Vous êtes sur la page 1sur 11

Cours intégré de Gestion d'entreprise

LE FINANCEMENT

Prof. P-A Dumont

Référence bibliographique :

Thommen J-P Introduction à la gestion d'entreprise


Zürich : Versus Verlag 2005 4e ed.

1
1. FINANCEMENT

1.1 Définition

Financer, c'est fournir les fonds nécessaires à la création, puis au


fonctionnement et enfin à l'expansion de l'entreprise.

1.2 Financement d'acquisition (sic) cf p. 406

Mobilisation immédiate de ressources financières (en général, de


l'argent) pour acheter un bien déterminé (un appartement, une
machine, etc)

1.3 Financement de l'exploitation cf p. 406

1° La marche courante d'une entreprise est marquée par un cycle des


liquidités, c'est-à-dire par la durée qui sépare la première dépense liée
au processus Achat-Production-Vente du premier encaissement lié au
même processus.

Source : Thommen J-P, Introduction à la gestion d'entreprise Zürich : Versus Verlag


2005, 4e ed

2
Dans l'exemple p. 414, ce cycle est égal à

(15j + 60j +15j +30j) – 30j = 90j soit 3 mois

Il faut donc trouver un financement à trois mois, et ce de façon


continuelle car ce cycle se renouvelle constamment.

2° Le volume de ce financement dépend du volume des stocks à


détenir (quantités et prix), de la valeur ajoutée apportée par
l'entreprise, etc

3° Le financement de l'exploitation se caractérise par un


renouvellement continuel du besoin, ce qui entraîne la permanence de
ce besoin de financement et exige des sources de fonds d'accès très sûr
et extrêmement modulables du point de vue du volume.

2. FORMES PRINCIPALES DE FINANCEMENT cf p. 407

Financement

Financement Financement
externe interne

Financement Financement Autofinancement Réalisation


par le crédit par participation d’actifs

Financement Financement
étranger propre

3
Source : Thommen JP, Introduction à la gestion d'entreprise. Zürich : Versus Verlag
2005, 4e ed, p. 413-414

4
3. FINANCEMENT PROPRE EXTERNE cf p. 425

Au moment de la création de l'entreprise, il est absolument indispensable.Il


correspond en effet à la mise de fonds initiale des fondateurs sans laquelle
rien n'est financièrement possible.

En période de croisière, c'est un mode de financement qui consiste à


solliciter les propriétaires de l'entreprise pour qu'ils remettent de l'argent
frais dans l'affaire (on parle alors d'augmentation de capital). Les
entreprises y recourent plutôt rarement, sauf cas particuliers : expansion
très vive et très rapide, ou bien endettement exagéré, ou bien encore graves
difficultés financières.

La cotation en bourse peut contribuer à faciliter le recours au financement


propre externe.

4. FINANCEMENT PROPRE INTERNE cf p. 448-452

Couramment désigné par le terme d'autofinancement, il est constitué par les


liquidités que les propriétaires de l'entreprise ne retirent pas sous forme de
dividende. Très schématiquement, l'autofinancement annuel est égal à

Autofinancement = Cash flow - Dividendes

En moyenne, et sur la longue durée, il constitue la source de financement


par excellence. Sans lui, l'entreprise disparaît plus ou moins rapidement.

5
5. FINANCEMENT ETRANGER cf p. 456-465

D'une façon générique, on appelle Financement étranger tout financement


recourant à l'emprunt, quelle que soient sa forme ou ses conditions. Le plus
souvent, il s'agit d'un financement passant par le système bancaire, mais il
peut aussi transiter par la bourse, auquel cas on parle d'un financement
titrisé.

5.1 Endettement à long terme p. 465-466

1° Titrisé : Emprunt obligataire, dont les titres sont cotés en bourse

2° Bancaire : Hypothèque (garantie réelle)

5.2 Endettement à moyen terme p. 463-464

1° Titrisé : Obligations de caisse, papier commercial (pas


nécessairement cotés en bourse).

2° Bancaire : Avance à terme fixe, en blanc ou assortie de garantie


réelle (nantissement) ou personnelle (caution)

5.3 Endettement à court terme (p.453-458)

1° Il est exclusivement d'origine bancaire : compte courant, crédit


revolving, ligne de crédit, affacturage, remise à l'escompte.

2° Il est dit spontané lorsqu'il émane d'opérations liées au processus


d'achat-vente et que ses conditions relèvent plus de la politique
commerciale et des usages entre fournisseurs et clients que de
considérations financières. L'exemple typique est constitué par le
crédit-fournisseur.

6
6. REALISATION D'ACTIFS

La vente d'actifs existants génère une recette et constitue donc une source
de fonds, mais le motif déterminant n'en est pas la recherche d'un
financement. Par exemple :

- vente d'équipements usagés, désuets ou inutilisés

- vente d'actifs dans le cadre d'une reconversion stratégique ou d'un


déménagement

- réduction des stocks d'invendus (soldes, vente-action, etc)

Qu'elles dégagent un bénéfice ou qu'elles engendrent une perte, ces ventes


procurent des fonds à l'entreprise, et donc du financement, mais ce n'est
pas leur but premier.

Source : Damodaran A., Finance d'entreprise : Théorie et pratique Bruxelles


De Boeck 2004, p.695

7
7. CRITERES DE CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT cf p. 475

7.1 Le coût

1° Le coût du financement n'est pas réductible au coût monétaire et


comptable.

2°Il correspond à une exigence formulée par les divers bailleurs de


fonds, ou par le marché. Cette exigence, qui n'est pas toujours
explicitement exprimée, correspond à un coût d'opportunité.

3° Il est toujours ajusté au risque perçu par les bailleurs de fonds


sollicités (cf p. 483) : plus ce risque est grand, plus le coût est élevé.

7.2 Les garanties et les sûretés

1° Aspects souvent déterminants pour l'obtention d'un financement,


mais qui ne sont pertinents que pour le financement étranger.

2° Deux buts sont visés : obtenir le prêt et/ou réduire son coût

7.3 Adéquation aux besoins à financer cf p. 480-483

La nature des besoins à financer (acquisition d'un terrain, achat


d'équipement, politique d'expansion commerciale, rachat d'une
entreprise, etc) conditionne étroitement les caractéristiques
souhaitables du financement, en terme de volume, d'échéance, de
flexibilité, d'accessibilité, de coût, etc)

8
7.4 Contrôle de l'entreprise cf p. 484

C'est un aspect qui ne concerne que le financement propre externe. La


mise de fonds initiale ne pose pas trop de problèmes. En revanche, les
augmentations de capital ultérieures peuvent être à l'origine de difficultés
sérieuses si les propriétaires en place n'ont plus les moyens de souscrire, ou
s'ils ne ne veulent plus, pour un motif ou un autre, réinjecter des fonds dans
l'entreprise. L'appel à des tiers devient indispensable, conduisant à un
élargissement du cercle des propriétaires et à une perte proportionnelle de
leur contrôle (en termes de droit de vote par exemple).

7.5 Publicité

Le recours au système bancaire est un moyen très discret d'obtenir du


financement externe. En revanche, le financement via la bourse exige une
publicité maximum et est très réglementé à ce sujet.

9
Questions à choix multiple (parmi les quatre réponse proposée, trouvez la
seule qui soit correcte)

1. Parmi les quatre affirmations suivantes concernant le financement


propre externe, une seule est correcte. Laquelle ?

A. Il est crucial au démarrage de l'entreprise

B. Il est fréquemment utilisé en période de croisière

C. Il est utilisé parce qu'il est le meilleur marché

D. Il est utilisé parce qu'il est le plus sûr

2. Parmi les quatre affirmations suivantes concernant le coût du


financement, laquelle est la seule correcte ?

A. Etant donné que leur coût n'est pas totalement enregistré par la
comptabilité, les fonds propres sont moins chers que les dettes.

B. Plus leur volume est petit, moins les emprunts bancaires coûtent
cher.

C. L'existence d'une garantie réelle ou personnelle permet de réduire


le coût d'un emprunt.

D. L'autofinancement est la meilleure marché des sources de


financement.

10
3. Le financement de l'exploitation (une seule affirmation est correcte.
Laquelle?

A. Ne constitue pas le problème majeur di directeur financier car il


trouve une solution quasi-automatique dans le cycle des affaires.

B. Ne dépend que des durées (crédit, stockage) et peut donc être


assuré par la mise en place d'un échéancier rigoureux.

C. Porte sur une durée courte et trouve sa solution de renouvellement


automatiquement.

D. Est un besoin permanent qui n'a pas de solution automatique.

Q1 A. Q2 C. Q3 D.

11