
h
.().
UJl
~(
-r
f
--- e -
1
l 1
-,
f
---
r.;
1""
~h!,
T ~ -
J) •
I l
L
- .,,1
0 0 •
f.a
la
1••
"\).
~ f Il!.<
I~
( )
i l
00
~
.
.
.~,
r~)
Il
~k
~~
c.t
(
t
; .
( 1 \ ,
/
t .,
J I,
, l -
l
l !
. ) ,
J
, ~
, i ] 1ft 1 ve
1
:~
-.J
( , lIA . ;
'J
.
/
~ "".J.
[
n
'
l lI,
;
t .
llU.
'ן-
~~
J
t
~
Il
<ei
~ 1<:
. ol ~Q(
f t R.
(
1
r
1
1"
D t . tll1
l t M v
l
If,(
~ [ IV t:rA
La ,
1VL.,i?
I . ~
' lA
t'Mil.
. /l , uLe
,9
~
I L " "A
c
1 \
1
V 10
1
I l
~
j
,
J
~
,
r
"
J
t; ; j
t .cUJ. l ! , ,~
e , 19.'-,
p~
~ f <
I .ls:
\0,0
Io<.u.· 7
"
I ~
J I " ,
:A
-
1- - r
1
r
!
1
f
--- e -
-
l
c) L
bW i5A .f)
d,
J
!
.+
J
.L1 I ~} '
C
Ml ,ll:/
cJt
!;~ ~t .
/ù.
IAA
,- ,
r
,.,.
.
I ~
1r ; 1.<
i
1.
lJbv~
.•1'>,
'12
"
0
r
10
1
l
,1) 'V
~ t(&
,
,f;-"L1/J
I:i
ut;
1
.
~f1
' \
:
J • r
( /'}A"
9 1 ~
1
-- c -
-\
r
i
,
e.s.
]
t i . 4 ~ I DJ »!,
1 ) 1
JI ~H-
' 1
k
., ,. ~ " '
'-.eJ
~
1 •••••
,
r
Ir
1 ià
l
1
1
1
,
~. , \-!.
.1•
"
v.
A b l I f; , J .
,
1
s». ~I
~
lA
. /
et J; 11;6
( / 0,
0
~
f --- "-
~
IJ),~ 1 1 I f . !
-
1- - "-
I L
i r .
Yi ~' h
1
- r - -
I a / I
i---
I
~Ir
1
1
1
l'J rI' ~:
rc ~ t ;
m
Il 4 -
'
. f :
a
,•
•.
~ ~-
'
1
1
'J1 ' . l ' I I:
1r
-~
.
~
-r:
t : ","" ,,:.
.~,
J Il 1 I l , !r1~f
""\
f --- -
1 -- -
!
!
h 1- - " -
1
,

< ,

.-------'-- ' ----'------------------- 1

m S i ü'

~ ~ ~~

TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS - 3< !c ha m b re z- section

JUGEMENT rendu le 13 févr i e r 2 004

DEMANDERESSE

S . A. CANAL J. INTERNATIONAL,représentée parMe Jean- Y ves oU P EUX , avocat au ba r reau de PAR I S .

DÉFENDERESSES

S.N.e. TÉLÉVISION PAR SATELLITETPS et S.N.e. TPS JEUNESSE ,r ep r ésen t ées pa r Me J ean-M i c h e l ISCOVICI, avocat au barreau de PARIS.

COMPOSITION DU TR I BUNAL

M. GIRARoET, Mme oARBOIS, Mme DENOUX-oE-SAINT-MARC ,

ass i stés de Annie VENARD-COMBES,greffier . (

)

La société CANAL J INTERNATIONAL(

) expose avoir c r éé au mois de décembre 2000 la chaine

de télévision « TIU » destinée à un public de tJ"è~jeunes enfant s âgés de 2 à 7 a n s (

) ;

Elle indique avoir a{Jpris que la société TELEV I SIONPAR SATELUTETPS et sa fi l ia l e l a soci été TPS

JEUNESSEs'apprê t a i ent a di f f u ser à partir du 3 décembre 2003 une n ouvelle chaîne de té l évision des ti-

nées aux enfants- de 2 à 6 ans sous le nom de « P I WI " (

C'est dans ces conditions que la sodété CA N A l J INTERNATIONA l ,apr è s u ne m i se en demeure restée vaine , a, par acte d'huissier, fa i t assigner les soci é tés TPS et TPS J EUNESSEsu r le fondement des articles

L. 713-3, L. 7 1 1-4 et L . 714-3 du Code de la propriété intellectue l le , en contrefaçon pou r i m i ta t ion de

) ;

' ;

 

la marque TIJI (

) ;

 

.

.

.

EUe a sollicité, outre toutes mesures d' i n t erd i ction et de 'modificat i on d'usage , l a condamnatio n in

solidum des défenderesses à lui verser l a somme de 10 000 euros à titre de dommages et intérêts (

).

Les défenderesses ont conclu au rejet de l 'ac t ion en contrefaçon en l ' absence de sim i li t ude phonétique, visuelle et intellectuelle d'une part, et en l' absence de t ou t risque de confusion d'autre part , entre les déno-

 

minations et marques en cause. (

).

 

MOTI F S

 

Attendu que la contrefaçon po rl mttc t io n est établ i e dès l ors qu' il ex i ste entre les signes en présence

 

un risque de confusion dans l'esprit du public (,

) ;

Or , attendu que sur le plan visue l , la le t tre 4< T » ne r essemble p as à l a l ettre f( P » et l a fo r me de la lettre 4< 1 ,. se distingue très nettement dé la lettre" W ,. , même pou r de t rès jeunes enfants i ( • ) Attendu par ailleurs que la marque semi-figuratlve T I J I a eté déposée en nolr et blanc, les let t res,

 

,

omb r ées de noir, se détachant en 3D sur fond de nuage et le

poin t d u " J , . étant représenté par un

rond (

) i

.

que la marque semi-figurative P I WI a été déposée en couleur da n s u n e typo~raphie en 30, les lettres étant de couleur ve r t pomme et le point sur le « i • •final é t an t r eprésente sous forme d'un

 

soleil (

) ; ,

.

Attendu dans ces conditions q~e l'impression d'ensemble prod u ite par l es signes en p r ésence suggère

 

au public, même

très jeune, des représentations très différentes (

) ;

 

.

Que la contrefaçon par imitation n'est donc pas caractérisée en l' espèce . (

 

)

,

PAR CES MOTIFS,

Le tribunal, statuant publiquemen t , contradictoirement CANAL l INTERNATIONALde toutes ses demandes.

A-

i.' -

3·-

e t en premier ressor t, débou~e la soc i été .

7

()

. 1

r OI A A.~ol

~

?

lU~"'"-1 , Î.4t J,. ~

J

~•.~•"'.

~ •t•,"-

2 ' . -L. saw't c;,.J. :r t 4 L l:,.,. -rv-r J.

., ~~ ", ' " ""~t

~ t &

~- J

_ 3~~ r W, li >~ ~

.

: . l k ~

LI1 l:vu- fll! J1

; ' ~

1uL}~~3 ;

J.u~\~ /W x -r~ ~J - .

f"

_ Ge.J -:5 ",,"--

(t~ • • h' I fJ .

,,t t

,.,.:.''"rift" ~~~ 1rJ9.- ~ t \

r- fI . ~ . l ~ ~l"t , ~l l \ t .

r

rt . el ~ ~

J,,,< ~

fslL.

.~k

y" ~' . f "

r"

r •• ~~",," "

J ,. ~ •• . • r \=

r- - rPJ .

~.,.st"", l: i , 1v'tf J,., i Gr. 6

~I>

1

1

~ ~4{ w1:5, if ~ v. ()tU .

rrf ""r~ ~~~ 2 J .".: NS 1 If ~ f 'ô" 4<-

~

~~ 5, œ. r+ ~~~fr·

~

t ,

a /I I ()\ 1 rt

.

,-t.9 '

~''f~e-

'