L' HomOGM de Néandertal…

Une " Science-FICTION Naturellement R !LL! " "ean-Claude #ére$% octo&re '((()

Allez au delà de cet article... en LISANT le livre "l'ADN décrypté" ou en ECO TANT le CD audio de "La pre!i"re !u#i$ue de# %"ne#" &'( !inute# de ) SI* E +ENETI* E vou# ,eront découvrir l'-ar!onie de %"ne# évolué#. apprécier le lon% c-e!in de l'Evolution entre un %"ne de c-aran/on ,o##ile vieu0 de 123 !illion# d'année# &du te!p# de# dino#aure#4 et le !5!e %"ne c-ez le# c-aran/on# conte!porain#...6 7ou# pouvez co!!ander le livre &289 ,ranc#4 ou le CD &(:9 ,ranc#4 en écrivant à ;ean<claude =E>E?. ' Av de Terre<rou%e @221(' )arti%na# @>ANCE &,rai# de port co!pri#4. !*trait du C+ audio, -ic.ier M#/ 0'12 3o4 "Avec le temps, une erreur peut devenir exacte, s'il s'avère que celui qui l'avait commise s'était trompé ou non…" (Citation de l'humoriste Pierre Dac) Note au lecteur: e lecteur voudra !ien excuser le caractère "h"!ride" de ce texte, qui se veut # la $ois "scienti$iquement précis" et "très %rand pu!lic"& 'inalement, ce texte est donc h"!ride, # l'ima%e de l'()* qu'il décrit& -I- PRÉAMBULE : Avec le +emps (et au,ourd'hui dé,#), les ()* actuels seront quali$iés " d'OGM PREHISTORIQUES de la re!"#re $%&%rat"o& "'-ls se résumeront # " u& !ar"a$e (orc% de) e) #ce) " provoqué par les !io.technolo%ues& Ces derniers auront alors !a$oué la "$ameuse !arrière des espèces" dont on i%nore la raison d'/tre…La )eco&de $%&%rat"o& d'OGM sera peut./tre celle qui aura $ranchi une seconde !arrière 0 celle de "l'E) #ce-Te! ) ", !rassant des tron1ons d'AD2 d'espèces d'autant plus étran%ères qu'elles n'auraient ,amais pu se rencontrer "naturellement", a"ant vécu chacune … en des +emps et époques di$$érents… La tro")"#!e $%&%rat"o& d'OGM sera peut./tre celle o3, non content d'avoir, d'a!ord aveu%lément !ricolé, puis raisonna!lement corri%é voire amélioré, l'4omme saura en$in optimiser et par$aire0 Alor) )era *e&ue la $%&%rat"o& de) "OGM ar(a"t)"' Avant d'en%rainer nos champs et nos campa%nes de ces nouvelles %énérations d'()*, peut./tre dé,# la simulation, aidée de lois encore inconnues de la )énétique, serait.elle capa!le de nous laisser ima%iner et r/ver ces ()* du $utur5" L'HomOGM de Neandertal " e5t% comme 5on nom l'indi6ue% un OGM) C'e5t m7me "un OGM 8ar-ait de troi5i9me :énération"% ;e <ai5 <ou5 le 8ré5enter maintenant…

L= "RON+!" #=RF=IT!, I!a%inez le# 183': -aAitant# d'un villa%e $ui vont #e ra##e!Aler. "la !ain dan# la !ain" a,in de ,or!er une i!!en#e ">ONDE"BSelon la lé%ende. la ru!eur a,,ir!e $ue '(: &2'CD2:34 par!i ce# -aAitant# #eraient de# étran%er# venu# d'un "autre Te!p#"6 Cette "peuplade" e#t con#tituée d'-u!ain# de #e0e# !a#culin et ,é!inin. il y a au##i. !élan%é#. de# en,ant# et de# adulte#B Soient. ,inale!ent. * AT>E type# d'-u!ain#E Fo!!e# &A4. @e!!e# &T4. petit# %ar/on# &+4 et petite# ,ille# &C4.I!a%inez. !aintenant. $ue. initiali#é par l'un $uelcon$ue de ce# per#onna%e#. parte. pui# #e propa%e. de proc-e en proc-e. un "!e##a%e #i!ple".=ar convention. c-oi#i##on# de propa%er ce !e##a%e de la %auc-e ver# la droiteE ain#i. c-a$ue individu re/oit le !e##a%e c-uc-oté par #on voi#in de %auc-e. !odi,ie ce !e##a%e #elon une loi #i!ple $ue nou# allon# décrire. pui# c-uc-ote le !e##a%e !odi,ié à #on voi#in de droiteB La r"%le va con#i#ter à tran#!ettre 2 no!Are#E • • • NE le no!Are cu!ulé d'étape# élé!entaire# du !e##a%e. ACE le no!Are cu!ulé d'étape# élé!entaire# du !e##a%e $ui #ont to!Aée#. #oit #ur un -o!!e &A4. #oit #ur une petite ,ille &C4. T+E le no!Are cu!ulé d'étape# élé!entaire# du !e##a%e $ui #ont to!Aée#. #oit #ur une ,e!!e &T4. #oit #ur un petit %ar/on &+4.

=our ré#u!er. c-a$ue individu retran#!et 2 !e##a%e#E • • Le !e##a%e re/u N au$uel il aGoute touGour# " N". Le !e##a%e re/u AC au$uel il n'aGoute " N" $ue #'il #e reconnaHt dan# cette population de# AC. #inon il retran#!et ce !e##a%e AC tel $u'il l'avait re/u. Le !e##a%e re/u T+ au$uel il n'aGoute " N" $ue #'il #e reconnaHt dan# cette population de# T+. #inon il retran#!et ce !e##a%e T+ tel $u'il l'avait re/u.

On re!ar$uera $ue ce triple !e##a%e e#t redondantE c-acun peut à tout !o!ent en contrIler la con#i#tance en véri,iant l'é%alité NJACDT+.Ain#i. ce triple !e##a%e va circuler et #e propa%er de proc-e en proc-eBCo!!e cette c-aHne -u!aine e#t une "ronde". elle n'a point de ,inBAu##i. au Aout d'un certain te!p#. c-a$ue individu re/oit. à nouveau. le triple !e##a%e actuelBCe petit Geu pourrait continuer lon%te!p# ain#iBAu##i. tout individu peut #topper le Geu #'il re/oit e0acte!ent un triple !e##a%e ,or!é de troi# no!Are# #ucce##i,# de @iAonacciE par e0e!ple. lor#$ue NJ(K83'. ACJ1''11 et T+J19C:8. >appelon# $ue la #uite de @iAonacci e#t la #uite in,inie de no!Are# entier# ,or!ée à partir de 1E 1 ( 2 3 K 12 (1 2: 33 KCB C-a$ue nouveau no!Are e#t oAtenu en ,ai#ant la #o!!e de# deu0 no!Are# $ui le préc"dent dan# la #uiteE par e0e!ple. KCJ33D2: ou encore (K83'J1''11D19C:8. Ce# no!Are# r"%nent #ur la Aeauté de# Nautile#. =i%ne# et Tourne#ol#B Le Aut de ce Geu e#t de découvrir de# arran%e!ent# TCA+ de "ronde#" tel# $ue. partant d'un point "individu" $uelcon$ue. il é!er%e un triplet de @iAonacci $ui #oit le plu# %rand po##iAleB

… Re<enon5 > notre HomOGM de Neandertal, vou# l'aurez co!pri#. le#
-u!ain# y #eront re!placé# par le# Aa#e# TCA+ de l'ADN et la "ronde" y #era re!placée par un %éno!e d'ADN!t de# !itoc-ondrie# !odi,ié# %énéti$ue!ent #elon la !anipulation préci#e $ui va 5tre décrite. Alor#. vont é!er%er d'i!!en#e# triplet# lon%# de (1'K29C Aa#e# TCA+ &ou individu# dan# la ronde4 $ui #e répartiront tr"# e0acte!ent en 12:8(8C AC &-o!!e# A ou ,illette# C4 et de K2(9:9 T+ &,e!!e# T ou %ar/onnet# C4. >e!pla/on# !aintenant un #eul de# -o!!e# &A4 ou de# ,illette# &C4 par un %ar/onnet &+4 ou par une ,e!!e &T4BAlor#. d'i!!en#e# "ré#onance#" naHtront. Aien plu# lon%ue# encoreE elle# auront traver#é :K'9K:' individu# et auront rencontré au cour# de ce lon% périple 29192:C AC et 1K89:CK T+B &ce# no!Are# proviennent d'une #uite "cou#ine" de @iAonacci. la #uite de "Luca#". ,or!ée à partir de 1 2 : ' 11 1K (C :'B4. Au cour# de cette enivrante ronde. $ui aura atteint la =er,ection. c-acun de# individu# aura vu pa##er pr"# de 299 ,oi# le !e##a%e en cour# d'élaAoration

&:K'9K:'L183':J(C: tour#4. La #!RF!CTION 6ui <ient d'7tre décrite ici% c'e5t la de5cri8tion ima:ée de "l'HomOGM de Néandertal"? -II- INTRO+U,TION: Cet " 4om()* de 2éandertal " constitue # lui seul de multiples dé$is 0 Pre!"er d%(": cet ()* " d%("e " l'E) ace-Te! ), en e$$et, il réunit et $usionne des séquences d'AD2 qui ont existé # des périodes distinctes de l'6volution& Seco&d d%(": cet ()* d%("e le) " a&t"-OGM " en leur démontrant comment un ()* con1u par l'homme pourrait améliorer les AD2 et les %ènes " !rassés " par l'6volution& Tro")"#!e d%(": cet ()* d%("e- %$ale!e&t- le) " ro-OGM " en leur démontrant qu'ils créent au,ourd'hui " en aveu%le ", i%norant certaines $inesses et certaines per$ections de lois $ondamentales de la )énétique qu'ils i%norent encore& Pourtant, ce texte, tout en " arado.e)", a pour !ut principal de $aire pro%resser le dé!at # propos des ()* en démontrant que l'unique certitude de cette +echnolo%ie c'est son i%norance de lois $ondamentales de la )énétique contr7lant la trans%énèse& A$in de mieux cerner les réalités, il est, par$ois, très utile de manier le " paradoxe "…Ainsi, a$in de mieux démontrer le " R")/ue de) OGM ", nous allons démontrer comment ces derniers pourraient… atte"&dre la PER0E,TION'1 es ()*, tant décriés, voire m/me dia!olisés, pourraient donc " améliorer l'immense com!inatoire du monde %énétique ", et, peut./tre m/me, contri!uer au pro%rès de l'68( 9+-(2: 2ous allons démontrer que cela est possi!le… *ais sous certaines conditions qui, hélas, ne sont pas au,ourd'hui réunies& 9n pro!lème, en e$$et, c'est que la démonstration qui va suivre s'appuiera sur une " Connaissance " que n'ont pas encore acquis et "di%éré" les %énéticiens& Alors, l'4om()* de 2éandertal pourrait tout autant en%endrer de "possi!les pro%rès" que de "réels Dan%ers"& e !ut ultime de ce petit texte sera, $inalement, de montrer que, pour la première $ois dans l'4istoire des ;ciences et +echniques 0 " =<ec le5 OGM% la Tec.nolo:ie détermine et en:a:e l'a<enir de5 .omme5) Mai5 c'e5t 5urtout la 8remi9re -oi5 o@ la Tec.nolo:ie de<ance% antici8e et 8réc9de la Connai55ance ") 2ous présenterons successivement les < étapes de notre démonstration 0 le terrain, la manipulation, les résultats, et les spéculations &-III- LE " TERRAIN "' 2otre démonstration s'appuie sur deux des plus $ructueux terreaux de la )énétique de cette $in de siècle 0 le %énome des mitochondries, d'une part, et l'AD2 $ossile de l'4omme de 26A2D6=+A , d'autre part& •Le $%&o!e de) !"toc2o&dr"e) 3ou "A+N!t"4: 'une des éner%ies.cle$ de la vie est l'O.5$#&e& a respiration che> l'homme, la photos"nthèse che> les plantes " contri!uent& Che> l'homme, le san% et l'hémo%lo!ine conduisent ensuite les atomes d'ox"%ène ,usqu'au plus pro$ond de la plus lointaine des cellules& #, vérita!les " centrales # éner%ie ", les mitochondries vont alimenter en permanence la Cellule en " éner%ie.(x"%ène "& es mitochondries sont codées par leur propre %énome 0 l'AD2 mitochondrial& Ce %énome, hérité d'ancestrales !actéries, coexiste avec l'autre AD2, le %énome chromosomique, siè%e de l'hérédité& Ce %énome mitochondrial est tout petit (environ ?@AAA !ases che> la plupart des or%anismes supérieurs)& -l a, aussi, une propriété remarqua!le 0 comme l'=+N de nom&reu* <iru5 et de5

&actérie5% l'=+Nmt e5t " circulaire " et re&ouclé 5ur luim7me) Cela si%ni$ie que la première et la dernière !ase sont conti%uBs& Ce %énome est très étudié car il contri!uerait # un %rand nom!re de maladies %énétiques et, en particulier, les maladies liées au vieillissement des neurones (Al>heimer, ParCinson)& 9ne autre propriété résulte d'une petite ré%ion du %énome, nommée " h"per. varia!le ", qui permet en pratique de distin%uer tous les /tres humains par la simple anal"se de leur AD2mt& Aussi, cette propriété est lar%ement utilisée en criminolo%ie (" 6mpreintes %énétiques ") ou dans l'anal"se de l'évolution (toutes les espèces possédant un AD2mt)& -l est ainsi possi!le de " reconstruire " l'ar!re de l'évolution des espèces vivantes (car l'AD2mt se transmet, de %énération en %énération, uniquement par la mère, ce qui permet de suivre l'évolution des mutations au cours des %énérations successives)& C'est sur ce re%istre qu'une !rillante démonstration a permis d'a$$irmer " qu'4omo.;apiens " ne serait pas le $ils " d'4omo.2eandertal "… : •L'A+N!t (o))"le de NEAN+ERTAL: 6n ?DDE puis en ?DDD, le chercheur allemand ;vante PFF!o a anal"sé deux petits $ra%ments de la ré%ion h"per.varia!le d'AD2mt prélevés sur le premier 2éandertalien découvert en ?GH@ près de Dusseldor$ (et précieusement conservé au,ourd'hui)& C'est ce spécimen, vieux d'environ IAAAA ans qui allait donner naissance au terme " 4omme de 26A2D6=+A " (en mémoire de "2éandertal", la ré%ion d'Allema%ne o3 il $Jt découvert pour la première $ois)& 6n s'appu"ant sur l'anal"se de ces deux petites ré%ions d'AD2 et sur leur niveau de ressem!lance avec l'AD2 correspondant du " ;apiens actuel ", PFF!o allait démontrer que 26A2D6=+A et ;AP-62; seraient deux li%nées parallèles qui auraient coexisté durant quelques millénaires& *ais leur souche commune serait !ien plus ancienne (environ @AAAAA ans) et, en conséquence, Homo-Sa8ien5 ne de5cendrait 8a5 d'Homo-Néandertal? 'homme de 2éandertal se situerait environ # mi.chemin entre l'4omo.;apiens et notre plus proche voisin, le chimpan>é& -mmense polémique dans le " anderneau des scienti$iques de l'6volution ", qui, comme chacun sait, ne laisse évoluer ses Do%mes que très lentement…+rès récemment, en ?DDD, deux autres pu!lications ma,eures sur le su,et viennent d'éta!lir, d'une part, que 26A2D6=+A et ;AP-62; avaient coexisté (et eurent m/me des petits "2eandertal.;apiens" ensem!le (I)), et, d'autre part, que 26A2D6=+A était canni!ale (<), ce qui ne nous étonnera %uère puisque les peuplades de ;AP-62; de la 2ouvelle )uinée pratiquaient encore ce mode de %astronomie durant le siècle actuel& Cela provoqua m/me che> eux une maladie nommée " Curu ", qui est une maladie cousine des maladies de Creut>$eldt. Kaco! et de " la vache $olle "…

-I6- LA " MANIPULATION " )u$$%r%e' Applique> le protocole précis suivant, prene>0 ? . 9n %énome complet d'AD2mt du chimpan>é Pan +ro%lod"te K622L " ()enManC NDIIIH)& Ce %énome circulaire mesure ?@H@? !ases, !aptisons.le " C4-*P "& O . Prene> les O tron1ons d'AD2 $ossile de 2eandertal extraits par ;vante PFF!o # partir du squelette $ossile de l'homme de 2éandertal& es coordonnées et ré$érences précises de ces O séquences sont respectivement O&? 0 48=? . IED !ases . ;& PFF!o in C6 ?DDE Kul ?? PDA(?)0 ?D.IA (re$ ?) O&O 0 48=O . I<H !ases . ;& PFF!o in P2A; ?DDD vol D@ pp& HHG?.HHGH, (re$ O)& I . 'orme> le trans%ène " l'4om()* de 2éandertal " en $usionnant le

%énome (?) du chimpan>é et les O tron1ons (O&? et O&O) de 26A2D6=+A comme suit 0 I&? 0 Kuste après la !ase ?H<<E de C4-*P, remplacer les IE@ !ases suivantes par les IED !ases 48=? du 26A2D6=+A & I&O 0 Kuste après la !ase ?@AHA de C4-*P (ori%inel), remplacer les IIH !ases suivantes par les I<H !ases 48=O du 26A2D6=+A & e nouveau " trans%énome " ainsi $ormé, " l'4om()* de 2éandertal " compte maintenant ?@HE< !ases (au lieu des ?@H@? !ases initiales)& -6- LES RESULTATS' Cet AD2 h"!ride est c"rcula"re& (n peut " rechercher de) r%)o&a&ce) du "Su ra,ode de l'A+N" (H)… es milliers de " résonances " du ;9P=A.C(D6 de l'AD2 structurent et architecturent l'arran%ement relati$ des !ases +CA) de l'AD2 0 chaque résonance est un rapport remarqua!le d'une séquence conti%uB de !ases +CA) suivant une proportion de 2om!res de 'i!onacci ou de ucas (par exemple, GD !ases +CA) vont se su!diviser en I< !ases + et en HH !ases AC)& I<, HH et GD sont trois nom!res successi$s dans la suite de 'i!onacci (? ? O I H G ?I O? /1 22 A( ?<< OII…)& Du $ait de la structure circulaire, en théorie, des résonances de lon%ueur in$inie pourraient m/me émer%er ici… (n retrouve l# ce $ameux pro!lème du %énial mathématicien Alan +urin%, qui, dans la conception de son ordinateur théorique capa!le " de résoudre +(9; les pro!lèmes possi!les "… prévo"ait un espace d'adressa%e mémoire de lon%ueur -2'-2-6 : -l est étran%e de constater que l'autre )rande Question qui tourmenta ce m/me +urin% tout au lon% de sa courte vie, " c'était de com8rendre 8our6uoi il B a de5 Nom&re5 dan5 la Nature… !t% 5urtout 8our6uoi le5 nom&re5 de Fi&onacci B 5ont omni8ré5ent5C "… qu'il s'a%isse des proportions de la coquille du nautile ou encore des nom!res de spirales des pommes de pins (H et G) ou des $leurs du tournesol (I< et HH)& *es récentes découvertes m'ont conduit # m'intéresser en particulier # des résonances entre les !ases +R) d'une part, ARC d'autre part, et la totalité des !ases +CA)&Pour une vin%taine de %énomes nati$s étudiés (allant du ver de terre au crocodile et aux sin%es ou humains), ,e découvre e$$ectivement un %rand nom!re de telles résonances dont la lon%ueur maximale est de OG@HE che> l'homme et EHAOH che> le chimpan>é, le %orille et le !a!ouin (ce qui équivaut # plus d'un tour de %énome puisque ces %énomes mesurent tous environ ?@AAA !ases)& +ous ces nom!res OG@HE, EHAOH, etc& sont des nom!res entiers appartenant aux suites de 9CA; (? I < E ??…) ou de 'i!onacci ( ? ? O I H G ?I…)& Qu'advient.il si on " dope " ces %énomes par les O $ra%ments de 26A2D6=+A 5 Pour les quelques vin%t espèces que nous avons étudiées, les résultats sont très varia!les& Cependant, les primates supérieurs (sin%es) et l'homme sont ceux che> lesquels on o!serve les plus lon%ues résonances et la plus %rande in$luence de cette "%re$$e de 2éandertal"& Dans certains cas, m/me, cet ance5tral tran5:9ne a:it comme un <érita&le "do8ant"… Ainsi, pour le %énome du chimpan>é mentionné ci.dessus, " d'immenses résonances " vont alors émer%er 0 on dénom!rera m/me AA .B8er-ré5onance5 6ui atteindront la lon:ueur record de D'EA/F( &a5e5 0+!UG MILLIONS et 'EA)/F( &a5e5…?4) ;i, maintenant, on " dope " ce %énome trans%énique en mutant une seule !ase de A # ) sur une adresse o3 ce t"pe de mutation est souvent o!servé, cela su$$ira alors pour $aire naStre ?AH résonances de IHO<HEG !ases et OH autres résonances de <GEAG<E !ases… Soient d'immen5e5 ré5onance5 attei:nant 8r95 de CINH MILLIONS +! I=S!S… ce qui, pour un %énome de ?@HE< !ases de circon$érence, équivaut # 8r95 de D(1 tour5 du :énome ? ;i ,'a,oute que ce 2%&o!#&e corre) o&d ro7a7le!e&t 8 de) ro r"%t%) de c"rculat"o& d'ELE,TRONS, de proche en proche, entre les !ases… 2ous avons l# une " sorte d'accélérateur de particules du C6=2 " transposé # l'échelle atomique de l'AD2& (=appelons que l'immense anneau de l'accélérateur du C6=2 passe sous une %rande partie de la ville de )enève)& *ais comment donc de si %i%antesques résonances ont.elles pu émer%er 5 ;i nous avons la curiosité de compta!iliser les quantités respectives des !ases +CA)

composant ce %énome, et, en particulier, les sommes respectives +R) d'une part et ARC d'autre part, on va constater que les ratios (+RCRAR))T(ARC) et (ARC)T(+R)) s'approchent d'autant plus du 2om!re d'(r P4-U?&@?GAIIDGD… que les résonances deviennent très lon%ues… Par exemple, ce ratio, pour les AD2mt du chimpan>é actuel et de l'homme actuel vaut respectivement ?&@?O (chimpan>é) et ?&@AG (homme), valeurs dé,# très voisines de PhiU?&@?G& Che> le trans%énome " 4om()* de 2éandertal ", qui compte ?@HE< !ases, ces !ases se répartissent de manière quasi idéale en ?AO<< !ases AC et @IIA !ases +)& 6n conséquences, les rapports 0T,AG 9 A, : ;<=>?9;@A?? : ;B<;>CAA6tA, 9 TG : ;@A??9<DD@ : ;B<;EDA= +out cela est !ien proche du rapport idéal du No!7re d'Or P2":;B<;E@DDCEC& -l ne manque, en $ait, qu'une seule !ase ) ou + de plus (et une !ase A ou C en moins) pour " par$aire " ce ratio& C'est, très précisément, ce qui s'est passé lorsqu'on a atteint une lon%ueur proche de C-2Q *- -(2; D6 MA;6; en dopant le trans%ène d'une seule mutation A # ) (on attei%nait alors le ratio ;B<;E@E@)& Hue 8en5er d'une 5i &elle Horlo:erie C -6I- LES SPE,ULATIONS' Cet h"per.ordre a été découvert au hasard d'une recherche $ondamentale simulant des trans%énèses plausi!les& *on o!,ecti$ était le suivant 0 du $ait de la très %rande ressem!lance entre les AD2 mitochondriaux des divers primates dont le chimpan>é et l'homme contemporain, il était naturel d'étudier avec quelle " harmonie " les deux tron1ons de 2éandertal pouvaient venir s'insérer, # la !onne place, dans ces %énomes modernes& Ces %énomes modernes sont en e$$et très voisins de ce que $Jt, très pro!a!lement, ce %énome entier de 2éandertal& Certains diront 0 " ce rapport par$ait du 2om!re d'(r 5 Ce n'est qu'un pur hasard… " aissons.les dire… -ls devront cependant avoir parcouru auparavant le contenu du livre " 'AD2 décr"pté " (H)… D'un point de vue matériel, !ien que cela soit techniquement di$$icile et délicat, ,e puis assurer que ce trans%énome de chimpan>é de 2éandertal reste une technolo%ie réalisa!le& a pro!a!ilité pour que ce trans%énome puisse émer%er accidentellement du seul $ruit du 4asard reste très $ai!le mais pas totalement nulle& 'émer%ence de cet ()*, intentionnellement provoquée # des $ins " criminelles " ou " d'espionna%e industriel", devra, é%alement, /tre envisa%ée et considérée comme une éventualité # prendre au sérieux& Ce que ,e sais aussi, c'est que ce $%&o!e tra&)$%&"/ue )era "&("&"!e&t lu) STABLE que tout autre AD2 mitochondrial& (n remarquera aussi, /u'a5a&t atte"&t u& OPTIMUM- la !o"&dre !utat"o& )ur la *er)"o& 8 c"&/ !"ll"o&) de 7a)e) att%&uera"t et r%du"ra"t- da&) tou) le) ca)- cette EFTREME STABILITEB -l se pourrait m/me alors que, parvenu # ce stade de per$ection, ce %énome "re$use toute nouvelle mutation", dont l'e$$et résultant a$$ai!lirait, dans tous les cas, cette sta!ilité idéale… *ais, ce que ,e ne sais pas, c'est ")" cette )ta7"l"t% e.trG!e &e r")/ue a) de ro*o/uer u&e IMPLOSION ", donc une destruction du %énome& C'est la ran1on de tout s"stème complexe lorsqu'il atteint la P6='6C+-(2 0 # ce niveau " er(ect"o& " et " (ra$"l"t% " de*"e&&e&t de) )5&o&5!e) et " (u)"o&&e&t " e& u& )eul et !G!e %tat"&/ual"("a7le' 2ous avons si peu l'ha!itude de c7to"er les " u&"*er) ar(a"t) e& ce !o&de "! ar(a"t "' " L'"&acce))"7le %to"le- e& /uel/ue )orte "' 6n ce qui me concerne, ,e crois donc utile, voire nécessaire, de réaliser une aussi $olle manipulation expérimentale…D'autres, aussi, pourraient /tre tentés par une telle manip, mais pour des raisons plus " terre.#.terre " 0 en e$$et, si cet AD2 est par$ait, nous avons

l#, le mo"en # lon% terme, de réaliser de "super.%énomes mitochondriaux " # donc, de super.s"stèmes d'(x"%énation de la cellule 0 . Quand la cellule est musculaire, 1a intéresse le " dopa%e " sporti$… . Quand la cellule est un neurone, 1a intéresse le dopa%e céré!ral… 6t voici # nouveau les m"thes du " surdoué " et du " surhomme " qui re,aillissent : Mon, ne so"ons point pessimistes car, tant que ces découvertes demeurent peu connues… 2ous restons " immunisés " contre de telles dérives technolo%iques…*ais après… ;i un ,our…Sou.aiton5 donc 6u'on remette l'attela:e " > l'endroit "… !t 6u'> nou<eau% la "Science de la connai55ance"% telle 6u'elle <ient d'7tre 8ré5entée ici% 8réc9de la "Tec.nolo:ie du &ricola:e tran5:éni6ue"… *ais, # propos, n'ou!lions pas qu'une %rande Question demeure tou,ours sans réponse0 "co!!e&t et our/uo" N%a&dertal a t'"l 7ru)/ue!e&t d") aru de &otre la&#teH"

- )uerre $ratricide entre 2éandertal et ;apiens5
. Dé%énérescence de l'espèce5 (n peut, par exemple supposer qu'une pratique %énéralisée du canni!alisme ait, par le !iais du "Vuru", conduit l'espèce # une dé%énérescence neurolo%ique %énéralisée& . Mouleversement climatique auquel l'or%anisme de 2éandertal n'aurait pu s'adapter5 Ce troisième scénario est intéressant0 on peut, par exemple ima%iner que la $onction "d'ox"dative phosphor"lation mitochondriale" ait "d%$%&%r% (aute d'u&e e.trG!e er(ect"o&" (contr7le éner%étique de l'(x"%ène de la cellule)& 9n tel évènement pourrait avoir résulté d'un %énome AD2mt mitochondrial devenu incapa!le de muter pour s'adapter # ce !rusque chan%ement du milieu…6n e$$et, tout laisse # penser que l'AD2 mitochondrial de 2éandertal était "très voisin" de celui de "l'4om()* de 2éandertal" qui vient d'/tre étudié ici…Ce %énome aurait donc été "PAR0AIT"' et c'e)t l'HIPER-0RAGILITÉ liée # cette per$ection qui aurait conduit # l'e.t"&ct"o& de N%a&dertal' Melle et triste histoire # la $ois…*ais… Pourquoi pas5

-6II- BIBLIOGRAPHIE: .?. *& Vrin%s et al (?DDE) in "2eandertal D2A sequences and the (ri%in o$ *odern 4umans", Cell, vol DA, ?.OA (Kul" ??, ?DDE)& .O. *& Vrin%s et al (?DDD) in "D2A sequence o$ the mitochondrial h"pervaria!le re%ion -$rom the 2eandertal t"pe specimen", =roc. Natl. Acad. Sci. SA. vol D@, pp& HHG?.HHGH, (*a" ?DDD)& .I. C& Duarte et al (?DDD) in "+he earl" upper Paleolithic 4uman ;Celeton $rom the A!ri%o do u%ar 8elho (Portu%al) and *odern 4uman emer%ence in -!eria, =roc. Natl. Acad. Sci. SA. vol D@, pp& E@A<.E@AD (Kune OO, ?DDD)& .<. A& De$leur et al (?DDD) in "2eanderthal Canni!alism at *oula.)uerc", Ardèche, 'rance", Science. vol OG@, ?OG ((cto!er ?A, ?DDD) &.H. K&C Pére> (?DDE), livre " 'AD2 décr"pté0 la découverte et les preuves du an%a%e caché de l'AD2", 6d& *arco Pietteur, ID Av& du Centenaire M.<AHI 6*M(9=) Mel%ique, -;M2 O.GEO??.A?E.G& >etour déAut de pa%e

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful