P. 1
les effets de la foudre sur l'organisme humain

les effets de la foudre sur l'organisme humain

|Views: 312|Likes:

More info:

Published by: Philippe Mukumbayi on Aug 20, 2010
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/28/2013

pdf

text

original

6

La foudre
On sait déjà depuis deux siècles que les éclairs et la foudre sont une forme d'électricité. L'origine de la foudre est en général un nuage orageux, de type cumulo-nimbus, en forme d'enclume occupant une surface de plusieurs dizaines de kilomètres carrés et ayant une épaisseur de plusieurs kilomètres. Le volume de ce nuage peut dépasser 1 000 Km3 et la masse est de l'ordre de centaines de milliers de tonnes d'eau. Les cumulo-nimbus sont constitués de gouttes d'eau à la partie inférieure, de particules de glace à la partie supérieure et se constituent à partir de courants atmosphériques ascendants dont la vitesse peut dépasser 20 m/s. Ce nuage donne un véritable dipôle électrique dont la partie supérieure est chargée positivement et dont la partie inférieure est chargée négativement. Il existe parfois aussi une poche chargée positivement à la base du nuage. Lorsque la charge électrique du nuage devient suffisante pour provoquer la rupture diélectrique de l'air, une pré décharge peu lumineuse, le plus souvent née à la partie inférieure du nuage, progresse par bonds à très grande vitesse, au hasard, en direction du sol. L'altitude de la base du nuage est d'environ 2 à 3 000 mètres. Lorsque cette pré décharge appelée traceur par bonds (stepped-leader) ou précurseur parvient à quelques dizaines de mètres du sol, à partir d'un objet quelconque faisant saillie, une pré décharge ascen-dante prend nais-sance et rejoint le canal ionisé que constitue le précurseur. La rencontre de ces deux pré décharges constitue un intense courant électrique, arc de retour (retum-stroke) qui s'engouffre dans le canal et devient très lumineux. Cet ensemble de phénomènes constitue le coup de foudre le plus fréquent de type descendant. Si des structures de très grande hauteur font saillie, par exemple en montagne, c'est généralement le processus inverse qui se produit et le traceur part du sommet de la proéminence et se dirige vers le nuage. On distingue plusieurs types de coups de foudre qui se définissent selon la polarité et la direction. Le plus fréquent est le coup de foudre descendant négatif En montagne, les coups de foudre sont souvent de type ascendant négatif. La polarité du champ électrique au sol est déterminée par celle de la partie du nuage où est née la décharge initiale [1].

Les éclairs
L'éclair peut être défini comme la manifestation lumineuse de la foudre. Quand la charge du nuage est suffisamment importante pour que le champ électrique dépasse la résistance locale de l'atmosphère, l'éclair jaillit. Au moment de la décharge, le champ électrique est de l'ordre d'un million de volts et fournit une puissance équivalente à environ 100 millions d'ampoules électriques ordinaires. Durant cette fraction de seconde, l'énergie électrostatique est transformée en énergie électromagnétique (phénomène lumineux), en énergie acoustique (tonnerre) et enfin en chaleur. Il faut garder à présent à l'esprit que l'éclair se propage dans les deux sens. Les éclairs les plus nombreux et les plus importants sont situés à l'intérieur du nuage et sont invisibles. Leur trajet semble aléatoire. En fait tout indique que les trajectoires suivent les lignes de plus grande concentration de charges.

Le foudroiement
L'action du courant électrique sur l'organisme humain est soumise à divers facteurs, en rapport d'une part avec les caractéristiques du courant et, d'autre part avec la résistance du tissu traversé. Le corps humain, debout en contact avec le sol, constitue une résistance

Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique, Contact : cspharma10@yahoo.fr, philipsmuku@yahoo.fr, 0899650501, 0995662465 Lieu de vente : bureau du CSP (à côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX Home V ch. 535. ch. 3402,

6

d'environ 200Ω . La résistance globale du sujet est la résultante de la résistance du milieu intérieur du corps et de celle de la peau. Il semble que les formations liquidiennes, vasculaires et méningées représentent des voies de moindre résistance. La résistance de la peau est conditionnée par son degré d'humidité et par la surface de contact. L'organisme et notamment le cerveau doivent être considérés comme un ensemble d'armatures et de diélectriques constituant une série de condensateurs sphériques, concentriques. Lorsqu'il y a application d'une tension trop élevée, il y a perte des propriétés isolantes et le passage du courant électrique à travers le milieu crée dans les solides un phénomène de claquage ou de percement. La foudre atteint l'homme soit directement soit indirectement [2, 3]. L'atteinte est directe lorsque le corps se trouve sur le trajet de la foudre. Quatre principaux mécanismes sont décrits et peuvent s'associer entre eux :

- Le coup de foudre direct : Le plus souvent, le voltage d'un coup de foudre est tel qu'il est dérivé en grande partie à la surface du corps sous forme d'un arc de contournement (external flashover). La différence de potentiel, entre la partie supérieure du corps et le sol, est si élevée qu'elle amorce un arc électrique dans lequel s'écoule la majeure partie du courant. Un à dix ampères seulement traversent l'organisme et ce

pendant quelques centaines de microsecondes. On peut comparer ce mécanisme à "l'effet de peau" circulation des courants de hautes fréquences à la surface des conducteurs [4]. Lorsque le gradient de potentiel est faible, toute l'intensité du courant de l'éclair traverse le corps avec des conséquences pathologiques, en fonction des organes traversés. On oppose les éclairs descendants, qui provoquent facilement un arc de contournement, aux éclairs ascendants, plus dangereux pour l'organisme humain, pour lesquels le courant d'ampérage insuffisant parcourt l'organisme durant plusieurs dixièmes de secondes avant l'éclair proprement dit. Ces différents mécanismes permettent d'expliquer les différents types de lésions rencontrées, notamment la volatilisation des vêtements et la vaporisation de la sueur par les courants de surface, ceux-ci se chargeant d'électricité de même signe que la surface cutanée, comme sur un électroscope. Les objets métalliques portés sur le corps constituent un trajet préférentiel pour le courant de foudre. Portés sur la tête ils sont particulièrement dangereux : "effet épingle à cheveux" (Kitagawa). Sur la partie inférieure du corps ils favorisent la formation d'un arc de contournement, c'est "l'effet fermeture éclair" théoriquement protecteur. - Electrisation de contact : Cas où le corps humain est en contact direct avec un élément conducteur lui même directement

foudroyé. Il s'agit d'une circonstance plus dangereuse car dans ce cas le courant traverse l'organisme. - Eclair latéral : Une personne au contact avec la terre s'abrite sous une structure conductrice (arbre, tente ...) recevant elle même un coup de foudre direct. La différence de potentiel entre le conducteur et la tête de l'individu s'élève et produit un claquage diélectrique de l'air d'où la création d'un éclair latéral suivant le trajet de moindre résistance. Les conséquences sont les mêmes que celles d'un coup de foudre direct. Ces accidents peuvent se produire à l'extérieur, mais aussi à l'intérieur (téléphone). On cite aussi les foudroiements collectifs en plein air avec propagation d'une personne à l'autre. - Le foudroiement par tension de pas : L'éclair frappe un point du sol et le courant se répartit dans le sol, dans toutes les directions. Plus la résistivité du sol est importante (roche, eau, terre), plus les courants sont intenses et se propagent loin. Une personne debout sera soumise à une différence de potentiel d'autant plus élevée que la distance entre ses pieds sera importante et qu'elle sera proche du point d'impact. Ces courants de sol sont plus dangereux pour les quadrupèdes que pour l'homme (debout), le coeur étant en dehors du trajet. En synthèse on distingue les conséquences dues aux effets électriques non thermiques sur les organes

Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique, Contact : cspharma10@yahoo.fr, philipsmuku@yahoo.fr, 0899650501, 0995662465 Lieu de vente : bureau du CSP (à côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX Home V ch. 535. ch. 3402,

6

traversés et les électrothermiques.

effets

Dans l’atteinte indirecte, on observe plusieurs mécanismes : • l'effet blast par surpression; • l'effet acoustique (120 à 130 dm) • l'effet lumineux dû à l'arc électrique; • les traumatismes indirects par chute ou projection (Paralysie transitoire ou effet de souffle).

se résoudre spontanément sinon une réanimation cardio-circulatoire est nécessaire. Dans les cas les plus bénins, il n'y aura pas de perte de connaissance et la symptomatologie se résumera à un syndrome déficitaire plus ou moins transitoire ou hyperalgique localisé. Devant la multiplicité des manifestations cliniques, nous présenterons les différents signes observés appareil par appareil [5]. Signes neurologiques : Ils sont la conséquence de différents mécanismes: • Paralysies post foudroiement: neuronoParalysies qui régressent en quelques heures sans séquelles [6]; • Lésions anatomiques dues à l'effet Joule sur le trajet du courant: système nerveux central ou périphérique; • Lésions dues aux spasmes vasculaires voire aux thromboses: paralysies ; syndromes pyramidaux, extra-pyramidaux, cérébelleux; paralysies atrophiantes spinales ; troubles neuro végétatifs. Ce sont les troubles les plus fréquents et les plus caractéristiques allant de la simple perte de connaissance de mécanisme mal connu au coma avec lésions cérébrales. L'amnésie est quasiment constante. Les troubles centraux sont en général graves et irréversibles alors que les lésions périphériques peuvent être temporaires. Un syndrome déficitaire

Clinique de la foudre
La fulguration est un accident brutal : "l'homme qui voit l'éclair et entend le tonnerre n'est pas celui qui sera foudroyé" PLINE. Immédiatement après avoir été frappé par la foudre la victime peut présenter différents tableaux : • la mort immédiate due à des lésions graves irréversibles ou à une chute post-fulguration; • un tableau d'asphyxie banale le plus souvent : la victime est immobilisée, la face et les extrémités sont cyanosées, la cage thoracique est figée, traduisant une inefficacité ventilatoire ou une véritable apnée; Un tableau syncopal: dans ce cas la victime est en arrêt ou tout au moins en inefficacité cardiorespiratoire. Le faciès est pâle, les pouls sont imperceptibles ou abolis. Cet état de mort apparente peut se prolonger de quelques secondes puis

rapidement résolutif à type de paralysie flasque ou spastique est un des éléments les plus originaux de la sémiologie neurologique. On note très souvent une hyperesthésie des segments atteints. L'atteinte des nerfs crâniens est fréquente amaurose, surdité, aphasie ou dysarthrie sont également observées. Des séquelles psychiques ont été décrites allant des troubles bénins hystériformes aux troubles graves par lésion cérébrale (démence) en passant par le syndrome subjectif type traumatisé crânien. L'épilepsie post-fulguration est par contre contestée. En conclusion on peut souligner le caractère protéiforme des atteintes neurologiques. Signes cardiaques : Ils sont moins fréquents que les signes neurologiques. Les troubles du rythme sont les mêmes que ceux observés lors de l'électrocution. Ils peuvent être également la conséquence d'une hypoxie post syncope respiratoire. Le risque de fibrillation ventriculaire est majeur s'il y a interférence entre le courant de foudre et la période vulnérable (onde T) du cycle de contraction cardiaque. Des lésions ischémiques équivalentes d'infarctus classique ont été décrites avec précordialgies, inversion des ondes T, courant de lésion et élévation enzymatique [7]. Lésions cutanées On peut observer [8, 9] • des cutanées brûlures superficielles

Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique, Contact : cspharma10@yahoo.fr, philipsmuku@yahoo.fr, 0899650501, 0995662465 Lieu de vente : bureau du CSP (à côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX Home V ch. 535. ch. 3402,

6

caractérisées par un aspect en feuilles de fougère : figures de Lichtenberg d'intérêt médico-légal. Ceci pourrait être dû au trajet du courant empruntant préférentiellement les zones cutanées les plus conductrices c'est à dire la microvascularisation. Il n'existe cependant aucune explication scientifiquement reconnue; • des brûlures plus profondes sont décrites, notamment des lésions nécrosantes à l'emportepièce au niveau des points d'entrée et de sortie avec atteinte des tissus sousjacents, musculaires et osseux , • des brûlures thermiques classiques par arc électrique et des brûlures de contact par fusion de pièces métalliques (colliers, boutons ...). Lésions oculaires De nombreuses lésions ont été retrouvées: • des lésions du segment antérieur: kératites, ulcérations avec perforation de la cornée, conjonctivites, blépharites, irido-cyclites. Des atteintes cornéennes avec lésions d'opacification évoluant vers une cataracte; • des lésions du segment postérieur : choriorétinites, œdème rétinien, hyphémas, hémorragie de la vitrée. On peut également: rencontrer

Signes auditifs : Surdité de transmission due à une destruction du tympan et de l'oreille moyenne. Plus rarement surdité de perception par atteinte directe du nerf auditif ou lésions vasculaires vestibulaires. Cas particulier : foudroiement téléphonique pouvant associer électrisation, barotraumatisme et parfois brûlure du conduit auditif externe. Autres effets : Des lésions traumatiques sont fréquentes mais non spécifiques par projection ou chute. Chez la femme enceinte on retrouve 50% de morts foetales. Enfin, les cas de myoglobinurie avec insuffisance rénale ne sont pas spécifiques et doivent être attribués à l'ischémie tissulaire par hypoxie lors de manoeuvres de réanimation tardive. Anatorno-pathologie et Histologie Il existe une certaine unité de lésions avec atteinte parenchymateuse, congestion diffuse, œdème, hémorragies, tuméfaction du tissu lymphoïde. Histologiquement on note une vasodilatation, des suffusions hémorragiques, une endothélite dégénérative et parfois une hyperplasie avec nécrose des formations gliales.

conditionnera le pronostic. Le conditionnement des brûlures est classique avec refroidissement, emballage stérile et protection thermique de la victime. La sédation et l'analgésie seront le plus souvent indispensables dans ce contexte de stress. L'hospitalisation en soins intensifs doit être systématique. Les bilans biologiques et les variations enzymatiques permettront d'apprécier la gravité des lésions internes et un bilan neurologique soigneux servira de référence au suivi clinique.

Prévention
Il n'y a pas de foudre sans cumulo-nimbus. Il faut donc être attentif aux prévisions météorologiques, surtout en montagne, en fin d'aprèsmidi et se souvenir que la foudre est attirée par les zones proéminentes du sol riches en charges positives. La surveillance météorologique se pratique à partir de stations au sol, mais également à partir de satellites Moyens techniques Paratonnerre : la protection des édifices contre la foudre est très ancienne puisque c'est au XVIIIè siècle que Benjamin Franklin a mis au point le paratonnerre. Ce dispositif comprend une tige métallique dressée verticalement au-dessus du bâtiment, parfaitement isolée et dont l'extrémité inférieure est mise à la terre. Pour bien remplir son office, le paratonnerre doit présenter une faible

Conduite à tenir en urgence
Elle n'est pas spécifique, il s'agit d'une réanimation cardio-respiratoire classique dont la précocité

• des perturbations au niveau de la vision des couleurs.

Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique, Contact : cspharma10@yahoo.fr, philipsmuku@yahoo.fr, 0899650501, 0995662465 Lieu de vente : bureau du CSP (à côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX Home V ch. 535. ch. 3402,

6

impédance d'ondes et sa mise à la terre doit être aussi peu résistante que possible (nappe phréatique). La subdivision du conducteur de descente à brins parallèles répartis autour du bâtiment et aboutissant chacun à une prise de terre individuelle est recommandée (paratonnerre de Melsens). La zone de protection d'un paratonnerre est généralement limitée à un cône ayant pour base le double de l'altitude de la

pointe. Lorsque l'on interconnecte les fils de descente du paratonnerre par des conducteurs horizontaux, on constitue une véritable cage de Faraday. On utilise aujourd'hui des paratonnerres radioactifs : ces appareils comportent un générateur de rayons Béta ou Gamma qui ionisent l'atmosphère en le rendant plus conducteur au voisinage des pointes classiques de Franklin.

Par Philippe MUKUMBAYI

Références
1. Gary C. La Foudre. Des mythologies antiques à la recherche moderne. Masson: 1994. 2. Gourbière E, Lambrozo J, Folliot D, Gary D. Complications et séquelles des accidents dus à la foudre. Rapport du Congrès Foudre et Montagne, 6-9 Juin 1994 - Chamonix Mont Blanc : 385-402. 3. Virenque è, Laguerre J. Les accidents de la fulguration. Anesthésie, analgésie, réanimation, 1986; 33, 5 :775-784. 4. Laguerre J. Les accidents de la fulguration. Thèse pour le Doctorat en Médecine, Université Paul Sabatier, Toulouse, 1975. 5. Andrews DJ, Darveniza M, Mackerras D. Lightning injury . A review of clinical aspects, pathophysiology and treatment. Adv. Trauma., 1989; 4 : 241-88. 6. Ten-Dius MJ, Klasen MJ, Reenalda PE. Keraunoparalysis, a "specific" lightning injury, 1985 12 : 54-57. 7. Dupasquier G, Freeman J. Le foudroiement. Cardiac injury due to lightning. Ann. Fr Anesth. réanim., 1986 5 : 601-604. 8. Laguerre J, Conil JM, Favarel IL Escourrou G, Brouchet A, Costagliola M, Virenque Ch. Lésions cutanées observées chez trois malades après fulguration collective. Principes du traitement local. Réan. Soins miens MED URG, 1995 , 11, 3 : 167-17 9. Rouge D, Escourrou D, Laguerre J, Conil JM, Micheau Ph, Costagliola M et al - Pour une réparation précoce des brûlures électriques : Intérêt du concept de lésions tissulaires extensives. Annals of the MBC, 1990; 3, 2: 90-94.

Actualité
L’actualité de la semaine dernière reste dominée par la célébration de la 1ère journée de la chimie analytique et la remise du prix professeur TURCOVIC à l’étudiante Sephora MIANDA. 6 brillants exposés ont accompagné cette journée dont celui du Professeur KALENDA : « apport de la chromatographie planaire dans le contrôle de la qualité

Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique, Contact : cspharma10@yahoo.fr, philipsmuku@yahoo.fr, 0899650501, 0995662465 Lieu de vente : bureau du CSP (à côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX Home V ch. 535. ch. 3402,

6

des médicaments et des aliments » ; celui de Ass. Sylvie BAMBI : « développement des nouvelles benzènesulfonylurées diversement substituées entant qu’antagonistes des récepteurs au thromboxanes A2 » ; CT NSUADI Francine : « activité vaso-relaxante de quelques plantes utilisées en médecine traditionnelle congolaise sur l’aorte isolée des rats » ; CT NSIMBA : « aperçu sur la physiopathologie des occlusions vasculaires dans l’anémie SS » ; CT THILUMBU : la problématique de la résistance bactérienne aux antibiotiques en RDC » ; CT Jean Marie LISSE : « étude de l’activité de l’EGTA sur la formation de biofilm de Staphylococcus aureus par BIOFILM RING TEST ».

public en ces mots : « Monsieur le vice doyen chargé de la recherche et doyen de la faculté faisant fonction ; messieurs les professeurs ; messieurs les membres du corps scientifique ; distingués invités ; camarades étudiantes, camarades étudiants. Que serrait l’humanité aujourd’hui sans qu’il n’ait existé de communication entre peuples, entre nations, entre tributs, entre clans Nul n’ignore que le développement d’un peuple passe par la communication. Voilà pourquoi le CSP à l’occasion de cette 1ère journée de la Chimie Analytique a l’honneur de vous présenter son bulletin scientifique hebdomadaire qui aujourd’hui est à sa 4ème publication. Cet outil va servir de communication entre étudiants d’une part, entre étudiants et professeurs et membres du corps scientifique d’autre part. Par la même occasion le CSP invite professeurs, Chefs de travaux, assistants et étudiants à partager leurs expériences, connaissances

et informations à travers ce bulletin. Je ne saurais finir sans dire merci au professeur KALENDA qui a honoré le CSP en acceptant de lui accorder la parole dans cette manifestation, je dit et je vous remercie »

Réaction de la bénéficiaire du prix prof. Dr Ivan TURKOVIC
Je remercie le professeur KALENDA initiateur de ce prix, je remercie le doyen de la faculté qui a permis à ce que cette journée ait lieu, je souhaite que des telles initiatives continuent pour encourager les étudiants à donner le meilleur d’eux même. Je remercie Mme Sylvie BAMBI pour m’avoir aidé à faire le choix de la pharmacie, je remercie aussi tout ceux qui m’ont aidé par leurs conseils aussi en m’expliquant certains cours où j’avais des difficultés je cite : Alex MUKENDI, Steve KABAMBA, Billy MBUYI, HADASSA Nancy et les autres. Que Dieu les bénisse »

Présentation du bulletin scientifique au publique
L’éditeur du bulletin scientifique du CSP a profité de cet occasion pour présenter ce bulletin au

Edition : Cercle Scientifique Pharmaceutique, Contact : cspharma10@yahoo.fr, philipsmuku@yahoo.fr, 0899650501, 0995662465 Lieu de vente : bureau du CSP (à côté du local M3 (G2 pharm)) ; Home XXX Home V ch. 535. ch. 3402,

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->