P. 1
LIVRE Nº30 2004

LIVRE Nº30 2004

4.67

|Views: 349|Likes:
Publié parAlarico
Voici le Numéro 30 du Livre de Philosophie Culturelle, paru en Mai 2004 en France, de distribution gratuite, aujourd'hui numérisé.
Voici le Numéro 30 du Livre de Philosophie Culturelle, paru en Mai 2004 en France, de distribution gratuite, aujourd'hui numérisé.

More info:

Published by: Alarico on Feb 19, 2009
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/10/2014

pdf

text

original

La Possession.

1

LIVRE DE PHILOSOPHIE CULTURELLE
N.30

Editions Mouvement of Philosophie Cutlurelle.

Mai 2004.

1

La Possession.

2

MÉDITATION
DANS L'ORIGINE OÙ TOUT FLUIT INDISTINCT, SURGISSENT LE MASCULIN ET LA FÉMININE 1, PRIMORDIALE DIFFÉRENCIATION OPPOSITION ET COMPLÉMENT. D'EUX NAÎT LE FILS COSMIQUE, LEUR FRUIT. TEL EST LE COURS DE LA VIE, RÉNOVONS-LA. COMME IL ADVIENT DANS LE CIEL, DE MÊME ADVIENT-IL SUR TERRE ET D’AUTRES MONDES. LE PÈRE ET LA MÈRE COSMIQUES ENGENDRENT LE FILS DANS LEUR UNION CONSACRÉE. DE LEUR OPPOSITION, TENSION ET HARPLURIE 2 ÉMANE LE DEVENIR. L'ORDRE COSMIQUE PLASME ET MOTIVE CETTE ENTENTE PRIMORDIALE. LUTTONS POUR LE DEVENIR, LUTTONS POUR L'ORDRE COSMIQUE ET LA TRIADE DIVINE, POUR SON INTÉGRATION ET LA NÔTRE. QUE NOS VITALITÉ, SENTIMENTS, INTELLIGENCE ET VOLONTÉ S’ORIENTENT VERS CET EFFORT. QU’AINSI SOIT FAIT! *******
Réaliser cette méditation de préférence avant le petit déjeuner en allumant trois bougies de couleurs différentes et la lisant à haute voix, chaque sentence étant
1

Le concept du féminin ne devrai pas être du genre masculin, d’où cette modification conceptuelle : La Féminine... 2 Le concept d'Harmonie contient le monos, et confond par conséquent l'union avec l'unité androgyne: l'Harplurie répare cette erreur. 2

La Possession.

3

répétée par le groupe après sa lecture par un des membres de la famille, si possible de mémoire.

EDITORIAL:

La Possession rend lâche. Et notre Civilisation croulante est malade de possession, ce qui lui a fait oublier son rôle fondamental: permettre l’évolution Hominale. La poursuite des biens extérieurs nous a fait perdre celle de nos aspirations spirituelles et nous a livré pieds et poings liés au seul sacerdoce –devenu ainsi clergé- qui ait transformé la possession en Symbole et la Nécessité en Divinité: La Caste Financière. Se libérer de l’état Androgyne que provoque la possession présuppose la compréhention des clés psychologiques, animiques et spirituelles qui soustendent en notre esprit l’assentiment en elle. Et telle est l’objectif de ce numéro du Livre, où, par diverses approches de ce même problème, est proposée une voie féroce de Juste Pensée, Droite Parole et Clair Agir... Le Comité de Direction.

3

La Possession.

4

SOMMAIRE :

• La Guerre Chez vous...

P.2

• Nous sommes entrain de mourir de peur. P.6 • Les Clubs du Troc en Argentine :
Une entrevue.

P.9

• Manuel d’Autodéfense Théorique-Practique. Première Partie : -La Guerre Economique. • Concepts fondamentaux de la Hindoue : Karma, Varna, Dharma. P.70 P.32 Pensée

• La Colonisation Spirituelle de l’Europe par le Monisme. P.96 • La Possession. P.100
4

La Possession.

5

La Guerre Chez Vous...
nfluencées par la doctrine féministe prônant l’émancipation et liberté de la femme, et menées malgré elles par une société en mutation, beaucoup de femmes accèdent à une forme de pouvoir dans les années soixantes. Le mouvement féministe tend à créer progressivement l’égalité des sexes, concept illusoire puisque la femme, par nature ne saurait être l’égale de l’homme et vice et versa. Bien sûr, elle n’en a pas moins de valeur et il est légitime qu’elle soit reconnue en tant qu’épouse, mère et citoyenne. Malheureusement, ce mouvement féministe contribue à écarter la femme du noyau familial en lui permettant de s’investir à l’extérieur en travaillant. Progressivement, la femme s’affranchit des contraintes morales et sociales en quittant son rôle d’épouse, de mère, d’éducatrice, de ménagère. Cette réalité crée la désintégration du noyau familial et par conséquent la perte des valeurs éducatives essentielles au bon développement physique, intellectuel, spirituel, psycho-moteur de l’enfant. Depuis de millénaires, la famille est une micro-société dans laquelle l’enfant ,avec son individualité apprend à évoluer avec des repères, une discipline, il apprend à partager, à s’exprimer. Si les noyaux familiaux se désintègrent, la société entière en subit les répercutions. Les enfants doivent être éduqués par le biais de lois inter-familiales. Si les valeurs éducatives parentales sont substituées par de valeurs d’éducation libérales, autrement dit, si le système scolaire, les associations, les médias éduquent
5

I

La Possession.

6

les enfants, ceux-ci évoluent avec un conditionnement social et ne se développent pas en tant qu’individualité. L’école et les lieux extra-scolaires où l’enfant exerce une ou plusieurs activités, doivent normalement contribuer à l’évolution de l’enfant et de l’adolescent, ils ne peuvent et ne doivent pas être des lieux de transfert d’éducation. Or, beaucoup de mères surchargées de tâches professionnelles et ménagères délèguent leurs responsabilités maternelles , profitant de ces lieux (crêches, jardins d’enfants, clubs sportifs, centres aérés,…) pour ne pas sacrifier leur vie professionnelle. Au nom d’une économie florissante, d’une société de progrès, ou l’on prône les valeurs de l’argent, l’éducation de l’enfant et le rôle de la mère est bafouée. Nous pouvons observer les tristes conséquences engendrées par ce système : déresponsabilisation ,déviances, manque de discipline, prise de drogues, d’alcool, échec scolaire, délinquance d’un nombre toujours croissant de jeunes. L’autorité inexistante ou intermittente précipite la nouvelle génération dans un système dans lequel l’immoralité, la permission, la perversité et les désirs dominent. L’émancipation et l’accès à la vie professionnelle et sociale des femmes sont pour la majorité des pays industrialisés , un facteur de progrès. N’omettons pas de préciser que celles-ci ont eu des répercussions graves en matière d’éducation et plus largement sur les valeurs familales totalement bafouées aujourd’hui. Stéphanie P. ************ Les ères passent, et avec elles les dominations se succèdent ! Domination masculine! Domination féminine ! L’ère de la domination de l’enfant est née ! En perdant la domination, l’homme s’est féminisé, la femme s’est masculinisée, tous deux ayant perdu les valeurs primordiales liées aux origines.
6

La Possession.

7

Hommes et femmes d’aujourd’hui qui ne savent pas rester fidèles à la nature, à leur propre nature s’imprégnant de l’extérieur, de sentiments, sensations, ressentis irréels, virtuels. Les tâches quotidiennes accomplies par le modernisme du non effort, pour une vie facile et bien réglée aux rythmes des boutons. Des parents ne sachant contrôler leurs pulsions ,s’adonnant aux sauts d’humeurs , aux rituels « engueulades de couple » aux ressentiments et rancunes qu’il en découle. Des parents qui auront pour principe premier d’offrir à l’enfant tout ce qu’ils n’ont pas eu dans leur propre enfance, en leur rendant la vie plus facile pour qu’ils deviennent mieux qu’eux, avec un travail mieux payé, moins pénible3. Des parents ayant relâché l’éducation , celle reçue ( l’ayant abandonné ), celle émise , en prétextant que les temps changent, que la fessée et les punitions sont des corrections archaïques , préférant privilégier le langage, le dialogue, la compréhension naturelle …considérant l’enfant comme grand ( comme on l’aurait souhaité enfant), Celui-ci est livré à des responsabilités d’avant âge. Désintégrées sont les étapes de l’enfance, l’innocence de l’apprentissage, l’imagination et la création innée. L’enfant-adulte où toutes les barrières tombent comme un château de carte pour laisser place au choix de consommation. Dès la naissance commence l’alimentation conditionnée, lait en poudre, petits pots, bouillies, plats préparés à réchauffer au microonde (toujours la facilité),tout un étalage de choix. Du choix pour les enfants , du choix pour les parents, des choix bien conditionnés tout de même, mangeables tant que la date le permet ! Voilà le goût, l’odorat, et la digestion bien encadrés. La consommation abusive de la télévision de la part des parents avant ,pendant et après la grossesse : ou ne la trouve t’on pas ? A l’hôpital, à la maison, dans certains transports en commun, voire dans sa poche ! Des parents qui mettent leurs enfants devant le téléviseur, évidemment pour leur permettre de vaquer à leurs taches et
3

Désintégrant ainsi la continuité filiale dans le manuel, l’intellectuel, le spirituel.
7

La Possession.

8

occupations quotidiennes; or, celles ci s’amenuisent au fouet du bouton ,bien à la mère, à la ménagère qui n’a pas son feuilleton journalier ou un de ces jeux télé qui font rêver de gagner. Des enfants et des parents qui partagent devant leur téléviseur. Avec les âges, consommant cette science virtuelle, les premières paroles, les premières croyances, les premières exigences : Je sais tout, je l’ai vu à la télé, je sais. Le langage télévisé se retrouve à l’école, dans les activités extérieures, au foyer, dans la chambre, dans le salon, la cuisine ; compris et entendus par des milliers de téléspectateurs s’imprégnant d’exemples et stéréotypes médiatiques( musique, mode , cinéma). Très jeunes en proie au système médiatique de consommation et de conditionnement : des pubs avec et pour les enfants, des jeux et émissions(radio, télé) dans lesquelles tout est permis de gagner. Dans les supermarchés , des rayons sont disposés à la hauteur des enfants, juste devant les caisses ou s’exposent bonbons et sucreries que nos chérubins convoitent des yeux et du toucher…Mais qui va payer tout cela ! Braves parents qui , par le travail pourront offrir et s’offrir ce que leur permettra le portemonnaie. Demande d’enfant assouvie sans effort, sans conscience du temps, des moyens que demande toute chose, sans patience jusqu’à l’hystérie pour l’obtention. Des nécessités aux besoins, des besoins au superflus, du superflus à l’inutile. La famille se disloque, s’éloigne du centre, du foyer, les parents au boulot, les enfants livrés à eux-mêmes. Alors, cadeau le portable, le téléviseur, la playstation, cadeau les fringues de marque et tout autre ustensile en vogue, cadeau l’argent de poche pour festoyer en soirée, où alcool, tabac, drogue, sexe et homosexualité sont de rigueur chez les très jeunes adolescents, bonne conscience de parents qui offrent, qui payent, des enfants qui consomment gratuité et facilité. Beau cadeau de parents bien aimant qui verront de leurs propres yeux les conséquences de leurs actes. La possession devient systématique. Pour l’obtenir, se crée une domination de l’enfant sur les parents. Ce qui s’obtient sans effort , sans volonté, sans patience, sans actes, ne dure ni dans l’esprit ni dans le cœur.
8

La Possession.

9

Butinant de désirs en désirs, attachés à tout , détachés de tout , en suivant les tendances. Plus s’assouvissent les désirs et plus l’on possède, le contentement disparaît. Enfant sans esprit, enfant sans cœur, sans reconnaissance, sans connaissances réelles. Ce que l’on voit à travers l’écran ne signifie pas savoir le faire, ce qu’on y entend ne peut pas devenir connaissance, les ressentis et émotions ne sont pas réelles. Voilà la vue, l’ouie, le toucher bien encadrés. Tous les sens sont en proie à l’extinction. Des parents et des enfants sujets au mouvement de masse « si tout le monde le fait, le dit, c’est forcément bien ! » En constante quête de changements, de nouveautés, inlassables insatisfaits, ne laissant plus le temps de l’usure : lorsque c’est dépassé , On change et rechange…La dilettante possession. Possédés par l’extérieur, s’occulte l’intérieur et plus rien ne devient possible, les facultés réelles phagocytées par les facultés virtuelles. Les principes familiaux perdus, plus de fratrie, plus de valeurs morales, de respect, d’obéissance, d’autorité, plus de hiérarchie familiale. Parents, n’abandonnez pas votre tâche d’adulte envers vos enfants. Préparez-leur une alimentation saine, des repas frais et variés. Chassez la télévision et tous ces outils du modernisme, ils ne sont fait que pour affaiblir. Les rapports que vous entretiendrez dans votre couple seront l’exemple pour vos enfants. Aérez vous, aérez les, rien ne vaut une bonne randonnée en nature , de ces bonnes fatigues après un vrai effort. Ce n’est ni le travail ni l’argent qu’il ramène qui éduquera vos enfants, ne rêvez pas « tout ne s’achète pas ». Avec cela vous pourrez tout au plus les élever, croire leur payer une éducation par l’expatriation des parents dans le monde du travail est une bien belle utopie. NON ! Travaillez moins et donnez ce temps pour vous et vos enfants,,ne les responsabilisez pas pour vous déresponsabiliser de votre tâche de parents. L’enfant ne demande qu’à apprendre ,pratiquez et exercez en eux l’effort ,la volonté, la pensée, la patience, l’action et la
9

La Possession.

10

constante discipline, l’imagination, la créativité (musique, dessin, peintures, arts) . Parents, organisez vous pour laisser vos enfants en dehors des supermarchés, ils vous en évitera bien des contraintes et obligations ! Parents , disciplinez vous , pour que vos enfants se disciplinent , pour que les principes durent pour le futur. La famille dépérit dans le néant,Il ne tient qu’à soi de la préserver. Luttons pour le devenir. F.Guigaouri. ***********

NOUS SOMMES ENTRAIN DE MOURIR DE PEUR.

H

ier dans l’après-midi, un groupe de nos ancêtres abandonne la sécurité relative de son refuge. Et cela ne se déroule pas précisément dans le médiocratique Pays des Pierres de Pierre et Vilma Taillepierre (cette révélatrice parodie de notre passé profond, avant le premier dieu et le premier couteau). Cela se passe dans l'épaisseur de la forêt où la brutalité, la vie et la beauté sont une seule et même chose. Dans la semence des châteaux, des villes, des batailles, des arts et des divinités. C’est avec circonspection que s’effectue le départ vers ce monde sinistre et crépusculaire, constitué par les choses les plus dangereuses qui soient: celles dépourvues de nom. Défilés étroits et marais. Cris terrifiants au coeur de la forêt. À l'intérieur de la grotte perdure la distension. La chaleur sacrée de la flamme, les femmes et les enfants. Dehors, en revanche, on marche dans les domaines de l’Inconnu, de l'Imprévisible. Pour cela, les chasseurs ont les mains raidies tenant leurs haches et leurs javelots. Cesser d'exister est une possibilité certaine à chaque pas. Ici dans ce bosquet, ou là parmi la ronce brûlée par l’éclair. Qui sait. C'est si vaste, le Royaume du Danger. Cependant ici leurs mains sont refermées sur les armes. Et une protection magique les accompagne où qu'ils aillent: leur propre Peur. Soudainement,
10

La Possession.

11

apparait un tigre aux dents de sabre. Le pouls s’accélère. Les pupilles se dilatent. Le poil s’hérisse (comme nous le faisons tous les animaux afin d’augmenter notre volume face à l'adversaire), la bouche se sèche. Et en quelques dixièmes de seconde se trouve déjà en action l'instinct de Fuite ou de Combat. Ce mécanisme merveilleux qui leur permettra de décider, immédiatement, entre lutter ou fuir, sans allonger inutilement la tension. Une fois résolu le dilème, le corps reprend son fonctionnement normal, jusqu'à un prochain épisode. Bienaventureuse soit cette Peur. Ce matin, un groupe de nos contemporains abandonne son douteux, aigre, disputé refuge pour s’enfoncer dans une de ses villes empreintes de terreur. Ce que Dostoevsky a défini avec précision comme "des tribus accidentelles". Là, inconcret, fantasmagorique, réside un tigre à dents de sabre, qui ne finit pas d’apparaître ni de se dissimuler. D'être réalité ou paranoïa. Haïssant et rêvant toujours, comme le dragon de Borges, dans le brumeux de la vie. A l’affût. Le pouls monte et monte. L'adrénaline déclenche toutes les alertes. La pupille se dilate. Et une sensation de panique prolonge son harcèlement dans tout le corps, sans que l'instinct dont nous avons parlé puisse exercer sa fulminante action. Ce prolongement est fatal (cancer, infarctus, Sécobarbital par vodka). Mais comment flécher une Banque de l'oeil droit? Par où échapper des ravages du temps, des Fées de la Faim, de l'Insignifiance, de l'Échec? Comment agir sans savoir contre quoi, ni quand ni comment, avec les pupilles ouvertes et le coeur qui nous échappe par la bouche? Il paraitrait comme si, de la Nature Primordiale, nous n’avions conservé que cette sensation et fait d'elle un culte. Une lithurgie de domestication: la Civilisation par la Peur, Soeur favorite ou associée de confiance de la dictature de l'Argent, suspectons-nous. Pas vous? Concordons avec Jung en ce que "l'esprit du mal est la peur, la prohibition, l’adversaire qui s’oppose
11

La Possession.

12

non seulement à la vie qui lutte pour la perduration éternelle, mais contre n’importe quel grand exploit, celui qui inocule dans le corps, comme une imperceptible morsure de serpent, le poison de la faiblesse et de la vieillesse; tout ce qui est régressif, ce qui menace de la sujétion à la mère. Seule l'audace peut nous libérer de lui. Si on ne court pas le risque, quelquechose se détruit dans le sens de la vie et tout l’avenir fini par être condamné à la vulgarité, à une pénombre qui n’est éclairée que par des feux fastueux" (Effrayant avertissement d'un magicien). En ce moment même, quand dans quelque endroit caché de la culture sont rêvés les dieux du futur, misons sur un, fait de courage et de rire. De renoncement et de devoir. Forgons dans nos rêves une divinité vaillante, qui refasse l’homme à son image et ressemblance. Parce que nous devons le savoir. Le sentir. Le humer dans la propre peau: le Mal, la peur massive, est entrain de nous avilir. Son bras a déjà atteint la couche de l'homme. Et seules une divinité solaire de sang fort et une vie resacralisée pourront nous sauver de la mort. A. Gil.

Entrevue
CLUB DU TROC: Interview réalisée par Enzo Talarico (Mouvement de Philosophie Culturelle) à Felicísimo Agote (PELI). INTRODUCTION:

La crise Argentine de la fin des années quatre-vingt-dix a engendré de nombreuses initiatives sociales qui ont résolu quelquefois d’une manière plus que transitoire les nécessités de la population et se sont présenté comme une alternative véritable et viable au système monétaire et de crédit international. Les Clubs du Troc, qui ont atteint approximativement sept millions de membres dans toute la Nation Argentine, allaient montrer au reste de la population
12

La Possession.

13

mondiale que les relations humaines ne se limitent pas à l'argent - bien que celui-ci les limite à son intermédiation – et que vastes sont les ressources d'un peuple lorsqu’il perd ses illusions de croissance économique et de progrès, lorsqu’il aterrit à la RÉALITÉ...
************ ENZO:

Peli, tu étais membre du Réseau Solidaire et tu continues actuellement à diriger un NOEUD à Buenos Aires. Pourrais-tu nous expliquer un peu comment les Clubs du troc ont vu le jour et qu’est ce qui les a provoqué ?

PELI:

Ici dans le pays, les Clubs du troc naissent d'un groupe d'amis et de voisins qui se réunissent dans un garage pour échanger leurs produits, services et connaissances; étant à ce moment environ une vingtaine, il se trouvait parmi eux de nombreux professionnels qui offraient leurs services dans des branches différentes (un d'eux était lombriculteur). Cela a fait qu’au début, ils réalisaient du troc direct, c'est-à-dire, un produit pour un autre sans aucune intervention, ou bien, qu’ils triangulent...

ENZO: Triangulent?... PELI:
Moi avec toi, lui avec toi et lui avec moi: ainsi, comme il n’est pas intéressé par ce que je possède mais moi oui par ce qu’il a, que je ne suis pas intéressé par ce que tu as, mais toi oui par ce qui est mien, alors je prends ce qui est à lui, toi ce qui est à moi, et vous deux finissez la triangulation; car lorsqu’on le fait de deux en deux, les possibilités se limitent de plus en plus et cela termine par être très difficile: en triangulant nous avons trois possibilités, il y a plus d'options...
13

La Possession.
ENZO: PELI:
... Et rien n’exclut qu'il y en ait plus...

14

Exactement... Maintenant, comme à cette époque il n'y avait pas de travail, les gens avaient beaucoup de temps libre et il y avait des nécessités, ce mécanisme a commencé à être connu et à proliférer de sorte qu’il y avait de plus en plus de Clubs du Troc ou NOEUDS. On les nomment ainsi parce qu'ils font partie d’une grande toile qui est ainsi conformée par de nombreux NOEUDS. La somme des noeuds conforment donc cette toile qui est ici un Réseau National, composé par différentes Zones.

ENZO:

Y a-t-il eu des causes concomitantes au manque de travail qui ont déterminé la création et la postérieure expansion des Clubs du Troc?

PELI:

Oui, le manque de travail a contribué à ce que les gens décident de satisfaire leurs besoins à travers le Troc et cela a motivé aussi beaucoup de gens qui avaient fermé leur commerce et qui n'avaient pas où verser leurs produits, en particulier dans la branche commerciale des produits nonpérissables. Les gens qui avaient ces produits chez eux les ont versé dans le Troc et, bien évidemment, quand ces produits se sont terminé, ceux (parmi ces gens) qui ne produisaient pas se sont trouvés sans produits pour troquer. Cela a provoqué, à la longue, que certains produits deviennent introuvables alors qu’au début on trouvait de tout.

ENZO:

D'après toi, le Troc est un système alternatif à la monnaie et aux autres type de change ou est-il seulement complémentaire?

14

La Possession.
PELI:

15

Pour moi, l'activité du Troc est complémentaire, parce qu'on vit dans une société et on se trouve en contact avec le Marché Formel, ainsi je consomme de l’électricité, de l’eau, le téléphone, l’autobus, etc. Produits pour lesquels on a besoin de l'argent pour les payer. Par conséquent, avec le Troc je complémente mes nécessités en produits, services, savoirs: cela peut être de la nourriture, vêtements, services de la maison, de réparation, d'entretien, cours, professeurs, avocats, dentistes, docteurs: ce que l’on ne trouve pas sur le Marché Formel peut l’être dans le Troc. Complémentaire car, aillant moins de revenus, je cherche à complémenter ce que je vais sacrifier à cause de la diminution de mon revenu au moyen du Troc, par exemple: je suis entrain de gagner moins d'argent: avant je peignais ma maison tous les deux ans; maintenant, cela fait cinq ans que je ne la peint pas et elle se trouve dans un état désastreux. Cependant, voilà: je vais et je peux produire à l'intérieur du Troc et cette production que je ne peux pas écouler sur le Marché Formel mais oui dans celui du Troc, je la transforme en un échange de services et j’embauche un peintre qui me laisse ma maison en bon état, dans des circonstances où je n'avais pas d'argent pour le faire. Ceci serait un exemple de comment je complémente. (Autre exemple) je n'avait pas d'argent pour me couper les cheveux tous les vingt jours, alors je le fais tous les deux mois; cependant, comme dans le Troc il existe le service de coiffure, je peux continuer à me couper les cheveux tous les vingt jours. Certains disent qu'il faut vivre toute la vie avec le Troc, je ne le pense pas, car à un moment donné il faut être dans une meilleur situation. Je peux continuer à vivre avec lui pour une question de principes. Le système des Crédits, en quoi consiste-il? Est-il indispensable au système du Troc? Ressemble-il à l’argent?

ENZO:

15

La Possession.

16

accélérer les transactions de Troc, à condition qu’il soit bien utilisé et que l'émission en soit contrôlée; (pour) qu'il n'y ait pas une émission démesurée, ceci doit être étudié. Ainsi, par exemple, ici nous sommes tombés d’accord en ce que l’émission devait s’effectuer á raison de cinquante crédits par adhérent ou prosommateur, c'est-à-dire: producteurconsommateur; plus tard, il est advenu qu’avec l'excuse que les crédits devaient être fait dans une imprimerie où l’on demandait de l'argent pour les imprimer, on exigeait de l’argent aux personnes qui voulaient entrer dans certains noeuds, afin de pouvoir payer ces crédits; l'idée est alors apparue que, bon, je peux continuer à fabriquer des crédits pour les vendre ensuite. Il y avait des gens qui, au lieu de s’associer, sortaient acheter des crédits, ne produisaient rien, et ces crédits étaient mal acquis: le système s’est alors écroulé. Le crédit doit toujours exister en fonction directe de la quantité de gens qu'il y a dans le système.

PELI: Le Crédit n'est pas de l'argent mais plutôt un outil conçu pour

ENZO:

Mais les crédits sont remis au prosommateur en fonction de quel critère? Il sont remis en fonction d'un critère de Circulation et que la place ne se “sèche” pas; afin qu’il y ait assez de circulant ; il a été calculé qu'à chaque fois qu’une personne entrait, cinquante crédits devaient entrer en circulation. Maintenant, en théorie, dans la mesure où cette personne se retirait, ces cinquante crédits devaient être rendus, mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Ainsi, ces gens sont sortis du système et les cinquante crédits (correspondants à chacun d’eux) ont continué à circuler en son sein; se réduisant la quantité de partenaires et diminuant la quantité de prosommateurs, la quantité de crédits s’est multipliée de façon exponentielle...

PELI:

ENZO:
16

La Possession.

17

... Et ceux-ci n'ont plus correspondu à un service ou produit donné: le crédit s’était pratiquement transformé en une monnaie sans couverture... Exactement... parce qu’il manquait même la couverture de la production car beaucoup de crédits sont entrés vendus; les gens allaient et achetaient des crédits: "Et où est-ce que je peux trouver des crédits, et où est-ce qu'ils sont achetés?" et je leur disais": Et bien, de la même manière que l’on fait pour obtenir de l'argent: en produisant..." c’est pour cette raison qu’est apparue l’alternative, lorsque nous avons créé notre Noeud, que si nous avions besoin de donner des crédits aux gens, nous allions leur acheter une production de même valeur, dès lors, ils n'allaient plus trouver d’intérêt à venir au Troc pour obtenir des crédits: seuls viendraient ceux qui auraient vraiment l'intérêt de troquer... Par conséquent, si j'ai besoin de faire entrer en circulation cinquante crédits par personne afin de maintenir la liquidité, je leur exige de la production en échange, cependant cette production je ne peux pas la vendre: parce que si je la vend, je suis entrain de reprendre les cinquante crédits que j’ai incorporé dans le système et celui-ci se retrouverait avec la même quantité de crédits qu’il avait avant que cette personne soit entrée. Pour cette raison, je doit, par exemple la tirer au sort gratuitement. Supposons que c'est de la nourriture et que j'ai une salle à manger communautaire, je donne à manger à ceux qui en ont besoin . C'est une façon à travers laquelle la personne produit, reçoit les cinquante crédits et permet que la quantité de circulant soit ainsi respectée. Et là, la couverture existe parce que la personne qui reçoit ces cinquante crédits a produit. Cela n'est pas arrivé au début; lorsque l’ont donnait les cinquante crédits, quand une nouvelle personne s’incorporait au Club du Troc, cela plaisait aux gens, de la sorte, toute la famille entrait et, si elle comportait quatre membres, ceux-ci recevaient deux cents crédits, allaient les dépenser ailleurs et après les avoir consommé, ils ne

PELI:

17

La Possession.

18

revenaient plus. Par contre, ils allaient à un autre Club pour refaire la même chose... Ceci a aidé en partie à faire écrouler le système...

ENZO:

Je vois que le système a été en s’affinant depuis lors, en apprenant de l'expérience et en méditant sur les problèmes, il a été en se perfectionnant et trouvant des antidotes aux points vulnérables.

PELI:

Oui, mais le problème est qu’une grande partie de ces crédits continue à circuler, avec une plus petite quantité de gens...

ENZO: PELI:

Et leur action dissolvante persiste par conséquent... Effectivement, car le propriétaire de ces crédits a produit en échange et je ne peux pas lui retirer ces crédits, en leur enlevant leur validité, étant donné qu’il dira: “ils sont entrain

de m'escroquer, j'ai coupé les cheveux à cinquante personne pour les obtenir...” ou: “j'ai fabriqué vingt douzaines d’empanadas...” ENZO:
Mais comment corroborer que ceci soit effectif?

PELI:

Et bien c'est difficile, car comme je t’ai déjà dit, il y a eu beaucoup de gens qui ont acheté les crédits et, à cette époque, le système était jeune et l'information ne circulait pas comme aujoud’hui, de telle sorte qu'il y en a beaucoup qui se sont procurés cinquante crédits dans différents endroits et sont allés les consommer sans rien produire. Et quelle était la valeur de ces crédits, pour passer des pesos à ceux-ci?

ENZO:

18

La Possession.
PELI:

19

Et bien voilà, avec le prétexte de s’associer, il y a eu des gens qui ont demandé (...que l’équivalence s’effectue à...) deux pesos, trois pesos, un jusqu'à cinquante, ce en quoi était soidisant inclus la sollicitude d’admission, et les crédits que l’on allait leur donner. Cependant ceci a été multiplié par des millions de personnes: il y avait un réseau qui, on calcule, doit avoir rassemblé quatre millions de dollars, par la numération de l'émission de crédits. Et ceux-ci sont tombés dans les poches des trois ou quatre intégrants qui étaient les fondateurs, et qui étaient même entrain de développer le Troc en Espagne et en France, je crois. En Espagne assurément: à Barcelone.

ENZO: PELI:

Incroyable... Y a-t-il différents de types de crédits? Ce n'est pas qu'il y en ait de différents types, mais plutôt que chaque région a son Crédit, avec ses caractéristiques propres de couleur, dessin et valeur.

ENZO: PELI:

Il y a donc différentes valeurs? Exactement, il y a des papiers qui vont d’un Quart jusqu'à Cinquante dans certains endroits: un Quart, un Demi, Un, Deux, Cinq, Dix, Vingt, Cinquante...

ENZO: PELI:

Mais d'un NOEUD à un autre, l'équivalence est la même... Pour ce qui est de cela, oui. Surtout dans la même région. Par exemple, il y a un RÉSEAU ayant une équivalence qui tourne autour de cent, cinq cent, ou mille: Un paquet de farine qui

19

La Possession.

20

vaut dans le commerce un peso, vaut un crédit dans notre Réseau; Par contre, dans celui-là, il vaut autour de 1800 et jusqu'à 3000 crédits... Ce sont des équivalences qui n'ont pas de raison d'être autre que le fait de déplacer et d’accumuler des bouts de papier comme si c’était de l’argent qui allait vous donner demain des intérêts , ce qui n’est pas le cas.

ENZO:

Penses-tu que le crédit permette l'accumulation, comme l’argent qui est prêté à intérêts?

PELI:

Bien que le crédit soit aussi prêté, nous ne permettons pas l’accumulation, pour cette raison nous ne prêtons jamais avec intérêts; cependant, nous favorisons les opérations coopératives; par exemple: supposons que nous allons faire un emprunt x afin de produire quelque chose, nous n'avons pas besoin de crédits parce que nous savons que nous avons besoin de machines et qu’untel l'a mais nous savons que si nous aditionnons tous nos crédits, nous pouvons atteindre son prix: que faisons-nous? Nous empruntons des crédits au Noeud: nous demandons que mille crédits nous soient prêtés et nous les rendrons de telle manière: nous obtenons la machine, la matière première et nous nous mettons à produire; au fur et à mesure que nous allons liquider cette production (sur le marché), nous allons mettre de l’argent de côté pour notre consommation et production ou pour acquérir des crédits qui seront destinés à rembourser le Noeud, sans intérêts, sans rien. On a même parlé de fonder une Banque Sociale dans laquelle il y aurait différents éléments, mais tout cela est resté à l’état embryonnaire ; cependant, si on pouvait prêter (de cette manière), cela constituerait une action coopérative: on peut demander à un adhérent qu’il nous fasse un prêt, il m’est arrivé à moi-même de prêter et cela fonctionne parfaitement.

ENZO:

Comment l'infrastructure est-elle obtenue

en général, les

20

La Possession.
places, locaux, tables, etc...?

21

PELI:

Bon, cela s’acquière fondamentalement à travers les contacts, les amis, connaissances, ou bien par quelqu'un qui a des contacts avec un club, écoles, églises, assemblées de quartier, etc. Les formes d'obtenir ces places sont innombrables. Quelques-unes sont prêtés de manière solidaire, d’autres en échange d'un loyer que nous payons en crédits ou en production. Les tables sont acquises de la même façon: on peut obtenir le bois et les faire en attendant, à une époque il y avait même des gens qui produisaient les tables, sièges et chevalets dans le même Noeud. Tout ce dont on a besoin peut être acquis avec des crédits.

ENZO:

Quels sont les vices possibles dans lesquels peuvent tomber les Noeuds et les Troquants? Et quelles sont les manières d’y rémédier?

PELI:

La transgression des règles fondamentales et des principes de solidarité en ce qui concerne la consommation, la production et la distribution provoquent l’écroulement du système. Si je possède beaucoup de Crédits et je ne suis pas solidaire, je vais à une table et j’achète tout, je laisse alors celui (ou ceux) qui vient(nent) derrière moi sans rien à consommer; à celui à qui appartient la table, je lui résous le problème parce qu'en une minute je l’ai débarrassé de tout ce qu’il avait à troquer et avec ces crédits il peut aller acheter: dans cette situation, aucun des deux n'a agi de façon solidaire car il aurait dû me dire: “Non, prends un produit ou deux” et plus tard, s’il y a quelquechose qu’il n’a pas vendu il peut l'offrir de nouveau, chose qui n’advient généralement pas, car il y a toujours quelqu'un qui vient plus tard prendre de la même chose, surtout s’il s’agit de produits de consommation massive, n’est-ce pas?

21

La Possession.

22

Ainsi, là nous avons mal agit les deux, tant celui qui a offert de tout acquérir que celui qui a dit, par facilité: “Oui, emportes tout.” Ceci est une faille. Une autre est constituée par le fait de demander de l'argent pour une partie du produit, parce que bon, je dois acheter de la farine et de la viande pour faire des empanadas, alors, je demande (en échange de mes produits) telle quantité de pesos et telle de crédits, et cela n’est pas permis car nous devons tous dépenser de l'argent pour payer la matière première, étant donné que dans le Marché Formel, on ne peut l’obtenir sans argent. A certaines époques, cette matière première peut être obtenue avec des crédits. Pour cette raison, si nous reprenons le thème de l'économie complémentaire, je suis entrain de complémenter mon activité dans le marché formel avec celle du Troc, dès lors, la matière première que moi j’utilise dans le Marché Formel, je la dévie dans un certain pourcentage vers le Troc. Il y a un exemple classique que je donne toujours: Si j'ai un magasin où je vend des légumes, dans lequel je vendait dix sacs de pommes de terre, de cinquante kilos chacun, par semaine et il résulte que maintenant je n’en vends que huit, je perds donc la vente de deux sacs. Cependant, voilà, dès que j'en ai vendu quatre ou cinq, j'ai déjà payé le coût des dix sacs, ce qui veut dire que le reste est du gain, or, une partie de ce gain, je ne peux pas le liquider parce que les ventes se sont réduites, mais si je vais au Troc et je le verse là, je transforme ces deux sacs en un produit que j’étais entrain de cesser de consommer, et nous rejoignons là l'exemple de la peinture dont nous avons parlé plus haut: avec l'accumulation fruit de ces deux sacs de pommes de terre que je vais vendre toute la semaine dans le Troc, je fais mes travaux de peinture ou d’électricité que j'ai du laisser de coté, j'achète de la nourriture et ce soir mon épouse ne cuisine pas, qui plus est, avec ce que j’épargne dans la cuisine je peux aller au cinéma ou économiser pour acheter une télévision ou un appareil electro-ménagé...

ENZO:

Ou plus tard, pour un petit terrain, etc...

22

La Possession.
PELI:

23

C'est là où fonctionne la partie du complément; dans mon cas: j'achète x litres de poison par mois, dans le marché formel, je dévie une part de ces poisons à l'intérieur du Troc dans lequel j’effectue des fumigations.De la sorte, j'incorpore de la matière première dans le système du Troc, j’y ajoute ma propre maind'oeuvre parce que c'est cela qui est important: acquérir, obtenir de la matière première et lui adjoindre de la valeur ajoutée, car c’est là que je multiplie et accrois mon capital et que je peux me procurer des choses que je ne puis acquérir dans le Marché Formel. Si un pull-over vaut trente pesos, je vais à un supermarché, je dépense cinq pesos en produits et me met à fabriquer des gâteaux, des empanadas ou des biscuits; avec ces cinq pesos que j'ai investi, je rassemble trente crédits et avec eux j’achète le pull-over qui me coûtait trente pesos, par conséquent, combien m’a coûté le pull-over? Cinq pesos, plus le travail que j'ai investi dans la fabrication des produits.

ENZO: PELI:

Très intéressant... ... Et il faut le voir depuis cette perspective parce que si je vais aller acheter ceci -c’est-à-dire un produit fini- dans le commerce afin de le vendre dans le Troc: Combien puis-je augmenter (sa valeur commerciale)? Il faut que je trouve une occasion, une remise parce qu'il s’agit d’un ami, ou aller chez un grossiste, mais si j'achète moi-même la matière première, la marge bénéficiaire est beaucoup plus grande et ce que j'offre au Troc vaut beaucoup plus.

ENZO:

Évidemment, parce que là, ce que tu as fait est valorisé dans une plus grande mesure que si tu l’avais vendu sur le Marché Formel. Car dans celui-ci, il se peut que ton travail n'ait pas encore de place alors que dans Troc, oui.

23

La Possession.
PELI:

24

Et oui, parce que quand, n'ayant pas de travail dans le Marché formel, les gens commencent à avoir des problèmes d'amourpropre, à se sentir incapables, se mépriser, alors je commence à travailler dans le Troc, je suis occupé, ma tête fonctionne, et en même temps, par le travail que je réalise, j’obtiens des choses que j’étais entrain de laisser de côté par manque d'argent; dès lors se remet en marche toute une machinerie qui était entrain de fonctionner vers l’arrière, de façon négative et qui dorénavant va aller de l’avant et dans un sens positif, relevant l’auto-estime et écartant les angoisses et les dépressions.

ENZO:

Quel serait ou est le Principe de Base du Troc? Le Bien Commun? La Bonne Foi? La Limite à la Mesquinerie? Une espèce de Confiance Retenue? Le frein à la Spéculation? Par exemple, si c'est le Bien Commun: quel serait, dans ce contexte, son concept et sa pratique? Fondamentalement, c’est le Principe de Solidarité -dont nous parlions avant de commencer-, parce que c’est sur cela que se base tout le reste. En effet, si nous sommes dix personnes et nous nous disons: demain nous allons au Troc; très bien, nous nous rassemblons, nous ouvrons nos paquets et nous nous rendons compte que: oh, surprise! nous avons tous amené des empanadas à la viande, sans épice et cuites au four. Nous ne pouvons pas troquer, nous avons tous le même produit. Par conséquent, parmi les principes que nous avons énoncé, de produire, distribuer et consommer avec solidarité, il y a la distribution et la consommation modérée, équitative et le fait de tenir en compte les besoins d’autrui. Parce qu'au minimum, chacun de nous sais faire au moins plus d’une chose, mais si nous savons tous comment faire des empanadas et nous en apportons, cela ne va pas fonctionner car personne ne pourra troquer; dès lors, il va falloir que j’observe s’il y a quelqu'un qui aime les pizzas,

PELI:

24

La Possession.

25

les cannelonis ou les biscuits et que personne n'en apporte, et je pourrait alors en faire; il faut observer, de la même manière que lorsque on veut ouvrir un commerce: je dois d’abord voir quel marché je vise, savoir dans quelle région je vais l’ouvrir, et, si je suis restreint à une certaine région, je ne vais pas me mettre à vendre la même chose que le voisin qui est déjà installé: je dois voir ce qui manque pour ne pas commencer à rivaliser avec celui qui est à côté de moi.

ENZO:

Alors, en première instance, avant le Principe de la solidarité, il faudrait voir un critère de considération et d’évaluation de la nécessité des autres participants appartenant au Noeud ou au Système en général...

PELI:

C’est cela, et d’ailleurs, sachant que les gens ont besoin de se couper les cheveux et que je connais un proche parent, un ami ou un voisin qui est coiffeur et n’a pas d’emploi; je l'invite au Troc et je résous de cette manière deux problèmes, celui du coiffeur qui se trouve sans travail et celui des personnes qui ont besoin de se couper les cheveux mais qui n'ont pas d'argent pour le faire et pourtant produisent.

ENZO:

Et le coiffeur pourra, de cette manière, se procurer de la nourriture et résoudre plusieurs problèmes...

PELI:

Et oui, car il a des difficultés avec la nourriture ou pour arranger sa maison, pour payer un professeur particulier à ses enfants qui ont des difficultés à l'école; il vient au Troc, coupe les cheveux et peut dès lors embaucher un professeur particulier, arranger la maison, obtenir la nourriture dont il a besoin au lieu d’attendre que vienne un client se faire couper les cheveux en échange de pesos, mais d’un peso qui n'entre pas. Et dans le Troc, il y a beaucoup de personnes qui vont être entrain de l'attendre; imaginons de la même manière un

25

La Possession.

26

dentiste qui a peu de travail, ou bien, bon gré mal gré, il a ses clients, ce qui signifie que ses drogues, ses prothèses, etc., il doit les acheter; or, s’il commence à aider des gens à travers le Troc, il va recevoir des crédits; bref, c’est la même chose. Je peux lui dire: “Comme moi je fabrique des empanadas: arrachez-moi une molaire, moi je vous apporte deux douzaine d’empanadas.” Ce soir, chez lui, on n’aura pas besoin de cuisiner. Avec la conséquente économie d'argent que cela signifie... Intéressant, car, de la sorte, le crédit semble se transformer en une barrière qui permet de sauvegarder le bénéfice obtenu par une famille, ce qui est une grande chose. Pour ce qui est du Bien Commun, tu me disais l'autre jour que tu le considérais comme un critère important: penses-tu qu'il doive être pris en considération par toutes les personnes ou surtout par les coordinateurs ou leaders de ce système? Les leaders doivent être les figures exemplaires du système: ce sont eux qui doivent montrer et démontrer comment fonctionne le Système, le mettre en pratique, l’ appliquer et le faire appliquer. Le Bien Commun se trouve aussi dans les règles de Solidarité: La Recherche du Bien Commun. De la sorte, je dois vendre ce produit à Un, comme ils le vendent les autres, pas à Cinq. Je suis entrain de bénéficier, sans compter le fait que je suis coordinateur: je dois donner l'exemple et ce n’est pas parce qu'un tel fixe quelquechose à Cinq que je doive le vendre à Cinq quand je peux le vendre à un. Je dois le vendre à Un et lui dire qu’il baisse le prix à Un. C'est ce que nous faisons dans le Noeud,.nous contrôlons les valeurs. Parfois, il y a des commisions fiscalisatrices de valeurs qui se forment. Quand elles trouvent que des prix sont trop élevés, elles disent à la personne qui offre le produit que cette valeur est excessive; si elle ne la baisse pas, on recourt à ce que l’on nomme une assemblée spontanée de valeurs. On demande aux personnes présentes de donner leur opinion sur la valeur du

ENZO:

PELI:

26

La Possession.

27

produit et le prosommateur devra le baisser. S’il ne le fait pas, il est invité à retirer ce produit ou à se retirer lui-même... on ne permet pas aux intégrants d’offrir un produit à une valeur excessive.

ENZO: PELI:

On coupe ainsi court à toute possible spéculation.

Ce qui se passe c’est que cela demande beaucoup de temps, d’effort et de discussions avec les gens et la recherche d'ennemis.

ENZO: PELI:

Disons plutôt: découverte d'ennemis. Évidemment, car, celui à qui je demande de baisser le prix devient automatiquement mon ennemi parce qu'il l’interprète de cette manière étant donné qu’il ignore les Principes du Bien Commun ou ceux de Solidarité.

ENZO:

Mais ne penses-tu pas, qu’existant le Bien Commun, les personnes vont comprendre, à la longue, que c'est un élément impersonnel qui entre en jeu et qu’il ne s’agit pas d’un caprice personnel qui t’est propre?

PELI:

Non, non, non, les gens le savent! Mais comme il y a toujours la poursuite du propre avantage, il y a toujours des gens qui cherchent la spéculation, ce qui fait que j’essaie constamment de tirer profit d’autrui; dans un Noeud comme le nôtre, nous avons corrigé ce problème et il y a beaucoup de gens qui nous haissent et qui n’y reviendront jamais parce que nous ne les laissons pas faire ce qu’ils veulent. De la même manière que, d’un autre coté, il y a des gens qui désire venir y participer et qui me demande d’aller dans les autres Noeuds afin d’y faire

27

La Possession.

28

appliquer ces même règles, chose qu’évidemment je ne peux pas faire étant donné queje ne suis pas coordinateur dans ces Noeuds. Comme l'organisation est horizontale, quand je vais à un autre noeud, je suis un simple prosommateur; bien sûr, je puis dire à untel: ce prix est élevé, la valeur est excessive, le produit que tu offres est en mauvais état, mais je ne peux pas aller plus plus loin: cela correspond au coordinateur de la place et il appartient à ses partenaires et prosommateurs de le lui exiger .

ENZO:

Mais advient-il que -te trouvant dans un autre Noeud et, voyant un coordinateur moins expérimenté que toi, tu lui donne des conseils- il les prenne en considération: est-ce que cette fluidité existe, est-ce chose courante?

PELI:

Et oui, quand il s’agit d’un manque d'expérience, oui; quand c'est un manque de volonté, non; et quand il s’agit de commodité, non plus .De la sorte, on peut aller aider quand un Noeud débute, cela m’est arrivé; l'activité du Noeud commence et on indique aux coordinateurs comment ils doivent diriger les personnes: quels sont les règles et les pas qu’il faut suivre. Dès lors, une fois que tout est en fonctionnement, il faut laisser le coordinateur poursuivre la tâche. Ce qui se passe, c’est qu’il y a le coordinateur qui veut le faire et celui qui ne le veut pas. Il y a le démagogue pour qui il est plus facile de laisser chacun faire ce qu’il veut, quand bien même le Noeud s’écroule et les gens se corrompent. Mais cela constitue un problème qui nous éclabousse tous, parce que les personnes qui acquièrent de mauvaises habitudes dans un autre noeud veulent les transférer au nôtre; là se produit un court-circuit car il y a des gens qui, dans notre le noeud, se comportent d’une certaine façon et dans les autres, d’une autre, parce qu’ils savent que dans le nôtre, il faut agir d’une manière déterminée et qu’ils n’ont pas le choix, alors ils se résignent et...

28

La Possession.
ENZO: PELI:
... Ils font comme si... ... Il font comme si, exactement, comme si...

29

ENZO:

C’est partout pareil... Dis-moi Peli, vois-tu d'autres vices dont puisse souffrir le Troc, d’une manière générale?

PELI:

Nous avons vu la rupture de la solidarité, les valeurs excessives, mais il y a aussi le manque de qualité, d’amener des produits en mauvais état, le surplus de la production d'une place, “de toute façon, c’est pour le Troc” Comme si le Troc n'était pas important, comme si l’estomac de ceux qui participent au Troc était différent de celui de ceux qu'ils vont au Marché Formel.

ENZO:

Dès lors, il est possible que l’idée de considérer que le Troc n’est pas seulement une affaire de se débarrasser “des restes”, mais plutôt que, comme il arrive avec toute marchandise, il y a un bénéfice qu’il faut respecter puisque à la longue, il va aussi te permettre indirectement de conserver un bénefice monétaire.

PELI:

D’ailleurs, le prosommateur que je fournis, je le vois toujours, bien plus, il peut me commander autre chose, dès alors, plus le produit que j’offre sera de qualité, plus je pourrais lui adjoindre de la valeur ajoutée, comme il advient dans le Marché Formel. Si je lui mais un bon plateau, un emballage, une étiquette, un ruban, il a une plus grande valeur que si je le remets dans un papier craft, tout entassé...

ENZO:

D’autre part, si la qualité même du produit est douteuse, le

29

La Possession.

30

prosommateur pense qu'on veut l’arnaquer et la fois suivante, il fait la même chose.

PELI:

Une compétition négative, rétrograde, commence alors: au lieu d'améliorer, nous nous occupons de ce qu’apporte l'autre; comme untel apporte moins, moi aussi j’apporte moins et ainsi de suite. Il advient de même avec la qualité inférieure de choses, de la sorte, il arrivera un moment où nous apporterons le panier à ordures et nous le mettrons sur la table, non pas pour le panier en lui-même mais pour ce qu’il contient, dès lors je manifeste un manque de respect envers tout.

ENZO:

Quels seraient alors, d'après toi, les causes qui ont causé la débâcle du système du troc en Argentine?

PELI:

Abus, malhonnêteté et inaccomplissement des règles fondamentales; et surtout, la prolifération de vendeurs de crédits parmi tant de faussaires -cela n’en constitue pas moins une forme de falsification-. Il y a cependant le crédit falsifié réellement par n'importe qui, et celui falsifié par l'émission excessive exécutée par ceux qui conduisent ce réseau ou cette Zone. Une chose est que nous fassions des photocopies de crédits et une autre que celui qui émet légalement fasse une sur-émission: ils sont légaux, ils sont comptés, (mais) comme ils n'ont pas de couverture, sans compter que l’émetteur est entrain de les vendre, elles sont finalement une autre forme de falsification, mais une falsification de toute manière.

ENZO: PELI:

Au fond, ce sont des bouts de papier...

Et oui, car si nous avons un million de prosommateurs, il devrait y avoir cinquante million de crédits en circulation, mais si j’en fabrique cinquante million de plus – ce qui me

30

La Possession.

31

signifie un million de pesos- je suis entrain de dupliquer le circulant. Par conséquent, je suis entrain de fabriquer de l’inflation, les crédits s’obtiennent plus facilement et c’est de cette manière qu’ont été été fabriqués des millions de bouts de papier, (mais) pas des crédits. J’ai dis un Crédit... en réalité cela a été beaucoup plus car, naturellement, ils n’émettaient des papiers équivalent à un crédit, mais à cinquante. Je fabrique un million de bouts de papier et je suis entrain de créer cinquante million d'unités de crédits, ce qui est beaucoup.

ENZO: PELI:

Cela ne pouvait que déstabiliser le Système... Il y a dû y avoir entre trois cents et quatre cents millions d’unités de crédits sur-émis, ce qui a constitué pour les organisateurs un gain s’élevant à quatre ou cinq million de dollars, comme je te le disais précédemment. Ils ont résolu leurs problèmes et les malins entre guillemets qui achetaient ces crédits ont aidé à faire écrouler le Système; les quatre individus responsables de tout cela sont ensuite partis en Europe.

ENZO:

Comme crois-tu alors, Peli, que la confiance dans le Système puisse être maintenue?

PELI:

Avec la stricte exécution des bases, règles et principes. Si cela est accompli et l’on ne rompt pas cet équilibre, tout fonctionne et il n’y a pas de raison pour qu’il faille; le Système se détraque lorsqu’une des variantes faille.

ENZO:

Comme, par exemple, le Principe de la Bonne Foi. Dis-moi: existe-t-il ou a-t-il existé des magazines ou des publications qui aient parlé du Troc et de ses activités ou

31

La Possession.
même des Clubs?

32

PELI:

Les deux choses. De nombreux journaux ont publié des articles sur le Troc, des articles qui parlent du Boom et du Troc, et également à l'intérieur de celui-ci, ils a eu des magazines, des journaux et des pamphlets qui lui étaient propres et que l’on achetait en crédits. Le contenu de ces magazines était: activités du Troc, nouveautés, adresses de Noeuds, invitation à des inaugurations de Noeuds, et de la publicité: de personnes qui cuisinent, de dentistes, de mécaniciens, annonces de services qui eux aussi étaient payés en Crédits, et alors, évidemment, ces magazines étaient conservés par les gens, car ils trouvaient dans ceux-ci tout ce dont ils avaient besoin, comme il advient avec n’importe quel magazine d’annonces commerciales.

ENZO:

Et y a-t-il eu des activités sociales, culturelles et parallèles aillant relation avec lui qui eaient été organisées?

PELI:

Le Troc a été utilisé politiquement; les gouvernements en vigueur auquels il convenait l’ont encouragé, ils ont promis de l’aide, aide qui n'est jamais arrivé, ils ont promis de la matière première et un soutien monétaire qui ne sont pas arrivé non plus. Ils l'ont utilisé comme bannière politique car, à l'État et au gouvernement du moment, il leur a résolu beaucoup de problèmes étant donné que les gens qui n'avaient pas de travail trouvait une occupation dans le Troc: au moins, ils n'avaient plus faim, ils satisfaisaient leurs nécessités de bases et se distrayaient. Par ailleurs, les organisateurs du premier Troc, selon ce qu’on m’a informé, ont utilisé les cartes des adhérents pour monter un parti politique qui, d’après ce que je sais, a failli se présenter aux élections, et de là, la peur que manifestaient les gens lorsqu’on leur demandait leurs coordonnées ou des documents. Nous nous le faisions pour être informés et éviter qu’ils s’affilient à plusieurs Noeuds en

32

La Possession.
même temps.

33

ENZO: PELI:

À ce qu’il parait, le Troc stimule la sociabilité... Mais cela est typique d'un petit Noeud, dans lequel les gens voient, une semaine après l’autre, les mêmes visages, ils savent les dates d’anniversaire les uns des autres, ils se saluent, s’appellent par téléphone pendant la semaine,etc. Avant, bien que les gens allaient tous les jours aux Trocs parce qu'il y en avait partout- on ne se connaissait pas tellement, on ne socialisait pas beaucoup parce que tel jour on se trouvait avec une personne, le lendemain, avec une autre et ce qu’on faisait, tout au plus, c'était de dire: “Oui, j'ai connu un Noeud culturel qui a été créé, il s’ouvrait dans un Café et on n’y apportait rien. Mais c'était très utopique: je t’offre un tableau et toi une sculpture, il faut voir si çà va te plaire, et à moi aussi. C'est déjà plus subjectif et plus difficile. La preuve en est que cela n’a pas fonctionné. L'idée n'est pas mauvaise mais il ne fallait pas la faire exclusive; ou peut-être, si elle avait été un élément annexe d'un Noeud.

un Troc là-bas, ils ont ouvert tel Noeud, on y trouve ceci et cela,etc.” Mais culturellement, on n’a rien avancé. Il y a même

ENZO:

... Une combinaison. Le peintre apporte un tableau qu’il échange contre des produits...

PELI:

Alors là, ça aurait peut-être été concluant.

ENZO: PELI:

Il n’y a pas de doute que l'idée est excellente. Bien sûr!

33

La Possession.
ENZO:

34

Elle ferait que la Haute Culture soit accessible à tous, en mettant à la disposition de tous des oeuvres qui, autrement, serait inaccessible. Maintenant, une autre question qui est née d'une conversation que nous avons l’autre fois: le Troc pourrait-il éviter, tel un barrage, l’hémorragie monétaire que souffrent tous les foyers? L'impossibilité actuelle d’épargner pourrait-elle être rémédiée grâce à lui? En partant de ce que nous avons parlé un peu avant, avec l'exemple du marchand de légumes et les sacs de pommes de terre qu’il avait en trop, qu’il amenait au Troc et avec lesquels il achetait des empanadas, son épouse n'avait pas besoin de faire à manger, l'Argent qu’il n'avait pas dépensé dans la nourriture, il pouvait l’épargner ou le dédier à de nouvelles acquisitions. Évidemment, cela est inhérent au fonctionnement de chaque personne: il y a ceux qui préfèrent épargner et ceux à qui l'argent, simplement, leur brûle les mains.

PELI:

ENZO:

Là, nous avons une question pratique qui pourrait servir dans tout les parties du Monde, parce que dans les faits, celui qui épargne va avoir la possibilité -même dans les économies difficiles- d’épargner réellement, grâce à ce barrage, face à l'hémorragie monétaire.

PELI:

Finalement, il y a les mécanismes qui s'installent dans chaque Noeud. Au début, nous commencions à échanger, nous échangions tous; dans un Noeud comme celui-ci dans lequel on contrôle les valeurs, si je suis un spéculateur, je ne trouve pas d’avantage à amener quoi que ce soit. Ça, c’était les gens qui venaient “balayer”, ils achetaient, achetaient et n'offraient rien. Ils emportaient ceci à un Crédit et le revendaient à cinq

34

La Possession.

35

dans un autre Noeud. Ils faisaient du Commerce et le Troc n'est pas un commerce, ce n’est pas de la revente, c'est de la production. Dès lors, voici la solution que nous avons donné: d’abord nous échangeons des choses diverses, et ensuite la nourriture. Le problème qui s’est ensuite posé était de savoir comment faire pour empêcher que quelques-uns n’emportent tout: ici, nous nous prenons garde qu’il n’y ait pas plus d’un produit par personne, jusqu'à ce que tous aient obtenu quelque chose. Faire la file devant la table, et si la personne qui l'offre n'est pas là, ne toucher à rien. Pour cela, nous avons un tas de règles qui permettent le respect mutuel: celui à qui elles ne plaisent pas va ailleurs. Antérieurement, tous les excès se produisaient, (mais) depuis que nous avons rendu effectif ce système, ce qui peut arriver, tout au plus, c’est qu’une personne emporte un produit de plus qu'une autre, par le fait d’être arrivée au milieu de la liste. Mais jamais plus de deux.

ENZO:

Il n’y a plus de place pour la mauvaise foi. Bon, Péli, nous te sommes très reconnaissants pour ta patience et pour avoir partagé cette expérience avec nous, merci. ************

MANUEL D’AUTO DÉFENSE THÉORIQUEPRACTIQUE.
INTRODUCTION CHAPITRE PREMIER

*** LE RECUEILLEMENT***
1. LA PRÉPARATION PSYCHOLOGIQUE 2. LA PRÉPARATION PHYSIQUE 3. LA PRÉPARATION SPIRITUELLE
35

La Possession.
CHAPITRE SECOND

36

***IDENTIFICATION DE L'OFFENSIVE***
l- CARACTÉRISATION DE CHACUNES DES AGRESSIONS ET LEURS SIGNIFICATIONS STRATÉGIQUES: PREMIÈRE PARTIE. A) AGRESSION FINANCIÈRE >LA TRAHISON AU PACTE SOCIAL >ETHOS URBAIN FINANCIER >DÉPENDANCE PSYCHOLOGIQUE >FATIGUE PHYSIQUE SÉCHERESSE ANIMIQUE >APATHIE SPIRITUELLE ET

CHAPITRETROISIÈME ***LA RÉPLIQUE*** 1. FACE À L’AGRESSION FINANCIÈRE:
°LA GUERRE ECONOMIQUE >LE FACTEUR HUMAIN ET L'ASSENTIMENT >LES MOYENS PHYSIQUES >L' ÉTHIQUE.
36

La Possession.

37

>LES ARMES ET LES OBJECTIFS DE LA GUERRE ÉCONOMIQUES

CONCLUSIONS. ***************** INTRODUCTION

L

orsqu'une Civilisation s'écroule avant d'avoir épuisé son programme, il va sans dire qu'un élément étranger a participé à cet effondrement, autrement, les insondables recours spirituels de la Race -racine de cette civilisation- sauront d'une façon ou d'une autre faire volte-face, les gardes-fous contiendront le Mal et, tel le système immunitaire naturel, trouveront sans tarder le remède qui convient. Si ceci ne se produit pas, c'est qu'une volonté étrangère intervient directement dans la matrice du programme de cette civilisation et détourne celui-ci de ses objectifs, modifiant son cadre interprétatif de la Réalité et lui faisant apparaître aujourd'hui comme bon et préférable, ce qu’hier elle jugeait nuisible et à abhorrer, et vice-versa. Or, pour parvenir à dévier ce cadre interprétatif, il a fallut que ce qui constituait sa source inépuisable, c'est à dire ses symboles organisés par une pensée, fut susceptible d'être prise pour un Reflet et celui-ci pour sa Réalité: autrement dit, il a fallut que l'esprit concepteur préfère les Formes de sa création à la Vie qu'elles étaient sensées contenir. Nous ne feront guère ici le réquisitoire de nos penseurs ancestraux, sur ce qu'ils auraient ou n'auraient pas dû faire, mais là réside manifestement l’origine de tous nos actuels et millénaires maux: un manque de détachement envers la création. Comme nous voici devant le fait consumé, que suite à cet égarement, une sous-race métisse est parvenue à perforer tout d'abord notre sacerdoce et à s'emparer ensuite, un par un, des clivages de notre société, pour finalement la réduire à une servitude inégalée dans toute 1'histoire de 1'humanité, nous
37

La Possession.

38

nous trouvons face au devoir sacré -et tant qu'il en est encore tempsde présenter aux nationaux, aux frères de race et de civilisation à qui il reste ne serait-ce qu'un brin d'espoir concernant sa complète récupération, le suivant Manuel d’Autodéfense, résumé condensé de milliers d'expériences processées par une des seules écoles philosophiques qui se soit réellement opposée à la domination sémite sans céder d'une once: l’Ecole sans Ecole, connue par le Livre de Philosophie Culturelle, annuellement edité depuis 1980 et de distribution gratuite. Pourquoi Autodéfense? Suis-je personnellement menacé? Pourront se demander certains ingénus n'ayant pas eu la "chance" encore de souffrir agression aucune de la part du système financier, de l’éducation nationale (tout sauf Nationale), du bombardement des moyens de communication philosémites, de la pensée unique et finalement, des étrangers de culture sémite, avec leurs comportements, coutumes et habitudes, rites et cultures envahissants. Pour l’immense majorité restante, ces questions ne se posent plus ou alors, ce texte n'est pas tombé dans les mains qu'il fallait et veuillez s'il vous plaît le remettre à un français pour de bon... Donc, s'il y a effectivement agression -et agression il y a- la seule réaction possible reste et restera toujours: la réponse, la réplique d'une violence graduée selon l'offense. Si, comme individu, vous manquez à ce mandat de votre instinct de conservation, sachez que vous êtes déjà condamné par la Nature et, si vous survivez par miracle dans la Culture, ce ne sera que comme membre soumis, avili à une espèce peut-être inférieure à votre race dans la majorité de ses aspects, mais point alors dans celui de la domination, ici et pour vous, le plus décisif. Puisque de réplique à une agression il s'agit, nous caractériserons les diverses sphères où se produit cette dernière, afin démontrer pas à pas le déroulement du plan orchestré auquel elle répond et le plus important: la rationnalité avec laquelle se poursuivent ses objectifs. L'adversaire clairement identifié dans ses diverses manifestations, il sera alors plus aisé de comprendre la (les)
38

La Possession.

39

réplique (s) que nous conseillons immédiatement après, réponse qui comme tout chose dans la Vie, obéit à des degrés dans la manifestation du conflit, et qui, si nous y mettons la suffisante volonté et persistance, permettra de remettre sur cap ce navire en dérive et la proie des rats de plus diverses espèces... "L'ennemi connu est dejà à moitié vaincu", d'où l'importance de ne pas prendre à la légère ce texte qui, nous l'espérons, deviendra pour plus d'un, autre chose qu'un manuel... "Chacun ne reçoit que la vérité qu'il peut supporter" disait F. Nietzsche, aussi préférons-nous commencer par la préparation psychologique, aussi facile à recevoir que difficile à supporter.

CHAPITRE PREMIER
~LE RECEUILLEMENT≈ La Préparation Psychologique: "Le Grand défi pour un héros se trouve dans le coeur, non dans l'adversaire" disaient les Vikings et cette vérité est si grande que l'offensive sémite vise avant tout à miner la valeur de ses adversaires, ce que les Celtes nos pères nommaient: "la Force Spirituelle". Voyons ceci de plus près: Bien qu'il n'y paraît pas au premier abord, tout acte de violence a quelquechose de sacré, car en lui viennent contenus, souvent de façon confuse, d'aussi divers sentiments que la peur et la rage, la révolte et le ressentiment, l'indignation et l'orgueil blessé, quand bien d'autres encore qu'il est parfois difficile de sonder; de sorte, donc, qu'au moment de l'exercer, il nous faut tout d'abord nous faire violence pour pouvoir la faire à l'autre. Et cela vient d'un garde-fous archétypal que des milliers d'années de répression culturelle sont parvenus à forger au sein de la race blanche: la Honte à libérer les liens qui entravent l'animal gisant dans les tréfonds de notre âme, endormi. Et, de fait, l'appel constant à la raison que réalise tout français lorsqu'une situation se complique et attend de lui qu'il réagisse violemment, n'est autre chose que la manifestation de cette terreur viscérale, sacré entre toute, d'avoir à "lâcher la Bête" et qu'alors,
39

La Possession.

40

ceux qui le croient supérieur culturellement ne découvrent l'animal qui couve sous ces cendres. Or nous touchons ici, et de plein fouet, à plusieurs préjugés qui, en tant que tels, nous font plus de mal que de bien et qu'il est bon de neutraliser afin de nous préparer psychologiquement ne serait-ce qu'à accepter l'inévitabilité de la Violence dans certaines situations, premier pas pour l’acquisition (récupération pour certains) de la Force Spirituelle (perdue donc) indispensable au combat qu'il nous faut mener. Tout d'abord, et fort heureusement pour notre race, de nombreux indices nous conduisent à conclure que la Race Blanche n'a pas réussi "l'expulsion de la bête triomphante" selon l'expression de Giordano Bruno, si peu réussie d'ailleurs qu'il n'est pas besoin d'être un grand chercheur pour trouver sous le vernis de la raison française une foule effrayante de sentiments animalesques les plus variés et dangereux pour 1'âme humaine. La Sincérité, alors, ordonne de reconnaître cette réalité, car la reléguer au fond de notre amour propre ne fait que le salir et affaiblit inmanquablement notre Force Morale, nous paralyse par une faute que nous ne devons pas sentir et que nos aversaires utilisent à nos dépends. "La Colonisation a amené des gens problématiques à la Nation"? Ce sont nos ancêtres qui n'ont pas su contrôler leur voracité ni leurs désirs de puissance; nous n'avons à répondre de leurs actes que dans la mesure de ce qui dépend de nous: Nous pouvons avoir honte de ce qu'ils ont réalisé et revenir en arrière en retirant notre présence exploitante actuelle comme Nation, réintroduisant les techniques de production traditionnelles propres à chaque pays, rapatriant nos nationaux et renvoyant tous les étrangers dans leurs terres afin qu'ils y refassent leur vie: voilà tout ce que la honte (force positive parce que correctrice) peut nous faire réaliser, mais se sentir coupables, fautifs? Jamais! Car ces sentiments n'existent que dans une relation de subordination, de soumission et visent uniquement à corrompre la Base Morale de nos futures décisions. Vaincu ce préjugé, détruit le sentiment de faute, nous pouvons déjà regarder en face celui qui se révélera alors être notre adversaire, second pas, plus important qu'il n'y paraît, car la posture face à l'autre a complétement changé: la neurotoxine avilissante

40

La Possession.

41

qu'est le sentiment de faute n'agit plus en nous et nous sommes forcés de reconnaître ouvertement nos faiblesses, point de départ -le Minimum- à partir duquel nous construirons nos forces: le Maximum... Force est d'accepter que la réunion et réorganisation des membres dispersés de notre moribond psychisme n'est pas une tâche facile ni moins douloureuse pour notre Ego... Persistance et sincérité, donc, et vous sentirez bientôt votre caractère se raffermir. L'étape suivante, qui se trouve résumée en substance dans le Chapitre suivant, est celle que nous avons intitulée: l’Identification de l'Offensive, car le second obstacle que notre "Raison" présente à notre esprit lorsqu'il s'apprête ne serait-ce qu'à penser à une quelconque réaction violente est: est-tu sûr qu'il ne s'agit pas d'une erreur? Autrement dit: L'obstacle de la Conviction, car, sans elle, aucun esprit sensé ne se lancera jamais à sortir l'épée du fourreau, par le simple fait qu'il n'aura pas la raison, cette raison, de son côté. Partir du principe que les extrêmes se rejoignent par leur négativité est un bon point de départ pour filtrer les faits et gestes de l'autre, vis à vis de nous mêmes. Nous avons parlé de la manipulation du sentiment de Faute, lorsque l’on veut employer la violence, voilà qu'on prétend nous inhiber poussant la culpabilité à l’extrême relatif à une réaction toute naturelle en cas d'agression: la Férocité, base de tout ce qui vit et prétend survirvre. Or, seuls les faibles craignent la force lorsqu'ils la voient dans sa plus crude expression: la violence (les faibles ou vos ennemis jurés qui vous préférent doux plutôt qu'agressifs). L'extrême de l'inhibition est un paramètre mais son opposé l’est de même: l’exaltation exagéré, décentrées de vos forces (Intelligence, Subtilité, Habileté, etc.) mieux connues sous le concept maudit de Flatterie est aussi grave et dangereuse car elle dévie la Force vers l'extérieur, sa représentation, son image inefficace. Considérez donc que celui qui vous diminue à l'excès, vous agresse autant que celui qui vous exalte. Nous avons mentionné les faits et gestes de l'autre, mais il serait imprudent de croire que l'offensive sémite agit directement

41

La Possession.

42

sur le terrain des faits quand l'expérience démontre que son efficacité tient de l'importance que l'occidental attribue au plus envoûtant miroir qu'ai conçu la Culture: le Langage. Pour comble de malheur, notre Nation Française est celle des Nations Celtes Européennes qui a mené le plus loin, a poussé jusqu'au dernières limites paroxismiques la confusion du Logos, de l'Illusion avec la Réalité (nos mêmes ancêtres avaient divinisé le maître du Langage: Ogmios ou Ogma -chez les Irlandais- montrant l’importance qu'avait acquise cette arme redoutable dans la Caste Guerrière Celte) "fusion de la Forme et du Fond ", comme dirait Jean Vertemont, aussi dangeureuse que stérile. Or, le renforcement de notre Psyché passe par un affaiblissement du Manifesté, du Logos, vampire de notre énergie car sujet à l’usure du Temps. Couper la Langue de l'adversaire devient alors une des bases de notre Force Spirituelle: c'est retirer l'assentiment à "ces fuseaux qui nous aident à tisser nos propres chimères", selon le mot d'EnzoTalarico, c'est regarder dans ce qui devient, la Pensée ne recourrant plus à des shémas interprétatifs (squelettes sans vie) mais au Sentiment "Fonction rationnelle permettant de distinguer ce qui a de la valeur de ce qui n'en a pas". Ceci fait, nous sommes forcés à conceptualiser, devenir Concept et n'employer la parole que comme hérault annonciateur des actions futures: avertissement d'une limite à ne pas franchir avant le coup, représaille inévitable. Aprés tout ce qui vient d'être énoncé, nous voyons comment les puissantes chaînes dorées d'Ogmios sont l'obstacle majeur à l'acquisition de notre Force Spirituelle; mais le fait même de découvrir la manipulation de ce qui pour nous, Celtes, est devenu un archétype nous raffermi le coeur pour la libération sacré de la violence, nous fournis ce qu’un intellectuel français nommait la justification morale indispensable à notre action défensive contre une agression et offense si basse et perfide: l'utilisation déviée de ce que nous considérons sacré, pour notre propre destruction... Nous voici donc libérés de toute entrave, de tout scrupule résiduel qui pouvait encore nous rester; l'offensive Sémite s'est attaquée à notre Ciel, notre Terre, ouvrant les portes de notre propre Enfer: Nous ne pouvons plus vaciler car notre heure comme civilisation- est comptée. II faut passer à la deuxième
42

La Possession.
étape: La Préparation Physique. La Préparation Physique.

43

Le maître mot en matière de préparation physique a toujours été la Discipline, mais, bien qu'elle soit intellectuellement acceptable par tous, c'est au moment de passer à l'acte que ce concept recouvre tout son sens et une telle décision tout son poids... Et ceci se produit car l’on délie généralement la Discipline Physique de la Morale et de la Spirituelle (division que notre texte n'établit que formellement car elle n’existe pas dans la réalité harmonieuse). En effet, la tactique sémite relative à la transformation de la caste guerrière en une horde de mercenaires serviles, consiste simplement en la division et polarisation de ces trois faisceaux d'un même rayon lumineux... L'Armée professionnelle moderne, la Police4 et toute la gamme des autres mercenaires plus visiblement connectés et obéissant à la Finance montre à quel point la manoeuvre a réussi pour le moment en ce qui concerne la simple discipline physique, absolument déliée de ses soeurs. D'un autre côté, la prolifération de sectes "ésotériques" se charge de ceux que l'exercice rebutte tandis que la discipline dîte morale se voit sois-disant monopolisée par l'Eglise, qui, séparant l'âme du corps rend automatiquement esclave de ce dernier ceux touchés par la grâce d'être devenus les simples agneaux de dieu... Ainsi donc, si nous tenons à ce que la Discipline devienne non plus une activité mécanique, mais bien l'oeuvre créatrice de toute une vie, il nous faut reconnaître qu'en elle règne l'équilibre harmonieux des trois sphères qui nous intègrent: Le Sensible, l'Animique et l'Intelligible, et agir en fonction de cette re-connaissance. Alors, l’on ne tarde à comprendre que tout Geste a sa correspondance avec un Rythme et une Pensée (ou souffle) Pensée qui se modifie, Rythme qui s'intègre et auquel répond de manière chaque fois plus obéissante notre gestuelle, gestuelle qui implique
4

« Avant, je travaillais, maintenant, je suis Flic... » Me disait un gendarme de Toulouse...
43

La Possession.

44

chaque fois moins d'effort. Tout est là. Peu importe l'Art Martial que vous décidiez d'apréhender, de suivre ou de créer; peu à peu, la compréhention du(des) Mouvement(s) interne(s), des forces actives et passives, vous conduira à délaisser les postures, la rigidité, la force physique, l'intentionnalité et toutes les dualités: fort-faible, dur-mou, affronter-fuir, avancer-reculer, les intégrant dans un continuum sans comencement ni fin... En somme, l’Intégration. La Préparation Spirituelle. La Conviction "Ceux qui ne trouveront pas en eux et en leurs enfants des raisons de vouloir survirvre périront. Périront aussi ceux qui n'auront pas su s'organiser à temps" Robert Dun. La Loi naturelle ne pardonne aucune faiblesse, aussi, et tenant en compte que la Culture est une construction artificielle reflétant l’Ordre Naturel, serait-il vain de penser que le Choc des Cultures est moins impitoyable et plus détaché de la Chaîne Alimentaire: Dévorer ou être dévoré, Agni- Soma... Nous-mêmes, en tant qu’individus ne sommes que la résultante des luttes de nos ancêtres, de leurs acquis mille fois millénaires (pour donner une idée) et de leur présentification en notre propre existence et ses conflits. Ignorer ceci, c’est nonseulement baffouer la longue chaîne karmique de nos existences antérieures et prétendre échapper à ses puissants effets, mais de surcroît, c’est rester en position d’infériorité face à des peuples qui eux l’ont bien présente à l’esprit et font tout pour respecter la volonté de leurs ancêtres, qui est: d’étendre leur projet culturel à toute l’humanité –par la ruse ou la force- et d’affaiblir celui de leurs adversaires par corruption et confusion. La Préparation Spirituelle tient principalement de l’étude, mais ne peut être déliée de la discipline physique ni animique, car nous formons partie d’un tout dont les parties prises séparément reviennent à une mutilation qui répercutera inévitablement dans l’ensemble... De fait, la spécialisation à laquelle est soumise grande part du genre
44

La Possession.

45

humain dans les dénommées Bulles Urbaines ne cherche autre chose que cette dés-intégration individuelle qui, d’exister, menaçerait le Système car ne fonctionnerait plus comme engrenage, mais comme moteur d’initiative dans d’autres directionnelles d’action. En effet, devenir Homme, au sens philosophique et large du mot, de nos jours tient d’un héroïsme innouï et conduit inmanquablement à contrecarrer cette vaste entreprise de médiocrisation universelle qu’est la Vie Moderne, l’atrophie généralisée à laquelle nous soumet la finance, à travers ses multiples tentacules pseudo culturels. La Préparation Spirituelle consiste tout d’abord en la compréhention de la situation suivante: Nous n’avons à nous opposer à quiconque d’autre que nous mêmes... La lutte est avant tout intérieure, car c’est de l’intérieur que sont venues les faiblesses dont ont profité nos ennemis. Les doctrines, idéologies et opinions politiques n’ont eu jusqu’à présent pour objet que de nous diviser, parceler, fragmenter intellectuellement, socialement et racialement suivant la devise romaine: divide et impera. C’est donc cette fission nucléaire qu’il nous faut réabsorber, afin de réunir les membres épars de ce Zeus démantelé par Typhon... Avant cela, inutile de s’agiter ni d’attaquer qui que ce soit, notre sacerdoce est atteint de nihilisme et se complaît dans une résignation suicide, il ne mérite plus notre attention; le moment est venu de se tourner vers le sang nouveau, guerrier et impétueux, vers une Homosophie où notre combativité soit émulée et notre initiative sans cesse stimulée de l’intérieur, par l’observation des lois essentielles qui gouvernent la Vie et régissent le Cosmos, la lutte continuelle pour le Devenir, d’où naîtront d’innombrables religions (mêmes opposées, et ce sera parfait) rites et disciplines. La Philosophie de l’Homme ou du Mouvement est cette voie attendue. Oser l’entreprendre, c’est s’élancer sur la Voie du Combat Perpétuel, non plus en tant que souffrant et instrument du Devenir, mais alors comme artisan actif de ses futures transformations: Démiurge de sa propre destinée ...

CHAPITRE SECOND:

45

La Possession.
*** IDENTIFICATION DE L’OFFENSIVE*** 1. CARACTÉRISATION AGRESSIONS ET STRATÉGIQUES: PREMIÈRE PARTIE. A) L’AGRESSION FINANCIÈRE

46

DE CHACUNES DES LEURS SIGNIFICATIONS

Si Chaque matin, vous vous levez préoccupé(e), déjà fatigué(e) par une lutte quotidienne qui n’a lieu qu’en votre esprit y qui a à voir avec ce que vous devez à d’autres; si vous sentez la sécheresse s’installer dans vos relations, vos sentiments envers la famille et votre conjoint(e), ainsi qu’une apathie généralisée face à une quelconque question spirituelle ou même intellectuelle qui vous exige un minimum d’effort et de concentration: Il n’y guère l’ombre d’un doute, vous êtes victime de l’AGRESSION FINANCIÈRE qui de nos jours désagrège et menace notre Civilisation. Une chose est sûre, c’est qu’il n’existe dans aucune des Urbes de la Planète des individus n’ayant pas souffert de façon directe ou indirecte cette agression et qui, tôt ou tard, ne ressentent ses mêmes pernicieux effets: Torpeur, Apathie face à la réalité, Indifférence envers le prochain, Pessimisme, Recherche du plaisir irresponsable, Profonde Tristesse interne, Solitude et d’innombrables autres maux à caractère psychologiques, animiques et spirituels. Maintenant voilà, toute agression présuppose un agresseur et une victime, tout comme une volonté de domination. Le mécanisme est simple et n’est autre qu’une extension de la Chaîne Alimentaire Naturelle au milieu Culturel. Cependant, là où elle diffère de la chaîne: “Dévorer ou être Dévoré” c’est dans la magnitude du terrain de Chasse –la Terre entière- et dans l’Arme employée pour obtenir cette fin: Le mensonge inoculé scientifiquement dans les esprits selon lequel une telle chaîne
46

La Possession.

47

n’existe pas et égaux dans le bon comme dans le mauvais, nous souffrons tous les “effets de la Modernité”. La Dette est ce mécanisme sans lequel aucun capital financier de la planète ne serait possible, puisqu’il gouverne toute et chacune des activités humaines dans ce que celles-ci viennent connectées à l’argent. Pour comprendre son fonctionnement, besoin est de le déplacer dans le monde de la Volonté. Tout individu possède un quantum ou quota d’énergie qu’il dirige selon les centres d’intérêt qu’accepte sa Volonté. Pour dominer cette dernière, il est indispensable de déplacer avant tout ses centres d’intérêt vers ce qui exige le moindre effort et fournit un maximum de profit. Ceci entraine diverses conséquences sur la Volonté même. Tout d’abord, cela lui introduit le vice de la Facilité, condition incontournable à l’acceptation d’une dette future, car en fait, à celle de toute servitude. Ensuite, cela la rend illusoire car à la poursuite du superflu au dépend de l’utile et réellement nécessaire5. De telles erreurs et vices de la Volonté sont clés, puisque de façon intrinsèque, ils affaiblissent ses bases et conditionnent la future victime au joug définitif suivant: Le Crédit et sa dette respective. Si nous mesurons et considérons l’expansion financière à échelle macrocosmique, il est aisé de comprendre comment, en créant dans toutes les Urbes de l’Orbe des besoins superflus, tout en fournissant de maigres moyens pour les satisfaire, l’on est parvenu à précipiter des volontés viciées par le mirage de la facilité dans les mains des banques et sociétés financières et, en dernière instance, dans la situation de pions actifs dans la politique de la Caste Financière Hébraïque Internationale qui se trouve derrière elles. Un fait n’est pas à ignorer cependant, c’est qu’avant
5

Lire à ce propos la Théorie de La Dette, d’Enzo Talarico. Livre de Philosophie Culturelle nº29, L’Androgyne, Paris, Nov.2002.
47

La Possession.

48

l’acceptation de la Chaîne Dorée de la Dette, il y a un ensemble de facteurs instinctifs, psychologiques et culturels qui sont entrés en jeu et qui, déviés de leur fonction naturelle – après des siècles de préparation de conditions dans l’éducation de la part de cette Volonté de Domination-, firent incliner la balance dans sa décision finale de soumission, asservissement par annulation de ses propres forces et capacités. LA TRAHISON AU PACTE SOCIAL Qu’est-ce qui nous maintient unis en sociétés? Difficile de croire que seuls les intérêts en commun, car dans les faits, très peu jouissent des fruits de cette union et rares sont les expectatives satisfaites à l’heure des comptes... Il existe aujourd’hui des découvertes capables de nous faire vivre sans travailler un seul jour, des sources d’énergie propres inépuisables (à notre échelle humaine, cela s’entend) que des inventions patentées il y a plus de cinquante ans mettent à la portée de tous (énergie Solaire, Eolitique, Gravitationnelle, Marémotrice, etc.) Et cependant, quelquechose ou quelqu’un bloque la circulation et cré l’accaparement de là même par ce d’où était supposé provenir notre bien-être: L’Elite. De tous les fléaux que doivent craindre les peuples, la trahison de ses élites est sans aucun doute le plus pernicieux. Mais, comprendre pourquoi les Elites ne résistent pas l’Agression Financière est la clée des catastrophiques conséquences que ce céder entraine pour toute la Société: Les finances soumettent les élites via des moyens d’une astuce inconcevable pour des élites évoluées qui pensent lutter avec des adversaires au code éthique semblable au sien et obéissant à des objectifs supérieurs: l’Evolution de la Société Humaine, en dernière instance. Or, si les élites sont conscientes que tout organisme social naissant doit croître et développer ses potentialités: Ce que l’on nomme communément son Plan Civilisatoire, il serait très ingénu de croire que la Caste financière poursuit le même objectif en
48

La Possession.

49

concédant ses prêts et crédits millionnaires aux peuples et nations du Monde... Une étude minucieuse du comportement moderne des Finances durant ces cinq derniers siècles (Depuis les débuts de la Colonisation Occidentale) nous révèle diverses constantes conductuelles capables de faire pâlir n’importe quel moraliste: Premièrement, depuis la Conquête des comptoirs des Indes, en passant par celle de l’Amérique, de l’Afrique et de l’Asie jusqu’à l’actuelle colonisation financière exercée via les Etats Unis sur une grande partie du Monde globalisé, nous découvrons que toutes les entreprises partirent d’elles et furent planifiées et financées précisément par la dénommée Caste Financière et que cet investissement n’a profité réellement qu’à ses investisseurs, puisque l’Europe -et de plus en plus les Etats Unis- payent aujourd’hui avec une Colonisation6 à l’envers des anciens colonisés, qui ont vu leurs économies traditionnelles détruites par, tout d’abord, la vampirisation sauvage de leurs matières premières et ressources naturelles, la modernisation à outrance et inapropriée des techniques de production ancestrales (avec les catastrophiques conséquences que l’on sait) et les crédits à intérêts pour “aider” à acquérir la corde avec laquelle on pendrait ces malheureux et leur descendants ad infinitum; tout ceci mené de main de fer et conduisant les économies agraires de pluricultures vers une monoculture d’exportation qui les démunissait de leur autarcie et, bien sûr, de leur autonomie politique, contraignant les Etats endettés à poursuivre aveuglement le dénommé: “Progrès”. Ce dernier n’est autre chose qu’un ensemble d’artifices technologiques et techniques de contrôle psychologique et domination par la dépendance à une technique-logique (technologie) des peuples, envers cet hibride intermédiaire: l’argent et son clergé sans scrupule. Où qu’ait agi la Finance, que ce soit par le biais d’aides aux pays au bord de crises économiques et sociales (qu’elle ne “résout” qu’en augmentant le crédit et baissant les taux
6

L’Androgyne et le Phénomène Colonial, p.93, OP CIT. P.12.
49

La Possession.

50

d’intérêts...) à travers ses organismes d’une neutralité impossible (Banque Mondiale, Fond Monétaire International, etc...) ou par prêts technologiques et microcrédits, plans de modernisation, urbanisation7 de l’Agro et autres “oeuvres de bienfaisance humanitaires”, elle n’est parvenu à autre chose qu’à augmenter la servitude et –ce qui est pire- le servilisme des peuples et leurs élites “aidées” à sa pression incontrôlée... De nos jours, nous pouvons constater la corruption généralisée des trois pouvoirs de l’Etat dans la totalité des nations dites modernes. Mais ce qui est surprennant, c’est que l’on en soit surpris, car toute la corruption actuelle est impossible sans l’action souterraine d’abord, et ouverte ensuite de la politique financière de la Caste, ce que Hans T. Van Der Veen8 dit être derrière ce qu’il nomme le Complexe International de la Drogue, entre autres... Voyons donc comment s’exprime l’Agression Financière: autrement dit son Ethos Urbain Financier. L’ETHOS URBAIN FINANCIER. Le degré d’adaptation à des situations adverses de l’humain est une de ses caractéristiques les plus notoires en tant qu’espèce. Au fur et à mesure qu’une situation douloureuse s’éternise, il advient en son esprit une sorte de réaction catatonique, en ce qu’il cesse tout simplement de sentir et se comporte comme si elle n’existait plus. Une telle réaction explique Urbes d’aujourd’hui, alors qu’une plus dangereux pour l’humain –et passer une année entière dans la planète... pourquoi se maintiennent les journée en elles est autrement à tout niveau- que s’il avait à jungle la plus sauvage de la

Lorsque normalement, face à une agression, l’instinct de conservation dicterait la contrattaque ou la fuite, nous constatons
Les routes millionaires construites dans les pays sous-développés ne servent qu’à conduire avec plus d’efficacité les matières premières à être vampirisées et drainées vers ces centres d’emmagasinage et de consommation que sont les Urbes. 8 In revue Nexus nº9, An 2000.
50
7

La Possession.

51

qu’ici on se résigne seulement à une attitude amorphe, tolérant coup après coup les impacts sur le psychisme. Les conséquences ne tardent cependant à se faire sentir et les dérangements de tous types (déjà mentionnés) fleurissent comme dans un jardin infernal où rares déjà sont les esprits sains et sereins qui tôt ou tard ne terminent par être catalogués para la majorité malade comme les malsains et anormaux. La quatrième édition du Manuel de Diagnostique et Statistique des troubles psychologiques n’établitil pas que la vie humaine est une forme de maladie mentale (!)...? Et c’est que le zoo que signifie l’urbe n’est guère autre chose qu’une ambiance artificielle créée de toute pièce afin de transformer l’immense potentiel humain en l’aliment du propre système, conçu pour le détruire via vampirisation: une sorte de batterie pour la mélangeuse de ciment destinée à le réduire en bouillie. Nous avons déjà mentionné le sordide mécanisme de la Dette et qu’il nous suffise d’ajouter à ce sujet –amplement étudié dans la Théorie de la Dette citée précédemment- les multiples situations, toujours d’aspect louables, où cette dernière apparaît comme “l’unique solution à tous vos problèmes”... Dans la Théorie de la Dette, il est dit justement: “l’argent requiert d’un moyen artificiel qui la rende nécessaire voir même indispensable, d’où l’Urbe, dans son ordre métropolitain, depuis le village, la cité, la mégalopole, etc.” Nous pourrions en déduire que Urbe et Argent sont corrélatifs puiqu’en perdant la valeur des choses utiles: “leur signification propre, ces dernières ne signifient quelquechose que par rapport à l’argent qui les aprécie et déprécie, les transformant ainsi en marchandises”; étant des marchandises, ce qui importe ce n’est plus le lieu où elles s’obtiennent mais où elles se commercialisent: L’Urbe n’étant en fait qu’une vaste place commerciale où l’on peut trouver tout de n’importe où: elle devient l’intermédiaire obligé. En elle, tout a un prix et aucune valeur, tout s’achète et se vend: mécanisme dévalorisateur par excellence9 et par conséquent, centre sournois de corruption valorique: Lentement, l’Humanus Urbanus ne
Ainsi que l’explique Richard Glize dans son texte : « L’Instauration de la Confusion Généralisée » p.161, Op Cit.
51
9

La Possession.

52

conçoit rien qui ne soit “apréciable” et perd la notion de l’utile, la mettant au même niveau que le superflu et l’inutile, remplissant son monde d’appareils, d’objets sans lesquels il pourrait parfaitement vivre, mais qui deviennent la conditio sine qua non de son existence Urbaine. LA DÉPENDANCE PSYCHOLOGIQUE. D’un autre côté, de part le phénomène dénommé “psychologie des foules10”,indiscutablement bien étudié par les gestateurs du Système Urbain, en tant que modèle comportemental mondialement applicable et appliqué, la prise de décisions individuelles et pensée comme telle à l’intérieur de l’Ethos Urbain Financier devient quasiment impossible chez l’Humanus Urbanus. Ce dernier, est conditionné par ce sentiment –peut-être résidu du long vécu au sein du ventre materneld’appartenance à cet ensemble circulatoire d’énergies sensibles que nous nommons grégariété, la masse, de laquelle il est difficile de se détacher de façon autonome et, qui plus est, lorsque depuis l’enfance l’on est inserté dans l’idéologie de l’Opinion Publique (véritable opinion de l’Elite imposée par les mass media au corail) du Progrès Matériel (qui –comme nous le verrons dans le Chapitre de l’Agression Culturelle au prochain numéros’oppose catégoriquement à l’Évolution et est synonyme d’Involution en Vie), de la Mode (dont les publicistes emploient de nos jours d’authentiques tactiques de contrôle social et de manipulation psychologique qui feraient pâlir un Goebbels) et de l’Egalitarisme pseudo-culturel et dogmatique avec sa prétendue Objectivité (Au fond: une autre idéologie subjective). La dépendance psychologique, ainsi générée par coutume et conditionnements, écrase toute différence et aptitude personnelle. Uniformisation qui, lorsqu’elle n’est pas assumée complètement, conduit généralement à une attitude de rejet qui ira se concrétiser, soit dans la délinquance (chez les caractères plus violents), soit dans une des nombreuses formes modernement bariolées de contestation stérile (chez les âmes plus inquiètes); lisez:
10

Concept créé par Gustave Lebon.
52

La Possession.

53

Hippisme, Punkisme, Gothisme, etc. Où, dans le meilleur des cas, le jeune sortira d’une assiette de vers pour plonger dans une autre –plus génuine et originale selon lui- dans laquelle il achèvera de corrompre ses instincts les plus sûrs (Conservation, Reproduction,...) .

LA FATIGUE PSYCHO-PHYSIOLOGIQUE SÉCHERESSE ANIMIQUE.

ET

LA

Nul n’est passé à côté de tels effets, propre au seul Ethos Urbain, et donc, à toutes les cités du Monde: Fatigue pathologique, aboulie, ennui, frustration et tristesse endémique, toutes ces situations desquels prétend nous tirer le Système grâce à des cures miraculeuses, qui ne sont qu’une autre tromperie conçue pour recharger la pile dont il a besoin pour maintenir intacte sa vampirisation continuelle. Et c’est que toute rivière doit couler. Les énergies instinctives, animiques et psychiques qui ne fluissent pas dans une ambiance et se voient refoulées, coincées comme par un barrage –le barrage urbain où tout ne peut devenir ce qu’il est en réalité-, de telles énergies stagnent et tout comme l’eau stagnée d’un marécage terminent inévitablement par se pourrir et corrompre, c’est-à-dire, finissent –bloquées- par s’exprimer de la seule façon qu’intentionnellement le leur permet cet Ethos Urbain Financier: via consommation (consummation serait plus juste). Par cette dernière, ces énergies ne se trouvent plus à l’état pur, franc et clair mais elles requièrent d’artifices, intermédiations, béquilles, prothèses d’un monde virtuel parce qu’être réel est devenu par trop exigeant et compliqué, une lumière trop aveuglante pour des yeux déjà accoutumés aux ténèbres... L’APATHIE SPIRITUELLE. Mais là ne s’arrêtent malheureusement pas les conséquences; toutes ces manifestations morbides de notre énergie –qui rarement n’aboutiront en quelque(s) vice(s)53

La Possession.

54

terminent par empoisonner après l’âme, l’esprit même (si tant estce qu’il y en ait un) et le conduire inévitablement à un état d’Apathie envers tout ce qui est supérieur, cause, mystique ou projet dans lequel puisse s’envisager concrètement une transformation spirituelle et par voie de conséquence: de la propre vie elle-même. Il est logique que l’humanus Urbanus, chargé d’objets et prothèses, enchaîné par des dettes à se perpétuer dans cet état de médiocrité assumée, refuse par essence toute option qui puisse questionner ce qui pour lui constitue: “les décisions de toute une vie” –comme si un animal entouré de stimuli olfactifs d’aliments pourrait faire autre chose que baver-. Logique, en effet, mais sur plus d’un aspect on ne lui a pas donné d’autre choix, et ce qui est pire: en aucun moment l’Ethos Urbain Financier alimente la plus petite graine du dénommé Esprit Critique qui instantannément anihilerait tout l’édifice. Toute construction humaine est avant tout une construction dans sa conscience. En fait, sans acceptation consciente du fait qu’une voie est meilleure qu’une autre, personne n’aurait jamais osé mettre un pied dans ces épouvantables et contre-natures constructions de ciment, métal et verre: Comprendre où nous fûmes trompés est le Commençement de la Fin, la chute du masque souriant, la vision du portrait de Dorian Gray, de l’horripilant spectacle de notre situation critique. Mais ouvrir les yeux n’est plus suffisant, le moment est venu de la Réplique à tous les coups, d’interrompre le massacre de nos forces juvéniles dans le Trou Noir du Néant, de miner dans la pratique le système financier par inutilisation de n’importe quelle de ses démembrements et sécher ainsi l’hydre par le biais de ses propres tentacules. Face à l’Agression Financière, à présent révélée de façon claire et inéquivoque, le moment est venu d’initier la Guerre Economique...

CHAPITRE TROISIÈME:

54

La Possession.
***LA RÉPLIQUE*** ºLA GUERRE ÉCONOMIQUE.

55

Economie provient –comme l’on sait- du Grec: οικια νοµοs, la Norme de la Maison, la règle du foyer. Ironiquement, l’économie moderne, si tant est-ce qu’elle s’occupe de la maison- c’est pour mieux presser le citron de cette dangereuse et clée entité politique de base: la Famille, et pouvoir ainsi la désintégrer et l’empêcher d’exercer n’importe quel rôle significatif dans la politique. Stratégiquement parlant, l’Agression Financière réalizée contre tous les foyers de la Planète équivaut à détruire l’appui logistique d’un possible adversaire: coupant ses vivres, il n’y a aucune force accumulée qui puisse tenir, l’épargne même est condamnée à se vider dans le drainage des multiples dettes, et ce qui est pire, chaque foyer se sait esclave et dépendant de celui qui ouvre et ferme le robinet de ses ressources, à volonté... Si tel n’était pas le cas, la Caste Financière se trouverait face à d’innombrables centres de pouvoir qui lui discuteraient pas à pas le terrain politique et culturel: les clans (Celtes à la MacGregor ou Kennedy, ou Romains à la Cosa Nostra, par exemple) où la Nation signifie autre chose qu’un nom imprimé sur la monnaie qui ira dans des poches etrangères. Compris ce point, il serait stupide de ne pas recouvrer le terrain perdu, le pouvoir sur ses propres forces et celles des siens, unies selon des Objectifs Communs, Familiaux tout d’abord, Claniques ensuite, Nationaux et Civilisatoires finalement. La Caste Financière a déclaré la guerre au Monde mettant, à l’égal du Christ11, l’épée entre le père et le fils et entre les propres frères. Inverser cette situation, c’est donner indiscutablement le premier pas dans la Guerre Contre la Finance...
11

Étant le Christiannisme la première grande offensive de la Colonisation Spirituelle Egiptienne en Occident, voir à ce propos: L’Androgyne, p.69. Op Cit .
55

La Possession.
LE FACTEUR HUMAIN ET L’ASSENTIMENT.

56

Une des tromperies les plus notoires de la dogmatique financière consiste en l’introduction de l’axiome selon lequel: “Rien n’est possible sans les moyens”. Une fois acceptée cette falacie, il résulte évident de tomber dasn les bras tendus de l’honorable bienfaiteur qui nous dispensera les dits moyens, en échange d’un petit sacrifice: notre futur et notre liberté... Cependant, cet artifice n’aurait été possible sans la préparation préalable dans les esprits à son apparente indiscutabilité par le biais de la rupture du Pacte Social, résultante de la corruption des valeurs communautaires telles que la Solidarité, l’Effort Participatif, la Coopération Réciproque, l’Assistance Mutuelle et son remplacement par l’Intérêt Personnel, l’Egoïsme, la Recherche du Plaisir et la Loi du Minimum Effort... Dans le Chapitre sur l’Agression Culturelle et l’Agression Spirituelle nous dévelloperons comment et sous quelles volonté et conditions se produisirent ces changements néfastes et déterminants pour ce qui allait être le futur de notre Civilisation, jusqu’à nos jours. Qu’il suffise pour le moment de mentionner que de telles transformations, d’abord philosophiques, ensuite éthiques et religieuses, obéissent à une véritable Colonisation Spirituelle du Moyen Orient12qui -à l’égal d’un virus- allait pénétrer l’Organisme Occidental, changer complètement son programme (à travers la substitution valorique décrite) et l’utiliser afin –via colonisation- d’imposer la nouvelle vision uniciste au reste du Monde... L’heure est venue de faire marche arrière et de rendre le sens authentique à ces concepts, Atomes de la Culture13. Les moyens essentiels de la Culture sont le Facteur Humain et il n’en a jamais été autrement puisque d’ailleurs, les mêmes Finances ont toujours cherché, à travers l’emploi de leur hameçon
12

Lettre Ouverte d’Enzo Talarico de Nov. 2002 in Livre de Philosophie Culturelle nº29 Op. Cit. 13 Thèse de Doctorat, Théorie de la Connaissance, d’Enzo Talarico, Paris 1988.
56

La Possession.

57

usé de l’argent, de soumettre à l’esclavage l’humanité et ses unités politiques –les familles- afin de compter constamment sur –précisément- le moyen humain pour en user et abuser à souhait... S’il n’en était guère ainsi: à quoi servirait le crédit? Endettés: Vous êtes le moyen humain dont dispose la Caste Financière pour s’alimenter et perpétuer sa vampirisation. Comprendre que tout est possible par l’union des forces sociales –aujourd’hui volontairement divisées et utilisées individuellement grâce au travail et à l’endettement- et que les moyens matériels aparaissent tout seul, une fois réunies celles-ci dans la poursuite d’un objectif commun, c’est tout simplement voir la naissance, croissance et développement de toute société humaine... Paradoxalement, sa destruction passe justement par la perte de cet assentiment, accord tacite ou explicite au ou aux plans Civilisatoires et par la persécution de fins personnelles, de possession et contrôle. La Possession dans les Élites consiste dans la confusion du fait d’avoir à disposition toutes les forces sociales afin d’obtenir certaines fins qui puissent élever la Condition Humaine avec la possession même de ces forces; c’est traiter un moyen d’action comme une fin dont on pourrait disposer à volonté et sans mesure quant à l’énergie que l’on peut lui exiger. Les élites occidentales tombèrent dans une telle erreur le jour où elle cessèrent de s’exiger à elles-mêmes le dépassement personnel, la discipline, l’effort évolutif: cessant de croître, elles ne pouvaient que tomber dans le Contrôle de l’Acquis par les Elites passées et dans la consommation de son acquis qualitatif pour leurs satisfactions personnelles. En dévorant ce fromage sacré, elles ne tardèrent à tomber dans les mains du sacerdoce du désert egiptien, victime de la même confusion 2000 ans avant, mais sur un plan beaucoup plus dangereux: le symbolique, transformant une telle détention du Mouvement de la Pensée en système philosophique-religieux: La Pensée Unique14...
14

Lire Op. Cit. P.43.
57

La Possession.

58

Cependant, comment faire dans la pratique pour que le moyen humain prime sur les moyens matériels? En le faisant... Par l’exemple, dans toute oeuvre culturelle: où que l’on agisse sur le plan culturel, nous devons partir de la base du désintérêt et du détachement. Dans la pratique, ceci se traduit dans la gratuité de toutes les oeuvres, présentations, revues, concerts, expositions, conférences, etc... que l’on offre à la Communauté. Ceci produit d’importants et immédiats effets dans les consciences accoutumées au fait que tout a un prix: Cela redonne la valeur perdue à la Culture, où ce qui a de la valeur n’a pas de prix... En revalorisant la Culture, on revalorise en passant tous ces concepts que “l’appréciation” avait corrompu, puisque tout ne peut dorénavant plus s’acheter, ni se vendre ni moins être susceptible d’être acquis et possédé que sous forme subjective, par la participation, qualitativement... Nous passons du règne du quantifiable au règne de la qualité (dans tous les sens du terme). Cette transformation est imparable et la Caste Financière le sait, de sorte qu’entrer dans cette voie est une déclaration de guerre instantanée et nous conseillons par conséquent à tout militant de la Philosophie Culturelle de cultiver indispensablement une source de revenue parallèle à ses activités culturelles afin de ne pas être affamé ni de tomber dans la nécessité de vendre l’Art et de se vendre lui-même en passant... Le facteur humain nait de la discipline de nos besoins basiques, qui nous permette de travailler à temps infime afin de les couvrir et pouvoir se dédier la majorité du temps restant à la Cause Cuturelle. Le sacrifice n’est pas si grand qu’il y paraît, car dans les faits celui qui jouit, vit en travaillant et son insipide plaisir termine rapidement par devenir un abrutissement de ses sens, afin d’oublier momentanément les dramatiques effets d’un esclavage perpétuel et assumé: son travail... LES MOYENS PHYSIQUES. La réunion des moyens physiques part d’une posture de militance culturelle journalière et sa correspondante discipline économique. Si l’on a accepté la lutte culturelle et les risques qu’elle comprend, il serait contradictoire de participer niaisement
58

La Possession.

59

dans la chaîne de consommation et consummisme. Les nécessités doivent se réduire au stricte nécessaire et les dépenses: à toutes celles qui enrichissent le combat, écartant per se toutes les activités du type “fêtes”, car vues du seul point de vue financier elles sont clairement des fuites inutiles et dangereuses (La nocivité du fait de se “défoncer” –le terme était pourtant clairétant pleinement analisée dans la seconde partie de ce manuel, l’Agression Culturelle, à paraître). Sur le plan personnel, tels sont les conseils pratiques à suivre, milles fois confirmés par l’expérience: • Voir tout achat en perspective avec le regard de l’utile et du nécessaire, et jamais avec celui du désir. Ce qui tuera le réflexe désirant et alimentera l’esprit critique par lui amoindri. • Ne se déplacer qu’avec de l’éspèce et jamais de chequier ni moins de carte de crédit. Ce qui nous habitue à la réalité: “Si j’ai, j’achète; sinon, non, j’attend d’avoir.” D’un autre côté, le système de la monnaie électronique, Red Bank, Moneo, etc... est un contrôle de nos déplacements que rien ne justifie. • Considérer l’économie du foyer comme une économie de guerre, chaque investissement devant apporter des fruits à court et moyen terme. En ce sens, qu’un seul membre du noyeau familial travaille est l’idéal15. • Eviter toute fuite de capitaux –et par conséquent d’efforts pour les recouvrer- du type téléphone fixe, Tvcable,
Une étude parisienne a démontré récemment que l’apport économique que la femme travaillant réalise au foyer est nul et quasiment négatif : les frais de transports, vêtements, cosmétiques, garderies, alimentation, psychologues, médicaments, etc., transforment la libération de la femme en une illusion dangeureuse car sans aucun fondement réel même à niveau pratique (étonnant que le légendaire sens pratique féminin s’y soit si bien mépris) avec de surcroît, les désastreuses conséquences pour le noyau familial décrites dans La Guerre chez vous et le Chapitre Second du présent Manuel...
59
15

La Possession.

60

electricité, pressing, transports en commun ou par véhicule propre et tout système de recouvrement automatique en général (impôts, contrats à charges fixes, etc.) de la façon suivante: 1. Tenir en compte que toute charge fixe peut se substituer par un système de paiement sur consommation ou littéralement autonome (carte téléphoniques, achat de vidéos renouvelables, panneaux solaires, byciclette ou patins à roulettes, paiements par mandat cash, etc.) 2. Rechercher l’autonomie de système, c’est apprendre à se gérer financièrement et cesser de vivre assisté. Tout paiement automatique est –en plus d’une humillante façon de voir diminuer le capital obtenu après maints efforts- une forme de vampirisation entraînant une posture psychologique de soumission à éliminer à tout jamais de notre esprit, car étant un inacceptable exemple de comment notre propre recherche de la facilité nous conduit inévitablement à l’esclavage. • Poursuivre les marques et la mode –mis à part l’effet de magie sympathique sur lequel misent les publicistes s’appuyant sur l’inconscient collectif- n’a qu’en de très rares occasions un fondement réel de qualité des produits en question, de sorte que c’est une conduite à analizer au cas par cas. • S’il n’est pas possible d’avoir une maison à soi –un des rares objectifs matériels importants car concernant la territorialité- le mieux c’est de louer quelquechose qui permette d’épargner dans ce sens. Toute unité politique, comme l’est la famille ou le couple, requiert d’un lieu où pouvoir se replier, se recharger, méditer et se reposer: le foyer est ce lieu qui doit être conquit à tout prix afin de ne pas devenir un point faible et manipulable demain.

60

La Possession.

61

• Les règles exposées ci-dessus concernant l’autonomie de système sont évidemment appliquable à toute entreprise économique ou industrielle qui prétendre être viable et ne pas devenir la victime désignée du système financier. La Caste Financière contrôle aujourd’hui la quasi totalité des terres productives de France (Crédit Agricole, etc.) des navires de pêche (Crédit du Nord, etc.) et des industries qu’elle a pressionné d’abord puis endetté ensuite, leur offrant l’issue pour échapper à sa propre pression... Comme on peut le constater, la base de la Guerre Économique consiste en la couverture de toutes les nécessités afin de contrôler systématiquement ce qui dépend de nous et limiter au minimum ce dont ce n’est pas le cas... Dans ce sens, toute épargne doit se maintenir en main et n’être jamais déposé en une banque ou autre entité financière d’épargne, ni encore moins prévisionnelle. Toutes ces institutions sont la base de la ponction, drainage et vampirisation financière de la Caste et par conséquent, nos premiers objectifs et adversaires à éliminer absolument de nos vies et demain, de celles de notre Communauté. En fait, chaque militant de la Philosophie Culturelle doit se comporter comme sa propre banque, administrer de façon disciplinée les moyens dont il dispose et ne jamais confondre ni mélanger la Culture avec ses finances: c’est à dire, qu’il finance ses oeuvres ou celle du Mouvement mais n’admet point que personne le fasse pour lui. Ceci implique diverses conséquences en plus de celle déjà décrite de valoriser ce qu’il fait et dit: Il ne doit rien à personne ni sur le plan Culturel ni sur le plan personnel; il conçoit l’autonomie et la fait réalité, ses idées ne peuvent être manipulées ni ne souffrent aucun chantage de la part des détenteurs des moyens (Salles, auditoriums, théâtres, etc.). A l’égal de W.Shakespeare, le Monde entier devient le théâtre de ses actions et ni rien ni personne ne peuvent enrailler son avance ni conquête du Territoire Spirituel, car il agit sans rien attendre, de façon détachée même de son détachement, se contentant de faire tourner la Roue Cosmique afin que sa vie ne soit vécue en vain...

61

La Possession.
L’ÉTHIQUE.

62

Le défi le plus grand de la Guerre Economique est de ne pas tomber dans la possession; c’est-à-dire, dans la situation de l’ennemi... Notre avantage réside dans le fait que nos objectifs étant culturels et évolutifs, ils nous rappellent constamment le pourquoi de la réunion des moyens, la fin qui les justifie et que dans laquelle nous devons continuellement les réinjecter comme aliments. La Finance –comme l’on sait- est concentrationnaire, ceci dû à son symbole unique, la monnaie. Son objectif est le contrôle à travers le travail ou la dépendance financière (en général, les deux ensemble) ce pourquoi il lui a fallut étendre une éthique de servitude, de compromitions et compromis qu’il faut remplir –le devoir de dette parfaitement analysé dans la Théorie de la Dettedu plaisir irresponsable mais en même temps de responsabilisation envers ses organismes de ponction (banques, Impôts, etc.), de profit et intérêt dans les relations, tous concepts qui se résument dans le terrible concept de possession16. À cette Éthique involutive nous opposons les valeurs suivantes: • Tout adepte de la Lutte Culturelle doit avant tout cultiver en soi-même le détachement, l’Agir sans Rien Attendre et en cela observer l’agir même de la Vie en relation au Vivant. Si la Vie a put exister jusqu’à présent, c’est précisément par son grand pouvoir de libération des formes et êtres qu’elle engendre. Ceci, car, les posséder reviendrait à périr avec eux, à rester prisonnier du Temps qui les use et finit par les détruire. La possession est entrain de tuer la finance, mais ceci n’est pas notre problème, c’est le sien. Offrir des oeuvres à la Culture sans nous attacher à elles est être comme cette nature prolifique et inépuisable, ces sources qui émanent de la terre
16

Lire le traité : La Possession, d’Enzo Talarico, p.96 du présent livre nº30.
62

La Possession.
pour fertiliser ses jardins.

63

• D’un autre côté, “tout comme la Vie emploie tout ce dont elle dispose sans obstacle, de la même manière devons nous agir libres de faute –car il ne manque rien au Soi-Même- et agir en disciplinant notre effort le faisant économe et guerrier”17. • L’accumulation des moyens doit se faire sans profiter de personne; car ceci salirait notre action et nous finirions par le payer d’une façon ou d’une autre... • Si des dettes ont été contractées antérieurement à notre présente décision de ne plus le faire: ne pas s’empresser de les payer car aucun devoir moral ne peut nous être exigé de la part d’êtres essentiellement intéressés qui –bien qu’ils “nous ont fait confiance”c’était pour mieux nous soumettre en esclavage. • Penser que les moyens sont à disposition de notre cause est une bonne manière de se détacher de la possession, et détacher autrui par l’exemple. De la sorte, en un monde où tout est coincé, nous devenons ce torrent impétueux entraînant les sédiments et sédimentés dans ses eaux bouillonnantes et sauvages ou tout n’est qu’Impermanence... • Se Mouvoir par Soi-Même, être son propre centre d’Initiative empêche de tomber dans aucune dépendance et nous place à la tête de tous les évènements, n’attendant pas qu’ils nous adviennent... • Le désir est un sentiment à dominer impérativement, il est la base de la possession et conduit toujours à la recherche du plaisir qui engendre douleur et souffrance. Le désir est l’aliment de notre faculté illusionnante, qu’il rend excessive, décentrant la
17

Réponses de la Théorie de la Dette, Op Cit.
63

La Possession.

64

personnalité et conduisant constamment l’individu vers les objets extérieurs convoités. Cultivez son contraire: la Férocité dirigera votre énergie plus vers l’effort constructif et moins vers le plaisir dissolvant... 18 • Le ressentiment n’a pas lieu d’être chez un adepte de la Philosophie Culturelle: la Lutte culturelle ne s’attaque pas à la Finance parce que cette dernière est la détentrice du capital, qu’elle possède quasiment toutes les richesses physiques mais plutôt parce qu’elle conduit l’humanité à l’involution, s’appuyant sur ces moyens et faisant tout pour maintenir celle-ci dans cet asservissement assumé, corrompant ses Elites et les déviant de ce qui devrait être leurs objectifs supérieurs. Il est évident que la véritable richesse échappe aux Finances et qu’en plus d’un aspect elles sont dirigées par des ressentis culturels qui ne surent que faire avec la Civilisation lorsqu’ils l’eurent entre leurs mains... Mais tel est aussi leur problème et non le nôtre qui est: de développer l’Aptitude pour prendre en main les rênes de cette monture déchaînée. • Concevoir la famille comme une unité politique et économique de base et agir en conséquence, refusant toute idéologie qui la dissolve ou corrompe son noyau (Machisme, Féminisme, libertinage, psychologisme, le fils hors du foyer atteinte la majorité d’âge, etc.) qui ont été conçues par les théoriciens sémites19 avec pour unique objet d’anihiler ces unités politiques, bases des communautés et nations qu’ils prétendaient dominer –y parvenant sur plus d’un aspect- et que jamais lesdites idéologies ne furent appliquées dans leur
18 19

Op Cit.p.57. Qu’il suffise de rappeler que Sigmund Freud créa la Psychologie et Simone Weil le Féminisme que la Communauté juive étrangement refuse parmis ses rangs...
64

La Possession.

65

propre communauté, “Faites ce que je dis mais pas ce que je fais” semblant être la devise de la Caste Financière hébraïque... • Dans ce sens, ne jamais mettre en mains de tierces personnes le jugement et les cures concernant les supposés dérangements psychologiques des membres de la famille. Le psychologisme –en tant qu’escroquerie pseudo-scientifique20- considère toute conduite humaine et la Vie -par dessus le marchécomme une forme de maladie mentale et n’a jamais soigné personne des soit-disant disfonctionnements qu’elle “découvre”, ce qui est le pire... Les problèmes doivent se discuter et résoudre au sein du noyau familial, et à ceci aidera l’absence de la télévision au foyer car, comme nous le verrons dans la seconde partie (l’Agression Culturelle), la télévision est une des plus puissantes –et fragile lorsqu’on le découvrearmes de la Caste, étant un des piliers de l’Urbanisation à outrance, en tant qu’outil idéologique et d’imbécilisation de masse, infantile... LES ARMES ET LES OBJECTIFS DE LA GUERRE ECONOMIQUES. Nous avons vu comment s’acquièrent et maintiennent les moyens dans le noyau familial, voyons à présent comment se transforment ces derniers en armes de lutte et conquête du territoire financier et Culturel. Les Armes de la Guerre Économique sont, A) De Défense: 1. La liquidité. 2. L’Epargne.
20

Lire à ce propos l’excellent texte de Rochelle Macredie : La Psychiatrie, une approche réductrice de la réalité, in Revue Nexus nº9, an 2000.
65

La Possession.
3. Le troc. 4. La Coopération Réciproque. 5. L’Économie Féroce. 6. le Pluralisme. B) Offensives: 1. La Diffusion. 2. La Publicité. 3. L’Althing. 4. Le Boycott. 5. La Conquête. *************

66

A) Les armes défensives concernent la diminution des dommages qu’usuellement provoque la gamme variée des agressions financières antérieurement décrites, au point de les rendre inoffensives et vaines. 1. La Liquidité est le chant du cygne du système financier, car il élude son contrôle et permettant la gestion de cette énergie matérialisée, fait prendre conscience à celui qui la gère du pouvoir qu’elle donne sur lui à celui en qui il la délègue (le banquier, entre autres). Une fois prise cette conscience accompagnée de l’éthique militante et de celle des objectifs culturels, le jeu de la finance vient de perdre un pion... 2. L’Épargne –nous l’avons vu- est le barrage faisant obstacle à la dispersion de l’énergie du noyau et permettant sa future
66

La Possession.

67

canalisation dans les différentes tâches de la Lutte Culturelle. Sans elle, aucune action n’est possible car elle tient de l’économie vitale, et épargner ne s’applique évidemment pas seulement au concept de l’argent, mais bien à toutes les différentes manifestation de notre énergie (vitale, sexuelle, animique, psychologique, intellectuelle et spirituelle). Nous l’héritons à travers les âges du Principe de Prévision, lequel nous commande d’accumuler dans les moments d’abondance pour les moments de disette (en général, l’hiver) mais qui aujourd’hui est volontairement exacerbé et polarisé par le système en créant la sensation – principalement chez le principe féminin- que les réserves ne suffisent jamais, de par la constante fuite de capitaux provennant des innombrables membranes de ponction tendues par la Caste dans tous les foyers de la planète... Épargner de nos jours tient du miracle si l’on ne comprend pas comment fonctionne la vampirisation, ni quelle assise elle a en nous. Cette première tâche à présent réalisée, il n’y a qu’à appliquer les moyens d’y parvenir antérieurement décrits et s’y tenir aussi fermement que si notre vie en dépendait. 3. Le Troc est le moyen d’échange du passé et du futur, car lorsque le système monétaire s’effondrera –et nous ne serons pas étranger à ce fait- il recouvrera le poid et l’efficacité qu’il n’aurait jamais dû perdre. Mais –comme l’explique parfaitement l’entrevue sur ledit système et son application en Argentine dernièrement- il n’est pas seulement un moyen d’échange sinon qu’aussi une des principales armes de l’épargne du futur (nous nous en remettons au texte, p.25) et donc de la Guerre Économique... 4. La Coopération Réciproque est le rétablissement d’une des principales valeurs communautaires intentionnellement corrompue par la Caste: la Solidarité, l’assistance mutuelle. Elle signifie entraide à l’intérieur du Clan et de la Communauté, elle est inhérente à une société intégrée qui
67

La Possession.

68

ne laisse aucun de ses membres livré à lui-même mais est constamment attentive aux variations et symptômes de malaise ou d’indifférenciation, y remédiant par la constante remise en question, la formulation d’initiatives et de nouveaux projets qui puissent libérer l’enthousiasme individuel et la vision d’une cause commune. Face à l’Agression Financière, il est vital de ne jamais dédaigner les forces mineures, car tout élément du groupe qui se sente écarté de la cause culturelle, retombera inévitablement au service de l’unique, car ce dernier coalise tous les ressentiments, étant par nature contraire à l’Aptitude Individuelle et encore plus à l’association des forts qu’il fait tout pour empêcher... 5. L’Économie Féroce nous l’avons vu est cette attentive gestion de l’énergie que canalise l’argent, évitant toutes fuites innécessaires et coupant toutes les membranes de ponction financière, tous les ponts avec le système vampirisant. Nous avons déjà mentionné les mesures pratiques à prendre dans le paragraphe des Moyens Physiques, qu’il suffise de les adopter comme arme de défense et logistique pour les combats à venir. L’Économie Féroce est synonyme d’économie de guerre, car telle est – nous l’avons manifesté- notre actuelle situation; elle rappelle ce geste des Femmes Celtes coupant leur chevelures pour s’opposer à l’envahisseur romain et contredit le conditionnement actuel de l’économie désirante de la dénommée Désirocratie, règne de dépendance et de soumission, de l’emprise des instincts dénaturés, car hors du réel... 6. Le Pluralisme est une posture individuelle et collective d’action intégrée à plusieurs niveaux, dans les différentes aires où s’exerce notre volonté et se privant continuellement de tomber dans le monisme, que ce soit dans la production, la création culturelle et artistique ou toute autre activité humaine. Il est notoire de constater que la réussite principale de la Caste a été de simplifier tous les
68

La Possession.

69

esprits en les cloisonnant dans des espaces spécifiques “specialisés”, atrophiant de la sorte leur pluralisme intérieur (Spirituel, Intellectuel, Animique et instinctif), asséchant par là même la source de leur créativité et faisant tomber la Culture dans le Trou Noir de la Productivité (équivalant à la répétition stérile). Agir à niveau pluriel devient alors une façon de se retrouver soi-même, de découvrir l’immense potentiel personnel recouvert par la boue de la spécialité, du savoir presque tout sur presque rien, et le mettre en branle telle une mystérieuse graine éclorant soudain et de laquelle jaillit un jardin miraculeux. Montaigne21 s’émerveillait que la semence humaine contienne un nombre si infini de formes... Que dire alors du nombre aussi infini de possibilités que l’unique prétend réduire à néant? Le pluralisme s’applique à niveau industriel et agricole dans l’exploration de diverses aires à la fois, ce qui évite la dépendance d’une mono-production envers le système commercial et permet une rapide adaptabilité face à de nouvelles situations. B) Les armes offensives sont celles qui détruiront les bases de la conception financière car –en plus de couper les membranes du parasite et assécher ainsi le système- elle détruisent sa capacité de réaction et de répression créant un pluralisme contagieux échappant à son contrôle centralisé et diffusent la nouvelle conception –où il n’a guère de place- ne laissant aucun espace à sa diffamation et autres techniques de dissolution et contrôle mental. Bien entendu, la liste n’est qu’exhaustive et qu’un échantillon à enrichir à volonté et selon les situations: il n’est qu’une première étape avant le conflit ouvert, mais est indispensable au maintien d’un continuum logistique vital pour l’alimentation des différentes branches de la lutte culturelle, à ne jamais dédaigner. 1. La Diffusion constitue l’expansion du nouvel esprit qui demain gouvernera la matière et ses manifestations de façon plus intégrée au Milieu Naturel. Il signifie la
21

Essais, Livre II.
69

La Possession.

70

publication de tous les textes et formulations théoriques participant de la Philosophie Culturelle et la plaçant comme l’indiscutable remède à nos actuels maux, manifestant ses apports à la société post-financière, au Règne de la Qualité remplaçant l’actuel et mourant règne de la quantité, mettant en place la nouvelle éthique en harmonie avec le Devenir et l’Impermanence du Réel par son acceptation de la contradiction des Principes Premiers (Mâle et Femelle) et de leur intégration (le Fruit: Fils-Fille) sans cesse remise en question, redonnant au Concept sa primauté sur le Signe, à la Pensée sur le Langage... La diffusion est une des tâches de la Militance Culturelle et est une affaire de tous instants, devenant la colonne vertébrale de toutes les activités culturelles (Expositions, Présentations, Concerts, Conférences, entre autres) car son sous-bassement théorique et justification. Vingt années d’expérience sur le terrain de la Manifestation de notre Pensée nous ont démontré l’importance des publications lors des activités publiques: Redonner le sens du Sacré là où la Caste avait rendu tout profane... 2. La Publicité dans son sens premier de rendre public un fait entre ici en jeu comme vaste réseau de contacts entre les différents Clans et membres de la Communauté isolés de part leur éloignement spatial. Il nous a été donné de constater que l’isolement est une des armes les plus redoutables de la Caste pour l’élimination de ses adversaires tenaces. La Publicité de chacunes de ses attaques à quiconque luttant contre elle doit devenir une règle de fonctionnement, car elle élimine l’efficacité de cette sournoise et sourde guerre faite comme si de rien n’était et dénonce les tentacules de l’Hydre, lorsqu’il s’en prend à l’un d’entre nous. Des expériences comme la Lettre de Liaison d’Aedos et plus encore comme le Bulletin d’Information Réelle du Livre de Philosophie Culturelle où se sont publiés les noms des personnes attaquées financièrement par la Caste ou emprisonnées

70

La Possession.

71

pour dettes, condamnées à des amendes absurdes et iniques pour leurs activités dissidentes (?!) et d’autres incroyable mais vrai sont autant d’initiatives à reproduire, à amméliorer afin de ne plus permettre l’épuration de nos génies et plus courageux intellectuels et redonner la confiance en la suprématie de la Justice et de la Raison sur l’Inique et le Mensonge... Publicité donc, dans des bulletins à vaste diffusion et gratuits (bien évidemment) afin de reconstruire notre délabré tissu éthnique en voie d’extinction, par protection de ce qui compose son essence: les Détenteurs de son Esprit. La Caste –il est important de le savoir- ne peut agir ouvertement car elle est un principe parasitaire qui vit sur l’ignorance de l’organisme parasité. Ici, comme partout: la Connaissance, c’est le Pouvoir. Connaître chacun de ses actes équivaut à diminuer ses nocifs effets, à devancer ses prochaines attaques, c’est la mettre à nu aux yeux de tous les illusionnés sur son absolu pouvoir... 3. L’Althing est cette réunion publique Wiking où toute accusation ce faisait ouvertement, de façon claire et justifiée par des preuves suffisantes et véridiques. De nos jours, le sémitisme nous a habitué à la calomnie, au mensonge diffamateur et salissant, à l’infamie généralisée chez nos politiciens et notre élite en général, entachant la tête de l’organisme de déshonneur et des pires vilennies, afin de justifier son action corruptrice dans le reste de l’organisme tout entier... Réinstituer l’Althing, revient alors à clarifier l’eau bourbeuse, à imposer à toute diffamation sournoise la publicité et la responsabilité de celui qui la réalise, des preuves et des témoignages émanant de personnes probes, c’est rendre responsable l’attaquant des préjudices qu’il porte à la victime de ses ataques, si ces dernières venaient à s’avérer injustes ou injustifiées, c’est terminer avec ce système pervers et intentionnellement diffusé selon lequel une tache sur tel ou tel autre personnage politique se garde en réserve et peut toujours servir s’il vient à

71

La Possession.

72

molester la Caste demain... L’Althing est avant tout une posture éthique personnelle que nous devons diffuser et imposer dans notre entourage; elle concerne également la délation et toute autre arme semblable propre des faibles et indigne d’un peuple civilisé. Il est important d’avoir à l’esprit la devise d’un influent politicien des années 40: “Celui que la presse dit être un scélérat, je le considère d’ores et déjà digne de ma confiance”... Exiger à la Presse le sens du véridique et de l’Althing dans ses notes est une tâche à réaliser systématiquement, car nous l’obligeons ainsi à devenir ce qu’elle n’aurait jamais du cesser d’être: un organe de correction du Pouvoir et de ses réels excès . 4. Le Boycott est une des armes d’attaques de la Guerre Economique en se sens qu’elle corrige le système productif et l’oriente sur ce que veut la Demande –qui dans le système économique est toujours Roi- et donc, modifiant par la prise de conscience les habitudes de consommation du public ont parvient à casser la mécanique financière-publicitaire et à ne permettre sur le marché que l’authentique et la qualité. Mais le Boycott ne s’arrête pas là, il peut signifier la mort du système banquier en empêchant l’accès du public à ses caisses et la cessation de tout crédits, d’utilisation de chequiers, cartes de crédit, monnaie électronique et finalement de comptes en banque. Tout vampire meurt par faute de sang, le mécanisme est simple et il n’y a qu’à l’enrailler pour que les élites reconnaissent finalement son inutilité et optent pour une saine autarcie financière qui, d’ores et déjà, éliminera toute dette extérieure et le surendettement individuel actuel... Boycottez donc, où que vous soyez, en expliquant le pourquoi et le comment ici exposé. La finance est un maux qui dure depuis trop longtemps, l’heure est venue de sonner son glas... 5. La Conquête est la phase d’expansion de la Guerre Economique, sa prolifération à niveau Mondial car il
72

La Possession.

73

serait ingénu de croire que la Caste ne réagira pas violemment comme tout Cancer qui se sent près d’être extirpé. L’opération doit être -en plus de chirurgicaletotale, universelle, afin de ne pas revoir demain ses récurrents effets... La Conquête est l’application des armes mentionnés à vaste échelle, systématisée, de façon féroce et impitoyable dans tous les secteurs de la société, conquérant les cadres intellectuels à notre cause et les guerriers à prendre les armes et cesser d’être les pitoyables mercenaires d’une gigantesque sangsue. C’est différencier le grain de l’ivraie et sauver ce qui peut encore l’être de la vase du Néant... la Conquête est une posture psychologique de combativité à maintenir en tout moment et qui se veut contagieuse, car pressante face au danger qui nous menace en tant que Civilisation. Face à la Menace de l’Islam –autre côté de l’Étau dans lequel la Caste Financière prétend nous écrabouiller- la Conquête se traduit en diverses actions concomittantes: a) La Prolifération Eugénétique, en termes français: Ayez beaucoup d’enfants avec une française, ou plusieurs -ce qui les protégeront des possibles “manipulations” lors des accouchements (la Monogamie comme tout ce qui est monisme signifiant une faiblesse par un préjugé que nos ennemis -nous l’ayant inculqué- ne semblent guère partager)- ce qui est plus lié à notre patrimoine culturel Indo-Européen et donc, plus naturel et préférable à l’hypocrisie monogame, où le couple ne résiste quasiment jamais à ce qu’il considère une tromperie. Economiquement, la Famille nombreuse n’est pas si anti-économique qu’il y paraît car, mise à part les absurdes allocations familiales –que l’on donne à titre d’encouragement à ceux qui viennent nous envahir...- la Famille devenant une puissante entité politique, d’être éduquée dans le sens de la Lutte Culturelle -bien entendu-, chaque nouveau

73

La Possession.

74

membre vient combler les vides et participer du projet dans ce que sont ses aptitudes et aspirations personnelles. Le Clan ainsi formé peu à peu se lie à d’autres Clans qui reconstituent le tissu culturel et ethnique insipensable à toute Nation qui se respecte et se fait respecter. b) L’Expansion Culturelle est tout le contraire de ce qui se produit actuellement avec la fuite de nos génie aux Etats Unis et ailleurs: c’est l’ensemencement culturel à l’étranger par le financement de voyages aux membres de notre Communauté afin d’exposer et diffuser la Lutte antifinancière et Pro-Culturelle. C’est la publication et diffusion gratuite d’oeuvres traduites, La réalisation de conférences et la conquête militante de membres pour sa future diffusion et par l’exposé du génie à travers des oeuvres techniques et même scientifique anti financière, car prônant l’autonomie de système et l’intégration au Milieu Naturel. C’est le financement de tous les génies français et Européens considérés atypiques dans toutes les catégories de la Recherche et de la Connaissance. C’est la fin de l’Obscurantisme et du Contrôle moniste sur la face du Globe... La Création d’Entreprises signifie un financement de projets économiques à condition qu’ils répercutent sur un financement postérieur de la Lutte Culturelle et sa diffusion: l’objectif de ces entreprises n’est alors plus lucratif mais Culturel et Détaché, elles sont un clair exemple d’expansion Civilisatoire sortant l’humanité de son actuelle tâche aussi aveugle qu’absurde: le Travail, le remplaçant par son correspondant à l’opposé: l’Effort Culturel et Militant.

c)

74

La Possession.
CONCLUSION.

75

Pour conclure cette première partie intitulée l’Agression Financière et la Guerre Économique nous invitons tout lecteur à aprofondir certains concepts clés comme la Caste Financière, La Dette, Le Crédit, L’Ethos Urbain Financier, l’Androgyne et d’autres qui n’aurait pas été suffisament éclaircis en consultant les numéros 23 et 29 du Livre de Philosophie Culturelle (la Caste Financière, l’Androgyne – la Théorie de la Dette.) où ces thèmes ont été exhaustivement analysés et étudiés. Les Chapitres de l’Agression Culturelle et Spirituelle et Physique avec leur réponses correspondantes de Guerre Culturelle, Spirituelle et Guerre tout court paraîtront dans le prochain numéro du Livre comme seconde partie. Nous nous trouvons à la charnière de temps nouveaux et il est indiscutable que nous présençerons l’effondrement du vaste édifice croulant de l’Unique et que cet effondrement ne se produira pas sans dégâts pour nos peuples. Mais, et là est notre apport, l’important pour tout homme est de trouver sa place dans les Plurivers (pluralité d’Univers composant le Cosmos) et de la respecter et la faire respecter. Avoir transformé l’insondable potentiel humain et naturel en une vulgaire pile atomique est le plus grand crime qu’ai commis la Caste, recouvrer notre sens est notre plus noble tâche, envers et contre tous...

Christian Talarico.
CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA PENSEE HINDOUE: DHARMA, KARMA, VARNA.

Nous débutons ici l'étude de concepts fondamentaux de la Pensée Hindoue qui constituent une source essentielle de la pensée indo-européenne, même s ’ ils ont été par périodes plus ou moins longues, et maintenant de façon continue, depuis plus de 2000 ans, voilés ou même en partie pervertis ou annihilés
75

La Possession.

76

par le judéo-christianisme, rendant las Européens orphelins de Pensée propre, I1 ne s’agit pas de revenir à ces concepts pour les appliquer aveuglément, mais de rechercher leur source et leurs connections avec la réalité pour qu’ils contribuent à la création d'une véritable Pensée européenne en nous mêmes, las concevant et les vivant. Ainsi en va-t-il des concepts d ’ Ordre Cosmique, de Dharma, de Karma: l'empreinte des actions au fil du Temps et des générations, ou de Varna, les Castes, par exemple. L’ensemble de ces concepts indo-européens conforme un Esprit au centre duquel se trouve le symbole de la Triade - du Pluralisme et de l’Intégration- différent du monisme judéo-chrétien que nous connaissons. Et l ’ on voit que des Esprits différents conçoivent et projettent des mondes égalemant tres différents. Ce qui nous enseigne qu'il n ’ y a pas qu'UN monde de possible. D’où, la lutte ancestrale qui existe et perdure entre le monisme mosaïque ou sémitique et le pluralisme Indo-européen. Le Dharma, de “la racine DHRI = porter..., désigne ce qui sous-

LE DHARMA

tend toute réalité matérielle ou morale, c'est la Loi, la norme de tout ce qui existe, finalement la loi universelle qui régit et soutient l'Univers". (A.M Esnoul et O.Lacombe. in notes à La Bhagavad Gîtâ) .

Quelle est cette loi qui régit et soutient l'Univers, tout ce qui existe? Loi qui fait que tout ce qui existe apparaît - naît, existe, puis disparaît. Par son apparition elle semble sortir du néant, et par sa disparition semble y retourner. En réalité, ce qui semble le néant, le rien, ne l'est pas. Cette chose provient de ce qui était -sans y être identique - et, essentiellement, de la puissance de ce que Enzo Talarico appelle le(s) MOUVEMENT(S), sans commencement ni fin. Elle ne retourne pas absolument au Rien, puisque par la force du Mouvement elle se transforme ou est transformée en d'autres choses ou/et puissances (énergies,corps, etc). La Loi Universelle, Dharma, serait cette tendance22, au sein du Mouvernent, à la formation - dans le sens de création de formes - et organisation cohésive ou mieux organique. Les Hindous disent que
22

Ou mieux,se dégagerait de cette tendance à la formation, et à la fois, ensuite, la régirait.
76

La Possession.

77

c'est de la "tendance cohésive (Sattva) que proviennent la Loi-dePerfection (Dharma) et le Connaissance (Jñâna)." (Mythes et Dieux de l'Inde. A. Daniélou) "Dharma est aussi le souffle qui s’ élève au moment de la manifestation." (A.Daniélou). Ainsi, de la formation de l'étoile à la naissance de chaque être vivant c'est le Dharma qui régit, à la fois souffle et expression de la tendance à l’organisation cohésive. Pour cela, le Dharma, Loi-dePerfection, serait aussi Loi de Perfectionnement. A.Daniélou écrit : "Rama représente l'aspect solaire de Vishnu, donc la loi cosmique est pour l'homme le devoir qui consiste pour chacun à se conformer à la loi qui le régit, à réaliser la perfection de sa nature. C'est cette réalisation de soi-même qui est représentée par le terme Dharma." Réalisation de soi-même, c'est-à-dire, en cela, perfectionnement, Ainsi l'humain, à un autre niveau l'Homme, contribuent à des degrés différents, à l'Ordre Cosmique en se réalisant en euxmêmes, en se réalisant eux-mêmes. Ils accomplissent la Loi universelle, le Dharma, en recherchant leur rôle-contribution à l'Ordre Cosmique, et en l’accomplissant. L’Ordre Cosmique se manifeste de différentes façons: Ordre naturel, Ordre social et culturel; dans le Soi individuel national, racial,... J.Herbert écrit (in Spiritualité Hindoue): "Chaque

humain a un svadharma, une règle d’action de vie qui lui est rigoureusement propre, et qui est determinée par sa race, sa caste, son sexe, son âge, ses aspirations spirituelles profondes, et même par l'époque à laquelle il vit.". Dans l'Ordre Naturel, le brin

d'herbe accomplit sa “Tâche” individuelle de croître, se reproduire, contribuant ainsi à son espèce herbe. Il en va de même de l’animal. L’humain aussi accomplit cet Ordre Cosmique naturel de vivre, se nourrir, se reproduire naturellement, etc. Mais cela n’est pas sa specificité humaine, qu'il trouve dans l’Ordre social, et surtout dans l’organisation culturelle, la Culture, et au-delà dans le spirituel. Qu’est-ce que l'Ordre Cosmique pour l'humain? Quel est le Dharma humain? Le Svadharma apparaît ici comme central. Il est en rapport au Soi qui serait centre d’Intégration de la Race, de la Caste, du Sexe, de l'âge, des aspirations spirituelles, de l ’ Epoque...

77

La Possession.

78

Ainsi, le Soi individuel aurait à réaliser ses qualités propres définies par sa situation de Race, de Caste, de l’âge, de Spiritualité, d’époque,... Mais c’est le Soi qui intègre et projette, transforme, fait devenir. C’est à dire que si un individu appartient à telle ou telle r a c e forgée au cours des millénaires, on voit mal pourquoi il chercherait à accomplir les qualités d ’ une autre race au lieu des siennes propres. En tout cas, c ’ est la Loi Universelle de la réalisation de soi-même sur ce plan. Cela fait partie de l’Ordre Cosmique que d'accomplir les devoirs -comme disent les Hindous- de sa race. Par exemple, quels sont les devoirs inhérents à l'appartenance à la race blanche, indo-aryenne, Aryens qui ont fondé l’Hindouisme avec à sa base les Vedas écrits par le sacerdoce des Aria? Tout d'abord, i1 y a certains devoirs qui ne sont peut-être pas propres à la race blanche, à savoir: devoir de solidarité, notamment face aux dangers qui menacent l'existence de la race; devoir de participer au développement, la croissance; devoir de la perpétuer et de la faire évoluer qui implique une évolution de Soi. Sans l ’ accomplissement de ces devoirs, la Race en général, et la race Blancne en particulier, disparaîtra, sera anéantie. Quels peuvent être les devoirs propres en relation à la Race Blanche? Rappelant que nous employons le terme devoir non pas dans un sens moral proprement dit, mais dans un sens de l’accomplissement de Soi (Dharma, selon les Hindous). Ce que l’on doit faire pour cela. Quant à la race, elle n ’ est que secondairement une question de couleur de peau. Ce qui prime c!est le symbole et les qualités propres à telle ou telle race. Ainsi, la réalisation de soi- même, c'est de vivre ses propres symboles, pensées, mythes, développant ainsi des cultures spécifiques. Le grand Symbole de la race Blanche indo-Européenne, est la Triade (voir le Livre de Philosophie Culturelle, notamment N°25 et 29). Celle-ci se manifeste sous forme de différenciations, d'Intégration (Masculin/Féminin : Fruit; Intérieur/Extérieur: Centre; Quantitatif/Qualitatif : Forme; Nature/Culture:Homme; etc, etc; dans le domaine culturel par: Les trois castes, la Raison, l'Ethique...

78

La Possession.

79

Le monisme a remplacé la Triade par l'unique (Voir: L’Androgyne, Livre de Philosophie Culturelle Nº29) : dieu unique (yahvé); l!androgyne en général, l’ argent; La seule “caste” des travailleursconsommateurs. Sur le plan animique, le désir. Dans l'adhésion à ce pré-symbole moniste, une part de la race Indo-Européenne se renie et veut briser l'Ordre Cosmique dans lequel chaque existant lutte pour la réalisation de soi par soimême. L’Unique réintroduit l'indifférenciation, le néant, par la confusión en UN de tout, voulant de cette façon être le seul à dominer, pour son propre profit et pour l'éternité. Un principe essentiel - ou loi - dharmique, celui de la différenciation et de 1'Intégration (on le rencontre dans tout être qui existe, des étoiles aux cellules, aux organismes vivants, aux organisations sociales et culturelles), est dans ce cas détruit. Renouer avec, c'est, pour la race indo-européenne, rétablir le Dharma, l'Ordre Cosmique, en renouant par là-même avec la Triade (car en rapport a l’Intégration et 1'organisation cohésive). A partir de là, il s'agit de perpétuer la race en se reproduisant biologiquement, génétiquement, culturellement, en s'appuyant sur ses symboles, avec la perspective de croître et d'évoluer. Il s'agit d'une Conscience et d'une poussée internes à la race, ce qui est une manifestation du Dharma. Le sexe, Mâle ou Femelle, comme élément du Dharma. Les devoirs, rôles, fonctions, etc, propres a chaque sexe, lorsqu'ils sont accomplis, contribuent à l'Ordre Cosmique en l'accomplissant. Le Mâle et la Femelle se rencontrent pour perpétuer l'espèce, et tout d'abord leur ethnie et race. Ils les perpétuent biologiquement, génétiquement, mais aussi culturellement, notamment à travers l'éducation. Chacun a des rôles spécifiques car chaque sexe est différent de l'autre. Ils ont des corps et des psychismes différents. Et c'est cette conjugaison qui va donner l'enfant, lui-même mâle ou femelle. Le père va être l'inséminateur, la Mère va porter l'embryon puis l'enfant pendant neuf mois, va l'allaiter, lui donner les soins nécessaires, et commencer, avec le Père, à l'éduquer, le rendre humain.

79

La Possession.

80

Le Dharma est rompu lorsque les sexes ne s'accomplissent pas selon ce qu'ils sont: Mâle ou Femelle. On peut ainsi considérer l'homosexualité complète comme une anomalie ou abherration, une position anti-vie puisque l'homosexuel ne peut - ou/et ne veut se reproduire. En tout cas pas avec un individu de l’autre sexe. L'homosexualité, sur ce plan, rompt le Dharma qui est 1' accouplement du Mâle et de la Femelle. Si l'on veut promouvoir 1'homosexualité, comme c'est maintenant le cas dans les sociétés occidentalisées, c'est donc pour détruire ces sociétés et peuples, les conduire au néant (a-dharma). En réalité l'union du Masculin et du Féminin est un acte cosmique, ou de cosmicisation. II réalise du cosmos, il l'accomplit, et pour cela contient du Sacré. En occident Européen, on a pris la mauvaise habitude de rendre tout profane. L'Union Masculin/Féminin est ramenée à un acte charnel sans autre perspective que la satisfaction d'un désir, sans se rendre compte qu'elle est à la source de création. L’Union Masculin/féminin, Mâle/Femelle est bien un actecosmique. Ceux qui 1' accomplissent réalisent le Dharma. Le Dharma selon l'âge. L'accomplissement du Dharma est aussi en relation à l'âge de l'individu. D'ailleurs dans l'Inde Ancienne cela était pratiquement codifié en quatre phases de vie : quatre âshrama. Suivant l'âge, les tâches à accomplir sont différentes. Le jeune se consacre essentiellement à l'étude, puis se mariant il crée un foyer, acquiert propriétés et richesses matérielles. Lorsqu'il a son premier petit-fils, il est fréquent qu'il se retire - parfois avec sa femme -. Dans un quatrième temps, il arrive que certains abandonnent tous les biens matériels acquis, pour vivre une vie de sage, de sanyasin. Cette division des tâches suivant la vie individuelle correspond à une réalité des aptitudes et capacités suivant las âges de la vie humaine, mais est aussi une conception tenant en compte cela. Une conception où l'Hindou sait que les choses matérielles s'usent et passent et que ce qui les transcende est le spirituel. Ainsi, commençant par l'étude, il finit par la méditation ayant passé par l'action. Ceci est bien entendu schématique, car dans l'action est contenu le spirituel - quand il y en a - et celui-ci contient l'action. L' acquisition des biens matériels est une des bases, non le tout.
80

La Possession.

81

En accomplissant ces phases, ou au moins les trois premières, l’Hindou réalise le Dharma. Les aspirations spirituelles et le Dharma. L'humain digne de ce nom a des aspirations spirituelles, differentes suivant le degré d'évolution de celui-ci. Cette situation est en partie acquise par 1'appartenance de caste, mais aussi par le karma ou l'héritage biologique-génétique, culturel, mental, v o l i t i f , intellectif, etc, de l'individu. Nous pensons qu'il y a en plus une/un inconnu, peut-être le Hasard, et la forme d'Intégration spécifique d'un individu qui combine en lui-même de façon particuliére les acquis et lasprojections dans le futur, ce qu'il a luimême vécu ou vécu par ses aïeuls (ascendants en general) Les aspirations spirituelles sont le propre de l'humain et de l'Homme. Le spirituel va marquer la frontière entre l'animal et l'humain, et par degrés entre l'humain et L’Homme. Le Dharma c'est aussi l'accomplissement, pour l'humain et l'Homme, de leurs aspirations spirituelles propres. Sans cela ils déchoient de leur humanité et hominalité. Qu'entend-t-on par spirituel ? Ce qui dépasse, transcende, les formes dont la matière, les objets, les choses, les idées même. C'est ainsi la Pensée, la Conception, la Volition aussi ; c'est ce qui crée et fait se mouvoir les choses. C'est aussi una aspiration vers l'Inconnu -ce qui n'est pas sans rapport avec la création - et à la Connaissance.. C'est un dépassement du présent-présent. Les aspirations spirituelles seront bien ainsi, différentes selon les individus, les castes, etc. La caste des producteurs, par exemple, qui a pour perspective de produire, de faire fructifier, de jouir même de ces biens, a aussi pour raison d'être nourricière de la Nation, non seulement sur le plan matériel, de la production, mais aussi sur celui de 1'incarnation d'un milieu culturel inspiré par des symboles, mythes et croyances, religions. Elle contribue ainsi à créer un vivier pour l'évolution hominale. Elle a de ce fait son aspiration spirituelle, en relation à la caste sacerdotale et à celle du politicomilitaire. Cela constitue le Dharma qui se fait en s'accomplissant et n'est pas immuable. L'individu peut évoluer par degrés, mais pas sans effort propre. L'idéologie actuelle, à la mode, dit que tout un chacun est au même degré d'évolution, ce qui implique qu'il n'y a

81

La Possession.

82

pas d'effort spirituel et physique à faire. Tout est égal. S'il y a un ordre, il est fixe, rigide et unique. Il est le reflet du pré-symbole de l'Unique qui est 1' Un sous toutes formes diverses: yahvé, argent, désir, matière, etc. L' observation du Dharma - au m oins de ses manifestationsenseigne au contraire que tout est mouvant, changeant, s'équilibrant, qu'il y a des interactions, des conflits, des harmonisations... cela est Dharma,... pas d'unique. Chacun a, disons un rôle à jouer, par son propre effort, dans l'évolution cosmique, de l'Homrne... Et cela varie suivant les individus, c'est leur savadharma. LE DHARMA S'EXPRIME EN LUTTE, CONTRADICTIONS, INTEGRATIONS. Pour cela, il ne faut pas croire que Dharma signifie ordre rigide et unique, immuable. Il manifeste la tendance cohésive par 1'organisation cosmique, mais dans celle-ci coexistent, parfois en contradictions, les forces de destruction qui auront leurs propres rôles dans l'Ordre cosmique. Parlant de Târa et Kâli, A.Daniélou écrit : "Détruire ; est la loi (Dharma) de ces deux déesses." (tout cela montre le sens profond du polythéisme). En détruisant, Târa et Kâli accomplissent aussi le Dharma, la loi cosmique. La destruction a entre autres comme fonction de “libérer de la place" en éliminant ce qui est usé, et donc de permettre à d'autres énergies de se développer. Si l'on regarde de grands arbres comme par exemple les chênes, on s'aperçoit qu'ils ont, surtout dans les parties basses, des branches séchées qui, un jour ou 1’autre, seront emportées par le vent d'une tempête. Ainsi, la destruction de ces branches à moitié mortes, évitera qu'elles absorbent de l'énergie de l'arbre, laquelle irriguera les plus jeunes branches. Et le chêne poursuit son chemin. La destruction de parties contribue à la survie de l'ensemble, à sa régénération. Le moi humain ne veut pas admettre la nécessité de laisser la place le moment venu, à l'âge de la vieillesse (qui varie suivant les individus) où le corps se degrade. On a ainsi en occident de plus en plus de millions de vieillards qui vivent de plus en plus vieux, et non pas en bonne santé; car dans ce cas, un homme ou une femme de 80 ou 90 ans ou plus qui vit sans médicament et assistance médicale plus ou moins continue opérations chirurgicales, etc - est encore apte à réaliser des tâches. Par contre, des millions d'entre eux que l'on entend parler ici ou là, se

82

La Possession.

83

racontent leurs multiples opérations chirurgicales, leur nombre de médicaments qu'ils ingurgitent tous les jours, et tout cela pour végéter. Là aussi, l'humain occidental refuse la Loi Cosmique, le Moi veut se croire immortel. Il refuse - quelle illusion ! - d'être détruit comme l'est la branche du chêne qui suit en cela la Loi Cosmique. La mort physique peut être la fin fin ou qu'une fin matérielle si dans sa vie l'humain y a mis du spirituel, lequel se poursuit de géneration en génération. Comment l'humain Occidental a-t-il pu en arriver à refuser sa propre mort ? En rapport à celle des autres, proches; on peut comprendre que des liens affectifs rendent la mort pénible. Mais sa propre mort ? On peut penser que l'occident, qui a mis la jouissance physique, matérielle des biens au premier plan, et donc a réduit le spirituel à un quasi néant, a fait que la mort est effectivement une fin totale et radicale, sans suite. D'ou la terreur. Et la boucle se boucle quand pour éviter celle-ci l'occidental se plonge de plus en plus dans la jouissance physique. II n'y a pas de culture de l'esprit, il n'y a pas de connaissance de la réalité -dont le Dharma - ce qui explique le refus de la mort, laquelle étant ineluctable -physiquement - engendre la terreur. II n'y a pas de pensée, de mythes qui aident à cette connaissance. Kali, Shiva, Vishnou, etc, n'existent pas... A.Danielou écrit : "Le Temps (Kala) est ce qui désintègre tout. Il représente l'aspect cosmologique de Shiva, le Destructeur... Kali, le féminin de Kala (le Temps), représente l'énergie, la puissance du Temps." "Tara est la manifestation spatiale de la puissance du Temps." C'est dans/avec le Temps que les choses se détruisent, mais c'est aussi dans/avec le Temps qu'elles se construisent. Et il y a quelque chose qui met en branle constitutions et destructions et qui transcende le Temps : construction comme destruction donc, qu'on l'appelle le Mouvement, la Pensée, le Nous comme Anaxagore dont il dit qu'il est en presque tout mais qu'il ne se mélange pas. C'est cette puissance que l'on ne cultive pas en Occident où l'on s'attache aux formes construites, ou choses détruites... La mort est la destruction d'une forme, la naissance, la construction d'une forme, mais ce qui les génère ne naît ni ne meurt. Et dans nos vies individuelles nous y participons ou pas - dans ce cas par la seule force (Cosmique, créatrice) des choses -. Dans ce dernier cas, c'est une forme qui

83

La Possession.

84

disparaît sans laisser - ou presque pas - de nouvelles impulsions à la génération. Sans doute que leurs “restes” serviront à d'autres choses... Le TEMPS contribue essentiellement au DHARMA, à faire le Dharma. Sans le Temps, pas de création ni de destruction. C'est par/dans le Temps que se font et se défont les choses. Telle est loi de l'Ordre Cosmique, du Dharma. YAMA souverain des morts, juge des morts, est, nous dit A. Daniélou, “L'incarnation de la Loi- de- perfection (Dharma), la Roi- juste

(Dharma- raja)” . "On pourrait dire qu'il représente la passage de la mort ou chaque Individu peut juger s'il a fait ou pas “tourner la roue cosmique"(comme cela est ecrit dans la Bhâgavâd Gîta), s'il a

réalisé le Dharma et le Savdharma. A ce moment là, c'est comme si tout le Dharma s'incarnait dans un instant et un point - transitoires . Pour cela, Varna serait une incarnation de la Loi- de- Perfection (Dharma). On peut ajouter que ce moment, ce passage, peut se reproduire quelques fois dans la vie d'un individu, à l'occasion d'événements exceptionnels -parfois subis, ou voulus, comme par exemple dans l'initiation- . Là, le Dharma, son incarnation, fait comme se rassembler en un éclair, une concentration et conscience. KAMA ET LE DHARMA. Kâma est le dieu de l'Eros, de l'Amour, donc de la f orce/tendance qui pousse les êtres à s'unir. “Le Taittiriya en fait le Kama est un faiseur de l'Ordre Cosmique, il est un des Principes universels (Vishvadeva) . L'Amour vient dans la trajectoire de l'Ordre Cosmique pour participer à la création; il est union. Le désir en est la force physique et psychique d'attirance ou attraction, d'appétance. Attraction/répulsion se retrouvent dans la nature, mais c'est chez l'humain qu'il devient sentiment avec l'amour et la haine. Ils contribuent à la création et à l'organisation du Cosmos. L'amour dépasse le désir, il est sentiment, lequel contribue au Dharma en réunissant les êtres dans une perspective plus ou moins commune et durable. La haine, au contraire, les sépare, ce qui peut
84

fils de la Loi- de- Perf ection (Dharma).” “Dans les Puranas, la femme de Kama est le Désir (Rati ou Revâ)”. (A.Daniélou)

La Possession.
parfois être necessaire à la réorganisation. LA FÉROCITÉ ET LE DHARMA.

85

La Férocité en tant qu’élan de vie, poussée vitale, affirmation de Soi et de la vie. Dans la Nature, tous les acquis biophysiques sont à son "service" pour qu'elle se réalise. Acquis qui sont en même temps le fruit de son action/réalisation. Il n'y a qu'à regarder ne serait-ce que le moindre brin d'herbe pousser même à travers le bitume ou le ciment . Il ne semble pas y avoir, dans le panthéon hindou, de divinité représentant spécifiquement la férocité. Mais il y a une conception de la vie qui exprime la férocité. Dans 1'Hindouisme, la vie serait fondée sur les mouvements du "Dévoré (Anna) et du Dévorant (Annâda)”. Ce serait alors la férocité propre qui ferait pencher d'un côté ou de l'autre. Agni, le feu, représenterait cela. Le feu qui croît lorsqu'il est alimenté ou décroît lorsqu'il ne l'est plus. A.Danielou écrit : “Agni,

Indra et Sûrya représentent... les trois formes du feu : le feu terrestre, le feu de l'espace ou foudre, et le feu du ciel ou soleil”.“Indra représente la puissance. Il est le chef des Marut's, les dieux de la tempête. Son compagnon Vishnu, est la personnification de la Loi Cosmique et de la Sagesse.” Indra “est aussi partisan de l'usage de la force qui mène au pouvoir, à la victoire, au butin. Il conduit les guerriers..." Férocité et Dharma sont liés. La Férocité est une réalité
essentielle de la Loi Cosmique, composant le Dharma (L'Ordre Cosmique). La violence est une des composantes de la férocité (mais les dieux ne sont pas confondables) et ramène à la réalité, laquelle est bien exprimée et résumée par le Dévoré-Dévorant, le mangé-mangeur... Dans les pays occidentalisés judéo-chrétiens, l'idéologie- doctrine actuelle qui dit "si l'on te frappe sur une joue, tend l'autre" (Toute manifestation d’auto-défense légitime étant maintenant prohibé ... celui qui est attaqué et se défend devient généralement l'accusé devant les tribunaux...), tend à annihiler toute manifestation de férocité, ce qui contribue à faire des individus apathiques et soumis. En fait, des individus sans vie véritable propre - et même sans vie du tout. Le retour à la
85

La Possession.
réalité coincide avec celui de la férocité. Agni se rallume alors.

86

LE KARMA Le Karma est défini par Jean Herbert (in Spiritualité Hindoue) comme "l'action dans son rôle créateur, en tant que source de conséquences." A travers les générations, il y a plus que les conséquences des actions passées des ancêtres (même si elles peuvent aussi avoir leurs conséquences), il y a tout leur être (espoirs, peurs, en général type-forme de caractère...) qui transmet quelque chose - peut-être l'essentiel : l'essence, souvent subtile et peu manifestée - à travers les générations. Ceci avec le positif, le fortifiant, et la faible, l’affaiblissant, tous les "travers" - faiblesses, las vasanas dont l'être présent doit se purifier pour évaluer, pour dépasser le karma hérité et se développer soi-même . La perspective supérieure de l'Hindou c'est de ne plus avoir de karma - c'est-à-dire de ne plus être tributaire de ses effetsconséquences des actions; d'où le karma-yoga qui fait que l'action est désinteressée, donc comme sans "conséquence" pour le Soi. Toute action a des conséquences, mais dans la perspective de l'action désintéressée, sans attente de fruit, l'action n'influe pas sur l’essence de 1'individualité : ni joie, ni peine, ni satisfaction, ni insatisfaction, ni plaisir, ni douleur, etc. Dans ce sens, l'action n'a pas de conséquence. Elle est faite parce qu'elle doit (devoir) être faite, c'est tout (voir le Dharma). Ce serait alors le dépassement du Karma. Mais dans le Temps ordinaire, disons, la plupart des actions ont une action - des effets-, et ainsi au fil du temps individuel et des générations se forment des corps qui renferment les effets des actions passées. Ceci en particulier dans les psychismes, et le plus souvent de façon inconsciente. Dans l'humain, corps et psychisme sont profondément liés, intégrés même. Dans la conception hindoue du Karma, l'âme revient habiter, en se réincarnant, la corps de tel ou tel humain, ou animal, ou végétal, et même, plus rarement minéral, suivant, justement, la qualité du Karma acquis au cours de la, les,vie(s) precédente(s). En somme, c'est l’âme (Jîva) avec son karma qui va transmigrer d'un corps á un autre. Si l'on regarde cela chez l'humain, et chez les enfants: qu'il donne et éduque, on peut remarquer
86

La Possession.

87

effectivement que de générations en générations -il y a quelque chose comme une Jîva qui se transmet, et si un individu a mené une vie de qualité -qualité réelle et non apparente seulement-, ce karma acquis, généralement passera a son ou ses descendants, lesquels pourront continuer à accroître la qualité du karma, ou au contraire la dégrader. II n'y a pas dans cette conception de déterminisme absolu. Que contient cette âme (Jîva) qui contribue à constituer les karman (actions karmiques)? Ou de quoi est-elle faite? Il y a le psychisme de l'individu: ses sentiments, sa force de caractère ou volonté, sa conscience, en réalité: son degré de conscience des choses et de Soi, et donc son inconscience ou ce qui fait partie de lui sans en avoir conscience. Le psychisme serait un peu la combinaison de tout cela, avec en plus une composante imaginaire propre ou collective . Leur propre psychisme reste souvent méconnu des individus eux-mêmes. Une part importante de celui-ci est pourtant transmis de parents à enfants, à des degrés différents, parfois sautant plus ou moins une ou des générations. On peut donc concevoir qu'il y a là une forme de transmigration de l'âme, sauf que les Hindous la conçoivent même en dehors des liens biologiques (parents-enfants...) . Ce qui n'est pas non plus absurde car si corps et âme sont du vivant de l'individu étroitement liés, à la mort de celui-ci, ils se séparent (et du vivant d'un individu, se transmettent à d'autres, elle change de corps). La psychisme et l'âme ne meurent pas - au moins plus ou moins - , sauf à supposer un individu complétement isolé, et encore, suivant la conception hindoue. Encore que dans ce cas les actions - karman : le karma - n'auraient pas d'effets sur d'autres humains peut-être, mais sur d'autres éléments du Cosmos. Psychisme, âme, ne meurent pas car une part se transmet, on peut dire migre. Nous pensons que le karma agit dans l'individu par l'intermédiaire du psychisme - et qu'il contribue à le former lequel agit sur le corps de l'individu et par le moyen des actions qu'il engage. Dans ces conditions il produit lui- même du Karma. Ce psychisme qui - contrairement à ce que disent les scientifiques modernes - s'inscrit dans le plus profond du corps (les cellules, et plus particulièrement les cellules germinales) par le moyen duquel il va se transmettre; l'éducation, l'environnement, venant renforcer ou affaiblir ce qui est le transmis. Pour changer la trajectoire du psychisme - et du corps : qui transmet en
87

La Possession.

88

partie par le fait qu'il “héberge” l'âme -il faut changer celle du karma : des actions. Psychisme et karma se transforment par l'action. En transformant le karma, par l’action donc, le psychisme se transforme, et celui-ci se transformant, les actions se transforment à leur tour... Dans leur trajectoire ou perspective. De là le rôle de l'action désintéressée et la pratique du karma-yoga : pratique de l'action désintéressée (Voir à ce sujet : “La Bhâgavâd Gîta”). Le Karma-Yoga, pratique de l'action désintéressée et ainsi consacrée au Soi, on pourrait aussi dire, plus prosaïquement, consacré à l'essentiel. Ce qui demande effort de connaissance pour le discerner. La pratique assidue du yoga -en particulier, karma-yoga - commence à changer le karma, car la trajectoire de l'action a changé. Elle n'est plus interessée, liée au moi et à l’attachement au résultat : succès ou échec, et pourtant elle a une perspective... particulière et générale : le Soi (Atman/Brâhman des Hindous). C'est ainsi que le karma commence à s'effacer - ou au moins en naît un supérieur — car il n’est pas fixé au résultat: conséquence de l'action. Ainsi, une action peut en corriger une autre, par exemple. L'action n'est plus attachée aux émotions, aux sentiments, désirs, idées, en somme au psychisme, celui-là même qui se transmet de façon le plus souvent diffuse. Sans cela, l'action se libère du karma. Olivier Lacombe écrit, commentant le chant II de la Bhâgavâd Gîta et parlant des actes sacrificiels qui ont une situation privilégiée dans le domaine de l'action, il écrit donc: ils sont “exécutés sans le désir de leurs fruits, ils ne laissent aucune trace prédisposant aux renaissances .” L'action désintéréssée ne laisse pas de traces psychiques, karmiques. Et si, toutes les actions sont bien sur en mémoire - consciente ou inconsciente -, c'est comme neutres. Non pas comme si elles n'avaient pas eu lieu. Les enseignements tirés sont relatifs à l'action elle-même, à l'agir en general. Par cette discipline de l'action désintéressée, le karma-yoga, l'Hindou se libère - on peut dire en s'en débarrassant - du karma, ce qui permet d'accéder à un degré évolutif superieur : Soi. Action désinteressée ne veut pas dire action qui ne sert à rien, inutile, et qui reviendrait à pratiquer le slogan : “Ça ne change rien” ou “Ça ne sert à rien” ou “Ça va rien changer", et engagerait à la passivité, l'impuissance, le nihilisme. L'action est désintéréssée en ce qui concerne les fruits, mais elle a un sens. Avec l'idéologie moniste financière, toute action est intéressée. Elle doit rapporter, et rapporter de l'argent, sinon, elle n'a pas de sens, elle est inutile. Avec le monisme, petit à petit, toute la Vie est centrée sur ce rapport et la

88

La Possession.

89

soumission à cette idéologie: la possession d'argent associé à un certain pouvoir (lorsque l'argent est utilisé pour pouvoir, et non comme moyen de satisfaction des désirs). En l’occurrence, et comme exemple d'action désintéressée, on peut acquérir de l'argent non pour en jouir - outre pour sa subsistance - mais pour contribuer à combattre la pouvoir moniste qu'il incarne. L'action n'est pas intéressée, mais elle a un sens. D'autre part, il n'y a pas à s'attacher au résultat présent, au succès ou à l'échec, de ce combat. Il est à réaliser, et c'est la Pensée, la Volonté et la Persistance qui feront la decision: qui décideront des choses. La jouissance des fruits de l'action accomplis et le désir sont l'attachement, la fixation qui constituent le karma car eux laissent des traces psychiques, mentales... qui se transmettent de génération en génération comme frein à la liberté de l'individu, à sa réalisation comme Soi. Elles sont des lests, des vasanas, des incrustations ataviques. Se libérer des fruits de l'action (et du désir, notamment de la réussite ou de l'échec) c'est aussi libérer les générations à venir, au moins alléger leur fardeau. Reste l'ACTE avec sa réalité. Las Vasanas sont en relation directe avec le karma. Mircea Eliade écrit (in "Images et symboles") que "la vie subliminale (il dit avant le subconscient) est désignée chez les Hindous par la terme vasanas." Et il cite : "Les vasanas ont leur origine dans la mérnoire" écrit Vyasa (commentaire au Yoga Sutra, IV,9) , mais il ne s'agit pas uniquement de la mémoire individuelle, qui pour l'Hindou comprend aussi bien le souvenir de l'existence actuelle que les résidus karmiques des innombrables existences antérieures. Les vasanas représentent en plus toute la mémoire collective qui se transmet au moyen du langage et des traditions : c'est en quelque sorte 1'inconscient collectif du Professeur Jung." Si les vâsânas ont leur origine dans la mémoire, ce n'est pas une mémoire à proprement parler consciente. Ils font agir, réagir, sans que le sujet sache vraiment d'où vient cette impulsion, où est la source. Il s'agit de schémas d'actions, réactions - émotionnelles et affectives notamment, mais aussi d'agir ou réagir - qui sont hérités, qui ont été transmis, effectivement par le langage (les paroles, discours,...), les traditions (modes d'actions-réactions), l'éducation, les modèles des éducateurs (pris en un sens générique : parents, amis, maitres...). Pour évoluer et recréer le Soi, ce dont il s'agit c'est de décrypter, cerner ces vasanas, ces résidus karmiques, s'en purifier, s'en libérer, ou, lorsqu'ils sont positifs ou bénéfiques à l'évolution, les intégrer à Soi, en Soi. Les décrypter, en prendre conscience, nécessite la pratique de la
89

La Possession.

90

méditation, au sens de “mesurer”, “prendre la mesure”, s'y “exercer”... prendre la mesure des choses qui sont en Soi sans l'être même consciemment mais cependant agissantes ou faisant agir sans conscience de cela. Méditer est alors prendre conscience de ce qui fait agir, de la vraie source de la plupart de ces actes, dépendant des vasanas ou résidus karmiques. Le yoga est une discipline hindoue de méditation avec les degrés et formes différentes dont le Karma-yoga. LE KARMA ET LES CASTES. Jean Herbert écrit, dans "Spiritualité Hindoue", que “ L’individu est amené par son karma personnel passé à s'orienter vers tel ou tel groupe pour y renaître." C'est donc l'héritage (ce qui a été transmis) physique, génétique, culturel, mental, intellectif, volitif qui fait que tel ou tel individu appartiendra à telle ou telle caste; c'est le karma de sa lignée transmis qui le fait naître dans telle ou telle caste. Ceci n'est ni juste ni injuste, ni moral ni amoral, mais c'est une réalité, une loiprincipe dharmique. Après, l'individu peut faire évoluer ou involuer son karma, et là réside sa liberté. S'il ne peut pas choisir de naître là où son karma ne l’amène pas, il peut choisir - décider - de transformer son karma dans un sens ou dans un autre pour éventuellement, dans une autre incarnation, changer de caste. LES V A R N A S OU CASTES .Le mot "varna" signifie en sanscrit "couleur". En latin, le mot "castus" signifie pur, sans mélange. Il a d'autre part été bien précisé dans la Livre de Philosophie Culturelle (voir : "La Caste financière", de Enzo Talarico) qu'il ne fallait pas confondre les castes avec les classes sociales - catégories économico-sociales -ou les corporations de travailleurs à l'intérieur des castes mêmes comme en Inde ou elles sont désignées par le terme de ati. LES CASTES EN INDE. Ce sont les Aryens qui apportérent en Inde la conception castique : caste sacerdotale des brahmanes; caste político guerrière des kshatriya; caste des producteurs, les Vaishya; caste des serviteurs, les Shûdra. Les trois premières sont considérées comme les castes supérieures que l'on nomme Dvija, castas des "Deux fois nés" ou de ceux qui ont subí une initiation propre à leur caste (la naissance physique et ensuite

90

La Possession.

91

la renaissance à la suite de l'initiation castique, ce qui nous conduira à voir que les castes sont d'abord symboliques). S'il s'agit aussi d'une organisation sociale et culturelle, et même politique, celle-ci a sa source dans la conception et les symboles . Conception-Symboles des Castes Dans le Veda (Rg Veda 10.90), l'Homme, le Purusha, est sacrifié par les dieux, et c'est de ce sacrifice du Purusha que sont nées les castes: "Sa bouche fut le Brahmán, de ses bras
on fit le Guerrier, ses jambes c'est le Laboureur, le Serviteur naquit de ses pieds."

La Sacrifice c'est la division et 1'incarnation - manifestation du Principe Spirituel - de l'Homme qui quitte son repos en lui-même. Voilà le Sacrifice. C'est de celui-ci que provient l'existence humaine. L'Homme, se regardant lui-même, vit qu'il pensait et qu'il était parfois nécessaire d'exprimer cette pensée, qu'il avait besoin de l'action pour la réaliser, et pour cela besoin d'un appui, support, ainsi que de moyens pour cela. Voilà les trois castes, l'une comme expression de la pensée, l'autre réalisation de celle-ci, et finalement la dernière: bases matérieiles pour cela. Ces trois éléments correspondent aussi à trois concepts-symboles : Le Masculin, ce qui crée, Linga hindou ou Yang chinois, la Pensée; le Féminin, le Yoni hindou, la Yin chinois, le réceptacle, l'appui, le reproducteur, et le Fruit résultant de 1'intégration de ces deux et qui contient ces deux plus une trajectoire (impulsé, et aussi propre). Donc correspondance aussi des castes avec l'Intellection, les Instincts et les Sentiments que l'HommePurusha trouve en lui-même et qu'il plasme-incarne dans la société. Dans la Bhâgavâd Gitâ est écrit : "...les devoirs des brahmanes, Kshatriya, Vaishya et Sûdra se répartissent en fonction des qualités primordiales dont naissent leurs caractères distinctifs." Là aussi on retrouve les qualités primordiales, comme celles de 1'Intellection, des Instincts et des Sentiments en l'Homme et que les Hindous expriment dans la Nature par les trois Gunas (et il y a una relationcorrespondance entre les trois Gunas dans la Prakrti, et la Triade, Intellection-Instincts-Sentiments en 1'Homme-Purusha) dont vont naître les caractères distinctifs des castes suivant leur prédominances en elle et donc les individus par l'héritage- naissance-karmiques. Les trois Gunas sont les qualités primordiales de la Nature ou Prakrti, elles sont donc triade au
91

La Possession.

92

sein de celle-ci comme il y a Triade au sein du Purusha. Les trois Gunas sont appelés par les Hindous Sattva, Rajas et Tamas. Sattva représentant la plénitude, le repos, le lumineux. Rajas l'activité et Tamas le principe d'inertie. Ceci dans la Prakrti dont le correspondant dans l'Homme, la Purusha, serait 1' Intellection, la Connaissance, 1'affectivité et l'action, les passions; et la satisfaction indolente, l'engourdissement . Ces trois éléments qualitatifs constituent las qualités - humaines - dominantes des trois castes : sacerdotale, politico-guerrière et des producteurs. On a vu que cette dominante était un héritage karmique,et on est ainsi de telle ou telle caste de naissance. Jean Herbert cite Gandhi : "J'ai dit que la caste est une question de naissance. J'ai dit également qu'il est possible à un Shudra, par exemple, de devenir Vaishya; mais pour remplir les devoirs d'un Vaishya on n'a pas besoin d'en porter l'étiquette. Celui qui remplit les devoirs d'un Brahmane deviendra facilement brahmane dans sa prochaine incarnation. Mais vouloir permettre le passage d'une caste , (Varna) dans une autre au cours d'une incarnation donnée aurait pour inévitable résultat une vaste fraude." Ainsi, dans une vie on ne doit pas pouvoir sortir d'une caste en tant que système de fonctionnement de la société car, comme le dit Gandhi, cela entrainerait des fraudes et sûrement de faux-samblants. Par contre, cela n'exclut pas de réellement, spirituellement, changer de caste, en accomplissant les devoirs de la caste visée. Alors, effectivement, socialement, dans l'incarnation suivante, le changement castique s'opèrera. Shri Aurobindo cité par J.Herbert écrit : "L'ordre quadruple de la société est seulement la forme concrète d'une vérité spiritualle...". C'est pour cela que si le changement de caste est possible, il l'est s'il est avant tout spirituel, comme le disent les Hindous, dans l'accomplissement réel des devoirs de la caste en question. Justice ou Injustice des castes? Le système des castes ainsi conçu est juste car chacun se trouve à la place qu'il mérite suivant ses aptitudes. D'autre part, il faut noter que les différentes castes sont nécessaires au corps social pour exister, comme les symboles et réalités, auxquels elles correspondent, le sont dans 1"Homme, le Purusha. On dira que ceci est viable tant que chaque caste suit son propre symbole, en intéraction avec les deux autres : là le tout est viable. A défaut c'est la perversion et désintégration. Pour la conception hindoue l'égalité n'existe pas. D'ailleurs on ne peut
92

La Possession.

93

nier la différence entre celui qui consacre sa vie à la connaissance, à penser et concevoir, et agir en conséquence, se disciplinant pour cela (vainquant orgueil, paresse, peurs,etc)f S'efforçant sans relâche, et celui qui satisfait de son travail productif (quand il existe), passe le reste de son temps à jouir des différentes choses et biens. Ceci n'est pas un jugement, mais un constat de la réalité et des différences entre individus, et pour les Hindous entre les castes. Comme dans le corps humain il y a une différence entre la tête et les pieds, les bras et les jambes, la tête et les bras, etc, etc. Il y a une répartition naturelle et culturelle des tâches, des devoirs, comme disent les Hindous, suivant le karma, l'action des Gunas, etc, répartition naturelle dans le sens où elle est le fruit d'une réalité, un écoulement des choses se faisant, se réalisant suivant les efforts produits. Ceux du présent et ceux du passé, à travers les individus et les générations. Arrivé à ce point ce n'est plus un probleme moral ou même de justice que d'appartenir à telle ou telle caste, mais une question d'aptitude. Bien sûr, comme toute chose existente contient des germes da désintégration, les castes - et les indiuidus qui les composent - peuvent se pervertir. Ce qui est le plus grave lorsqu'il s'agit de la caste des brahmanes (comme dans le corps lorsqu'il s'agit de la tête). On eut ainsi par exemple en Inde la réforme de Bouddha due à la décadence de la caste brahmanique. Les castes ont des germes de corruption, mais aussi, possiblement, des germes de régénération, dans les aptitudes de certains qui font l'effort pour dépasser la corruption et recréer. L’annulation des Castes. Les castes ont été annulées sous le prétexte de leur inégalitarisme. En réalité, il s'agissait de rendre indifférenciés les individus et de ne les soumettre qu'à UN système et une seule "caste" : celle de la finance, et à trauers elle au monisme qui est son symbole et a pour origine les Hébreux avec Moïse - ensuite Parménide en Grèce -, et avant les Egyptiens. Dans les ans 1350 avant J.C, Amenhotep IV (ou Akhnaton, signifiant: "Aton est satisfait") décreta qu'il n'y aurait plus qu'un seul dieu : ATON. Il fait effacer de tous les temples les noms de tous les dieux autres que celui d'Aton. L'Unique, le Monisme, paraît le moyen le plus simple à ses initiateurs et adaptes en general pour dominer les individus et les peuples. Il ne s'embarasse pas de la pluralité et de ses contradictions dont les castes sont
93

La Possession.

94

manifestation dans les sociétés. L'égalité n'est qu'un concept pour cacher 1'indifférenciation et la massification des individus : masse homogène de travailleurs au service du monisme et de la finance. Tous des shûdras du monisme financier... Dans "Histoire de la Civilisation", Willy Durant écrit justement que : "Ce n'est que lorsque la machine aura fait de la terre un seul réseau économique et aura courbé tous les peuples sous un seul joug qu'il n'existera plus qu'un seul dieu - sur la terre." (Chapitre : La Judée). La supression des castes est une condition de l'imposition de ce monisme: économique, financier, et de la croyance unique en lui. Les hors-castes. Sanyâsin, Intouchables, étrangers. Les Intouchables ou parias. Ils sont considérés comme des Hindous, mais en dehors des quatre castes. S'ils sont intouchables c'est parce qu'ils sont considérés comme impurs, leur contact ou fréquentation souillerait. Ce sont probablement des groupes d’individus qui ont été exclus des castes pour ne pas avoir suivi les lois. J.Herbert cite le code de Manou : "Le mariage illicite entre personnes de castes distinctes, lesmariages contraires aux réglements, l'omission des cérémonies prescrites sont l'origine des classes impures. Et/ou categories de groupes, puisqu'ils ne font plus partie des castes. Ils en ont été exclus, ce qui ne les empêche pas d'être considérés comme faisant partie de l'Hindouisme.” J.Herbert écrit que les Intouchables peuvent manger et boire mê me de l'alcool - comme ils veulent, "rien ne les oblige à se laver, aucune occupation ne leur est interdite...etc." "II en est resulté qu'ils vivent souvent dans des conditions abjectes, dans une saleté répugnante, se nourrissant de charogne, s'adonnant à 1'ivrognerie, etc." Ceci nous fait mieux comprendre le rôle aussi social et humain des castes qui permettent aux individus et aux groupes de se centrer, de s'intégrer en eux-mêmes suivant leurs qualités propres. Les Intouchables sont désintegrés. Les fréquenter, se mélanger à eux c'est mettre un pied dans la désintégration, c'est se souiller. Dès lors, il faut les tenir à distance.

94

La Possession.

95

Les étrangers ou mlecchas . Contrairement aux Intouchables ils sont considérés comme ne faisant pas partie de l’ensemble hindouiste. Ils sont soit des tribus animistes, des touristes, etc, en fait tout étranger auquel n'a pas été assigné une autre place. C'est l'étranger à l'organicité hindoue. Le Sannyasîn. Il est sûrement le modèle de l'Hindou. Il est issu de l'une des quatre castes. Ce qui le caractérise c'est le renoncement. A l’occasion d'une cérémonie spécifique il déclare renoncer à tous ses biens, à sa femme, ses enfants, etc, etc. La femme est considerée comme veuve, les enfants comme pleinement héritiers. Le Sannyasîn part généralement sur les routes et mendie sa nourriture, l'acceptant de n'importe qui, ce qui le rend rituellement impur. Ce renoncement est un acte à peine imaginable pour un Européen Occidental actuel, et encore moins concevable. En Inde, ce renoncement est l'idéal suprême. Bien sûr, peu le réalisent, mais il reste dans l'esprit hindou comme quelque chose de supérieur. Ce à quoi on peut opposer l'idéal introduit en Europe - et dans une bonne partie du monde - , celui du profit, du profiter, du plaisir. Déjà, en Inde, le seul fait d'accomplir son devoir, et singulièrement son devoir de caste, est considéré comme une des tâches les plus nobles, et est en réalité aussi un certain renoncement, notamment au seul plaisir. Ainsi, actuellement , en Europe, on dit aux jeunes : “L' important c'est que tu fasses ce qui te plaît", "que tu aies du plaisir "; alors qu'en réalité le plus important pour lui est de savoir ce qu'il a à faire et de le faire. Ce qui exige des renonçements mais contient des promesses d'intégration et d'évolution de Soi, qui donne une continuité au Soi23. Le Parama-Hamsa – une forme de Sannyasîn - en arrive à s'identifier au Brahmân. Dans la "Parama-Hamsa Upanishad est écrit : “(le Parama-Hamsa) a le droit de proclamer, en esprit et en vérité: ‘Ce qu'est le Brahman, je le suis!’ II est au bout de sa carrière!”
23

Le plaisir est momentané, entrecoupé de moments de dé-plaisir lorsque le plaisir n'est pas présent. Le

Soi est ainsi morcelé, sans continuité, et dépendant.

95

La Possession.

96

A ce niveau là, le Sannyasîn a renoncé à sa position de caste au sein de la socíété hindoue, mais par sa propre Vie, son dépassement, son renoncement et son accession au Soi, à Brahman, i1 contient symboliquement en lui-même les castes. Nota sur les mlecchas : Les mlecchas, les étrangers, sont considérés comme hors-castes par rapport à la réalité social et Culturelle hindoue; cependant, les Hindous qui pensent les castes symboliquement concoivent qu'ils appartiennent nécessairement - par le fait même d'exister - à une caste, même en tant que peuple : ils considèrent ainsi, par exemple, les Européens comme Ksatriya, et les Américains comme Vaishya, (cité par J.Herbert in Spiritualité Hindoue). RECREER ET REFORMULER LES CASTES EN EUROPE. Il est maintenant difficile pour un Européen occidental actuel de concevoir des castes. Il est habitué à ce que chacun ait sa place dans l'échelle des travailleurs- consommateurs. La place qui est une question de savoir ou/et parfois de ruse, de richesses matérielles, d'argent donc de possibilités de consommer (on ne parle plus maintenant que de relancer la consommation pour relancer la machine...). Suivant ces possibilités est établie une échelle dite sociale, de catégorisation de la société. Cela est possible parce qu'est cultivé dans l'individu, le désir et le moi qui incitent à consommer. Les castes, dans leur principe même, brisent ce monisme. Non pas "tous consommateurs", mais chacun a sa place suivant ses capacités, ses humeurs, qualités,... Avant. cette opposition organique, c'est d'une opposition entre monisme et Triade– Pluralité et Intégration - dont il s'agit. Qu'est-ce qui empêcherait de recréer et reformuler en Europe des sociétés castiques ? Ce qui l'empêche c'est l'imposition du monisme et de toutes les organicités qui en sont issues et le contiennent : finance et idéologie de l'unique, de l’indifférenciation et du mélange, pour l’essentiel, acceptés par de nombreux peuples car leur est toujours promis la satisfaction du désir, du moi, le bonheur, etc. Mais au fond, où mène le chemin unique de la satisfaction du désir et du moi ? Où mène l'abolition symbolique masculin – féminin - fruit, problème - question amplement et profondément développé dans "L1Androgyne" ? (Livre
96

La Possession.

97

de Philosophie Culturelle N929 Novembre 2002) Précisément, cela mène à l'Androgynie, à 1'impuissance individuelle et collective pour les peuples touchés par le monisme. Il s'agit donc bien de vaincre en nousmême l'indifférenciation, 1'androgynie, le monisme. Ce qui, dans la socíété, signifie la ré-introduction des castes. On peut ainsi très bien concevoir la recréation des castes suivant les affinités et qualités propres de chacun et de chaque groupe, avec leur symbole et leurs élites. On peut ainsi imaginer un Conseil comprenant les élites des 3 castes, et un Roi issu, par élection ,de ce Conseil, lequel représenterait la Triade symbolique, composée des trois symboles castiques, la Roi, Raja en Inde, le quaternaire, l 'action,... Contrairement aux partis politiques qui divisent la Nation, les castes l'unissent sous l'égide de cette interaction et intégration symbolique.

Richard GLIZE. ********** LA COLONISATION SPIRITUELLE DE L’EUROPE PAR LE MONISME.
L’Europe a souffert depuis plusieurs millénaires une invasion qui, bien que subtile, n’en a pas laissé pour autant de se faire sentir à tous les niveaux et dans toutes les sphères des Cultures-Sociétés Européennes. Si elle a su passer inaperçue, la cause en est qu’elle s’est attaquée à ce que les peuples ont de plus intime: ce que Gustave Le Bon appelle “l’âme des Peuples”,cette amalgame varié qui conjugue des passions, des coutumes, des habitudes, et que l’on peut résumer par une certaine manière de concevoir (pour ce qui est de l’élite) et de vivre le monde, exprimé par des symboles. Les cultures européennes, de par leurs communes filiations avec un très ancien passé Indoeuropéen, ont, sous des formes diverses (dûes à des conditions géographiques et historiques variées) cultivé la Triade en tant que symbole recteur et moteur, symbole par ailleurs enraciné dans le Réel, puisque tant

97

La Possession.

98

les êtres comme les phénomènes sont le fruit d’éléments variés et souvent opposés dont ils constituent la synthèse ternaire. D’autre part, chaque individu a en son sein, qu’il le veuille ou non, -et par le simple fait qu’il est la conséquence momentanée d’un certain niveau évolutif atteint par son espèce- des passions, des sentiments et une intelligence faite de facultés potentielles qui, selon, se développeront ou s’atrophieront tout au long de son existence. Cette Triade s’est manifestée sous la forme de mythes et de traditions liées á la Nature dans ses multiples manifestations, s’érigeant en une sorte d’“Instinct Culturel” qui a permis aux peuples européens de se forger peu-à-peu de profondes racines. Cependant, alors qu’en Europe, ainsi que dans la plupart des noyaux civilisationnels du monde entier, s’élaborait lentement ce processus lié à un milieu naturel florissant; un autre symbole, tout-à-fait différent dans sa structure intime, s’imposait lui aussi et dans ce que l’on considère aujourd’hui comme le ProcheOrient, s’étendant peu-à-peu vers les régions les plus proches (Afrique du Nord, Asie Mineure). La caractéristique essentielle de ce symbole réside dans son unicité; les caractères symboliques de cet Unique ont été décrit de manière détaillée par Enzo Talarico dans “L’Androgyne” (Livre de Philosophie Culturelle nº 29) et le “Traité de l’Illusion” (L.P.C. nº 27), nous nous occuperons ici de ses éléments religieux et de son développement au long de sa trajectoire historique, sans laisser de côté, bien entendu, les raisons intrinsèques qui ont permis son expansion. A la question de pourquoi ce symbole Unique est parvenu à s’imposer, nous répondons que tout peuple, pour parvenir à sortir du carcan de l’instinct qui régit tous les mouvements des animaux, a eu besoin d’un principe recteur sévère (l’image du dieu tyrannique et effroyable gouvernant le monde, afin de l’empêcher de sombrer dans le néant, reste ancré au plus profond de l’inconscient collectif), de la même manière qu’un enfant doit passer par l’âge des “nons” (où on l’empêche de céder à ses pulsions instinctives et animiques) pour atteindre l’âge des “pourquoi?”, âge dans lequel il doit (devrait) développer peu-àpeu sa conscience, ses sentiments et son sens moral. Ce dieu immémorial, que l’on retrouve encore parmi les
98

La Possession.

99

tribus primitives, a cédé peu-à-peu la place à une pluralité de divinités dans la mesure où les peuples qui l’invoquaient ont souffert une évolution dans leurs traditions et dans la texture intime de sentiments, dans leur Âme. Bien évidemment, cette évolution a été, de tout temps, sujette à une élite tant sacerdotale que politique, tantôt intégrée tantôt en lutte, mais attachée au symbole triadique. Cependant, il s’est trouvé quelques élites qui ont jugé plus simple et plus efficace de maintenir ce principe, simple maillon d’une chaine évolutive, dans une rigide unicité en même temps qu’elle s’érigeait elle-même en une force politico-religieuse épaulée par ce respect mélé de crainte envers ce qui est Sacré, propre à l’humain. Ces élites se sont occupé de développer les éléments formels de ce principe, élaborant une logique quantitative et une raison mathématique qui seront mises au service d’une ruse et d’une ambition démesurée. L’Unique, en tant que symbole, permet effectivement d’encadrer et de conditionner la Volonté de ceux qui se plient à sa Loi, les faisant “fonctionner” de manière uniforme par le simple contrôle et directionnement de leurs forces internes (à travers le très ancien système de “la carotte et du bâton”, où désir et crainte sont savemment dosifiés) afin de déclencher des attitudes réflexes, lesquelles ne sont que l’écho de l’Instinct animal qui nous a permis de survivre en tant qu’espèce (ceci explique le pouvoir qu’il exerce sur tout un chacun). Cette élite peut ainsi parvenir à ses fins sans qu’il soit nécessaire que se développent dans l’individu des sentiment élevés, un sens critique aigu ou une compréhension conceptuelle, ce qui impliquerait que ses pulsions animiques soient réfrénées depuis l’intérieur, ou du moins acheminées à le devenir24. Cette simplification symbolique que constitue l’Unique comprend une grande efficacité puisque, assujetissant les Volontés, il peut les mouvoir et les diriger sans trouver une opposition qui le remette en cause en tant que symbole. Ce point est très important car il explique pourquoi ce sacerdoce de l’Unique a pu s’imposer à travers le temps en changeant
24

Au moyen de coutumes, normes et valeurs.
99

La Possession.

100

simplement d’aspect, de masque, remplaçant une forme par une autre lorsque la précédente ait perdu son efficacité; ce sont précisément ces divers déguisements adoptés par ce symbole, élaborés par une élite en laquelle il faut reconnaitre une volonté obstinée dans le Temps, que nous nous proposons de décrire en suivant. *************** C’est dans l’Ancien Egypte que l’on peut constater la première affirmation de ce principe en tant qu’Unique. Le dieu Atoum, premier maillon d’une lignée de 9 dieux étendue sur trois générations, panthéon propre au temple d’Ounou (Héliopolis, comme la nomme Hérodote), se voit transformé en Amon dans le temple de Thèbes, et l’Ennéade dont il est la tête devient une Octoade (huit dieux), puis se réduit à une diade (Amon et Amenhouet, son épouse) pour terminer dans une unité: Amon-Rê; Atoum, dieu du soleil dans ses trois manifestations (Atoum-Khépri: soleil tiré par un scarabée; Atoum-Horakhty: le faucon qui s’élève à l’horizon; Atoum-Rê: soleil visible) est alors converti dans un dieu omnipotent, ce qui manifeste bien entendu une prise du pouvoir par un sacerdoce qui dorénavant maintiendra sous sa tutelle la caste politico-militaire. Dans ses premiers pas, ce sacerdoce moniste, trop imbriqué dans la politique, assumera un rôle pour lequel il n’est pas apte, affaiblissant alors la caste politico-militaire, chargée non seulement de diriger mais aussi de défendre le pays, ce qui explique la défaite face aux guerriers Hyksos, venus du Nord-Est. Cependant, qualité propre à une caste qui doit par essence se dédier à penser, ce sacerdoce tirera d’importantes leçons de ses erreurs, mais une perversion se sera instaurée en son sein, fruit de l’efficacité que provoque ce contrôle, tant sur les politicomilitaires que sur la masse des producteurs; ainsi, au lieu de se contenter d’assumer sa fonction, en tant que forgeur des principes qui doivent régir la société, et reconstituer de cette façon le Pacte Fondamental avec les deux autres Castes, ce sacerdoce se renfermera davantage en lui-même, et développera cette logique formelle dont nous avons parlé plus haut et dont elle conservera précieusement les clés.
100

La Possession.

101

Cette voie symbolique est reprise plus tard par Hosarsiph, initié du temple de Thèbes, fils d’une princesse égyptienne et neveu du pharaon Ramsès II; celui qui bientôt prendra le nom de Moïse (“le sauvé”), exilé par son cousin le pharaon, mais en réalité par le sacerdoce qui se trouve derrière celui-ci et contre lequel il s’est rebellé, il se réfugie dans le pays de Madian où il trouve un terrain propice pour le projet qu’il a en tête: étendre dans le monde entier le principe Unique qui lui a été inculqué au fond des temples amoniens. Madian, sanctuaire établi entre l’Égypte et l’Arabie, au pied des monts Horeb et Sinaï, était déjà depuis plusieurs siècles le centre mystique d’un culte monothéiste où l’on adorait aelohim, sous le nom d’Osiris. À cette logique mathématique et cette froide raison que lui a transmis son éducation à Thèbes, Moïse va ajouter les éléments religieux et mythologiques que lui transmet Jéthro (prêtre du temple de Madian, dont il épousera par ailleurs la fille, Zéphora) et qu’il tirera également des deux livres cosmogoniques qu’il cite dans la Génèse: “les guerres de jéhova” et “les générations d’Adam”. Une fois élaborée sa doctrine, Moïse l’imposera au peuple juif à travers ce dieu tyrannique qui le pliera à sa loi aux moyens des fameux Commandements (ces règles rigides qui visent à déclencher des conditionnements réflexes, sans modifier réellement l’intériorité des croyants). À partir de ce moment, l’unique comme symbole va entreprendre son expansion en Europe et son action va se dérouler selon deux vecteurs (intimement liés, bien entendu): l’un, théorique et plus ésotérique, qui agira sur les élites pensantes et sur les hautes sphères de la politique, et l’autre religieuse et conditionnante, ayant pour objectif d’encadrer les masses, s’attaquant à leurs traditions, valeurs et coutumes, et détruisant ou dévirtuant celles-ci afin d’imposer sa morale conditionnante. Nous suivrons tout d’abord le développement de l’action théorique de ce symbole dans la Grèce Antique. Nombreux sont parmi les penseurs grecs présocratiques les plus connus qui ont subis une influence où ont été directement éduqués en Égypte: Pythagore “se mit à l’école des Égyptiens et fut le premier à introduire en Grèce la philosophie” (Isocrate) (citation qui montre bien la mentalité, par ailleurs fort répandue, selon
101

La Possession.

102

laquelle la philosophie est arrivée en Europe à travers des Grecs initiés en Égypte et impose par la même occasion ce qui doit être considéré comme la philosophie: l’Unique et ses miroirs); Thalès de Milet “...n’eut pas de maître si ce n’est qu’étant allé en Égypte, il y fréquenta les prêtres...”(Diogène Laërce); Xénophane de Colophon était disciple de l’école pythagoricienne et eut entre autres disciples Parménide lorsqu’exilé, il se réfugia à Élée, en Asie Mineure (ce dernier élabora les concepts de l’Être et du non-Être, dont nous parlerons plus loin; Cf. “Le Traité de l’illusion” d’Enzo Talarico). Ces individus, initiés dans les mystères de l’unique, vont se charger de les disséminer dans toute la Grèce en s’entourant de disciples appartenant à la fleur de l’aristocratie, disciples qui plus tard allaient assumer d’importantes charges politiques (Épaminondas, par exemple, qui fut le personnage le plus important dans l’histoire de la cité grecque de Thèbes, fut éduqué par le pythagoricien Lysis). Pythagore s’établit dans la Grande Grèce où il fonde la première École pythagoricienne dans laquelle étaient pratiqués les rites égyptiens, ainsi que la doctrine selon laquelle “les nombres gouvernent l’univers” (uni-versus: une seule face, vision, perspective, etc.) et “tout est dans l’Un”, propre au temple de Thèbes. Son École sera brûlée par la tourbe agitée par une élite qui cherche à défendre ses intérêts politiques et non par un sacerdoce qui, constatant une invasion symbolique, établirait une réponse -elle aussi- symbolique; en effet, seul un symbole peut vaincre un symbole et, comme le fait bien noter Enzo Talarico, les élites pensantes européennes, en raison d’un orgueil millénaire, se sont peu-à-peu éloignées de leurs racines indo-européennes (Cf. le texte de Richard Glize sur les “Concepts Fondamentaux de la pensée indienne” quant à ces racines); s’occupant de l’organicité pratique et de cette “micro politique” qui allait les mener à se disputer entre elles pour des morceaux de territoire, ces élites ont laissé leurs peuples reproduire dans leur quotidienneté des rites chaque fois moins chargés de mythe (symbole), ce qui a rendu aisée la colonisation spirituelle de l’unique. Parménide, disciple comme on l’a dit de l’École Pythagoricienne par Xénophane (et un autre
102

La Possession.

103

pythagoricien: Amnias), voyage à Athènes en 440 av. J.C et y amène la doctrine de l’Être et du non-Être, une adaptation pour la Grèce de l’unique amonien, déguisé de la sorte sous une forme “parfaite, éternelle, immuable”, propre à charmer l’esthétisme grec en même temps qu’à mettre un ordre dans son pluralisme anarchique et désordonné; la doctrine de Parménide trouvera ainsi une grande faveur, à Athènes tout d’abord et par la suite dans toute la Grèce à travers ses disciples. Socrate, qui sera un d’eux, adoptera cette logique et la diffusera en même temps qu’il prédique une moralité que les athéniens, corrompus par la sophistique (qui n’est d’ailleurs qu’une autre forme de l’un, introduite pour instaurer la confusion dans l’esprit), ne peuvent plus assumer; sa mort par effet de culpabilisation, impulsera l’expansion de cette manière de voir les choses. Dès lors, l’équilibre des forces, dans cette guerre secrète qui depuis plusieurs siècles se menait entre les rares penseurs attachés aux traditions indo-européennes et les initiés en Égypte, se rompt: Platon, successeur de Socrate, fonde l’Académie et développe la doctrine des Idées qui sont, comme cela a été étudié dans des textes antérieurs du Livre de philosophie Culturelle (Cf. Nº 2329), la manifestation des multiples aspects-formes de l’Un, ce qu’Aristote, disciple à son tour de Platon, appellera l’“altéralité de l’être” et qu’il agencera dans la fameuse logique qui porte son nom. Notons qu’Aristote, appelé par Philippe de Macédoine afin qu’il éduque son fils, le futur Alexandre le Grand, amènera en Macédoine, partie de la Grèce encore “barbare” du point de vue l’expansion théorique (mais non religieuse, comme nous le verrons plus loin) de l’un, les développements atteint à Athènes. La Grèce Antique, très sensible à l’esthétique et à la beauté des formes du Manifesté, aura sombré dans l’illusoire perfection promise par l’Être (celui “qui est”) et sa logique quantitative: “Ce qui est” (c’est-à-dire ce qu’une force politico-religieuse sousjacente c’est proposée d’imposer) balaiera peu-à-peu “Ce qui ne doit plus être”: le pluralisme qualitatif 25.
très désordonné en Grèce comme nous l’avons dit précédemment, par manque de profondeur de son élite sacerdotale.
25

103

La Possession.

104

Les disciples de Platon, tels Carnéade, se dédieront à la tâche de diffuser sa doctrine non seulement dans toute la Grèce, mais aussi dans l’Italie romaine (tâche déjà amorcée par l’École Pythagoricienne), dans ce peuple de guerriers qu’étaient les romains, dotés d’une morale forte mais dépourvus de racines théoriques profondes qui leur aurait permis de se défendre face à l’acide dissolvant qu’amène les langues dûment formées à Athènes. Ceci joint à la corruption des moeurs romaines, fruit des immenses conquêtes de Rome et son conséquent enrichissement et brassage avec l’exotisme débridé de ses colonies moyenorientales (de nombreux cultes voués à des divinités orientales apparaitront à Rome; entre autres celui de Dionysos-Bacchus, de Mithra et d’Isis) seront le ferment qu’utilisera le christianisme pour se développer; que Paul le Tarse ait conquit ses premiers et principaux disciples à Athènes est, dans cette perspective, loin d’être un hasard... Nous touchons ici l’autre vecteur d’expansion de l’unique: le religieux et destiné à encadrer les consciences plus élémentaires, celles qui, immergées dans leur quotidienneté, verront (ou plutôt vivront, sans s’en rendre compte) leurs traditions, mythes et divinités disparaître (et/ou être déformées dans leur essence), harcelés par cette force qui, ayant conquit leurs élites, les utilisera au moyen de la structure politique, dont l’expression la plus aboutie est l’État. Comme le dit bien R.Glize dans “L’État et la Nation”, l’ordre étatique (quantitatif) est opposé par essence au pluralisme (qualitatif) de la Nation (qui s’enracine et est le fruit de la Culture, chaque Nation étant liée à une certaine Culture: un passé lié à des traditions et à certaines forces animiques prédominantes). Nous avons fait référence plus haut à l’éducation d’Alexandre par Aristote, cependant, le futur conquérant de l’Empire Perse était déjà le fruit, élaboré depuis sa naissance, du sacerdoce de l’unique, puisque sa mère, Olympie, était une sacerdotice d’un des nombreux temples de Zeus-amon disséminés dans toute la Grèce; comme l’énonce M.Druon (dans sa biographie du conquérant), Alexandre, guidé constamment par

104

La Possession.

105

Aristandre de Telmessos (un sacerdote d’amon qui se chargera de balayer la route du jeune homme vers le trône en faisant assassiner son père Philippe par Pausanias en 356 av.J.C, et en empoisonnant ses frères et soeurs) deviendra consciemment le bras armé d’amon (il sera d’ailleurs couronné plus tard pharaon), imposant sa loi, d’abord en Grèce, et ensuite en Perse; il ne parvint pas à envahir l’Inde car il y trouva (et derrière lui le sacerdoce qui l’appuyait) une opposition politique mais surtout religieuse et symbolique. Il y a ici un élément important à souligner: Alexandre est le premier exposant (connu) de cette conception du monisme en politique: l’idée de l’Impérium, que l’on retrouvera à Rome à partir de Jules César (celui-ci la recevra de l’égyptienne Cléopâtre, avec qui il aura Césarion: “celui qui devait réunir sous son sceptre les deux mondes”) et d’Octave Auguste, s’impose alors comme un objectif à atteindre pour tout homme politique qui ait des conditions; cette pervertion trouvera un écho, même après les douze césars (parmi lesquels on trouve les tristement célèbres Néron et Caligula) et la chute de l’Empire romain d’Occident, dans les royautés européennes qui tenderont toutes (stimulées et/ou pressionnées par le christiannisme) vers la monarchie (µονο−αρχε: principe unique) dont la culmination sera Louis XIX (“L’État, c’est moi”) et plus tard Napoléon Bonaparte. Comme le montre E.Talarico dans “l’oeuvre de Merlin”, le sacerdoce celte, qui souffrait une attaque systématique du monisme à travers le christiannisme (ses sanctuaires étant constamment détruits et poursuivis ses druides, sans compter la déformation de ses mythes et ses rites par les prédicateurs qui les “recueillaient” et les “christiannisaient” (Cf. la confusion du mythique roi Conchobar avec le christ, ou les menhirs surmontés d’une croix), etc.), ce sacerdoce druidique tentera de se former un rempart politique en opposant à la conception (monocratique) du monarque, celle d’un pacte liant des individus forts autour d’un roi, dont ils deviendront les vassaux: le roi Arthur et ses chevaliers de la Table Ronde (mythe et/ou réalité) ne signifient pas autre chose; cependant le christiannisme répliquera en s’alliant le roi (par pression à travers la masse assujettie

105

La Possession.

106

religieusement, et aussi par l’intérêt), le “monarchisant” et le jetant contre ce qui devrait être son aristocratie (“ le pouvoir des Meilleurs”). La lutte en France entre la royauté et les Ducs de Bourgogne (qui se poursuivra jusque sous Louis XIV, menée de main de maître par Richelieu puis Mazarin (qui vaincra la Fronde: ultimes stentors d’une aristocratie devenue jouisseuse et habituée aux manoeuvres politiques, mais coupée de ses racines); le même phénomène est observable dans les pays germaniques si on étudie la lutte opposant les Landers au pouvoir monarchique puis impérial grandissant, depuis Frédérick Barberousse et surtout son petit- fils Frédérick II, constamment épaulé par le monisme religieux26.Ici nous devons faire noter un autre point important important, dont nous avons fait référence dans l’introduction: l’unique, dans son expansion, a été conduit à élaborer de nombreuses formes afin de pouvoir s’imposer, hors ces formes, soutenues et développées au long de l’histoire par des Volontés Fortes endoctrinées dans le cadre de l’un, ont toutes eu tendance á développer une autonomie et à se disputer les unes aux autres la prédominance (manifestée pratiquement par ce que l’on appelle politiquement parlant: le Pouvoir). Ceci explique l’apparente contradiction que constitue le fait qu’en Europe se soient opposées de manière sanglantes les différentes branches du Christiannisme: catholique, orthodoxe, protestante (sous ses multiples formes: luthérianisme, zwinglérisme, calvinisme, etc...) anglicane ainsi que toutes les autres branches religieuses émanant du même tronc commun. À cela, il faut ajouter le fait que le monisme politique incarné par le monarque, ayant servi pour imposer en profondeur (à travers, nous l’avons dit plus haut, la structure politique) la logique de l’un, devient pour son sacerdoce un frein qu’il se proposera d’éliminer, car il a lui aussi tendance à prendre une dangeureuse autonomie. Ceci explique la révolution de 1648 (un siècle après le règne du fameux Henri VIII, père de la futur reine Elizabeth, qui fonda l’anglivanisme, dans lequel, comme on sait, le roi était en même temps le suprême pontife) et la française de 1789. Dans cette perspective, “l’interCf. à ce propos la pièce historique de F.W.Goethe : « Goetz de Berlichingen ».
106
26

La Possession.

107

règne” de Napoléon I n’est pas non plus un hasard (comme nonplus le fait que lors de son voyage en Égypte, il visita le temple d’amon et la tombe d’Alexandre, assurant qu’il “reprenait le flambeau”, ou encore ses contacts avec la franc-maçonnerie, autre masque de l’unique qui joua un rôle clé dans la révolution, et continue de le faire dans l’actualité, bien qu’en une bien moindre mesure). Napoléon, empereur,aura pour mission de détruire les monarchies européennes encore fermes, bien qu’affaiblies par des siècles de luttes intestines et entre elles, afin de laisser la place aux nouvelles forces surgissantes, mûes par d’autresformes de l’unique, rénové, et que la chute de l’empereur ne fera que justifier. La mascarade que constitue le sacre de Napoléon ainsi que, littéralement, le rapt du pape après l’occupation du Vatican (1804) attire l’attention sur un autre élément: le catholicisme, comme toutes les autres branches religieuses du monisme, est elle aussi une forme ayant pris une autonomie qui, à la longue, devait perturber l’action ésotérique de l’un, d’autant plus que, comme le montre E.Talarico dans “La caste financière”, cette religion pour s’imposer à Rome27 a dû, dans sa constitution même, faire des concessions dont la Trinité (reflet faussé de la Triade) est une des manifestations: le christiannisme se différencie des autres religions abrahamiques, telles que le judaïsme et l’islam, en raison des éléments indo-européens qu’elle a dû assimiler, en les dévirtuant, pour pouvoir être acceptée, sans compter les rites et les traditions qu’elle a dû incorporer tout en leur imposant son sceau (uniciste); ce même auteur souligne, par ailleurs, que même les saints de l’église ne son pas autre chose qu’une incorporation de génies européens qui, sous un Autre Ciel , seraient devenus des héros ayant leur place dans la mythologie auprès d’Héraclès, Mucius Scaevola, Sigurd-Sigfried ou Cuchûlainn. Le monisme, face à ses manifestations variées, adaptées chacune d’elles aux caractéristiques culturelles propres aux différentes sociétés dans lesquelles elles s’imposent, agit envers elles selon le principe darwinien de la sélection naturelle, s’
puis dans toute l’Europe, supplantée plus tard dans de nombreux lieux par les« réformes » nées en son sein.
27

107

La Possession.

108

occupant surtout que les principes de base dont il a tracé les ligns soient respectés; si l’on nous permet cette analogie, c’est un peu comme si les participants d’un jeu seraient autorisées à se disputer la partie afin de remporter la victoire, mais qu’il leur serait interdit d’en changer les règles. Dans la perspective générale de l’expansion du monisme, la proliférations de branches religieuses surgies de son sein a donc été une étape importante puisque, intimement liée aux événements et forces politiques qu’elles ont provoqué, combattu ou contribué au développement, elles ont instauré une sorte d’anesthésie et d’ amnésie liées aux racines des peuples indo-européens, en même temps qu’elles imposaient un ensemble de conditionnements réflexes que la science moderne a systématisé de manière, précisément, scientifique. Conjointement à cette action théorico-religieuse, le sacerdoce de l’unique, à travers sa branche financière, a financé et contrôlé, au moyen de ses prêts, ces mêmes doctrines et organisations politiques (depuis les financements aux rois pour leurs expéditions militaires ou de défense28, à ceux des sociétés secrètes, mouvements de masse, partis politiques et/ou révolutionnaires,etc.), ce qui lui a permis à la fois de s’imposer symboliquement et pratiquement, dans la quotidienneté: dans le maintenant immédiat de chaque individu, car les rites (conscients ou inconscients) que suivaient chaque individu tout au long de sa vie et qu’il transmettait à ses descendants par le simple fait d’agir d’une certaine manière, multitudes de gestes et non-gestes ( gestes « qu’il ne fallait pas faire »), attitudes « bonnes » ou « mauvaises » à suivre ou à abhorrer et rejeter, fruit d’un cheminement culturelle pluri-millénaire, ont perdu leur signification ou plutôt et plus grave encore: l’ assentiment qui leur était donné ; en effet, en dernière instance, ce qui fait qu’une norme éthique mérite d’être respectée est qu’elle est « bonne »
Cf. la lettre envoyée par le financier Jacob Függer à l’empereur Charles Quint dont il avait financé l’élection, lettre dans laquelle il lui «tire les oreilles» pour être en retard dans le paiement de ses dettes ainsi que des conséquent intérêts; rappelons en passant qu’à cette même époque, cet empereur faisait trembler l’Europe.
28

108

La Possession.

109

dans le sens qu’elle contribue à une évolution personnelle et individuelle, et par là d’Espèce ( comme dit E. Talarico dans « la Voie et la morale impérissable » : elle rend «plus fort», plus apte sur tous les plans). L’atout (dégradant) majeur de l’unique a donc été de rompre ce nexus afin de faire disparaitre le CONCEPT d’une Échelle Évolutive (aujourd’hui, être évolué c’est «être avec son temps, être dans le progrès» (ce fameux train de M.Laguerre que «l’on n’arrête pas»)), rompu ce nexus, l’humanité se trouve ravalée au rang de fourmis acharnée à leur labeur journalière, mûe par le très ancien système de «la carotte et du bâton» (Cf. «La Possession » d’E. Talarico, dans ce même numéro du Livre de Philosophie Culturelle), et les élites pensantes se trouvent obligée soit de plier la tête (comme il advient avec la plupart des intellectuels, aujourd’hui plus que jamais, devenant des idéologues et propagateurs du symbole unique), soit de rester tapies en attendant des temps plus propices, ou bien de préparer les conditions pour que l’Évolution continue.... Luigi Talarico

********

109

La Possession.

110

LA POSSESSION.

UNIQUE (ÊTRE,
DIEU, ETC.) ANDROGYNE

POSSESSION
L’ÊTRE LA QUANTITÉ L’ANDROGYNE L’INTERÊT LE DÉCALOGUE LE TRAVAIL LE VIVANT POSSESSION INTELLECTUELLE FINANCES POLITIQUE LA PSYCHOLOGIE ET LE MOI STRUCTURE SOCIALE L’ASTUCE L’ETAT LA LOI LA PROPRIÉTÉ LA LACHETÉ L’ILLUSION

INTRODUCTION Ce livre a deux parties: La première, plus métaphysique, explique comment l'introduction de l’être (ou dieu) unique, créateur et premier possesseur, conduit à qu’il soit imité. Luther dira: “si dieu a créé l'argent, il faut le posséder", parce que dieu, il faut l'imiter; unique, premier créateur et en premier possesseur; posséder est comme la Plénitude. Cet être unique conduit -de par cette logique- l’humain à se
110

La Possession.

111

monocentrer, c'est-à-dire a aller dans une seule direction avec son effort et ignorer le reste et aussi à que son comportement reflète l'unicité de l’unique, être, l’imitant. Avec ceci, l'être humain refuse son pluralisme psychique interne.

UNICITÉ

HUMAIN CROYANT
UNIQUE HUMAIN IMITATEUR= UNICITÉ DANS SON EFFORT

CROYANCE
La deuxième partie traite le sujet de la Possession dans sa trajectoire conceptive et pratique, c’est à dire, l’observation de son action possessive pratique dans toutes les activités humaines et la ruine de la condition humaine avec cette POSSESSIVITÉ. Cette dernière implique la peur, l’orgueil, la vanité et l’avilissement à la longue. Si vous avez quelque chose, NE LE POSSÉDEZ PAS c'est-à-dire NE VOUS IMPLIQUEZ PAS PSYCHOLOGIQUEMENT AVEC LUI (restez distant) parce que si vous ne vous détachez pas, vous participez de ses contingences et usure temporelle. S’il vous advient de le perdre, perdez-le sans remords ni peine et sans plainte, il s’en est allé ou il s’en va, il ne dépend plus de vous de le retenir plus que le moment qui participe de votre oeuvrer. Concentrez votre énergie et force sur le développement détaché, délié de vos facultés vitales, animiques, Intellectives et volitives. Laisse les choses dans l'ordre des choses et des êtres. Le Concept, lorsqu’il s’initie sur le chemin de la matérialisation, a un Projective et une plénitude manifestative (avec son Lingual). Cette plénitude veut dire le maximum atteint et le premier degré de la descente.

111

La Possession.

112

Par le détachement: Produire sans Posséder29 l’on retourne à la Conception et on oubli ou ignore ce qui a été produit. L’on échappe alors du chemin de la manifestation unilatérale -comme c'est le cas hébreu30- de la POSSESSION. L’on échappe également du Karma ou chaîne d'actes qui nous déterminent. Posséder aussi veut dire se faire un cadre intellectuel et psychologique de stabilité où encadrer les personnes ou faits inconnus qui se présentent à nous (les situations aussi). Avec ce cadre CERTAIN de stabilité, ces personnes (ou situations) même les plus énigmatiques, nous semblent CONNUES; au fond ILLUSOIREMENT CONNUES et ceci est auto-tromperie pour n’avoir pas à faire face continuellement à l'Incertitude de la Réalité. Cette certitude erronée mène à la recherche de la sécurité, stabilité et permanence (forme de possessivité) qui n'existe pas - parce que tout coule - et sa chimère nous conduit au Néant. L'ÊTRE ET LA POSSESSION

N
29 30

ous donnerons l'exemple du concept (et aujourd'hui symbole) de Possession pour illustrer de façon claire, véridique et extensive comment l'être a été introduit potentiellement dans la Culture au moyen du monocentrisme, POLARISATION et hypertrophie d'une force instinctive existante dans l'âme humaine, comme ATAVISME et qui, présente dans l'animal, peut apparaître quand les instincts (territorial ou de protection des rejetons ou proies, etc.) sont polarisés par des circonstances extraordinaires, surtout avec l’intervention humaine. Par exemple: les singes qui ont accumulé, protégé et défendu leur POSSESSION jusqu'à la paranoïa ou psychose: les fiches entassées dans
Lao Tse: "Agir sans rien attendre; produire sans posséder; illuminer sans éblouir; guider sans contraindre." L’hébraïsme: christiannisme, islamisme, maçonnisme, libéralisme, marxisme, etc. A infesté la Race Blanche avec la POSSESSION; ce virus est entrain de tuer sa Culture et sa Civilisation.
112

La Possession.

113

leurs espaces ou recoins et qui leur permettaient, en les introduisant dans les machines (que ces singes avaient déjà manipulé), d’obtenir le fruit ou l’eau exemple que Vance Packard mentionne dans son oeuvre: "Le comportement humain des animaux" -. Cette force POSSESSIVE, polarisée et ontologisée, a conduit les humains à la spécialisation réflexe, c’est-à-dire, à exercer une seule possibilité dans l'orientation de leur effort total: travail spécialisé = effort mutilé et confiné; elle a conduit à mener une vie sédentaire végétative plutôt mort lente-. Avec ceci, le pluralisme facultatif des êtres humains a été mutilé: leurs émotions, Intelligence et Volonté ont été atrophiées et/ou paralysées, les léthargisant ou létalgisant. Les mêmes attributs de l’être qui sont: limitation, immobilité, confinement, centralisme, vampirisation, éternité (c'est-à-dire la nonreconnaissance du Temps et de l'effort capable de le transcender), ils ont été injectés et diffusés dans les humains et leurs sociétés au moyen de la POSSESSION qui les transforme dans la vermine d’un Marais avec l'apparence (au moyen de jeux de lumières et miroirs: illusions urbaines) désordonnée et hyperkinétique de la vitalité, quand tout ceci est inerte et pris comme Vie et Volonté. L’être: l’androgyne alors, transmet son inertie et réductionnisme aux forces de la vie et les ankylose . Le moyen préférentiel adopté pour réaliser cette tâche est la Possession, ainsi que stimuler dans l'être humain la recherche de certitudes et d’AIDE en dehors de SOI = ASSISTANCE; il réduit, par ce moyen, son champ naturel et psychologique. En étudiant et en développant ce concept, nous serons surpris de ses implications et de son extension. Nous verrons comment dieu, l’être, est la première fixation et possession de l'esprit, sa première extériorisation et évacuation de SOI. Ceci advient lorsque l’on cherche la stabilité, sécurité, tranquillité et surtout la certitude, ce qui signifiera de tomber dans les cercles concentriques et réducteurs de la possession, le contrôle et dissolution de SOI MÊME, tombant alors dans la grossièreté de la matière. Utilisez les certitude comme un moyen d'action de la Volonté et d’ordre intellectuel, mais non comme des fins en elles- mêmes. Sinon, vous tomberez dans
113

La Possession.

114

LE NÉANT, car l'usure temporelle transformera ces certitudes et leur sécurité en poussières cosmiques, dissoutes par le Temps, et vous avec elles. La vie (Poussée) vit en vivant et en vivant elle s’expand et cherche à dominer. Dans cette domination polarisée paraissent également, comme excès, le contrôle et la possession. La propre poussée (féroce) de la vie peut l' amener à un excès d’appétits (puisqu' elle doit se nourrir: Désir pour continuer à vivre) et sécurité afin de jouir de ce qui a été obtenu dans l'expansion ( et qui devient ainsi une possession ). ******** Si nous observons, dans une sombre forêt et auprès d'une source de lumière -un feu ou une flamme-, l'extension de la lumière, son irradiation nous procure la sécurité et surtout la certitude de connaître ou savoir le contenu de ce que nous voyons. Une sensation de stabilité se détache de la sensation que nous nous trouvons dans une ambiance controlée, possédée puisqu’il est peu probable que quelqu'un remette en question cet acquis supposé. Lorsque nous possédons de l'argent pour nous déplacer avec sécurité dans l'environnement urbain, nous ressentons les mêmes certitudes et sensations. Un monde certain, connu ou suceptible de l’être ainsi que le pouvoir de se mouvoir en son sein, de le contrôler. Nous sentons que nous possédons les parcelles du milieu urbain dont nous pouvons nous approprier avec l'Argent: propriété actuel POSSIBLE. Maintenant, l'absence de la lumière dans une forêt provoque incertitude et inquiétude, insécurité et intranquillité (pour qui n'est pas apte dans ce terrain). L'absence ou la pénurie d'argent cause la même incertitude et insécurité de ce qui n’est pas contrôlé, pas possédé. L'être, jéhova, dieu, etc., lorsqu’il s’immisce dans le croyant, lui octroie une certitude, de la même manière que le fait la lumière du feu dans la sombre forêt; l'argent tire l’assurance qu’il procure de ce dogme. Or, la forêt est obscure pendant

114

La Possession.

115

la nuit et dangereuse de jour comme de nuit, dès lors, seule l'APTITUDE nous défend d’elle. EXPLICATION DE POURQUOI LE MONISME (ÊTRE) ET MONOTHÉISME = DIEU S’IMPOSE ET UNE CERTAINE JUSTIFICATION DE CELUI-CI; SES LIMITES ET VICES. PLURALISME ORGANIQUE, DÉVELOPPEMENT. Si nous étudions attentivement ma thèse de doctorat: “Théorie de la Connaissance et Ethnologie", nous pouvons découvrir dans la Théorie du Concept – son histoire métaphysique et anthropologique - que la Conception est un appareil cognocitif et cognescent de l'Esprit et qu’il est constitué d'un tissu de hiérarchie mobile de concepts. Ces concepts, l’individu et les groupes humains – en tant qu’espèce - ne sont pas capables de les appréhender dans leur totalité conceptuelle, comme faculté conceptive totale. Ceci est dû à ce que les êtres humains sont différents et chacun, ou dans des ensembles sociétaires, se trouvent dans différents niveaux ou paliers évolutifs -lesquels dépendent à leur tour de leur capacité conceptive et symbolique- c'est-à-dire facultatifs, ayant un développement psychique différent, différencié, avec la prédominance ou présence de certaines facultés et la diminution ou absence de certaines autres dans le psychisme individuel ou collectif (dans certaines ethnies ou nations également). De cela dérive que les Initiés de tous les temps ont polarisé et privilégié le développement de certains concepts et introduit de manière dogmatique - réductrice et mutilante de ses connections implicatives ou significatives avec d’autres concepts - ces concepts (et conceptions). De la sorte, ces concepts sont transformés en être c'est-à-dire, en idées ou entités isolées de manière absolue et hypertrofiée, pour résumer: monocentrée. Cette nécessité d’ontologiser (FAIRE ÊTRE)31 le concept - de le réduire ainsi à des FORMES LINGUALES - va permettre d’introduire dans l'esprit humain grossier et empreint de fixité - lequel se développe par
LE LANGAGE, lorsqu’on l’ordonne à travers la structure logique, se fait être.
115
31

La Possession.

116

poussées ou soubresauts, par intermittences et impulsions graduelles ou volcaniques, érruptives mais toujours sporadiques- par degrés, certains concepts et conceptions qui permettent de concentrer l'énergie réflexive collective d’élites agissant dans certains niveaux conceptifs ou facultatifs, au détriment d'un développement conceptuel simultané et différencié . Par exemple: l'introduction de l' ÊTRE ou de l’unique, absolutisé de cette manière. Cette introduction conceptuelle, concentrique et FOCALISÉE, se retrouve principalement dans les religions monothéistes ou les mouvements mythologiques; ceux-ci agissent comme des simplifications dans les esprits grossiers et fixes. Cette tendance moniste peut être atténuée avec un effort de développement conceptuel-spirituel simultané et différencié: ce que nous nommons le PLURALISME ORGANIQUE. Cependant, ceci est très vaste - puisque que cela touche beaucoup de concepts ainsi que leurs significations, leurs rapports métaphysiques et leurs implications connotatives sans compter leurs racines pratiques agissantes- et en même temps très lent en raison de cette vasteté; les progrès sont de toute manière infimes dans l'Esprit collectif étant donné qu’il s’enracine dans la Nature et souffre ainsi "l'emprise", l’influence et l’ascendant de ses déterminismes. Cependant, n'oublions pas que ce développement conceptuel-spirituel, différencié et intégré (ce qui constitue la Perspective de la PHILOSOPHIE CULTURELLE), peut élaborer et/ou créer des Élites Rationnelles et agissantes qui serviront de ferment Hominal (des Dieux, en somme) au reste: humains. Là réside la force du Pluralisme Organique: former ces moteurs, ces initiatives activantes: Les Élites Pensantes. Le monisme, au contraire, forme des stabilisateurs et diffuseurs de ce qui est acquis. Alors l'Initié dans la PHILOSOPHIE CULTURELLE doit être rigoureux et même sévère et absolu face à des peuples, sociétés ou individus ignorants et rauques -qui prétendent jouer avec le sacré ou le falsifier et auxquels il doit discipliner par la force ou la terreur - et doit être Pluraliste organique devant des penseurs en embryon -lesquels doivent être
116

La Possession.

117

maintenus en observation avec une certaine pression orientatrice- avec les penseurs profonds, il doit être attentif et studieux de leur effort et vigilant dans la vérification de leurs vérités - lesquelles doivent être sélectionnées- . Il y a des moments dans l'activité et action conceptive dans lesquels les capacités doivent se concentrer. Exemple: dans l'élaboration et diffusion d'une théorie ou texte important. Alors, une fois introduite la graine conceptuelle, nous devons la laisser grandir et mûrir dans la Compréhension; ce qui implique vigilance, persistance et patience mais non TOLÉRANCE ni CÉDER. La mauvaise foi, la supercherie et le mensonge systématiques signifient une détention, dû à l'INTÉRESSEMENT, dans le processus cognescent, et recul et crispation dans le développement facultatif de la Conception et son évolution; ils correspondent à l'introduction de certains concepts falsifiés, pervertis, déviés ou dissolvants dans la Conception. Voyons par exemple le fait d’introduire et développer le concept de Possession dans la compréhension. Ces types de concepts sont un terrain morbide ou tumoral qui créent et établissent désordre et dissolution dans les organes conceptifs et dans la compréhension. La Possession devient, dans son absolutisation et hypertrophie, un concept dissolvant en raison de son pragmatisme, son empirisme absolu submergé dans les choses et les intérêts. Ceci détruit la faculté d’abstraction de la Conception et de l'Esprit, diminuant leur exploration et EXPLORATIVITÉ, leur universalisation et subtilité. La crise spirituelle que souffre aujourd'hui l’Occident (et également de l’Orient), provient de cette conception possessive, pratique, hipertrofiée et absolutiste. Chaque individu vit, jour après jour, sans projet ni projections spirituelles, vivant, en somme, en vain. La Possession est la marque d'une activité descendante et réductrice de l'Esprit. Pour cette raison, l'être est la première fixation et possession de l'Esprit, il est aussi sa première réduction et ankylose.

117

La Possession.
DEVENIR ET ÊTRE

118

L'être est un moment fixe (un moment avec des limites spaciales) du Devenir; il équivaut presque à la Rétention (presque puisqu’il en est un reflet) dans notre Philosophie du Mouvement (Rétention Palpitante) cependant l'être ne palpite pas et pour cette raison, il est une Détention (l'être: Première Possession spirituelle, étant donné qu’il prend possession de l'intellect), de là, il devient une illusion: “l’être qui est". L'ILLUSION, LE LINGUAL, LA FORME ET LE NOMBRE (le quantitatif), LE REFLET, L'APPARENCE constituent cette RÉDUCTION primordiale et paralysie qu’est l'être. Naissant le Mâle et la Femelle des Différenciations du (des) Mouvement(s) dans sa manifestation, le Mâle, dans la Différenciation, produit la Femme mais lui-même se CLARIFIE et réalisant cet acte, il se fait et s’affirme comme mâle, il se réalise en tant que principiant d’initiative, de propulsion-générativité; la Femelle pour sa part, se réalise comme opposé dans la procréation, la reproduction, la stabilité et la conservation. Le Devenir est (est: expression grammaticale 32, non philosophique) le (les) Mouvement(s) qui est organisé avec le Temps et résulte de l'évolution ou involution, s'il n'y a pas d’Intégration-. De l'opposition, tension et harmonie naît le fruit et ceci créé de nouvelles tensions qui constituent le Devenir. L'activité pure sans Rétention peut devenir agitation, dépourvue de sens et de fruit. La Rétention détenue (c'est-à-dire sans Pulsation ni continuité de Mouvement) tombe dans la feminité pervertie qui cherche uniquement la Possession et la sécurité puisqu’elle veut conserver à tout prix ce qui est acquis limitant et se limitant le Fluir. Le principiant actif : le Mâle, a deux orientations dont il constitue la Synthèse: 1) la Pénétration (exploration, incertitude, intrépidité, etc.) ;

32

Le verbe être qui dit que l’être est.
118

La Possession.

119

2) le Contrôle et la Préparation de la Continuité, l‘Ordre afin que ce qui a été exploré s’ordonne et perdure. De là naissent le Varuna (exploration, conquête et envoûtement) et le Mithra (ordre) de la philosophie mythologisée des Brahmanes hindous. Mithra contrôle, coupe, ajuste (depuis en-haut) les normes, la volubilité du Sociétaire (Mithra, absolutisé, se transforme dans l’unique). Lorsque la Triade est éliminée et est remplacée par l’unique duel, comme dans le cas de Zoroastre: Ahura-Mazda: Ormuzd et Arhiman ou dans Moïse: dieu-diable. L’unique: ahura Mazda (Ormuzd) doit s’occuper uniquement du contrôle, lequel élimine l'incertitude de Varuna, la pénétration, l'exploration et l'évolution en raison d’un développement facultatif (33). Avec ceci, le Mâle s’ androgynise puisqu’il tombe dans l’exaequo, le pour et contre et ainsi, contrôlant uniquement, il se penche, se renverse et charge vers le principiant opposé, c'est-à-dire (le) féminin, et commence alors à être ce qu’il n'est pas. Cela, car il est une apparence de Mâle, la forme du même alors qu’il s’est déjà transformé en Femelle, c'està-dire qu’il possède un contenu de Femme et une apparence de Mâle34. Pour cette raison, le monisme- monothéisme entre avec facilité dans les religions féminines. L’unique contrôle, ordonne, sécurise et donne la stabilité - comme les contours de la caverne ou l'irradiation du FOYER dans l'obscurité HOSTILE de ce qui n’est pas contrôlé ou POSSÉDÉ - tous étant des éléments propres à la feminité, laquelle, dépourvue de son opposé, le Mâle,
33

L' Arhiman persan, aussi bien que le Loki allemand, est une difformité totale de Varuna, auquel on a retiré ( par sa transposition à ces démons) l'exploration et l'incertitude. Ces démons (Arhiman et Loki) sont une perversion étant donné qu’ils constituent l'imagination dans son aspect vagabond (" barriolé"), dépouvu de sens, absurde. Ils s’alimentent cependant de l'importance qu’ a l'imaginaire dans la fantaisie humaine. Dans Arhiman et dans Loki, cette imagination se dévie vers ce qui n’a pas de sens, ce qui est absurde: sous un aspect amusant, gai," sympa", ils font le mal par où ils passent. Lire les fourberies de Loki dans la mythologie allemande et le mal semé partout par Arhiman. Le Dieu Varuna est une divinité Ascendante et Pénétrante dans l’Inconnu, dans lequel il tisse les mailles impondérables du premier consentement: celui octroyé au symbole. Ensuite, il assujettit et guide subtilement et fermement le candidat à adepte dans la Voie de la Vérité, si celui-ci est de se détacher des amarres de l'illusion et de ses liens.
34

Lire mon essai: "l’Oeuvre de Merlín."in Boussole de l’Esprit Polythéiste nº2, Novembre 2003.

119

La Possession.

120

s’androgynise, c'est-à-dire, se pervertit. En réalité, la certitude que donne l’unique: l’être, équivaut à la sécurité de la CAVERNE. Le fait que le Principiant Mâle perde les qualités de l'exploration, PÉNÉTRATION, incertitude, de magie, d'intrépidité, subtilité, conquête, férocité et autres, ne restant que ses caractères de contrôle, DÉSIR, légalité, de rassurant, ajusteur, POSSESSEUR (Souveraineté), etc, fait que ce Principiant - étant donné qu’il ne peut acquérir par lui-même l' énergie, en la conquérant ou en l'obtenant dans l'exploration, aventures, déplacements: PÉNÉTRATION - doive obtenir cette énergie par vampirisation et pour cette raison, un autre caractère de l'androgyne (sous toutes ses formes: être, dieu, jehová,etc.) est d’être vampire. De là vient aussi le fait qu’aujourd'hui tous les organes politiques qui - avec le principiant Mâle complet utilisaient le contrôle pour forcer les sociétés à évoluer35: États, églises, institutions diverses, institutions monistes en général, servent aujourd'hui comme des organes de vampirisation, expoliation et involution des sociétés et des individus et groupes humains, qui se perdent dans son sein36: POSSESSION OU POSSESSIVITÉ. Ceci est dû à ce que l'objectif est le contrôle et non la projection et évolution individuelle et humaine. L'être, dieu, jéhova, ou quelquesoit le nom qu’on lui donne, est une impasse dans la Pensée et l'Évolution, car, étant une fixation, il n’y a pas en lui de recherche mais seulement perfection, stabilité, et le fait de parvenir à conserver et contrôler ce qui est acquis, en résumé: pas d’avancer. Cependant, tout se transforme, et également transite ; le (les) Mouvement(s) est (sont) le tréfond de tout ce qui existe et VIT. Conserver est alors une immense illusion, comme l’est l’être qui cherche à conserver, être, SE POSSÉDER, et il advient de même du contrôle. Même l'existence est constamment entrain de se muter; rien n’est permanent, tout devient. L'être se réduit à la quiétude établie par la Volonté, elle aussi
35
36

C'est-à-dire, qui utilisaient le contrôle en vue d’ordonner ce qui a été exploré, conquis. La classification et les esthétismes urbains ont grandi alors il obéit à l'impératif de créer des illusions et contrôler pour séduire l'humain et le vampiriser en passant.
120

La Possession.

121

prisonnière de ce controlisme, Volonté illusionnée avec la stabilité d'une zone de détention et qui finit, au fond, dans le NÉANT. Si nous observons aujourd'hui avec attention, nous trouverons, dans de vastes secteurs de l'humanité (des individus humains même dans les élites -) cette tendance vers le néant, ainsi qu’un nihil(néant)-isme et fatalisme implacables, bien que soigneusement dissimulés! Cet être constitue réellement une impasse dans la Voie Évolutive de la Pensée, tout comme l’étaient les dinosaures dans l'Évolution de la Vie et du Vivant, ou les Paramécies dans l'organisation biologique: trop grands, trop parfaites, trop...! Ce que l’on nomme l'existence sédentaire aujourd'hui est la manifestation massive (dans le Sociétaire) de cette paralysie qu’impliquent les activités laborales et urbaines, et la lente mort qu'elle comporte. Chaque Rétention peut se détenir si l’on insiste dans son caractère de contrôle, si on l’insiste ou persiste dans sa recherche d'être, de stabilité, dans l'excès de la qualité ou nature seulement féminine, sans MASCULINITÉ. Les formes (qui sentent le changement comme une destruction, une souffrance): les IDÉES, les nombres (appelés les mères par les Égyptiens en raison de leur stabilité féminine, leur CONFINEMENT, contention,etc.), les Éons37, les Dieux, les Esprits, les verbes (signes Linguaux); ces formes naissent et doivent périr, et cette loi inexorable est crainte par les formes, qui souffrent avec les MUTATIONS et craignent le DEVENIR. Ces formes représentent différentes expressions du Principiant FÉMININ (Pacha (Inca), Yoni (hindou), Yin (Chinois)). Chaque sphère d’idées, Dieux, nombres, formes, etc., possède un domaine de développement propre: idées: philosophie; Dieux: mythologie, nombres: mathématiques 38.
Éons: être toujours les mêmes, être doués de permanence. Éon, en égyptien: Principe de Volonté.
38 37

Cependant, ces domaines sont théoriques; l'Intégration les concatène et leur donne une substance pratique.
121

La Possession.

122

Chaque Rétention passe par quatre phases ou moments (ou un cycle comme, par exemple, les saisons de l'année): a ) Gestation et Formation; b) Naissance-Croissance-développement; c) Plénitude croissante et décroissante; d) Décroissance et destruction. La Décroissance peut être retenue jusqu'à la limite de la détention et ainsi la corruption tombe dans LE NÉANT au lieu de se dissoudre. Le(les) Mouvement(s) continue(nt) à l'intérieur et à l’extérieur de ce processus de Rétention: Palpitant, se mutant et mûrissant intérieurement, et pressionnant ainsi qu’érosionnant extérieurement en tant qu’USURE TEMPORELLE. Les“δαιµονεs” grecs (ou démons) sont les forces encore incontrôlées ou incontrôlables (encore, quelquefois) qui proviennent d’un passé lointain ou qui surgissent des tensions excessives entre le Mâle et la Femelle, ou encore des humeurs ou énergies qui les représentent comme actif - passif; tensions polarisées qui les transforment dans des contraires et non plus dans des opposés, et qui, dans leur mutuelle négation, motivent ou génèrent le/la androgyne, autrement dit des inversions qualitatives ainsi que les excès et "passions" du non-contrôle et de la non-projection évolutive. Le signe s’est alors superposé au concept en le déformant. Lorsque la Pensée Agissante descend davantage et rencontre ces cercles d'énergies-qualités mélangées et indistinctes, elle devient moins subtile, plus rigide et son action se fait rigoureuse; les formes-schémas résultent plus nécessaires et les institutions drastiques deviennent indispensables pour cette crispation. Plus la Pensée Agissante s’élève, et plus son action pensante et volitive devient subtile, pénétrante et organique. La définition que fait Pythagore des trois Royaumes ou domaines de l'esprit: “les Dieux, les Héros et les Daimons", correspond à la division castique hindou: Dieux = Sacerdoce, Héros = Caste Politico-Militaire,

122

La Possession.

123

Démons = Producteurs. Ces derniers possèdent un esprit et/ou intelligence mélangé par manque de clarté. Les seconds (Héros), régis par la Raison, l’Éthique et la Nation, ont un esprit plus clair et déterminé, non exempt cependant d'une certaine rigidité dans la pratique des principes et des valeurs. Le Sacerdoce, dans ses tendances, est plus clairvoyant bien qu'il soit aussi soumis à la corruption par la montée des humeurs denses. Lire, à ce propos, le Principe de l'ALTERNATIVITÉ CASTIQUE dans mon essai sur la " TRIOCRATIE ". L’unique, androgyne, met sa FORME plastique, adaptative et son apparence simulatrice qui se mimétise avec le Mâle et la Femelle 39,ne leur laissant que l’apparence des opposés. En realité, il les remplis avec son mélange les supplantant avec ses propres qualités mélangées, indifférenciées et corrompues d’unique, d’androgyne, être qui, comme je l'ai affirmé dans “l’androgine” est une masse confuse de qualités indistinctes qui ne sont pas parvenues à se différencier, masse confuse qui vient du fond des âges sans évoluer, force atavique rétrograde qui n'est pas le Chaos, entendons-nous! De la sorte, le Mâle et la Femelle, emplis de cette substance-forme unique, indifférenciée et sans qualité propre (propre,dans les deux sens du terme), conservent seulement les apparences de Mâle et de Femelle et cherchent à imposer, à eux-même et mutuellement, l'unicité qui les envahit, les occupe. En arrière plan, le/la androgyne élabore dans cette situation une ambiance marécageuse à travers laquelle il étend sa nature pervertie et mutilante. Comme ceux-ci, opposés, ne peuvent pas perdre totalement leur substance- énergie, ils assument alors l'inverse de ce qu’ils sont: ils paraissent être Mâle, étant Femelle (pervertie par l'unicité de l’unique qui l’occupe) et paraissent être Femelle, étant Mâle ( perverti par cette même unicité). L'unité de l’unique (qui se trouve entre et avant les opposés), comme deux faces-formes d’une même médaille (Mâle et Femelle), se superpose
39

Cherchant ainsi l'unicité au lieu de la synthèse ternaire = Fruit, évacuant leur propre substance niant à la fois leur opposé, ils se vident de leurs propres qualités.

123

La Possession.

124

alternativement au Mâle, le chargeant d'unicité et de POSSESSION et à la Femme, évinçant leurs qualités d’opposés et les supplantant par une qualité confuse, unique. Toutes les énergies et qualités qui perdurent indiferenciées, une fois initié le processus de distinction et postérieurement de différenciation des opposés, tombent dans cette région de non-qualités et, touchées par l'androgyne, deviennent marécageuses et finissent dans le NÉANT. Cependant, elles ne sont déjà plus le Chaos, source inépuisable de énergies possibles et/ou créatrices, neutres. L'androgyne est pur negativité puisqu’il induit à la "TORPEUR", à la LÉTHARGIE. C’est là que dominent les "daimons", les forces de la colère, les passions animiques et les excès instinctifs (submergés cependant dans l’ex-aequo et dépourvus de détermination): toutes étant des forces incontrolées (et il advient de même de leur ex-aequo androgynal: passivité) et inconnaissables en tant que projectives. De la sorte, elles sont suceptibles d'être utilisées par l’androgyne contre l'évolution. Chaque individu décentré par ces excès primordiaux sombre dans l’ambivalence et s’annule lui-même. Cette zone confuse se trouve avant la différenciation et s'oppose à l'intégration qui vient après (en tant qu’étape supérieure) la différenciation des opposés Mâle et Femelle qui engendrent le Fruit. La forme fixe et immobile, statique ou fixée est une reflet de la réalité, des opposés et surtout de leur synthèse (Fils), illusion puisque ceci ne peut perdurer, bien que cette dégénérescence ait un cycle ayant ses phases et un temps, une durée qui doit être ajouté. Intervenons sans crainte afin que ce cycle de perversion et de corruption ait un terme. Ne laissons pas, dans notre quotidienneté, qu'aucun de nos actes ne soient impliqué de la POSSESSION psychologique car ,à travers elle, l'être nous PERVERTIT et CORROMPT.

L'ÊTRE ET L’ILLUSION
L’être est la grande illusion, “la forme des formes", ai-je affirmé
124

La Possession.

125

dans “L'Androgyne”. C’est une illusion qui prend réalité avec l’assentiment du croyant qui le lui octroie, croyant qui lui est réel. Nourrissant la chimère de l'être (dieu, jéhova, etc.) ce croyant se videra peu à peu de soi, de son énergie, jusqu'à tomber dans le Néant. Cette illusion de l’être impose une vision FACILE, stéréotypée et moniste-uniciste au croyant qui détruit son pluralisme interne intellectuel et animique, et cela même dans le comportement (et dans la pensée), créant une forma mentis dogmatique et rigide, faciliste et apathique de l'esprit. Cette suggestion ou charme illusionnant détruit les capacités conceptives de l'individu car, le pluralisme de la Réalité lui échappant en raison de sa vision simplifiée, il doit alors s’enfermer dans une mentalité de contrôle: posséder tout ce qu’il peut, PROFITER de ce qui lui tombe sous la main, et contrôler le peu de chose qu’il parvient à entrevoir de la réalité. Ceci constitue sa certitude et lui donne une stabilité psychologique, sécurité et tranquilité, ainsi qu’une sensation de posséder (ce qu’il perçoit de la réalité), d'avoir un espace possédé, CONFINÉ, que personne ne va questionner40. De la sorte, l'être le sécurise mais en même temps il le sort de son Centre, de Soi-Même, il l’extériorise puisqu’il n'a pas accepté le Mouvement et l'Incertitude de la Réalité. L'illusion étant un reflet mental, une apparence structurelle, organiquement fixe, elle fixe et sclérose cet individu possédé, l’assujettissant par la peur et, plus tard, paralysant ses défenses personnelles. Dès lors, cet individu voudra ou cherchera à se défendre des agressions par l’intermédaire de possessions ou de la loi, d’appareils légaux, étatiques, policiers, etc. Qui, dans les vrais conflits, sont inopérant. Ils agissent comme parapets ou forteresses extérieures, fragiles au fond puisqu' externes et dépourvues de base, sans base psychique interne.

40

Comme la guerre existe dans la réalité, il doit chercher un gardien qui protège pour lui sa possession; et voilà l'État, la loi ou dieu; mais ce lui-ci se fait payer en âme, il y a là une évacuation de SOI.

125

La Possession.

126

Le champ protecteur de l'illusion est alors une chimère mais cette chimère vit de l'énergie que le croyant lui accorde en croyant en elle et craignant tout; il se vide de soi en mettant cette énergie dans des fantômes.
********

L'exemple de notre notaire de Montreuil entre parfaitement dans cette perspective: il croyait que, parce qu’il était "chez lui": dans son bureau, il était protégé de la véritable force qu’est la Volonté; la réalité lui a démontré le contraire et elle l’a terrifié . Adepte de notre Philosophie Hominale, comptes toujours, avant tout, sur toi-même. Les possessions, dans le combat et dans la guerre, peuvent constituer un sérieux lest. En premier lieu, parce que, en tant que sollicitudes- illusions, elles dévient ta Pensée et ta Volonté du combat. Ne perds pas le Centre. En second lieu, parce qu’en tant qu’objets, elles dévient ta vigilance des réels Centres de confrontation et ceci te mène à la défaite. ONTOLOGIE OU THÉORIE DE L' ÊTRE, ORIGINE. Nous avons écrit cette thèse philosophique parce que l’unique: être, dieux, etc., est le FONDEMENT métaphysique-organique de toute possession. On peut considérer Parménide, penseur éléate (Carthaginois = Sémite) comme l'inventeur de l'être; ce fut lui qui, dans son "Poême de la Nature(de l'être) ", définit les caractères de celui-ci, l’énonçant comme: limité, éternel,immuable, incréé, indéveloppable, unique, qui ne croît ni ne diminue, etc. . En même temps, Parménides définit et crée, avec l'être, la logique puisque l’être est le principe du langage argumenté. Citons: " L'acte de la pensée et l'objet de la pensée se confondent"; Sans l'être, dans lequel il est énoncé, on ne peut trouver l'acte de la pensée parce qu'il n'y a rien et il n'y aura rien en dehors de l' être." Commentaire: L’être énonce la pensée (l'acte pensant), c'est-à-dire qu’il est logos, langage. Sans l'être, l'acte de la pensée ne peut être
126

La Possession.

127

énoncé (dit l'auteur) et par cette absence d’énoncement, l'acte de la pensée, suppose Parménide, ne peut pas exister... C’est pour cette raison que Parménides dit il n'y a rien et il n'y aura rien en dehors de l’être" et que le père d’un ami à moi: Jacques, disait à celui-ci: “Il n’y a pas de pensée sans langage”, (Wittgenstein le disait également). Ceci est une aberration philosophique étant donné que, dans la Voie Conceptuelle, ce sont en général les silences qui ont le plus de signification et ceux-ci, précisément, ne sont pas être: ils DEVIENNENT. L'exemple du Maître, son action et son Chemin silencieux ainsi que l'insinuation que manifeste son geste contenu, retenu et palpitant, insinue au disciple la direction que doit prendre son effort et qui poursuit sincèrement la PERSPECTIVE du sien (l’effort du Maître). Précisément, la voie de l'Homme se trouve toujours en dehors de l'être. Celui-ci est une illusion et une chimère et, par conséquent, uniquement un ensemble d’illusionismes qui cherchent à falsifier et à vampiriser. J'ai écrit déjà dans “Le Lingual” que: “Le langage et ses signes sont les aiguilles avec lesquelles chacun tisse ses propres chimères"; voilà le charme du logos: être. Avec Parménides, l'ordre logique des mots conforme une structure linguale qui n'a presque rien à voir avec la réalité, étant donné que son objet n’est pas la recherche de la Vérité, mais plutôt de déclencher l'adhésion, par illusionisme. Dans cette théorie, le rapport entre la pensée et le langage est un acte secret de la Volonté (celle-ci, invisible) qui va encadrer la pensée, l’assujettir et la réduire selon le cadre fixé; celui-ci, à son tour, exprime la continuité de la domination d'un centre de pouvoir qui se déguise derrière l’unique. La logique est l’ “organum” qui auto-censure, contrôle, encadre, réprime et/ou donne une impulsion, mais aussi indexicalise et détruit les intellectuels si nécessaire, leur donnant un sens et une continuité dans leur “recherches”, investigations, écrits et doctrines dans la voie inviolable de l’unique, vampire.
127

La Possession.

128

L'être, pris religieusement (lire à propos notre “Lettre de Réponse”, à un article de la revue “Ialon-Clairière”, au sujet du rapport entre le monisme et le monothéisme) maintient dans la masse l’ indifférenciation et le mélange; qui plus est, il l’androgynise la transformant en une masse confuse: le marécage. Dans la Théorie de l'être on entrevoit déjà dans Parménides, de manière secrète, le propagateur de l’amon égyptien et sa philosophie funéraire, laquelle préfigure la doctrine du calvaire: une longue chaîne de souffrance et de mutilations qui se plasmera en Europe dans la religion chrétienne (masacres systématiques, principalement parmi les penseurs). ******* Dans la même thèse de la “Théorie de la Connaissance et Ethnologie”, j’ai également développé une critique du monisme parménidien41. L'importance de Parménide, de ses successeurs et de leurs doctrines monistes, principalement la Théorie de l'être, a été fondamentale pour l’introduction du monothéisme juif en Europe avec le Christ. Le monisme: l’être parménidien, est l'ENTONNOIR à travers lequel s’est vidé toute la doctrine de Moïse et ses successeurs, plasmée dans la Bible et l’obscurantisme religieux et financier venu du Moyen-Orient, lequel a fini dans le Christianisme et a culminé en dominant et pourrissant l’ Europe et une grande partie de la race blanche. À présent, l'état de décomposition commence à toucher les États-Unis, le Canada et l'Amérique appelée latine, seulement, dans ces colonies ou ex-colonies, la corruption trouve moins d'opposition et de résistances culturelles et morales; pour cette raison, elle avance là plus rapidement qu'en Europe. Ce qui est incroyable, vue de la perspective de la Volonté, c'est que les Hébreux ont à peine bougé les ficelles des chimères, comme des fourmis, actifs mais aveugles, et ont commencé à former les institutions sémites, hébreues qui termineraient par les emprisonner idéologiquement, les desséchant au niveau spirituel et les transformant physiquement dans des
Pour obtenir une copie des livres de cette thèse, veuillez les solliciter à l’adresse indiquée, ils vous seront remis gratuitement.
128
41

La Possession.

129

esclaves - avec le prétention de se sentir libre; la vanité et l’orgueil continuent de paralyser l’Europe -. La cage des idéologies (la foi, la croyance) a fonctionné à merveille! Et de cette manière, l’hébraisme a pu se déguiser sous d’innombrables formes: christianisme, protestantisme, humanisme, maçonnisme, libéralisme, Marxisme, etc., etc., ÉTATISME et Financisme hébreu aujourd'hui, déguisement qu’il est maintenant entrain d’abandonner, montrant son tréfond de vampirisme, lequel constitue sa véritable essence. Commençons avec la citation de la thèse "Théorie de la Connaissance et Ethnologie" (Jussieu, octobre 1988 - p. 388 à 391), et une citation de Parménides: Parménide (in."Les Penseurs grecs avant Socrate"): - "À cet égard, le jugement part de ce dilemme: ou il est, ou il n’est pas. Il est donc entendu, et il est impossible de faire autrement, qu’il faut abandonner la route impensable et innommable (soulignés par moi) car ce n'est pas la vraie route. Il en résulte que c’est 1'autre qui subsiste et qui correspond à la réalité." commentaire: bien retenir ceci puisqu’après, Parménides parlera de la confusion entre l’objet de la pensée et la pensée. Donc: impensable = pensée et innommable = nom = logos= être. (Suit la citation de la Thèse: p. 389, 390 et 391). “Comment donc l'être pourrait-il venir á l'existence dans le futur? Ou comment serait-il venu dans le passé? S'il est venu á l'existence, il n'est pas. II en est de même s’il doit venir á exister un jour. Ainsi est éteinte la génération et la destruction, inconcevable". Parménide énonce ici le caractère non-créé du concept. -"... car s'il venait de rien, quelle nécessité a provoqué son apparition, plus tôt ou plus tard? "
129

La Possession.

130

"En effet, l'être n'a ni naissance ni commencement."... "Dike (la justice) ne relâche-t-elle pas ses chaînes et ne permet ni la naissance ni la mort, mais maintient fermement ce qui est" Donc pas de naissance, pas de destruction. Parménide enlève deux attributs au concept du temps des grecs : la génération et la destruction; il conserve l'existence, non pas la vie! Nous pouvons constater que cette posture absolue ne peut pas tenir compte de la mutation de degrés évolutifs qui ont été nécessaires à la culture pour prendre une certaine autonomie de l'ordre naturel et pour se faire un tissu apte à la conception, qui péniblement , du fond même de la croûte animale, a abouti à la conception telle que nous la connaissons. Avec Parménide, on serait encore des spores, tout au plus des singes! Un autre caractère ou attribut absolu donné par Parménide au concept est le suivant: l’INDIVISIBILITÉ; le concept (ou la conception) est l’UN, absolu, homogène, car: -“L’ÊTRE n’est pas divisible puisqu’il est tout entier identique à lui-même, il ne subit ni accroissement, ce qui serait contraire à sa cohésion, ni diminution, mais il est tout entier rempli de l'ÊTRE, aussi il est entièrement continu, car l’ÊTRE est contigu à l'ÊTRE.” Et avec sa polarisation et absolutisation du concept de l’être, cet auteur tombe dans l’ILLUSION, dans le langage: le LINGUAL. Nous pouvons noter que Parménide commet l'erreur de confondre la continuité avec la contiguité. En effet, l'idée de contiguité spatiale implique qu'entre une corporéité et une autre,

130

La Possession.
toutes deux contigües, il existe quelquechose de différent.

131

Nous disons bien : 1'espace, le système des rapports, le vide, le néant, etc. . Et ce quelque chose de différent fait que chaque ÊTRE ou parties de l' ÊTRE soient séparées entre elles, c'est-à-dire qu'il existe quelque chose qui n'est pas l'ÊTRE, donc il n'y a pas de continuité. De cette façon, il existe entre ces parties quelquechose en mouvement, car elle (ou elles) permet(tent) les rapports entre les parties de l' ÊTRE, mais en même temps elle n'est pas l' ÊTRE. Ainsi, 1'intersection entre les parties de l' ÊTRE ou autres êtres, qu'est la contiguité, sera ou le vide, ou des êtres différents, ou d’autres processus : ce sera le discontinu. En outre, (par rapport à l'argument de l'unité absolue) l'existence de ce vide, ou intermédiation, tend à faire des parties de l'être, des unités en soi, c'est-à-dire des êtres, ce qui introduit inéluctablement la pluralité. Parménide: "D'autre part, il ( l'ÊTRE) est immobile, contenu dans 1'étreinte des liens puissants; il est sans commencement et sans fin..." "II demeure identique à lui-même dans le même état et par lui-même. Ainsi reste-t-il immobile, immuable, á la même place, car la puissante nécessité le maintient étroitement dans ses limites qui le serrent de toutes parts." Voilá un autre attribut du concept : L'IM-MOBILITÉ selon Parménide, et ensuite transformé en système par Platon dans le monde parfait (et immobile) des idées. Cette possibilité, nous l'avons développée comme tendance
131

La Possession.

132

des concepts (les plus universels ou génériques ) à la fixité par la masse des implications connotatives du concept universel, et donc sa lourdeur due à sa densité, produite elle-même par la pluralité de "crochets" qui l'attachent à une multitude de concepts lequels, à leur tour, l'enracinent dans la réalité concrète. Poursuivant cette analyse critique, nous pouvons constater que si une contiguïté de l'être apparaît, ce n’est pas seulement la division qui apparaît (ou la manifestation de quelque chose qui est à l'écart de l'origine), mais aussi le fait qu’il y a une DIFFÉRENCE de nature, car, si “l’être est contigu à l’être” c'est parce qu’il n’est pas continu en soi et il a été nécessaire qu'il soit contigu, c'est-à-dire que lorsqu’il se succède, il change à une autre chose (ou alors une différence sous-jacente se manifeste dans son origine). Il y a quatre conséquences que l’on peut tirer de ceci: 1) l'être est et n'est pas, étant donné que la seconde séquence de cet être supposé diffère de celle correspondant à son premier énoncé (comme une cellule est contigüe à une autre). Cela introduit: 2) la DIFFÉRENCIATION et elle à son tour la: 3) TRANSFORMATION; et que l'être soit contiguë introduit: 4) la PLURALITÉ: plusieurs êtres, le premier, le second, le troisième... contigus, ce qui nie l’unité parménidienne. Par conséquent, tant la division comme la différenciation, transformation et la pluralité nient l'unicité et l'unité, ainsi que l'immuabilité de l'être. De plus, tout ceci introduit en première instance le Mouvement et le Temps - l'être ne vit pas, il existe!- lesquels existent même dans la Langue et ses catégories apparemment immuables. Nous savons que l'être est une MOMIE, mais il continue encore à subjuguer beaucoup d'Esprits et il constitue l’ultime parapet métaphysique du monisme-monothéisme judéo-chrétien et mahométan, c’est pour cette raison que nous nous occupons de lui. Il soutient et se soutient sur toute la structure linguale que nourrissent la théologie, la science en partie, ainsi que des institutions appelées "pédagogiques": écoles, collèges, universités dont les programmes sont des structures desséchées et desséchantes, institutions

132

La Possession.

133

qui sont surtout des usines de producteurs - tous étudient pour travailler, pour devenir des professionnels, c'est-à-dire des producteurs, des forces productives -comme les appelle le juif Marx- c'est-à-dire de massification et indifférenciation, usines d'illusions qui à leur tour créent des esclaves; ceci puisqu'elles assujettissent et diminuent, dessèchent l'esprit et tuent le psychisme. Un autre aspect erroné important, dans l'être, est que le logos (langage) répond à une forme historique. Toute une phase ou étape culturelle s’exprime dans une structure linguale qui a formalisé peu-à-peu ses événements et institutions. La pensée va en se plasmant dans ceci (dans l'être), devenant réflexion et peu à peu croyance et fossile Lingual. En tant que phase, il constitue un cycle et a un temps de duration. Cette phase de l’être s’épuise, se corrompt et se décompose. La Pensée, pendant ce temps, continue à fluir et à concevoir, en symbolisant. De cette manière, des symbolismes et d’autres doctrines ou théories sont élaborées, qui capturent et/ou suscitent l’assentiment individuel, lesquel, en se collectivisant, rompt avec le fossile de l'être (c’est-à-dire, avec le logos stagné et décadent) et le ré-impulse et re-tisse une autre structure culturelle ainsi qu’une autre société. Ce processus de transmutation est esprit, non être, il devient. L’on pourrait argumenter que les nouvelles théories ont besoin du langage (et certains diront qu'elles sont du langage) pour s’exprimer; c'està-dire qu’elles sont être. Nous répondons à ce sofisme en disant que: dans l'Esprit individuel et collectif, lorsque cette phase culturelle se corrompt, les individus prennent déjà conscience - et ces consciences résonnent conceptuellement, c'est-àdire, qu’elles sentent collectivement l’écroulement- conceptuellement de cette décomposition (ceci advient parce que, à des niveaux différents, ces individus se voient forcés de concevoir, de se concevoir). La théorie contient cette conception et elle l’ordonne. Le langage, pour sa part, l’exprime à travers sa structure de signes; elle déclenche en chacun, de manière éclaboussée, le consentement qu’elle assujettit et globalise par conviction. Les êtres humains existent selon leur conscience d'être
133

La Possession.

134

humain, sinon ils sont aussi évanescents et éphémères que les illusions qui les structurent. Sans cette conscience conceptuelle, l'être humain se dissout et disparaît en même temps que ses illusions. Une fois dissout, il ne reste de lui que son résidu animal (son corps en première instance) lequel recommence à être régi par le déterminisme strict de la Nature, souffrant une rigoureuse et sélective adaptation. La conscience conceptuelle est cognocitive ou cognescente et elle donne substance à la gnoséologie, pour laquelle l'ontologie n’est qu’un simple moyen et non une fin en soi, comme dans le cas du monisme. Chaque individu intervient, par le niveau conscience conceptuel auquel il est arrivé, dans le désordre et décomposition culturelle et sociétaire. Cette concience s'appuie sur la Volonté qui lui donne la Valeur et la Consistance dans l'action. LA POSSESSION ET LA STRUCTURE SOCIALE La Possession, principalement de l'argent, détermine la position sociale, le statut de l'individu. “Tu vaux autant que ce que tu possèdes; vous êtes ce que vous avez", dit le message secret de la société hébraïque. Effectivement, posséder de l'argent implique une certaine aptitude dans son obtention et sa manipulation. Cette possession propulse invisiblement l'individu et le place dans le niveau social (correspondant) de l'échelle possessive. Cette hiérarchie est évidemment quantitative et elle ne se soucie pas des valeurs morales, des principes, etc.: des qualités. N’importe quel moyen est bon pour obtenir de l'argent; n'importe qui peut monter. Qu’il suffise d’observer l'histoire de comment les grandes richesses se sont constituées, et en général les fraudes, la spéculation et même le crime qui ont permis leur accumulation. L'artisan ou négociant "honnête", c'est-à-dire candide!, n'a pas fait ni ne fera jamais fortune. Le problème n'est pas non plus dans la moralité, parce qu'un comportement moralisé
134

La Possession.

135

cherchera ou exercera difficilement la domination. Le problème réside en ce que l'aptitude à POSSÉDER l'argent n'est pas élevée ni complexe dans ses intellections et, par conséquent, l'individu NE CROÎT PAS SPIRITUELLEMENT. Ainsi, lorsque quelqu'un fait fortune, il s' habitue à utiliser les êtres qui lui serviront pour monter, à les considérer comme ses POSSESSIONS; il crée avec ceci les conditions afin de les déterminer, les fixer dans le cadre hiérarchique (et social) possessif, leur empéchant de s’échapper ou de sortir de cette structure possessive - que la personne enrichie considère d’ailleurs comme sienne et il restreint comme il peut la croissance de ses subalternes. Si un individu fortuné ou un établissement commercial et/ou financier fait monter et forme ses cadres, il le fait de manière technique, non comme ayant à faire à des êtres humains. Au contraire, en les faisant monter dans sa hiérarchie, il doit inhiber ou annihiler leurs aptitudes humaines. Ces cadres devront seulement penser (ou sentir) à travailler et la promesse des possessions sera l'appât qui mènera cette victime à se sacrifier pour “la compagnie” (son propriétaire), c'est-à-dire, à travailler plus ou à ne s’occuper que de travailler (et à se divertir comme fuite à la pression laborale). Si on observe froidement aujourd'hui tout travail ou activité laborale, nous observerons que celui-ci spécialise, monocentre et tue la pluralité des aptitudes individuelles. La première chose qu'il détruit, dans le psychisme individuel, c’est la capacité de douter et l'esprit critique, en plus de détruire lentement la mémoire générique proprement humaine. L'individu, placé dans cette structure laborale-possessive (puisque ce qu’il fait a un propriétaire), termine ensuite par s’encadrer, s’ajustant et s’installant de manière stable et convaincue dans cette alvéole asignée. Finalement, il se dit à lui-même: “nous sommes (ou nous appartenons) de telle compagnie”, et il se dirigera ensuite à la clientèle en lui disant : “je n'ai pas reçu tel produit; je n'ai pas encore telle marchandise." Il est déjà un boulon dans l’engrenage possessif - alors qu’il suffirait d’un caprice du propriétaire de la compagnie = possesseur, pour qu’avec son illusion, il se retrouve dans la rue, sans rien du tout. Comme, en plus de cela, il doit participer aux possessions,
135

La Possession.

136

montrer qu’il est à la hauteur de son niveau socio-économique, ceci va l’amener à s’endetter et c’est de cette manière que se referme le cercle de la dépendance possessive. De la sorte, nous aurons vérifié que l’infime résonne dans l'immensité. LA POSSESSION: La possession est ce sentiment qui amène la Volonté à se raidir, se recroqueviller, par la peur de perdre se qui a été acquis. Cependant c’est avant tout une peur envers l’Inconnu: on croit connaitre ce qui est possédé. Il y a également la sécurité et tranquilité esthétique qu' éveille ce qui est ordonné, contrôlé. La possession crispe, raidit la Volonté et paralyse l'Intelligence. L'exploration et recherche de cette Intelligence, perturbe, gêne dans un monde stable et se décomposant d’ailleurs pour cette raison42. La sécurité totale que donne la possession correspond à la recherche insensée, qu’effectue une feminité pervertie, derrière une illusion. “Si le mâle est l'Incertitude et la femme recherche la sécurité, pourquoi le cherche -t-elle donc?” demande M. Cela est dû au fait que le mâle est compétent43 dans l'Incertain, et la femme sait au fond d’elle-même que l'Incertain et l’absence de sécurité existent dans la Réalité malgré son illusion de stabilité absolue. Le mâle recherche dans la femme la stabilité et le recueil nécessaire après la chasse, la cueillette et la guerre. Si celui-ci vit et se complait seulement dans l'incertitude et l'exploration, il est difficile qu’une culture puisse être créée. De cela résulte que le Fruit soit cette synthèse cherchée de l’exploration (Mâle) et de ce qui a déjà été conquis et doit être ordonné (Femelle), “l’aménagement (arrangement, installation) de la caverne”.

42 43

Un monde de possesseurs. Et recherche l’Incertain.
136

La Possession.

137

L’unique: être, jéhova,dieu, etc., a monopolisé la possession, cherchant à tout contrôler, en possédant tout. 44 Ensuite, cette Possession générale est distribuée aux possesseurs particuliers, individuels qui ont accepté les règles (les frontières ou limites de la CAVERNE) imposées par l’unique pour pouvoir participer et jouir de la POSSESSION et du contrôle qu'elle octroie. C'est la possession qui, pratiquée aveuglément (et l’est seulement de cette manière dans les milieux androgynes dominés par l’unique) mène au CONTRÔLE et à la domination, vouloir s’immiscer dans tout ce qui est important afin de le contrôler comme le fait l'unique, iahvé ou jéhova: “Rien ne bouge sans être contrôlé". Si dieu (l'être, l’unique, jéhova, la monocratie financière) créa tout, il est le propriétaire de tout, le possesseur de l'univers. il doit alors le contrôler, et en premier instance, (contrôler) les humains. Ceci constitue le premier raisonnement qui mène à la possession et qui la justifie. Dès lors, cette possession contrôle que rien ne sorte ou n’entre qui ne soit pas contrôlé à l’intérieur du cadre possessif. Par conséquent, cette frontière possédée préfigure ou reproduit les confins ou limites de la caverne qui fut possession féminine préhistorique. Une chose s’est d’être Centre du foyer et un autre d’être propriétaire de la maison. Pour cette raison, j'affirme dans l'Androgyne que l’unique paraît être une religion masculine45 et est l'inverse - puisque sa certitude religieuse est la même chose que la caverne -: c'est une religion féminine dans sa réalité éthico-politique et dans sa métaphysique46. Pour cette raison, il est unique (mâle-femelle), exclusif et excluant des forces spirituelles et d'autres divinités. Dans son jeu de travestissement, déguisement, il s’alterne apparemment, dans ses polarités inverses de MâleFemelle. Comment doit être réalisé l'acte créatif? De manière détachée, sans rien attendre, sans aimer les fruits de l'action. Comment cela est-il réalisé?
Le/la androgyne donne et recherche la certitude = féminité = caverne = absence de changement. 45 Et cela n’est pas important étant donné que dieu (l’être,etc.) est la forme des formes et ne possède pas de qualité. 46 L’unique introduit la certitude (intéressée), la sécurité et avec cela affirme la Feminité contre le Mâle.
137
44

La Possession.

138

Par la pénétration dans la situation, la rétention de l'effort (non détention) et la Palpitation, laissant que la Force Créative continue. Pas de possession; posséder c’est être possédé. On peut avoir des propriétés, sans s’impliquer psychologiquement avec leur possession (les utiliser et les abandonner si c’est nécessaire). L’unique possède la puissance désordonnante, stabilisante et dissolvante de la masse. Cette dissolvance de la masse contre l'individu est le ressentiment spontané contre tout effort ascendant (aptitude). L’unique (être, dieu, jéhova,etc.) catalyse, concentre, possède et contrôle la force désordonnée de la MASSE et son ressentiment pour ensuite le lancer contre les forts dans le but de les faire entrer dans le circuit du contrôle, de la possession et de les réduire à être riches. Que l’unique (être, dieu, etc.) se place comme possesseur généra1, c'est la tendance universalisante du concept qui apparaît comme individuel ou particulier (comme tout concept) et ensuite s’universalise par généralisation progressive. Dès lors, l’important était l'apparition de ce concept-réalité de la possession; plus tard, il était inexorable que les possesseurs ou propriétaires se hiérarchisent jusqu'à un seul possesseur : l'être, dieu, unique, etc.; dieu propriétaire de tout. Cette possession a été en se rigidisant chaque fois plus avec la propriété, l’appropriation (légalisation d'un domaine) et surtout avec le CONTRÔLE47 qui a remplacé la Vigilance48, soeur de l'ATTENTION, laquelle constitue une relation spontanée avec le milieu. Contrôler, c'est contrôler que quelque chose ou quelqu'un qui est possédé ou que l’on croit posséder ne sorte pas de l'anneau ou limite dans laquelle il a été confiné; qu’il accomplisse ce qui est dû ou imposé afin de se mouvoir en son sein. Cela réduit toute la perspective puisque celui qui contrôle ne peut user de son pouvoir et de son intelligence que pour contrôler, garder et protéger sa possession. Et celui qui est contrôlé ne peut penser ou vouloir autre chose que ce qui est possédé ni cesser d'être possédé et contrôlé. Comme nous voyons, ceci produit un monde tout-à-fait étroit et limité. La création est restreinte de plus dans plus dans son sein jusqu'à être nulle, comme c’est aujourd'hui le cas. Quand la POSSESSION et son CONTRÔLE dominent tout, tout doit être réenvisagé et ce qui est contrôlé et possédé doit être détruit.
Le contrôle est l’inverse de la vigilance, laquelle commence dans le SoiMême. 48 Vigiler c’est voir le danger et l’éviter. Contrôler c’est empêcher que rien ne bouge sans que la volonté propre ne le permette ; volonté de tout posséder.
138
47

La Possession.

139

Il y a quelques années j'ai dit: “cent mille Mongols pourraient conquérir la France; il suffirait à cette société (française) de la laisser ankylosée dans sa possession." Aujourd'hui j'affirme: “c'est certain dans une première phase; dans une seconde, toute possession devrait être détruite." Il ne suffit pas de donner la propriété à l'État, d’aucune manière! Mais, simplement, de la faire disparaître pour une longue période de temps. Ce qui est presque valide pour le monde entier aujourd'hui. Mais commençons par notre Communauté Spirituelle. "Personne ne doit rien posséder '' et les propriétés dont les limites sont exigées par des règlements- lois de l’unique doivent seulement apartenir à la Communauté et ne doivent être prises que fonctionnellement, c'est-à-dire, pas en tant que propriété mais que circulation à utiliser avec aptitude. La Volonté et ses influences doivent agir sans barrières; leur guide est l'intellection cultivée, détachée. On ne lutte pas contre la possession, on l'évite et l’on crée parallèlement à ses effets et domaines. Si les propriétaires réagissent devant cette création et détachement vient alors la guerre totale et implacable contre eux. Mais on ne doit pas créer en tenant compte du posséder car alors on ne créer rien. S’impliquer voulant corriger la possession revient à s’impliquer du Désir qui le soutient, sustente et nourrit. La création commence dans l'individualité, le soi- même; insistons dans le fait d’affirmer et libérer les conditions du SOI MÊME dans notre Communauté Spirituelle: Que la Férocité retiene le Désir. ANDROGYNE ET POSSESSION Est-ce que le grand possesseur croit en la possession et sa réalité ou est-ce qu'il l'utilise? L’unique utilise la possession. Mais il/elle suit l'impulsion du Désir, base fondamentale de la Possession – Désir qui attache, menotte la Volonté – et d’où provient la possession et la recherche du contrôle. L’unique -ses représentants (clergé)- possède relativement mais c'est le contrôle et le pouvoir possessif qui l'intéresse et le conduit à agir. Comment agir sans intéressement? Ayant une perspective et des objectifs des-intéressés, c'est139

La Possession.

140

à-dire que par l’action même, elle implique la croissance intérieure si elle est dés-intéressée, détachée. La femme souffre aujourd'hui plus que le mâle les désastreux effets de la possession qui finalement est une illusion. Pourquoi une illusion? Le Mouvement, le fluir fait que tout transite. Mais dans les ères de dissolution comme aujourd'hui, l'agitation généralisée reflète bien la lente décomposition universalisée, de même qu’un corps immense en décomposition dû à ses excès et perversions. Cette agitation paraît mouvement et est en fait paralysie. La femme voit que les objets de ses attaches: enfants, mari,"la famille" et autres possessions sont présent un moment, principalement dans son imaginaire, car ces rapports sont précaires puisqu'ils proviennent d’une atmosphère d'intérêts. C'est-à-dire, qu'ils existent dans la mesure - et en relation à– où ces êtres “chéris” -en fait que l’on croit posséder - appartiennent à un cadre productif: sont des producteurs actuels ou futurs. Alors, ils se trouvent dans leurs divers rapports de passage, en transit. La machinerie consommation - production accumulation financière les a à sa disposition, travaillant pour elle (l’unique). La femme possédante croit, elle en a l’espoir, posséder mari et enfants; elle croit s’être forgée une place sûre, stable et sent que tout ceci disparaît comme possession, parce que son mari n'est pas son homme, ses enfants ne sont pas sien, parce que l'école (collège, etc.) les a formés, école qui à son tour émane de l'État financier hébreu, et qu’ils sont tous des producteurs. Comme ces êtres lui échappent, disparaissant dans leur transitivité et transition à la production (comme le Tempus Fugit des Templiers) se volatilisant dans leurs présences affectives, leurs possessions, la femme va alors filtrer: psychologiquement ce qui reste comme susceptible d’être possédé, conservable. Et que reste-t-il? Les choses, les objets matériels; et la femme s’aggrippe désespérément à eux psychologiquement; il lui reste les souvenirs qui l’ aident à mourir lentement sans se rendre compte que ces objets possédés se dissolvent dans le temps. S’y attachant, elle se dissout avec eux. Voilà les effets de la Possession dans le psychisme. Les souvenirs vont s’estomper avec le temps. Le mâle, dominé par l'esprit féminin possessif, jouisseur et
140

La Possession.

141

esclave du producteur a-castique (sans caste) termine par rechercher le commodité urbaine dans laquelle se cache le dopage anesthésique financier qui mène à la stabilité et la sécurité – alors que ses tendances psychiques internes le mènent à la chasse et à la guerre – féminines, qui sont possession, et avec ceci, il finit par être un possesseur lui aussi possédé, c’est-à-dire un être évanescent, désagrégé psychiquement et spirituellement. Le remède et la réponse à cela: La Concentration en Soi, le détâchement, la culture de la Férocité et l’auto-affirmation. L'ambiance créée par l’unique (être, jéhova, dieu,etc.) et qui se manifeste fondamentalement dans l’urbe et ses rapports sociaux, possède la texture d'un MARÉCAGE dans lequel seuls les animaux nuisibles peuvent proliférer; un DÉS-ORDRE psychologique général est le FOND de cette situation. Ceci est vrai étant donné que tous les relations intéressés sont basées sur les convéniences et les appétits qui surviennent de sollicitudes, désirs et plaisirs démesurés, stimulé dans l'esprit par l’unique ou fruit d'un ennui suite à l'impossibilité de les satisfaire. Tout cela n'a aucun rapport avec la Vérité qui est une attitude cognescente d'agir dans le monde sans peur à l’INCONNU et une posture éthico-morale conséquente avec cette Vérité. Des millions d’être se meuvent activés par des sollicitudes externes, tromperies réciproques et convéniences, intérêts et contrats qui sont des supercheries instituées en système et qui mènent, à terme, à la dissolution. Cette ambiance hébraïque-unique est un véritable marais avec ses miasmes, purulences et émanations nauséabondes, qui infectent les individus sans qu’ils s’en rendent compte, par simple imprégnation. Le ciment de la stabilisation psychologique anesthésiante, propre à cette atmosphère de désintégration et de décomposition dissimulée et léthargisée, est la POSSESSION. Elle empèche d’entrevoir la dissolution des individus. La possession paralyse les individus, d’abord psychologiquement et dans leur conscience critique, et ensuite physiquement. L’antidote: avoir l'orientation de se mouvoir par soi-même et de mouvoir. S’imposer une discipline physique et spirituelle et avant tout pratiquer le détâchement, avoir de l’initiative dans les décisions, dans les actes
141

La Possession.

142

et actions. La possession est la compensation (en tant qu’illusion, dans le fait) que donne le monisme et l’hébraisme aux individus face à leur dissolution, abrutissement, perte de capacités, qui est sentie de manière léthargique, engourdie et anesthésiée par ces individus dans le vivotement urbain hébraique. Cette perception de la néantisation personnelle est éclaboussée, intermittente et fugitive, sans réponse en somme. Réponse: Maintenir une continuelle Vigilance et pénétrer dans les situations. La possession est la dernière barrière,frontière ou forteresse psychologique contre l’Incertain et elle équivaut à une mort lente mais assumée, à une inertie consentie: sédentarisme, sécurité, stabilité, torpeur, jouissance comme fuite à la confrontation avant tout avec soi-même. La première possession: le corps, ce dernier constitue aussi la première illusion. En effet, le corps est attaqué par les maladies, faiblesses, le Temps (vieillesse, etc), et la mort. Sa possession est une illusion. Il est un organe fonctionnel de l'Esprit. Cette illusion possessive du corps engendre la peur à la destruction et celle-ci (la peur) est réelle. Premier détâchement: le corps n'est pas une possession personnelle. Dire: “mon corps” est un arbitraire lingual, non une réalité. Nous pouvons disposer, à l’intérieur de certaines limites, de sa capacité de FOURNIR l'EFFORT49 et dans la discipline de cette effort (ce qui multiplie ce potentiel), dans sa capacité créatrice est exercée la Volonté et instruite l'Intelligence, forces psychiques qui dépende de Soi-Même. Le corps n'est pas nôtre mais un proportionnateur de l'énergie que nous transformons en effort créateur. Nous disposons du surplus d'énergie50 en plus de celle dont le corps a besoin pour ses opérations vitales. Le corps n’est pas nôtre puisqu’il est inséré dans un système de déterminismes NATURELS sur lequel nous avons une emprise ou influence très réduite: dormir, respirer, reproduction cellulaire (des cellules naissent et d’autres meurent), palpitation cardiaque, digestion, assimilation (bien que nous
Le surplus de cet effort vital qui est utilisé dans le fonctionnement du corps: respiration, disgestion, système nerveux,etc. . La maladie, par exemple, réduit le corps à ces seules fonctions, et par conséquent, le surplus disparait. 50 Parfois, grâce à l’éducation dans le détachement, nous pouvons influer positivement dans les opérations périphériques du corps.
142
49

La Possession.

143

fournissons les aliments avec l'effort), circulation sanguine, nerveuse, lymphatique ainsi que des millions de petites opérations du vivant qui s’effectuent dans le corps et qui nous sont inconnues51. Sentiments, passions et activités afines à la Possession sans compter ceux qui sont proprement possessifs (affaires, etc.): l'avidité, la convoitise, l'avarice, la jalousie, la vanité (“posséder” une qualité personnelle, ce qui gonfle le moi), le ressentiment (envie à ce qui est intangible), l'amour, le savoir perverti (aujourd'hui une grande partie de la science est un savoir intéressé, possessif en somme; l'érudition livresque est également possession: on parle et se glorifie vaniteusement de ce que l’on sait comme si on le possédait). La technologie est la science appliquée afin d’obtenir un bénéfice, elle est donc également possessive. Aucune invention technique est inventé sans fins de lucre ou de bénéfice. Développement au sujet de la connaissance possessive: Le savoir impliqué d’intéressement se dévie de sa raison d'être: appréhender certains phénomènes. Cela le mène à la perversion étant donné que toute recherche de la Vérité est par principe DÉS-INTÉRESSÉE. La Vérité ne peut être possédée mais appréhendée. Elle est impulsion et stimulation vers le développement de nos capacités intellectives et volitives ainsi que pour un développement équilibré de nos sentiments et de nos émotions, de notre ethicité. Bien que la Vérité transcende le Bien puisqu'il est une appréhension partielle et instantanée du fluir de la réalité. Le Bien est un guide pour l'action concentrée et économe d'énergie de la Volonté. La Vérité est Connaissance, pas savoir. La Vérité est implication dans la réalité. La possession a-t-elle seulement des effets négatifs pour la Volonté ou a-t-elle aussi des aspects positifs? Pour une Volonté désordonnée, chercher à posséder peut être un élément qui centre, ordonne, jusqu'à un certain point. Mais si cette Volonté s’accommode aux exigences de la possession et cherche à les étendre à sa

Fonctions automatiques, d’interpénétration synchoniques qui se réalisent naturellement. Non ! Définitivement, nous ne possédons pas notre corps. Nous pouvons améliorer ses fonctions, pas les changer.
143

51

La Possession.

144

conduite présente et future, tous ses actes seront intéressés, possessifs52 et au fond inutile ainsi que malsain pour sa propre nature en tant que Volonté. Ceci car la possession lui a servi pour se centrer dans le désordre total. Cela résulte inutile et limité lorsqu’il nous faut agir de manière détâchée, de manière puissante. Le Possession n’a rien à voir avec la territorialité animale ni avec la défense d'une proie chassée ou d’un aliment obtenu. Ceux-ci sont des instincts de conservation. Le territoire est défendu parce qu’il constitue une aire de chasse; la proie chassée, un moyen de subsistance. La possession cherche à être quelque chose de durable dans le temps et, si c'est possible, de permanent. Elle est avant tout une peur de perdre ce qui est acquis ou possédé. Elle représente un rempart, une forteresse faite avec des possessions contre l'insécurité. Forteresse psychologique ou matérielle créée par la peur à ce qui est inconnu, de celui qui possède et par conséquent s’assure et se sent protégé, sauvegardé par les possessions. Quand celles-ci disparaissent, la peur empire et la sécurité disparaît. L'animal jouit d’un territoire mais non d’une possession; s'il le perd, il le reconstitue ensuite puisque, pour lui, c'est simplement un territoire ou aire de chasse, déambulatoire (de circulation). La Femelle ne prend pas soin de ses petits parce qu’elle les possède, mais parce qu'un instinct de la conservation et de la continuité de l’espèce la conduit à les protéger. Les singes dressés entassent des jetons et se battent entre eux parce qu'on leur a enseigné qu'ils servent à obtenir des bananes, de l’eau, etc.: ils connaissent déjà la convoitise étant donné qu’on la leur a inculqué (conditionné); ils cherchent à posséder -le Désir a été dévié et leur férocité se réduit (dans ce cas) à protéger leurs possessions- et ils craignent de perdre leurs possessions. Leurs réactions, pour défendre ce qui est possédé, sont instinctives mais les possessions elles-mêmes (les jetons = monnaies = argent) sont culturelles et elles les sortent de leurs instincts naturels. Pour cette raison, ils sont devenus la proie de l’ avarice et de la convoitise, toutes deux des maladies possessives de la Volonté; elles constituent, en fait, un hérissement et une surexcitation du désir (dans son spectre) qui plie la Volonté. Le fait que ces singes (dans l’orbite d’une expérimentation scientifique) doivent appuyer sur une manette afin d’obtenir divers jetons (de différentes
52

Et, dès lors, le moment de la possession en tant que quelquechose de positif s’inverse (en se prolongeant en dehors des limites) et devient négatif.
144

La Possession.

145

couleurs) qui leur permettaient (en les introduisant dans des machines) d’obtenir de l’eau, des bananes, etc., ce fait , je le répète, a amené les singes à octroyer une capacité monétaire aux jetons. En effet, grâce à eux, il était possible de posséder des objets, d’obtenir ces choses. C’est introduit de la sorte dans l'instint naturel du singe un élément culturel, une éspèce de protoargent. Dorénavant, leur instinct naturel est vampirisé ou plutôt cet élément possessif culturel est implanté dans les instincts du singe et le font fonctionner à son service: caractère agressif, crispation, mesquinerie, renfermement, etc.. Dans l'animal naturel doivent se produire ocasionnellement des soubresauts possessifs, lors de pénuries excessives. Par exemple, un hiver rude qui conduit l’hécureuil à accumuler plus de noisettes que le nécessaire. Mais ce ne seront jamais possession à proprement parler. La possession est cette attraction irrésistible et irrationnelle mais qui implique une certaine conscience du contrôle, de la stabilité et sécurité que donne un milieu confiné, avec des limites entièrement établies et si possible, reconnues en tant que propre, propiété inquestionable. Mais nous avons déjà vu que ces possessions son aussi vaines que le moi qui se les approprie et qui consume ses réelles énergies dans la maintenance de chimères. LA POSSESSION, LA VIE ET LE VIVANT La possession a pu s’imposer comme système de contrôle en s’appuyant sur le vivant de la même manière que les formes que prend la vie dans sa prolifération et manifestations. Cependant, ce vivant proliférant amène ou permet le contrôle par dispersion du principe vital ou de la vie. La possession, en contrôlant de la sorte, déssèche la vie, LA CONSUME, l'expulse, étant donné que cette prolifération de formes vivantes est au service d'un principe possessif anti-vital –puisqu’il est désséchant-, lequel change le rôle de l'énergie disposée pour faire proliférer la Vie et qui se convertit (se déplace) dans une prolifération de choses - et son administration exige du temps et de l’énergie – dans le but de posséder, contrôler, jouir des résultats de l'effort de cette énergie. Le vivant, dont la fonction est d’endiguer la vie, de conserver ses acquis, la contenir dans certaines limites de manière à affirmer l’espèce en

145

La Possession.

146

lui donnant certains caractères et aptitudes. Si ce vivant prolifère comme apparence dans la multiplication d'objets qui paraissent remplacer ses fonctions, le vitalité se vide dans ces apparences, elle se disperse et termine par se désécher. À la possession (et aux possesseurs) il a suffit de les pousser, d’exagérer la tendance du vivant à la prolifération53, à la multiplication et la clef de la vie; de cette manière, la Vie est tombée dans l'épuisement et l’énergie tend à se fossiliser, se pétrifier. LA POSSESSION INTELLECTUELLE Aujourd'hui, il existe la propriété intellectuelle. Cela provient du fait que l'activité intellectuelle est (devenue) un commerce et que les créations intellectuelles sont vendues. Il devrait être fait comme il advient de nos écrits: les idées et les énoncés conceptuels sont écrits et diffusés; de cette manière, ils circulent, motivent des conceptions et deviennent conceptuellement riches; ils synergisent et sont corrigés les erreurs potentielles, interagissant et élevant l'esprit humain = détâchement. La possession ou propriété intellectuelle s’établit en raison de la peur au vols et ventes frauduleuses de l'effort intellectuel d’autrui. Cette situation constitue un contre-sens philosophique et est moralement une aberration. Si l’on veut élever l'être humain, il faut stimuler son intelligence, instruire ses sentiments et pratiquer les confrontations intellectuelles théoriques, ce qui signifie détâchement: “agir sans rien attendre”. Chaque fois qu'apparaît la propriété et l’appropriation, la conception se rigidise en tant que création et se sclérose puisque le créateur54 devient possesseur et contrôleur. Si en plus celui-ci veut vendre ses produits intellectuels, pour y parvenir, il va devoir trouver un acheteur et éviter de blesser des susceptibilités; dès lors, il n’écrit , peint, compose ni ne crée en général de manière libre et spontané. Il crée alors de façon intéressée et finit ,avec cela, par ne plus créer .
Cette tendance à la multiplication de la chose vivante est dans la Nature une garantie de continuité de la vie. Voir par exemple la prolifération des tortues, des glands, etc..
53 54

Ce dernier craint qu’on lui dérobe ses idées et poir éviter cela restreint, limite sa fluidité, s’assurant qu’elles soient siennes. Dans un monde supérieur, les concepts organisent la Culture, peu importe leur propriétaire...
146

La Possession.

147

Pour cette raison: ne pas jouir du fruit de tes actions est un principe magnifique de création. C'est dans l’acte créatif que le créateur se réalise et non dans la reconnaissanceou dans l’acceptation de bénéfices matériels, etc. De ses oeuvres. Celles-ci sont des manifestations périphériques de la création. La “propriété intellectuelle” plus propre à un monde de simulateurs qu’à un monde de créateurs. LA POSSESSION ET L’ASTUCE (MASCULINE D’AUTRE GENRE). FÉMININE

P., lors d’une conversation, me dit: “On ne devrait pas céder à la femme ni lui permettre d’employer sa ruse. Chaque fois qu’elle constate son efficacité, elle se pervertie encore plus puisqu'elle ne fait plus d’effort d'utiliser son intelligence et de se surpasser." " L’exemple de Cléopâtre - femme de grand génie - est pathétique à cet égard. Chaque fois qu’elle commence à s'égarer, il ne faut pas la laisser faire, mais couper immédiatement, ne pas lui en laisser passer une avec son astuce."Fin de Citation. Tel est le résultat de nombreuses discussions, dialogues, expériences que nous avons eu - en rapport au sujet - et d’observations personnelles de sa part. Ce qui est important ici est que la femme utilise la ruse pour obtenir des faveurs, privilèges, et biens ou simplement plaisirs au moindre effort, (posséder aussi des êtres dans son illusion). Tout ces possessions (objectives ou subjectives) demandent l'exercice de la “ruse", l’astuce (parce que son intelligence la conduit à l'effort et la clarté) et avec ceci, la femme se rapetisse en deux sens concomitants par cette confusion: 1) En premier lieu, par le fait de se frotter de plus en plus avec la matière, elle ne puis croître spirituellement et devient plus pratique, agitée, dispersée et pervertie; 2) A force d’user de préférence ou uniquement sa ruse, et de ne plus développer son intelligence conceptuelle, ni ses émotions et sensations; sa Raison ne s’accroît plus. C'est-à-dire qu’elle ne développe pas non plus son intelligence spéculative des capacités psychiques de mémoire, imagination, prévoyance (capacités psychiquess temporaires) non plus de doute, critique, jugement, raisonnement, ni conception en général, toutes facultés qui restent

147

La Possession.

148

ainsi larvaires et s’atrophient par manque de fonction et d’usage. Alors, vraiment lorsque la Femme commence à ruser, c'est-à-dire à zigzaguer et s'égarer, à n’être pas claire dans son critère et comportements, elle doit être arrêtée immédiatement et on doit “ne pas lui en laisser passer une", ne lui céder en rien et la centrer dans le réel et ses exigences, quand bien même elle ferait les pires scandales et scènes qui lui viendraient à l’esprit. Elle doit être centrée dans le cadre rationnel. Avec cela, elle laissera aussi sa tendance possessive qui la conduit à ruser. Avec le détâchement elle trouvera la Vérité, antichambre du Réel. RAPPORT RUSE ET POSSESSION: Chercher à posséder signifie suivre une impulsion spontanée (après une longue pratique possessive) et aveugle vers un objet, être ou pouvoir qui exerce sur nous une attraction irrésistible, irréfléxive et irréfléchie. La ruse est cette activité de l'intelligence instinctive ou animalesque exercée afin d’obtenir l'objet désiré dans le but de le posséder sans regarder ni prendre en compte les limites que cette possession implique et ses limitations. L’astuce cherche seulement à obtenir cet objet, être ou force convoitée rapidement et peu lui chaux les moyens pour y parvenir. Comme la ruse ne s’occupe ni préoccupe des directrices éthiques, les morales de l’ordre culturel et sociétaire (nécessaire à son maintien) - la ruse a dans la nature des limites instintives - cet action rusé produira toujours des perturbations psychologiques si elle n'est pas encadré par des fins et une organisation conceptuelle et morale. Cet être rusé apparaît comme le chat qui dévore le dîner de la famille. Le Chat (à différence du chat, l'humain rusé possède quelques bribes de conscience) reste satisfait et la famille sans manger. Pour comble, ruser peut couvrir ses mauvais actes de mauvaise foi se justifiant, expliquant adroitement que c'était un accident. Posséder c’est SE FIGER dans la FORME et craindre pour sa propre destruction; par conséquent, c’est ne plus voir ni percevoir la lente et contagieuse dissolution que peuvent signifier sa victoire immédiate. Réussites rusées mais qui, étant moralement pernicieuses, endommagent et détruisent l’être rusé qui les pratique.

148

La Possession.
LE MOI ET LA POSSESSION

149

Le Moi est une illusion qui acquiert une certaine réalité déformée avec les relations humaines; un prénom, certaines qualités attribuées par les parents, amis: il (elle) est bon(ne), sympatique, grognon(ne), intelligent(e), etc., qui viennent donné dès la naissance. Ce Moi; l'individu l'identifie à son Soi (ensemble d'é nergies- forces, cumulus d'entes culturels, facultés, etc., qui conforment la nature individuelle et qui viennent du fond des âges – son psychisme profond -). En fait, le Moi est un reflet externe déformée du Soi qui occupe son effort à l’alimentation du Moi (Reflet extérieur) et néglige la culture et organisation du Soimême. Ce Moi, en tant que forme, engendre la possession qui est identifiée avec celle du corps, et il se dit (croyant être vrai): “ mon corps, mes membres, mon organes," etc., quand en fait, ses fonctions sont des opérations naturelles dans lesquelles nous ne pouvons pas intervenir. Nous disposons seulement du surplus d'é nergie -effort pour réaliser des opérations externes comme le travail, gymnastique, rester sain, manger, être protégé, se reposer, se tisser (ou s’insérer dans) un milieu culturel et social. L’immense majorité des opérations vivantes que réalise le corps comme la circulation sanguine, l’activité nerveuse, la digestion, les fluides lymphatiques et humoraux, et autres fonctions physiologiques (bien que quelques-unes dépendent ou sont stimulés par notre Volonté) et nombreuses de nos actions psychiques sont inconscientes. Ces opérations vivantes ne dépendent pas de nous et se réalisent dans ce que nous appelons notre corps. La première Possession est ainsi notre propre corps et c'est la première illusion; son risque de perte fait naître la peur à la mort. La première grande illusion est le Moi; la deuxième illusion est de croire que le corps est nôtre, c'est-à-dire que nous le possédons. Le Moi en dernière instance se replit dans le corps et se résume en lui. Le corps est cru la possession du Moi. Toute possession revient à se saisir d’une forme et ne voir plus qu’elle oubliant qu’elle se dissout et que s'y accrocher revient à être détruit avec elle. Paradoxe: la possession fait naître la crainte de perdre du possédé et cette peur ou crainte détruit réellement de façon psycho-somatique. La même apréhention dûe à la possession (qui veut conserver) détruit.

149

La Possession.

150

Cette possession fait identifier les choses et êtres possédés avec le moi, comme un prolongement du moi. De la sorte, si l’on touche à une chose, son propriétaire s’offusque autant que si c’était lui que vous touchiez. L'exemple de J., mari de F.G. est à cet égard pathétique: sa machine à laver gêne l’accès à un couloir; Il lui est demandé de la retirer. il s’offusque comme s’il lui avait été dit de bouger luimême et ceci, aussi déraisonnablement que si c'était son moi l'offensé. Les opérations du corps ne dépendent pas non plus du moi. Quand ce dernier tombe malade (c'est-à-dire quand l'Ordre Naturel du corps perd patience), le corps récupère le surplus d'énergie dont nous disposons (pour capturer, se fournir en nourriture, s’abriter, pour le combat, se replier et se guérir, etc.) et le moi est réduit à son état de prostration; sa nature illusoire apparaît car jaillissent sa crainte à la mort, à perdre sa possession - c'est-àdire le corps - et tous les sentiments caractéristique à un manque d'énergie – émergent alors: tristesse, mélancolie, impuissance, complexe, etc. Le soi en formation, sachant la précarité de la possession, adopte le détachement. En revanche, comme le SOI sait la nécessité de suivre et respecter l'Ordre Naturel, il n’altère pas le corps 55 mais plutôt le cultive contribuant à son amélioration; il a par cette voie un corps sain et fort. Le SOI sait les difficultés de “maîtriser”, dominer les masses d'énergies ancestrales qui constituent sa nature, tout comme la discipline et persistance que ceci implique. De ce fait, le SOI persiste dans le SOI exerçant cette discipline et persistance. Mais sans Possession mais avec détachement en SOI et en ses actions et créations. Le SOI cherche à fluir dans le fluante Réalité. De là, il crée ses originalités et contre-points qui conforment l'Harmonie Cosmique. Il peut alors vraiment intervenir dans l'Ordre Naturel. Le Moi est la base de la vanité, l’orgueil, la fainéantise et la peur.

55

celui qui utilise.
150

La Possession.

151

Par l'illusion du moi et sa paresse56l'individu (cumulus de forces et de posibilités = SOI potentiel) s’égare de ses sources potentielles internes (ses énergies psychiques) et utilise de préférence sa ruse qui ne lui exige rien. De par sa fainéantise il est rusé et par sa ruse il est possessif, lâche, vaniteux et orgueilleux et en dernière instance il est ressenti, grégarisé de par son inaptitude. Aujourd'hui, l'imposition de l’unique: être, jéhova, dieu, etc., a étendu la culture du Moi et son extériorité ainsi que des Moi(s), avec ceci, chacun vit dans sa chimère. Tous dépendant de l'extérieur car ils suivent la possession. Pour quelques- uns, des désirs ardents, pour d’autres: une propriété. La médecine sociale se nourrit de la peur à la mort et cultive cette crainte et déséquilibre entre Culture et Nature prétendant qu'elle peut guérir sans recours à la Nature. La Culture, dans ce système, doit se séparer et s’imposer à l'Ordre Naturel du corps; ce qui le rend malade et crée plus de désordres physiques. Une fois brisé l’équilibre du corps appelée santé, le rétablissement de l'Ordre Naturel dans le corps n'est pas cherché: LA SANTÉ, mais plutôt l’imposition d’un ordre crû naturel - le corps en tant que tel, pris comme possession - et qui n’est autre que volontarisme, ne signifie qu’un dépassement des limites d'intervention de la Culture dans la Nature avec des éléments artificiels. Ceci, parce que la possession et l'intérêt sont intervenus dans les rapports de la Nature et de la Culture. Le corps est cru une possession et d’un autre côté, on le considère comme un objet commercial, ce qui le place dans une maille d'intérêts, échanges commerciaux: médicaments, hôpitaux, laboratoires, etc. et économique financier en général, le pervertissant alors. La possession est un excès primordial 57 - ou péché capital - .

paresse de Devenir SI même casser la coquille de la stabilité, la possession et sécurité. Avoir des choses qui servent et savoir comment se détacher d'elles quand cela devient nécessaire, cela n'est pas Possession.
56

57

151

La Possession.

152

Pourquoi? Toute la possession entraine une crispation, cristallisation réflexe, à l'ankylose physique et psychologique (de par le contrôle, la léthargie et monotonie qu'elle cause). Cet ankylose est ce que nous trouvons dans toute psychologie urbaine (apathique et harassante). C'est la Possession qui mène à la psychologie léthargique et indolente dans les milieux urbains, elle est le contenu interne psychologique (de l’extérieur agissant au-dedans) de cette agitation “hyperkinétique” des milieux urbains épuisent les énergies internes des individus soit dans l’acquisition, soit dans la consommation ou maintien des choses inutiles à leur vie. La possession paralyse à la longue par crainte de perte du possédé, conduisant à ne pas bouger. Par cette raison elle est un excès, un vice (péché capital).

L'ÉTAT ET LA POSSESSION
L’hébraisme domine l'État (suivant l'exemple de l’Ancien Egypte où le clergé dominait le Pharaon) au moyen du symbole unique (proto symbole). Ce proto symbole a été introduit (à travers Moïses) dans l'ethnie juive la faisant une nation. De nos jour, cet ethnie domine les sociétés de l'ouest (et quelques orientales) au moyen de l'ÉTAT, déifiant pour elles leurs respectifs états désacralisés et au moyen du principe possessif matérialisé dans l'argent (nécessité - Production - consommation plus de nécessité). Telle est la base de la domination de la Caste Financière hébraïque. L’unique (être, jéhova, dieu, etc.) dans sa concentration (possessive, de contrôle, dominante et exclusive) est introduit dans l'esprit des cadres de l'État de l'ouest devennant ceux-ci une forma mentis UNIQUE. Alors, ils utilisent l'État pour détruire le Principe Castique (les trois castes) s’exprimant comme organisation clanique (ethnie, lignage, etc.) avec des valeurs et des traditions qui articulent finalement la Nation. La RAISON réelle en elle. Cette Nation se dotera ensuite d’une forme qui est l'État. Mais l'État gouverné par l’unique ne tient pas compte de la Nation. Il est uniquement entité cérémonieuse, vampire, superposé
152

La Possession.

153

à la nation, entité quantitative sans RES, sans Chose58, PUBLIQUE uniquement c’est à dire: masse d'intérêts immédiats: POSSESSION CONTRÔLE sans projet, sans perspectives culturelles ni sociales. L'État est une fin en soi. En lui, il n'y a pas d’évolution culturelle ni sociétaire. Les perspectives culturelles sont conçues dans le philosophe et le sacerdoce supérieur; elles se diffusent et s'infiltrent doucement dans la société (à travers les normes et valeurs, raison, etc.), elles sont assumées par les individus illustres et deviennent ainsi exemple de vie, usages, coutumes, normes de comportement et de vie sociale; elles deviennent morale familiale et publique. Ces perspectives culturelles composent l’architecture et structurent l'État, le dotant de qualités, sentiments et orientation = ÉTAT NATIONAL. Ce dernier, au moyen de la Pression, force peu à peu la société à évoluer. Il est alors au service de la NATION. L'État National doit exprimer dans sa constitution l'existence, l'ordre et le jeu des castes parce que celles-ci expriment le jeu ethnique des clans dans lesquels viennent s’insérer les familles, etc. Contrairement à cela, l'État hébraïque - ou l'État judaïsé - uniciste, quantitatif (financier sémite) est doté d'une élite moniste-monothéiste dont la forma mentis le contraint à considérer l'État comme une fin en soi-même (la POSSESSION et CONTRÔLE sont sa raison d'être alors), de sorte que l'État détruit toute expression plurielle: clans, lignées et la NATION finalement. Cet État épuise, exténue et vampirise la Nation avec les charges administratives, et fonctions politiques parasites. Armées inconscientes, tueries sociales injustifiées, sans aucune raison, dûes à des révoltes provoquées au sein de la société civile par des idéologies et les cadres hébreux “révolutionnaires” qui ne sont que des turbulents dans le fond (exemple: les révoltes de 1973 au Chili et l'intervention militaire). Ces révoltes sont dûment élaborées pour justifier l'État moniste-monocratique et ses déchaînements répressifs afin de rétablir l'ordre, tout comme son interventionnisme latent et actif, en somme.
58

Chose qui exprime toutes les qualités de la Nation, clans, ethnies, castes,etc.

153

La Possession.

154

La NATION ainsi soumise à ces hémorragies de sang et d'énergie vitale abondantes termine par être ou rachitique ou spectrale. La société civile, son expression, est alors inexistante. Exemple pathétique d'États forts sans Nation et aucune Société Civile: la France et le Chili (ce dernier étant de surcroît colonial). La société politique, dans le fond, est une représentation du vrai jeu des forces financières; elle est composée par des fonctionnaires de la politique, non des POLITICIENS. À cet égard, les intellectuels, l'élite, hébreux ou judaïsés dans l'État sont monistes et possessifs dans le POUVOIR; sur le plan subjectif leur Raison est formelle et ils n'ont pas besoin de discipline, le langage communique l’unique59 = LINGUAL. Dans la masse sociétaire, opère le principe possessif pratique exprimé dans la chaîne: Nécessité - travail - emprunts - production - consommation illusionnisme (idéologies, doctrines, religions, doctrines même sceptiques) NÉCESSITÉ – sans compter les “nécessités” fonctionnelles Publiques du même État au service des finances et l'unique: Routes, écoles, administration, fonctionnariat, armée, agents de police afin de réprimer leurs propres sociétés avant tout; lois, urbanistique pour modeler et conditionner la société détruisant de ce fait la territorialité clanique, de lignées et des aristocraties; etc. Dans la ville, tous les rapports de famille, de lignée, claniques, valeurs, traditions, etc. sont dilués; seul, demeure le vide urbain uniquement administratif. Au moyen des impôts à la propriété, l'État s’en prend à la destruction des grandes et petites propriétés agricoles (dans lesquelles sont développées les familles nobles ou aristocratiques). Finalement, les crédits bancaires viennent compléter la tâche de dissolution étnique, technifiant l'agriculture. Avec ces derniers, se financient es relations de production

L’unique et son ressort extrême de replis et concentration de ses forces sur un point de la société; là FRAPPER AVEC TOUT sans considérations.
59

154

La Possession.

155

agraire. Cette PRESSION conduit les paysans à émigrer à l’urbe - ville - où leurs liens et coutumes ethniques, de lignée (national parce qu'autochtone) seront détruits, et soumis à un modelage psychologique social - pratique qui répond à une structure internationale (plutôt inter-Etatique) de mélange et indifférenciation qu’est le modèle hébreu avec des variables apparentes selon les régions de la planète. Là , l'habitant urbain se léthargise, devenant apathique. Face à cette organisation étatique et inter et multi-étatique, les organisations du type: sectes de samouraïs, ninjas ou bien des sectes politico-religieuses ne peuvent signifier une réelle opposition à son action. Par exemple, une secte ninja peut au Japon vaincre un bataillon d'agents de police mais elle ne pourra pas résister à une attaque totale et concertée de forces de terre et de l’air dotés d’un armement sophistiqué de la police entière (et même de l’armée Japonaise) sans compter le continuel discrédit social réalisé contre ces sectes. Comme tout Ordre Philosophique doit passer par une préparation disciplinaire semblable ou similaire et que l'État donne l'impression à ses citoyens d'être libres -tout en étant indisciplinés60- et d'être capable de vaincre finalement les cadres disciplinés de ces sectes, l’on conclue à l'inutilité de la Philosophie, de toute DISCIPLINE et activité conceptuelle dans la société financière. En fait, les individus indisciplinés de la société financière – même dotés de la forme de la Raison des cultures indo-européennes (Celtique, germaniques, scandinaves, Slaves, latines, etc.) - les intellectuels par dessus tout ne sont que des esclaves de l’hébraïsme puisqu’en eux nous ne trouvons pas la première liberté qui est celle de l’Esprit, fruit de la Discipline Spirituelle du SOI - qui entre parenthèse ne se pratique guère aujourd'hui dans aucune secte ni samouraï ni ninja – pour ce qui est du Japon. Dans les Écoles Philosophiques, les arts marciaux ne sont -comme tout art- pas des fins de l'Esprit mais des moyens avec lesquels l'Esprit s’exerce et croît.
60

la Liberté est une force accumulée et ceci s’obtient avec des objectifs et une discipline.
155

La Possession.

156

Nous devons ajouter que la terre, l'espace dans l'État financier n'est pas un territoire mais une propiété immense qui peut se louer, se vendre, se donner,61 etc.. Il n'est pas une base sacrée de la Nation, de ses clans, familles, lignées, coutumes, traditions, valeurs et corps castiques principalement. Sur ce territoire, les rites et traditions ethniques - nationales prennent racine. Cet État uniciste hébreu Financier s’affirmera en soi et jettera ces éthnies, clans, lignées et noyaux castiques contre d’autre afin qu'ils se détruisent les uns les autres et ceci par leur propre principe d'auto-afirmation qui employé à l'excès, exacerbé par l’unique, devient orgueil chimérique et principe d'autodestruction. L'État hébreu Financier détruit de la sorte les mythes et les traditions et laisse des rites vides (pas toujours) de ces clans.

L'ÉTAT ET LA LOI.
La loi est la loi de l'État, pas de la Nation ni de la Société. “Nul est sensé ignorer la Loi” et personne ne peut ignorer l’état qui se place au dessus des coutumes des normes morales groupales, claniques éthniques,des principes et concepts supérieurs. L'appareil juridique de l'État est représsif des différences ethniques coutumières nationales: l’unique est l’unique au Monde. La loi remplace la norme morale et les intentions ne sont pas réprimés mais les actes que la loi définit comme contraire à elle. La Loi et le système juridique aplâtissent et finalement détruisent (faisant comme si ils les affirmaient) les différences qui conforment la Nation62. ils anéantissent les valeurs autres que la règle ou l'ordonnance étatique. Cette loi est une forme vide impérative de faire comme elle ordonne, elle ne se soucie guère si elle impose la dissolution de la Nation et de la société Nationale psychologiquement à ses "citoyens". Au sein d’une Nation les forces et sentiments claniques, éthniques et castiques fluissent, inter-agissent et s’inter-stimulent et
61 62

Exemple: la vente d'Alaska par les russes aux nord-américains. Dans la Nation se concentrent les mythes, rites et traditions des peuples qui la constituent.
156

La Possession.

157

équilibrent dans la Raison. La société est ainsi réglée et évolue. Ici, l'État sert la NATION. La loi de l'État moniste se superpose à toutes les normes et valeurs, usages et coutumes qui régulent ces clans et ethnies. Il finit, ou par les assimiler, ou par les dissoudre, les détruisant. La ville est un complément A-Ethnique (anti-ethnique). Les finances hébreux font croire aux individus qu’ils sont libres parce qu'ils peuvent acheter ou consommer ce qui leur plaisent(ce qui est aussi limité au pouvoir financier de l'individu), s’habiller comme ils veulent ou voyager, etc.. mais non! La Liberté est de se mouvoir par Soi Même, Devenir ainsi une individualité et ceci est intérieur. C'est cela la Philosophie. Il ne faut pas confondre une École Philosophique avec une secte. Nous devons comparer pour ceci les exigences et les objectifs de chacune d’elle. Il ne faut pas non plus confondre un chef de secte avec un MAÎTRE. ***** ***** ÉTAT, CASTE ET NATION Les Castes ne doivent pas être au service de l'État mais de la Nation63 et des divinités que la noyautent et la personnifient également. Ces divinités expriment, manifestent les forces de la Nature dominante dans ce milieu. À Rome, la croissance de l'État au détriment de la Nation a fini dans des tyrannies grossières et dégénérées: Commode, Néron, Caligula: Monarchie, et dans l'introduction du Christianisme qui a été la plus grande catastrophe qu'ait souffert l’Europe puisque le judaïsme chrétien est une force déviante et désagrégante de la RACE. Pour cette raison il est chrétien. L'État doit être soumis à la Raison de la Nation. Il n'y a pas de Raison d’État étant donné que celui-ci n'a pas de contenu propre. Ainsi, quand il n'y a pas de “Nations nationales”, les États servent la nation
L’École Philosophique doit veiller à ce qu’il en soit ainsi; de la sorte, elle doit freiner la croissance impériale de l’État.
63

157

La Possession.

158

hébreue-juive qui leur donne un contenu, non pas national, mais étranger; elle crée un métissage et une confusion raciale et sociale en son sein. Dans le Judaïsme, l'État sert la Nation, celle-ci sert à l'ethnie hébreue, juive qui á son tour est au service de l’hébraïsme: jéhova et ses clercs et/ou accolytes. LA POSSESSION, MÈRE DE NOMBREUX EXCÈS OU VICES PSYCHOLOGIQUES-PRATIQUES: Les sept ou plus (douze) excès capitaux ou primordiaux sont presque tous liés au Désir. Exception faite de la colère, qui est un excès de la férocité, de même que la superbe, l’arrogance et la VANITÉ. En ceci, ils constituent des instincts naturels (animaux) exarcerbés par la culture déviée. De la sorte, la fainéantise ou paresse dépend du Désir; l' (appétit démesuré), l’envie (qui est une haine envers celui qui possède quelque chose que nous ne possédons pas), la convoitise (possession excessive vers l'argent ou un succédané), la libidinosité ou LUXURE (désir sexuel sans mesure), l’orgueil (possession de l'illusoire moi - ou égo-), la colère (comme nous l’avons vu, c'est un excès de la Férocité, comme une agressivité à fleur de peau). Dans l’orgueil, c'est la possession du moi qui s’offense ou s’hérisse, il existe par conséquent une férocité faussée, fanfaronne et une faiblesse réelle. Nous pouvons ajouter la Vanité, qui est un amour excessif envers soimême et qui est une caractéristique des Volontés fortes, qui méprisent ce qui faible, fragile, infime. La vanité est un excès ou vice puisqu'elle ne reconnaît pas les limites qui peuvent être réellement destructrices. Un autre vice ou excès: la Possession comme première passion du Désir. S'attacher irrésistiblement à un être ou une chose et vouloir le contrôler, l'avoir là, à la vue, toujours disposé à suivre et/ou à obéir. Avec ce contrôle, on néglige le domaine de Soi-même, l'attention et surveillance de SOI et envers d’autres êtres moins contrôlés. Remède: le Détâchement et la Vigilance vers l'intérieur et vers l'environnement, de manière détâchée.
158

La Possession.

159

Un autre vice ou excès est la superbe et l’arrogance: l'arrogance est un vice de la Volonté qui passe par dessus les autres Volontés sans connaitre sa texture et force, en suivant l'illusion d'une force crûe illimitée du propre égo. Suivre ce rêve néfaste est se faire des ennemis pour rien. La superbe est une maladie ou vice qui se manifeste dans une Volonté qui n’accepte pas de hiérarchie devant d’autres Volontés Supérieures qui peuvent la guider afin qu’elle se surmonte. La superbe est une expression du ressentiment dans une Volonté douée d’une certaine force mais non éduquée, qui refuse l'escalier qui lui permettrait de monter, de croître, PAR DEGRÉS. Le RESSENTIMENT est l’envie subjective et même métaphysique envers les valeurs et la supériorité. Celui-ci met la Volonté ressentie dans une situation de n'accepter aucune hiérarchie ni supériorité et avec cela, elle élimine la possibilité de la propre croissance puisqu’il n'y a pas de référent à suivre, pas de niveau supérieur à imiter, afin de se surmonter. La peur est un excès possessif du moi qui amène la Volonté à se désagréger lorsqu’elle ne peut pas affronter une situation de menace ou de danger réel, tant pour soi-même comme pour le corps qui la soutient. L’égo craint de se désagréger avec la menace de destruction. Avoir, dans ce cas, la sensation de perdre le contrôle de la situation dans laquelle on se trouve - sentir s'écrouler la stabilité et la sécurité dans laquelle on est installé – provoque cette sensation de dissolution immédiate qui est la peur. Celui-ci va de la crainte à la panique, en passant par l'horreur. La forma mentis unique-moniste amène ces instincts à l’excès puisqu’elle les fait fonctionner de manière unique et extérieure, polarisée (hypertrophie), non simultanée et intégrée.Son unicité ou MONOCENTRISME les hypertrophie et les transforme dans des vices parce que sans contrepoids dans l’ensemble animique-instinctif, sans Raison; seule la peur (force oppressive et dissolvante) se superpose à eux mais jamais pour les mettre sous silence et les dominer, sinon par simple refoulement (réprimés dans le sub-conscient). Ces instincts attendent l'occasion de se
159

La Possession.

160

manifester, s’alliant la ruse animale, laquelle ne gêne pas l’unique (être, jéhova, dieu, etc.). La possession mène á la crispation (étant donné que l’on cherche à tout contrôler en se vidant à l’extérieur) et à orienter l'énergie dans un seul sens, vers l'hypertrophie, ce qui conduit à son tour aux excès, péchés primaires ou capitaux: De la sorte, étant ankylosé, on est orgueilleux puisque inapte; On est envieux étant donné qu’on envie la possession d'autrui; Ressenti puisqu'on envie l'aptitude que l’on constate chez d'autres; Gourmand par ankylose: celle-ci provoque de l’anxiété, le potentiel d'énergie dont on dispose n’étant pas utilisé de manière saine; On convoite par excès de possessions et/ou poursuite effrénée de celles-ci; On est cholérique lorsque ne peut obtenir ce que l’on veut ou désire (ou par offense); Paresseux à cause de la sclérose et apathie où mène le désir, ou bien le plaisir démesuré ainsi que l'exercice excessif de ceux-ci, ou encore par indolence à se mouvoir. Luxurieux(se) par la passion du désir sexuel dans lequel se vide la force de la Volonté, laquelle ne peut s’exercer à cause de la sclérose fruit de la possession. En fait, la possession transforme (ou augmente) l’énergie féroce en désir et ce dernier dilue, affaiblit, rigidise, ramollit nos forces psychologiques et même psychiques, par la recherche du plaisir en tout. Plaisir qui stimule la paresse. L'autre excès est constitué par une férocité débridée (irascible) et agitée, qui dépense l’énergie sans efficacité et sans conduire à un exercice ou une connaissance de Soi-Même. Dans l' humain, le désir sert plus au plaisir (et parfois à
160

La Possession.

161

l'amour) qu’à la reproduction, tel qu’il advient dans le Règne animal. Cela n'a pas seulement des éléments négatifs, puisqu'une partie importante de la création est dûe à cette transmutation. Le désir aiguillonné par le plaisir ou l'amour (principalement l'amour) stimule quelquefois l'imagination et peut ouvrir des voies à l’Imaginaire, lequel, discipliné, freiné et ordonné dans ses potentielles déviations, produit des oeuvres créatives ou des forces psychologiques qui peuvent contribuer à la création. L'ÊTRE, PREMIÈRE POSSESSION D’UNE FORME: L'être est la PREMIÈRE POSSESSION étant donné qu’il commence par confiner l'esprit = Forma-mentis SUBJECTIVE, puisque l’on veut conserver, posséder une FORME; l'être veut se prolongé dans son être. E. Fromm commet une erreur dans son oeuvre “Être ou Avoir”, parce qu'être est un avoir à long terme, conserver son égo, bien que le développement qu’il fait dans son livre cherche à déboucher sur autre chose; dans tous les cas, il se trompe de concept. L'être (et l’individu pris par lui dans sa forma-mentis), en possédant, cherche à contrôler. Il prend possession de l’individu puisqu’il le séduit (il l'attire à lui par SÉDUCTION, mais avec cela il POSSÈDE et CONTRÔLE). Cet individu, attrapé, reproduit son prototype possessif (celui de l’être) en cherchant à posséder tout. Lorsque dieu, en tant qu’être64 ordonne le désintéressement des actions qui lui sont dédiées, il incite en fait à la possession que constitue le fait de se sentir flatté par lui, de posséder le prestige et sa reconnaissance = VANITÉ , en accomplissant ses consignes. L'être est le créateur de tout individu et il est par conséquent le possesseur de tout, se comportant en conséquence, il fait ce qu’il veut avec sa propriété.
64

Dieu, accepté ainsi comme être créateur, décentre; il sort si même et il produit les excès.

161

La Possession.

162

Vouloir être est vouloir persister dans une forme INVARIABLE – en tant que forme - 65, la posséder et contrôler tout ce qui est en relation avec elle. L'être donne certitude et ceci confine = Possession. La Tâche est de Devenir (Homme) et cela revient à agir de manière détâchée: SANS POSSESSION; éluder ainsi le Karma ou la structure et les formes sans fin qui sont les fruits de nos actions. L’humain vit, ou plutôt vivote, dans la manifestation (et la POSSESSION: il agit seulement par intérêt) que constituent les multiples Formes de la détention ,lesquelles peuvent le conduire au néant. Comment induire l’humain à agir de manière détâchée? Il faut ouvrir pour cela le niveau Hominal afin qu'il se surmonte. En premier lieu, il faut l’IMPLIQUER dans les choses de l'esprit et les combats éthiques. Ensuite, l’amener, degré par degré, non en tant que masse ou groupe sinon comme individu - au moyen d'effort et de discipline – à s’occuper de la connaissance de ses forces internes et à la conséquente domination et orientation de celles-ci. On peut alors guider les groupes à travers ces élites. La possession conduit à s’impliquer avec la forme unique, c’est-à-dire avec l’indifférenciation (androgynie), ce qui élimine la sélection et hiérarchie de l'esprit. En conséquence, on sombre dans la DENSITÉ de la MATIÈRE et la néantisation spirituelle.

LIBERTÉ ET POSSESSION
Dans un monde de possesseurs, n’avoir rien signifie “n’ être rien" .Pour devenir libre, il faut changer de milieu, c'est-à-dire, s’insérer dans un qui ne soit pas possessif. Par conséquent, dans un milieu de possesseurs, il faut avoir mais ne pas posséder, ne pas s’impliquer psychologiquement avec les objets que l’on a ou avec les êtres qui s’approchent en vue de nous posséder ou d’être
Parménides savait que logiquement l’être ne peut varier car alors, il est et n'est pas dans une autre instance.
162
65

La Possession.

163

possédés (ce qui, nous le savons déjà, constitue une tromperie) puisque la possession , surtout des individus, est un rêve. La possession possède, dans les bas cercles sociaux, le pouvoir positif de de les stimuler et de les activer – au moyen de la possession, l'être humain est activé, confiné, encadré dans une tâche spécifique et fixé dans un niveau social moyennant le COMBIEN on POSSÈDE, le plus ou le moins que l’on POSSÈDE - bien que ce ne soit que dans le TRAVAIL (à l'âne auquel on met devant son nez une carotte afin qu’il marche). Cependant, le problème est que l’hébraïsme, à travers les finances et leur PRESSION, a placé les forts (qui ont suivi par ailleurs leur paresse intellectuelle) au niveau de la nécessité pure, introduisant (ou stimulant) en eux leur tendance possessive. En les déviant de la sorte de la PUISSANCE qui leur est propre, ils ont été conduit à l’indifférenciation, à l'ÉGALITÉ par LE BAS. Avec ceci, la Caste politique - militaire a perdu son sens, la PUISSANCE, laquelle mène à la LIBERTÉ; sortie de son Centre, elle a perdu sa Férocité et sa Volonté de Caste; elle n'a pas pu se constituer en une Caste Politique et militaire. De cette manière, les individus forts sont tombés dans les cercles passifs: travail, consommation, accumulation, dans la morale, etc., dans les cercles de la possession, en somme, ainsi que dans l'égalité sociale et l’indifférenciation androgynale de, soit comme partie périphérique de la Caste financière, soit dans la base laborale en tant que masse indifférenciée de consommateurs, soit comme des producteurs-distributeurs ou des FONCTIONNAIRES financiers, non des politiciens. Ils sont donc tombés dans la sphère de la NÉCESSITÉ, en somme, et grosso modo des producteurs, pas de la Puissance de la Liberté qui est propre aux élites volitives, politiques en général. Aujourd'hui, ceux-ci sont des fonctionnaires de la politique financière et ils agissent comme des fonctionnaires, des organisateurs et des administrateurs de son système. Une telle chose est dûe à ce qu’ils sont sortis de leur Centre Castique. Rappelons-nous de la TRIOCRATIE. Pour que ces individus forts reconstituent la Caste Politique, ils doivent pratiquer le DÉTÂCHEMENT, l'action sans attendre ni jouir du fruit
163

La Possession.

164

de cette action. Libéré cet individu de la Possession et fort pour cette raison, il peut créer des institutions et des organisations, instituer des lois et diffuser des normes morales (qui viennent des concepteurs - sacerdoce -) afin d’encadrer et de faire l’évoluer à l’ humain. Seul celui qui est libre (surtout de la possession et de leurs propres appétits) a le pouvoir de déterminer et d’être juste ainsi que d'induire quelques-uns, par l'exemple, à la Liberté. Nous devons le savoir et nous le répéter toujours: la Liberté commence dans l’individu, dans l’Intégration individuelle personnelle. La Possession dévie de – et brise aussi - le sens de la SÉLECTION, de la hiérarchie Qualitative des aptitudes et rompt la discipline; elle impose une hiérarchie quantitative: celle du plus, de qui possède plus. La possession détruit ou annule l'Ordre Cosmique; elle détruit la vigilance intérieure et externe, annule l'attention et fomente la distraction dans les choses supérieures ainsi que dans la conception et dans la Véritable organisation qui se pousuit dans le temps. La possession organise dans les choses pratiques de manière intermittente, comme elles, discontinue et facultativement dés - ordonnée. La Puissance exige la Persistance et également l'action dans le moment opportun, c’est-á-dire, d’avoir le sens de l’opportunité (ce qui n’a rien à voir avec l’opportunisme). Dans la Possession, la persistance ne se trouve pas dans le fait de CULTIVER des aptitudes moyennant la concentration, l’effort et la discipline ,mais plutôt dans celui de posséder des choses - l'argent étant la principale de ces possessions – de posséder le contrôle, de dominer les structures de pouvoir que nourrit la Possession; en résumé, extériorité pure. La Possession étant cette polarisation et absolutisation d'avoir des choses utiles ou des référents psychologiques et conductuels pour agir, nous sort du centre et nous mène à un monde de désordre mental et psychique (même lorsque nous paraissons ordonnés dans nos possessions). La seule manière d’abandonner l'extériorité possessive est de nous concentrer dans le Soi-Même. Nous devons sortir du monde confiné de l’unique (être) androginal et possessif, de sa forma mentis; laisser l'extériorité à laquelle nous conduit le Désir et la recherche du plaisir, le confort,
164

La Possession.

165

etc.. Nous devons penser de manière équanime, concentrés, et agir de manière détâchée, sans intérêt mais avec POUSSÉE et BRAVOURE , de manière Libre et Vivante. NOTE GÉNÉRALE: La Caste Politique ne peut se constituer parce que l’hébraïsme dévie les individus forts de sa Volonté et Raison d'être castique; il les mène à l'intérêt personnel, à posséder; ce faisant, il les sort de la réalité, les conduisant à l’illusion puisque les choses se détruisent; en les suivant par la Possession, ils se détruisent avec elles. De cette façon, leur force se dissout et, par conséquent, ils N'ONT PAS DE PUISSANCE pour constituer le NOYAU CASTIQUE. Cette Caste (politique) a perdu le BELLUM pour arrêter l'agression hébraïque.

L'INTÉGRATION PERSONNELLE AFIN D’ÊTRE LIBRE: La première posture envers l'extérieur est d’être vigilant face aux stimuli et influences externes. Être féroce et avoir le bellum devant les agressions de tout type, surtout celles qui paraissent aigües ou sont souterraines. Il faut sélectionner les stimuli et les influences physiques ainsi que psychologiques venus de l'extérieur. Avoir une attitude de sereine tension interne envers l’extérieur mais béliqueuse face aux agressions du milieu hébreux (lequel maintient une agression constante et souterraine contre toute force en formation ou déjà formée). Ne laisser passer aucune agression ou attitude agressive envers l'individu; ce celui-ci doit contre-attaquer physiquement ou psychologiquement avec promptitude et violence si c’est nécessaire. L’hébraïsme est expert dans les agressions “cools”, douces, marécageuses, dissolvantes, comme si elles n'existaient pas mais bien existantes pourtant et

165

La Possession.

166

l’on doit répondre à celles-ci avec, je le répète, promptitude et violence. Celle-ci constitue la première Liberté à acquérir ou conquérir: la Liberté extérieure est une Liberté psychologique. Que nos adversaires ou nos ennemis actifs ou potentiels n'osent pas même nous attaquer de la manière qu’il soit! 66 Sur le plan psychologique, il existe beaucoup de livres qui induisent ou prêchent le combat et les réactions violentes. Il faut éprouver leurs auteurs67dans la pratique pour voir s’ils assument leurs théories et les risques qui leurs sont inhérants,même psychologiquement. S’ils ne le font pas, ils sont des agents indirects du système hébraïque et servent pour dévier ou délater les jeunes actifs qui veulent agir “pour de bon”, réellement, et ils les amènent de cette manière à l'abattoir. “Avant qu'ils t’aient frappé dans la première joue, tu es déjà entrain d’ attaquer”. La Volonté de Liberté se construit avec des actes d'indépendance journaliers. Les crédits ainsi que les aides intéressées sont des agressions indirectes: refusez-les et répondez promptement. Cela crée, peu à peu, un champ de force psychologique-pratique et même politique de Liberté; pour cela, la vigilance et l’attention doivent être constantes. Il faut également sélectionner les milieux dans lesquels agir. Si ceux-ci sont hébreux, ils vont vampiriser ou détruire. L'exemple de F. Nietzsche est pitoyable, il a toujours été entouré de juifs: E. Shuré, sa femme Salomé, Melle Roth; même R. Wagner était un judaïsé (s’il n'était pas lui-même d'origine juive), bon musicien mais traître à la mythologie allemande. Dans les réunions dans lesquelles il a participé (F.Nietzsche), les poisons et drogues étaient constamment présents; avec le temps il s’est retiré de celles-ci,mais c'était déjà trop tard. Nietzsche était un génie profond et cependant!
66 67

Terroriser psychologiquement l'ennemi et l’empêcher d’ agir contre nous. Nous avons déjà le cas de l'auteur de “Révolution et Contre-Révolution”,Gral. Château Jobert, par exemple.
166

La Possession.

167

Ceci advient parce que les seules âmes qui paraissent inquiètes sont des juifs, prenez donc garde à ces chimères: ils font croire qu'ils adhèrent à notre cause mais, en réalité, ils ne pénétrent que dans le but de détruire. Pour cette raison, éliminez-les de nos organisations; qu’il n’y ait aucun Juif ou islamique dans nos rangs. LA POSSESSION ET LA VALEUR, LE COURAGE: Le Courage est une attitude de confrontation de la Volonté, de pénétrer sans crainte dans les situations ou de se maintenir fermes face à ses adversaires plus nombreux et mieux équipés en armes, plus fort extérieurement. C'est aussi de se maintenir ferme devant un adversaire qui exerce une pression extrême. Cette capacité de résistance dans les situations adverses ou d'attaque dans les même conditions est le Courage. Il implique un certain détachement vis-à-vis de notre corps et de nos forces ainsi qu’une force psychique et psychologique afin de résister à la douleur, évitant qu’il devient souffrance. Ceci est du domaine de la qualité pure dans la Volition. La Possession, au contraire, s’attachera au corps, que nous considérons comme nôtre68 et qui fera quelquefois comme s’il était entrain de faire face au danger. L'exemple ridicule de F. V. qui me suit d’un pas en traversant une rivière dangereuse ayant beaucoup de courant et qui ensuite recule et longe la rive pendant dix pas, en faisant comme si. L'exemple de ce même rustre qui envoie son fils à entrer dans une rivière (l'Armançon en crue, à Saint-Florentin) et quand celui-ci est emporté par le courant, il lui dit: “accroches-toi, à ce rocher, non! plutôt à cet autre,..etc”, incapable d’entrer pour le sauver! La possession de son égo sur lui-même lui fait croire qu'il possède son corps et doit le maintenir sain et sauf (peu

68

Et que nous pouvons détruire par épuisement, excès et vices.
167

La Possession.

168

importe les conséquences morales); il le mène à la lâcheté et à devenir orgueilleux afin de défendre une image de lui-même qui n'existe pas! La possession l'a détruit face à lui-même et lui a laissé une illusion de courage, juste pour continuer la figuration, la simulation. Un autre exemple pitoyable: le notaire de l'Av. Roosevelt, près de la Rue Colmet-L'Épinay, à Montreuil; lorsque je dis à J. M.: “Ne signes pas ce document, tu auras des problèmes", le notaire me dit: “et vous, qui êtesvous?” Je lui répond: “Le mari”; il me dit: “Sortez d'ici, vous êtes chez moi!”.Je m’avance vers lui menaçant; il regarde, autour de son bureau, vers la douzaine d'employés; personne ne bouge, têtes baissées; le notaire, terrorisé, découvre qu’il est seul et la peur s’empare de lui! Il est “chez lui” (dans “son” bureau) mais cela ne lui sert pas pour se protéger. Ses possessions ne lui sont d’aucune utilité, elles sont de la matière inerte et lui est incapable de se défendre personnellement. Quelle expérience! Les choses appropriées ou obtenues servent comme moyens si la Volonté du combat est présente et les utilise comme moyens de lutte. Mais en tant que possessions, elles sont inutiles et constituent même un lest pour la psyché; dans un contexte de combat ou de guerre, on doit se débarrasser promptement de ces possessions car elles seront inutiles en tant qu’armes. Dans une guerre totale, les circonstances et les événements montrent bien que la possession d’êtres et de choses est une chimère, tous périssent, même la possession crue de leur corps. Alors? Où est ce qui est possédé, les êtres et les choses possédés? Tout cela présuppose une Volonté qui les défende par la loi et, derrière, la force.

POSSESSION, INTÉRÊT, PROFITER: (Rivière Lircay, 13/03/04) La possession pour l'intérêt est un objectif, qu’il s’agisse d’êtres ou de choses. La possession éventuelle de quelque chose devient une chose désirée

168

La Possession.

169

que l’on cherche à posséder. On a un intérêt dans l’obtention des moyens dont on a besoin pour l'atteindre. L'intérêt peut se transformer dans le fait de courir derrière une chimère (avoir une voiture de luxe, parvenir á posséder un million de dollars comme cherchait à le faire J. Klr -, avoir un belle propriété ou posséder une belle actrice de T.V. - comme c’était le rêve d'un ouvrier qui le commentait à ses camarades de travail -, etc.). Tout ces espérances réveillent l'intérêt pour ces êtres ou choses et ceux-ci motivent l'effort ou le travail en vue de les posséder. Cependant, ces espérances peuvent avoir aussi une signification infime, seulement des illusions et l’intérêt s’y rapportant, vain. Ces efforts, lorsqu’ils se manifestent comme vains, amène l’être intéressé à profiter des situations. Ce rêveur, face à des obstacles, parfois colossaux, termine par se dire à lui-même: “Bon, puisque je ne peux pas obtenir ce que je veux posséder car il y a beaucoup de difficultés, alors je vais tirer partie de toutes les occasions pour profiter des êtres qui m’appuient ou ont confiance en moi et qui possèdent plus que moi, cela sera ma revanche.” Une telle attitude achève dans le ressentiment ou dans la disminution de soimême des deux côtés. Soit dans l'intéressement dans lequel cet individu dépense et consomme en vain une quantité énorme d'énergie, ou, dans le cas ou il profite, il termine par fermer le cercle de ses amitiés et relations et par consommer également une très grande quantité d'énergie voyant où il peut prendre une miette. Je me souviens le triste exemple d'un énergumène qui me racontait le plus naturellement du monde une expérience de laquelle il avait profité, et qui avait même fini dans un vol. Il me disait: “J'ai un ami qui vend des matériaux de construction usés; je suis allé à son commerce et il m'a dit: “Entres et choisis les morceaux de bois dont tu as besoin, tu me diras après combien tu en emportes." Je suis parti avec près de 200 poutres et je lui ai dit que j’en avait quatre-vingt-dix; j’ai pris aussi 3 portes et cinq fenêtres que venaient sous le tas; avec cela je me ferai une maison que je désire depuis des années et que je ne pouvais pas faire à cause de plusieurs circonstances.”
169

La Possession.

170

De cette manière, son désir de possession d'une maison en bois l'avait tellement intéressé qu’il a terminé par profiter de la confiance de son ami, qu’il a trahi et fini par voler. J'ai connu des centaines de personnes pour lesquelles le fait de s'intéresser à quelque chose (posséder un intéressement dans tout rapport d'amitié chose très commune au Chili, par exemple -) et chercher à posséder quelque chose à tout prix les a amené à la mauvaise foi et même à sortir du cadre moral; finalement à trahir et se trahir soi-même. S’intéresser revient aussi à sortir de soi. Mais les petites âmes, on les meut toujours par intérêt. LA QUANTITÉ (LE QUANTITATIF) ET LA POSSESSION: La quantité ordonne et régule la Possession; elle MONOCENTRE - c'est-á-dire qu’elle conduit à l'UNITÉ par inertie quantitative (lire “L'androgyne” 69) - dispose, mesure, fractionne, distribue en parties et hiérarchise les possessions, donnant à tout un chacun une partie de celles-ci en faisant fonctionner le système possessif - financier hébreu, bien entendu -. Comme ces possessions se résument en dernière instance à la possession de l'argent - et celui-ci, plus on cherche à le posséder et plus il devient inattrapable – la hiérarchie possessive se réduit à combien on possède d’argent (puisque, comme nous le verrons plus loin, l'argent constitue la Possession par excellence). Cela finit dans la Possession et le contrôle de la Caste Financière (hébreue en général), étant donné que c'est elle qui possède et contrôle les flux monétaires: leur émission, évaluation et commutation ou COMMUTATIVITÉ en d’autres choses (et également, êtres). C'est par la Possession centralisée que les Finances contrôlent l'argent et les forces psychologiques: passions, émotions (angoisse devant la nécessité), crispation et annulation de la Volonté, mutilation de la Pensée (dans sa circulation, par exemple, avec le contrôle et la possession des
69

Et notre critique à Pythagore.
170

La Possession.

171

moyens d’édition ou de publication) et atrophie progressive de l'Intelligence par manque d’activité et de fonction. L’excitation, déviation et perversion des instincts sont réalisées à travers la manipulation de l'argent (la prostitution, parmi d’autres exemples). Celles-ci sont les véritables racines de l'économie – qui est ainsi un ÉCHO d'un son venu “d’ ailleurs”, d'autre part: des centres financiers, c’est-à-dire de la Caste Financière -; il advient de même avec la politique des États, lesquels résonnent la politique international de la Caste Financière hébraïque. Il n'existe pas une telle “structure qui détermine la superstructure”. Tout est un problème de la Volonté. Où est la Volonté est? C'est la Volonté (guidé ou par l'Instinct ou par l'Intellection Éduquée) qui décide et articule ce qui est structure ou ce qui est superstructure. Laissons de côté les d'imbécillités et fictions juives et observons la Réalité et ses plis mobiles; terminons avec la peur aux fantômes harcelants. De cette manière, les nombres, c'est la Volonté qui les dispose, prenant en compte les limites que manifestent d'autres quantités c'est-à-dire d’autres Volontés, et tout cela sans peur, de manière intrépide. UNIQUE, DIEU OU THÉORIE DES ÉMANATIONS

La théorie des émanations soutient et justifie l'unicité de l'être (dieu, jéhova, etc.); elle affirme que la source lumineuse qui est dieu se trouve dans le Centre. Sa lumière s’étend en cercles concentriques et dans chaque cercle se forment des êtres doués de perfections diverses et décroissantes. La lumière, en s’éloignant de son centre, perd sa splendeur dans les cercles extrêmes, et dans les limites de la périphérie, elle perd son éclat et termine presque par se mélanger avec l'obscurité. Les êtres appartenant à chaque cercle poosèdent alors un degré de pureté décroissant en partant du centre à la périphérie lumineuse.
Cette doctrine des émanations a un caractère moniste et mécanique. Moniste puisque c’est le principe unique qui constitue ce d’où tout naît sans que l’on puisse expliquer qu’est-ce ou qui a créé ce principe émanant: d'où a-t-il surgi? Quelle est son origine?
171

La Possession.

172

Il est également mécanique étant donné qu'il ne peut y avoir une croissance à partir de soi par poussée propre dans les cercles de ces êtres qui dépendent de cette force unique; ils n'ont pas de Vie propre au-dedans mais la reçoivent du centre lumineux: dieu, être70, lequel est en dernière instance l’unique force créatrice ou d’impulsion. Les dieux dépendent alors de dieu, de même que les héros et les “daimons”. La force d’impulsion, sans opposition active, finirait par s’écouler, dirions-nous. Notre Philosophie Hominale montre au contraire le vaste Fluir constitué par la tension des fluirs qui le composent. La tension (la complexité et l'organicité sont supérieures par l'Intégration du Centre) est plus grande lorsqu’on s’approche du centre puisque les individualités qui s’organisent là sont entrain de croître et de s’intégrer par leur poussée interne (et par l’inter-action avec d'autres individualités Intégrés dans le Centre). Ces multiples poussées intérines, en s’articulant dans de sereines tensions (parfois violentes), constituent ce Centre (ou ces Centres), leur interaction vivante maintient la tension évolutive. La différence qui existe entre les êtres humains provient de l’inégal développement de leurs facultés psychiques. Il existe depuis des humains qui possèdent un psychisme encore inférieur, presque reptilien, à celui d’animaux supérieurs, jusqu'à des humains qui vont en se faisant Hommes et Dieux, abandonnant ainsi leur condition humaine pour un développement de leurs facultés intellectives et volitives (et également par leur élévation animique = sentiments) et, par le biais du développement différencié, multiple et intégré, de leur capacité de concevoir, symboliser et se tisser une structure spirituelle propre, conformant des institutions qui poussent les forces psychologiques á croître. Ces psychismes, simultanément à ce développement interne, s’interelationnent et concatènent pour constituer les États ou Degrés évolutifs et spirituels Hominaux, humain et naturels. Ce sont eux qui propulsent et tissent la
Notre doctrine du Pluralisme Organique part de plusieurs centres d'émanations qui interagissent entre eux et s’inter-modifient en fluyant: plus on approche du Centre, et plus grande est l’Intégration.
172
70

La Possession.

173

Culture. Perdues ou éloignées ces puissances Hominales multiples et interpénétrées, les Cultures s'écroulent et la condition et les âmes humaines décroissent. Cette tension et oppositions de multiples individus intégrés, conformant des centres qui à leur tour sont en tension avec de nombreux centres, avec des axes d'Intégration gradués et hiérarchisés de manière mobile, constituent ce que nous appelons le Pluralisme Organique Intégré. Il n'y a pas d’émanation de l’unique mais plutôt jaillissement multiple et spontané du Fluir - Fluirs - jaillissant de soi. NOTE GÉNÉRALE: L'Intellectiviseur peut opérer dans le fluir, l'impermanence et l’indistinct dans le Devenir. La Volonté ne peut pas agir sans Rétentions et sans certains Certitudes - bien qu'il y ait des exceptions -.

L’UNIQUE ET L'ORGANISATION CULTURELLE ET SOCIALE: Dans “La Caste Financière” et “L'Ethnie hébreue”, j'ai affirmé que les producteurs se sont polarisés et monocentrés lorsque Quirinos (divinité des producteurs dans la Triade Sacrée des Romains) a été remplacée par le dieu unique chrétien. Ce centrement dans la croyance de l’unique a amené le dieu Mars (dieu de la Guerre) des politiques et surtout militaires à se polariser et à tendre à être unique (par protection contre l'agression de l’unique hébreu, qui s’était introduit dans les producteurs). La même chose est arrivée au dieu Jupiter des sacerdotes, bien que dans ce cas, c’est Jupiter et Junon qui ont conservé l'unicité dans le sacerdoce. Cependant, l’important ici est cette tendance vers l'unicité. Introduite l'unité de l’unique, le Triangle Castique s’est disloqué (le sacerdoce et les politiques-militaires - constitués par très peu de Romains -), il s’est rompu et a débuté l'imposition des producteurs (des commerçants, des financiers surtout) c'est-à-dire d'un monisme dualiste: monocratie en haut et masse indistincte et confuse en bas. D’un point de vue psychique, cela a signifié l'irruption de forces
173

La Possession.

174

telluriques souterraines dans l'organisation de la Culture et fondamentalement l'imposition du principe-force animique et intellectuel de la possession, ce qui mène à: la ponction, drainage, concentration et VAMPIRISATION d'énergie humaine et au contrôle comme unique objectif de la Volonté. Ceci car le fait de chercher à posséder conduit à contrôler les moyens possessifs ainsi que les êtres qui sont possédées ou qui sont connectés à ces moyens possédés. Sur le plan politique, le contrôle conduit à segmenter, fragmenter les régions à dominer ou qui sont possédées, à quantifier, mesurer, accumuler du pouvoir ou de l’influence, à sécuriser et s'assurer, avoir la stabilité absolue dans tout et finalement dissoudre ou diviser ce qui n’est pas retenu ou contrôlé. Ceci exige que l'unicité baillonne les opinions ou force par répression à dissimuler l'opposition à ce contrôle. Une telle chose conduit à instaurer une inquisition permanente qui réprime et détruit toute opposition réelle au contrôle. L'unité dominante de l’unique se déguise et se mimétise sous les formes-apparences les plus plurielles et diverses afin d’identifier, là, les plus infimes manifestations d'opposition au contrôle et de les détruire; en même temps, il laisse la masse humaine dans l'indifférenciation, car l'instruire et la former signifierait de laisser de côté le contrôle et libérer les initiatives multiples, la pluralité en somme. De la sorte, les individus qui montent et occupent les postes de contrôle ont à l'intérieur le désordre des passions, qui proviennent de leurs propres cercles désordonnés (même Moïse a été dominé par la colère lorsqu’il a tué) et ils diffusent, à travers la structure du pouvoir propre au tissu de l’unique, leur désordre intérieur. De cette manière, mégalomanie, ressentiment (envie, comme on l’a vu, envers ce qui est supérieur), autoritarisme, arrivisme, arrogance, félonie, incitation à la dissidence, envie, zizannie et dénonce sociétaire inondent la structure du pouvoir, que celui-ci soit: un parti, un État, une église, ordres, loges, etc., toutes constituant des formes implicites de l'unicité (contrôl-isme) de l’unique, anti-libres. Cet unique demeure inattaqué en inhibant, à travers sa répression, la Pensée qui fluit de manière plurielle et il l'a transformé, dans la
174

La Possession.

175

masse, en croyance, et dans l'élite en réflexion et obéissance. Dans l'atmosphère psychologique générale, dans la périphérie de l’unique, prédomine une mentalité fataliste et impuissante, de céder à tout, de ne pas penser ni questionner mais de céder et laisser passer, sans compter le fait de ne pas mémoriser les conflits et les chocs. Les personnalités fortes se trouvent dans l’ex-aequo dans plusieurs de leurs décisions et elles vivent comme suspendues sans être capable ou sans pouvoir ni non plus oser agir71, toujours menacées et/ou refoulées de manière secrète. Par exemple: deux êtres qui s’aiment mais qui n'osent pas s’approcher l’un de l’autre plus que par amitié ou l'approche dûe aux préjugés, timidité, bloquage familiaux, etc., vivent malheureux dans cette situation, se regardant ou se touchant en catimini, alors que la chose la plus simple est d’irrompre intrépidement dans la situation et de briser cet ex-aequo néfaste (androgyne). Cette atmosphère, que j'ai appelé androgynale, termine dans une peur générale, en suspension, suspendue comme une épée de Damoclès qui use et épuise par empêchement, bloquage des réactions saines de toute la société. Une psychologie de frustation et de frustrés prédomine la contrepartie de cet état spirituel et une agitation laborale, consommatrice et jouisseuse qui contribue à gaspiller, disperser et diluer l'énergie que n’a pas vampirisé l’unique, étant quantitativement excessive. Au fond, la jouissance et le plaisir agissent comme atmosphère de désirs et de souhaits absorbantes et consumante du “trop-plein” , de l’excès d'énergie des individus, surabondance dont l’unique n'a pas besoin ou qu’il n'est pas encore à même de vampiriser. Cette vampirisation et usure termine par créer des sociétés de zombies dans les choses de l’esprit et l’évolution psychique de l’humain. La matière est utilisée comme une “prise à terre”, comme dirait Jacques Cochaud, de l’énergie psychique humaine.

71

L’ unique permet et fomente seulement la voie POSSESSIVE.

175

La Possession.

176

Telle est aujourd'hui l'ambiance dans laquelle l’unique hébreu mène les producteurs à une expansion et une possession, sans se soucier des conséquences futures (et maintenant présentes), catastrophiques pour la Culture (éthique, politique, éducation psychologique) et pour la spiritualité - tout effort spirituel sérieux effraie le producteur – comme comme un développement des capacités internes à l’humain, individuel ou collectif. Ce qui importante dans cette expansion de l’unique, c’est l'efficacité immédiate: “çà marche, c'est bon”, cela, sans PERSPECTIVES évolutives. Le producteur, en général, ne pense pas, il produit ce qu’il consomme et jouit en le consommant. Il possède afin de jouir physiquement et psychologiquement de ses possessions: tel est son horizon philosophique et politique. ********* Le propre désordre des individus de la masse indistincte justifie la rigueur du contrôle de l’unique. De la sorte, l’unique segmente, fractionne, isole et capture pour lui-même la substance sociétaire et de basse culture dont ont besoin ses élites, son clergé. Ceci produit désordre et indifférenciation dans la société, ce qui appelle aussi un ordre absolu, RÉPRESSIF de l’unique. De cette manière, cette société n'est plus hiérarchisée par le Triangle Castique ou des trois castes interagissant, comme je l’ai écrit dans la TRIOCRATIE. Ce même désordre et indifférenciation justifient la rigueur de l’unique, je le répète, tant dans le contrôle comme dans la répression de l'opposition à ce contrôle. Les propres élites ne peuvent vivre dans le désordre total et terminent, par conséquent, par approuver la répressi-bilité de l’unique hébreu et son control-isme, légitimant sa perversion et dissolution culturelle et sociétaire. Un autre aspect ou caractère du producteur est qu’il hypertrophie, géantise le concept de nécessité – ce qui l’amène à ne voir que le passé et pas le futur -. Cela est dû à ce que la force cohésive et indifférenciante, dans la masse, est le Désir (que Jésus appelle amour): d’un côté, il les conduit tous, dans la masse, à se considérer égaux, sans différences; d’un autre,
176

La Possession.

177

le Désir dilue la force de la Volonté et les puissances individuelles la possède, car le faire dilue la puissance. Ici disparaît l'individualité comme un Centre en Soi même. Car désirer revient à sortir de soi. “L'être, dieu attire à soi par séduction” dit Aristote. Il attire le Désir de chacun á se consumer. Cette exacerbation du Désir en tant que force psychologique unique (qui finit en Possession ou consommation) ou primordiale, fait que tout ce qui est désiré soit (apparemment) nécessaire; de cette manière, les désirs sont infinis et les objets visant à les satisfaire leurs créent en même temps des nécessités multiples. Cette nécessité devient une mentalité qui attache les humains à la fatalité et au passé puisque ce qui est nécessaire se place toujours devant et après la puissance personnelle, envahissant le psychisme avec des choses superflues – empêchant de penser au futur - et des impuissances (o avec des menaces incitatives ou compulsives qui poussent á voir seulement des nécessités, et non à voir des puissances). Cette nécessité magnifiée donne la valeur à l'argent et le rend indispensable, remplaçant dans ce contexte la puissance par l'argent auquel on attribut tout pouvoir ou puissance -, la détruisant peu à peu, l’annulant, l'ordonnant et la coagulant comme pouvoir. Dans la sphère des grands objectifs, la Liberté a été confondue avec le désir ou le caprice de faire chacun ce qui lui passe par la tête ou ce qu’il a envie, tombant de cette manière dans le libertinage. Ce dernier dissipe l'énergie Volitive et conduit au nihilisme puisque la recherche insensée du Plaisir désagrége la puissance personnel et crée un psychisme volatil, vain, vaniteux, enfantin et frivole, évanescent et dissipé. Ceci est la perdition de Soi-même. Le vice et la faiblesse ou la corruption prennent la place de la Volonté (de la Vertu ou Aptitude). Donc, le Désir engendre la nécessité et celle-ci consume la puissance dans la satisfaction de nécessités artificielles. Cette puissance se dissipe, il y a moins de force et la nécessité devient plus grande. Ayant plus de désirs et ces derniers devenant des nécessités, ils augmenteront les nécessités. Au début, les nécessités sont illusoires parce que les désirs qui les ont

177

La Possession.

178

engendré sont superficiels et elles deviennent profondes avec leur satisfaction. Cependant, un psychisme qui suit ces désirs cherche les objets ou êtres dont il aura besoin pour les satisfaire et, de cette manière, la présence continuelle de celles-ci (les nécessités) devient nécessaire. Face à ces nécessités, ce psychisme dissipe son énergie dans l’obtention ou conquête des objets ou êtres aptes à cette satisfaction, sa propre énergie se diluant et s’extériorisant dans cela, se vidant ainst de SOI. L’équilibre dynamique entre peu de nécessités et la puissance de réaliser des tâches supérieures est l'Intégration de Soi-Même. FINANCES ET URBE, L’UNIQUE EN ACTION: L’unique inculque72 l'unicité et la concentration monétaire; celleci se plasme dans l’unité monétaire. L'argent se place comme intermédiaire entre tout. Il amène tout à lui, de la même manière que dieu ou l'être (Pour cela il se commute en tout) concentrent. L'argent a besoin d'un habitat pour attirer et maintenir les gens dans son orbite concentrationnaire. Telle est la raison pour laquelle les urbes se développent de façon macrocéphaliques; elles constituent un moyen d'expansion, concentration et accumulation de l'argent. L’urbe est un moyen synergétique de l'argent: les êtres humains s’agitent comme des fourmis derrière l'argent à l'intérieur des villes (comme les fourmis dans la fourmilière). Dans l’urbe, rien ne peut être fait sans argent (du moins c'est le principe général, mais même les clochards ou les vagabonds ont besoin d’argent pour survivre sous les ponts urbains). Là, l'argent est indispensable pour: les transports, la nourriture, pour se vêtir, habiter, se reproduire, etc.; c'est le dieu dont la puissance suppose couvrir toute la nécessité, mais en fait l'argent est une MOYEN FINANCIER, c’est un clergé qui (le) commande.
Même par imitation étant donné que l’unique est un créateur supposé de tout , c’est à dire un POSSESSEUR. « Il faut l’imiter, donc, posséder » et ceci, descendant à tout les niveaux de l’échelle humaine= tous possesseurs réels ou fictifs à divers niveaux.
178
72

La Possession.

179

Dans la ville, on ne peut vivre - vivoter plutôt - sans argent . Et les centres de captation, drainage, et concentration et accumulation de l'argent sont les banques: ce vaste tissu banquaire urbain, c'est-à-dire les organes financiers. C'est à travers les banques (le Banc du prêteur d'argent à Rome) que la Caste Financière est entrain de s’emparer de la planète. L’urbe est les milieu où l'argent sollicite, modèle, comprime le sociétaire selon la VOLONTÉ Financière. L'argent, lui, attire à sa possession et en même temps dissout les liens des humains entre eux. Quotidiennement, dans toutes les villes du monde, des milliards de millions de dollars, yens, euros, livres, pesos, etc., se meuvent dans les échanges monétaires (achat-vente) commerciaux et de consommation et presque tout cet argent (les exceptions sont minimes) finira de manière irrestricte dans les banques. Ce sont des millions d'opérations simultanées qui sont exécutées minute à minute maintenant pratiquement l'attention du public sur des tâches végétatives. Les êtres humains sont comme les singes de Vance Packard et leurs jetons. Seulement qu’ici, parmi les humains, l'argent termine inexorablement dans les banques et chaque passage laisse un bénéfice, c’est à dire des fleuves d’énergie humaine vampirisée. Personne ne prend conscience ni ne se rend compte d’une telle situation; peu importe, c'est une réalité verifiable à tout moment. Nous pourrions donner des milliers d’exemples de la vampirisation financière dûe aux charges financières, fiscales mais tout autant pourrions nous faire de la vampirisation résultant des prêts à intérêt. Les dettes et leur inquiétude. Cependant, ces opérations financières ne sont possibles à échelle universelle que dans le milieu urbain. La Caste Financière active discrètement et en secret ces millions de filaments possessifs qui permettent à son système d'exister et de rendre les urbes gigantesques. Il y a des doutes? Observez à votre alentour et vous verrez la terrible vérité que je vous révèle. 1. Payer seulement nécessaires ; les charges fiscales considérées

179

La Possession.

180

2. Ne pas prendre de prêts ni contracter de dettes ; 3. Ne fréquenter les banques qu’en cas d’extrême nécessité ; 4. Ne pas utiliser de chèques ni de carte de crédit, le garder soi-même soigneusement dans des endroits personnels et sans peur aux vols. 5. Si l’on a ou accumule de l'argent, ne pas faire ostentation de ceci mais l'investir dans les activités créatives; 6. Éviter si possible de vivre en villes; se déplacer à la périphérie de celles-ci ou mieux encore en de petits villages ou hameaux; là, on évite les dépenses excessive d'argent et le devoir de travailler en excès afin de les payer. De cette manière, on dispose d’un temps libre et on l’use à se forger soi-même. Cependant, ceci signifie d’abandonner les villes et leur "charme" morbide73. N'oublions pas que la Pensée continue en dehors de la détermination de l'être (qui est un de ses fossiles); ceux qui sont tombés dans ses filets dans le passé, ont été détruits et ont laisseront leur énergie Vitale afin que ce spectre se nourrisse. Tu es déterminé dans le présent. Penses, tu feras du futur ce que tu penses et voudras à partir de ton élection et décision présentes. POSSESSION ET POLITIQUE: Une autre façon très importante d’influencer la Politique à travers la Possession est l'intervention directe des finances dans la Politique. Nous avons, par exemple, le cas de César à Rome, lequel va en Égypte pour chercher l'or et le blé égyptien qui lui permettront de dominer ses adversaires. Le blé lui attirera la faveur du peuple (“panem et circenses”: pain et cirque) et l'or lui donnera l’adhésion des élites romaines corrompues.
73

Je me souviens –sortant d’une réunion philosophique, près d’une heure du matin- de voir les rues mortes et des milliers de tas de ferraille paralysés avec ces centaines de lumières congelées. Le beau Paris, un tas de choses inertes. Nous faisons vivre les choses mortes que nous désirons, en ai-je conclu!
180

La Possession.

181

Cléopatre (et le sacerdoce égyptien derrière) ils l'ont retenu plus qu’il ne fallait en Egypte, ce qui a entrainé deux conséquences concomitantes: - La première est que l’éloignement de Rome74 a rendu César impopulaire et, par conséquent, l'or et le blé sont devenus davantage nécessaires (en tant qu’éléments économiques financiers): avec le temps, ses partisans se faisaient plus distants et il devrait les retenir à travers l'intérêt monétaire ou matériel, c'est-à-dire par la POSSESSION; - La deuxième conséquence est que Cléopatre, et derrière elle le sacerdoce égyptien, menaient idéologiquement César au monisme et à l'absolutisme monarchique, lui offrant leur soutien et le convainquant de placer Rome et ses colonies (et le reste du monde à conquérir) sous un seul gouvernement (le sien et celui de Cléopatre et leur fils) et sous une même loi – cette idée uniciste se trouve déjà dans l’État Romain qui s’impose dans ses colonies mais mitigé par d’autres conceptions; elle se trouvait secrètement dans César - ce qui piquait la vanité et l'ambition de César, projet qui a finit par le tuer. Cependant, avant que cela advienne, il avait déjà rompu les derniers noeuds du Pacte romain, puisque son assassinat a semé le mécontentement général. En fait, le populisme de César et l'empire de Rome étaient déjà monistes. L'empire, en ayant “un empereur” (ou plusieurs, ex.: le premier triumvirat: Pompée, Crassus et César), ne comptait plus avec les institutions de la Res-Publica (Chose Publique), c'est-à-dire avec le pluralisme politique, mais exclusivement avec la Volonté de l’empereur (unique ou multiple). Si celui-ci était bon, comme dans le cas d'Octave: Auguste, tout fonctionnait bien dans l'État mais la Nation était réprimée de toute manière puisque les clans et les lignages ne pouvaient se manifester; et s’il s’agissait d’un mauvais empereur (Par exemple: Commode,Caligula ou Néron) alors c'était la catastrophe. Pour ce qui de cette tendance du monisme Étatique, monarchie ou tyrannie, les romains avaient déjà découvert ses failles avec Tarquin le Superbe, qui fut le dernier roi de leur antiquité. Cependant, cette tendance
Étant donné que la prodigalité égyptienne se faisait avare et ceci prolongeait la présence de César.
181
74

La Possession.

182

absolutiste est devenue plus radicale dans César et a rompu les limites acceptables de ce qui était indo-européen75de tendance LIBRE. Parce que César, avec son séjour en Egypte (et sa partique de la monarchie absolue, partagée avec Cléopatre, sur ce pays et ses domaines) et ayant ainsi entre ses mains un pouvoir total, ne pouvait qu’en être enivré, dévirtuant et s’éloignant alors de ses convictions républicaines et/ou romaines. À César, l'Egypte l'a perverti et a accentué son monisme. Le monisme clérical égyptien a gagné la partie à Rome puisqu’il y a imposé définitivement le MODÈLE et la vision (le CONCEPT) monarchique avec César, puis Marc-Antoine et pour finir Octave = Auguste, qui a gouverné Rome sans interruption pendant près d’un demi-siècle. Ceci a été possible car la société romaine avait déjà reconnu la monarchie comme un régime incontournable, en acceptant le concept de l’unique. Cependant, une fois introduite la monarchie - sans aucun contrepoids politique ni social et dépendante presque totalement des emprunts et desfinances - devaient venir plus tard les tyrans: Commode, Néron et Caligula, etc., ce qui allait préparer les conditions politiques et religieuses nécessaires au Christianisme étant donné qu’ils préludaient un écroulement morale et politique. Pendant ce temps, dans le sociétaire, les finances: les argentaris, remplissaient leur tâche dans une nécessité agrandie et des économies compliquées.De cette manière, les finances allaient en unissant l'empire à travers leurs crédits (prêts), les dettes et leurs conséquent intérêts, massifiant la consommation et l'urbanisation et formant aussi une nouvelle sociologie avec les plébéiens-patriciens (commerçants se liant par mariage avec les grandes familles). Le Christ pourra dire: “je suis le roi” étant donné qu'avec César et ses successeurs, l’unique avait déjà été introduit (dans les élites) dans l'État romain en le monocentrant de façon permanente dans ses élites et dans la forma mentis populaire – laquelle tend à l'unicité comme masse et cherche la stabilité -. Cependant, la Triade Indo-européenne continuera d’être la racine de ces cultures, résistant de la même manière que les protons maintiennent cohésionné le noyau de l'atome. Ici réside le véritable le conflit et combat. Pour résumer et conclure avec César, celui-ci a été l'introducteur presque inconscient du monisme politique: l’être, l’amon égyptien, dans
75

dans la Nation, , le pouvoir en place doit répondre de ses actes et décisions devant les grandes familles: République. Dans la monarchie ou tyrannie, la populace applaudit sans aucune explication.
182

La Possession.

183

Rome et le clergé égyptien a utilisé l'argent et l'amour avec lui; le monisme du Moyen-Orient commence à faire son chemin dans les élites politiques et l'État européens c’est-à-dire dans la Caste politico-militaire, l’érosionnant ainsi que cherchant et obéissant à la Possession (posséder même la Chose Publique). La Volonté sans intellect est aveugle. Cela démontre le bas niveau conceptif des Européens, rendus incapables de filtrer et de freiner la scorie venue du Moyen-Orient, enveloppée comme Tayllerand “dans de la soie”(D’après le mot de Napoléon se référant à celui-ci: “Un tas de fumier enfoui dans un bas de soie”). Les argentaris (= financiers) se sont introduits, à travers les grandes propriétés ou les fermes, dans toutes les régions de l'empire en se chargeant de prélever les impôts au nom de l'État auquel ils prêtaient, alliés en une Proto-Caste financière, des sommes colossales. Le détail est qu’en prélevant les impôts aux populations régionales, ils les dépennaillaient et amassaient des fortunes colossales avec des intérêts, utilisant la prison, répression, etc. (moyens que leur proportionnait l'État romain pour qu’ils se fassent payer). Il étaient, en plus de cela, épaulés par le sceau de l'État, ce qui introduisait la méfiance dans ces populations en relation aux institutions romaines, et avec cela l'immoralité et la corruption étendaient leurs domaines. Nous avons affaire à une attaque concertée, presque comme si elle venait d'un autre monde en raison de son implacabilité anti-humaine. C’est une possibilité qui n’est s’ailleurs pas à exclure dans les analyses générales. Les finances, où qu’elles pénètrent, apportent avec elles une logique quantitative qui détermine toutes les institutions, lesquelles perdent leur sens qualitatif: seule demeure une apparence de celles-ci. Cette logique quantitative s’étend comme une structure fondamentale dans le processus technique- scientifique et elle oblige les sciences à devenir un discours scientifique sans qualité propre: “dans la science, le quantitatif est essentiel, la science est une question quantitative”, disait un scientifique de renom franco-canadien76. Cependant, le quantitatif a été introduit par Pythagore: “le nombre gouverne l’univers"; en occident, Platon a donné les formes aux nombres et ces deux éléments ont conduit les sociétés
76

Hubert Reeves, dans son livre : « Patience dans l’azur ».
183

La Possession.

184

guerrières européennes à la recherche de la stabilité, laquelle entraine à son tour une mentalité et société de commerçants-financiers; ceux-ci ont besoin de la paix pour leurs activités d'exploitation, commerce ou vampirisation animico-vitale. Par ailleurs, les nombres peuvent être utilisés pour voir le monde à travers un écran et/ou pour contrôler, modeler et posséder les sociétés humaines; ces dernières ont besoin à leur tour d’un Ordre Cosmique dans lequel on peut facilement confondre un ordre mathématique, dans l'APPARENCE. Les nombres possèdent également une froideur funéraire, étant totalement dépourvus d'émotions comme leur cause et résultat; même chose avec la FORME creuse. Tout cela permet une politique terrifiante qui ne peut être détruire qu’en étant implacable. Ce qui vient d’être dit, en plus d’être une consigne, constitue une vérification de la réalité, par conséquent, méditons! et agissons en conséquence et en conscience. Les nombres servent également pour mesurer les POSSESSIONS: leur extension, leur volume, leur “valeur” ou mieux dit: leur PRIX. Cependant, en tant qu’entités ou prototypes, elles sont VIDE et si la Volonté qui les utilise est pervertie; ils se pervertissent dans leur structure, application et résultat. Dès lors, rien n’est neutre pour la Volonté. Le quantitatif, les nombres, sont des instruments de la Volonté. Les nombres servent aussi à cacher la Volonté financière qui les manipule. Pour le géographe portugais ou Espagnol des débuts de l'âge moderne, les nombres lui étaient utiles dans ses calculs mais il ignorait que le financier les a utilisés des millénaires plus tôt, tant aux nombres comme à lui-même. Dans le monisme, le discours égalitaire cache une in-égalité irrémédiable, incorrigible et fatale et ceci parce que l’unique compartimente les groupes l'ethnico-culturels et/ou sociaux et il les laisse dans cette situation inchangée et confuse. Nous allons faire une citation de notre thèse du doctorat: “Théorie de la Connaissance et Ethnologie" (Paris, Jussieu, faculté d'Ethnologie, Anthropologie et Science des Religions, 1988) pour montrer que la Conception nous libère á différence du Lingual moniste, de l'unique et ses masques, lesquels nous introduisent et déterminent dans le chemin de la
184

La Possession.

185

POSSESSION, la descente et la dissolution; la Conception, au contraire, je le repéte, nous conduit par la voie du DÉTACHEMENT, du nonintéressement et de la véritable action créatrice et détachée, á la Liberté. Ceci permet également 1'action sur soi et en SOI; il s'ensuit le développement des facultés internes psychiques ainsi que celui de 1'aptitude et de la Liberté personnelle et réelle. Donc, de la même façon que 1’être ou dieu te submerge dans les ténèbres, dans1'inertie et la grossiéreté de la matière dense á travers la Possession, la Conception et l'exercice des facultés adéquates qu'elle implique, t'enmène, à travers la pratique du conséquent détâchement, á la Vérité, la Liberté et au Bien Agir. Ceci engendre á son tour la PUISSANCE et cet état d’âme que 1'on nomme la félicité. En concevant et en agissant en conséquence, tu feras du bien à autrui par des décisions correctes. Donc, concentres-toi! penses et conçois; Veux et Agis pour que tes conceptions se réalisent. Dans l'enceinte spirituelle du concept, nous trouverons les liens qui nous attachent et propulsent dans l'Évolution. A continuation, la citation sous-dite nous montreras une partie de nos développements philosophiques dans lesquels nous démontrons 1'Évolution de ce corpuscule de 1'entendement qu’est le Concept et que nous désignons comme le NOYAU du tissu ou des réseaux de la Culture ou comme le noeud des liens culturels. Ainsi ,si la Conception est active, la Culture sera vivante et la spiritualité forte et profonde; si la Conception est rachitique, la Culture sera éffilochée, corrompue et dépourvue de spiritualité, la société: décadente. Le Lingual moniste fait paraître tout parfait. La logique androgyne couvre la pourriture avec une mante de que "tout va bien", bonté et bienvaillance apparentes, et la répression sous toutes ses formes oblige à accepter que: “Tout va bien.”

185

La Possession.

186

Et non! Imposes-toi , luttes pour la vérité qui est LIBERTÉ 77; cette lutte commence en toi par la Conception; ne crois plus à toutes ces niaiseries de l'unique et ses tromperies; penses et veux la VÉRITÉ de ce que tu penses; n’imagines pas ni ne t'illusionne point que tu es libre, sois-le réellement en luttant; agis et efforces-toi dans la voie de la Réalité; laisses les sots se tromper par des illusions; concevoir te mène à la Connaissance et à la Puissance comme individualité; la société est le groupement d'individus. LA VRAIE POSSESSION ET LES POSSESSEURS ILLUSOIRES: Il existe les possessions financières et commerciales. Elles ont une certaine réalité - puisque ce sont des institutions qui fonctionnent avec l'argent sont et celui-ci renouvelle et capture continuellement l’assentiment mais il existe également les employés qui disent: “Nous n'avons pas tel produit,... je n'ai pas reçu tel autre... en pouvons-nous vous aider? etc.. " Et ces personnages constituent un tout petit engrenage dans une chaîne commerciale immense. La Valeur ou le courage peuvent être exprimés comme une force animique (qu’alimente la Volonté) d’assumer spontanément une confrontation. Ceci peut être un acquis personnel ou familial dans un individu. Il peut être aussi le produit d'une conscience de la confrontation comme quelque chose de imparable. Le courage peut être: ne pas connaitre la peur en premier cas ou la dominer jusqu’à un certain point, dans la mesure où le danger grandit, et alors on s’enfuit. Il peut être également le sacrifice inconscient qui se fait à long terme comme dans le cas du producteur ou du mercenaire dans les labeurs à haut risque, par exemple. Le courage peut être aussi le sacrifice immédiat inconscient pour une idéologie ou dogme, religion, État, etc., qui exige le sacrifice.
77

Non pas le nom ou parole Liberté, présent dans tous les batiments publiques en France et qui n'existe réellement nulle part.
186

La Possession.

187

Cependant, toutes ces expressions n'impliquent que des facettes du courage (Valeur et Vaillance). Le concept total du courage est la conscience profonde de l’inexorabilité d'une confrontation totale et qu’il est inutile d’esquiver ou de fuir le combat étant donné que l'adversaire ne peut pas non plus le faire. Le combat est la seule et dernière manière de résoudre le conflit, de briser les barrières pour avancer dans l'évolution de soi ou externe, ou dans les deux en même temps. L’imposition de la Valeur des producteurs78 a fait disparaitre ce courage, qui est le produit de la conscience et qui échappe à la sécurité et stabilité du producteur. Le courage conscient est de savoir que toutes les avances réelles, commençant dans l'ordre naturel et finissant dans l'esprit, doivent être assumées comme des avances dans l'incertitude et l’Inconnu; qu’il faut avancer et qu’il est inutile de contourner, esquiver ou fuir les obstacles: ceux-ci grandissent et réapparaissent, plus grands. Cela implique aussi de savoir que l’on ne peut pas affronter les obstacles tête-baissée, comme un bouc, mais en pensant et en voulant toujours les résoudre de manière conciente. Cette conscience provient d'une connaissance des causes du conflit, des intérêts de l'adversaire, ses forces et ses faiblesses, ses ressources potentielles ainsi que ses recours et conduites probables lorsqu’il sera annulé ou contrecarré. Nous devons aussi nous connaitre nous-mêmes. Concernant l'argent qui devient pouvoir (Phases: création - légitimation convertibilité internationale): le fait que chaque individu travaille en croyant que l'argent lui donne du pouvoir fait que cet argent se valorise avec ces efforts investis dans sa persécution et obtention, efforts qui sont vampirisés par l'argent et le financier. Dès lors, d’une illusion qu’il était, il devient une réalité pour ceux qui croient dans la réalité de son pouvoir. Le financier qui se trouve derrière, lui, sait que c'est une fiction qui s’alimente de l'énergie de ceux qui croient en elle. L'ÉTAT ET LA POSSESSION:

78

“Le vaillant tailleur” des contes bourgeois.
187

La Possession.

188

L'État financier (c'est-à-dire articulé d'après les intérêts de la Caste financière hébreu ou hébraïsée) est une sangsue géante, parasite de la Nation et de la société qu’il vampirise. Cet État organise toutes les tâches d’utilité publique (routes, voies ferrées, écoles - usines de producteurs -, armées et agents de police - prendre soin des banques et établissements financiers -, etc.) en fonction du dépouillement de la société, d’extraire d'elle un rendement financier, c'est-àdire le quota de vampirisation d' énergie animique-vitale. Cet État financier opère toujours en fonction de l'INTÉRÊT. La recherche de la POSSESSION est son principe organique ou sa raison d'être. Par exemple, l’Etat Espagnol qui était au service des finances pendant la colonisation d'Amérique - aidant à la décomposition et domination réalisé par l’hébraïsme lorsqu’il détruisit les ethnies locales qui tissaient la Race Rouge : fonction etnocidaire -; son or et argent (les produits agricoles comme matières premières et leur bénéfice plus tard) sont allés directement gonfler les urnes des banques Allemandes, françaises ou anglaises, italiennes ou hollandaises (qui appartenaient à la Caste financière). De surcroît, de grandes quantités de galions et navires espagnols chargés d'or et d'argent furent dérobés de vive force par les flibustiers anglais. Mais même ces belles cargaisons ont fini dans les caisses des banques hébraïques qui opéraient en Angleterre ou Hollande. En même temps qu’ils nourrissaient le fonctionnement et la croissance de l'État, ce dernier servit à l'expansion des finances dans le monde. L'État financier n'a pas d'Éthique; en lui il n'y aucune valeurs mais seulement des conditionnements. Ses principes sont POSSESSIFS. Son territoire est une propriété - le territoire est pris comme possession; par exemple: la vente de l'Alaska faite par la Russie aux USA en 100.000.000 US.Dollars, dans le siècle XIX et celle de la Louisiane par France à ce même pays - les habitants nationaux aussi. L'État terrifie la société au moyen de menaces permanentes et latentes, toujours présentes. Il est l'image de l’unique: jéhova, dieu sur terre. De par cette situation, les individus sont massifiés et la société
188

La Possession.

189

qui en résulte n’a aucune perspective éthique et évolutive, elle est confuse et brouillée, androgyne. Par la Possession, l'État considère comme propriété le territoire et il le vend, le transfert ou le perd tout comme il le ferait avec une propriété. Aujourd'hui, l'exemple de l'État et d’une grande partie de la société française nous montrent qu’ils détiennent la même vision du territoire français : une propriété. De ce fait, l'invasion d'étrangers et principalement l'occupation juive et arabe (islamique) est couverte par la lâcheté du français moyen, par l'humanisme vers l’étranger, et solidarité raciale, etc.. Mais le territoire français est considéré en fait comme une propriété qui se PERD sans espoir pour les Français. C'est-à-dire, ils leurs enlèvent leur grande MAISON, et non une conquête politique de millénaires. De la sorte, exactement comme une propriété perdue, il ne vaut pas la peine de la prendre en charge ! Le problème sera de trouver où mettre les Français comme réfugiés!... À l'intérieur des sociétés, l'État maintient le vernis d'une idéologie nationale , avec ses cérémonies vides de sens, afin de disposer de l’armée lors d'événements requérant de son intervention, suivant les intérêts coloniaux de la caste financière. Voir les centaines d'interventions de l'État britannique (Arrivant au comble de la grossière détention d'un ancien dictateur chilien ayant osé se rebeller aux finances juives) dans diverses parties du monde pendant les XVIIIème, XIXème et XXème siècles. À présent, nous voyons l'État nord-américain -et à la suite l’État anglais- Intervenant en Afghanistan avec l'excuse du terrorisme taliban alors qu’ils vont en fait derrière le gaz, le pétrole et d’autres matières premières nécessaires aux centrales d'énergies de la caste financière. Même musique en Irak et les forces nationales Iraquiennes. La Guerre contre S.Hussein (président de l'État irakien), c'est la guerre contre le propriétaire de la nation détentrice du 20% du pétrole du monde. la guerre et la conquête de l’Irak n'a absolument pas touché les puits de pétrole ni encore moins le Ministère du Pétrole! Pour les Afghans et Irakiens, le pétrole et autres
189

La Possession.

190

richesses, étaient des propriétés qui ont changé de mains... Mais maintenant, ils commencent à voir qu'ils étaient beaucoup plus que cela et faisaient partie du territoire - ensemble nutritionnel géographique, éthique politique - qu’ils signifient aliment et santé pour la Nation (perspective civilisatoire; invasion = perspective possessive!) Les États envahisseurs rapaces - parce qu'ils volent des propriétés; ils n'envahissent pas des sociétés afin de les améliorer mais de leur voler leur richesse - USA et Angleterre se répartissent les bénéfices et derrière, les vainqueurs sont les finances. Les institutions humanitaires (ONU, OEA, etc.) approuvent ces vols de façon souterraine. L'ONU avait préalablement démantelé l'Irak qui devint de ce fait vulnérable. Tout ces institutions sont au fond des moyens de comprimer ou désarticuler des forces plus ou moins organisées qui opposent résistance à la caste financière hébraïque qui projette maintenant de former un gouvernement mondial avec son roi! Un autre exemple: Avec l'Union européenne, les finances ont transformé l’Europe en un vaste ensemble de propriétés; le Territoire européen en tant que TERRITOIRE, c'est-à-dire orbite de pouvoir réel, est dirigé par la caste financière hébraïque. L’important ici n'est pas la critique mais la certification du fait que nous nous trouvons face à une conception POSSESSIVE de l'État - la conception possessive qui transforme, mute l'État en une supra institution d'absorption et drainage physiologique et vital- qui a supplanté la conception de service - conception politique d'État - républicain et même de pouvoir monarchique. Elle a laissé cette ex-conception de service comme une vitrine ou masque pour s’étendre derrière elle et décomposer par là toutes les sociétés qu’elle touche, en les rendant confuses, dissoutes et androgyne, domesticable ou destructibles à volonté. Vu le problème de cette façon, tous les États monistes sont POSSESSIFS, anti-nationaux et même anti-sociétaires, anti-humains. La chaîne Possessive: propriétaires particuliers - Firmes-États - caste financière - hébraïsme: jéhova, dieu et leur clergé, nous conduit à imaginer l’éventualité - si cette possession se poursuit vers le haut- que jéhova et son

190

La Possession.

191

clergé répondent à un autre Propriétaire qui viendrait d’un autre monde, bien que cela paraisse absurde. Cependant, c'est dans ce monde que le combat est posé et en lui que devra être remportée la victoire. LA POSSESSIVITÉ et l'inconsciente destruction répandue du climat, de la vie aquatique et terrestre, la compressivité de la main-d'oeuvre urbaine et toute la catastrophe actuelle de l'environnement, devraient nous mener à penser à cet éventualité externe car on devine en elle un secret mépris envers la Nature qui nous crée et nous soutient. L'argent est, de cette manière, un autre déguisement d'une Volonté d’annihilation implacable que seules les réponses violentes sont capables de freiner et de détruire. Novices et adeptes de la Philosophie culturelle et du Mouvement (la vie): préparez-vous, disciplinez-vous physiquement et spirituellement; Faites de l’exercice, étudiez-vous, méditez et agissez dans la Voie de La Croissance de l'Homme, de la Triade: Mâle - Femelle - Fruit. Ainsi, la Possession, dans la politique, est une force d’extériorisation (ce que nous avons vérifié dans les autres aspects, dans ce texte), qui change le cours ou orientation de la Volonté - la sortant ou déviant du Centre - et, subjugant l'Intellect, elle le délie de ses sources d'énergie et finit par l'annuler ou le détruire. Réveillez-vous, concentrez-vous et concevez; que vos actes changent lentement et sûrement cette trajectoire destructrice. Voyez derrière tout cette appareillage technique et scientifique la Volonté androgyne et ses faiblesses réelles; Avançons avec détermination dans la transformation et le devenir, de manière intrépide et sans doute. Comme conseil pratique: Étudies ces textes, seul ou en compagnie d’amis actifs; reproduis-les en grande quantité avec tes amis et distribuez-les. Formes des groupes de réflexion hiérarchisés, avec les lecteurs de ces publications et groupes d'action de la Philosophie Culturelle dans lesquels soient étudiées et aussi appliquées les doctrines et conceptions de cette
191

La Possession.

192

Philosophie dans l’Éthique, la Culture, la politique, etc.. Participes à la création théorique et/ou dans la pratique politique en formant des fronts nationaux et multi-nationaux ou auto-financiers, c'est-àdire anti-hébraïques, anti-unique, et par conséquent Pluraliste et Polythéiste organiques. Formes en premier lieu ces Fratries et plus tard l'organisation tissera ses liens avec ces actions, par contacts. Pour le moment, agis et médites, écris, prolifère et recrute. Nous constituons un courant multi-céphalique avec une Spiritualité triple, Intégrée dans le Devenir: TRIADE = MÂLE FEMELLE - FRUIT (Fils ou Fille), Devenir Intégré. Chaque lecteur de nos publications doit se transformer en une force active, créatrice, capable de déchaîner les forces de la vie, les libérant. Cela exige une tâche de convaincre, conversion et recrutement personnel d'individus actifs79; ne perdez pas de temps avec les androgynes indolents et simulateurs. Réalisez cette tâche colossale en rompant l'inertie et l'indifférence de l'androgyne et son marécage. Tu dois te maintenir véridique, clair(e), propre et discipliné(e). LE PRINCE ET LE PARTI POLITIQUE DES FORCES OPPOSÉES. À partir du XVIIe siècle, il n’y a plus d’ordres religieux d’envergure qui se soient formés. Le protestantisme est une scission du catholicisme et va continuer à se fractionner et proliférer en sectes. Les ordres religieuses ne sont plus nécessaire à l’hébraïsme. Le niveau du practicisme des européens (et des humains en général, touché par la possessivité, la manufacture ou le consumisme) imposé par l’unique, exige des organisations empiriques ou pragmatiques. De cette façon, les organisations chrétiennes sont déjà trop élevées ou spéculatives (lingualement parlant: théologie, etc) pour le niveau trop pratique, concret et réduit du psychisme humain
79

constants.
192

La Possession.

193

touché par la Possession, soumis à la pression et rabaissé par le financisme hébraïque (voir les opérations seulement avec la matière et marchandises des colonies et des villes européennes). Le parti politique agit pour l’hébraïsme comme le conducteur de la masse et le conduit 80des idéologies hébraïques juives (voir les révolutions anglaises lidérées par le parti du peuple, (le commons) marchands, artisans industriels et paysans) avec Cromwell en tête. Le parti des Lords, qui est celui de “l’aristocracie” déjà bien imbriquée de possessivité, lutte par les mêmes intérêts, de côté opposé. En France la révolution de 1789 (hébraïque comme je l’ai démontré dans “la Caste Financière”) serait préludée et réalisée par deux partis politiques: les jacobins et les girondins, tous deux, noyaux des intérêts possessifs. De ces deux courants, c’est la populaire Robespierrienne (jacobin) qui l’emporta, celle-ci étant plus utile au financisme hébreu. Le parti politique agit pour l’hébraïsme comme un “condottiere”, un conducteur et à la fois comme l’école des cadres pratiques-pragmatiques. Le parti modèle la forme-mentis “militante” –il contrôle l’activité idéologique de ses militants- laquelle va s’introduire, pénétrer et dominer l’Etat (tel est sa perspective) et évacuer la Naiton, ses valeurs et traditions moyennant le strict CONTRÔLE et CENSURE idéologique doctrinaire. Le parti est un pré-Etat mais est aussi un organe de contrôle, de domination et de “conditionnement militant”. Par ceci, le parti politique est un être et un petit Etat, sans Nation. Lui, le parti, cherche dans son essence, à être unique, hégémonique, il cherche la POSSESSION du pouvoir et l’hégémonie qui la maintient. Le parti, malgré son nom de parti, est une force hégémonique qui agit comme un tout; force qui unifie, détruit ou aplati les différences et la diversité nationale (en perspective).

80

Lui, comme parti, est conduit par l’hébraïsme.
193

La Possession.

194

Le parti politique est un noyau volitif moniste et pratique où toute spéculation sérieuse ou conception profonde est interdite automatiquement et spontanément. Seule l’action, presque grossière, compte dans son sein –malgré les intellectuels que Gramsci lui attribue et veut conquérir pour lui-. Machiavel attribue au PRINCE (le troisième inclus entre les forts et les faibles (l’aristocratie et le peuple) certains éléments qui préfigurent le parti politique. Mais le Prince est (dans l’ésotérisme machiavélique) un noyau qui cherche réunir le peuple italien et l’élite pensante d’Italie et qui tache, avec ses penseurs et acteurs, de s’inscerrer dans les traditions, coutumes et mythes, autant florentines qu’italiennes et même du rest de l’Europe. Ainsi nous comprenons d’où proviennent ses multiples exemples, de traditions et de méthodes politiques et culturelles indo-européennes non pas sémites hébraiques. En ceci le Prince de Machiavel (théorisé et pratiqué-en moindre mesure- aujourd’hui) est national et pluraliste, non pas moniste ni hébreu. Les jésuites utilisèrent secrètement la doctrine de Machiavel en même temps ils le critiquaient et le poursuivaient en raison de son pluralisme. Le Prince cherche à conquérir ou constituer un Etat, mais au service de la Nation. La preuve de ceci est que Machiavel cherchait l’unification de la Nation italienne, que l’église a toujours divisé, et donne au Prince cette mission; son domaine est aussi le domaine de la Nation. Lorsque Machiavel conseille de maîtriser l’effort, cela signifie de dominer leur possessivité, leur ambition possessive personnelle afin de les obliger â accepter la justice et l’EQUITE, au faible pour l’emmener à évoluer. Si le Prince s’appuit seulement sur les FORTS, ceux-ci –par la possessivité ambiante qu’a instauré le financisme hébreudeviennent possessifs et appropiateurs, exploitant alors les faibles. Ces derniers se transforment, par conséquent, en esclaves, n’y ayant pour eux ni d’Evolution ni de Liberté possible. En revanche, si le Prince s’appuit uniquement sur les FAIBLES, sans le contrepoids des FORTS, il ne peut faire autrement que de suivre leurs tendances, sans compter le fait qu’ils sont
194

La Possession.

195

appuyés et contrôlés par l’hébraïsme; le ressentiment termine dès lors par être l’objectif politique. Le Prince est (et doit rester) la FORCE SYNTHESE: “condottiere” et organisateur des forces sociales. Il doit donc s’appuyer sur le peuple qui garde et corporise les bonnes coutumes et retient la possible corruption des Forts. Il doit aussi s’appuyer sur les FORTS qui corporisent et incarnent à leur tour les mythes et traditions ainsi que l’organisation clanique. Ils constituent également la NATION. Le parti politique est un noyau volitif moniste qui est structuré par une idéologie en général hébraique et cherche à noyauter la masse amorphe afin de la manier dans le sens de l’unique: être, jehova, dieu, matière, etc., divinisé comme nécessité. Voyez les partis: socialistes, communistes, populistes, etc., sont tous projectés vers la Possession et dominés par la nécessité. Tous ces partis conduisent la masse et sont à leur tour conduits par l’hébraisme81: par son symbole et idéologies ainsi que que son financement et organicité. Les élites sont conduites par les partis dont les objectifs sont intéressés, possessifs et le symbole même de l’ordre partidaire est moniste hébraïque –même si parfois ce filtrent dans l’idéologie de ces partis des éléments indoeuropéens-. La méconnaissance de ceci a conduit le parti nazi à se séparer du germanisme, des mitologies et traditions germaniques (et même de la spéculation allemande). Ceci a presque finalement détruit la Culture germanique. Le monisme a cessé alors d’être national et a terminé par s’ocuper des partis et du pouvoir de l’Etat allemand. Hitler répondit à un de ces généraux qui le questionnait sur sa conduite de la guerre: “je suis le représentant du Parti national socialiste plus que la Nation ou de l’Etat”. Le parti ocupe toute l’attention de ces militants nazis, hébraïque sans le savoir puisque la STRUCTURE mène à cela. Tel est la force des SYMBOLES, qui noyautent l’esprit.

81

Il y a toujours des juifs présents à l’intérieur, surtout dans sa coupole ou dans la direction
195

La Possession.

196

On retrouve ce même problème chez les néo-nazis et dans le Front National aujourd’hui. Ils ne sont pas des émanations organiques d’une philosophie. Unicez-vous à nos conceptions. Pénétrez son Esprit. Ce problème sera résolu; vous changerez également de sphère. Le noyau Volitif du parti a ignoré les noyaux Intellectifs lesquels incarnent ou corporisent les QUALITÉS nationales. En rapport à ceci, je vous prie d’étudier ma Théorie de la Connaissance82 où ce problème est traité et résolu philosophiquement. Le parti ne compte pas avec les noyaux Intellectifs (et pour cette raison, est une partie qui se croit un tout, n’étant qu’UNE PARTIE). La Volonté politique du parti est uniciste-moniste, et par conséquent aveugle et bricoleuse, cherchant le pouvoir et l’hégémonie comme des fins en soi oubliant dès lors que l’objectif est l’Evolution sociétaire. De la sorte, il perd les perpectives programatiques (qui ne deviennent alors que des déclarations de bonnes intentions) et tombent dans le jeu pratique des intérêts (hébraïque puisque financier), même si ces dirigeants ne voudraient pas qu’il en soit ainsi. Nous devons retourner au concept du CONDOTTIERE au service de la Nation, ses mythes et traditions ou de plusieurs Nations réunies par un symbole racial et par des besoins POLITIQUES-ETHIQUES, non par des intérêts. Ceci doit être effectué sous la forme de blocs poly-nationaux par Volonté et des concordances mythiques théoriques indo-européennes, par exemple. Au contraire, l’Etat en soi, sans Nation, est une grotte qui s’aggrandi par la recherche de sécurité, de manière uniciste, unique et unilatérale, dominé par l’esprit hébreu qui l’utilise. IL constitu donc une entité vampire comme on peut le voir

Dont une partie importante est insérée dans la Thèse mencionnée plus haut.
196

82

La Possession.

197

aujourd’hui, utilisé simultanément comme un centre d’administration, de répression et d’obtention d’énergie. Le Prince doit avoir des perpectives Evolutives83; il s’attache au peuple (les faibles) parce que celui-ci garde les bonnes coutumes et constitue, avec son ressentiment, un contrepoids à l’arrogance des forts, auxquels le Prince doit obliger à la JUSTICE et l’Equité Ethique et Cosmique pour réaliser l’Evolution. Le Prince doit s’unir les forts (aristocracie) avec lesquels il obtient l’iniciative, la poussée et la pénétration ainsi que ses cadres politiques (élite) puisque dans l’aristocracie, perdurent les mythes, les traditions et les structures claniques de la Nation: la haute Culture, en somme. Le Prince sait que le peuple tend à l’unicité et au dogme (comme masse ignorante) et il est, par conséquent, vertical et bienvaillant avec lui. Avec les élites aristocratiques, le Prince est pluraliste. Par nos analyses et synthèses,nous voyons que Gramsci s’est trompé lorsqu’il a comparé le Prince (celui-ci, indo-européen) de Machiavel avec le parti politique, lequel est une institution hébraïque sous ces différentes formes. Les moins volitifs ou pratiques84 qui échappent aux partis sont pris par les filets des religions évangéliques, catholiques, etc, qui transmettent directement l’unique dans la forma-mentis. Gardez-vous de tous ces filets et revenez soit au concept du Prince, si vos vocations ou tendances sont politiques, ou à la Philosophie Culturelle, si celles-ci sont mystiques. POSSESSION ET TRAVAIL. Comme l’unique a inondé, envahi l'espace avec la possession, possession qui dépasse de loin le concept de nécessité, le travail est le moyen illusoire d'obtenir de l'argent pour posséder des choses.
83 84

Perpectives philosophiques. Les plus mystiques. 197

La Possession.

198

Ce travail et la psychologie possessive d'obtenir des choses, biens, etc., inhibent toute activité spirituelle étant donné qu’ils prennent possession du temps vital de l'effort de l'individu, lequel n'a ni du temps ni de l’énergie pour faire autre chose: méditer pour soi, avoir une vie de famille, militance sociétaire (afin d’améliorer son ambiance morale), par exemple. Non! Seulement travailler ou consommer; en travaillant, il n'y a pas de conception ni d’esprit s'il n'a pas été introduit dans le système possessif laboral quelque chose qui amènerait à croître intérieurement. Le système productif laboral dépend en dernière instance de la Caste Financière (lire à ce propos le “Livre de Philosophie Culturelle Nº 23”, Réédition), c'est-à-dire que la possession, commence et termine aujourd'hui dans les Finances - qui contrôlent toute la POSSESSION, même indirectement - comme système éthique politico-CULTUREL qui se déguise d'économie; ce système doit inhiber ou détruire la pensée qui pourrait le remettre en question. De là, la nécessité des intellectuels, ses accolytes, qui tissent les illusions, corrompent la Volonté et confondent la Pensée. À ceux-ci, nous avons déjà vu comment Parménides a trouvé, avec l’être, le moyen de les assugettir, les censurer et LES RÉPRIMER. Maintenant, comme tout l'espace externe à l'individu paraît occupé, envahi par le mal hébreu, l'individu qui se meut contre lui ou cherche à être Soi-Même doit d'entrée, dès le début, commencer une lutte sourde et sans quartier pour s’auto-affirmer; cela, même contre les préjugés et les passivités de ses parents les plus proches et s’étendre de cette manière à d’autres cercles, avec le risque d'être considéré fou, anti-social, etc.. Seule une discipline d’étude et physique peuvent lui donner la force nécessaire pour triompher. Il doit aussi discipliner sa PSYCHOLOGIE et ses sentiments. CITATION DE BANQUIERS (FINANCIERS) GÊNOIS ; COMMENTAIRE ET COMMENT NEUTRALISER CES MÉTHODES DE DOMINATION MONISTES ET CES PERSONNAGES CONCEN-TRATIONNAIRES:
198

La Possession.

199

Une première affirmation que nous devons méditer est que la POSSESSIVITÉ a comme corrolaire le practicisme (de basse ou nulle conception), l'extériorité – vidange de l’énergie interne au soi à l’extérieur permettant la vampirisation – la stabilité et l'intéressement - agir toujours en cherchant un propre profit ou réaliser quelque chose par la vanité ou par prestige -. Ces comportements externes conduisent à chercher des possessions ou des moyens d’action qui ne sont pas à notre portée. Cela mène soit: a) À simuler ou être faux parce que nous ne pouvons pas faire ce qu’exige la tâche figuratrice; b) Soit à chercher des moyens externes qui dépendent de personnes ou d’institutions externes qui prêteront l'argent pour acquérir ces moyens: les banques. c) Ou finalement, utiliser la fraude ou le vol pour obtenir ce que l’on désirait. "Le vol pour le luxe" d'Aristote. De toutes les façons, ces comportements possessifs sont externes et ils vident de soi. Or, une action qui ne dépend pas de soi, dépend de l'extérieur, ce qui mène à son tour à sur-valoriser les choses ou objets qui sont à l’extérieur. L'Intérieur ou l'Intériorité exigent un effort constant de Conception et Valoration de Principes: de Détachement et d'Évolution; tout cela implique abtraction. S'il n'y a pas cette Conception, les choses et les êtres sont uniquement évalués en relation avec les possessions; ceci donne un pouvoir énorme aux finances qui contrôlent la propriété et la circulation des choses par l'argent et sa manipulation. C'est dans ce contexte qu’il faut voir le pouvoir des financiers florentins. Citons à présent F. Braudel (Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XV - XVIII siécle, tome 3; Le temps du monde - p. 182.): "L'expérience génoise, trois quarts de siécle durant, a permis aux marchands-banquiers de Gênes, par le maniements des capitaux et du crédit, d’être les arbitres des paiements et réglement européens. Elle vaut la peine d'être étudiée en elle-même; c'est assurément le plus curieux exemple
199

La Possession.

200

de centrage et concentration qu'offre jusqu'ici l'histoire de 1'économiemonde européenne,celle-ci tournant autour d'un point presque immatériel.'' Commentaire personnel: Ce point presque immatériel, est la Volonté de la Caste financière localisée á Gênes. Suit e de cit at ion: ..."Car ce n'est pas Gênes qui est le pivot de l'ensemble, mais une poignée de banquiers-financiers..." (souligné par moi). Commentaire personnel: ...Encore la Caste financière... Suite de citation: "...Et ce n'est là qu'un des paradoxes de l'étrange ville qu'est Gênes, si défavorisée et qui, cependant, avant comme après "son" siècle..." Commentaire personnel: En réalité le siècle n'appartient pas à Gênes, mais oui à ses hôtes (hôtes forcés), ou plus clairement, à ses parasites et activateur pour parasiter: le noyau financier. Suit e de cit at ion: ..."tend à se glisser vers le sommet de la vie mondiale des affaires." (Fin de citation) Commentaire personnel: Si le noyau financier, ou une partie de la Caste financière, c'est logé à Gênes, ceci n'est pas dû au peu d'intérêt géographique et géopolitique qu'elle présente comme ville (apparemment méprisable) mais au niveau géofinancier. Gênes est une entrée à l'Italie, au nord d'Europe : l'Allemagne et pays baltiques, (ligue hanséatique), est liée aux Pays Bas et à l'Angleterre par la France, à 1'Afrique en passant par la Sicile et 1'île de Malte, au Moyen Orient et Orient à travers la Méditerranée et moyennant des caravanes qui traversent 1'Iran jusqu'en Mer Rouge85. En observant
85

à travers l’ Autriche, . . .
200

La Possession.

201

attentivement les ligues de commerce à l'époque de la splendeur génoise, on constate que Gênes était un point névralgique pour le flux des échanges. Ce dernier a été rompu lorsque 1'islam s'est activé dans la Turquie et quand celle-ci a interferé les échanges avec 1'Orient des financiers génois. Ceux-ci se déplacèrent silencieusement, en partie, à Amsterdam, puis à Londres. De toutes façons, bien que Gênes ait été un des axes (cet axe s'est disloqué) du centre, les financiers (ses hôtes plus ou moins forcés) ont déplacé en partie les flux des échanges et ont conservés les places acquises à travers Gênes et ses infrastructures (Sicile,etc.) ceci en rapport à la Caste Financière, 1'élite. En rapport au reste humain, au peuple, c'est la POSSESSION, la consommation et le Désir éffréné et surrexité que provoque ces urbanisations accélérées: ces déplacements de marchandises, matières premières, ces chantiers toujours actifs, ces masses concentrées et au travail, ces transports, etc. etc. Les humains ont commencé à consommer en petites quantités; l'appareil publicitaire des finances -avec les formes les plus variées ou sophistiquéess'est mis en marche pour activer le Désir et la conséquente consommation. Conséquemment á 1'activation de 1'industrie manufacturière artisanale, services, importations, etc., agrandissement de 1'Etat, la promotion de 1'éducation et la recherche des centres producteurs de matiéres premières (colonies ou compteurs sub-coloniaux) vont se développer les foires, les boutiques, etc., et vont aussi apparaître les besoins monétaires, les prêts et les intérêts, les activités financières diverses: chèques, lettres d'échanges, les billets, bons commerciaux (certif iés par les banques), etc.. ARGENT RÉEL ET ARGENT FICTIF (ou illusoire) II ne faut oublier pas que le financier est possédé par 1'esprit UNIQUE, UNICISTE moniste; ceci 1'entraine à concentrer et à vampiriser 1'énergie animico-vitale afin d'alimenter et "faire tourner" son système financier. C'est pour cela qu'il va favoriser toute politique ou culture qui conduit à cette concentration et ceci sans le moindre préjugé ou gêne affectif, éthique ni moral.
201

La Possession.

202

Comme nous pouvons le constater, les crises des finances à Gênes, Anvers, Amsterdam, Paris, Hambourg, Londres et après New-York (Wall Street) sont dans le fond les crises effectivement de surnuméraire fictif: argent illusoire ou chimérique qui surpasse la mesure du contrôlable. En rapport à ceci, nous dirons que les finances opèrent, comme tout centre de pouvoir, avec une force réelle: en masse d’argent réel-espèce (en latin: "species" = aspect, apparence), lingot d'or, etc. et un pacte castique, et avec une force illusoire -qui représente aussi ses possibilités de croissance: le capital chimérique. Par exemple: un petit industriel ou artisan demande un crédit pour monter une affaire d'exploitation de bois. Le banquier mesure le projet, ses possibilités de croissance et lui fait finalement un prêt. L'industriel met son effort et travail: cherche les travailleurs, achète des matières premières et des machines, recherche les marchés et les fabriques et asume les risques majeurs, même sa propre personne en cas de faillite (les risques de 1'industriel sont constants; les paiements qu'il doit faire au financier, aussi). Ainsi, cette explotation de bois, représente (comme des centaines d'autres produits et activités d’exploitation), la périphérie expansive de la masse d’argent du financier, qui est entre dix et quinze fois (comme dans le cas d'Amsterdam) plus étendu, plus grand que 1'argent réel du financier. Argent qui pour ce dernier n'est pas à considerer comme argent réel, mais qui lui permet d'obtenir un capital réel par moyen de prêts et d'intéréts fondés sur la confiance que suscite sa possession d’argent et ses prêts-, prêts et intérêts fictifs, basés sur du bluff puisqu'il s'agit de documents ou billets qui n'ont pas de soutien réel. Un chèque de 100 USD par exemple, de 1"American Express ou de n’importe quelle autre banque, en lui- même n'a pas de soutien réel, ce n'est qu'un papier sans valeur. Ce n'est qu'après être mis en circulation et faire le tour du monde, qu’il vaudra RÉELLEMENT les 100 USD, plus ou moins, ceci dû aux échanges et au travail qui lui donnent une valeur réelle, une subtance. Le financier utilise les possibilités de cet argent chimérique -dix á quinze fois supérieur en quantité á ses sommes du comptant (le cas cité par Braudel dans son livre "Civilisation matérielle,économie et
202

La Possession.

203

capitalisme", tome 3 p.170-181)- lequel va lui apporter des gains bien supérieur aux bénéfices que lui apportent le fait de PRÊTER de 1'argent comptant. Cet argent comptant est cependant la base réelle de ses opérations de prêts ou autres opérations financières. Cette croissance, à partir de 1'argent papier à l’argent illusoire, gonfle le processus économique, puisqu'il arrive un moment (Braudel constate que chaque dix ans à peu près à Amsterdam: 1703-1772/73 - 1780/83) ou le paiement d'échanges n'est plus possible, la chimère s'est trop éloignée du réel, le ballon éclate; la toile s'effiloche. Les marchandises en circulation et les effets du commerce et échanges se trouvent impayés, les dettes sans couverture d'espèces - puisque ils ne pouvaient pas avoir cette somme d'argent si la somme initiale du numéraire en espèces est gonflé-. Ceci est cyclique. Dans ce cas extrême, le financier ramasse alors les sommes d'argent réel comptant en or ou argent et s'en va ailleurs, laissant les villes et Nations en banqueroute, leurs économies sans sang, sans lymphe, sans énergie nerveuse; des révoltes et famines se déclenchent. Les rentes et bénéfices obtenus grâce aux intéréts extorqués avec cet argent par cet argentari (financier) sont collossales et ce dernier est le seul bénéficiaire de toute 1'activité économique en somme. Mais il a en plus réalisé une tâche secrète incommensurable -et celle-ci est sa tâche religieuse envers l'unique: être, dieu, etc.- II a mis des millions d'humains dans la situation du mono-centrisme ou monisme, dans l"UNIQUITÉ" = Vision UNILATERALE, puisque ces gens, lorsqu'ils opèrent avec la matière, les choses et ses échanges, lorsqu'ils sont pratiquement soumis au frottement avec de 1'argent et son unicité et monocentrisme pratique, ils vont s'imprégner de ses caractères et vont s'aligner et aliéner dans 1'unicité de 1'unique. A travers 1'argent, ils deviennent, sans le savoir, des monothéistes dévoués, pratiquant quotidiennement un rituel au MAL, et des êtres dissous et nihilistes; par ce fait, ils vont vers le Néant. Le financier ou la Caste Financière va stimuler le Désir et la jouissance POSSESSIVE qui fait consommer et "tourner le commerce", l'urbanisme (construction et valeur terrienne) et 1'industrie à son profit. II va aussi
203

La Possession.

204

stimuler 1'urbanisation et la concentration urbaine (puisqu'il a un énorme pouvoir politique que lui donne le maniement de 1'argent) pour disposer de la main d'oeuvre nécessaire à ses activités. Le financier peut (et le fait) conduire 1'Etat à émettre de 1'argent chimérique et celui-ci se remplira de valeur avec 1'effort-travail des nationaux. L'urbe est un centre de conditionnements massifs. Nous savons que 1'humanité actuelle ne va pas arrêter ses conditionnements de consommation; mais si quelques lecteurs de ce texte se disciplinent consciemment, cela les ferait libres du Désir et de la finance derrière lui, de la POSSESSION en somme. Ceci peut être diffusé, imité, et proliférer, ce qui pourrait, par le fait de séparer une partie de 1'humain dans le sens de 1'équilibre et 1'Ordre Cosmique, dans quelques décennies, changer beaucoup de choses dans le monde... En relation aux crises cycliques des finances, Luigi nous fait un apport à ce sujet: celles-ci servent aussi pour maintenir bas l'état social; les bourgeois, industriels et marchands apprennent avec le temps et se "défendent"; le financier provoque alors les crises et les "retournent aux enfers". Avec la division argent réel (proprement financier) et argent fictice ou chimérique, on peut voir l'image déformée des castes; Les bourgeois industriels et commerçants sont l'image des politiciens (caste politique) et opèrent avec 1'argent fictice ou virtuel chimérique; les salariés, ouvriers, employés, etc. sont l'image des producteurs; et les finances, je l'ai dit dans "La Caste Financière" sont une espèce de sacerdoce de 1'argent; elles opèrent avec de 1'argent réel. Le financier va choisir les petites villes marchandes - ou villages producteurs de: vin, cuir, bois, etc.- situées aux croisements des grandes voies de communication terrestres, fluviale et maritime pour les transformer dans ses centres d'articulation et domination financière. Afin de remplir cette tâche, il va stimuler les activités et productions qui se réalisent dans des régions parfois renfermées en elles-mêmes. Par
204

La Possession.

205

exemple: le vin ou le blé a ouvert les voies de communication ou d'échange moyennant les centres d'échange majeur, c'est-á-dire les centres oú logent les finances. Dans ces régions, malheureusement, la vision du monde, du sacré et les formes culturelles en harmonie avec les ambiances naturelles vont étre perturbées, modifiées (négativement) et même détruites par 1'introduction de la POSSESSION qui devient l'unique phénomène psychologique et culturel, reflet de l'unicité de l'être (dieu, etc.) établi dans la forma mentis populaire. Les finances, ou la Caste financière, détruisent les cultures puisqu'elles sont un phénomène culturel dissolvant (moniste, qui cherche sa domination exclusive) involutif; son expansion est celle d'un symbole disolvant: l'androgyne, l'unique. Les prêts, les structures d'action financière, les banques et les phénomènes économiques sont des agents et moyens de son action religieuse et idéologique. Le financier -la Caste financière- est conscient de sa tâche religieuse tout comme 1'a été le commerçant caravanier ou le prêteur islamique qui était obligé de prêcher 1'islam, lequel à son tour irriguait ses affaires par 1'ambiance de "sympateía" ou complicité qui découlait de sa prédication. L'argent, en concentrant toutes les expectatives en lui, se commute en jéhova ou dieu et devient -dans la pratique des humains réduits à lui- le seul objectif ou raison d'être de toute conduite et, de par 1'intéressement, la toile de fond secrète de toute réflexion ou action; ceci est dû á la confinaison (de confiner) , à 1'enfermement, circonscription et crispation mentale produite par l'unicité, par l'unique en somme: forma-mentis possessive. COMMENT L'UNIQUE (ÊTRE, JÉHOVA, IAHVÉ, DIEU, ETC.) S'INTRODUIT DANS LES PRODUCTEURS EN LES PERVERTISSANT? : À TRAVERS UNE CONCEPTION. Le concept-symbole (comme je l'ai décrit dans "la Caste Financière" et dans "l'Androgyne" -livres de Philosophie Culturelle #24 et

205

La Possession.

206

#29) s'introduit dans la relation de l'humain (de culture élémentaire) avec la Nature: dans la réflexion, le geste, le rythme, la manière et même l'esthétique de cette relation qui est diversifiée, plurielle. Mais lorsque c'est l'unique qui s'introduit, tous ces gestes et attitudes se monocentrent et mutilent. Par exemple: un paysan qui utilise la pioche pour faire un trou, pour ensuite introduir la graine dans la TERRE, réalise, pour lui-même,un acte sacré: Il doit contempler l'humidité de la Terre, sa dureté, sa réceptivité au grain (puisqu'il y a des terres non aptes pour certaines plantes) sa fertilité,etc.. Ces perceptions s'expriment ou matérialisent avant avec des RITES qui les contiennent. Ces rites ont des Dieux et des forces cosmiques derrière qui les qualifient, leur donnent des qualités. Quand 1'être ou le dieu unique (la FORME des formes) apparait, soit sous la forme-apparence ou fonctionnalité idéologique (religieuse), d'argent ou de technique (un tracteur, par exemple), ces dieux et forces plurielles (les divinités) dispariassent de l'horizon humain, donc aussi du paysan en question (pour lui, puisque de leur côté les forces cosmiques continuent d'exister). Ainsi, ce paysan a été réduit dans sa conception lorsque l'unique est entré dans sa tête. Des lors, il ne perçoit plus empiriquement les rapports subtils: il s'est réduit avec l'unicité. Il s'est éloigné de l'horizon divin, de toutes ces divinités et forces cosmiques: vibrations telluriques, atmosphériques, vitales: la vie microscopique végétale, anímale et spirituelle; des étoiles et des forces astrales qui se conjuguent dans sa réflexion, concept, geste, rythme et manière de sa relation (les rapports de cet humain avec son milieu) et la réaction naturelle -systèmes d'interpénétration reciproques- ensemble qui fait sentir l'humain baigné d'univers, agissant lui aussi. Toutes ces forces sont remplacées dans son esprit (d’humain) par cette entité unique (l'être, dieu, jéhova, etc.) intermédiaire statique et désséchée, androgyne, confuse et massifiée, et vampire par ceci de sa vitalité et énergie humaine. Car, cette momie, pour exister (il/elle EXISTE, NE VIT PAS) doit extraire l'énergie et la subtance de quelque part: le CROYANT dans ce cas. Celui-ci, à son tour, se paralyse dans la FORMA- MENTIS UNIQUE. Et ainsi son
206

La Possession.

207

esprit, qui opérait et agissait avec cette pluralité de forces-énergies cosmiques, doit alors commencer à opérer avec ce concept INTERMÉDIAIRE mutilant et parasitant qu'est 1'unique-duel, androgyne. Ce dernier (ou dernière) est réducteur, simplificateur (trop simplificateur, pour cela chimère), massificateur et pour cette raison, confusionnant et destructeur de cette pluralité (dans la Culture). Celle-ci (les dieux) est evacué de son sens et qualités (puisque l'écran de 1'unique s'interpose entre le paysan -de notre exemple mais de tout humain aussi- et la réalité la déforme face á lui. Cette évacuation est réalisé par 1'intromission systématique, tant métaphysique que psychologique, et par l’expansion progressive quotidienne, même matérielle et économique, de 1'unique, disolvant de la Vie. Celui-ci cherche continuellement á encadrer et n'accepte que ce qui est PARASITABLE et CONTROLABLE, raison pour laquelle il élimine tout ce qui ne l'est pas. Cet être (1'unique) utilise 1'énergie et initiative humaine de ces croyants en les mettant à son service, les rendant rachitiques et androgynes. Ceci, simplement en les faisant perdre, dépenser leur énergie en prières, rites et cérémonies inutiles, exempts de sens, stupides, ou vains, ou en travaillant, sans réfléchir, hors de soi en somme; au lieu que cette énergie soit utilisée à cultiver la VERITABLE SPIRITUALITÉ qui est se concevoir et s'insérer harmonieusement dans la Vie Cosmique. En outre, 1'unique (et ses organicités) a dissout les CASTES (sacerdoce, politique-militaire et producteurs); il a transformé celle des producteurs en una masse amorphe, androgynisée et leur a laissé seulement la Possession. Maintenant, en étudiant et en apréhendant de cette façon le problème, nous comprenons ainsi comment la monocratie hébraïque s'est entremise, introduite et a perforé, avec la religion de 1'unique, les producteurs (comme caste) romains en première instance et puis le reste des européens, lidérés ou dominés par Rome. Nous pouvons donc constater, par tout ce qui été précédemment analisé et medité, que 1'humanité a été transformée en une masse amorphe, sans caste (donc sans organicité propre, laquelle est continuellement supplantée par des partis, syndicats, etc. = des spectres),
207

La Possession.

208

sans objectifs ni évolution; ceci est le progrès! Masse indifférenciée, mais controlée par 1'hébraïsme à travers la culture de la nécessité et de la POSSESSION comme fausse réponse à celle-là, puisque la possession crée plus de nécessité. Ce contrôle s'exerce moyennant 1'interdiction réelle de la connaissance (surtout de SOI) qui est supplantée par la POSSESSION. De ceci découle l'attitude de 1' humain de profiter de façon désespérée, comme si les choses lui échappaient des mains au moment où il cherche à les posséder, puis le fait courrir derrière elles! Une fois introduite cette monocratie hébraique entre les producteurs (des-articulés) et le milieu naturel, avec son concept-symbole d'unique (dieu, être, jéhova, allah86, etc.), elle va pouvoir manipuler cette masse confuse et indifférenciée. Celle-ci sera ignorante pour toujours car une ILLUSION a été inculquée entre chaque individu (qui compose la société) et la réalité que vit ce dernier; sa vie sera alors pervertie. Cet individu prétend, avec cette chimère, encadrer cette réalité selon ses caprices ou envies (désirs):orgueilleux, crispé et ignorant. Mais quand, à son tour, la réalité réagit, il court se réfugier dans sa chimère: dieu, demande pardon, et continue à faire des conneries. De cette façon, il ne connaitra rien de ce qui lui arrive puisqu'il 1'interprète moyennant le PRISME d'une CHIMÈRE: l'être, dieu, etc. et le déforme par ceci. Ainsi, il devra briser cette illusion, sortir de son rêve et de 1'envoûtement de l'unique pour pouvoir vivre la réalité. De la sorte, l'unique contrôle la masse (les instincts), la Caste PolitiqueMilitaire (les sentiments) -monocentrée dans l'Etat (monarchies et pseudorépubliques) en se faisant uniciste- et le Sacerdoce (son intellect devenant moniste) -monocentré dans les églises et qui se transforme en clergé (non en des concepteurs),c'est-à-dire en des interprètes de la volonté de l'un, de l'unique et des "commentateurs" de sa "science": la théologie, discipline stupide puisque la théologie signifie:
86

Les arabes sont une autre expression de l'unique, contrôlée par la haute élite hébraïque.

208

La Possession.

209

théo = dieu = être et être = logos, donc téo = dieu et logos = être, alors théo-logie = dieu-dieu ou être-être. C'est á peu près la chimère de la chimère. C'est à l'intérieur de ce LIMBE et de niaiseries de ce type, que la pensée européenne s'est épuisée pendant deux millénaires!! Avec la monocratie ou caste hébraïque, dehors, MENAÇANTE, aidée par 1'orgueil et la vanité. Finissons-en donc avec le monocentrisme des politiciens et du sacerdoce. Nous pouvons constater, en Europe et en France principalement, que les conflits entre 1'Etat et 1'Eglise sont dans le fond épidermiques et vains étant donné que la société est, en VERITE, ailleurs, fermement et réellement, gouvernée par les finances et la CASTE MONOCRATIQUE hébraïque; ceci par le biais de la nécessité et la POSSESSION, lesquelles apparaissent comme des formes ou manières -secrètes- de CONCEPTION: manières de se relationner chaque humain avec son milieu naturel et entre eux. Cette relation est controlée et déterminée par la monocratie hébraïque par l’intermédiaire de la POSSESSIVITÉ (de la Volonté désirante) et de l'unique comme forma mentis; possessivité sur laquelle opère le système financier (visible et secret). Ce dernier est avant tout un PARASITE qui, à travers l'argent, conduit et détermine les émotions humaines selon ses besoins, les rabaissant et les faisant involuer jusqu'au point de diviniser la nécessité. C'est de cette nécessité absolue que la sucession millénaire de chamans initiés a arraché, lentement et avec grand peine, et guidé 1'humain87 depuis l'Homo-Habilis, pendant plus d'un million d'années. Nous l'avons déjà écrit: l'hébraïsme, (monisme-monothéisme) dans son imposition, a signifié, au niveau de la conscience, un recul, une involution de plus d'un million d'années pour l'humanité, et surtout une grande détérioration dans ses élites supérieures, transformées en chiens de garde. Les élites castiques disparaissent alors, devenant des fonctionnaires: les intellectuels, les politiciens, les dirigeants d'entreprise, industriels syndicalistes, etc.; en bref, tous des producteurs, sans caste, et donc masse
87

Ces initiés ont élevé la condition humaine.
209

La Possession.

210

in-différenciée vu de la perspective Conceptuelle et Ethique. Tout ceci, de bas en haut, manoeuvré par une monocratie hébraïque médiocre et bricoleuse en ce qui concerne les choses sacrées, supérieures. Si nous étudions les conflits de 1'église et 1'Etat, nous verrons que ceux-ci sont en réalité, les conflicts de deux FORMES: une d'apparence céleste: les églises avec ses fonctionnaires cléricaux; l'autre d'apparence terrestre: l'Etat, avec ses fonctionnaires. Elles représentent, dans le fond, la dualité pratique et organique a travers laquelle s'exprime 1'unique (unité=dieu) androgyne. Lire an rapport á ceci notre livre "1'Androgyne" et notre lettre de réponse à la revue "lalon Clairiére": PLURALISME - MONISME POLYTHÉISME - MONOTHÉISME La monocratie hebraïque (jéhova, l'être, dieu, etc.) introduit 1'unique (ou 1'être) dans la tête de 1'humain et se transforme en una FORMA- MENTIS déformante de la Perception (et même de la Sensorialité, avec les urbes qui en grandissant et en proliférant ses artifices, falsifient la sensation), de la Conception et de l'action humaine. Ceci se doit à que 1'unique, en se plaçant dans le sens des besoins des villes, oblige -par des moyens financiers et des intérêts privés- au gonflement de celles-ci, lesquelles deviennent alors des mégalopolis, c'est à dire de vastes espaces urbains conditionnants. Une fois entré l'hydre de 1'unique, celle-ci s'arrange -par des moyens idéologiques, politiques (et policiers), laboraux, etc.- pour que cette déviation et déformation psychologique perdure et se développe. Ceci explique ce qui a été décrit précédemment: cette continuelle intention de dévier la Pensée de la Vérité en provoquant 1'Erreur, ce qui emmène la perversion dans la conduite humaine en provoquant la MAL. Notre doctrine du Pluralisme Organique ou Integré nous enseigne à reprendre la VOIE de l'EVOLUTION HOMINALE. Pour cela, il suffit concevoir, SE CONCEVOIR, donc Penser et Vouloir faire ce qui a été pensé. Si l'on change le Concept-Symbole en SOI-MÊME, nous changerons-

210

La Possession.

211

-en le réorientant correctement- la relation de la Culture avec la Nature. Ainsi nous comprenons que les réponses aux besoins ne sont pas fondamentalement économiques ce qui nous entraîne à posséder puisque 1'économie est réseau de pouvoir de la finance dans ses structures essencielles. Ces réponses aux besoins résultent de 1'appréciation des possibilités que fait la Conception individuelle, des nécessités naturelles, et qui cree les moyens de réponse par la combinaison d'éléments naturels et sociaux, disponibles ou à disposer; ceux-ci deviennent après des moyens économiques. Ces moyens de réponse aux besoins et à la nécessité sont avant tout des réponses de la VOLONTÉ qui rassemble et combine les divers éléments présents dans la Nature qui sont ou ne sont pas culturisés. Ils sont articulés comme des moyens économiques, politiques, etc.. Le rapport est toujours NECESSITÉ - PUISSANCE. L’Intégration résout en différents plans la Nécessité par la Puissance. Qui est plus proche de la Nécessité, va résoudre le problème du besoin économiquement, en travaillant; qui est plus près de la Puissance, résoudra le problème du besoin en partant de la Puissance, en Intégrant et en régulant aussi la Nécessité. L’ANDROGYNE (COMPLÉMENT): L’Angrogyne, en tant qu’unité duale, pervertit l’amour élimine les opposés en les faisant possessifs dans leurs rapports et interactions. De ce fait, les opposés se nient mutuellement. Ainsi, le mâle est aussi femelle (principalement d’ailleurs) et la femelle est aussi mâle (surtout). Ceci renforce notre critque à Moïse et ses principaux commandements. La Possessivité implique, mélange, de la nature distincte d’un opposé à celui de l’autre et vice-versa et ceci de manière pervertie, donc possessive. L’attraction est vampire, dévoratrice ou dévorante. Une des raisons de cela (d’autres furent exprimées dans le livre nº29: L’Androgyne) est que l’amour, ou l’attraction est absolue et pure exteriorité – et
211

La Possession.

212

lorsque l’amour est seul, sans contrepoid individuel des opposés, il est uniquement cela, donc possession- et ne tient pas en compte le SOI, l’Individualité et les qualités de chaque opposé auxquelles, au fond, il nie. Voilà la force cachée du Désir de l’Androgyne unique avec apparence –formes des opposés- duale. Par l’Amour absolutisé= possession=l’androgyne=unique-dual stimule les contradictions des opposés et vampirise alors leur énergie. RÉDUCTION PSYCHOLOGIQUE UNIQUE ET POSSESSION: Lorsque le paysan, de notre exemple antérieur (et n' importe quel individu composant la société et agissant dans une activité quelconque) a perdu l'horizon des forces cosmiques (et pas seulement les étoiles et leurs opérations physiques, mais aussi les forces secrètes de la Vie et du vivant et les éléments imaginaires et psychiques qui gisent et agissent dans ces relations), forces qui prennent la forme de dieux, daimons (grecs) ou rakshasas (hindous), c'est toutes les forces psychiques et spirituelles de l'humain en question qui vont tre atteintes, inhibées, paralysées, refoulées et finalement atrofiées par manque de stimulation et activité. Cette inhibition a été crée moyennant 1'interposition de 1'écran de 1'unique (jehova, être, dieu, etc.) lequel a courcicuité, annulé et inhibé l'action de ces forces cosmiques dans le psychime humain (dans chaque individu). Ce psychime a alors commencé à se dessècher et á se décomposer par manque de stimulation supérieure. Méme 1'action interpsychique des humains entre eux a été inhibée par cette intromission ontologique et idéologique de 1'unique. Les humains se sont trouvés de plus en plus réduis à des taches pratiques grossières -celles-ci réduites à la technique, matière- au frottement et possession des objets et se sont isolés entre eux. L’économicisme, le financisme et cette paresse spirituelle généralisée, sont le produit de cette descente à la matière; descente qui mène à la recherche du PLAISIR et de béquilles et prothèses innécessaires, celles-ci résultant de 1' extériorité et du fait de rechercher á 1'extérieur: dieu et ses effets secondaires. Ce dernier va intensifier le progrès technique (par
212

La Possession.

213

la recherche d'unité et de simplification, de facilité) et va inhiber la vie psychique et aussi biologique humaine par le manque d'effort personnel. Chaque activité à ses petits mystères, mais ceux-ci constituent des méthodes de domination dans les mains de l'hébraïsme, aujourd'hui. La science et la technique sont des formes secrètes de langage: l'une, mène 1'esprit à la paresse; 1'autre, au corps à la comodité et 1'esclavage, étant donnéque chaqué objet à un prix et qu'il faut travailer pour le payer. En rapport à ceci, je me souviens d'une anecdote vécue par une administratrice associée; celle-ci me racontait qu'un de ses locataires, possesseur d'une chaîne HI-FI de mille euros, n'avait pas de lit. II lui demanda, par la suite, si elle n'en avait pas un à lui prêter; elle lui repondit alors: “Dormez donc sur votre chaîne HI-FI !” J'ai trouvé ça magnifique! Et oui!, la technique l’avait ébloui à tel point, qu'il avait acheté une chaîne HI-FI -et à un prix exhorbitant en relation à ses moyens- et n'avait pas où dormir! Autre expérience; un couple,qui sortait d'un concessionnaire, dans une voiture neuve (achetée à crédit, -ils en devaient deux-), planait, dans “sa nouvelle bagnole”. L'UNIQUE ET LE LANGAGE: Le langage est le moyen de communication entre individus. Par ceci, i1 est aussi un mécanisme d'extériorité, moyen intermédiaire d'inter-échanges. L'unique, en tant que centre Lingual, change la connexion du langage avec le Concept - le fait que les signes linguaux (les mots) aient une signification concep-tive qu'exprime á son tour una réalité naturelle- et emméne 1'individu (par facilité) 88 au langage au lieu de concevoir les forces
88

Avoir le signe -ayant reçu à travers l'éducation familiale comme un système de communication- et n'avoir le contenu conceptuel que comme une possibilité INSINUANTE de recherche, d'investigation personnelle passionée. Le signe est enseigné, depuis enfant, comme un énoncé grossier de la chose.

213

La Possession.

214

qui se trouvent derriére ees mots -mots qui sont à leur tour des signes énonciateurs du concept qui concoit, c'est á dire qui contient une réalité subjective, spirituelle du réel naturel-. L'unique place comme écran intermédiaire ou comme symbole lingual; il cherche donc à devenir le symbole du langage, par moyen de la LOGIQUE de:"l'être est et il ne peut pas ne pas être", en tant que TOTALITÉ linguale. Ce faisant, tisserand d'illusion, cet unique devient ainsi le centre faux du langage et s'approprie de 1'importance, confiabilité et nécessité du langage en s'introduisant dans la ligne du nécessaire de celui-ci -puisque le langage est nécessaire aux rapports humains, á la sociabilité - . L’unique se met donc à la hauteur de la nécessité --dans la ligne d'utilisation et de nécessité du langage- et s'approprie de son centre lingual, c'est à dire de 1' importance que lui attribuent les individus. C'est pour cette raison que Parménide dit:" dans l’être, l'acte de la pensée et l'objet de la pensée se confondent" - l'être est aussi cette CONFUSION-. Il vise ainsi à s'approprier du centre lingual (langage = entité isolée et directrice); le logos comme tisserand des illusions des gens, la logique pour pousser à la conviction, pour éliminer le DOUTE et l'esprit critique et le tromper par les mots ordonnés, convainquants! Après, au niveau pratique, on coupe les bois et l'on fait un désert, et puis l'on doit demander à dieu, à la parole, à SA PAROLE, les arbres illusoires qui ne sont plus puisqu'on les a coupés: DÉPENDANCE LINGUALE, "Au commencement était le verbe et le verbe était dieu", dit Jean.89. Autre exemple: De cette façon, si un couple contemple la Lune, il va sentir 1'envoûtement de millions d'années de son influence dans son psychime, ceci, dans le cas où ce couple se tait et vibre en silence: il jouiera alors de cette perception ancestrale et à la fois sublime. Contrairement, s'il se met à parler et à commenter ses sensations et états émotifs la magie disparaîtra et il ne restera que la structure des mots, son agitation, -le langage va déloger 1e fait intérieur- et le dessèchement des
K.Essomé disait, en rapport aux africains: “Ils leur coupent le bras et leur disent après: "Vous êtes manchot!"”
214
89

La Possession.

215

paroles; voilà jéhova, voilá l'être, voilà dieu: l'intermédiaire devenu une fin en lui-même. Le phénomène de développement psychique interne -soit animique (sentiment) ou intellectuel- produit de leur interaction (du couple en question) , synergie et synchronie avec la Lune, ne se produira pas. C'est la même chose qui arrive à notre paysan -de notre exemple antérieurou à tout autre humain dans une activité quelconque: il se trouve privé, par l'unique, des nombreux dieux qui expriment la pluralité des énergies et forces cosmiques et qui interagissent avec lui, le stimulant vers l'Evolution. Pratiquons donc le pluralisme Organique; Pratiquons la Triade Divine: Mâle, Femelle et Fruit, leur Intégration et le Devenir. Dans leurs veines vivantes, fluit la Vie qui nous fait vivre. C'est à partir de 1 'exploration dans ses incertitudes que la connaissance se fait et que s'élaborent les facultés cognoscentes : psychiques et spirituelles produites par 1'exploration . Fuyons la certitude -lingual donc- puisque la Réalité est en grande partie incertaine. et aussi ce lie de l'unique, être. Cette certitude de l'unique, croire à 1 ' unique = étre = dieu est une illusion90 qui a pour but rendre apte à la vampirisation, affaiblir. LES RAPPORTS DU SYMBOLE UNIQUE ABSTRAIT AVEC L'ARGENT: SYMBOLE PRATIQUE. Ceux-ci sont aussi les rapports de la monocratie éclésiale,(rabin,"maître", maçon,etc.) hébraique et la onocratie financière. Les deux se confondent dans 1’ethnie hébraïque et dans le symbole unique, étre, dieu, etc., unité duale. Ce que l'on perçoit, chaque fois que l'on touche 1 "uníque, ses organicités et ses actions multiples, c'est la mauvaise foi, la perversion, l'intention systématique d'induire à 1'erreur, au mal -nous l'avons deja écrit: la mal affaibli et désorganise; c'est ce que cherchent les finances (l'hébraïsme) pour vampiriser et dominer induire à se pervertir avec le masque moral; ainsi le
Croire qu’il-elle nous donne et facilite tout étant donné que tout vient de lui/elle est une illusion et en plus un mensonge infâme.
215
90

La Possession.

216

coupable (ou mieux dit la victime) sera dépendant, par la faute et la culpabilité, de jéhova, l'être, dieu, l'Etat, la loi ou la société (=masse), de façon absolue, et il sera impossibilité d'exercer ses puissances personnelles, incapable ainsi de se discipliner, d'organiser son effort dans le sens évolutif. D’où, mes questions essentielles: Ou est la Volonté?, Où va la Volonté? Chaque fois que j'étudie un intellectuel influent (F. Braudel, G.Dumézil par exemple), je sens cette "esquive", ce glissement pour ne pas affronter directement la Vérité, et même, presque une terreur de montrer de façon explicite et claire cette intention de l'hébraïsme d'induire à 1'erreur et à la perversion, d’induire à 1'affaiblissement personnel ou collectif du goï ou non-hébreu. En ceci , le juif Ravage est plus sincère, il dit directement ce qu'ils sont en train de faire, non sans une certaine arrogance, quand même!: "Le goï n’imagine pas l'ampleur de notre faute", dit Ravage. Ces intellectuels servent donc, non seulement á nous informer et aplanir certaines recherches,mais encore pour habituer à cette androgynie -laquelle, ainsi exprimée, habitué la Volonté à la perversion, petit à petit, en faisant comme si elle n'existait pas-. Cette androgynie se filtre imperceptiblement dans nos vies et pensées en corrompant ou en terrorisant; c'est pour cela que l'hébraisme publie les écrits ou livres de ces intellectuels. C'est pour cette raison que je dit dans "la Gaste Financiére" 91que: "les intellectuels sont les spectres de la Caste Sacerdotale". Je sais que certains de ees intellectuels agissent de bonne foi, que leur tâche d'adaptation psychologique au mal est parfois faite inconsciemment et qu’ils nous laissent aussi des traces et des petits cailloux insinuatifs (comme le Petit Poucet ) sur la route, mais il ne faut pas non plus ignorer les aspects négatifs de leurs oeuvres et écrits. D'ailleurs, il y a des différences de degré de tolérance entre ees intelectuels envers 1'hébraïsme: Dumézil n'est pas M. Eliade. Il faut done les étudier critiquement. Ces intellectuels sont en outre haï par l'esprit pratique hébreu (qui les utilisent) et ceci est un point en leur faveur.

91

Livre de Philosophie Culturelle N°23, mai 1994.
216

La Possession.

217

C'est pour cela que la tache de l'intellectuel, ainsi que sa Volonté, est ambivalente, pendulaire et oscillatoire; ce sont des intelectuels, non pas des Hommes d'action. Il ne faut pas leur exiger plus que leur tâche de recherche mais oui soumettre au strict examen leurs formules, études et découvertes. Ceux qui cherchent la Vérité, comprendrons ces exigences. Cette recommendation est incontournable pour nos adeptes. Elle nous enseigne aussi qu'il arrive un moment où 1'affrontement est inexorable et qu'il faut 1'asumer. Un léopard suit un phacochère, celui-ci fuit; le léopard lui frappe les hanches avec ses griffes, confiant; le phacochère sent que seul le combat peut le sauver, il fait donc volte face et contrataque le léopard; celuici s'arrête et se replie sur lui-même: il perçoit que sa PROIE est devenue un ADVERSAIRE : changement conceptuel!...Changement dans la confrontation Volitive. Le dénouement n'a pas d'importance pour la philosophie, c'est le combat qui compte. "Le samuraï sait que la mort est un fait inevitable..." -en réalité ce qui compte c'est 1'attitude face au passage- il sait affronter le moment si celle-ci s’anticipe. La Liberté, fruit de 1'affrontement, réapparaîtra à un niveau beaucoup plus elevé dans une autre vie. Le sacrifice est donc la conscience de qu'il faut combattre et vaincre la peur à la mort92. Telle sera la catapulte qui enverra à un niveau supérieur d'évolution, dans une autre renaissance! Tout cela se produit en un point qui va résumer dans un instant toute la destinée du décideur. Mais ceci n'est pas une fatalité sinon un choix. Et même le point-instant décisif est un long et lent processus. Ceci est la base de l'Ethique, la Valeur, le courage.Tu as choisis la VOIE de 1'Evolution? TU auras donc à combattre!, à lutter en Toi et Hors de Toi. La Non-possession, la Détachement, sera ton premier principe d'action; "Agir sans rien attendre", "agir pour l'ACTION elle même", ceci te libère de la chaine de tes actes, le Kharma et son déterminisme du PASSÉ.

F.Hegel dit juste: “la différence entre le maître et 1'esclave est que le maître ne craint pas la peur alors que 1'esclave, oui”
217

92

La Possession.

218

Telle est la NON-POSSESSION: Pratique-la incessament, en conçevant et en agissant en conséquence. LA POSSESSION ET LA FAMILLE: Possession du Mâle par la Femme et à l'inverse, de la Femme par le Mâle; recherche de Possession du Fruit, fils ou fille. Destruction du noyeau familial par cette possessivité; attitude systématique de vouloir posséder tout ce qui se présente. La possession semble unifier le couple par le fait d'avoir une maison, l'avoir équipée (machine à laver, réfrigérateur, etc.), avoir une ou plusieurs voitures, la maison secondaire, etc., en commun; cela semble fusionner le couple. Mais ceci est une reunión de choses, non pas de personnes. Ces objets s' interposent comme intermédiaires dans la relation du mâle et de la femelle (et deviennent, dans la relation, cette forme psychologique androgyne, cette ambiance visqueuse deja étudiée par nous). Le jouir des choses possédées et du plaisir que provoque les posséder. Mais, dans le fond cette possession, apparemment commune, divise, fracture et dissout la famille. Ainsi: 1) ou bien les comptes en banque sont de chacun -donc separés- et avec cela chacun protège son argent et veille sur lui; les biens aussi sont separés, le parallélisme des membres du couple est latent chez le notaire mais toujours présent, même dans le subconscient; c'est pour cette raison que l'on divise les objets possédés. Ces objets, comme toute chose possédée, s'hérrissent, latents (comme un combustible qui attend l'étincelle pour s'allumer) à la première ocasion de tension ou conflict et alors chacun s'en va de son côté avec ses possessions. De cette façon, le couple n'est pas une réunion de personnes sinon une reunion d'objets qui tiennent assujettis, invisiblement (avec apparence d'union), et paralysent les sexes, leur empêchant de croître ensemble; les fils font aussi partie des possessions et sont ainsi disputés. 2) Ou bien le couple a tout en commun et c'est lors d'un moment de

218

La Possession.

219

conflit que commence la SÉPARATION des biens ou de leurs fils, c'est à dire les possessions. Cette séparation existait déjà latente dans cette obsession d'avoir des objets, en apparence partagés, mais en réalité savamment et discrètement distribués, unilatéralement, ou des deux côtés ou à tous les membres de la famille dans le cas ou les fils aient grandis dans cette ambiance. Je me rappelle l'expérience d'un cas extrême de personnes qui m'ont invité à dîner: lorsque je levais la main pour prendre du pain ou n'importe quel objet, les yeux de mes amphytrions suivaient, et même indiscrètement, mes gestes, afin de regarder ce que je prennais à table! II m'était difficile de ne pas être gêné. Mais avec le temps, je compris leur déterminismes; je m'aperçu en outre qu'ils n'étaient pas une exception. La possession, devenue possessivité, est une psychologie; elle crispe et interfère les rapports fluides entre les personnes. "Beaucoup de gens (me disait une amie (S)) ne s'invitent pas parce c’est cher! On doit faire de grandes bouffes et ceci demande beaucoup d'attention! Je réponds:"il faut simplifier les rapports: amener des casses-croûtes, si nécessaire, du vin, des boissons et se rencontrer." S. : "Ceci marche avec vous, mais la grande majorité des gens se fixent dans les formes, les apparences." -"II faut bien commencer quelque part à briser ces préjugés stupides", ai-je répondu, et ceci vaut aussi pour mes lecteurs. C'est cette mentalité arriviste qui a été introduite, entre autres, dans le citoyen moyen qui a ruiné les rapports entre les gens; ils préférent se parler par téléphone ou par internet que de se voir entre eux. Retournons à la possession dans la "famille"; l'on disait qu'avec le conflit, le couple se brisait et la SÉPARATION DES BIENS surgissait -en réalité réapparaissait puisqu’elle existait déjà latente-. Ce qui est important ici, c'est que la ligne de clivage de ces intérêts possessifs dans le couple, est toujours présente dans une relation, qui dans le fond est basée et dépend d'eux; relation de possession. Les sentiments se greffent parfois par dessus, toujours précaires, conditionnés et conditionnels. Si ces couples ne se cassent pas rapidement, c'est parce que ces
219

La Possession.

220

intérêts provoqueraient trop de problèmes légaux dans la séparation et 1'on ne sait pas trop comment!... Alors ces couples-assemblages se supportent et VIVENT MAL ainsi. C’est par cette apathie, indolence ou inertie du marécage legal possessif que ne manifestent pas promptement les ruptures, qui existaient déjà comme fissures, profondes et irréparables dans le couple, opérant en fonction des intérêts. De cette façon, les sexes peuvent coexister parallèlement, sans rien concevoir, sans rien créer, apathiques, lasses et indolent, avec parfois des vies parallèles dans leurs psychologies, afin de sortir de la lassitude. En outre, les possessions permettent aux unis-parallèles d'avoir une vitrine cette même vitrine extérieure les force en général à rester ensemble pour "garder les formes"- apparence extérieure qui reflète une fausse entente mutuelle. Cette "famille" est une façade dont le noyeau est vide; elle n'est pas 1'union et la croissance ensemble sinon possession. LA POSSESSION DU FILS (OU FILLE): Celle-ci est un problème qui touche avec plus de force la femme : le fait de porter l'enfant dans son ventre durant la gestation, lui fait croire que cet être est sien, est de sa propriété. Avec le temps, au fur et à mesure que "son" enfant grandi, elle se rend compte et constate que sa POSSESSION était une ILLUSION stupide -puisque ces enfants en grandissant, s'en vont et plus la mère est possessive, plus tôt ils s'en iront!- Mais parfois cette croyance l'a emmené à prendre des décisions unilatérales, absurdes et qui provoquent: A) des séparations sans aucun sens avec son conjoint par le fait de croire que le ou les fils (ou filies) est ou sont sien(s); B) la séparation du père avec le fils ou la fille, ceci dû à la croyance de la mere d'être PROPRIÉTAIRE du ou des enfant(s); C) la réalisation d'oppression innécessaires et néfastes pour amoindrir le/les fils ou fille(s) pour les maintenir dans le cadre de 1'illusion possessive. La mère se dit:" Tu es mon fils (ou ma fille), tu dois être et faire comme je veux"; ceci mène à la diminution, amoindrissement ou aux complexes

220

La Possession.

221

psychologiques de ce ou ces fils. Cet état psychologique peut se faire définitif ou au contraire changer dans le cas ou le (les) fils (ou filles) rompt radicalement avec la possesseuse maternelle (ou parfois possesseur paternel). Enfin, le juif Revici ou Ravage a raison quand il affirme que: "les juifs ont provoqué la discorde dans la vie personnelle et collective des goïs(non juifs) et qu'ils continuent á le faire" (Présentation au congrès sioniste, New-York Magazine, 1923-24). Et ceux-ci ils l'ont fait simplement en excitant DESIR qui fomente la POSSESSION; ainsi s'est cassée la cellule basique, fondement de la société: la FAMILLE. Mais en même temps cette possessivité et désir conduit le goï (non-juif) à la consommation et là, il y a les juifs dans les affaires de tout type, dans toutes les branches rentables, dans toutes les urbes du monde occidental et leurs satellites et pas mal d'orientaux) faisant du commerce et échanges (ils font même, dans les affaires comestibles, la distridution de toxines et venins pour les rebelles à leur système: CONDUITE INTRA-SPÉCIFIQUE). Dotés de cette alliance ethnique, les juifs s'évadent du travail et vampirisent les goïs avec le bénéfice (et répriment, en passant, l'opposition), lesquels (les goïs) sont ainsi conditionnés en passant par la consommation; 1'anneau financier se ferme alors. Gardez-vous de cette SANGSUE parasite; Restreignez, limitez au minimum, dans vos vies, le concept de nécessité. Sortez du circuit des banques, chèques, traites, cartes de crédit, etc.; Utilisez lors de vos achats de l'argent liquide; quand vous partez faire vos achats faites vos listes et emmener 1'argent juste pour 1'achat prévu; ne dépensez pas de trop! L'argent, pour l'hébraïsme est votre énergie vitale et animique. En rapport à la possession des fils qui ont vécu ou vivent ces rapports intéressés, possessifs de leurs parents, plusieurs situations se présentent: 1) Les parents se séparent; les fils vont alors prendre à l'un et à l'autre: argent, cadeaux, objets désirés. Ils vont utilisé le chantage en s'appuyant en 1'un contre 1'autre parent et vice versa. Ils vont stimuler les répulsions réciproques de l'ex-couple en simulant alliances et opinions favorables de

221

La Possession.

222

l'un contre 1'autre et inversement. Se créent de la sorte des ambiances androgynes: marécages; 2) Les parents continuent ensemble mais unis par des intérêts et des choses, des possessions; le ou les fils (filies) sont élevés dans cette ambiance possessive et finissent par trouver normal que la raison de vivre est POSSEDER, et ont donc une psychologie et des habitudes possessives. II est commun d'entendre les enfants dire à leurs amis ou camarades à l'école: "j'ai ceci, j'ai cela...",etc. On dit: "Ce sont des enfants", oui, mais ils grandissent dans cette ambiance et dans celle-ci les paramètres de dépassement personnel sont: AVOIR plus: POSSÉDER. Les objets et possessions vont peu à peu prendre la place de leurs sentiments, valeurs, éthiques, moralité, de leur Volonté en somme. Ceci étant donné que leur raison de vivre sera acquérir des choses et jouir des choses possédées. Ils vont se former, conséquernment, avec une mentalité d'esclaves puisqu'ils feront de tout pour travailler ou profiter, afin de posséder demain. L'instruction scolaire et "supérieure" stimule cela: les établissements éducatifs sont en réalité des fabriques de producteurs. Cette mentalité, généralisée, tue la moralité par manque de conception et de concepteurs, de créateurs, conme c'est déjà le cas en Occident et en grande partie en Orient, là où l'hébraïsme est entré et domine. Ces enfants, puis après jeunes, deviennent, dans les deux situations, astucieux -donc tordus (hébraïsés en somme) non pas intelligent ni rationnels -puisqu'ils doivent ruser pour obtenir les choses de leurs caprices et désirs (envies93 -je préfére le mot correct: désir = deseos, en espagnol) pour pouvoir tromper et manipuler leurs géniteurs. Ces derniers les laissent faire, leur position étant psychologiquement aff aiblie par la culpabilité de leur absence.

Dans la conduite de ces enfants, les freins sont des formes; il ne peut pas y avoir en eux une moralité consciente. Les parents, dans les deux cas, cédent parcequ'ils se sentent coupables d'utiliser leur temps
Envie= envidia (vs. espagnole)= convoiter la possession de quelqu'un. le sens a été dévié par 1'hébreu pour cacher le DÉSIR , nous retrouvons donc le sens.
93

222

La Possession.

223

paternel ou maternel pour obtenir et maintenir les choses de leur standing possessif; ceci les pousse aussi à remplir les vides affectifs et de présence avec des cadeaux et de 1'argent.
Le dessèchement et la sécheresse des rapports sont arrivés à ce point! Parents: réagissez! L'hébraïsme vous a délogé de vos FOYERS. Dans ces ambiances, les affections, les sentiments réels et leurs organes psychologiques s'atrophient par manque d'activité. On finit par ne pas savoir comment s'y prendre pour les manifester, autrement qu'en rapport aux intéréts et á travers les possessions. Quel gâchis! Des millions d'années d'efforts sont ainsi rabaissés! LA DOMINATION HÉBRAÏQUE RECONNUE PAR LES JUIFS: RÉPONSE ET PROJETS: En rapport à l’écrit et déclaration, présenté dans deux articles du juif Ravage au Congrès Sioniste de New-York, Ravage dit: “Vous nous inculpez de 1'instigation de la révolution de Moscou, Supposons que nous admettons 1'accusation. Et bien, et alors? Comparé à ce que le juif Paul de Tarse a realisé à Rome, la rébellion russe n'est qu'un scandale de rue.94 "Vous faites beaucoup de bruit sur 1'influence impertinente des juifs sur vos théâtres et vos cinémas. Et bien, admettons que vos plaintes soient justes, Mais que cela peut-il bien sígnifier en comparaison avec notre accablante influence sur vos églises, sur vos écoles, votre législation et

94

Le docteur Ravage veut dire que Paul, l'apôtre des juifs, a diffusé la doctrine chrétienne dans l'Empire romain avec l'objectif d’envenimer l'Armée romaine par 1'intermédiaire de la nouvelle religion de l'amour et secouer avec cela les fondements de l'Empire. Cet acte de vengeance, il l'a réalisé avec tant de succès que le royaume mondial a été détruit en quatre-cent ans. A la Rome impériale succéda la papale, qui éleva la croyance d'une secte juive au rang de religion du monde occidental, en soumettant tous les Etats á l’influence de l'esprit juif (et pour y parvenir, elle utilisa la propre puissance romaine, rendue esclave de son symbole (N.du T.Fr.)).

223

La Possession.

224

vos gouvernements, Et jusque sur les moindres mouvements de votre monde des idées... "Supposons que les "Protocoles des sages de Sion" soient vrais et authentiques. Mais quelle importance cela a-t-il face à l'indéniable activité conspiratrice historique que nous avons accompli ?.,. "Vous n'avez pas même commencé à reconnaître la véritable ampleur de notre faute, NOUS sommes les intrus, NOUS sommes les destructeurs. NOUS sommes les subversifs.Nous nous sommes appropriés de votre monde naturel, de vos idéaux, de votre destin et nous les avons et VOUS avons avili. Nous avons été la cause ultime, non seulement de la dernière guerre, mais aussi de presque toutes vos guerres. Nous avons été les auteurs non seulement de la révolution russe, mais aussi de toutes les révolutions ayant une certaine importance, de votre histoire."Nous avons amené la discorde dans votre vie personnelle et publique. Nous continuons d'ailleurs á le faire dans actualité.. . "Nous avons changé tout le cours de votre histoire. Nous avons réussi à vous mettre sous notre JOUG comme jamais une de vos puisssnces n'a asservi l'Afrique ou l’Asie. Et tout cela, nous l'avons réalisé sans armes, sans sang ni tumulte de batailles, sans mesure de violence d'aucune sorte (?). Nous l'avons réalisé uniquement et exclusivement avec le pouvoir irrésistible de notre esprit, avec des idées et de la propagande. "Notre petit pays d'antan en est venu à être votre Terre Sainte. Notre littérature nationale est votre Sainte Bible. Une jeune juive est votre idéal de la maternité et de la féminité. Un prophète-rebelle juif est le centre de adoration de Dieu... "Prenez les trois grandes révolutions des temps modernes: la française, l'américaine et la russe; qu'ont-elles été si ce n'est le triomphe de l'idée juive de justice sociale, politique et économique. "Nous voyons avec soulagement que les goi (les non-juifs) ne reconnaitront jamais la véritable gravité de nos crimes". Ce que le juif Ravage ne dit pas, c'est que jéhova ou dieu, en déclarant la guerre à tout les autels, cultes et dieux de la Terre (dans toutes les cultures: celtes, germaniques, slaves, latines, etc., (1)), a declaré aussi la guerre à chaque individu qui croit ou pourrait croire en eux (en un ou plusieurs de ces Dieux: POLYTHÉISME) et avec ceci, la religion d'amon-iahvé-jéhovadieu (et indirectement, ceux d’ahura mazda et allah qui se relationnent à

224

La Possession.

225

travers les chiites perses et arabes, tous monothéistes) font la guerre à chaque individu ne croyant pas dans l'unique (“guerre sainte à l'impie”, dira Mahomet; c'est-à-dire la guerre à tout individu qui n'est pas dans l’être et le mettre dans le sein de dieu avec ses divers noms et masques, ou sinon: le détruir. En ceci, Mahomet est cinique dans sa guerre sainte; il dit: "II faut détruir l'impie -donc non- croyant à l'unique -, impie à qui l'on doit forcer à croire" (!!!). Disciples du Mouvement: il faut contre-attaquer cette hydre néfaste et malfaisante qui est en train de détruir l'esprit et le corps humain, en commençant par les Blancs. Les caractères et méthodes de cette guerre personalisée à chaque "impie" ou "goï" (et sélective, en commencant par les élites), donc à chaque individu ne croyant pas dans le dieu (l'unique), sont de toutes sortes: pressions financières, menaces de destruction physique, perte de travail, menaces d'expulsion dans les milieux universitaires (exemples: Ho. Ba. à la Sorbonne; Ch. V. à l'université Centrale (chili); ou E. à Jussieu), inventions de délits fictices que l’on cherchera après à faire réels pour essayer de salir (notre cas en 1983), saisies et ventes aux enchères de propriétés acquises avec grand effort et d'années de travail, moyennant l'invention de fausses dettes; finalement la manipulation dans les tribunaux, pressions aux juges, se font réelles! Tout comme des assassinats qui sont après couverts ou dissimulés avec des accidents ou maladies. Créations de maladies, avec des intoxications systématiquement organisées (par exemple: utilisations de machines à bombardements de micro-ondes de basse fréquence –comme celles employées par la police pour “brûler” littéralement les manifestants trop persistants, de nos jours-) afin de perturber le repos et de créer des tensions nerveuses artificielles ou empêcher de dormir. Une fois les maladies créées, les victimes seront mises dans des hôspitaux, et là seront paralysées, inutilisées et neutralisées; Tous les systèmes hopitaliers ont des circuits parallèles pour TRAITER les adversaires ou ennemis de l'hébraïsme. Dans ces circuits parallèles on ne

225

La Possession.

226

cherche pas guérir, on détruit95. Pour cela, disciples de 1' Intégration: ne confiez en personne; soyez machiavéliques dans toutes les ambiances que vous pénétrez. Vous allez chercher et capturer des adeptes, donc protégez-vous et raisonnez même par l'absurde si c'est nécessaire. Faites attention aux psychologues, psychanalistes et psychiatres, la mort de l'esprit guette en eux. Mais maintenez-vous dans la réalité; réduisez tout illusionisme dans vos actions; tous ces gens sont, dans l'essence, dans le fond, une bande de bricoleurs dans les choses philosophiques et de l'esprit et sont sans scrupules. Donc, mettez de côté tous vos préjugés, voyez-les tels qu’ils sont: une bande de possesseurs assassins couverts par des illusionismes. Soyez prompts, féroces, violents(si la situation 1'exige) et sauvage; mais mesurés, prudents, avisés et rusés, soyez prévenus, le méchant de F.Nietzsche sert ici, mais soyez aussi sereins, impitoyables et implacables avec ces androgynes, pervertis qui sont des vipères déguisées en moutons: faites attention á leurs crocs - et en rapport aux juifs, en utilisant une formule de Léopardi: "instrumenti ciechi ma force non sanno" (instrument aveugle mais ils ne le savent probablement pas) - donc, ne vous laissez pas intimider. Utilisez les facteurs qui restent encore sains et propres. Les LOIS , ces vampires et escrocs ont su les utiliser (et les créer) à leurs fins. Dès lors, lorsque vous vous demandez: “J’ai le droit ou pas?”, eux utilisent les lois à leur faveur, mais il ne peuvent pas toujours le faire! Utilisez la RAISON de la LOI. Si certains de nos amis –à présent décédés- avaient été plus vigilants (selon nos consignes) ils seraient encore vivants! Ils seraient de grands guerriers philosophiques et pratiques. La VIGILANCE et la discipline maintiennent l'action vivante. Autre méthode à prendre en compte: l'apparition de nouveaux travaux et surcharge - et saturation de travail lors des activités militantes, afin de les neutraliser. L'objectif de ces constatations et de la remémorations de ces crimes n'est pas d’atteindre leur châtiment – ce qui n'arriverait pas encore par les lois actuelles - ni pleurnicher ou se lamenter -c'est une guerre et point- mais oui
Et pour y parvenir,l’hébraïsme et les juifs tentent par tous les moyens de provoquer des "accidents" qui recouvrent une série de crimes; je connais cela.
226
95

La Possession.

227

de montrer pratiquement la vraie face de l'unique, derrière ses masques. C'est la guerre, nous répétons; ainsi, Frâtres, vous devez vous protéger et vous préparer en vous disciplinant quotidiennement; soyez méfiant; -de toutes façons, ceux qui veulent faire comme si de rien n’était, sont détruits d'avance et à petit feu, chaque jour, par les finances -. Ainsi, vous savez que le masque de paix cache une vraie guerre totale et peut-être inter-spécifique, ce qui signifie à terme: destruction totale et pas seulement la domination. Paradoxe: les humains se multiplient mais sont plus rachitiques, donc plus faciles à détruire. Comme l'annonce un grand maître franc-maçon dans le film "Archives X" (titre original: "X files"): "L’on croyait que ces êtres, venus d'un autre monde, cherchaient seulement la domination, nous avons cru qu’il en était ainsi et que l'on pouvait apprendre d'eux, mais non! Ils veulent notre Terre (desertifiée) et cherchent à nous détruire". C'est un film, nous sommes d'accord, mais le scénario peut-être véridique - aujourd'hui les scénarios de films sont les débats théoriques des siècles passés et leur contenu est fiction mélée de vérités cachées par un lingual anodin - puisque les indices pullulent dans ce sens, dans le processus de dissolution genérale. Et le premier indice, c'est cette paralysie psychologique et spirituelle: le NÉANT, produit d'un état intermédiaire (androgyne) provoqué chez les gens. - c'est plus que de la peur - qui léthargise les réactions et les perceptions individuelles, agissant comme anesthésie et ceci est produit par la combinaison de: fatigue, vampirisation, lassitude, peur, suggestion massive (TV, radio, etc.), paresse, NON-FUTUR, TOXINES PSYCHOLOGIQUES, nihilisme, manque de perspectives civilisatoires (des humains) surtout, et cela est produit par l'unique -dieu et son illusionisme permanent, avec ses différents clergés -. Protégeons-nous de tous ces maux; pensez aux mouvements et à la force de la vie en concevant, en vous disciplinant physiquement, en étudiant quotidiennement et en pratiquant l’enseignement philosophique; après, recrutez et organisez...! S’il n’y a pas de résonance visible, peu importe, l’action agit en vous. Réalisez la vie en vous même, c’est déjà enorme dans le marécage général actuel! De cette manière, soyez méfiant par principe; Ayez une volonté opiniâtre, la vigilance et discipline qui permettent d’avancer dans la VOIE HOMINALE, l’éspèce homme, femme et fils; l’intégration du masculin, de la féménine et du fruit- fil en devenir.
227

La Possession.

228

Mettez-vous en mouvement, Fratres, sans crainte, en pensant en votre évolution, croissance et LIBERTÉ, qui sont concomittantes. Détachez-vous, ne possédez rien psychologiquement; si vous avez quelquechose protégez-le mais sans implications, si vous le perdez, ne vous en lamentez pas: les choses sontdes moyens de la liberté, pas plus. Si vous vous libérez, vous libérerez pratiquement beaucoup d’humains par cet acte (des proches, des amis). Occupez-vous donc du soi-même, le reste suit, s’il peut, sinon, il sera l’aliment des nouvelles pousses spirituelles. POSSESSION, AUTRES IMPLICATIONS: Définition du dictionnaire PETIT LAROUSSE: Possession: jouissance d’un bien, action de posséder. Etat d’une personne (ou d’une société –ajouté par l’Auteur) dont un démon dirige les actes” (souligné par l’A.) Voilà! La jouissance signifie implication psychologique, exercer le désir avec une chose , s’impliquer avec elle par frottement au désir de l’avoir, ce qui fait à cette personne d’être possédée. Donc, le démon qui domine la chose domine la personne. Posséder signifie être possédé par l’envie de l’argentr ou être possédé par l’envie envers une autre personne qui possède l’argent ou les biens enviés. De toute façon, c’est cette passsion négative. À force de pratiquer la Possession, les occidentaux (et maintenant beaucoup d'orientaux judaïsés) ont souffert son conditionnement. Ceci explique ce que nous avons écrit antérieurement: le changement (faussé) du concept de participation nationale (Territoire) par le concept de la Possession appliquée á des domaines distincts et même opposés. De cette manière, par la POSSESSIVITÉ, le Territoire est pris comme une propriété (collective), laquelle peut être vendue , échangée, donnée, etc., alors que le TERRITOIRE est, par essence, inaliénable et non transférible puisqu'il est cumulus de Volonté, plasmé ou déposé dans un espace géographique et ceci en général, pendant beaucoup de temps. Donc, considérer le Territoire comme une propriété, est une grossière erreur. Mais pour des sociétés habituées à voir tout sous 1’angle de la possession, petit à petit, tout prend cet aspect possessif. Attention, Frâtres!, évitez ces confusions et clarifiez autour de vous; avec

228

La Possession.

229

ceci, vous tisserez á nouveau 1’âme nationale. La possession peut-être, de plus, une excuse et un moyen commode, aisé pour qu'un individu cherche seulement à posséder à 1'extérieur et á ne pas s'occuper ainsi de son intérieur. Telle est la situation de millions d'industriels ou commerçants, dans le monde; si vous fréquentez ces milieux, vous constaterez cela. L'hébraïsme a poussé les producteurs vers la possessivité, changeant ainsi 1'organisation castique. De cette façon, lorsque le véritable effort personnel - qui est de faire évoluer le SOI et ceci en corrigeant ses erreurs et faiblesses, ses vices et pervertions réelles ou possibles- ce véritable effort alors, est evacué par la possession de richesses, laquelle va couvrir, dissimuler face aux autres ces excès, ces vices culturels ou faiblesses, lesquels sont alors crus résolus (par le moyen de la possession); cela, étant donné que la critique sociale semble les ignorer, dans la personne concernée, par les possessions (richesses) de cette dernière. Ceci est un autre signe d'extériorité de la Possession. En rapport à cela et en guise de démostration, nous citerons un clair exemple: Un ami, grand industriel, me disait il y a quelques années: "Avant, celui qui était un immoral ou un escroc, on le désignait du doigt en le rejetant des cercle sociaux de toutes sortes: club social, sports, rotary, etc.. Aujourd'hui, celui qui a escroqué et est pourri, on 1'admire et 1'imite en raison de sa richesse. Les possessions, même mal acquises, sont honorées et “nettoient” la pourriture face à 1'opinion.” “Chacun, possédant, doit croire que la richesse sans propreté personnelle interne est suffisante "..., ai-je ajouté. Beaucoup de personnes, pourtant intelligentes,que j'ai connues optaient par l'obtention de possessions et simultanément, cultivaient un nihilisme forcené et des jouissances destructives, et ils le savaient, mais c’était plus fort qu'eux! II est arrivé le cas d'un industriel réussi qui tua sa "famille" -chaques membres de celle-ci étant devenu un "rat" par la richesse- et qui après se tua lui-même: constat d'échec, c'était trop tard! Ne tombez pas dans ces excès et vices. C'est cette vision ethnique hébraïque qui engendre ces excès par 1'extériorité de sa forme-mentis possessive. N’importe ses masques et discours; c'est l'orientation extérieur: être, etc, qui compte. Remède: allez
229

La Possession.

230

dedans, vers l'intérieur: SOI; détachez-vous! et avancez dans la VOIE DU SOI-MÊME. Passions propres à la POSSESSION qu'il faut dominer: L'ORGUEIL: Il te fait croire que tu couvres, caches tes faiblesses en possédant, même ta personne, ton moi; La VANITE: la possessivité te fais croire que les choses que tu as acquises te remplissent de puissance. Ta beauté (que la maladie et la vieillesse détruisent), ton pouvoir de séduction, etc., s'ils sont présent en toi, utilises-les sans vaciller, mais cesses de te croire meilleur par ces facteurs de force; La FIGURATION: Si tu as des choses qui te donnent du pouvoir, utilises ce pouvoir pour faire le bien; fais-le discrètement, ne possèdes pas, tu serais possédé. La PEUR: la possession te mène à craindre de perdre les objets possédés et ainsi tes actions ne sont pas libres. Détaches-toi. Quand tu vas faire une distribution militante de nos publications ou un recrutement, ne demande jamáis la permission aux hierarchies ou institutions où tu vas aller; adresses-toi directement aux gens; c'est en eux que doit affleurer la conscience et s'eliminer la confusion. Fais irruption dans la situation. PRE-CONCLUSION: L'androgyne (Livre de Philosophie Culturelle # 29) a démontre la nature et les masques théoriques de 1'unique. "La Possession", s'est dédié à nous montrer ses fonctions pratiques organiques ainsi que ses masques concrets. Vous aurez trouvé apparemment répétés plusieurs fois le nom de iahvéjehova,l'être, dieu, etc.. Cependant, celles-ci ne sont pas des répétions, mais le résultat ou déroulement des activités qui partent de 1’unique (dieu) et arrivent à lui-elle- ou des activités, qu' initiées d' elles-mêmes y sont parasitées et pénétréesen route par 1'unique (par 1'unicité de 1'argent, par exemple), lequel vampirise les individus qui agissent á l'intérieur de ees activités, a travers presque toutes formes d’unicité, tuant le pluralisme animique et intellectuel chez chacun de ces individus.

230

La Possession.

231

Ce texte n'aura qu'une avant-conclusion - comme tout livre qui décrit la réalité et cherche à définir certaines orientations en elle -. D'ailleurs, une conclusion ne saurait exister tant que 1'unique existe comme force envahissante et destructrice (surtout des Blancs, mais aussi des Rouges des Noirs et des Jaunes. Dans ce que nous concluons (ce qui sera un commencement) c'est en l'imminence d'une longue guerre sans trêve, laquelle commence en SOI, mais qui doit se donner, simultanément , dehors, dans le sociétaire. L'hébraisme a laissé des marionnettes comme dirigeants politiques des Etats européens et américains (quoique aux Etats-Unis, le celtisme présente comme le fit le gallicanisme avec 1'Eglise en France pendant le Moyen-Age –une certaine résistance) il faut retirer á ces "dirigeants" cette auréole de Raison, de propreté, d'honorabilité, noblesse, etc, qui est attribuée aux éléments de l'autorité et de la hiérarchie rationnelles et nationales réelles. Ces dirigeants ne méritent pas cette CONFIANCE -apprenez à suspendre votre confiance- ni ce respect. N'obéissez qu’au mérite. Commençons par leur retirer notre assentiment et les montrer à nos amis tels qu'ils sont: des Instruments anti-nationaux introduits dans les Etats par 1'hébraïsme -voyez comment la Caste financière hébreu paie les campagnes électorales et passe après la facture aux ELUS-, par la Caste financière, la masse des votes étant manipulée puisque les électeurs suivent inconsciemment la publicité. Se méfier, et faire en sorte que d'autres se méfient, par principe, des intellectuels hébreux ou judaïsés (hébraisés); ceci en coupant -moyennant des critiques, des clarifications conceptuelles et des luttes théoriques implacables- leurs influences théoriques, morales et pratiques. Si vous opter pour la vigilance et la conscience, il est suffisant d'observer froidement la conduite des politiciens pourris (et la dénoncer a travers nos : textes), toujours tordus derriére ses apparences et les opinions écrites ou les discours des intellectuels hébraïques, pour voir la confusion et la trahison permanente. Etudiez et critiquez ces cercles de pourriture; élaborez et appliquez des plans de correction, puis capturez, en même temps, des adhérents sincères à notre cause - ceci, par la posture de concevoir et réaliser un nouveau univers culturel- éthique.
231

La Possession.

232

Nous savons que la critique est innécessaire s'il n'y a pas d'action. Entre nous, ce seront nos actes bons, nobles et détachés ceux qui créeront les moules de ce nouveau univers (á travers nos actes quotidiens) pour lequel il y a deja les semences. Poussez et pénétrez de façon intrépide dans les situations; le Devenir est ce que la Volonté decide et fait. Brisez l'inertie, l'androgynie et la torpeur -ils sont en fait la même chose et créent tous le marécage-, surmontons le maré -cage. Ce qui reste encore sain se déquantera par la pression de nos actes. Soyez intrépides, non pas fous; N'usez pas l'hardiesse sans bornes, ceci est stupide. Pénétrez en profondeur, mais avec sérénité. Utilisez 1'intelligence (et méme l'astuce, dirigée par elle) et ayez la Volonté de nettoyer tout par 1'esprit. Soyez fermes et inflexibles, mais ne vous enfermez pas dans les dogmes. La Vérité, comme la réalité qu'elle exprime, n'est pas fixe. Ayez la patience qu'exigent les grands cycles. La masse ou les opinions massives ne doivent pas vous inquiéter. Ces opinions sont des échos de la pourriture. Ocupez-vous seulement de suivre le concept et la VERITE, produits ou fruits de la conception (et de son échange et contact avec la réalité).. Si vous avez réussi une Vérité, appliquezla, la VIE vous suivra. Chaqué humain que vous aidez à sortir du marécage hébreu, est un membre d’un nouveau monde et ceci commence dans l'esprit. C'est aussi dans l'esprit que s'installe et se loge, secrètement, la pourriture96. Elle n'est visible que par de discréts signes. Le premier de ces signes est la permanente intention d'ombrager et de confondre, d'induir à 1'erreur et pourrir avec le langage: sophistique, Lingual vide et judtificateur de tout par les mots. Ceci est propre à 1'hébraïsme et aux juifs en general lesquels se justifient en parlant. Pour corriger ceci vous devez obliger, à vous-mêmes d'abord puis ensuite aux autres, á des discours véridiques, conceptuéis non pas á des mots sans sens réel, obliger á des actes propres, clairs, non pas des discours.

96

Et c’est là qu’il faut la corriger.
232

La Possession.

233

Maintenez toujours la PRESSION morale et la TENSION doctrinaire et volitive par 1'exemple et la diffusion pratique. Soyez des concepteurs profonds et disciplinés physiquement et spirituellement. Lorsque 1'hébreu ou juif te met dans un cadre de responsabilités laborales excessives pour te saturer de travail et avec ceci t'éloigner de tes activités philosophiques et de la militance, repousses-le et rejettes ce cadre; occupes-toi de 1'essentiel: le SOI MÊME. Enzo TALARICO.

233

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->