Vous êtes sur la page 1sur 50

Stéphane Moussie

Ce dossier est sous licence CC BY-SA

http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/

Les logiciels libres et open source

Dossier bibliographique sous la direction de


Christelle Rondet et Laurence Favier

version 1.1
• retouche de la couverture
• insertion du logo Creative Commons et du lien renvoyant à la licence

2
Stéphane Moussie

Résumé - Summary

Ce dossier bibliographique répertorie des monographies, des articles et des documents


multimédias traitant des logiciels libres et open source. Le but de ce dossier bibliographique est
d'exposer une méthode de recherche et de fournir une pluralité d'informations essentielles sur le
sujet.

La bibliographie est spécialisée, sélective et internationale. Les notices ont été réparties en
cinq axes, qui sont: tout d'abord les documents généralistes; puis les manuels d'utilisation et les
applications; troisièmement la dimension sociale et communautaire; ensuite l'économie et pour finir
le côté législatif.

---

This bibliographic file lists monographs, articles and multimedia documents dealing with
free and open source softwares. The aim of this bibliographic file is to expose a method of
research and provide a plurality of key informations on the subject.

The bibliography is specialized, selective and international. The notes have been divided
into five axes, which are: first of all the general documents, then the instructions manuals and
applications; thirdly social dimension and community; then economy and to finish the legislatif side.

---

Mots-clés utilisés - Keywords used


Mots-clés Keywords
logiciel software
open source open source
logiciel libre free software
logiciel open source open source software

4
Stéphane Moussie

Table des matières

I - Introduction 7

II - Stratégie de recherche 10

A - Ouvrages de références immédiates 11

B - Les catalogues 13

C - Les bases de données 23

D - Recherches sur le Web 26

E - Conclusion de la stratégie de recherche 29

III - Analyse et synthèse des résultats 31

A - Synthèse 31

B - Analyse 33

C - Perspectives 34

IV - Conclusion 36

V - Bibliographie 38

A - Générale 38

B - Les manuels d'utilisation et les applications 42

C - La dimension sociale et communautaire 45

D - L'économie 47

E - La législation 50

5
Stéphane Moussie

6
Stéphane Moussie

I - Introduction
Le XXIème siècle a marqué l’avènement des nouvelles technologies et du monde numérique
en Occident. Un des défis majeurs de ce siècle est la démocratisation de ces outils pour tous les
habitants de la planète. En effet selon Manuel Castells, sociologue spécialiste des technologies de
l'information et de la communication, « le rôle central d’Internet dans tant d’activités sociales,
économiques et politiques condamne à la marginalité ceux qui n’y ont pas accès, ou
insuffisamment, et ceux qui sont incapables de s’en servir efficacement »1.

Pour accéder à l’Internet, il faut utiliser un terminal numérique distinguable en deux


éléments: la partie matérielle, appelée aussi hardware, composée des pièces détachées de
l'appareil, et le logiciel, software en anglais, qui est l'ensemble des instructions permettant de faire
exécuter au hardware un travail donné au cours du dialogue utilisateur machine dans lequel le
logiciel fait également l'interface.

Dans les années 1980 un mouvement prônant la programmation et l’utilisation de logiciels


dits « libres » a émergé avec notamment la création de la Free Software Fondation (FSF) et le
projet GNU. La particularité du logiciel libre est que la licence du programme donne à chacun le
droit d'utiliser, d'étudier, de modifier, de dupliquer, et de diffuser le dit logiciel. Le logiciel libre
appartient à la communauté et s’oppose au logiciel propriétaire. La publication publique du code
source et la possibilité de le modifier apportent un caractère pérenne au logiciel et la mise en place
de standards possible.

L’engouement récent pour les logiciels libres qui permettent de réaliser des économies
financières et d’assurer la pérennité des données et le rôle important que pourrait jouer les
solutions de ce type dans la réduction de la « fracture numérique » mérite la création d’un dossier
bibliographique permettant à toute personne d’obtenir des informations de qualité et des ouvrages
de références. Cette bibliographie sélective, constituée de monographies et d'articles clefs sur le
sujet, débute en 2004, l'April, association française qui promeut le logiciel libre, ayant déjà réalisé
une bibliographie sur ce thème qui s'arrête en 2003.

Ce dossier bibliographique se compose de trois parties. Tout d'abord la stratégie de


1 CASTELLS Manuel, La galaxie Internet, Fayard, Paris

7
Stéphane Moussie

recherche est explicitée, puis la synthèse des résultats et l'analyse du corpus documentaire sont
exposées et enfin apparaît la bibliographie structurée par thèmes.

8
Stéphane Moussie

9
Stéphane Moussie

II - Stratégie de recherche
A - Ouvrages de références immédiates 11
B - Les catalogues 13
1 - Service Commun de la Documentation (SCD) 13
2 - Système Universitaire de Documentation (SUDOC) 13
3 - Atelier National de Reproduction des Thèses (ANRT) 14
4 - Bibliothèque municipale de Dijon 14
5 - Bibliothèque nationale de France (BnF): Bn-Opale plus 15
6 - Catalogue Collectif de France 16
7 - Métacatalogue de l’Université de Karlsruhe 16
8 - Worldcat 17
9 - Bibliothèque du Congrès (Library of Congress) 18
10 - British Library (Bibliothèque britannique) 18
11 - The European Library (Bibliothèque européenne) 19
12 - Centres d'Acquisition et de Diffusion de l'Information Scientifique et Technique (CADIST) 20
13 - Bibliothèques de l'Ecole Normale Supérieur (ENS) 20
14 - Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon 20
15 - Bibliothèque de l'Université de Technologie de Compiègne (BUTC) 21
16 - Bibliothèque de l'Université de Laval (Ariane) 21
17 - Hyper Article en Ligne (HAL) 22
18 - Institut de l'Information Scientifique et Technique (INIST) 22
C - Les bases de données 23
1 - Généralis 23
2 - Kompass 23
3 - Econlit 24
4 - Ebsco Business Source Premier 24
5 - Factiva 24
6 - PsycINFO 25
D - Recherches sur le Web 26
1 - Signets de la bibliothèque nationale de France 26
2 - Delicious 26
3 - LibraryThing 27
4 - Google 27
5 - Google Livres 28
E - Conclusion de la stratégie de recherche 29

10
Stéphane Moussie

A - Ouvrages de références immédiates

Un travail de définition du sujet, « logiciels libres et open source », est fait au préalable pour
poser les limites de la recherche. Ce travail est réalisé grâce à différents ouvrages de références
immédiates:

• Dictionnaire Le petit Larousse Grand Format 2001

logiciel: n.m. INFORM. Ensemble des programmes, des procédés et des règles, et
éventuellement de la documentation, relatifs au fonctionnement d'un ensemble de traitement de
l'information. logiciel libre: logiciel dont l'auteur a renoncé à ses droits de propriété et que chacun
peut utiliser librement.

• Dictionnaire Le nouveau petit Robert de la langue française 2008

logiciel: n.m. et adj. v1970. […] logiciel libre, dont le code source est accessible et que l'on
peut modifier, copier et diffuser en toute liberté.

• L'encyclopédie Encyclopaedia Universalis (corpus 13): encyclopédie francophone rédigée


et validée par 7000 auteurs de «réputation internationale», qui propose environ 30 000
articles, 10 000 photographies, de nombreux dessins, tableaux, schémas, cartes, et 122
000 définitions.

Elle ne propose d'entrée ni pour « logiciel » ni pour « logiciel libre ».

• L'encyclopédie Quid 2007: encyclopédie en un seul volume qui rassemble sous une forme
très condensée, souvent en style télégraphique et avec maintes abréviations, le maximum
d'informations chiffrées sur les faits les plus variés. Le Quid définit seulement le mot
« logiciel », mais pas « logiciel libre ».

• Wikipedia: encyclopédie collaborative en ligne sous forme de wiki où chaque utilisateur


peut contribuer. Il y a des articles très complets sur les logiciels libres, abordant leur origine
et leurs caractéristiques notamment, ainsi que sur les logiciels open source.

Ce premier travail de définition dans les ouvrages de références immédiates permet de


constater que le sujet est traité de façon inégale selon le support. En effet d'une part il n'y a pas
d'entrée pour « logiciel libre » et « logiciel open source » dans les encyclopédies papiers
consultées alors que d'autre part Wikipedia fournit des articles complets sur les sujets. Les

11
Stéphane Moussie

dictionnaires définissent quant à eux « logiciel libre » inexactement et ne font aucune mention du
terme « open source ».

À ce stade une difficulté apparaît: la recherche doit elle être réalisée avec ou sans le mot-
clé « open source »? En effet celui-ci est absent des dictionnaires et n'est pas exactement
semblable à « logiciel libre » selon l'article de Wikipedia. Au bénéfice du doute « open source »
sera utilisé jusqu'à ce qu'un nouvel élément vienne confirmer ou infirmer sa légitimité dans cette
recherche.

12
Stéphane Moussie

B - Les catalogues

1 - Service Commun de la Documentation (SCD)


Le catalogue général du SCD regroupe les collections de toutes les bibliothèques
universitaires de l'université de Bourgogne. En cela il s'agit d'un outil de recherche a priori très
intéressant car il donne la possibilité de voir en un coup d'oeil les ouvrages disponibles dans le
réseau de l'Université de Bourgogne et de les réserver.

- Recherche avancée:

• logiciel ET2 libre, limité aux mots du titre, entre 2004 et 2009, limité aux monographies: 7
résultats

Une monographie est référencée deux fois car elle a fait l'objet d'une réédition. Les
monographies [2] et [20] ont permis de faire le choix de garder le terme « open source », les
auteurs des deux monographies s'accordent à dire que la philosophie des logiciels libres et des
logiciels open source est la même, la différence dont certaines personnes faisant état entre ces
deux dénominations ne relevant que d'une querelle de leadership. Ce sont 5 notices qui sont
retenues dans la bibliographie: [2], [20], [53], [55], [110].

• logiciel ET open ET source, limité aux mots du titre, entre 2004 et 2009, limité aux
monographies: 1 résultat, la notice [2].

Le peu de réponse invite à étendre les recherches au catalogue collectif des bibliothèques
universitaires de France.

2 - Système Universitaire de Documentation (SUDOC)


Le catalogue du Système Universitaire de Documentation est le catalogue collectif français
réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l'enseignement supérieur et de la
recherche. Il comprend plus de 9 millions de notices bibliographiques qui décrivent tous les types
de documents (livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels,
microformes, cartes, partitions, manuscrits et livres anciens...).

Le mode de recherche avancée proposé par le SUDOC est pratique et complet. Il y a de


nombreuses catégories - auteur, titre, éditeur, vedette matière, résumé, ISBN... - permettant de
faire des requêtes précises. On peut choisir de trier les notices par pertinence, date de publication,

2 L'opérateur booléen « ET » permet de rechercher les documents contenant les deux termes

13
Stéphane Moussie

auteur ou titre ce qui s'avère pratique lors de leur consultation. On peut sélectionner le type de
publication ainsi que les établissements documentaires et un filtre offre la possibilité de limiter les
recherches par années, par pays ou par langue. Le SUDOC constitue donc un outil de recherche
très pointu.

- Recherche avancée:

• logiciel ET libre, dans les mots du titre, tous les types de documents, entre 2004 et 2009:
10 résultats

Les références [2] et [20] apparaissent encore, respectivement en double et en triple


puisque les oeuvres sont disponibles sous format électronique et avec une réédition pour la [20].
Le résultat de la recherche étant pertinent, ce sont donc 5 nouvelles notices qui complètent la
bibliographie: [76], [117], [118] [127] et [128]. 2 références, la [127] et la [128], étant des thèses,
le catalogue de l'Atelier National de Reproduction des Thèses va être consulté.

3 - Atelier National de Reproduction des Thèses (ANRT)


Ce catalogue rassemble les thèses reproduites par l’Atelier, qui reprend l’ensemble des
titres classés par thème au fur et à mesure de leur reproduction, et le catalogue « Thèse à la carte
».
Il n'y a qu'un seul outil de recherche assez succinct. il se situe entre la recherche simple et
la recherche avancée car il dispose de quelques champs permettant de paramétrer la recherche,
sans être très poussé pour autant.

- Recherche simple:

• « logiciel libre », dans les mots du titre: 0 résultats

Une requête avec seulement le terme « logiciel » est effectuée pour s'assurer du bon
fonctionnement du moteur de recherche. 33 notices sont alors disponibles, mais aucune n'est
pertinente.

Le monde universitaire français ne semblant plus contenir de documents sur les logiciels
libres et open source via ses catalogues, la recherche est élargie aux bibliothèques municipales et
nationales.

4 - Bibliothèque municipale de Dijon

La Bibliothèque municipale de Dijon offre une large gamme de fonds et de services. Les

14
Stéphane Moussie

sections jeunesse et adultes proposent, grâce au réseau municipal des bibliothèques de prêt
et d'étude, des collections encyclopédiques et multimédias pour tous les besoins (formation,
culture, loisirs...). Les fonds patrimoniaux, anciens et spécialisés sur la Bourgogne et la
gastronomie/oenologie, constituent des gisements d'information de réputation internationale, à
partir desquels la Bibliothèque développe des outils documentaires: HiBou et Cassis. La
recherche avancée, nommée « multicritères » sur le site, a la particularité de donner la possibilité
de choisir quelle bibliothèque du réseau l'internaute souhaite consulter.

- Recherche avancée:

• logiciel ET libre, dans les mots du titre, toutes les bibliothèques, limité aux monographies: 2
résultats

Il s'agit des notices [2] et [20] qui étaient déjà disponibles sur le réseau de l'Université de
Bourgogne.

5 - Bibliothèque nationale de France (BnF): Bn-Opale plus

Bn-Opale plus contient la majorité des notices présentes au sein de la BnF. Les notices des
livres et périodiques y sont répertoriées ainsi qu'une partie des documents d'archive, des
documents sonores, iconographiques, cartographiques ou bien encore des manuscrits modernes.
Les ouvrages numérisés par la BNF sont eux aussi intégrés au catalogue.

Bn Opale Plus possède de nombreux outils de recherche: recherche simple, avancée, par
équation, par cote, recherches d'autorités BnF ou RAMEAU, etc. L'interface de recherche avancée
est très complète, à l'image de celle du SUDOC.

- Recherche avancée:

• logiciel ET libre, dans toute la notice, tous les types de notices et de documents: 2896
notices

• même requête avec restriction par mots du titre: 15 résultats

Le moteur de recherche ne permet pas de délimiter la période de parution des oeuvres. Le


tri par date permet de distinguer 8 notices qui sont parues à partir de 2004. Dans ces 8 résultats il
y a des notices qui sont déjà dans la bibliographie. On ajoute au final 2 nouvelles références, la
[59] et la [86], dont un document multimédias ([86]).

15
Stéphane Moussie

• logiciel ET open ET source, toute la notice, tous les types de notice et de documents: 29
notices

Sur ces 29 notices 13 correspondent à la période désirée. 8 notices sont intégrées à la


bibliographie: [54], [56], [87], [61], [62], [63], [77] et [78].

6 - Catalogue Collectif de France

Le Catalogue Collectif de France est un instrument de localisation de plus de 15 millions de


documents conservés à la Bibliothèque nationale de France et dans les principales bibliothèques
françaises : municipales, universitaires, et spécialisées. Il donne un accès unique aux catalogues
de la Bibliothèque nationale de France , du SUDOC et de Base Patrimoine, le catalogue des fonds
anciens et/ou locaux de 60 bibliothèques municipales et spécialisées.

Des recherches ayant déjà été réalisé précédemment sur le SUDOC et Bn-Opale plus, et le
catalogue de Base Patrimoine ne pouvant pas contenir de documents se rapportant aux logiciels
libres compte tenu du caractère récent du sujet, le Catalogue Collectif de France n'apporte pas de
références inédites.

7 - Métacatalogue de l’Université de Karlsruhe


Le métacatalogue de l’Université de Karlsruhe fonctionne comme un agrégateur de
plusieurs catalogues. On peut choisir d'effectuer une recherche globale sur une cinquantaine de
bibliothèques à travers le monde ou bien sélectionner seulement les bibliothèques que l'on
souhaite consulter. Le mode de recherche est cependant peu précis: peu de critères différents,
impossibilité de choisir la langue des ouvrages ainsi que le type de documents.
Ce métacatalogue est la première occasion de faire une recherche sur des catalogues
étrangers. Si la recherche « logiciel libre » en mots du titre n'aboutit à aucun résultat dans les
différents catalogues de langues anglaises, la recherche avec les termes « open source » en mots
du titre en sélectionnant la British Library et la Library of Congress renvoient respectivement 225 et
369 notices. Mais l'impossibilité d'affiner les résultats directement depuis le métacatalogue le rend
inutilisable lorsqu'il y a beaucoup de résultats. Il vaut mieux se rendre directement sur le site du
catalogue de la bibliothèque que l'on veut consulter pour disposer de meilleurs outils de recherche.

16
Stéphane Moussie

8 - Worldcat
WorldCat est le catalogue en ligne de l’Online Computer Library Center, organisation à but
non lucratif mondiale au service des bibliothèques dont le but est d'offrir un meilleur accès public
aux informations et d’en réduire le coût. Worldcat est réputé être le plus grand catalogue de
bibliothèque accessible en ligne du monde. Son nom est la contraction de l’anglais World Catalog
(catalogue mondial). Il contient les données relatives à plus de 10 000 bibliothèques publiques et
privées du monde.

Le site propose un outil de recherche avancée clair et complet. L'affichage des résultats est
le meilleur vu pour l'instant: toutes les informations essentielles des documents sont affichées sur
une même page et une colonne à gauche permet d'affiner la recherche selon plusieurs critères
(auteur, format, année...). On peut trier les résultats selon plusieurs critères.

- Recherche avancée:
• logiciel ET libre, dans titre, à partir de 2004, toutes les langues, tout type de documents: 8
résultats qui sont déjà tous dans la bibliographie sauf un, la notice [108]

• logiciel ET libre, dans sujet, à partir de 2004, toutes les langues, tout type de documents:
48 résultats.
◦ on réduit la recherche au type de format « livre »: 15 résultats. 6 références sont
ajoutés: [50], [64], [66], [72], [116] et [132]

• open ET source, dans titre, à partir de 2004, toutes langues, tout type de documents: 8910
résultats
◦ écrémage en sélectionnant seulement le type de format « livre »: 1620 résultats
◦ seulement en français: 13 résultats, mais les monographies pertinentes sont déjà dans
la bibliographie
◦ seulement en anglais: 1068 résultats > dans la catégorie « business & economy »: 55
résultats, où on sélectionne 10 notices: [8], [12], [21], [27], [91], [105], [113], [115],
[133] et [138]

• catégorie « law » > « law general »: 16 résultats dont on garde 5 notices: [25], [107], [129],
[136] et [137]

• catégorie « Computer Science » > « Computer Software »: 159 résultats, 13 notices sont
intégrées à la bibliographie: [3], [5], [6], [7], [14], [23], [19], [70], [75], [96], [112] et [135]

17
Stéphane Moussie

Worldcat s'avère être un catalogue à l'ergonomie exemplaire et au contenu très fournis.


Après la consultation de ce métacatalogue, la recherche se dirige vers les deux bibliothèques
anglo-saxonnes les plus importantes

9 - Bibliothèque du Congrès (Library of Congress)

La Bibliothèque du Congrès assure la fonction de bibliothèque nationale des États-Unis


d'Amérique. Elle est la bibliothèque la plus importante du monde. Le site est assez austère et il n'y
a pas d'outil de recherche avancée en première page. L'ergonomie du site se révèle très
rudimentaire et tranche avec la réalisation soignée de Worldcat.

- Recherche simple:
• logiciel libre: 2 références déjà retenues
• open AND source: 777 notices
◦ année supérieur à 2003 et catégorie « books »: 274 résultats
Le classement par relevance, pertinence en français, permet d'éliminer toute la seconde
moitié des résultats qui s'éloigne trop du sujet. Au final ce sont 10 notices qui sont
sélectionnées pour apparaître dans la bibliographie, certaines notices étant déjà
référencées et d'autres étant peu intéressantes: [13], [17], [18], [57], [60], [73], [92], [114],
[119] et [134]

10 -British Library (Bibliothèque britannique)


La British Library est la bibliothèque nationale du Royaume-Uni. Elle est l’une des plus
importantes bibliothèques du monde, avec plus de 150 millions de références, dont environ 14
millions de livres. Comme la BnF en France, la British Library est chargée du dépôt légal: elle
reçoit des exemplaires de tous les ouvrages publiés au Royaume-Uni et en Eire, y compris les
livres étrangers distribués dans ces pays. L'interface du site est exclusivement en anglais et
permet d'ajouter les références à un « folder », classeur en français.

- Recherche simple:

• « open source », seulement dans « catalogue records »: 270 résultats

l'option de filtrage n'est pas bien conçu: pour sélectionner un filtre il faut se rendre sur une

18
Stéphane Moussie

nouvelle page

• filtrage par période de 2004 à 2010: 181 résultats

L'outil de recherche sur la page d'accueil du site ne prend pas en compte l'opérateur
booléen AND contrairement à ce qui est indiqué sur la page de présentation. La présentation des
résultats n'est pas pratique, les titres des monographies ne sont notamment pas affichés
entièrement. 2 notices sont gardées: [95] et [130]

11 - The European Library (Bibliothèque européenne)

Ce site internet offre un accès aux ressources des 47 bibliothèques nationales de l’Europe.
Ces ressources sont à la fois documentaires (livres, affiches, enregistrements sonores, vidéo, etc.)
et bibliographiques. La Bibliothèque européenne permet de rechercher un document particulier et
d’en générer les données bibliographiques ainsi que le format numérique si disponible. De plus il
est traduit dans toutes les langues des pays européens.

- Recherche avancée:

• logiciel AND libre, dans le titre, dans les « catalogues from national libraries »: 3 résultats
qui s'avèrent non pertinents

• open AND source, dans le titre, dans les« catalogues from national libraries »: des milliers
de résultats

◦ restriction par langue « anglais »: les résultats sont les mêmes que ceux trouvés sur le
catalogue de la British Library puisque le moteur de recherche va puiser dans ce
catalogue

Cette recherche sur le site de l'European Library n'apporte pas de nouvelles notices mais il
s'agit d'outil intéressant car bien plus ergonomique que certains catalogues et il rassemble en un
même endroit toutes les bibliothèques nationales européennes.

La recherche se dirige maintenant vers des catalogues plus spécialisés après avoir fait le
tour des catalogues nationaux où, semble-t-il, l'essentiel des références intéressantes ont été
ajoutées à la bibliographie.

19
Stéphane Moussie

12 -Centres d'Acquisition et de Diffusion de l'Information Scientifique


et Technique (CADIST)
Les CADIST constituent un réseau documentaire de bibliothèques spécialisées. Ils sont
gérés par de grandes bibliothèques universitaires ou de grands établissements de recherche.
L'objectif des CADIST est, pour une discipline donnée, de rassembler et de diffuser une
documentation assurant une couverture plus complète.
Il n'y a pas de CADIST pour l'informatique. On consulte néanmoins le catalogue du
CADIST de sciences juridiques qui pourrait s'intéresser aux logiciels libres et open source.
- Recherche avancée:
• logiciel libre, dans les mots du titre: 3 notices, 1 seule correspond à la période souhaitée
mais elle figure déjà dans la bibliographie.

13 -Bibliothèques de l'Ecole Normale Supérieur (ENS)

On peut consulter les différentes bibliothèques de l'ENS ainsi que tous les catalogues via le
site Web consacré. La recherche avancée permet de sélectionner quel catalogue on veut consulter.
- Recherche avancée:
• logiciel libre, dans titre, tous les catalogues: aucun résultat
La page de résultat est assez sommaire. Néanmoins il y a un système de suggestion,
« Votre entrée logiciel libre serait ici -- Recherche Mots Clés", qui renvoie à une page affichant
899 notices pour l'expression « logiciel libre » dans les mots clés. En revanche l'option pour trier
par date ne fonctionne pas, les notices sont donc dans le désordre, ce qui ne permet pas de
mener une recherche de manière correcte.

14 -Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon


Le catalogue de l'INSA de Lyon contient 142 500 documents, allant de revues électroniques
en ligne aux signets de sites Web en passant par des articles d'encyclopédies. L'outil de recherche
n'est pas indiqué sur la page d'accueil, il faut fouiller sur le site pour le trouver.
- Recherche avancée:

• logiciel ET libre, dans les mots du titre: 6 résultats

Si une option pour sélectionner l'année de parution a le mérite d'exister, un paramétrage

20
Stéphane Moussie

par période aurait été plus efficace. Les 6 résultats sont soit déjà dans la bibliographie soit non
pertinents.

15 - Bibliothèque de l'Université de Technologie de Compiègne


(BUTC)

La BUTC a dans ses fonds des périodiques papiers et électroniques, des sélections
d'articles publiés par les enseignants de l'université, ainsi que des liens vers de nombreux sites
internet.
Le design du site est dépassé et laisse craindre une ergonomie mal pensée or l'outil de recherche
est très clair: possibilité de choisir la période, la langue, le type de document, etc. Les résultats des
différentes requêtes habituelles apparaissent déjà dans la bibliographie.

16 -Bibliothèque de l'Université de Laval (Ariane)


La bibliothèque de l'Université de Laval compte environ cinq millions de documents. Elle se
distingue par l'importance de plusieurs de ses collections spécialisées, notamment les collections
de musique, de didactique et de films ou encore les données statistiques et géospatiales. Presque
la moitié du budget d'acquisition est consacré aux ressources électroniques.

Pour la première fois la recherche n'est pas effectué via un moteur de recherche mais en
naviguant dans les portails thématiques proposés par Ariane. Voici le fil d'Ariane:
• Sciences et génie > Informatique et génie logiciel > Génie logiciel > liste sélective
d'ouvrages: 80 notices
◦ on affine les résultats avec les options de filtrages disponibles dans la colonne latérale
droite > limité à « livre »: 32 résultats, dont quelques uns sont déjà dans la
bibliographie, et 8 nouvelles notices sont retenues: [9], [11], [15], [71], [97], [98], [130]
et [131]
En fait ce parcours thématique réalise une requête au final suivant le chemin qu'a emprunté
l'utilisateur. Ce mode de recherche est très efficace, les résultats sont pertinents, et il l'est d'autant
plus qu'à chaque étape du cheminement par thèmes le site propose de nombreuses ressources
sur le sujet.
- Recherche avancée:
• « open source », dans les sujets, période limité entre 2004 et 2010: aucune occurrence
néanmoins Ariane suggère « logiciel libre », ce qui renvoie au précédent résultat

21
Stéphane Moussie

17 -Hyper Article en Ligne (HAL)

L'archive ouverte pluridisciplinaire HAL est destinée au dépôt et à la diffusion d'articles


scientifiques de niveau recherche, publiés ou non (preprint), et de thèses, émanant des
établissements d'enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou
privés.
- Recherche avancée:
• logiciel ET libre, dans les mots du titre: 13 résultats sur lesquels 9 notices sont
sélectionnées: [1], [49], [58], [88], [89], [90], [93], [94] et [104]

18 -Institut de l'Information Scientifique et Technique (INIST)

L'institut de l'Information Scientifique et Technique du CNRS facilite l'accès aux résultats


issus des différents champs de la recherche mondiale. Il donne accès à plus de 11 millions de
références d’articles depuis 1990, 29 000 titres de périodiques depuis le début des collections, 210
000 monographies (thèses, conférences, rapports ou ouvrages) et 3 000 nouvelles références sont
ajoutées quotidiennement.

- Recherche avancée (dénommée « consultation experte » sur le site):

• logiciel libre, avec l'opérateur AND, dans les monographies entre 2004 et 2010: 2 résultats
dont une nouvelle notice: [79]

22
Stéphane Moussie

C - Les bases de données


A la différence des catalogues qui sont des inventaires, les bases de données proposent
des résumés des notices enregistrées. Les bases de données répertoriées sur le site du Service
Commun de la Documentation de l'Université de Bourgogne, qui sont classées par thèmes, sont
uniquement accessibles à partir d'un ordinateur connecté au réseau de l'Université. Les bases de
données ayant attrait aux domaines du droit, de la médecine, du sport, de la chimie et des
mathématiques sont écartées de la recherche en raison de leur éloignement du sujet.

1 - Généralis
La base de données Généralis s'enorgueillit de posséder 270 000 résumés d’article de
presse périodique française et se définit comme « la base de données française incontournable
pour s’informer grâce à la presse ». Généralis est pluridisciplinaire et permet de retrouver des
articles dans des domaines très variés grâce aux 169 titres différents dont sont issus les articles.
- Recherche simple:

• logiciel libre, dans les mots du titre: 34 résultats

L'outil de recherche ne permet pas de préciser de date mais les résultats sont classés par
ordre antéchronologique. Peu d'articles sont disponibles en texte intégral. Ce sont 4 notices qui
sont retenues: [28],[33], [34] et [121]

- Recherche par le sujet rameau « logiciel libre » (le sujet rameau apparaît dans la notice des
références): 170 résultats qui soit ne répondent pas aux critères de sélection soit sont déjà
intégrés à la bibliographie

- Recherche simple:
• open source, dans les mots du titre, limité a « articles disponibles sur Internet », « exclure
les articles payants »: 29 résultats dont aucun n'est retenu

2 - Kompass
Kompass est un annuaire professionnel mondial qui répertorie 2,3 millions de sociétés dans
66 pays. Pour chaque entreprise des informations sont listées comme les coordonnées, les
dirigeants, les informations générales.
Si la requête effectuée renvoie bien des résultats, aucun n'est ajouté à la bibliographie car

23
Stéphane Moussie

le but de celle-ci n'est pas d'être un annuaire d'entreprises, mêmes si elles sont impliquées dans
les logiciels libres et open source.

3 - Econlit
Econlit est une base de données d'économie. Elle contient plus de 600 000 références,
pour la plupart en anglais, qui proviennent de 750 titres de revues économiques, d’ouvrages et de
thèses du monde entier. La grande majorité des références comporte un résumé et sont
accessibles en texte intégral.
- Recherche avancée:
• logiciel ET libre, entre 2004 et 2010, dans les mots du titre: 9 résultats qui ne sont pas
disponibles en texte intégral

4 - Ebsco Business Source Premier


Ebsco Business Source Premier est à la fois une base de données bibliographique sur
l'économie et un bouquet de 3 000 périodiques en texte intégral. Ce sont 7400 sources qui sont
analysées, parmi elle des revues économiques et des publications académiques. Un thesaurus est
consultable ainsi que l'index des différents champs interrogeables.

- Recherche simple:

• logiciel ET libre, dans tous les champs: 1 résultat déjà présent dans la bibliographie

• open AND source, dans le titre, restreint entre 2004 et 2010, en texte intégral: 936 résultats
parmi lesquels 9 notices sont sélectionnées: [29], [30], [99], [82], [100], [101], [120], [124]
et [139]

- Recherche réalisée grâce aux termes du thésaurus « open source software »: 766 notices, 4
sont retenues: [32], [52], [102] et [125]

5 - Factiva
Factiva regroupe dans sa base de données des articles consultables en texte intégral de
2500 journaux et 5500 magazines. On y trouve par exemple le Monde, la Tribune, les Echos, le
Figaro...

24
Stéphane Moussie

- Recherche simple:

• logiciel libre: plusieurs milliers de résultats

◦ sélection du mot-clé « logiciel libre »: 4251 résultats

▪ filtrage par sujet « technologie de l'information »: 222 résultats

Afin de trouver facilement les notices les plus intéressantes on les trie par pertinence puis
on les filtre par période grâce à un diagramme en bâtons qui sert également à visualiser le nombre
de résultats dans une période donnée. Ce mode de représentation est très pratique car il permet
d'avoir des informations en un coup d'oeil qui se démarquent du reste des éléments affichés. 3
notices sont retenues pour la bibliographie: [31], [122] et [126]

6 - PsycINFO
Il s'agit d'une base de données spécialisée dans la psychologie qui répertorie plus de 1300
revues dans une trentaine de langues et qui propose la consultation de son Thesaurus. Un
historique de recherche est disponible et le guide de la base, seulement en anglais, permet de
s'approprier efficacement les outils.

- Recherche simple:

• logiciel libre, dans les mots du titre, en texte intégral, entre 2004 et 2009: 0 notice

• open source, dans les mots du titre, en texte intégral, entre 2004 et 2009: 69 résultats dont
un seul qui est retenu: [111]

25
Stéphane Moussie

D - Recherches sur le Web


La recherche bibliographique continue en dehors des catalogues et des bases de données
pour se centrer sur le Web.

1 - Signets de la bibliothèque nationale de France


Les Signets de la Bibliothèque nationale de France proposent une sélection commentée de
ressources accessibles par Internet, choisies par les bibliothécaires de la BnF. Les signets sont
classés par thèmes. Plus de trois mille quatre cents ressources sont signalées, sous plus de huit
cents catégories. La sélection des Signets de la BnF, régulièrement mise à jour, est axée sur la
qualité plutôt que sur la quantité. Il y a deux accès possibles aux notices: un classement
thématique par arborescence et une liste alphabétique.
Voici le cheminement emprunté:
• Sciences et techniques > Informatique > sites spécialisés > logiciels libres: 7 notices

Toutes ces références sont ajoutées à la bibliographie car elles sont nouvelles et sont
validées par la BnF: [38] [39] [42] [43] [45] [47] et [85]

2 - Delicious
Delicious est un site qui permet de sauvegarder ses signets et de les partager avec les
autres utilisateurs. Il s'agit d'une folksonomie, c'est à dire que ce sont les utilisateurs qui « tag » et
annotent les signets qu'ils sauvegardent. Le fait de partager ses signets avec toute la communauté
vaut comme une recommandation. Les sites qui ont été partagés de nombreuses fois peuvent être
considérés alors comme de qualité ou intéressant. Il y a plusieurs moyens de recherche sur
Delicious: on peut saisir une requête dans le moteur de recherche intégré, naviguer par tag ou
bien encore consulter le profil d'un utilisateur afin de voir tous les marque-pages qu'il a enregistré.

- Recherche simple:

• logiciel libre : 5682 résultats

Ce sont en premier lieu les sites qui ont été le plus souvent enregistré qui apparaissent en tête des
résultats, et, au final, 5 notices sont gardées: [41] 46] [83] [84] et [103]

26
Stéphane Moussie

3 - LibraryThing
LibraryThing est une folksonomie dédié au monde du livre. Les utilisateurs de LibraryThing
mettent en ligne leur collection personnelle de livres et les tag, les notent, les commentent. Cela
fonctionne sur le même principe que Delicious. Sur la page de chaque livre des liens renvoient
vers Amazon afin d'acheter l'oeuvre ainsi que vers Google Books pour pouvoir lire des extraits si
elle a été numérisée. En revanche la date de parution de l'oeuvre ainsi que le lieu d'édition ne sont
indiqués nulle part, il faut donc aller chercher ces informations sur un autre site.

Recherche effectuée:

• logiciel libre, dans les mots du titre: 6 résultats qui ont déjà été retenu

• open source, dans les mots du titre: 392 résultats

On classe ces résultats par le nombre croissant de fois où le livre a été enregistré.
Seulement 3 nouvelles notices sont ajoutées à la bibliographie, la majorité des monographies
intéressantes parues après 2004 étant déjà répertoriées: [4] [6] et [74]

4 - Google
« Googler », verbe tirer du nom du célèbre moteur de recherche, est devenu un réflexe
pour la plupart des internautes et en cela effectuer une requête sur ce moteur est un passage
obligé pour toute recherche. Le moteur de recherche le plus utilisé au monde utilise un système de
classement qui attribue un « PageRank », une sorte de note, à chaque site afin d'afficher les
résultats les plus pertinents possibles. Google dispose d'une interface de recherche simple et
d'une recherche avancée. Afin de ne pas ramener trop de résultats parmi les centaines de milliards
de page indexées par le moteur de recherche, on utilise la recherche avancée qui permet de tenir
compte de nombreux paramètres comme la langue, le format de fichier, la date, le droit
d'utilisation, etc.

- Recherche avancée:

• « logiciel libre », dans le titre de la page: 2 180 000 résultats

3 notices sont sélectionnées dans les premières pages générées par Google: [40] [44] et
[48]

La suite, et la fin, de la recherche est réalisé sur un service de Google qui se prête a priori
particulièrement bien à la recherche de monographie: Google Livres.

27
Stéphane Moussie

5 - Google Livres
Google Livres permet de rechercher des termes dans des monographies numérisées par
Google. Le service propose des aperçus de la monographie ou bien l'oeuvre complète dans
certains cas - quand celle-ci est tombée dans le domaine public par exemple -. Google numérise
des livres provenant de nombreuses universités américaines et de tout horizon pour ensuite les
diffuser sur ses serveurs. Dans la page de présentation de la monographie un nuage de tags
représente les expressions et les termes fréquents employés dans l'ouvrage.

- Recherche avancée:

• « logiciel libre », dans les livres entier ou en aperçu limité, entre 2004 et 2010: 356
résultats

Il n'y a pas de monographies pertinentes parmi ces 356 résultats qui ne soient pas déjà
dans la bibliographie.

• « open source », dans les livres entier ou en aperçu limité, entre 2004 et 2010: 4917
résultats

Les notices [16], [26], [68] et [109] sont sélectionnées parmi ces résultats.

28
Stéphane Moussie

E - Conclusion de la stratégie de recherche


La recherche a été effectué sur de nombreuses ressources différentes. Il apparaît assez
clairement qu'un moteur de recherche sur le Web comme Google n'est pas le meilleur moyen de
trouver des références bibliographiques, son exhaustivité engendre énormément de bruit. Les
métacatalogues sont bien plus appropriés pour ce type de recherche, à condition qu'ils soient
dotés d'une interface ergonomique qui permet de filtrer efficacement la masse importante de
résultats, comme c'est le cas pour WorldCat.

Les recherches se sont essentiellement concentrés sur les catalogues et les bases de
données, ceux-ci renvoyant des résultats satisfaisants, même si souvent redondant.

Les folksonomies, tel que Delicious ou LibraryThing, proposent une alternative intéressante
aux algorithmes des moteurs de recherche. En effet il s'agit d'un système de recommandations qui
fournit des résultats assez satisfaisants.

29
Stéphane Moussie

30
Stéphane Moussie

III - Analyse et synthèse des résultats


Les thèmes n'ayant pas besoin de subdivisions, les notices sont classées par type de
support à l'intérieur des parties puis par ordre alphabétique.

A - Synthèse

1 - Présentation générale des logiciels libres et open source


La première partie de la bibliographie regroupe tous les documents qui s'attachent à
présenter de façon générale les logiciels libres et open source. Les différents angles d'attaque du
sujet n'étant pas particulièrement marqués, on se contentera d'une classification par type de
support à l'intérieur de ce thème. Cette partie est la plus importante en terme de quantité, et des
notices révèlent que le sujet est encore source d'interrogations: [2], [7], [33] et [36].

Les monographies représentent plus de la moitié des références présentant les logiciels
libres et open source, [1] à [27]. Plusieurs notices mettent en exergue le caractère novateur de
ces logiciels. En effet les références [4], [11], [21], [24], [29] et [30] portent sur l'aspect novateur,
et la biographie sur Richard Stallman [24], le fondateur de la Free Software Foundation [42], va
même jusqu'à parler de « révolution des logiciels libres ».

Les logiciels libres et open source font aussi parti d'une culture plus vaste comme le
démontrent les monographies [15] et [16]. Culture qui a sa propre philosophie: les notices [1] [26]
[28] [31] et [35] abordent la nouvelle façon de penser l'informatique amenée par ces logiciels.

Tandis qu'une monographie et qu'un article font l'échos du succès de ce type de logiciels,
[27] et [34], deux sites Web, [38] et [41], permettent de suivre l'actualité du sujet qui est en
perpétuel mouvement.

2 - Les manuels d'utilisation et les applications

Comme pour tout logiciel, un manuel d'utilisation peut s'avérer utile. Le logiciels libres et
open source bénéficient eux aussi de leur mode d'emploi. Les monographies [54], [56], [59], [60],
[61], [62], [63], [66], [68] et [77] sont des guides d'utilisation spécifiques à un logiciel.

Un des atouts des logiciels libres est leur grande malléabilité. Ainsi l'article [80] et les
monographies [49] et [69] s'attachent à expliquer comment utiliser ces logiciels dans un milieu

31
Stéphane Moussie

scolaire. Les différentes applications des logiciels libres et open source ne s'arrêtent pas là, la
monographie [55] explique par exemple comment réaliser une veille avec ces programmes.

Inkscape, logiciel de dessin vectoriel libre qui se veut une alternative au logiciel propriétaire
Illustrator d'Adobe, dispose quant à lui d'un site [83] où sont en place un wiki et un forum animé
par une communauté.

3 - La dimension sociale et communautaire


L'arrivée des logiciels libres et open source a opéré un bouleversement dans la façon de
développer un logiciel. Si des communautés se forment également autour de logiciels propriétaires
en échangeant sur des forums, la communauté du libre va bien plus loin puisque chaque utilisateur
peut contribuer au logiciel qu'il utilise. C'est à ce phénomène de participation que s'intéresse les
monographies [88] à [102] en proposant une analyse de ces nouvelles communautés. Le site Web
SourceForge, [103], est un des épicentres de cette collaboration internationale.

4 - Sur l'économie

Un nouveau paradigme de développement implique une nouvelle économie. Les


monographies [105], [106], [107], [108], [110], [115] et [121], ainsi que la thèse de Marine Coris
[127], abordent l'économie du logiciel libre et ouvert. Si ces logiciels ont créé une nouvelle forme
économique inédite, allant jusqu'à la démonétisation du logiciel dans la majorité des cas, celle-ci
n'est pas pour autant détachée de l'économie mondiale déjà existante.

En effet les logiciels libres jouent un rôle de plus en plus important dans l'économie
d'entreprise comme le montre les références [111], [112], [114], [118] et [122]. Et leur action
s'étend même à travers le monde d'après la monographie [117] et l'article [126].

5 - L'aspect législatif
Les logiciels propriétaires font l'objet du droit d'auteur. En rendant le code source de leur
programme public, les instigateurs des logiciels libres ont décidé de ne pas bénéficier de ce droit,
et ont donc entraîné des nouvelles dispositions législatives. Les références [129] à [139] rendent
compte de ces changements.

32
Stéphane Moussie

B - Analyse
La bibliographie rassemble des types de documents assez divers: monographies, articles
de presse, sites Web et documents multimédias. Les monographies ont été privilégiées afin de
s'assurer d'avoir un niveau de qualité élevé, des éditeurs comme O'Reilly ou le MIT étant des
gages de qualité reconnus, et pour freiner la surabondance des articles de presse consacrés au
sujet. Toutefois un panaché a été effectué dans le but de donner une vision pluraliste des logiciels
libres et open source sous la loupe de media différents. Les articles de presse permettent de se
rendre compte de l'évolution continue de ces programmes, et les sites Web retenus dans la
bibliographie sont le lieu où toute la communauté se donne rendez-vous, ne pas les incorporer
aurait donc été une erreur. Il est à noter que les sites Web consacrés aux sujet sont innombrables,
et que les moteurs de recherche classiques, qui se veulent exhaustifs, ne sont pas le meilleur
moyen de trouver du contenu de qualité.

Les résultats proviennent de sources diverses, et parfois même de bases de données dont
on ne soupçonnerait pas qu'elles puissent contenir des ouvrages évoquant les logiciels libres.
C'est notamment le cas de PsycInfo. Cette pluralité de catalogues, bases de données, sites Web
et moteurs de recherche consultés d'où proviennent les notices permet de construire une
bibliographie qui donne une vision d'ensemble sur le sujet.

Le classement thématique s'est fait sans grande difficulté, les thèmes différents se
détachant clairement au fur et à mesure de la constitution de la bibliographie. A l'intérieur de
chaque thème les notices ne se différenciaient pas assez pour créer des sous-catégories, les
références ont donc été triées par type de support, ce qui permet au lecteur de se concentrer
seulement sur un format s'il le souhaite.

Les spécialistes comme les novices peuvent consulter cette bibliographie puisqu'elle
contient aussi bien des documents d'introduction que des ouvrages pointus sur le sujet. Les
notices retenues permettent en fait de saisir pleinement l'éco-système du logiciel libre: le néophyte
pourra commencer par lire les monographies de présentation, puis télécharger un logiciel sur sa
clé USB accompagné par un manuel d'utilisation, pour ensuite prendre par à la communauté sur
sites indiqués et enfin pourquoi pas monter sa société de développement de logiciels libres avec
l'aide des ouvrages et articles abordant la législation et l'économie.

Les documents recensés sont bien sûr en français mais aussi en anglais afin de ne pas se
priver d'ouvrages clefs, les anglo-saxons étant particulièrement prolixes sur ce sujet.

33
Stéphane Moussie

C - Perspectives
Quelques bibliographies ont été trouvés lors des recherches, mais elles étaient soit
anciennes, soit succinctes, soit ne proposaient pas de classement thématique.

Le choix délibéré de cette bibliographie est de fournir une vision d'ensemble des logiciels
libres et open source. Afin de ne pas réaliser une bibliographie avec des milliers de références, on
a opéré une sélection stricte. Cependant les différents thèmes mériteraient à eux seuls une
bibliographie si on souhaite approfondir au maximum un point particulier.

Une autre approche possible serait de réaliser une bibliographie dont la sélection serait
basée sur le type de document: en confrontant une bibliographie d'articles de journaux de la
presse écrite et une répertoriant seulement des articles publiés en ligne on pourrait remarquer
facilement une différence quantitative et qualitative de traitement du sujet et ainsi savoir quel
medium propose la meilleure source d'information.

La langue pourrait aussi être un critère sélectif pour une bibliographie sur les logiciels libres
et open source. Une bibliographie seulement en français serait plus appropriée pour les personnes
âgées par exemple qui lisent moins les langues étrangères.

Cette bibliographie pourrait intéresser les associations qui promeuvent les logiciels libres,
dans le but de réaliser un portail ou bien encore de mettre à jour leur bibliographie.

34
Stéphane Moussie

35
Stéphane Moussie

IV - Conclusion
Ce dossier bibliographique est un dossier rétrospectif et sélectif sur les logiciels libres et
open source. Il contient des notices de différents types de support afin de rendre compte de la
diversité des media qui traitent le sujet.

Le grand nombre de catalogues et bases de données rend la recherche bibliographique


fastidieuse. Il peut être utile de sélectionner les ressources pertinentes avant tout travail de
recherche afin d'éviter un trop grand nombre de requête infructueuse sur un catalogue donné. La
stratégie de recherche s'attache donc à décrire le cheminement de la recherche en décrivant les
atouts et les inconvénients de chaque outils afin de rendre les futurs recherches plus efficaces.
L'ergonomie des sites a été un point clefs dans l'évaluation de ceux-ci, tout comme la recherche
avancée qui se révèle très souvent indispensable pour trouver efficacement ce que l'on désire. Le
moteur de recherche Google n'a pas donné de résultats satisfaisants, néanmoins il s'agit d'un
passage obligé pour toute recherche car il est le plus utilisé au monde et il est nécessaire de voire
quels résultats obtiennent les utilisateurs d'Internet lambdas. Les folksonomies renvoient quant à
elles assez souvent des résultats qui se démarquent des bases de données et des catalogues,
sans pour autant perdre en qualité.

La plus value de cette bibliographie est la nature polymorphe des documents qui la
composent. En effet référencer des monographies avec des articles de presse ou bien encore des
sites Web n'avait jamais été réaliser auparavant et permet d'avoir un spectre large du sujet. De
plus le classement thématique offre au lecteur, quel qu'il soit, la possibilité de centrer son attention
sur un axe particulier des logiciels libres et open source.

La création d'un portail à partir de cette bibliographie peut bien sûr être envisagé, les
catégories du site étant toute trouvées grâce aux classement par thèmes.

Alors que l'informatique est enseigné de plus en plus tôt en milieu scolaire, et que les
logiciels libres ont les faveurs des institutions, il aurait fallu que cette bibliographie soit entièrement
en français et se centre plus sur les documents d'introduction aux logiciels libres ou sur les
manuels d'utilisation pour qu'elle ait un intérêt pour des élèves du second degré.

36
Stéphane Moussie

37
Stéphane Moussie

V - Bibliographie

A - Générale

1 - Monographies

[1] BOUCHER-PETROVIC Nathalie. Philosophie du logiciel libre et démarches d'éducation


populaire. Paris: Université Paris Nord, 2006.

[2] CHEVALIER Benoît. Logiciels libres, Open source : qu'est ce que c'est ?. Paris: H&K,
2005.

[3] CHOPRA Samir, DEXTER Scott. Decoding liberation : the promise of free and open
source software. New York: Routledge, 2008.

[4] COOPER Danese, DIBONA Chris, STONE Mark. Open Sources 2.0: The Continuing
Evolution. Sebastopol: O'Reilly Media, 2005.

[5] DUDMAN Jane. Understanding open source software. Londres: Faculty of Information
Technology of the Institute of Chartered Accountants in England & Wales, 2004.

[6] DE VRIES Huibert, DE VRIES Henk-Jan, OSHRI Ilan. Standards battles in open source
software : the case of Firefox. New York: Palgrave Macmillan, 2008.

[7] DEEK Fadi P., McHUGH James A.. Open source : technology and policy. Cambridge:
Cambridge University Press, 2008.

[8] EL ZAÏM Adel, GÉRIN-LAJOIE Robert. Towards an expert network in open standards and
open source software : Research, Expertise and Synergy for Open and Libres Standards and
Software. Montréal: Cirano, 2004.

[9] FELLER Joseph, FITZGERALD Brian, HISSAM Scott A., LAKHANI Karim R..
Perspectives on Free and Open Source Software. Cambridge: MIT Press, 2007.

[10] FELLER Joseph. The futur of free and open source software. Cambridge: MIT Press,
2005.

[11] FONG Yem S., WARD Suzanne M.. The changing landscape for electronic resources :
content, access, delivery, and legal issues. Binghamton: Haworth Information Press, 2004.

[12] GADMAN Leslie, COOPER Cary. Open Source Leadership. Palgrave: Macmillan, 2009.

38
Stéphane Moussie

[13] GOLDEN Bernard. Succeeding with open source. Boston: Addison-Wesley, 2005.

[14] KAVANAGH Paul. Open source software : implementation and management. Boston:
Elsevier Digital Press, 2004.

[15] KELTY Christopher M.. Two bits : the cultural significance of free software. Durham: Duke
University Press, 2008.

[16] LESSIG Lawrence. Free Culture: How Big Media Uses Technology and the Law to Lock
Down Culture and Control Creativity. New York: Penguin Press, 2004.

[17] MEEKER Heather J.. The open source alternative : understanding risks and leveraging
opportunities. Hoboken: Wiley & Sons, 2008.

[18] MONTAGUE Bruce R.. Elements of operating system and Internet history : a BSD
perspective. Santa Cruz: Trifusil Publishing, 2005.

[19] MULGAN Geoff, STEINBERG Tom, SALEM Omar. Wide open : open source methods
and their future potential. Londres: Demos, 2005.

[20] NOISETTE Thierry. La bataille du logiciel libre. Paris: La Découverte, 2006.

[21] SCHANKERMAN Mark, BELENZON Sharon. Motivation and sorting in open source
software innovation. Londres: Centre for Economic Policy Research.

[22] SOWE Sulayman K., STAMELOS Ioannis GG., SAMOLADAS Ioannis M.. Emerging free
and open source software practices. Hershey: IGI Publishing, 2007.

[23] ST. AMANT Kirk, STILL Brian. Handbook of research on open source software :
technological, economic, and social perspectives. Hershey: Information Science Reference, 2007.

[24] STALLMAN Richard, WILLIAMS Sam. Richard Stallman et la révolution des logiciels
libres. Paris: Eyrolles, 2010.

[25] USHA G. Open source software : emerging issues. Hyderabad: Icfai University Press,
2008.

[26] WANG Wallace. Steal this computer book 4.0: what they won't tell you about the Internet.
San Francisco: No Starch Press, 2006.

[27] WEBER Steve. The success of open source. Cambridge: Harvard University Press, 2004.

39
Stéphane Moussie

2 - Articles de presse

[28] AIGRAIN Philippe. Au-delà du logiciel libre : Le temps des biens communs. Paris: SA Le
Monde diplomatique, in « Le Monde diplomatique », n°619, p. 25, 2005.

[29] APPLEYARD Melissa, CHESBROUGH Henry W.. Open Innovation and Strategy.
Berkeley: University of California, in « California Management Review », Vol. 50 Issue 1, pp. 57-76,
2007.

[30] BITZER Jürgen, SCHRÖDER Philipp J. H.. Open Source Software, Competition and
Innovation. Londres: Routledge, in « Industry & Innovation », Vol. 14 Issue 5, pp. 461-476, 2007.

[31] CARIO Erwan. Le libre ne relève plus de l'utopie. Paris: SARL Libération, in « Libération »,
2009.

[32] FITZGERALD Brian. The transformation of Open Source software. Minneapolis: MIS
Quarterly, in « MIS Quarterly », Vol. 30 Issue 3, pp. 587-598, 2006.

[33] GOUARNE Jean-Marie. Le logiciel libre menace-t-il vraiment l'innovation ?. Paris: Groupe
Tests, in « 01 Informatique », n°1829, p. 26, 2005.

[34] PARPINELLI Stéphane. Le Libre ne s'apparente plus à du logiciel au rabais. Paris: Groupe
Tests, in « 01 Informatique », n°1843, p. 24, 2006.

[35] SCHNEIDER Karen. Free for All: Open Source Software. New York: Reed Business
Information, in « School Library Journal », v54 n°8, pp. 44-46, 2008.

[36] TRAPPLER Thomas J.. Is There Such a Thing as Free Software? The Pros and Cons of
Open-Source Software. Boulder: Educause, in « Educause Quarterly », v32 n°2, 2009.

[37] VILLANO Matt. Open Source Vision. Chatsworth: 1105 Media, in « Campus Technology »,
v19 n°11 pp. 26-28, 2006.

3 - Sites Web

[38] Association Francophone des Utilisateurs de Linux et des logiciels libres. AFUL:
http://www.aful.org/

Ce site propose une revue d'actualité sur les logiciels libres ainsi qu'une importante

40
Stéphane Moussie

documentation.

[39] Association Pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre. APRIL:


http://www.april.org/
Site de l'association pour la promotion et la recherche en informatique libre. Cette association,
composée d'associations, d'entreprises et de personnes, a été fondée en 1996 dans le but de
promouvoir les logiciels libres auprès du grand public, des entreprises et des institutions
francophones.

[40] BECQUET Jean-Christophe. Apitux: http://www.apitux.org/

Le blog Apitux donne une définition précise du logiciel libre basée sur les quatre libertés
fondamentales définies par la FSF. Il propose de plus une approche pédagogique des enjeux du
logiciel libre (éthique, pérennité, fiabilité, diversité, sécurité...). Les textes du site sont placés sous
licence Creative Commons.

[41] FRAMASOFT. Framablog: http://www.framablog.org/

Blog sur l'actualité du logiciel libre (ainsi que l'actualité du réseau Framasoft) qui observe les
avancées de la « culture libre », extension du logiciel libre à d'autres champs créatifs comme l'écrit
ou les productions audiovisuelles.

[42] FREE SOFTWARE FOUNDATION, INC.. Free software foundation: http://www.fsf.org

La Free software foundation a été fondée en 1985 à l'initiative de Richard Stallman pour contribuer
au développement du projet GNU et des logiciels libres. Sur ce site on trouve des informations sur
l'actualité des logiciels libres ainsi que de nombreuses ressources.

[43] FREE SOFTWARE FONDATION, INC.. GNU's Not Unix: http://www.gnu.org/

Ce site édité par la Free Software Foundation fait référence à tous les aspects du projet GNU, un
système d'exploitation composé de logiciels libres initié par Richard Stallman à partir de 1984. On
y trouve de nombreux développements sur les aspects éthiques et philosophiques de ce projet.

[44] FREE SOFTWARE FOUNDATION EUROPE. Free Software Foundation Europe:


http://www.fsfe.org/

Le site du pendant européen de la Free Software Foundation propose les dernières actualités de
la FSFE ainsi que les événements à venir. Des rapports réalisées par la fondation à propos des
logiciels libres sont téléchargeables et on peut prendre part aux "projets" de la FSFE sur le site.

[45] LINUX CENTER. Linux Center: http://www.linux-center.org/fr/

Index thématique de pages Web consacrées au système d'exploitation Linux, à ses applications et

41
Stéphane Moussie

plus généralement au logiciel libre.

[46] MOZILLA FOUNDATION. Mozilla.org: http://www.mozilla.org/

Site de la Fondation Mozilla qui a notamment initiée le développement des logiciels libres Firefox
et Thunderbird. Les différents projets de la fondation sont répertoriés sur le site où est mis en
avant le Manifeste de la fondation pour un Internet libre et ouvert.

[47] RASMUSSEN Anders Ingeman. OSALT, Open Source Alternative Find Open Source
Alternatives to commercial software: http://www.osalt.com/

Ce site propose, pour chaque logiciel commercial, une liste de logiciels libres susceptibles de s'y
substituer.

[48] THE OPEN SOURCE INITIATIVE. Open Source Initiative: http://www.opensource.org/

Site officiel de l'organisation dévoué à la promotion du logiciel open source.

B - Les manuels d'utilisation et les applications

1 - Monographies

[49] BLANCHET Gérard. Logiciel Libre et enseignement de l'informatique au lycée. Clermont-


Ferrand: Association Linux-Arverne. 2008.

[50] CHALMOND Martine, QUATRAVAUX Anne-Laure, QUATRAVAUX Dominique. Réussir


un site Web d'association : ... avec des outils gratuits. Paris: Eyrolles, 2004.

[51] FERRAILLE Jean-françois, SCOPSI Claire, SOUAL Laurent. Mener un projet Open
Source en bibliothèque, documentation et archives. Paris: Cercle de la librairie, 2007.

[52] COLANGELO Alex, MAURUSHAT Alena. Exploring the Limits of Computer Code as a
Protected Form of Expression: A Suggested Approach to Encryption, Computer Viruses, and
Technological Protection Measures. McGill: McGill Law Journal, 2006.

[53] CONNAN Guillaume. Guide du calcul avec les logiciels libres. Paris: Dunod, 2008.

[54] DE CASTRO GUERRA Elisa. Inkscape : apprenez, pratiquez, créez. Paris:


CampusPresse, 2007.

[55] DELENGAIGNE Xavier. Organiser sa veille avec les logiciels libres. Voiron: Territorial,

42
Stéphane Moussie

2007.

[56] DIMITRI Robert. Gimp 2.6 : débuter en retouche photo et graphisme libre. Paris: Eyrolles,
2009.

[57] GAGNE Marcel. Moving to free software. Upper Saddle River: Addison-Wesley, 2007.

[58] GARCIA Samuel, FOURCAUD-TROME Nicolas. OpenElectrophy : un logiciel libre pour


l'analyse de signaux electrophysiologiques. Lyon: Université Claude Bernard - Lyon I, 2008.

[59] GEMY Cédric. [A la] SOS GIMP : initiation au travail sur l'image photographique à l'aide du
logiciel libre. Rennes: Radar, 2005.

[60] GILMORE Jason W.. Beginning PHP 5 and MySQL : from novice to professional. Berkeley:
Apress, 2004.

[61] HAGEN Graf. Joomla ! : créez et maintenez vos sites Web. Paris: CampusPresse, 2006.

[62] JAN Olivier. Nagios au coeur de la supervision Open Source : de l'installation à


l'optimisation. Saint-Herblain: ENI, 2008.

[63] KABAB Mehdi. Gimp: apprenez, pratiquez, créez. Paris: CampusPresse, 2006.

[64] KOCH Stefan. Free/open source software development. Hershey: Idea Group Pub, 2005.

[65] LATRIVE Florent. Du bon usage de la piraterie : Culture libre, sciences ouvertes. Paris:
Editions La Découverte, 2007.

[66] LEBLANC Dee-Ann. Linux pour les nuls. Paris: First Interactive, 2007.

[67] LEETE Gurdy, LEETE Mary. Free Software For Dummies. San Francisco: Hungry Minds
Inc., 2005.

[68] LEVINE John, LEVINE YOUNG Margaret. Unix for dummies. San Francisco: Hungry
Minds Inc., 2004.

[69] LIN Yu-Wei, ZINI Enrico. Free/Libre Open Source Software Implementation in Schools:
Evidence from the Field and Implications for the Future. Orlando: Elsevier, 2008.

[70] MUFFATO Moreno. Open source : a multidisciplinary approach. Londres: Imperial College
Press, 2006.

[71] PROULX Serge, MASSIT-FOLLEA Françoise, CONEIN Bernard. Internet, une utopie
limitée : nouvelles régulations, nouvelles solidarités. Québec: Presses de l'Université Laval, 2005.

[72] RHYNO Art. Using open source systems for digital libraries. Westport: Libraries Unlimited,
2004.

43
Stéphane Moussie

[73] RUSSO Barbara. Agile technologies in open source development. Hershey: Information
Science Reference, 2010.

[74] SOLOMON Gwen, SCHRUM Lynne. Web 2.0: New Tools, New Schools. Eugene:
International Society for Technology in Education, 2007.

[75] SPINELLIS Diomidis. Code quality the open source perspective. Upper Saddle River:
Addison-Wesley, 2006.

[76] TERMINAL (Collectif). Revue Terminal: Dossier biotechnologies Stratégie : logiciel libre.
Paris: L'Harmattan, 2004.

[77] VAN MEGGELEN Jim. Asterisk : la téléphonie Open Source. Paris: O'Reilly, 2006.

[78] WOO Mason, NEIDER Jackie, DAVIS Tom, SCHREINER Dave. OpenGL 2.0 : guide
officiel. Paris: CampusPresse, 2006.

[79] WOUAQUET Aude. Le logiciel libre est-il la solution pour informatiser un petit centre de
documentation ?. Paris; Institut national des techniques de la documentation, 2006.

2 - Articles de presse

[80] MENGES Beth. Using "Moodle" (Open Source Software) with Grades 3-6. Westport:
Libraries Unlimited, in « School Library Monthly », v26 n°2, pp. 21-22, 2009.

[81] PFAFFMAN Jay. Transforming High School Classrooms with Free/Open Source Software:
"It's Time for an Open Source Software Revolution". Chapel Hill: University of North Carolina
Press, in « High School Journal », v91 n°3, pp. 25-31, 2008.

[82] SONNENBURG Sören, BRAUN Mikio, BENGIO Samy. The Need for Open Source
Software in Machine Learning. Brookline: Microtome Publishing, in « Journal of Machine Learning
Research », Vol. 9 Issue 8, pp. 2443-2466, 2008.

3 - Sites Web

[83] INKSCAPE COMMUNITY. Inkscape. Draw Freely: http://www.inkscape.org/

44
Stéphane Moussie

Site du logiciel Inkscape, un logiciel libre de dessin vectoriel sous licence GNU/GPL, où sont
disponibles un wiki, un forum, de la documentation et toutes les dernières actualités sur le logiciel.

[84] RARE IDEAS, LCC.. PortableApps.com - Portable software for USB drives:
http://portableapps.com/

Ce site met à disposition des logiciels libres et open source en version portable, c'est à dire qui ne
requiert pas d'installation préalable et qui fonctionne sur une clé USB.

[85] TEX USERS GROUP. TeX users group: http://www.tug.org/

Ce site des utilisateurs de TeX, un logiciel et un langage de programmation pour la composition de


documents scientifiques, notamment en mathématique, en informatique et en physique, offre une
revue d'actualités ainsi que de nombreuses ressources en ligne.

4 - Support multimédias

[86] Centre national de la fonction publique territoriale. Le CNFPT Picardie et le logiciel


libre. Amiens: CNFPT Picardie, 2007. CD ROM

[87] FRAMASOFT. Framakey. Paris: Framasoft, 2009. CLÉ USB.

Cette clé USB regroupe différents logiciels libres en versions portables afin de pouvoir les utiliser
sans installation préalable.

C - La dimension sociale et communautaire

1 - Monographies

[88] BARCELLINI Flore. Conception de l'artefact, conception du collectif: dynamique d'un


processus de conception ouvert et continu dans une communauté de développement de logiciels
libres. Paris: Conservatoire National des Arts et Métiers, 2008.

[89] BARCELLINI Flore, BURKHARDT Jean-Marie, DETIENNE Françoise. Conception de

45
Stéphane Moussie

logiciels libres: enjeux pour l'ergonomie et rôle des utilisateurs dans le processus de conception.
Rocquencourt: INRIA – Conservatoire National des Arts et Métiers, 2007.

[90] BARCELLINI Flore, BURKHARDT Jean-Marie, DETIENNE Françoise. Une approche


multidimensionnelle de la participation dans les communautés de développement de logiciels
libres. Rocquencourt: INRIA – Conservatoire National des Arts et Métiers, 2007.

[91] BERDOU Evangelia. Organization and co-operation in open source networks. Londres:
Routledge, 2009.

[92] BOLDYREFF Cornelia, CROWSTON Kevin, LUNDELL Bjoern. Open source


ecosystems : diverse communities interacting. New York: Springer, 2009.

[93] BOUZID Inès, MASMOUDI Hela. Les communautés des logiciels libres: une nouvelle
structure d'innovation. Paris: Université Paris Dauphine - Paris IX, 2007.

[94] DEMAZIERE Didier, HORN François, JULLIEN Nicolas. Le travail des développeurs de
logiciels libres. La mobilisation dans des "communautés distantes". Lille: Centre lillois d'études et
de recherches sociologiques et économiques (CLERSE), 2005.

[95] FERSHTMAN Chaim. The determinants of output per contributor in open source projects :
an empirical examination. Londres: Centre for Economic Policy Research, 2004.

[96] FOGEL Karl. Producing open source software : how to run a successful free software
project. Sebastopol: O'Reilly, 2006.

[97] LAZARO Christophe. La liberté logicielle : une ethnographie des pratiques d'échange et
de coopération au sein de la communauté Debian. Louvain-la-Neuve: Academia-Bruylant, 2008.

[98] PROULX Serge, RUEFF Julien, COUTURE Stéphane. L'action communautaire


québécoise à l'ère du numérique. Québec: Presses de l'Université du Québec, 2008.

article de presse

[99] KARATZOGIANNI Athina, MICHAELIDES George. Cyberconflict at the edge of chaos:


Cryptohierarchies and self-organisation in the open-source movement. Londres: CSE, in « Capital
& Class », Issue 97, pp. 143-157, 2009.

[100] PING Zhang, WEILING Ke. Motivations in Open Source Software Communities: The
Mediating Role of Effort Intensity and Goal Commitment. Saddle River: International Journal of
Electronic Commerce, in « International Journal of Electronic Commerce », Vol. 13 Issue 4, pp. 39-
66, 2009.

[101] WEILING Ke, PING Zhang. Motivations in Open Source Software Communities: The

46
Stéphane Moussie

Mediating Role of Effort Intensity and Goal Commitment. Clarkson: School of Business, in
« International Journal of Electronic Commerce », Vol. 13 Issue 4, pp. 39-66, 2009.

[102] YULIN Fang . Understanding Sustained Participation in Open Source Software Projects.
New York: Fairleigh Dickinson University, in « Journal of Management Information Systems », Vol.
25 Issue 4, pp. 9-50, 2009.

2 - Sites Web

[103] GEEKNET, Inc.. SourceForge: http://sourceforge.net/

SourceForge.net est un site web hébergeant la gestion du développement de logiciels


majoritairement libres.

3 - Travail universitaire

[104] GRASSINEAU Benjamin. La dynamique des réseaux coopératifs. L'exemple des logiciels
libres et du projet d'encyclopédie libre et ouverte Wikipédia. Paris: Centre d'étude et de recherche
en sociologie des organisations (CERSO), 2009. THÈSE

D - L'économie

1 - Monographies

[105] BITZER Jürgen, SCHRÖDER Philipp J.H.. The economics of open source software
development. Amsterdam: Elsevier, 2006.

[106] BERRY David M.. The contestation of code : a political economy of free software and open
source. Brighton: University of Sussex, 2007.

47
Stéphane Moussie

[107] BONACCORSI Andrea, ROSSI Cristina. Economic perspectives on open source


software : intellectual property, knowledge-based communities, and the software industry. Milan:
FrancoAngeli, 2006.

[108] BOYER Marcel, ROBERT Jacques. L'économie du logiciel libre et ouvert :


recommandations en vue d'une politique gouvernementale à l'égard du logiciel libre, open source
software. Montréal: Cirano, 2005.

[109] DIXON Rob. Open Source Software Law. Londres: Artech House Publishers, 2004.

[110] ELIE François. L'économie du logiciel libre. Paris: Eyrolles, 2009.

[111] FLEISHER Craig S.. Using open source data in developing competitive and marketing
intelligence. Bingley: Emerald, 2008.

[112] GOLDMAN Ron, GABRIEL Richard P.. Innovation happens elsewhere : open source as
business strategy. San Francisco: Morgan Kaufmann, 2005.

[113] HENKEL Joachim. The jukebox mode of innovation : a model of commercial open source
development. Londres: Centre for Economic Policy Research, 2004.

[114] KELLY James Floyd. Don’t spend a dime : the path to low-cost computing. Berkeley:
Apress, 2009.

[115] LERNER Joshua, TIROLE Jean. The economics of technology sharing : open source and
beyond. Cambridge: National Bureau of Economic Research, 2004.

[116] LOCKE John. Open source solutions for small business problems. Hingham: Charles River
Media, 2004.

[117] RASTETTER Yvon. Le logiciel libre dans la mondialisation. Paris: Hermès Science:
Lavoisier, 2006.

[118] RASTETTER Yvon. Le logiciel libre dans les PME. Paris: Hermès Science: Lavoisier, 2008.

[119] SODERBERG Johan. Hacking capitalism : the free and open source software movement.
New York: Routledge, 2007.

[120] STODDARD Jonathan. Big Software, Little Price. Denver: Financial Planning Association,
2009.

2 - Articles de presse

48
Stéphane Moussie

[121] DAVY Philippe. Le nouveau modèle du logiciel libre. Paris: Groupe Tests, in « 01
Informatique », n°1814, pp.52-54, 2005.

[122] DE LAUBER Charles. Les entreprises veulent plus d'économies grâce aux logiciels libres.
Paris, Les Échos, in « Les Échos », 2009.

[123] GUHLIN Miguel. Open Source and ROI: Open Source Has Made Significant Leaps in
Recent Years. What Does It Have to Offer Education ?. Vandalia: NewBay Media, in « Technology
& Learning », v27 n°12, p. 12, 2007

[124] JEEVAN Jaisingh. The Impact of Open Source Software on the Strategic Choices of Firms
Developing Proprietary Software. New York: Fairleigh Dickinson University, in « Journal of
Management Information Systems », Vol. 25 Issue 3, pp. 241-275, 2008.

[125] RAVIL Sen. Determinants of the Choice of Open Source Software License. New York:
Fairleigh Dickinson University, in « Journal of Management Information Systems », Vol. 25 Issue 3,
pp. 207-239, 2008.

3 - Article sur le web

[126] ZAPOLSKY Alexandre. Le logiciel libre assure l'indépendance technologique de l'Europe.


01Net.com: http://www.01net.com/article/240090.html, 2004.

4 - Travaux universitaires

[127] CORIS Marine. Le logiciel libre : émergence et hybridation d'une alternative productive.
Bordeaux: Université Montesquieu-Bordeaux IV, 2004. THÈSE

[128] LE TEXIER Thomas. Le rôle des innovations ouvertes dans la reconstruction des activités
industrielles: les exemples du développement logiciel libre, de l'activité des réseaux d'échanges de
fichiers électroniques, et une application au cas du Département de la Défense des Etats Unis.
Université de Nice-Sophia Antipolis, 2008. THÈSE

49
Stéphane Moussie

E - La législation

1 - Monographies

[129] BASSETT Graham, FITZEGRALD Brian F.. Legal issues relating to free and open source
software. Brisbane: Queensland University of Technology, School of Law, 2004.

[130] BERRY David M.. Copy, rip, burn : the politics of copyleft and open source. Londres: Pluto
Press, 2008.

[131] COOL Yorick. Les logiciels libres face au droit. Namur: CRID, 2005.

[132] EINHORN Michael. Media, technology and copyright : integrating law and economics.
Northampton: E. Elgar, 2004.

[133] COALLIER François, GERIN-LAJOIE Robert. Open government architecture : the


evolution of de jure standards, consortium standards, and open source software. Montréal: Cirano,
2006.

[134] HARISON Elad. Intellectual property rights, innovation and software technologies : the
economics of monopoly rights and knowledge disclosure. Northampton: Edward Elgar, 2008.

[135] LIANG Lawrence. Free/open source software : open content. Kuala Lumpur: United
Nations Development Programme-Asia-Pacific, 2007.

[136] LINDBERG Van. Intellectual property and open source. Farnham: O'Reilly, 2008.

[137] M. ST. LAURENT Andrew. Understanding open source and free software licensing.
Sebastopol: O'Reilly, 2004.

[138] SCOTCHMER Suzanne, MAURER Stephen M.. Open source software : the new
intellectual property paradigm. Cambridge: National Bureau of Economic Research, 2006.

2 - Article de presse
[139] BOYLE James Floyd. What Intellectual Property Law Should Learn from Software. New
York: ACM, in « Communications of the ACM », Vol. 52 Issue 9, pp. 71-76, 2009.

50