Vous êtes sur la page 1sur 39

MISE EN PLACE

D’UNE
ORGANISATION
POUR LA GESTION
DES STANDARDS
D’INSTALLATIONS
GENERALES.

Ce document à été réalisé dans le cadre de ma formation en MASTER Rapport de


PROFESSIONNEL GÉNIE MÉCANIQUE ET SCIENCES DES FIBRES – option:
PRODUCTIQUE suite au stage de fin d’étude réalisé au sein de l’entreprise
stage de fin
PPC d’études.

Réalisé par A. Baddadich


Encadré par T. Ferney
Suivie par Dr. C. Jung
2006-2007
MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

REMERCIEMENT
Avant d’aborder ce rapport de stage, je tien à exprimer
ma gratitude à Monsieur Thierry FERNEY mon parrain
industriel à la société PPC qui n’a pas cessé de me
prodiguer ses conseils éclairés et instructifs et n’a
épargné aucun effort pour contribuer à la réussite de
mon travail.

Je tien à remercier également le service de ressources


humaines pour m’avoir offert l’opportunité de passer six
mois de stage dans cette société.

Mes remerciements vont aussi aux messieurs J.KIEFFER,


J.COSTANZA , D.SCHAFFAUSER et tout le personnel du
PPC qui ont participé de prés ou de loin au succès de
mon sujet de stage.je suis vraiment touché par leur
sympathie et serviabilité, ainsi que leur coopération
tous au long de la période du stage.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 2


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

SOMMAIRE :

SOMMAIRE : ............................................................................................................................................... 3

PREMIÈRE PARTIE : Description de l’environnement du stage.


Chapitre 1 : PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE...................................................... 7
1 Historique : ......................................................................................................................................... 7
2 Les activités industrielles : .................................................................................................................. 8
1.1. Produits Potassiques et Chlores (PCC): ...................................................................................... 8
1.2. Produits Bromes Fins : ................................................................................................................ 9

CHAPITRE 2 : PRESENTATION DU SUJET DE STAGE ............................................. 10


1 INTRODUCTION : .............................................................................................................................. 10
2 ORIGINE DU SUJET DE STAGE : ......................................................................................................... 10
3 DESCRIPTION D’UNE INSTALLATION : .............................................................................................. 11
1.3. Principe d’une rétention (performance) : ................................................................................ 11
1.4. Types de cuvettes de rétention : .............................................................................................. 12
4 CAHIER DES CHARGES :..................................................................................................................... 13
5 OUTIL ET DOCUMENTATION : .......................................................................................................... 13

DEUXIEME PARTIE : Réalisations.


INTRODUCTION : CHOIX DE LA DÉMARCHE. ....................................................... 15
1 SYSTÈME DE GÉNIE CIVIL ET PERFORMANCE – DÉFINITIONS ET PRINCIPES : .................................. 15
2 DÉMARCHE SUIVIE POUR RÉPONDRE AU CAHIER DES CHARGES : .................................................. 15
3 CONCLUSION .................................................................................................................................... 16
Chapitre 1 : Identification des ouvrages. ................................................................................................. 17
1. Maîtrise du besoin : .......................................................................................................................... 17
1.1. Représentation : ....................................................................................................................... 17
2. Étude fonctionnelle: ......................................................................................................................... 18
2.1. Énoncer le besoin : ................................................................................................................... 18
2.2. Validation du besoin. ................................................................................................................ 18
2.3. Analyse de besoin : ................................................................................................................... 19
Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 3
MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

2.4. Cahier des charges fonctionnelles : .......................................................................................... 20


3 Planification de structure d’identification : ..................................................................................... 20
4.1. Progiciel SAP : ........................................................................................................................... 21
4.2. Vocabulaires : ........................................................................................................................... 21
4.3. Gestion par classes : ................................................................................................................. 22
4 STRUCTURE MISE EN PLACE : ........................................................................................................... 22
4.1. Hiérarchie : ............................................................................................................................... 22
4.2. Classification : ........................................................................................................................... 23
4.3. Analyse des caractéristiques : .................................................................................................. 23
5 STRUCTURE D’IDENTIFICATION FINALE : .......................................................................................... 26

CHAPITRE 2 : RECENSEMENT DES OUVRAGES. ................................................... 27


1. Processus de recensement : ............................................................................................................. 27
2. Planification des tâches : .................................................................................................................. 27
3. Diagnostic des installations : ............................................................................................................ 27
4. VISITE SUR SITE : ............................................................................................................................... 28
5. CODIFICATION ET MISE A JOUR :...................................................................................................... 28

CHAPITRE 3 : GESTION DE LA MAINTENANCE..................................................... 29


1. Généralité : ....................................................................................................................................... 29
2 L’évaluation de la performance des rétentions de protection : ...................................................... 30
2.1. Diagnostique d’état : ................................................................................................................ 30
2.2. Performance : ........................................................................................................................... 30
3 Évaluation de la potentialitée d’une perte de performance :.......................................................... 30
3.1 Dangers potentiels : ................................................................................................................. 31
3.2 Présentation des sources de dangers :..................................................................................... 31
3.3. MORALITES : ............................................................................................................................. 32
3.4 Origine des causes et proposition des actions corectives apropriées ..................................... 33
3.3.1. Les causes humaines : ...................................................................................................... 33
3.3.2. Les Causes liées au vieillissement de l’infrastructure :................................................ 33
4. STRATÉGIE DE MAINTENANCE : ....................................................................................................... 34
4.1 Proposition : ............................................................................................................................. 34
4.2. Stratégie retenue :.................................................................................................................... 34
5. PLANIFICATION SUR SAP ( CS - AG/PM-PRM-MP) ............................................................................ 34
5.1. Présentation de PM-PLANNING et son adaptation à la stratégie adoptée:............................. 34
5.1.1. Plan d’entretien ................................................................................................................ 35

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 4


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

5.1.2. Types de plan d’entretien : .............................................................................................. 36


5.2 Réalisations : ............................................................................................................................ 36
6 Difficultés rencontré : ....................................................................................................................... 37
FINALITÉ.................................................................................................................................................... 37

CONCLUSION : ..................................................................................... 38

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 5


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

PREMIÈRE PARTIE :

Description de l’environnement du stage.

Dans cette partie nous allons présenter la


société PPC lieux du stage, ainsi nous
présenterons le sujet traité, le besoin et les
attentes de l’entreprise.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 6


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Chapitre 1 : PRÉSENTATION DE L’ENTREPRISE.

1 HISTORIQUE :
Placé aux pieds des Vosges, le site industriel de Thann voit le jour en 1808, date à laquelle Charles
KESTNER, un pharmacien de Thann, fonde une entreprise pour fabriquer de l’acide sulfurique et de
l’acide nitrique, destinés à l’industrie des colorants pour textiles utilisés dans la région de Mulhouse. Le
fils du fondateur – Charles KESTNER - entre dans l’affaire en 1823 et lance de nouvelles fabrications :
Acide chlorhydrique, carbonate de sodium, soude caustique, chlorure de chaux. Il perfectionne
également les anciennes fabrications – en particulier celle de l’acide sulfurique.
Après la mort de Charles KESTNER, la société est dirigée par trois de ses gendres, dont Auguste
SCHEURER-KESTNER. Dés 1872, la société est transformée en Société Anonyme sous la raison sociale
de FABRIQUES DE PRODUITS CHIMIQUES DE THANN.
La découverte en juin 1904, au sud de Wittelsheim, d’un gisement de chlorure de potassium à une
profondeur de 627 m, est très importante dans l’historique du site.
En 1913, les responsables des fabriques de produits chimiques de Thann et de Mulhouse décident de
démarrer une unité d’Electrolyse de chlorure de potassium.
En 1919, les Mines domaniales de potasse d’Alsace sont créées par mise sous séquestre des sociétés
allemandes.
En 1922, un accord avec la société des TERRES RARES permet le démarrage de la production de l’oxyde
de titane qui devient par la suite la principale fabrication de la société. Une électrolyse de chlorure est
mise en marche en 1926, génératrice de potasse caustique, de chlore et d’hydrogène. Cet atelier sera
doublé en 1930 et complété par la fabrication de carbonate de potasse, de chlorure de chaux, d’eau de
javel et d’acide chlorhydrique.
Les producteurs de sel s’intéressent à cette activité et un accord est signé en 1931 pour la création de
la société POTASSE ET PRODUITS CHIMIQUES (PPC). C’est alors une filiale des fabriques de Produits
Chimiques de Thann et de Mulhouse (50 %), des mines domaniales de Potasse d’Alsace (35 %) et des
Mines de Kali Sainte-Thérèse (15 %).
C’est en 1932 que PPC développe les productions d’acide bromhydrique et de Bromures Minéraux. En
1951, PPC entreprend la fabrication de Bromures Organiques.
En 1956, la société implante dans la zone industrielle du Havre une nouvelle unité de production de
l’oxyde de titane. Une deuxième unité est achevée sur le même site en 1975, et porte la capacité
globale de production d’oxyde de titane de la société à 110 000 T/an.
EN 1959, La société Kali Sainte Thérèse arrête l’exploitation de ses mines de potasse qui sont alors
reprises par les MDPA.
La dénomination « THANN ET MULHOUSE » a remplacé depuis 1972 l’ancienne raison sociale.
A la suite de fusions industrielles successives, Thann et Mulhouse est devenue une importante filiale
de Rhône-Poulenc qui détient 98% de son capital depuis 1984. Elle s’intègre dans la division « Minérale
Fine » du secteur chimie de Rhone-Poulenc.
L’achat de la société Potasse et Produits Chimiques par le groupe américain ETHYL Corporation
intervient en février 1993.
Le 1er mai 1994, la dénomination de POTASSE ET PRODUIT CHIMIQUE devient ALBEMARLE PPC, suite à
la scission du groupe ETHYL en deux nouvelles entités : ETHYL consacrée aux activités pétrochimiques
et ALBEMARLE Corporation consacrée aux spécialités chimiques et de chimie fine.
En avril 2006, le propriétaire ALBEMARLE CORPORATION annonce un projet de fermeture du site
ALBEMARLE PPC Thann.
Le 1er septembre 2006, l’ensemble des activités du site de Thann a été repris par la société allemande
International Chemical Investors Group (ICIG) faisant suite à un transfert d’actions entre Albemarle et
ICIG. Albemarle PPC redevient « POTASSE ET PRODUITS CHIMIQUES » avec la création de PPC
International en Belgique.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 7


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

2 LES ACTIVITÉS INDUSTRIELLES :


Il existe deux principaux secteurs de production à PPC :

1.1. Produits Potassiques et Chlores (PCC):


Les produits de ce secteur appartiennent au domaine de la chimie minérale, les procédés sont
majoritairement continus. Les produits finis appartiennent à la chimie de base, se sont des
commodités dans le domaine chimique industriel. Environ 200 000 tonnes de produits sont
commercialisées annuellement dans les secteurs suivants :

Détergeant.
Industries alimentaires.
Industries du verre.
Industries de la photographie.
Le schéma principe de fabrication se pressente comme suite :

MATIERES PREMIERES PRODUITS INTERMEDIAIRES PRODUITS FINIS


CARBONATE DE
GAZ
POTASSIUM
CARBONIQUE Solide/en solution

KWH
POTASSE SOLIDE

CHLORURE DE ÉLECTROLYSE LESSIVE LESSIVE DE POTASSE


POTASSIUM
DE POTASSE

CHLORE GAZEUX UTILISATION SITE

HYDROGÈNE CHLORE LIQUIDE

ACIDE
Diagrame n° 1 : Produits Potassiques Et Chlores
CHLORHYDRIQUE

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 8


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

1.2. Produits Bromes Fins :


Les productions de ce secteur appartiennent au domaine de la chimie fine. Les procédés sont
majoritairement discontinus et changent rapidement. Environ 900 000 tonnes sont commercialiser
annuellement dans les secteurs suivants :
Industrie des retardateurs de flammes.
Industrie de la photographie.
Industrie agroalimentaire.
Industrie pharmaceutique.
Le schéma principe de fabrication se présente comme suite :

HYDROGÈNE FOUR DE ACIDE BROMHYDRIQUE ACIDE BROMHYDRIQUE


SYNTHÈSE GAZEUX LIQUEFIE

COLONNE ACIDE
D’ABSORPTION BROMHYDRIQUE EN
SOLUTION

BROME ATELIER DES BROMURES


BROMURES MINÉRAUX
MINERAUX

MATIERES CHAÎNE DE BROMURES


PREMIERES FABRICATION ORGANIQUES

UNITÉ SOLUTION DE
D’EXTRACTION BROMURE
BROME RESIDUAIRES

BROMURES DIAGRAME N° 2 : PRODUITS BROMES FINS


Résiduaires
DE CLIENTS

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 9


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

CHAPITRE 2 : PRÉSENTATION DU SUJET DE STAGE

1 INTRODUCTION :
La prise de conscience des enjeux environnementaux a fortement progressé en France ces dernières
années. Des thèmes comme le changement climatique, l’érosion de la biodiversité ou les liens entre
pollutions et santé sont maintenant sur le devant de la scène et ne
peuvent plus être ignorés des processus décisionnels, du niveau local au
niveau planétaire. Des mesures se mettent en place, qui contribuent à
préparer l’opinion à des remises en cause plus profondes. Des actes
aussi emblématiques que l’intégration de la Charte de l’environnement
dans la Constitution participent à cette maturation devenue essentielle.
Il ressort de ce travail d’analyse sur l’état actuel de l’environnement que
des résultats réels, même s’ils restent perfectibles, ont été obtenus dans la lutte contre les sources
ponctuelles de pollution. L’enjeu est maintenant surtout du côté des sources diffusés, celles qui
nécessitent l’adhésion de chacun dans ses choix individuels (pour se déplacer, consommer, se
chauffer, se loger…) ou dans les choix collectifs (construire une société plus sobre en carbone, par
exemple).C’est pourquoi l’action pour l’environnement devient plus complexe et plus transversale.

La société PPC est classée seveso II, elle utilise et produit des produis
chimiques toxiques, inflammables, héritants et corrosifs, qui menace
l’environnement. La sécurité et la lutte contre la pollution sont les
premières préoccupations de l’entreprise, afin de préserver
l’environnement et assurer la vie des employés et des habitants de la
région, des diverses installations et équipements de sécurité sont mise
en place. Par ailleurs, le sujet de mon stage était créé dans le but de
perfectionner la gestion d’un des groupes d’ouvrages de protection.

2 ORIGINE DU SUJET DE STAGE :


Les installations générales de la société PPC ont été suivies régulièrement, de manière à maintenir
leurs performances ; Des inspections et des actions correctives ont lieu chaque année. Malgré
l’organisation mise en place et le personnel mobilisé, le suivi n’englobait pas la totalité des
installations, car d’une part, ces dernières n’étaient pas bien identifiées (ou non identifiées), d’autres
part, les ressources affectées à cette mission ont été redéployes.
Pour répondre à la législation en vigueur et dans le but de préserver l’environnement, la société PPC
m’a confie la mission de mettre en place une organisation pour la gestion des dispositifs de protection
contre les risques de pollution environnementales.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 10


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

3 DESCRIPTION D’UNE INSTALLATION :

FOSSE DE RÉTENTION
(Cuvette de rétention)

FIGURE N° 1 : INSTALLATION

Le stockage d’un liquide en industrie chimique nécessite une installation bien spécifique qui doit
respecter des règles bien définies. Des règles fixes et obligatoires pour tous les types d’installations,
auxquelles se rajoutent des arrêtées préfectoraux, personnalisés pour chaque stockage (installation à
haut risque)
Une installation chimique, est composées essentiellement de :
Équipement de stockage (cuve, citerne, réacteur, etc.)
Équipements de conduite (tuyauterie, flexible, compensateurs, etc.)
Équipements de contrôle (vanne, régulateur, pompes, etc.)
Équipement de rétention (cuvette, bac, fosse, etc.)
Le sujet de mon stage vise la gestion des équipements de rétention.
NOTA : Les fosses de rétention associées aux installations de la société PPC sont des ouvrages génie
civil.

1.3. Principe d’une rétention (performance) :

Les cuvettes de rétention (fondations et enceintes) ont pour but de


recueillir et contenir les produits qui peuvent accidentellement se
répandre hors du ou des réservoirs concerné(s) (une cuvette pouvant
contenir plusieurs réservoirs si les produits stockés ne sont pas
incompatibles).

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 11


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Leurs principales caractéristiques sont les suivantes :

En fonction du produit stocké, la législation impose des capacités de rétention minimales. Par
exemple.

1.4. Types de cuvettes de rétention :


On peut dans un premier temps classer les cuvettes en deux catégories selon qu’elles contiennent ou
non des réservoirs :

figure 2 : exemple de cuvettes de rétention


Les cuvettes contenant un réservoir (voir figure 1) : elles peuvent être hautes ou basses,
compartimentées, en pente ou étagées. Elles peuvent contenir un ou plusieurs réservoirs. Elles sont
utilisées dans le cas où une rupture d’un des réservoirs ne peut être exclue.

Les enceintes de ces rétentions peuvent être classiquement de deux types :


Des murs verticaux en béton armé, c’est le type de murs des rétentions sur le site PPC
Des merlons en matériau argilo-sableux.
Les merlons (bien conçus) présentent une meilleure tenue au feu mais plus de risques de
débordement que les murs. De plus, contrairement aux murs, les risques de ruines sont quasiment
écartés si le merlon est bien conçu et régulièrement surveillé.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 12


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

La cuvette qui ne contient pas de réservoirs. Les fuites éventuelles de produit issu du réservoir sont
guidées sur un sol en pente (généralement un
canivau) par des murets de quelques dizaines de
centimètres, vers la rétention située à l’écart des
bâtiments et des réservoirs.
Ces deux types de cuvettes sont parfois associés,
c’est-à-dire que la cuvette haute est reliée à une
autre cuvette qui recueille les épandages
accidentels de moyenne importance.

FIGURE 3 : TYPE DES CUVETES DE RÉTENTIONS

4 CAHIER DES CHARGES :

Définition et mise en place d’une organisation pour la gestion des fosses de rétention des
ateliers de production.
Recensement et inspection des ouvrages sur le site.
Mise à jour des données sur l’ERP (SAP) et sur les schémas d’appareillage.
Implémentation du dispositif de gestion des fosses via SAP.

5 OUTIL ET DOCUMENTATION :

• SAP : système ERP (Enterprise ressource planning)


• SPEX (SMARTPLANT EXPLORER) : système d’exploration et de visualisation des
schémas technologiques (schéma d’appareillage)
• BD-PLAN: application permettant de rechercher les références des plans (plan
génie civil, plan de masse, etc)
• LOTUS : messagerie et base documentaire.
• GRAPHITEQUE: archive des plans, dossier des projets, etc.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 13


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Deuxièmes PARTIE :

Réalisations.

Dans cette partie nous allons décrire la


méthodologie et la démarche suivie pour
répondre au cahier de charges, ainsi que les
réalisations accomplies.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 14


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

INTRODUCTION : CHOIX DE LA DÉMARCHE.

1 SYSTÈME DE GÉNIE CIVIL ET PERFORMANCE – DÉFINITIONS ET


PRINCIPES :
Un système de génie civil (un ouvrage ou un ensemble d’ouvrages) se définit, d’une part à partir
des éléments structurels (ou des sous-systèmes) qui le composent, et d’autre part à partir des
fonctions qu’il accomplit. A chaque niveau de décomposition du système, les éléments structurels
remplissent à leur tour des fonctions qui contribuent à la réalisation des fonctions globales de
l’infrastructure.
L’aptitude d’une structure à remplir les fonctions pour lesquelles elle a été conçue est appelée la
performance. Les performances d’un système de génie civil sont amenées à évoluer durant sa vie :
les fonctions initialement prévues lors de la construction peuvent être modifiées volontairement
par le gestionnaire ou encore par des événements extérieurs, et des dégradations peuvent
perturber les fonctions initiales.

2 DÉMARCHE SUIVIE POUR RÉPONDRE AU CAHIER DES CHARGES :


Les fosses de rétention de la société PPC représentent un patrimoine conséquent, de valeur
technique et financière importante, vu l’effectif important des ouvrages, cependant, la démarche
suivie est une approche de gestion patrimoniale.
La gestion de patrimoine se caractérise par la recherche de la maîtrise des coûts d’investissement,
d’exploitation et de maintenance. Elle comprend deux aspects très liés : la gestion technique et la
gestion financière.
La gestion technique concerne toutes les phases du cycle de vie de l’ouvrage, de la conception au
démantèlement éventuel. Elle consiste à rechercher ou maintenir un niveau de performance requis
pendant une durée de vie donnée.
La gestion financière de l’ouvrage concerne tous les coûts engendrés au cours des phases du cycle
de vie. Ces coûts sont liés, par exemple, à l’acquisition, la construction, le fonctionnement, la
maintenance, la réhabilitation…
La gestion des fosses de rétention (on parle aussi de politique d’Inspection Maintenance
Réparation) a pour objectifs principaux :

D’assurer que l’ouvrage remplisse ses fonctions requises ;

D’assurer la sécurité des usagers et la protection de l’environnement ;

D’assurer la conservation de l’ensemble des ouvrages pour une durée déterminée, en se


plaçant généralement sur du long terme.

Pour répondre à ces objectifs, le dispositif de gestion comprendra les procédures destinées à
assurer la maintenance. Il inclura les méthodes et outils (surveillance, acquisition et traitement de
données...), les modes d’organisation, les personnels aux différents niveaux de qualification, les
bases de données (inspection, historiques...) et la réglementation.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 15


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

3 CONCLUSION

Pour gérer le système de rétention, il faut tout d’abord le connaître, l’évaluer, planifier les actions de
maintenance puis enregistrer toutes les informations relatives à ces actions afin de constituer un
historique.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 16


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Chapitre 1 : Identification des ouvrages.


Connaître le patrimoine signifie disposer d’un inventaire précis des fosses de rétention. Le bureau
d’études ne disposait pas d’informations complètes sur les ouvrages (effectif, fonctionnement,
caractéristiques, etc.), cependant, le recensement des ces derniers était incontournable. Au préalable,
il était important de définir ce que l’on souhaite gérer et de déterminer un vocabulaire commun aux
acteurs de la gestion, car parmi les problèmes liés à l’organisation antérieure, les ouvrages étaient
répertoriés sous des libellés et de manières différentes.

1. MAÎTRISE DU BESOIN :

1.1. Représentation :
Ci-dessous nous énonçons la fonction d’un système de rétention, afin de cibler correctement ce que
nous souhaitons gérer et de permettre de redéfinir ou approuver le cahier des charges.
L’objectif principal du projet se limité à la gestion des fosses de rétention des stockages extérieures,

A qui rend-il service ? Sur quoi agit-il ?

Environnement Ouvrage génie


civil

Système des rétentions du site


PPC

Dans quel but ?


Maîtriser un fluide en cas de fuite accidentelle.

DIAGRAMME 3 « BÊTE À CORNES » -SYSTÈME DE RÉTENTION

Suit à un état des lieux, nous avons pu relever une diversité des systèmes de rétention, sur site.
Cependant nous avons conclu qu’il était nécessaire de prendre en considération l’ensemble des
systèmes, afin de mètre en place une organisation qui permettra une maîtrise totale des fuites et
incidents sur site, et non pas seulement au niveau des stockages.
Par ailleurs nous avons classé ces systèmes en trois principales catégories :
Fosse de rétention : cuvette construite au-dessous ou autour des cuves de stockages.

Aire de rétention : sol avec des formes ou pente, au-dessous des postes de dépotage ou
d’empotage, ainsi que les sols d’ateliers de fabrications.

Fosse enterrée : cuvette implantée dans le sol, qui ne comporte aucun équipement de
stockages, elle peut être ouverte ou fermée.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 17


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

2. ÉTUDE FONCTIONNELLE :
Le but de cette étude est de mettre en évidence tous les critères nécessaires, afin de créer une identité
unique, pour chaque ouvrage et une structure globale et représentative du système.

2.1. Énoncer le besoin :


Ci-dessous nous énonçons le besoin, afin de cibler correctement la demande et de permettre de
remplir un cahier des charges qui satisfera au mieux le besoin de l’utilisateur.

A qui rend-il service ? Sur quoi agit-il ?

Gestionnaire SAP
des rétentions

BASE DOCUMENTAIRE

Dans quel but ?


Identifiquation des rétentions, pour le suivie des évolutions au
cours du temps.

DIAGRAMME 4 « BÊTE À CORNES » - BASE DOCUMENTAIRE

2.2. Validation du besoin.


Afin de voir si on peut se lancer dans une étude plus complète du système, sans que celui-ci devienne
obsolète lors de son utilisation, on étudie les conjonctures actuelles pour estimer la durée de vie du
système.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 18


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Pourquoi existe-t-il ? Peut-il évoluer ? Peut-il disparaître ?

Exposé :
Exposé :
- Arrêt total de production.
Raison : - Nouvelle technologie de
- Produit dépassé d’où
- Pour identifier le système de rétention. rétention.
apparition d’un produit
- Construction de
totalement différent (non
nouvelle rétention.
chimique)

But : Mettre en place une structure qui Conclusion : Conclusion :


permettra de suivre l’évolution du Géostationnaires Les produits chimiques
système de rétention au-cours du satisfaits, adaptation représentent l’activité principale
temps. possible. de l’entreprise.

Conclusion générale :
Le besoin est validé au long terme.

TAPLEAU N° 1 : VALIDATION DE BESOIN.

2.3. Analyse de besoin :


Dans cette partie en va définir les frontières entre notre organisation et son milieu environnement,
afin d’établir le recensement des fonctions de service de produit ; ceci est schématisé sur le
diagramme « Pieuvre » ; Les différentes fonctions qui devront combler le système. Elles sont de deux
sortes, la fonction principale qui est le premier objectif du système, et les fonctions de contrainte qui
viennent sécuriser notre structure fonctionnelle.

Utilisateur
Systéme de FC1
FC2 SAP
rétention
FP2 FP1

ORGANISATION DE
GESTION A METRE
EN PLACE

FC3

Production
DIAGRAMME 5 : "PIEUVRE" A NALYSE DE BESOIN

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 19


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Énoncé des différentes fonctions de service :


FP1 : l’organisation mise en place doit permettre à l’utilisateur de suivre l’évolution
complète des rétentions.

FP2 : la gestion des rétentions doit être faite sur SAP.

FC1 L’utilisateur doit maîtriser l’outil SAP et l’organisation mise en place..

FC2 : la structure des rétentions doit être adaptée à la structure de SAP.

FC3 :l’organisation doit être indépendante de la production et tout autre processus.

2.4. Cahier des charges fonctionnelles :


Après les différentes études présentées ci dessus, nous sommes arrivés à l’énoncé du cahier des
charges fonctionnel qui explicite toutes les fonctions et détermine les différents critères auxquels le
produit devra se conformer.

FONCTION CRITÈRES

FP1 : permettre à l’utilisateur de suivre Inventaire exact des ouvrages.


l’évolution complète des rétentions. Connaissances exactes des caractéristiques
des ouvrages.
Acquisition facile et rapide des informations.
L’organisation doit être apte à évoluer dans le
futur.
Traçabilité des informations.
FP2 : l’organisation doit être faite via SAP. Le créateur de la base documentaire doit
maîtriser SAP.

FC1 : L’utilisateur doit maîtriser l’outil SAP et le gestionnaire doit être informé par
l’organisation mise en place. l’existence du nouveau système.
FC2 : la structure des rétentions doit être classification des rétentions existantes sur
adaptée à la structure de SAP. site.
FC3 : l’organisation doit être indépendante de le changement de production ou de produit
la production et tout autre processus. ne doit pas influencer la structure mise en
place.

3 PLANIFICATION DE STRUCTURE D’IDENTIFICATION :


Il est nécessaire de consacrer du temps à la planification de structure ; évaluer les avantages et les
inconvénients présentés par chaque méthodes de structuration, car une restructuration ultérieure des
objets peut nécessiter davantage du temps qu’une première structuration.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 20


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Avantages de la structuration : (FP1 : permettre à l’utilisateur de suivre l’évolution complète des


rétentions)
Réduction du temps consacré à la gestion des objets techniques.

Simplification de la gestion de la maintenance.

Réduction importante du temps consacré à la saisie des données au cours de la gestion de


la maintenance.

Analyse plus spécifique, plus complète et plus rapide des données relatives à la
maintenance.

4.1. Progiciel SAP :


Dans Le module logistique/maintenance sur SAP, la base de données prédéfinie de SAP nous permet
une structure d’identification qui se présente comme suit : figure 4

FIGURE 4:R EPRÉSENTATION STRUCTURES SAP

Dans le niveau 0 (non représenté) : en enregistre le non de l’unité de processus (stockage,


transfere, etc)
Dans le niveau 2 en enregistre le libelle de la section de production.
Dans le niveau 2 en enregistre le libellé de la phase de production.
Dans le niveau 3 en retrouve la fonction de processus.

4.2. Vocabulaires :
POSTE TECHNIQUE : (Code alphanumérique à définir) structuration fonctionnelle qui permet
de présenter sur SAP une fonction. Ce type de structuration nous permet de diviser un
système technique en postes techniques. Si par exemple, on divise une ligne de production
en postes techniques, en représente chaque unité fonctionnelle sous la forme de postes
techniques figurant dans le système.

ÉQUIPEMENT : (code numérique définit par le progiciel) structuration relative à un objet


équipement, Ce type de structuration nous permet de diviser notre système technique en
équipements. Un équipement désigne un objet physique particulier devant être géré
indépendamment et pouvant être installé sur un système technique ou une partie d’un
système technique.
Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 21
MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

4.3. Gestion par classes :


Le système de classification permet d’utiliser des caractéristiques pour décrire tous les types d’objets
et de regrouper des objets similaires par classes – soit, en d’autres termes, de classer des objets pour
pouvoir les retrouver plus rapidement par la suite.
On utilise dès lors des classes pour rechercher plus facilement des objets, les caractéristiques de ces
classes jouant le rôle de critères de recherche. Cela permet de retrouver très rapidement des objets
ayant des caractéristiques similaires ou identiques.
L’utilisation des fonctions de classification, nécessitée une configuration du système de classification.
Le paramétrage d’un système de classification se déroule en trois étapes :
Définition des propriétés des objets (dans notre cas, équipements) Il faut utiliser des
caractéristiques pour décrire les propriétés des équipements. La création des
caractéristiques s’effectue de façon centralisée dans le système SAP.

Création de classes On a besoin de classes pour classifier les objets (équipements). Ces
classes doivent être paramétrées dans le système. Pendant le paramétrage, on doit
affecter des caractéristiques aux classes.

Affectation des équipements aux classes(ou classe aux équipements)

4 STRUCTURE MISE EN PLACE :

4.1. Hiérarchie :
Un poste technique était créé pour chaque bâtiment ou zone, attaché à la structure génie civil, cette
dernière ne changera jamais, seulement en cas de démolition du bâtiment et donc le changement de
la production ou des produits stockés n’aura aucun impacte sur la structure. La désignation du poste
technique était normalisée, il est désormais appelé « RÉTENTION DE PROTECTION » suivie par le
numéro ou le non de la zone (bâtiment)
Le système de rétention est composé désormais de 3 principales familles d’ouvrage :
Fosse de rétention : caractérise toute fosse de rétention avec des voiles d’une hauteur supérieure
20 cm, pouvant comporter un puisard et/ou caniveau, le tout à ciel ouvert, elle
fait l’objet d’un équipement.

Aire de rétention : caractérise toute aire qui a une forme de pente orientée vers égout ou fosse
enterrée, via un puisard ou un caniveau, elle fait l’objet d’un équipement.

Fosse enterrée : caractérise toute fosse de rétention qui n’est pas à ciel ouvert elle fait
l’objet d’un équipement.

Conclusion :
Toute catégorie de rétention existante dans un bâtiment fait l’objet d’un équipement individuel,
affectée au poste technique de la fonction de rétention, le tout attaché sur la structure génie civil,
comme le présente la figure ci-dessous.

FIGURE 5 : STRUCTURE STANDARD MISE EN PLACE.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 22


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Grâce à cette hiérarchie on a satisfait la fonction contrainte FC2 et FC3.

4.2. Classification :
Un système de rétention se définit à partir des éléments structurels, qui le composent et des fonctions
accomplies.

Élément structurel Élément fonctionnel


Voile. Volume de la rétention

Sol
Résistance de revêtement
Puisard
Élément de vidange - pompes
Caniveau

Matériau de construction
construction. DIAGRAMME 6 : ÉLÉMENTS FONCTIONNEL ET TRUCTUREL D ’UN SYSTÈME DE RETENTION
Revêtement.

4.3. Analyse des caractéristiques :


Voile, sol, matériaux, des constructions, revêtement :

Ces éléments sont liés entre eux ; En cas de fuites accidentelles le revêtement est le premier à rentrer
en contact avec le fluide (s’il y a un revêtement), cependant les 4 éléments peuvent être résumés
comme suit :
La rétention, est-elle revêtue ?
 Si oui, quel est le type de revêtement ?

 Si non, il y a que du béton.

Caniveau, puisard :

Caniveau : rigole, ruisseau, destinée à l’évacuation des eaux au bord d’une chaussée (aire de
rétention, fosse de rétention)
Puisard : égout creusé dans le sol pour évacuer les fluides en cas de fuite, il se situe au point plus
bas de la rétention, l’évacuation se fait par gravité, ou par une pompe.

C’est deux éléments sont les plus sollicités, ils sont pleins de fluide en permanence, par ailleurs, il est
nécessaire de localiser ceux qui en muni et les autres :
la rétention contient un puisard et/ou un caniveau ?
Si oui, quel est le type de revêtement ?

Volume disponible :
La capacité de la fosse de rétention est une caractéristique principale pour la performance d’une
fosse de rétention, donc, il est nécessaire de la mentionnée.

Pompe :
Chaque élément de pompage, fait l’objet d’un équipement, affecté à une structure fonctionnelle
(poste technique : « Transfert »), ces éléments peuvent être changés ou déplacés, et donc pour

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 23


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

satisfaire la fonction contrainte FC3 (l’organisation doit être indépendante de la production et tout
autre processus) ces éléments n’ont pas fait l’objet de caractéristique pour les rétentions.

D’autres caractéristiques ont été rajoutées, suite à des critères de maintenance, afin de départager
les catégories de maintenance appropriées.
Finalement les classes de rétention de protection se présentent comme suite :

(Classe)
(Caractéristiques)
Fosse de rétention
Date de construction

Volume disponible

Puisard (Valeurs)
Oui Non

Caniveau
Non Oui

Revêtement

Non Oui
Type de revêtement
Résine Plomb Carrelage
Niveau de sollicitations

Élevé Faible

DIAGRAMME 6 : STRUCTURE DE LA CLASSE « FOSSE DE RÉTENTION »

Puisard
Revêtement : oui/non

Volume

Type de revêtement DIAGRAMME 7 : STRUCTURE DE LA CLASSE « PUISARD »

Caniveau
Revêtement : oui/non

Type de revêtement
DIAGRAMME 8 : STRUCTURE DE LA CLASSE « CANIVEAU »

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 24


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Aire de rétention
Date de construction

Surface disponible

Puisard
Oui Non

Caniveau
Non Oui
Revêtement

Non Oui
Type de revêtement
Résine Plomb Carrelage
Niveau de sollicitations

Élevé Faible

DIAGRAMME 9 : STRUCTURE DE LA CLASSE « AIRE DE RÉTENTION »

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 25


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

5 STRUCTURE D’IDENTIFICATION FINALE :

BÂTIMENT, ZONE (OUVRAGE GÉNIE CIVIL)

RÉTENTION DE PROTECTION

FOSSE DE RÉTENTION AIRE DE RÉTENTION FOSSE ENTERRÉE

Classes Classes Classes

Fosse de rétention : Aire de rétention :


Fosse de rétention :
- surface disponible
- Date de construction. - Date de construction.
- Puisard (oui/non)
-Volume disponible -Volume disponible
- Caniveau oui /non.
- Puisard (oui/non) - Puisard (oui/non)
-Revêtement (oui/non).
- Caniveau oui /non. - Caniveau oui /non.
- Type de revêtement.
- Revêtement (oui/non). - Revêtement (oui/non).
-Niveau de sollicitations
- Type de revêtement. -Type de revêtement.
(hautes /faible)
-Niveau de sollicitations -Niveau de sollicitations
Puisard :
(hautes /faible) (hautes /faible)
- Revêtement (oui/non)
Puisard : Puisard :
- volume disponible.
- Revêtement (oui/non) - Revêtement (oui/non)
- type de revêtement.
- volume disponible. - volume disponible.
Caniveau :
- type de revêtement. - type de revêtement.
-Type de revêtement
Caniveau :
-Revêtement (oui/non)
-Revêtement (oui/non)
-Type de revêtement.

DIAGRAMME 10 : STRUCTURE DES RÉTENTION DE PROTECTIN

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 26


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

CHAPITRE 2 : RECENSEMENT DES OUVRAGES.

Apres avoir définit la structure d’identification, nous avons procédé à un recensement des ouvrages,
cependant nous avons définit un processus de recensement.

1. PROCESSUS DE RECENSEMENT :
Pour chaque bâtiment, Le recensement s’est déroulé comme suit:

DIAGRAME 11 : DÉMARCHE DE RECENSEMENT

2. PLANIFICATION DES TÂCHES :


Afin de limiter les déplacements et les actions inutiles, vu la grandeur du site, une première visite
globale était effectuée pour énumérer les ouvrages et planifier, ensuite, les actions et les
déplacements, en fonction de la grandeur des ouvrages et leur complexité.

3. DIAGNOSTIC DES INSTALLATIONS :


Le but de cette étape était de comprendre le fonctionnement de/des ouvrages, il consistait à :
- La lecture des plans « génie civil » pour calculer le volume disponible dans la rétention.
(annexe 2)
- La lecture des schémas TI, pour saisir le fonctionnement, déterminer les installations (cuves,
réacteur) qui appartiennent à la rétention, localiser toutes sources de déversement fluide et sa
provenance, calculer le volume des fluides d’arrosages utilisés en cas d’incendie, afin de
déduire le volume nécessaire dans une retention.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 27


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

- Vérification de la conformité des ouvrages : (annexe 3)


Volume disponible supérieur ou égale au volume nécessaire.

L’étanchéité.

Compatibilité de revêtement avec les fluides stockés dans les installations.

Disponibilité du système de vidange, et l’emplacement du refoulement.

Vérification de la conformité de l’ouvrage vis-à-vis des arrêtés préfectoraux,le cas échéant

4. VISITE SUR SITE :


Une fois le fonctionnement de l’installation saisi, nous passons à la vérification de l’exactitude des
informations rassemblées, et/ou pour éclaircir le fonctionnement.

5. CODIFICATION ET MISE A JOUR :


Après avoir rassemblé toutes les informations et les critères de gestion citée dans le chapitre
précédent, on passe à la création du poste technique et des équipements dans lesquels on rassemble
toutes les informations (fiches de calcul, référence des plans, arrêtés) auxquelles se rajoute, le dessin
de définition. (Annexe 1 et 2)
En fonction des remarques relevées, lors de la visite les schémas TI sont mis à jour.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 28


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

CHAPITRE 3 : GESTION DE LA MAINTENANCE

1. GÉNÉRALITÉ :
La maintenance comprend « toutes les activités destinées à maintenir ou rétablir un système dans un
état ou dans des conditions données de sûreté de fonctionnement, pour accomplir une fonction
requise. Ces activités sont une combinaison d’activités techniques, administratives et de management
(norme NF X60-010).
En fonction du type de structure et de la politique d’exploitation des ouvrages, on rencontre deux
principales stratégies de maintenance pouvant s’appliquer aux ouvrages : corrective et préventive,
dont les détails apparaissent à la figure

FIGURE 7 : L ES STRATÉGIES DE MAINTENANCE


(Zwingelstein, 1996)

La maintenance préventive va chercher à anticiper les pertes de performances au moyen d’un suivi
rapproché de l’état de l’ouvrage et à apporter les mesures correctives avant la défaillance. Elle est
appliquée pour les ouvrages présentant des risques forts, comme par exemple la rupture d’un barrage.
A contrario, la maintenance corrective intervient après le constat de la défaillance ou de la
dégradation et est mise en œuvre dans des contextes où l’enjeu est plus limité.
La pratique de la maintenance des ouvrages de génie civil consiste essentiellement en des mesures de
surveillance, régies le plus souvent par la réglementation. La surveillance comprend des techniques
d’inspection pour lesquelles on retrouve un cadre commun aux différents ouvrages de génie civil : les
inspections régulières visuelles réalisées plusieurs fois par an (détection des anomalies et maintenance
préventive), les inspections détaillées effectuées avec une fréquence d’une ou quelques années
(grosse maintenance) et la haute surveillance en cas de sollicitations accidentelles, de dégradations
évolutives ou de risque imminent. La surveillance inclut également l’auscultation des ouvrages et les
mesures en continu.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 29


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

2 L’ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE DES RÉTENTIONS DE PROTECTION :


L’évaluation de la performance d’un ouvrage de génie civil en service comprend une évaluation de son
état, puis une évaluation de sa performance. L’évaluation de l’état est une étape d’analyse où les
dégradations de l’ouvrage et leur histoire sont recherchées ; la qualité des informations disponibles sur
la structure y est fondamentale.
L’évaluation de la performance est ensuite réalisée comme dans le cadre d’une phase de conception,
mais en se basant sur l’état structurel réel de l’ouvrage en cours l’exploitation.

2.1. Diagnostique d’état :


Lors des visites des rétentions un diagnostic d’état était effectué pour chaque ouvrage, differents cas
de perte de performance sont relevées (annexe 3), dans un premiers temps, en considère deux
catégories de perte de performance :
La dégradation, qui est une diminution de la performance.

La défaillance, qui est l’altération ou la cession de l’aptitude de la rétention à accomplir sa


fonction.

2.2. Performance :
La performance d’une rétention est définie dans la partie 1/chapitre 2 / paragraphe 3.1

3 ÉVALUATION DE LA POTENTIALITÉ D’UNE PERTE DE PERFORMANCE :


L’analyse des risques que représentent les rétentions de protection est primordiale pour adapter les
actions de maintenance à entreprendre. L’analyse de risques est l’activité qui consiste à répondre aux
trois questions suivantes :
Qu’est-ce qui peut conduire à des situations de danger ?

Quelles sont les chances que ces situations se produisent ?

Si elles se produisent, à quelles conséquences doit-on s’attendre ?

Dans une étude d’analyse de risques d’un ouvrage, on cherche donc à évaluer sa sûreté de
fonctionnement. La sûreté de fonctionnement correspond à l’aptitude d’une entité à accomplir une ou
plusieurs fonctions requises, dans des conditions données. Elle est caractérisée par différents
concepts, notamment la fiabilité et la durabilité, définis par la norme (AFNOR, 1988) :

La fiabilité, qui correspond à l’aptitude de l’ouvrage à assurer ses fonctions, dans des
conditions données, pendant une période de temps donnée ;

La durabilité, qui correspond à l’aptitude à demeurer en état d’accomplir ses fonctions, dans
des conditions données d’utilisation et de maintenance, jusqu’à ce qu’un état limite soit
atteint.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 30


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

3.1 Dangers potentiels :


Les dangers primordiaux qui peuvent se présenter dans une rétention sont :
Le Débordement d’une fosse : suite à cela le fluides risque d’aller dans les égouts, ou/et
s’infiltrer dans la nappe phréatique.

Infiltration directe dans la nappe phréatique à travers la rétention.

3.2 Présentation des sources de dangers :


Suite à l’étude fonctionnelle de l’environnement des rétentions, ainsi l’inspection de ces dernières,
nous représentons les causes des dangers potentiels sous formes de diagramme « Ichikawa » ;

Risque de Débordement :

Risque d’infiltration :

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 31


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

On constate trois principales causes qui peuvent provoquer les pertes de performances:

Le vieillissement de l’infrastructure.

Les causes humaines.

Les causes extérieures.

3.3. MORALITES :
Les rétentions de protection :

Elles doivent être étanches aux liquides déversés pour en particulier éviter une pollution des
sols ou de la nappe phréatique. Elles doivent donc résister physicochimiquement aux produits
déversés. Il est ainsi important de connaître la composition précise du sol et du sous-sol,
d’utiliser des matériaux et un compactage adaptés pour les enceintes.

Elles doivent pouvoir résister à une vague de produits déferlants à la suite d’une fuite du
réservoir ou de sa rupture.

Elles ne doivent pas être inondables c’est-à-dire que les eaux d’incendie et pluviales doivent
pouvoir être évacuées. Un auvent est parfois utilisé pour évacuer les eaux pluviales mais il est
plus efficace d’utiliser un système qui draine les eaux hors de la cuvette au moyen de
collecteurs et de canalisations équipées de vannes. Ce système doit être actionnable depuis
l’extérieur de la cuvette.

Elles doivent être conçues en fonction de l’environnement climatique (séismes, grands vents,
périodes de gel, fortes précipitations). Il faut ainsi régulièrement les entretenir et les surveiller
pour repérer des signes d’érosion, d’infiltration d’eau, ... Une attention particulière doit aussi
être portée sur les galeries d’animaux fouisseurs qui affaiblissent la structure de l’enceinte.

Elles doivent respecter les règles d’implantation (distances par rapport aux habitations,
circulation autour des rétentions, ...).

Elles doivent être conçues de manière à limiter les risques liés à un feu de cuvette. Pour ce
faire, leurs surface doit être la plus petite possible afin de limiter la surface d’évaporation.
Dans ce but, la cuvette est parfois en pente (pour que le produit s’accumule en partie basse)
ou segmentée en compartiments distincts. D’autre part il est préférable que le matériau
constituant le fond de la cuvette soit de faible conductivité thermique (bétons isolants,
mousse de polyuréthane...). Des moyens de lutte contre l’incendie sont disposés autour et
dans la cuvette (dispositifs à eau, à mousse). Les enceintes (murs ou merlons) doivent être
coupe-feu quatre heures et les éventuelles canalisations traversant les enceintes jointoyées
par des produits coupe-feu quatre heures.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 32


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

3.4 Origine des causes et proposition des actions correctives appropriées


3.3.1. Les causes humaines :
la présence des objets étrangers de la rétention.

L’oubli de vidanges des rétentions quand elles sont pleines d’eau pluviale.

Dégâts suite aux travaux réalisés dans la rétention (fissure, trous, fragilisation de structure,
endommagements du revêtement)

Ce sont des causes liées à l’ignorance ou l’imprudence du personnel. Il est nécessaire de former,
sensibiliser le personnel et mettre en place des procédures d’exploitation.

3.3.2. Les Causes liées au vieillissement de l’infrastructure :

Défaillance Causes Indicateurs/Critères Mesure préventif

- Répertorier les données


fournisseur dans le poste
technique et/ou équipement
Fin Duré de de chaque rétention.
Donnée fournisseur
vie - Suivre la duré de vie par le
progiciel SAP (en étant que
Revêtement usé point de mesure)

Évaluer l’état du revêtement après


Action chaque fuite dans le but de
mécanique Corrosivité de fluide Constituer un historique, ce qui
corrosive permettra de maîtriser le
mécanisme de dégradation.

Défaillance Causes Indicateurs/Critères Mesure préventif

Emplacement de la Varié la fréquence de visite en


rétention (si protégée fonction des conditions climatiques.
Climat sévère contre la pluie /neige
ou non)

Action Classification des fluides par


Béton usé mécanique du Corrosivité de fluide rapport au revêtement utilisé.
fluide.

- Mettre des indicateurs d’age


via SAP (classification)
Vieillissement Age
- Rénovation en cas de besoin.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 33


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

4. STRATÉGIE DE MAINTENANCE :

4.1 Proposition :
La maintenance des ouvrages sera basée sur des mesures de surveillance.
Trois types de surveillances pourront être mis en place :
Inspections régulières visuelles réalisées plusieurs fois par an : elle permettra de constituer un
historique pour chaque ouvrage et donc maîtriser le mécanisme de défaillance. La fréquence
de ce type d’inspection, diminuera au fur et à mesure d’acquisition des donnés, jusqu’a
disparition de la défaillance.

Inspections détaillées effectuées avec une fréquence d’une ou quelques années (grosse
maintenance) : en se basant sur l’historique issu de l’inspection régulière.

La haute surveillance en cas de sollicitations accidentelles, de dégradations évolutives ou de


risque imminent.

4.2. Stratégie retenue :


La stratégie proposée ultérieurement a été débattue lors d’une réunion des responsables des services.
La maintenance sera gérée désormais selon le degré de la sollicitation des ouvrages, d’où la création
du caractéristique « niveau de sollicitation », ce qui permet d’avoir deux type de maintenance :

Maintenance préventive systématique :


Appliquée aux ouvrages à hautes sollicitations (Les rétentions de protection les plus exposées à des
conditions de service sévères (produit corrosif, température, etc.)Elles font objet d’inspection
périodique à un cycle fixe (à présent, un an)
Maintenance préventive conditionnelle:
Appliqué aux ouvrages à faibles sollicitations (les rétentions de protection exposées à des conditions
de services classiques).
Elles font objet d’inspection périodique à cycle variable, évalué à l’issus des actions correctives
antérieures.

Remarque :
- Le cycle d’entretien est variable d’un ouvrage à l’autre ; Il est fixé et argumenté par le responsable de
suivie en fonction de l’etat de l’ouvrage et la qualité des actions effectuées.

5. PLANIFICATION SUR SAP ( CS - AG/PM-PRM-MP)


La maintenance et le suivi pour les rétentions de protection seront gérés dans SAP à l’aide de PM-
Planning : Cette application génère automatiquement un Ordre de Travail (OT) à destination de groupe
gestionnaire qui a la responsabilité de réaliser les opérations de travaux indiquées sur les OT.

5.1. Présentation de PM-PLANNING et son adaptation à la stratégie adoptée :


La composante Planification de la maintenance est intégrée aux composantes et sous-composantes
suivantes du système SAP :

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 34


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Composante applicative Maintenance :

Gammes de maintenance
Ordres de travail
Avis de plan maintenance

Composante applicative Service à la clientèle :

Ordres de service
Avis de service

Composante applicative Gestion des travaux :

Approvisionnement en prestations de services


Feuille de saisie des services

Composante applicative Management de la qualité :

Caractéristiques de contrôle
Lots de contrôle :

Composante applicative Administration des Ventes :

Contrats-cadre

Les travaux de maintenance sont sous-traités à des entreprises extérieures, donc le but sera de
planifier les inspections et suivre les travaux réalisés, cependant, en utilisera la composante
applicative de la maintenance.

5.1.1. Plan d’entretien


Définition :
Description des interventions d'entretien et d'inspection qui doivent être exécutées sur les objets de
maintenance. Les plans d'entretien décrivent les dates et la portée des interventions.

Structure efficace des plans d'entretien :


Lorsqu’on crée un plan d'entretien, il faut prendre en compte la méthode de travail de l’entreprise et,
par exemple, contrôler si le système doit créer un ordre de travail commun ou séparer les ordres pour
les objets pour lesquels en va effectuer un entretien :

On peut effectuer l'entretien de plusieurs objets à des dates différentes.

On peut effectuer l'entretien de plusieurs objets à la même date et selon le même cycle (par
exemple, tous les 6 mois).

On peut effectuer la même opération de maintenance à des objets différents selon le même
cycle.

Un plan d’entretien est constitué d’un poste d’entretien il décrit les interventions de maintenance
préventive qui doivent être effectuées régulièrement pour un objet technique ou un groupe d'objets
techniques.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 35


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

Le plan d’entretien fait référence à une ou des gammes d’entretien, elles décrivent une séquence des
activités de maintenance à accomplir de façon répétitive.

Il existe trois types de gammes dans PM-PLANNING que des codes permettent de différencier :
Gamme de l’équipement.

Gamme de poste technique.

Instruction de maintenance.

Dans notre cas en utilisera des gammes d’équipement.

5.1.2. Types de plan d’entretien :

Selon Le type de planification en peut choisir parmi les quatre types proposés sur SAP :

Plan d'entretien à un cycle ou plan de stratégie (basé sur les temps ou les activités) :

Pour une planification de la maintenance basée sur les temps ou les activités (compteurs), en utilise les
plans d'entretien à un cycle ainsi que les plans de stratégie.
Plan d'entretien à compteurs multiples :

Pour combiner des cycles d'entretien de dimensions différentes (par exemple, temps et distance)
Plan d’entretien pour la fourniture de services dans les Achats :

Pour gérer des services courants, par exemple, l'entretien mensuel d'un ascenseur ou d'une
photocopieuse
Plan d'entretien avec référence à un contrat-cadre :

Pour définir des délais convenus pour des activités dues dans le cadre d’un cycle,

Nous avons utilisé les plans de stratégie basée sur les temps, car La stratégie retenue est basée sur le
temps.

5.2 Réalisations : voir annexe 4


Pour chaque équipement un plan d’entretien a été créé, chaque plan d’entretien fait références à une
gamme individuelle pour éviter les conflits entre les équipements.
Les plans d’entretien qui font l’objet de maintenance systématique sont ordonnances à un cycle fixe,
qui est égal à un an.

Les plans d’entretien qui font l’objet de maintenance conditionnelle n’ont pas eté ordonnancés, ils le
seront, au fur et à mesure de la réalisation du point zéro (prochaine inspection), à un cycle variable, en
fonction de travaux réalisés.

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 36


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

6 DIFFICULTÉS RENCONTRÉES :

Malgré cette organisation le délai que nous nous sommes fixée n’a pas été respecté , et ceci pour les
raisons suivantes :
Le nombre réel des rétentions est largement supérieur au nombre estimé.
La prise en main des logicielles utilisés : le paramétrage sur SAP était délicat, donc , il était
nécessaire de maitriser correctement ce progiciel, avant toute manipulation.
l’acquisition des plans génie civil ainsi que la lecture de ces derniers, n’était pas toujours
accessibles, cependant, les dimensions ont été mesurées sur site.
Dans certain cas de figure, les informations rassemblées étaient incohérentes, par ailleurs , il
été indispensable de reprendre l’enquête.

FINALITÉ.

La mise en place de la structure et de l’organisation ainsi que la planification de maintenance,


ont répondues, a toute les fonctions principales et contraintes de notre étude fonctionnelle,
reste encore la fonction contrainte FC1 « L’utilisateur doit maîtriser l’outil SAP et
l’organisation mise en place ».
Pour cela, nous avons organisé des réunions pour former le personnel en question, ainsi nous
avons mis en place des modes opératoires et des procédures, pour détailler toutes les étapes
de gestion. Afin que ce système de gestion soit accessible à toute personne.

Voir ANNEXE 4

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 37


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

CONCLUSION :

Les rétentions de la société PPC ne faisaient l’objet d’une aucune gestion. Le


fonctionnement et le nombre effectif des ces équipements ont été ignorés par la
majorité du personnel concerné. Grâce aux travaux réalisés, durant ce stage,
aujourd'hui l’entreprise dispose de toutes les informations capitales pour gérer
le système des rétentions :
• la société dispose d’un inventaire exact des rétentions.
• le paramétrage réalisé sur SAP permettra de retrouver toutes
informations pertinentes pour l’entretien.
• l’intégration de PM-PLANNING au système de gestion, a facilité la
planification de la maintenance et permettra une bonne traçabilité des
travaux d’entretien effectués, sur chaque équipement.
• Grâce aux schémas TI mis à jour, on peut remonter à toutes sources de
pollution, le cas échéant.
Cette organisation à pour objectif de gérer gestion de la totalité des rétentions
présentes sur site. Étant donné que les sols des ateliers de fabrication font partie
des rétentions, nous avons jugé nécessaire des les intégrées à la structure mise
en place.
Dans la continuité de ce projet et pour fiabiliser ce travail, il est indispensable
d’informer la totalité du personnel, en contact avec ces équipements, de
l’existence de ce nouveau système et les familiariser avec la nouvelle notion
« RÉTENTION DE PROTECTION ».

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 38


MISE EN PLACE D’UNE ORGANISATION POUR LA GESTION DES
STANDARDS DES INSTALLATIONS GÉNÉRALES

BIBLIOGRAPHIE

AFNOR. (1988). Norme expérimentale X60-500 Terminologie relative à la fiabilité


-maintenabilité - disponibilité. 44 p.

AFNOR. (1996). Norme homologuée NF EN1325-1 Vocabulaire du management


de la valeur, de l'analyse de la valeur et de l'analyse fonctionnelle - Partie 1 :
analyse de la valeur et analyse fonctionnelle.: 24 p.

AFNOR. (2001). Norme homologuée NF EN13306 Terminologie de la


maintenance. 59 p.

AUGC. (2003a). Le développement durable en génie civil, 22ème Rencontres


Universitaires de Génie Civil. Volume 1: 477 p.

AUGC. (2003b). Le développement durable en génie civil, 22ème Rencontres


Universitaires de Génie Civil, "Prix René Houpert". Volume 2: 278 p.

Azibi R. (2003). Construction de critères en aide à la décision : aspects


méthodologiques, techniques et pratiques. Paris: Thèse de doctorat, Université
Paris Dauphine, 160 p.

Cremona C. (2002). Application des notions de fiabilité à la gestion des ouvrages


existants.Association Française de Génie Civil, 451 p.

Diab Y. (2002). La gestion du patrimoine enterré : approche multi-critère


d'analyse des risques. In: INFRA 2002, Montréal, Québec, pp. 7

Réaliser par A.Baddadich| Confidentiel 39