Vous êtes sur la page 1sur 8

Le contrat de performance

Elaboré par :
Hmaied Maha
Fennira Mustapha
Elouh Ridha

1
Introduction

Les opérateurs de l’État occupent une place centrale dans la mise en œuvre des
politiques publiques.
En contrepartie, il est légitime que l’État, par l’intermédiaire des tutelles
ministérielles, fixe et assure le suivi des orientations stratégiques de ces
établissements en veillant à ce que leurs actions s’inscrivent dans les politiques
publiques auxquelles ils participent. 
La nécessité de renforcer la dimension stratégique de la tutelle a été réaffirmée
par la circulaire du Premier ministre du 26 mars 2010. Cette circulaire a
demandé la généralisation des contrats d’objectif et de performance

2
La « performance » : Un concept de base au
cœur de la reforme budgétaire
«La performance de l’action publique : un concept de base dans la réforme
budgétaire en TUNISIE»
La performance est un concept de base autour duquel s’articule toute la
réforme budgétaire en Tunisie.
Dans le secteur public, la performance vise à améliorer l’efficacité de la
dépense publique en orientant la gestion budgétaire vers l’atteinte des
résultats cohérents avec les objectifs stratégiques de chaque département
ministériel, dans le cadre des moyens prédéterminés, matérialisés par le
budget qui lui est octroyé.

3
La recherche de la performance dans le secteur public implique la mise en
œuvre de toute une démarche basée sur un dispositif de pilotage des
administrations pour l'atteinte des résultats prévus.
Elle vise les objectifs suivants :
• Renforcer la transparence pour mieux informer le Parlement et le public
sur les objectifs escomptés et les résultats obtenus ;
• Améliorer l’efficacité et l’efficience de la dépense publique garantissant
ainsi un service public de qualité et au moindre coût ;
• Accroître la responsabilisation des gestionnaires quant à leurs obligations
de rendre compte de leurs performances et de leurs résultats.

4
La démarche de la performance dans un ministère se déroule selon les étapes
suivantes :
• Présentation de la stratégie du ministère en priorisant quelques
orientations stratégiques ;
• Structuration de l’activité du ministère en programmes ;
• Fixation des objectifs stratégiques par programme
• Identification des indicateurs de performance
• Elaboration des rapports sur la performance (PAP et RAP).
La reforme budgétaire en Tunisie ne vise pas une budgétisation de la
performance qui consiste à lier directement la performance à l’octroi des
crédits budgétaire, mais de faire en sorte que la performance apporte un
éclairage à la budgétisation.

5
Le pilotage de la performance
Les points à examiner :
 Le responsable du programme.
 Le dialogue de gestion
 Les outils du dialogue de gestion: La contractualisation ,Les tableaux de bord
et Le contrôle de gestion.

Le pilotage de la performance : Le dialogue de gestion


Le dialogue de gestion est le processus d'échanges et de décision institué entre le
responsable du programme le Rdp (un niveau administratif) et les niveaux qui lui
sont subordonnés (les acteurs et les operateurs du programmes),Concernant :
 Les volumes de moyens mis à disposition
 Les objectifs qui leur sont assignés
 Les indicateurs d’évaluation de la performance du programme
6
La formalisation du dialogue de Gestion
Les chartes de gestion et les contrats objectifs ou programmes constituent des
moyens pour formaliser les règles du jeu entre les responsables des
programmes et les acteurs participant à leur mise en œuvre. (Services centraux
en charge des affaires financières, des ressources humaines, services
déconcentrés, établissements publics, contrôleurs des dépenses, opérateurs…)
Le COP s’intègre dans le dialogue de gestion entre l’opérateur et la tutelle

Contrat de performance : Définition


Il s’agit d’un document contractuel qui fixe les orientations stratégiques de
l’opérateur pour une période donnée et définit les modalités de mise en œuvre
de ces orientations. Il résulte d’une discussion entre l’opérateur et sa/ses
tutelles et a vocation à être présenté devant l’organe délibérant par la direction
de l’établissement. Il peut faire l’objet ou non d’un vote formalisé. 7
Tout projet de COP doit être communiqué aux tutelles techniques, aux autorités
chargées du contrôle budgétaire ou du contrôle économique et financier et à la
direction du budget (bureau(x) sectoriel(s) et bureau des opérateurs).
Le COP doit être un contrat unique entre l’opérateur et sa/ses tutelle(s)
**La circulaire PM du 26 mars 2010 précise que le contrat de performance
pourra éventuellement
être assorti d’engagements financiers de l’État dans les 3 hypothèses suivantes :
 S’il s’agit d’un opérateur qui vient d’être créé ou dont les missions, ou encore
l’organisation, ont fait l’objet d’une modification substantielle.
 Si l’opérateur exerce une activité comportant, à une échelle pluriannuelle, des
enjeux
budgétaires et financiers élevés ;
Si sa situation financière est fragile.
**La direction du budget est associée à la rédaction de tout contrat de
performance. Elle doit l’être
systématiquement dans le cadre de la négociation et de la rédaction :
 des COM, ces derniers nécessitant la signature du ministre du Budget ;
 des COP d’établissements pour lesquels les ministères financiers exercent une
tutelle technique et sont donc signataires