Introduction : Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ?

Est-ce qu’il y a des théories des RI ? La réponse est non. C’est une caricature, c’est une exagération. Il n’y a pas de théories des relations internationales. Comment faire pour travailler les théories des RI quand on pense qu’il n’y en a pas ? Il faut transformer ça en critique des théories des RI, exercer l’esprit critique sur ce qui est vendu par une discipline. On ne sait pas laquelle et cela montre les ambiguïtés. On peut critiquer le découpage de sciences actuelles. Il est excessif et crée des micro-pouvoirs. Il faut essayer de faire de l’inter disciplinaire ce qui est impossible. Le découpage des disciplines est difficile et correspond à quoi ? Le débat entre Pascal et Descartes. Pascal disait : on ne peut étudier une question sans comprendre son contexte et le relier a d’autres questions, on ne peut pas isoler le problème. Descartes disait l’inverse : pour étudier un problème il faut le découper et l’étudier comme en coupant un saucisson, étudier chacune des rondelles coupée de la question. Descartes comme Pascal avait sans doute raison. Descartes, quand on a une question complexe essayer de la découper en question plus simple. Mais ça ne marche pas tout le temps. Qui a raison ? Les deux ont raison. Ils ont mis le doigt sur les problèmes de la connaissance. Décomposer le problème mais ne pas isoler le phénomène global. Ne pas éliminer les relations qui peuvent exister entre les parties. Cela va au-delà des capacités d’analyse.

La position des RI dans le champ disciplinaire
Où sont les RI ? La discipline elle-même n’a qu’un demi-siècle. En tant que discipline universitaire elle a cinquante ans. Où se situe-elle dans le champ des sciences ? Savoir où nous sommes dans le champ universitaire français. Remontons au débat paradigmatique des années 1960 entre Kenneth Waltz (américain) et Martin Wight. Waltz, américain où la science universitaire était forte à l’époque, défendait mordicus que les RI sont une science aussi authentique que l’économie et les sciences dures. Martin Wight faisant partie de la vieille école anglaise, où la balance des pouvoirs est importante. Le débat en Angleterre tournait autour d’une question : doit-on s’engager dans un conflit en Europe ou attendre et se tenir à l’écart (wait and see) ? Faire des choix rationnel pas évident dans des affaires stratégiques

Le langage en RI
Le langage des RI est un langage stratégique et non mathématique. En math il y a des défis mais il y a des lois pour y répondre. En RI ce n’est pas le cas d’où cette notion de stratégie. En math il n’y a pas de contrainte stratégique, un problème trouve sa réponse aisément dans les lois mathématiques. En RI, l’incertitude et la difficulté de prévention contraigne à cette notion de stratégie. Le langage de la politique est constamment dans la stratégie. Le langage de la nature lui est mathématique. Le langage des affaires humaines c’est la stratégie. C’est pour ça qu’il y a autant de relation entre la guerre et l’amour. Qu’y a-t-il de commun entre la guerre et l’amour ? C’est dans les deux cas un langage stratégique. Dans les deux cas il faut être deux. Ce n’est jamais facile de savoir ce qui va se passer (difficulté de prévention). Bien sur la situation de départ est là mais l’évolution, elle, devient conditionnée par la stratégie. Le langage des RI, de la paix, de la guerre est un langage stratégique. Le langage de la nature est un langage mathématique. La Science des RI, la polémologie marche au langage mathématique. Mais la biologie ? Pas de réponse claire. Au niveau moléculaire on peut avoir un langage mathématique. Mais pour l’essentiel on est dans un langage systémique, avec des fonctions des boucles de rétroactions, des systèmes d’équilibres et de déséquilibres. En revanche tout ce qui relève de l’analyse des systèmes est la voie royale sans doute est complété par le langage informatique. Le langage stratégique doit-il être banni des sciences dures ? Non le langage stratégique n’est pas à bannir. Il peut y avoir certaines réalités de la nature où le langage stratégique peut être utile. Dans cette question difficile de l’influence réelle de l’homme sur la nature. C’est la rencontre de deux systèmes, un système humain et un système qui fonctionne sans nous. Avec l’escroquerie monumentale à laquelle nous assistons depuis un certain temps, tout ce que l’on nous délivre sur le plan du GIC, du réchauffement climatique. Mais derrière cette escroquerie il faut essayer de trouver les tenants et les aboutissants. La question fondamentale n’est pas de savoir si la terre se réchauffe ou pas. C’est comment on construit un modèle. Quelle est la valeur des modèles utilisés ? Comment sont-ils fabriqués ? Alors que c’est le plus difficile mais ce n’est pas débattu. Le rapport Meadows du club de Rome s’est posé la question des ressources des réserves énergétiques. Le résultat est simple, sur le plan prévisionnel ils se sont plantés, leurs résultats sont faux. Mais ce rapport a eu des conséquences heureuses en matière d’économie d’énergie et d’inventions technologiques. Aujourd’hui on nous livre un système du monde. Quels sont les

En RI il y a beaucoup d’idéologie. 1 2 Traité Grawitz . a peur d’un conflit de civilisation que les civilisations peuvent être belligènes. Les RI relèvent pour une grand part de l’idéologie. il est effrayé par le risque de voir l’Amérique explosé. On est confronté à deux problèmes : Le premier qui est le statut des sciences sociales. Huntington essaye de faire un mixte entre l’ancienne logique interétatique et la dynamique civilisationnelle. Texte d’il y a deux ans 2007. L’idéologie en RI De quoi est fait le langage qui permet de parler des RI ? Nous sommes devant des systèmes complexes. on ne peut atteindre les RI que pas la Sociologie. Pour lui ces livres sont des livres de partis prix donc pas des livres scientifiques. à des rapports de forces. Abdala à démontrer que dans le processus de finance se sont ceux de gauche et non les libéraux qui sont à l’origine des débordements financiers. Waltz disait on peut faire comme une science et Wight disait on ne peut que décrire. Le GIC regarde sous le réverbère. pas là où ce trouve les informations mais là où ont en as. Discours de Buffet un peu guerre de classe. Comment est rassemblé les données dans un modèle. dans son livre contre le lobby pro-israélien. celle dictée par l’intérêt national américain. ceux qui sont scientifiques et ceux qui font de l’idéologie. Mearsheimer est un homme qui prend parti et ceux dans les plus grandes institutions universitaires mondiales. Le problème du tout et de la partie n’est pas évident. Là où il y a de la lumière. non mais. de la sociologie. John Mearsheimer2. on est sur le problème de Descartes et de Pascal. mais à des degrés moindres. non pas voir une guerre de classe mais une guerre de civilisation. Raymond Aron prenait position pour Marx mais était un anti communiste féroce. Son livre est un livre de combat. Ce lobby pèse suffisamment fort pour le bateau américain n’aille pas dans la bonne direction. On ne peut plus raisonner sur le mode des Etats selon lui les réalités internationales sont transfrontière et jouent un rôle important. De quoi est faite la nature ? De langages mathématiques. Fernand Braudel avait déjà évoqué ce choc mais pas à partir d’une dynamique contextuelle. Oui c’est vrai dans toutes les sciences. début des années 1960). Battistella ne veut donc pas en parler. Madeleine Grawitz1 pensait que l’objet des RI était un objet trop vaste incertain pas suffisamment identifiable pour qu’il puisse être un objet de science. Cependant pas besoin d’avoir une information complète pour prendre des décisions. C’est pour ça que dans le débat de 1960. il fait de l’idéologie. Huntington se bat. On ne sait jamais comment le modèle est construit. Les réponses sont donc oui. Il montre un durcissement une lutte des civilisations. il aurait fallu qu’il croise le fer avec ceux qui lui ont donné sa chair et demander l’appui du gouvernement français contre lequel il se positionnait concernant la politique internationale de la France. pour contextualiser un phénomène. non. Si on adopte le critère de Battistella. Il est clair que Fukuyama s’appuyant sur Hegel est un anticommuniste américain qui se réjouit de l’effondrement du bloc communiste et qui plaide pour la démocratie. Mais qui a raison ? Est-ce que le concept de chocs des civilisations est important ? Il est exagéré d’écarter Huntington. (1962. La tragédie des grandes puissances Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ? -2- . étudiant brillant. Parfois la civilisation et les frontières étatiques correspondent. Revenons à Raymond Aron professeur de sociologie à la Sorbonne. se réclamant de la sociologie wébérienne. Oui il y a de l’idéologie et du parti prix chez Huntington. animé pour l’intérêt national américain. cela va être difficile de distinguer la scientificité pure des théories des RI. Dans le livre de Battistella où il croit a une science des RI. Aron lui disait non on peut faire de la science des RI une vraie science. trop difficile à modéliser. Raymond Aron donne une réponse à la question Les RO sont-elles une science ? qui relève du sophisme de justification. Wight historien savait qu’il n’y a jamais deux évènements identiques.Lecas Lire John Mearsheimer. il a à moitié raison. Les historiens par exemple ont été contraints de faire de l’histoire national. Soit on prend tout en compte soit on sort beaucoup de théories. essayer de quantifier. Un domaine que l’on étudie plus. des relations internationales. C’est la justification d’un certain nombre de contraintes contextuelles. et maintenant on leur demande de faire de l’histoire européenne. Il en est de même pour Huntington. Les RI voulant devenir une science ont copié la physique comme l’a fait l’économie. Pour devenir pape français des RI. Elle trouvait qu’on était dans un domaine hybride touchant à plusieurs domaines. il dit ne pas aborder des ouvrages comme ceux d’Huntington ou Fukuyama.découvertes théoriques qui permettent d’offrir un système du monde ? Un système mondial dans lequel on oubli d’y mettre les océans ou le soleil.

Quels que soient les domaines il y a des doses d’idéologie fortes. Remise en cause actuelle de la théorie d’Einstein.L’histoire est engluée dans l’idéologie par le biais des commandes et des programmes. avant qu’on ne soit capable de faire le tri. des intérêts qui se cachent derrière les théories. Les RI sont les relations entre unité politique. nous sommes capables de nous exterminer. comme les plus géniales vont apparaitre. En RI on a trop de variable trop de dimension. essayons de mobiliser toutes les connaissances requise à éclairer les RI pour les décrire et les comprendre mieux. mais tout en gardant à l’esprit que les interactions stratégiques. parce que nous savons que nous ne savons pas grand-chose. On a une réponse biologique : L’homme est l’espèce la plus sexuée de toutes les espèces vivantes. Sauf que nous nous apercevons que cette affirmation marche bien en physique (limite mécanique quantique). Raymond Aron a une approche pleine d’ambition et à la fois de modestie. L’amour. que l’on n’arrive pas à modéliser. structure des révolutions scientifiques. Période de crise dans laquelle les idées les plus folles. Nous avons besoin de dialogue. faire un tri parmi les théories. La sexualité humaine peut se réaliser tout le temps à n’importe quelle période de l’année et partout. Espace de Hilbert à n dimension. Nous étudions quelque chose qui relève de l’interaction. La qualité de la prévision est difficile dans le domaine des RI. Il faut connaitre ce qui se présente comme théorie des RI. Après il y a les lois. Puis il y a la façon dont ils sont classés ce n’est pas aussi rigoureux que lorsque l’on classe les espèces. Thèse de Raymond Aron contre Kenneth Waltz. période de crise en science selon Koon. Le problème est là et c’est à partir de ce problème qu’il faut discuter des stratégies possibles pour avancer. L’homme peut être d’une rare violence. Il y a une tendance a donné un discours objectif. relation entre Etats pas intéressant. Les RI ne sont pas une science. il n’y a science que là où il y a des choses qui se reproduisent un peu partout et un peu toujours. Mearsheimer. parle t on en terme de causalités ? Le second problème est l’idéologie dans ces affirmations présentées comme neutres et objectives quelle est la part d’idéologie ? Quelle est la part d’intérêt ? Il faut faire preuve de contextualisation. Le problème qui veut que quand Dario Battistella ou Roche se livrent à une escroquerie. Théorie de la décision. c’est également une attente que l’on attend du professeur qui donne un cours. S’occupe t ont seulement des externes sans l’interne ? Bertrand Badie émergence d’une société internationale. la fausse promesse des Relations Internationales. Dans des domaines où il y a des connaissances établies où l’interactivité ne peut être un moyen pédagogique. elle marche un peu dans le biologique. il n’utilise pas la notion de paradigme. Il peut se passer plein de choses dans l’interaction stratégique. C’est ce problème que l’on retrouve en RI. essence de la décision d’Alison. nous avons appris à ce qu’il n’y ait de science que du général. L’activité politique est territorialisé. Cette question commence à pénétrer les programmes de façon ahurissante. parce que l’on est dans un univers où il y a des interactions stratégiques. Le champ des RI peut être éclairé par les sciences. insuffisante mais pas sans intérêt. nous n’avons pas de paradigme établi au mieux un certain nombre de thèmes que l’on retrouve dans différentes écoles avec plus ou moins de forces. Le problème des objets en RI. un patrimoine commun de la discipline. La première stratégie est celle de Raymond Aron. on peut essayer de décrire avec les sciences mais les interactions stratégiques empêchent de savoir clairement. Mais également la plus libre. Ce qui n’est pas vrai pour toutes les espèces. Ce ne sont pas des paradigmes. C’est en ayant choisi une variable. Analyse de la scène transpolitique entre les Etats. Puisque sans critère valable permettant de faire une typologie ça ne marche pas. Et il n’est jamais simple de démêler les réalités. Les « gender studies » rentrent aujourd’hui dans le débat et la polémique. Il y a des forces politiques qui vont dans ce sens-là. c’est de dire que l’on ne peut pas vraiment être une science. Est-ce qui faut regarder ce qui se passe à l’intérieur des Etats ? Ou seulement les décisions étatiques ? Les hommes vivent sous des toits politiques. Une science du Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ? -3- . Thomas Koon. René Thom prédire n’est pas expliquer. la haine. mais elle peut être éclairé par les sciences. ne peuvent pas être ramené à une variable. L’homme est un animal politique. C’est une discipline de dialogue. mais de moins en moins bien quand on arrive à l’histoire. Le problème épistémologique est de savoir comment passer d’une science du général à une science du particulier. Relations entre Etats. Comment est-ce qu’elles entre en communication. Y a-t-il des sciences humaines ? Qu’est-ce qu’une activité scientifique dans ses domaines ? Avec quel langage ? Ou sommes-nous condamné à un bavardage intéressant sans connaissance scientifique ? Y a ti des théories des lois. Elle part du constat qui est le nôtre.

Leibniz annonce un programme qui ne s’est pas réalisé. Ils sont d’accord sur les moyens pour assurer la sécurité de l’union soviétique (Staline) et le soutient à la révolution mondiale (Trotski). comment on mesure la puissance. il discute de la modernité et accepte les conclusions de la science moderne. Il ajoute qu’il faut faire attention à ne pas abandonner l’hypothèse d’Aristote. La guerre accompagne l’impérialisation. Il ne faut pas nier l’idéocratie présente en Union soviétique. La question devient celle du singulier. La deuxième stratégie est celle avancée par Leibniz. il a précisé cette notion et a précisé la notion de balance des pouvoirs. Le problème en RI est non pas celui de l’information mais celui des paradigmes. Leibniz doit être connu pour une réflexion plus générale et plus importante. Quand y a-t-il de la création étatique ? Il y a de la création étatique reliée à la déconstruction des empires. dans les méditations. Pourquoi y a-t-il des moments de guerre et des moments de paix ? Est ce qu’il y a des relations entre activité guerrière entre Etats et au sein des Etats ? Relation guerre / guerre civile. Doit-il y avoir des vérités d’Etats en histoire ? Bernard Lewis. qui se constituent par la guerre. problème de la science des formes. Il y a des guerres à l’échelle du monde qui sont nées de la création des empires. A cette époque l’armée Russe est encore celle de la révolution russe. en prenant des dynamiques de constitutions d’empire en observant la fréquence et la concentration des guerres. Planification au service de la militarisation. celle des formes. Mearsheimer. On peut ainsi voir à travers la variable empire couplée à la variable guerre. 1927. Girard écrit sur Clausewitz. Et il y a un retour au système. professeur à Princeton. Il y a des tendances et aucunes n’est réellement stabilisée. Il est une des causes de la guerre contre l’Iraq. parce que le retour aux formes. Leibniz donne la clé de savoir comment s’atteler à la science du singulier. Cela apporte à s’interroger sur la création étatique. l’un ou l’autre. par la science des formes. Deux stratégies possibles. parce que la forme est toujours singulière. L’empire est une forme de stabilité hégémonique. Staline et Trotski pourtant en conflit sont d’accord sur l’intérêt nationale.particulier qui est éphémère. défini la puissance dans la tragédie des grandes puissances. Il faut distinguer la guerre du conflit. Des travaux restent dans la version classique mais qui essaye d’enrichir. Comment avancer la preuve de ce que vous observez. Aujourd’hui nous avons un retour au macro. L’analyse interne de la Pologne montre la dynamique de guerre à l’encontre de l’union soviétique. Un pic accompagne la constitution des empires et on a des guerres qui sont au contraire en parallèle au déclin des empires. Il a poussé plus loin la théorie classique des RI. Les empires se construisent par la guerre et sont des attracteurs universels. mais il ne faut pas isoler les causes de peur ou d’explication plus rationnelle qui a pu jouer un rôle dans les décisions soviétiques. sans abandonner le général. Buck passing et band wagon. Si on étudie les contraintes du système on a tendance à délaisser l’interne. Il n’y a plus de guerre entre polities. Mais qui sera pris en compte par Point Carré ou encore Goethe. le système international est aujourd’hui plus complexe qu’à l’époque de la guerre froide. C’est la question de la focal que l’on utilise. c’est un universel à l’intérieur duquel la pacification a été opérée. à la fois se demander ce qui relève du global et à la fois regarder le micro. Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ? -4- . la réflexion sur les formes substantielles. Il n’y a pas d’objectivation possible. Il y a des pics et des creux important dans ces fréquences. Il faut faire l’un et l’autre. Leibniz est souvent connu de par sa radicalisation faite par Nietzsche. Il faut accepter les découvertes de la modernité. théorie du mimétisme. Est-ce que l’on regarde loin ou près ? Au début des années 1950 il y a une tentative de compromis. Cela ouvre à des typologies locales mais également à des typologies plus macro. il n’y a pas de savoir objectif il n’y a que des points de vus. René Girard. Aujourd’hui des auteurs croisent le système international avec le mouvement de naissance des polities. La première est labourer le champ de la modernité. Mearsheimer. La guerre est fonction de la création étatique. On ne peut faire les deux en même temps. Une armée manquant de moyens et de technique. Les vagues d’impérialisation sont liées à des séries de guerres. il a inspiré les néoconservateurs américains. Retour au forme. il faut accepter la science newtonienne. il n’y a que des perspectives. il n’y a sur les questions que de point de vu particulier. qui ne se reproduit pas. C’est l’unification de la transpolitie par un seul acteur qui l’emporte sur les autres.

Comme l’effondrement de la guerre froide qui pose un problème théorique : la contradiction entre les analyses en termes de polarité et les analyses en termes d’hégémonie. L’opération consiste à transférer au niveau sociologique les apports de la mécanique quantique. il y a une relation économique et politique qu’il faut essayer de préciser. une invention du capitalisme. de système mondial. mais force est de constaté que ni l’un ni l’autre nous explique l’apparition du capitalisme. Nous avons les théories classiques de la physique. puis nous avons la mécanique quantique qui s’oppose à la physique classique. « What is mind? No matter. Alexander Wendt fait une lecture en termes de physique continue. Alexander Wendt dit que le système international est un hologramme. C’est en Europe que les conditions de la soupe capitaliste ont été réunies. capitalisme. C’est une question d’histoire mondiale. Ce qui est intéressant dans ce problème est le rapport entre politique et économique. Il a des aspects nauséabonds dans la politique et l’économie. Il y a eu une priorité du politique qui a réduit et n’a pas permis à l’économie de s’imposer. Il y a volonté d’un transfert de paradigme de la mécanique quantique vers les RI. Depuis une vingtaine d’année personne n’y voit très clair. Le politique a permis au capitalisme d’accoucher. Physique du continue et physique du discontinue. Il y a un lien entre effondrement des empires crée des périodes de guerres. Vision d’Alexander Wendt constructivisme. Curieusement ni chez l’un ni chez l’autre il n’y d’explication des origines du capitalisme. La seconde question touche les modifications politiques après l’effondrement du bloc soviétique qui n’ont pas été évidente. On peut compléter les théories classiques. aisé par le très grand manufacturier anglais Engels. Un premier point Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ? -5- . C’est ce type de politique qui a permis le développement capitaliste. What matter? Never mind. Plus un Etat est ancien plus il a de chance d’être stable. Est-ce que la période de la guerre froide doit être analysée en termes de cycles hégémoniques ou de polarité ? Une question qui demanderait à être éclairé. Et des aspects dérivés. Il faut pour comprendre ça rentrer dans un rapport clair entre le politique et l’économique. Cette question a des aspects actuels et des aspects économiques. Pourtant en chine en 1450 est un marché très développé voire plus qu’en Europe mais le seul problème est que l’empire chinois a étranglé le capitalisme. L’Etat. L’inspiration de Wendt est dans la façon dont fonctionne le cerveau humain. A une extraordinaire croissance qui a commencé à la fin de l’union soviétique. mais y a-t-il un rapport quant à la création et au développement du capitalisme et on peut expliquer son fonctionnement. l’économique impose sa puissance au politique. Il va penser les RI en rapport à l’hologramme. La guerre devient alors interétatique. La réflexion sur les hologrammes à beaucoup intéressé la question de la mémoire. science. On peut croiser la prolifération étatique avec une étude macro du système. C’est une quête intéressante et qui consiste à utiliser les ressources de la mécanique quantique. Ce que Weber a montré est sans doute le rôle de la culture. (Etat moderne. Wendt a une vision macro et dit que la solution est dans la mécanique quantique. En termes de système on est dans une question de synergétique. Analyse macro dans l’étude systémique revient inévitablement. Ce système est la matrice de l’Etat moderne et du capitalisme. ». Le politique serait un reflet de l’économique. Ce sont des rayons qui interfèrent et qui rendent une vision d’un tout.L’effondrement des empires conduit à une prolifération étatique qui se fait elle-même dans la guerre. entre le système international et l’économique. On parle plus tellement de gouvernement mais de gouvernance. La spécificité en Europe a été le système oligopolaire homogène. Essayons de fixer des points de repères . utilisé pour le stockage de la mémoire. Le politique à tuer l’économique. Marx a été très grand pour comprendre le fonctionnement du capitalisme. a succédé des secousses et choc dont la crise financière actuelle. Il y a une physique du continue qui fait penser le discontinue à partir du continue. mais il existe des aspects également plus souriant. puisque l’on est percuté par un certain nombre de réalité. pluralité des ordres et individu). Il faut essayer de le préciser aujourd’hui. Y a-t-il un rapport de causalité ? Et quelle est le rôle du politique dans la dynamique économique ? Max Weber et Karl Marx sont les deux premiers qui ont cherché à expliquer l’histoire du capitalisme. Mais cela met l’accent sur des phénomènes incontestable mais cela sans expliquer les origines du capitalisme. le droit est marqué par cette puissance sociale. Sommes-nous en morphogénèse d’un nouveau système international ? En revanche ce qui crève les yeux est la violence du processus de mondialisation capitaliste. Il y a un miracle. Chez Marx il y a une illusion de l’explication des origines du capitalisme. un système transpolitique en morphogénèse heurté par le système économique capitaliste. En croisant une typologie des systèmes internationaux pensés en termes de pôle d’hétérogénéité et d’homogénéité. Deux systèmes complexes. Ce que fait Wendt c’est autre chose que ce que nous faisons. La guerre a une fonction et on peut l’expliquer beaucoup mieux. Des questions à étudier sur l’angle macro. le système international est un hologramme. Il lit cette question en disant que l’hologramme appartient à la physique classique et qu’il passe de la physique classique à la physique quantique.

on n’en sait rien. qui imposent à tous les Etats des mesures. un mode de fonctionnement qui a dépassé le politique territoriale et que le capitalisme est un réseau. manque de mondialisation de la sphère politique. Certains pensent à la pulvérisation du politique. Ce n’est pas l’algèbre ni les Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ? -6- .absent chez Marx et Weber. Les moyens d’action du politique seul. au niveau du printemps arabe. il peut conduire à un retour du politique sous les pires formes. à la rigueur une économie nationale. Parce que la science exige la liberté. les classes moyennes. Les démocraties font la guerre. Elles se font aussi la guerre entre elles aussi. Son expansion n’a pas suscité les mêmes conditions que son apparition. C’est ce qui a été inventé en Europe qui est en train de se généraliser. Il n’y a pas d’économie nationale. Les RI sont la discipline mère de la science politique. discours de la servitude volontaire. des notes. En Europe c’est la politique qui a précédé et qui explique le capitalisme. Aujourd’hui c’est l’inverse c’est un marché financier qui a des ressources sans limite. Le capitalisme a précédé la politique. La phase dans laquelle nous sommes dans laquelle le capitalisme est en train de détruire la démocratie. Il n’est pas en camisolé dans les cadres politiques. En retour le capitalisme favorise la démocratie. C’est le politique né en Europe. théorie catastrophique. Un Etat peut faire une politique plus ou moins favorable à une université. Le système international fait l’Etat. culturel peut être. science sociale). Il faut distinguer le développement capitalisme et son expansion. qui pourrait apporter qqch de plus sans être contradictoire. Si la science se développe en Europe ce n’est pas parce que les Européens sont plus intelligents que les autres. une politique scientifique. il existe des relations bien entendu. Il s’agit d’un ordre indépendant qui échappe au politique mais sur lequel le politique peut avoir un rôle nationale. il y a des connaissances mais pas de science. et autre. L’expansion du capitalisme à la différence de sa naissance. Le capitalisme a eu d’emblée une dimension internationale. mais n’en est pas une condition nécessaire. Pourquoi n’y a-t-il pas de science dans l’empire chinois. La difficulté du problème est la relation entre le politique et le capitalisme. La généralisation du capitalisme a pu s’accommoder de façon indifférente. C’est la représentation capitaliste qui est française mais le capitalisme en lui-même ne l’est pas. Il faudrait un tribunal financier international. le problème est le manque d’instance au niveau internationale. c’est à la généralisation de la modernité. crée des conditions favorable même si ces forces capitaliste ne revendique pas forcément la démocratie. a gagné l’ensemble de la planète indépendamment du régime politique. Il y a des contraintes que les Etats mettent en place. au retour des guerres. Tous les Etats se couchent et il y a une exigence d’un retro du politique. mais parce qu’il y a des conditions oligopolaire. fractales. Il faut surtout regarder du côté de la géométrisation. des politiques de puissances qui permettent le développement capitaliste. Théorie de l’impérialisme. Ce que l’on pourrait apporter de nouveaux à la TRI. La conception de Joubert : primat du système international sur les systèmes internes. Les politiques internes est largement influencé par son rapport avec le système internationale. massivement parce qu’elles sont plus riche. La bulle économique capitaliste mondiale dans lequel la nouveauté est la financiarisation. Mais ce qui est nouveau est que ce système fait système mondiale. Si on veut des mesures efficaces il faut la coopération des Etats. Etienne de la Boétie. Mais il n’y a jamais eu de capitalisme nationale. Un climat démocratique est plus propice à la science et au capitalisme. de la notion de fonction et de variables explicatives et du coté des mathématiques quantitative. une réalité mondiale. Même si les régimes ont pu jouer un rôle dans l’expansion du capitalisme. Ou va aller le bras de fer. Le capitalisme fait partie des inventions de la modernité qui a eu une dynamique mondiale. favorisation des échanges. Le politique peut faire quelque chose mais il ne peut recréer un capitalisme national. Le langage de la nature est mathématique mais cela n’implique pas que d’autres sciences ne puissent y faire recours (science de la vie. Peut-être dans la manière de redistribuer. quel nouveau regard poser. Le choix politique peut jouer un rôle considérable. mais le capitalisme étant internationale dépasse les frontières. Qu’est ce qui doit être étatisé et qu’est ce qui ne doit pas l’être ? Tout étatiser n’est pas bon du tout. en Syrie. plus forte et sur de leur bon droit. Le politique a toujours tué le capitalisme. et les mécanismes politiques de la démocratie. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui. mais on ne peut trancher. Mais la généralisation a été quasiautomatique.

le même. l’Europe est indicatrice. la suprématie du système international. la bureaucratie soviétique. Parler de système chez nous est aléatoire. La vie. Il est possible d’expliquer comment la modernité est un produit de la polarité européenne. Le langage humain est stratégique. pourquoi le nazisme à fait recours à la race…etc. Nous sommes dans une phase de formation d’un nouveau système. Chez Freud il a une topologie de l’inconscient. Le même engendre. Est-ce que c’est détruit ? Il y a le passé et ce qui en reste et il y a surtout vers quel régime allons-nous ? Début d’une authentique réflexion. et la complicité soviétique et Amérique été présente. Quelle serait la possibilité d’avoir une politie mondiale.mathématiques quantitatives qui constituent la voie royale (grandeurs et misères de sciences sociales américaines 1950’). Il y a des modèles biologiques intéressant pour essayer de penser la société. Le choix discutable et fragile de parler en termes de système éclair certaines choses. Mais ce n’est qu’e. à partir du système international. la guerre fait l’Etat ». mais notre groupe spécifique. D’où l’utilité des mathématiques fractales (Mandelbrot). d’où le succès des théories de la décision. L’histoire se dirige vers une politie mondiale et donc la fin des RI. L’homme est un être politique parce que l’homme est contraint de vivre dans des unités politiques. Les dangers seraient la destruction accélérée des Etats providences. 1/ Comment le système internationale génère des polities. Rapport entre hégémonie et bipolarité. La guerre froide a été chaude. Il y a lien inhérent entre humanité et politique. Ils ont inventé l’ennemi des Etats religieux. Le système international produit. Le recours aux mathématiques peut être utile. comportait des questions non résolue. le politique est la rançon de la liberté et de l’intelligence (quid du contrat social). il faut retourner le point d’observation. Pour comprendre l’intérieure il faut observer l’extérieure. De même dans le système international. il n’y a pas d’autre possibilité. Une forme engendre une forme à son image. Sociobiologie. Le système international fabrique beaucoup de réalités intérieures. Il y a une sorte d’accord avec beaucoup de zones d’ombres qu’il faut éclairer. politique qui est en primauté par rapport aux autres groupes. 3 Hardt et Negry. Il est possible d’expliquer le capitalisme. Essayer de voir en quoi le système international joue un rôle dans la fabrication des unités politiques. Dans le domaine des sciences humaine où le langage est stratégique. il va falloir gérer l’affaire intérieure et le monde sans ennemie. Il y a un début de transparence. A-t-elle disparue et qu’est-ce qu’était la bipolarité. Rokkan cherchait à comprendre la formation de l’Etat en Europe occidentale. Deux possibilité : l’empire3 ou l’oligopolarité comme position (modèle européen). Les systèmes humains génèrent de l’histoire alors que les systèmes biologiques ne le font pas. même les plus stables peuvent être aléatoire. Gorbatchev. a un langage systémique. « Nous vous avons privé d’ennemie ». Mais cela ne veut pas dire qu’elle ne fait pas large utilité du langage mathématique. le système à évoluer et génère donc une histoire. la biologie. La formation de l’Etat en Europe occidentale. Ce qui est original n’est pas de vivre en groupe. Mais cela va passer par un temps long d’oligopolarité internationale. une géométrie. « L’Etat fait la guerre. vingt ans après que Thilli a sorti son livre contrainte et capitale. Oui il peut y avoir dissolution du politique mais en ce cas la seule issu est la destruction. Accord sur le fait que la bipolarité a disparue. Analyse en terme de système appliqué au système internationaux et les fractales. Creuser la notion de système. conséquence de sa liberté. Le propre de l’homme est le fait que nous sommes les seuls qui sans le politique nous entre tuons. Les tendances conduisent à une politie mondiale. Et donc moins stable . Un langage de la psychologie. et donc souvent mal employé dans nos sciences. il s’acheminait vers des variables : la contrainte et le capital. Et cela bouge tous les jours. on peut dire que le langage mathématique n’est pas inutile et que l’aspect systémique est également utile. Bipolarité a généré une série de questionnement. Les instances relèvent de l’interaction stratégique. Il n’y a pas la même force que la notion de système en biologie. Quand l’Europe fera-t-elle le saut fédéral ? Si le saut est fait ça atterrait le système international et le monde s’en trouverai mieux. Les systèmes humains sont plus aléatoires que ceux des systèmes biologiques. 2/ où en est le système aujourd’hui ? le problème de la nature actuelle du système transpolitique. La géométrie et les mathématiques qualitatives sont utiles pour modéliser des dynamiques. nous sommes contraint et voué au politique. mais à des mathématiques précises. L’aléa inhérent au système social est lié à la liberté de l’homme. l’empire Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ? -7- . 1995.

Il y a le système spécifique capitaliste dont il faut apprécier la dynamique et ses rapports avec les systèmes transpolitique. Un système qui s’est financiarisé. L’impôt est une prérogative politique de l’Etat. Différence entre économie nationale et système capitaliste. Tous ces facteurs ne se prêtent pas à la mathématisation. juge indépendant de l’exécutif. serpent monétaire / tribunal financier mondial. La relance s’est faite de deux façons. qu’est le système capitaliste. des choix qui sont faits. D’abord par la puissance de calcul (dvpt informatique. Ou est-ce que les Etats ont une prérogative politique ? La politique a repris les dettes des banquiers mais elle ne se reconnait pas le droit de prêter directement aux Etats et soit contraint de passer par les règles bancaires. est ce que les Etats sont des entités qui doivent être soumis aux marchés financiers ? Noté par les marchés…etc. Mais is on tue l’Etat providence on tue les conditions mêmes de la démocratie. être un acteur. Est-ce que les RI peuvent se passer du langage mathématique. la subtilité de la diplomatie russe. et cela ça compte. ils sont sur le terrain. Le meilleur régime politique est celui de l’Angleterre. acteur actif des RI. aujourd’hui menacé parce que la grande Bretagne devient un Etat mafieux. L’Etat dans cette économie nationale est consommateur. Il y a eu une déception générale des sciences sociales vis-à-vis des mathématiques. Aujourd’hui on a deux systèmes internationaux. Mearsheimer la tragédie des grandes puissances. telle chose est fonction de… On ne peut pas se passer de la géométrie. mais la politique ne doit pas être inféodé et accepte toutes les demandes des banquiers. Une déception générale parce que de tout évidence la matière des relations internationales ne se prête pas à l’utilisation d’un langage mathématique. Et le reste est une bulle. elle est créative et innovatrice. Ça choc sur le problème de la monnaie. qui n’est absolument pas encadré par le politique. C’est un Etat en situation difficile. D’autres jouent beaucoup comme la Russie. Rapport entre sphère financière mal connue. Il y a des facteurs moraux. Rousseau dans du contrat sociale et fait des mathématiques appliquées. pas de dynamique. Il y a une relation entre les deux et parfois une primauté du politique. Ça dimension globale et international et sa grande liberté vis-à-vis du politique. Suisse également là l‘instance politique la plus stable. Est-ce que les citoyens acceptent que l’économie capitaliste soit sans aucun contrôle ? Seule l’oligopolarité politique peut prendre l’initiative de fixer des règles ? Il suffit d’une décision politique pour dire les banques d’affaires feront ce qu’elle veule mais les banques de dépôts ne feront rien de l’argent qui sera déposé. allez qualifier ça. Dans les relations internationales il faut jouer. Le problème est celui du rapport entre les Etats et l’économie capitaliste. Mais dans l’économie nationale il n’y a pas de moteur. Le langage de la science a toujours fait massivement appelle aux mathématiques. La géométrie a fait beaucoup de progrès au niveau qualitatif. Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ? -8- . Si on ne joue pas on n’existe pas. psychologiques. Il y a des économies nationales mais un système capitaliste. L’économie nationale n’est pas le lieu de la dynamique économique. Théorie des structures dissipatives / fractales / topologie différentielle / théorie catastrophique. bases de données). La dynamique capitaliste est saine. et est lié à la façon dont le politique va prendre et ce qu’il va faire de ce qu’il prélève va dépendre. ce sont les rapports économique à l’intérieure d’une unité politique. on a système capitaliste mondialisé et on a système transpolitique très balbutiant. il redistribue. La part de l’économie réel est 5 à 10%. Platon. La puissance du marché financier est tel que ce à quoi nous assistons au formatage par le système capitaliste des Etats. mais à la condition de pas la tuer.3/ Le rapport entre le système international politique et le système capitaliste. au niveau militaire a eu un bilan catastrophique. Le japon ne décide pas de jouer dans l’arène internationale. Ils se battent. L’idée de fonction. Les mathématiques qualitatives sont utilisées plus facilement utilisable que les mathématiques quantitatives. Les américains ont essayé de tout mathématiser. Les économies nationales existes. Règles : une monnaie mondiale. Ma géométrie est au cœur de l’analyse de la science politique. La Grande-Bretagne. de pas tuer le soif d’accumuler effrayante mais utile.

BCE. une injonction contradictoire. Marx. théorie du chaos. Rapport entre deux systèmes complexes. Risque que la question référendaire en Grèce s’exprime en France à travers les élections. Nous sommes dans une situation de crise et non dans une rupture catastrophique. Le monde des RI n’est pas catastrophique il conserve un minimum de stabilité. Injonction d’abelbind. Un jugement de valeur doit être porté à travers des critères spécifiques. Il y a des formes appréhendable par le regard. les relations internationales sont un travail de secrétariat. Aujourd’hui pas de catastrophe. Il faut distinguer crise et catastrophe. Une rupture fondamentale d’une forme. Lorenz. Les catastrophes au sens de la destruction d’une forme. David Ruel. (Variables du libéralisme pour classer les partis entre gauche et droite / au critère de la proximité à la culture étatique / ou les droits de l’homme). La crise est du domaine des perceptions. Il n’y a pas aujourd’hui de catastrophe. Elle permet de voir des bifurcations. il y a tellement de mécanismes de régulations Chomsky.Les systèmes internationaux sont des systèmes chaotiques à attracteurs contingents. Science sociale en histoire on tombe sur la question de la décision. La notion de crise est importante. La stabilité s’analyse sous certains critères. Thierry de Montbrial. c’est le black. Mais la crise n’est pas la catastrophe. promet la guerre avant Noel. La situation en Iran. Les marchés ont dégradé la note de la France mais ne le dise pas. Une crise ne porte pas fondamentalement atteinte à la forme. Toute morphogène ou toute morpholise. Il faut travailler sur les potentielles et le chaos. Nous sommes rentrés dans une période chaotique. Toute destruction de la stabilité d’une forme. Une crise porte sur des mécanismes de régulations. Dans les systèmes sociaux. Les systèmes internationaux sont chaotiques. elle peut l’annoncer. elle n’est pas du domaine de la forme. Systèmes chaotique plus instable en science sociale qu’en science mathématique. hors bilan. la croissance dans le monde. Est-ce qu’il y a des théories des Relations Internationales ? -9- . le vol des bois morts. Ce qui est affecté sont les mécanismes de régulation et de perception. L’actualité est très riche pour essayer de comprendre ce que l’on peut apporter sur un plan théorique et méthodologique. la crise appelle la décision. petite causes grandes effets. Mario dragi. Les termes de crises et les termes de catastrophes. Dépendance SCI. Théorie des bifurcations. elle est du domaine des régulations.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful