Vous êtes sur la page 1sur 6
 
Justement OUI ! L’écologie, c’est la réponse à la hausse de toutes ces dépenses qui dégradent le pouvoir d’achat
 : loyers, franchises médicales, factures de gaz, d’électricité et de chauffage, de carburant, en perpétuelle augmentation, durée de vie des appareils, marges de la grande distribution.
 Avec vous, je m’engage à agir pour :
La mise en place de l’encadrement des loyers,
la construction de 160 000 logements sociaux chaque année.
La tari󿬁cation progressive de l’électricité, du gaz et de l’eau
pour garantir à tous l’accès élémentaire à ces biens.
L’augmentation de 50% de tous les minima sociaux,
en com-mençant par l’Allocation aux Adultes Handicapés.
L’accès aux soins sur tout le territoire,
par des « Maisons de Santé et de l’Autonomie », la suppression des franchises médicales, l’aide à domicile, et l’accès 󿬁nancier aux maisons de retraite.
Une politique volontariste des transports en commun
avec l’intermodalité, la modernisation des lignes TER 󿬁nancée par une écotaxe sur les sociétés d'autoroutes et les sociétés pétrolières, le transport des marchandises par voie ferrée.
Garantir la gratuité de la RCEA.
Activer sa mise en sécurité par une affectation prioritaire des 󿬁nancements de l’État.
 
En Bourgogne, 12,5 % de la population vivent sous le seuil de pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 954 € par mois pour une personne seule. A Mâcon, on compte 3500 personnes dans cette situation. Avec la crise , ce nombre augmente chaque mois, notamment parmi les jeunes : intolérable !
EN PLEINE CRISE, AVEC UN POUVOIR DACHAT AMPUTÉ, EST-CE VRAIMENT LE MOMENT DE PASSER A L’ÉCOLOGIE ?
«Locataire d’un F3, je suis amenée à prendre une co-locataire pour partager le loyer et les charges »
 
François Lotteau, maire de Rully :Marcienne Delmas, Mâcon :
« Nombreux sont les retraités qui ont des revenus très bas. Comment leur assurer un niveau de vie correct ? Quelles proposi-tions leur seront faites pour leur permettre un « maintien à domicile » le plus longtemps possible ? Auront-ils le 󿬁nance-ment pour cela ? »
 
Dominique Seyvet, arrière grand’mère :
CINQ MILLIONS DE CHÔMEURS, EST-CE UNE FATALITÉ ?
NON. Mais pour lutter contre le chômage, il faut des solutions nouvelles qui ne misent pas tout sur la croissance, et ne culpabilisent pas les chômeurs. La rénovation énergétique des bâtiments, le développement des énergies renouvelables et des transports de proximité, la protection de l’environnement peuvent créer un million d’emplois de proximité, non délocalisables.
Avec vous, je m’engage à agir pour :
Relocaliser l’économie
en orientant le soutien à l’innovation vers les PME, en leur donnant une priorité aux marchés publics et en favorisant les entreprises qui contribuent à la transition écologique. Doter l’Economie Sociale et Solidaire d’une loi-cadre et de fonds régionaux spéci󿬁ques.
Lutter contre les fermetures d’entreprises rentables,
notamment en obligeant par la loi les actionnaires qui ferment un site à le mettre en vente, avec priorité aux salariés. Avec un tel dispositif, les salariés d'Essex à Mâcon n'auraient pas été jetés à la rue.
Sécuriser les parcours professionnels
par l'interdiction de l'usage injusti󿬁é des statuts précaires et le droit à la formation tout au long de la vie.
 
En Mâconnais-Clunisois :
 
Aider à maintenir et développer les entreprises existantes.Aider à la mise en place d’un plan ambitieux de rénovation de l’habitat ancien
 en lien avec les activités de recherche de l’ENSAM, pour abaisser la facture énergétique.
Valoriser le territoire et son attractivité
 
en développant le tourisme vert autour du patrimoine culturel et naturel et des voies verte et bleue.
 
« Ces dernières années, j'ai vu le monde du travail confronté à toujours plus de précarité, de temps partiel subi. Compétitivité et conditions désastreuses de sous-traitance ont conduit égale-ment à un mal-être, à la dégradation des conditions de travail et à l'explosion des maladies professionnel-les.
Il est urgent que l'Etat retrouve son rôle de régulateur des relations sociales. Je sais que Nicole portera cet impératif à l'Assemblée.
»
Henri Grenard, Mâcon,inspecteur du travail :
«Au chômage pendant près d’un an, j’ai subi la « crise » de l’emploi et celle de la culture simultanément, mais je n’ai pas abandonné l’action pour autant ! Au travers d’associations ou d’initiatives personnelles, il faut continuer à se battre pour promouvoir et faire vivre la culture dans toutes ses expressions, et dans tous les lieux ! »
Ory Simier, jeune libraire de Mâcon :
« En Saône-Loire, le secteur de l’ESS (mutuelle, association, coopérative et fondation) représente 9,8% des emplois salariés, 17 200 emplois. »
Philippe Hervieu, Vice-Président à l'Economie Sociale et Solidaire au Conseil Régional de Bourgogne :
« les politiques d'aménagement du territoire des dernières décennies sont un échec puisqu'elles ont conduit au dépeuplement des campagnes, à une périurbanisation sauvage, à la fermeture des services publics de proximité comme les écoles, les bureaux de postes... Nous devons inverser la tendance autour de 2 axes forts : l'éducation et la santé. »
 
La nature est touchée par des pollutions de l'air, de l'eau, des sols.
La raréfaction des ressources naturelles, les dérèglements climati-ques, l’extinction massive des espèces, l'épidémie de cancers ne sont pas des lubies écologistes, mais une réalité géologique, scien-ti󿬁que, biologique et sanitaire.
Il est temps de penser un nouveau modèle de développement.
Avec vous, je m’engage à agir pour :
Consacrer 1% du budget de la santé à la prévention Réduire l’utilisation des pesticides
de 50% sur le quinquennat et en sortir en une génération.
Adopter une loi d’urgence écologique
avec l’objectif triple : zéro OGM, zéro gaz de schiste, zéro autoroute supplémentaire.
Renforcer l’éducation à l’environnement
pour tous les élèves
Revenir à une gestion publique et citoyenne de l’eau.Remettre en nature le territoire :
opposabilité des trames vertes et bleues, gestion écologique de la forêt.
Établir une contribution climat-énergie
 pour 󿬁nancer des inves-tissements publics écologiques et redistribuer une part sous forme de “chèque vert” aux citoyens les moins favorisés.
 
En Bourgogne, 98% des stations en eaux super󿬁cielles sont contaminées et 200 puits de captage ont été fermés car l'eau n'était plus potable. De lourds investissements sont nécessaires pour décontaminer l'eau, donc réduisons la nuisance à la source !
QUE FAIRE POUR PROTEGER L’ENVIRONNEMENT, DONC NOTRE SANTÉ ?
Thierry Grosjean, élu au CESER de Bourgogne :
«
L'environnement, ça commence à bien faire
... déclarait SARKOZY au lobby agricole. Il n'a eu de cesse de détruire les quelques avancées du Grenelle pendant son mandat. Si on y ajoute son rôle de VRP du nucléaire civil et militaire, le bilan est désastreux.
En signant "L'APPEL des 3000"de France Nature Environnement, les candidats d'EELV se sont engagés dans un contrat environne-mental pour apporter des solutions locales au désordre global. »
 
Sandrine Bélier, euro-députée :
«
le 27 février 2012, la Commis-sion Européenne assignait la France devant la Cour de Justice de l'Union Européenne pour son incapacité à lutter contre la pollution des eaux par les nitrates.
 Cette décision illustre l'incapacité et le manque de volonté de la France à se saisir d'un enjeu majeur quand on sait que 50 à 75% des nappes et des rivières sont fortement dégradées»
L’ÉCOLE FONCTIONNE-T-ELLE ENCORE ?
« Dans ce métier qui ne peut se passer de l’engagement personnel de l’enseignant, on pourrait imaginer une entrée un peu solennelle dans cette profession, sous forme d’un «engagement », qui se donne pour but de faire en sorte que tous les élèves réussissent»
A-M Houillon, responsable Education Populaire :
« 80 000 postes supprimés depuis 5 ans (c'est à dire 30 élèves et plus par classe, même en maternelle) il est impossible d'assurer un enseignement de qualité avec suivi individuel. Il faut recruter tout de suite plus d'enseignants, les former pédagogiquement et les rémunérer à la hauteur de leurs responsabilités. »
Christian Baudrion,professeur des Ecoles : Philippe Meirieu, pédagogue, Président du groupe EELV au Conseil Régional Rhône-Alpes :
 
« Pour apaiser l'école, nous devons faire con󿬁ance à la jeunesse, ne pas la laisser sans solutions, impliquer tous les acteurs du secteur de l'éducation.
Autonomie, solidarité et responsabi-lité sont les moteurs d'un système éducatif qui vise à l'émancipation.
 »
L’école fonctionne encore grâce au dévouement des enseignants et des agents qui colmatent les brèches ouvertes par le gouvernement.
 L’école ne devrait plus fonctionner sur la sélection et l’exclusion, mais devenir l’école de l’émancipation et de la promotion sociale.
 
Avec vous, je m’engage à agir pour replacer l’Éducation au cœur des priorités nationales :
Rétablir la formation initiale des enseignants,
avec 2 années en alternance associant les mouve-ments pédagogiques et d’éducation populaire.
Recruter 20000 enseignants
et cadres éduca-tifs supplémentaires.
Créer un revenu d’autonomie
de 600 euros pour les jeunes.
Un « Pacte pour l’égalité » : renforcer la santé scolaire.Faire des Assistants de Vie Scolaire un vérita-ble métier
 avec formation et garantir
l’accès des enfants handicapés
 au système scolaire.
 
En tant que Vice-Présidente en charge des lycées, je participe activement au maintien des moyens et des formations dans tous les lycées de Bourgogne, avec une attention particulière pour le rural.
« Cinq ans de présidence sarkoziste nous ont appris à nous mé󿬁er d'une écologie hors-sol qui compense le manque de résultats par une profusion de mots plus verts que verts. A droite comme pour une certaine "gauche", la tentation est grande d'en faire trop pour cacher le pas-assez.
La langue de bois verte est ainsi très prisée de ceux qui ne pensent l'avenir qu'en regardant leur rétroviseur en vantant les mérites du nucléaire, des pesticides, des autoroutes et des incinérateurs.
»
 
Stéphen Kerckhove : Délégué national Agir pour l'Environnement :
576648e32a3d8b82ca71961b7a986505