P. 1
Analyse d Eau

Analyse d Eau

|Views: 12,037|Likes:
Publié parSulejmanBender

More info:

Published by: SulejmanBender on Mar 13, 2012
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

04/14/2015

pdf

text

original

Une eau destinée à l'alimentation doit être inodore. En effet, toute odeur
«st un signe de pollution ou de la présence de matières organiques en décom-
position. Ces substances sont en général en quantité si minime qu'elles ne
peuvent être mises en évidence par les méthodes d'analyse ordinaire. Le sens
olfactif peut seul, dans une certaine mesure, les déceler.

Principe.

Dilution de l'eau à examiner jusqu'à ce qu'elle ne présente plus d'odeur

perceptible.

Matériel spécial.

— Une douzaine d'erlenmeyers de 500 ml à col étroit et bouchés émeri,
dotés d'un numéro de série. Ils seront parfaitement nettoyés et rincés à l'eau
inodore avant l'emploi.
— Thermomètre 0 — 110 0

C
— Burette de Mohr 25 ml, ou pipettes de 1 ml, 2 ml, 5 ml etc...
— Eprouvettes graduées de 125 et 250 ml.
— Bouteilles d'un litre avec bouchon émeri pour des échantillons d'eau

à examiner.

— Osmoscope de verre (facultatif) fait d'un tube de verre de 2 cm de
diamètre et de 20 à 30 cm de long ouvert à la partie inférieure et élargi au
sommet de façon à couvrir l'enLrée des narines.

Réactif.

— Eau inodore.

Elle est préparée en faisant passer de l'eau potable sur du charbon actif
en grains à la vitesse maximum de 20 litres à l'heure.

12

ANALYSE DESEAUX NATURELLES

Mode opératoire.

— Précautions générales :

Une certaine pratique est nécessaire pour développer la sensibilité de

l'odorat.

Bien nettoyer la verrerie et la rincer à l'eau désodorisée. Numéroter les
échantillons afin d'éviter toute influence psychologique (l'opérateur ignorant
à quelle dilution il a affaire). Opérer dans une pièce, à l'abri des odeurs étran-
gères extérieures. Toutes les dilutions seront examinées à la même tempé-
rature et comparées à un échantillon d'eau sans odeur. Le travail de l'opé-
rateur sera ainsi réduit à dire s'il y a odeur ou non. Pour les eaux à odeurs
fortes, les diluer suffisamment pour que l'opérateur commence son expé-
rience sur des dilutions en dessous du seuil de perception. Ne pas opérer
pendant trop longtemps (une heure au maximum) pour ne pas fatiguer
l'odorat.

— Détermination de l'odeur :

Obtenir approximativement l'échelle des intensités des odeurs de Ia
façon suivante : dans un premier erlenmeyer mettre 50 ml d'échantillon,
dans un deuxième 16 ml, dans un troisième 6 ml et compléter chaque flacon
à 240 ml avec de l'eau inodore; dans un quatrième, mettre 240 ml d'eau déso-
dorisée à titre de référence.

Pour être complète, la détermination sera faite à froid (25 0

C) et à chaud

(60 0

C) après chauffage sur plaque ou dans un bain. Dans tous les cas, ne pas
faire varier la température de plus de un degré au cours d'une opération.
Secouer chaque flacon trois ou quatre fois avant de sentir pour caractériser
le type d'odeur.

Pour augmenter la précision, respirer tour à tour l'eau désodorisée et
l'échantillon de dilution inconnue.
Classer les flacons qui ont une odeur et ceux qui n'en ont pas, puis en
déduire les dilutions intermédiaires à faire.
Le nombre de dilutions intermédiaires dépendra de la capacité de l'opé-
rateur à déceler une faible variation d'odeur et de la raison pour laquelle
on veut mesurer l'intensité de la dite odeur. L'habitude permet de conduire
à la fois les opérations sur deux échantillons différents d'eau.

Expression des résultats.

Les résultats sont donnés en nombre exprimant la valeur du seuil de
perception de l'odeur. Cette valeur correspond au chiffre de la plus grande
dilution donnant une odeur perceptible.

Exemple : 6 ml dilués dans 240 ml étant la plus grande dilution donnant
240
une odeur perceptible, la valeur du seuil de perception est ^r — 40.

CARACTÈRES

ORGANOLEPTIQUES

13

Remarques.

— La valeur du seuil de perception ne doit pas être confondue avec la
concentration d'odeur du seuil, qui représente la plus petite quantité de
matière odorante en milligrammes au litre nécessaire pour émettre une odeur.
Cette concentration d'odeur du seuil multipliée par la valeur du seuil de percep-
tion de l'odeur donne la concentration de la matière dans l'échantillon.

— Examen simultané de plusieurs échantillons d'eau (maximum cinq).

Cet examen nécessite deux opérateurs travaillant en équipe. Etiqueter
les échantillons A, B, C, D, E, par exemple. Un opérateur, le dilueur, prépare
une solution A (48 ml d'échantillon + 192 ml d'eau désodorisée) et un flacon
de référence de 240 ml d'eau désodorisée, il les donne sans identification au
second opérateur qui fait l'essai. Pendant ce temps, le dilueur prépare B dans
les mêmes conditions. Selon les résultats obtenus sur A, il fait les dilutions
suivant le tableau ci-après :

48 ml

» 12

> 4

> 2

» 1

80

» 60

24

» 16

8

— 6

3

160

» 120

40

» 30

10

Commencer avec 48 ml ; si l'odeur est perceptible, suivre la flèche de
droite pour avoir la dilution suivante ; si l'opérateur ne perçoit pas d'odeur,
suivre la flèche dirigée vers le bas. Opérer ensuite de la même façon avec l'échan-
tillon B,...

Exemple d'une série d'opérations :

Numéro
d'ordre

Volume en ml
de l'échantillon
employé

Présence
ou absence
d'odeur

Valeur
du seuil de
perception

Échantillon A

1
3
5
7

48
12
4
8

+
+

0

+

> 30

Échantillon B

2
4
6
8

48
80
160
120

0
0
+

0

* 1,5

14

ANALYSE DESEAUX NATURELLES

Liste des principaux groupes d'odeurs types :

Code

Nature
de l'odeur

Description

A

Aromatique

Épice, camphre, girofle, citron

B

Balsamique

Fleurs diverses

C

Chimique

Cc

Chlore

Chlore libre

Ch

Hydrocarbure

Pétrole et dérivés

Cm

Médicale ou phar. lodoforme, phénol, chlorophénol

Cs

Sulfureuse

Hydrogène sulfuré

D

Désagréable

Goût prononcé

Uf

Poissons

Uroglenopsis et dinobryon

E

Terreuse

Terre ou argile humide

Ep

Tourbe

Tourbe

F

Ep

Fécaloïde

Fosse d'aisance

G

I Ierbe

Herbe écrasée

M

Moisi

Cave humide, trou humide rarement ouvert

V

Vase

Odeur d'étangs, herbe ou feuille en décom-
position

BIBHOGR APIl IE

C. H. SPAULDING, The quantitative détermination of odor in waler. Am. J.
Pub. Health,
1931, 21, 1038-39.
G. M. FAIR, On the détermination of odors and tastes in water. J. New Eng.
W. W. Assn,
1933, 47, 248.

Cette méthode est homologuée par AFNOR sous le Nu

NFT : 90-002.

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->