Vous êtes sur la page 1sur 8

Directeur de la publication : Bernard Jouanneau.

Octobre 2005 - No 46

E D I TO R I A L

DUR, DUR POUR LES NOIRS

E st-ce la fatalité ? Il semble par les temps


qui courent que le sort des Noirs ne soit
pas enviable.
qu’un réflexe de solidarité et d’humanité se
déclenche qui fasse que ces gens, quelle que
soient leur origine et leur situation administra-
s’accumulent et que les victimes se ressem-
blent. Leur détresse ou leur révolte ne nous est
pas indifférente mais elle passe, et cède la
A côté des fléaux permanents et récurrents tive, aient accès à un logement décent, place à de nouvelles détresses.
qui affectent l’Afrique : de la famine aux rav- garantie primordiale de leur dignité ? Celle des familles de colons contraintes de
ages du Sida et du paludisme. Les inondations qui ont envahi et sinistré la quitter leur maison, « victimes » elles aussi
Après les souffrances imposées par la Nouvelle Orléans ne sont pas de même nature, d’une certaine manière, expulsées, trans-
traite, surviennent çà et là les génocides qui mais elles révèlent cependant crûment que ce portées par les forces de l’ordre agissant sur
ont touché le Rwanda et le Burundi et sont encore les Noirs, et les plus pauvres des ordre des autorités, dans le cadre de la mise en
atteignent aujourd’hui le Darfour. Sans cultiv- Noirs, qui ont été oubliés, laissés sur place et œuvre d’un plan de paix au Moyen Orient.
er les clichés habituels, il y a de quoi s’in- finalement les plus atteints par l’ouragan. Les colons ne sont pas des Noirs, ni même
quiéter. Faut-il oublier qu’ils sont noirs pour la plu- des pauvres. Tsahal a, sous les yeux du monde
Et voilà subitement que surgissent en cette part pour ne retenir d’abord qu’ils sont pau- entier, accompli sans violence l’engagement
fin d’été les images des victimes-toutes-Noires vres pour s’occuper d’eux après qu’il soit trop pris par Israël de restituer aux Palestiniens une
des incendies survenus dans les immeubles tard ? partie des territoires occupés.
insalubres à Paris, celles aussi des évacuations On me dit que les pouvoirs publics ont Qui faut-il plaindre et soutenir ? Qui faut-il
sommaires des occupants de ces immeubles localement différé leurs interventions par peur approuver ? Peut-on même comparer toutes
non encore sinistrés souvent en situation des procès que celles-ci déclencheraient de la ces misères et se faire juge de ceux qui y prê-
irrégulière mais toujours noirs. part des sinistrés. Triste retour de flammes de tent la main sur l’ordre de l’autorité ?
Les querelles juridico-administratives l’état de droit. Au lieu de sacrifier à la compassion ou de
auxquelles les unes et les autres donnent lieu Mais l’évidence médiatique qui nous saisit, s’engager dans de vaines polémiques, ne pour-
entre les pouvoirs publics (mairie et ministère c’est encore et toujours celle de la force rait-on intervenir pour soulager les épreuves
de l’intérieur) nous ramènent toujours au publique évacuant de force les Noirs rebelles de ceux qui souffrent ?
manque de moyens et à l’insuffisance des aux ordres et aux recommandations sanitaires. C’est le parti que suggère Radu Mihaïleanu
logements sociaux pour héberger les popula- Chaque fois qu’un pauvre déjà affecté par dans son très beau film Va, vis et deviens.
tions les plus pauvres. A quand les centres sa situation est confronté à l’autorité qui le Et pourtant, le héros du film, le petit Schlo-
d’hébergement pour les Noirs-en-difficulté ? contraint à partir, à quitter sa maison, son pays, mo n’était qu’un Noir!
Quelle catastrophe faudra-t-il attendre pour on ne peut rester indifférent.
Et pourtant, la police nationale fait son Bernard Jouanneau.
NOS PROCHAINES REUNIONS devoir en protégeant les populations contre les
risques de l’occupation des immeubles insalu- *Voir, page 4, l’article Un été meurtrier, sur le
Les lundis 10 Oct.,7 Nov., et 5 Dec.
bres, même si c’est au passage l’occasion de même sujet.
à 20 heures
Attention : Changement d’adresse détecter des Noirs en situation irrégulière.
25, rue Mesnil, 75016 Paris Et pourtant l’armée américaine remplit sa
Métro Victor Hugo mission en évacuant les zones infestées et
insalubres des bas quartiers de la Nouvelle
Après lecture, ne jetez pas ce journal, Orléans en attendant le retour à la normale.
donnez-le à vos amis ! N’en demeure pas moins que les épreuves

1
TEMOIGNAGES : E MOTION, FORCE ET EFFICAC I T E

Il arrive très souvent à notre amie Isa- dévorant les livres et se réfugiant dans la que je croyais, réalisé l’ampleur démen-
belle Choko d’aller dans les établisse- littérature, elle me ressemble tellement ! tielle d’Auschwitz-Birkenau et le courage
ments scolaires pour témoigner de son Quand vous expliquiez combien votre extraordinaire dont vous avez fait preuve.
expérience d’ancienne déportée. mère était fière de vos résultats scolaires Heureusement, j’ai eu la chance de visi-
A chaque fois la force de son témoigna- et parliez de votre enfance heureuse, je ter, hier le 16 mars 2005, les deux sites
ge provoque chez les jeunes lycéens, une me disais que j’aurais pu être à votre complices de l’innommable, et là, j’ai
prise de conscience extraordinaire dont place, que cela pourrait m’arriver aussi. vu...Oui, j’ai tout vu, mais je sais aussi
ils lui sont toujours reconnaissants. Personne n’a le droit de briser des vies, de que je n’ai ...rien vu...Car ce que je
Voici, parmi d’autres, trois lettres de ravir le bonheur paisible des familles. Je croyais savoir n’était en fait rien d’autre
lycéens qui apportent la preuve de la crois que rendre compte du processus de qu’une atténuation de la vérité, le fantôme
portée pédagogique et de l’importance déshumanisation et de rentabilisation du d’un enfer.
du témoignage pour la prise de conscien- corps humain n’est pas assez. C’est indis- J’ai été très touché par votre témoigna-
ce des générations futures. pensable, certes, mais pour mieux com- ge et j’admire très profondément votre
prendre la monstruosité du système nazi il courage.
faut montrer le bonheur de ces hommes et Merci de vous être déplacée pour nous
Madame, de ces femmes AVANT d’être victimes et raconter votre vécu, car cela m’a permis
Je tenais à vous écrire pour vous remer- pour cela il n’y a rien de tel qu’un témoi- de commencer une réflexion qui n’est pas
cier d’être venue témoigner dans notre gnage comme celui que vous nous avez prête d’arriver à maturation.
cours des terribles événements que vous offert, ceci pour la mémoire de tous les En espérant vous revoir un jour, je vous
avez vécus - le ghetto et la déportation -, êtres humains qui ont souffert et ont dis- envoie mes sentiments les meilleurs.
consciente qu’un effort réel est nécessaire paru en déportation dans les camps nazis. Merci.
pour pouvoir raconter posément et en Il est de notre devoir de lutter contre les Tarek Chehab
détail une expérience aussi dure, qui relè- génocides qui perdurent à notre époque. Terminale ES
ve de votre vie personnelle mais nous J’ai été choquée que le président russe se Lycée Condorcet.
concerne tous, dès lors que des êtres serve de la tragédie de la Shoah, lors des
humains décident d’anéantir des hommes, cérémonies de commémorations de la
des femmes et des enfants qui leur res- libération du camp d’Auschwitz, pour Chère Isabelle,
semblent. justifier les tortures qu’il ordonne actuel- Votre témoignage nous a permis de voir
Je m’intéresse depuis longtemps à la lement en Tchétchénie sous prétexte de la vie autrement et cela nous a fait prendre
Seconde Guerre mondiale, j’aime l’histoi- lutte anti-terroriste. Tous les peuples conscience de la chance que nous avons
re car je trouve qu’elle donne à com- opprimés sont des êtres humains qui de ne pas avoir vécu cette période tra-
prendre l’être humain, par le passé aiment, pleurent et aspirent à une vie gique.
comme par le présent, or j’ai du mal à réa- libre, responsable et heureuse. Ceux qui Sachez que, dans notre livret, nous
liser comment l’idéologie d’un fou a pu ont voulu (ou veulent encore) détruire ces avons fait tout notre possible pour regrou-
aboutir à une telle catastrophe. Comment hommes et ces femmes, ont cherché à les per le maximum d’éléments pour perpé-
se fait-il que d’autres hommes aient pu le priver de leur identité : rendons-la tuer la mémoire pour les générations
suivre, qu’un tel système de rationalisa- leur.[...] futures.
tion de meurtre ait pu être mis en place à Merci à vous de nous avoir fait part de Notre visite à Auschwitz nous a fait
l’échelle d’un continent ? La machine cette souffrance que vous avez connue, de porter un autre regard sur le monde et
nazie a fait des êtres humains qu’elle a nous avoir permis d’imaginer l’horreur nous promettons de transmettre votre his-
déportés moins qu’un numéro qu’on des camps en sortant de la masse anony- toire et celle des autres déportés à nos
tatoue, moins qu’un animal dont on utili- me des victimes une jeune fille de notre enfants et petits-enfants.
se la force de travail : elle en a fait une âge qui voulait vivre, tout simplement. Afin que tous ces actes de souffrances
masse informe, impersonnelle réduite à ne se reproduisent plus jamais, nous
souffrir et à mourir. La force d’un témoi- Annaëlle Chatelain serons attentifs à tous ces signes qui nous
gnage comme le vôtre, c’est de façonner Terminale ES avertissent que le monde est en train de
des identités, de faire ressurgir de cette Lycée Condorcet mal tourner
masse les personnalités d’une mère et de Nous vous remercions d’avoir été à nos
sa fille, volontaires, avec leurs peurs et côtés tout au long de ce voyage, car sans
leurs joies, leur fierté aussi et leurs Chère Madame Choko, vous cela n’aurait peut-être pas été la
moments de faiblesse. Leur famille. Leur Cela fait un mois déjà depuis votre même chose.
vie. C’est montrer à la face du monde à intervention, mais les mots et les faits que Nous vous embrassons et espérons vous
quel point ces êtres si humains ont pu être vous nous avez relatés ne font que naître revoir un jour.
déshumanisés. Alors que le racisme et dans mon esprit. En effet, même en étant Nous vous souhaitons beaucoup de
l’intolérance perdurent, faire prendre accroché à vos lèvres pendant votre récit bonheur.
conscience que nous sommes tous pareils, et en ouvrant mon esprit pour essayer Azzouz Kaméla, Yasin Besma,
est primordial. d’imaginer ce que vos paroles dessi- Cathy Lauret, Amélie Laidet.
Cette petite fille que vous décrivez naient, je n’avais pas, contrairement à ce Elèves de 3ème.

2 Mémoire 2000. No 46 - Octobre 2005


L ’ E M B E L L I E J U D I C I A I R E

L ’activité judiciaire de Mémoire 2000 au


cours de ces derniers mois a donné lieu
à quelques décisions qui méritent d’être
Il a fallu d’abord mettre en cause les héber-
geurs de site américains qui n’ont pas voulu
comparaître. Sur les trois opérateurs détectés,
des accusations portées contre les Arméniens
d’avoir eux-mêmes commis des crimes contre
l’humanité.(*)
signalées, parce qu’elles se situent dans le deux se sont spontanément décidés à inter-
cadre de nos statuts et qu’elles contribuent rompre le service. Le troisième qui résistait 3 — Sur le terrain de la diffusion par le
à la renaissance de l’utilité de l’association notamment sous l’impulsion d’un négationnis- livre du message négationniste sur le géno-
dans les combats qu’elle mènent contre le me français qui s’est illustré aux côtés de R. cide arménien.
négationnisme. Faurisson, s’est vu au moins privé d’accès aux
internautes français. Mémoire 2000 a réussi au mois de juillet,
Certains parmi nous se sont interrogés sur après trois années de lutte acharnée, à
1— Sur le terrain de la lutte contre la l’utilité de telles initiatives puisqu’un site qui convaincre les juges du tribunal civil de Paris
propagation du négationnisme et de l’anti- se ferme peut facilement ressurgir ailleurs. que le Quid contenait depuis plusieurs années
sémitisme sur Internet. Peut-être, mais un seul internaute exposé au des informations tendancieuses dans la mesu-
risque de la contamination du virus négation- re où la présentation des massacres subis par
Nous avons participé depuis le mois de niste, protégé de la sorte est épargné et empê- les Arméniens en 1915 manquait à l’exigence
mars 2005 à l’action entreprise par l’UEJF, ché de redistribuer les messages que nous de sérieux, de neutralité et d’objectivité dont
J’Accuse et la Ligue des Droits de l’Homme, combattons sans faiblesse. se prévaut le Quid à l’égard de ses lecteurs.
aux côtés du MRAP et de l’Union des Dépor- Bien que les fournisseurs d’accès français C’est incontestablement une première vic-
tés d’Auschwitz, le Consistoire et la LICRA, aient tous fait appel, ils se sont pour l’instant toire, particulièrement difficile que nous avons
contre les hébergeurs des sites de inclinés. Nous serons présents devant la Cour remportée avec nos amis arméniens et grâce
l’AAARGH,(Association des Anciens Ama- pour poursuivre l’action. Prévenez-nous si au au soutien sans faille de l’UEJF et de J’Accu-
teurs de Récits de Guerre et d’Holocauste) qui, hasard de vos pérégrinations informatiques se, toujours présents dans nos combats com-
à partir des Etats-Unis mettent en ligne et dif- vous détectez des failles du système. muns.
fusent en plusieurs langues toute la littérature Pour la deuxième fois et à notre initiative le
antisémite, et en particulier les écrits négation- 2 — Sur le terrain de la lutte contre la Quid se voit sérieusement rappelé à l’ordre.
nistes de la Shoah. propagande turque tendant à déconsidérer Pour Faurisson ils s’étaient inclinés. Mais ils
Soutenus par le Ministère public qui inter- tous ceux qui cherchent à faire reconnaître résistent (bien que l’édition 2006 en prépara-
venait à l’audience des référés que tenait le par les Nations l’existence du génocide tion ait été édulcorée) et viennent de faire
président Binoche, nous avons pour la premiè- arménien. appel.
re fois en France mis en œuvre avec succès les Nous avons donc encore du chemin à par-
nouvelles dispositions de la loi du 21 juin Mémoire 2000 est en première ligne non courir, d’autant qu’il nous incombe aussi de
2004 dite loi sur la confiance en l’économie seulement parce que le CDCA (Comité de défendre la cause arménienne contre le site du
numérique qui prévoit qu’en présence de la Défense de la Cause Arménienne) a choisi de Consul général de Turquie qu’héberge France
diffusion sur internet de messages comportant confier sa défense à notre Président, mais Télécom. L’immunité diplomatique invoquée
une incitation à la haine raciale ou la négation parce que les statuts de Mémoire 2000, dont la en première instance est au cœur du débat du
des crimes contre l’humanité commis pendant rédaction remonte à 1992, avaient intégré côté turc, “l’irresponsabilité” des hébergeurs
la Seconde Guerre mondiale, l’autorité judi- cette dimension et cette vocation et qu’ils ren- est en cause dès lors que la négation du géno-
ciaire peut prescrire en référé à toute personne dent recevables nos initiatives en ce domaine . cide arménien, reconnu par la loi française,
fournissant un service en ligne ou à défaut aux Alors que toutes ne le sont pas. n’est pas incriminée comme celle de la Shoah.
fournisseurs d’accès, de prendre toutes C’est en particulier ce qui nous a permis, Le parcours législatif reste à parachever. Il
mesures propres à prévenir un dommage par le au titre du droit de réponse reconnu aux asso- en est précisément question ces jours-ci devant
contenu des services de communication en ciations qui se proposent de lutter contre la dif- le parlement belge, où nous avons été invités
ligne. famation et la provocation à la discrimination comme experts.
Par trois ordonnances successives rendues raciale, d’agir et d’obtenir satisfaction contre Que tous ceux qui contribuent à cette lutte
à notre requête et à celle des autres associa- Time Magazine, qui dans l’un de ses numéros couronnée de succès soient remerciés pour
tions, nous avons finalement obtenu le 13 juin de juin 2005, a distribué un DVD produit par leur courage et leur fidélité.
2005 qu’il soit fait injonction à France Télé- la chambre de commerce d’Ankara tout entier Mathilde Jouanneau en particulier et Alain
com, Free, AOL France, Tiscali, Telé2 France, consacré à la propagande turque sur la ques- Fisselier, notre avoué, qui ne refusent jamais
Suez Lyonnaise Télécom et au Gip Renater, de tion arménienne. de répondre aux sollicitations de notre Prési-
mettre en œuvre toutes mesures propres à Nous serons présents aux côtés des associa- dent.
interrompre l’accès à partir du territoire fran- tions arméniennes pour l’action qui est sur le
çais au contenu du service de communication point d’être engagée contre la diffusion en sept * Time Magazine qui s’apprête à publier notre
en ligne hébergé à l’adresse: langues de ce DVD, qui contient non seule- réponse, dit regretter la diffusion de ce DVD et pré-
www.vho.org/aaargh. ment la négation du génocide lui-même mais sente ses excuses à la communauté arménienne.

Mémoire 2000. No 46 - Octobre 2005 3


UN ETE MEURT R IE R
K A R L M A R X O U L A R E C U P E R AT I O N
D’UN MYTHE I l n’a échappé à personne que cet été a
été fécond en catastrophes de toutes
sortes : naturelles, incendies, accidents
d’avions…Bref l’été fut, c’est peu de le
Karl Marx ou l’esprit du monde . salarié produit plus de valeur qu’il n’en dire, meurtrier.
Jacques Attali. gagne ”. Cela s’appelle la plus-value et lui Mais si les catastrophes sont aveugles
Ed. Fayard. vaudra une longue vie d’errance et de misè- et frappent au hasard, force est de consta-
re entre Trèves Paris, Londres... Il sacrifie- ter qu’ en ce monde, certaines populations
ondres, 1883 : “ Le 14 mars, à trois « trinquent » plus et plus souvent .
L heures moins le quart de l’après-midi,
le plus grand penseur vivant à cessé de pen-
ra tout à cette étude, jusqu’à trois de ses
enfants, morts de la maladie de la misère.
Dénouement particulièrement pathétique,
Exemple : prenez les Etats-Unis, la
Louisiane et un ouragan. Que se passe-t-
ser ”, constate Friedrich Engels sur la si l’on songe aux affirmations péremptoires il? Des éléments déchaînés s’abattent sur
tombe de Karl Marx, au cimetière de High- une ville et laissent derrière eux mort et
et aux mensonges gravissimes que provo-
désolation ; jusque-là, rien que de très
gate. Onze personnes assistent à l’enterre- quera l’interprétation de sa pensée .
normal. Là où ça commence à poser ques-
ment, cinq membres de la famille et six
tion c’est quand on s’aperçoit que dans les
fidèles, dont précisément Engels, à qui La haine du travail. quartiers riches de la ville, mieux proté-
revient le redoutable honneur de résumer gés par des digues, les dégâts sont
la vie de l’homme le plus haï et le plus Karl Marx considérait le travail comme moindres que dans les quartiers pauvres,
vénéré de cette fin de siècle. “ Tout comme une insupportable aliénation, responsable moins bien équipés donc totalement inon-
Darwin a découvert la loi du développe- de la lutte des classes, qui elle-même dés et dévastés.
ment naturel, poursuit Engels, Marx a accouche du capitalisme. Dans la société Et savez-vous qui habitent ces quar-
découvert la loi du développement communiste, chacun est libre d’organiser tiers pauvres ? Des Noirs, en majorité!
humain”. son temps, les biens sont disponibles et gra- Alors, même si on peut accepter le fait
Au lendemain de ses obsèques, Engels tuits, puisque les moyens de production que tout le monde ne peut pas être riche,
et les deux filles de Marx sont les seuls à appartiennent à la collectivité. L’Etat est on est quand même en droit d’espérer
pouvoir déchiffrer l’œuvre qu’il laisse, décentralisé et transparent, sans censure ni qu’au moins, face à des catastrophes natu-
sous forme de notes, de papiers épars, abré- bureaucratie, ni parti unique, etc... Que relles, riches et pauvres, noirs ou blancs,
viations. C’est alors qu’il va devenir l’en- penser alors de la perversité de tous les tous, puissent bénéficier de la même pro-
jeu d’une gigantesque bataille dont nous “bienfaiteurs ” révolutionnaires qui défor- tection, de la même considération. Faut
n’avons sans doute pas encore vu l’épi- meront sa pensée, et seront responsables de croire que non !
logue, et dont Jacques Attali retrace les deux effroyables perversions du siècle der- Et cela ne vaut pas que pour les Etats-
étapes, dans une passionnante traversée de nier, le nazisme et le stalinisme ? Unis. Regardons chez nous. Le feu, cet
l’histoire d’un homme, d’une époque, Pendant que Marx et sa famille vivaient été a pris plus que sa part. Des hôtels, des
d’une idée — et de ce qu’il en advint — dans les taudis de Londres ou d’ailleurs, le habitations — quasi insalubres mais où
Karl Marx ou l’esprit du monde. monde bouillonnait. Beethoven et Goya vivaient quand même, faute de mieux,
entassées, de nombreuses familles — ont
venaient de mourir, Balzac écrivait la
brûlés comme des allumettes.
Le lignée Comédie Humaine, Victor Hugo Notre
Qui en ont été les victimes ? Des Noirs,
Dame de Paris, les agences de presse Reu-
pauvres !!
L’histoire commence au début du XVème ter et Havas s’installaient, les Grands Bou- Là aussi le constat est simple : Etre
siècle, lorsque Ha-Levi Minz quitte l’Alle- levards étaient éclairés au gaz. C’était le Noir et de surcroît pauvre dans une socié-
magne pour fuir les persécutions qui temps de la tuberculose (cause de la mort té civilisée et policée semble condamner à
s’abattent sur cette lignée de rabbins, que de Marx). Celui aussi des premières bicy- subir, sans que cela ne semble déranger
l’on retrouve à Padoue, Cracovie, Stras- clettes, de la Guerre de Sécession, de “l’ap- grand monde, les injustices les plus
bourg, où Herschel Marx Levy, admirateur pel au rassemblement des juifs en Palesti- criantes que sont celles de ne pouvoir
de Napoléon, étudie le Droit. Il s’installe ne” de Moses Hess, de MacIntosh, de Louis bénéficier d’une protection minimale ou
comme avocat à Trèves en Rhénanie. Au Vuitton... d’un logement décent.
lendemain de Waterloo, tous les juifs des Un siècle fait sur mesures pour un Mais une fois les faits établis, chacun
provinces allemandes sont exclus des pro- homme à la curiosité insatiable, trahi par la après émotion et indignation de rigueur,
fessions libérales. Herschel, juif laïque et volonté de puissance de ses successeurs, et s’en retourne égoïstement rassuré d’être
avocat célèbre, finit par renoncer au — ironie suprême — par l’Histoire : né blanc et pas trop pauvre, alors que cette
judaïsme, troquant son nom contre celui de Engels, Lénine, Staline, la Première Guerre répétition devrait faire réagir violemment.
Heinrich Marx. Son premier fils, Karl va mondiale, la Russie et la Prusse ont fait ce A lieu de cela, inconsciemment sans
faire, en 1855, une découverte majeure : qu’il fallait... doute, et à l’instar des négriers et esclava-
“ Celle, explique Jacques Attali, qui va lui Reste, conclut Jacques Attali, qu’il a été gistes d’un temps maintenant largement
assurer toute sa place dans l’histoire des “le premier à appréhender le monde comme révolu, nous ne semblons pas encore
idées. Celle qui va permettre à des dizaines un ensemble à la fois politique, écono- avoir totalement intégré qu’être noir ne
de millions de salariés d’éclairer leurs mique, scientifique et philosophique”. rend insensible ni au malheur, à la misère,
luttes et qui se résume très simplement : le à la souffrance, ou à l’injustice.
Colette Gutman. Difficile de faire évoluer les esprits…
Lison Benzaquen.

4 Mémoire 2000. No 46 - Octobre 2005


La Cérémonie du Vel d’Hiv’ A D I E U L ’ A M I

1 6 juillet 1942, 17 juillet 2005, 63 ans sépa-


rent ces deux dates.
du camp de Pithiviers pour une destination
inconnue. Et eux de répliquer calmement : J ’avais un ami, un frère, vivant en
Israël. Son nom : Arieh Yaari. Il vient
de mourir. Arieh était un de ces batisseurs
Aujourd’hui, 17 juillet 2005. Un survivant «Alors ce sera vous et vos enfants, ne prenez
du camp de Gurs, Monsieur Atlas, témoigne qu’un seul balluchon ». Ni nos pleurs, ni nos de paix dont parle David Chemla. Mais il a
de son sauvetage par les habitants du Cham- supplications, ne les atteignent. C’est un cau- commencé très tôt, dans les premières
bon sur Lignon. Madame Simone Veil, présen- chemar, les parents et les enfants pleurent dans années de la création d’Israël. Fondateur
te comme chaque année, le remercie. On la ce bus qui les conduit au Vélodrome d’hiver. Il de son Kibboutz, délégué en France du
sent très émue, son soutien nous est toujours fait chaud et une pluie fine tombe, comme si le Mapam pendant plusieurs années, il a été
très précieux. C’est Monsieur Dominique de ciel pleurait avec nous. de tous les combats, de tous les espoirs.
Villepin qui représente l’Etat français, lui aussi La nourriture, l’eau, je ne me souviens plus Je suis allé dans son kibboutz au pied
très ému. Il veut lire un petit mot qu’un jeune très bien, les cris, les pleurs. Surtout la peur de du mont Thabor, non loin du lac de Tibé-
garçon a jeté sur la voie de chemin de fer en perdre ma mère de vue, et une envie d’aller riade, pour l’accompagner avec sa famille
partant vers les camps de la mort, mais l’émo- aux toilettes. Ma sœur aînée m’y conduit, ma et tous ses amis.
tion est trop forte. Il doit s’interrompre. Il main dans la sienne, nous entrons, une peur Pour parler de lui je voudrais simple-
reprend : « Je ne sais pas où l’on m’emmène, panique me saisit : il y a du sang partout. Ce ment qu’on lise les mots prononcés par
je n’ai rien fait de mal, je le jure. » Et je me sang, synonyme de blessure et de mort, je ne Régina, son épouse, sur cette tombe
retrouve en 1942, dans cet affreux wagon à savais pas que c’était celui des femmes qui se ensoleillée.
bestiaux. faisaient avorter, dans l’espoir de se faire hos- D.R.
***
Ma maman, elle aussi a écrit un petit mot, pitaliser.
« Arieh, mon époux, ami, modèle d’hom-
pour ses voisins non juifs. Elle remercie la per- Comme chaque année, je me sens coupable
me. Ce n’est pas un résumé de vie dont je
sonne qui aura la gentillesse de le faire parve- d’être sortie vivante de cet enfer, de ne pas
veux parler, mais d’un résumé d’esprit.
nir à destination. Elle prend une mèche de mes retrouver les petits amis de mon immeuble,
Le jour où je t’ai rencontré, j’ai trouvé
cheveux y enroule un billet, très serré, qu’elle Lazare, Régine, Serge, tous les autres, partis
un homme qui voulait étreindre le monde.
lance sur la voie. en fumée... Est-ce la main du destin qui m’a
Pas une partie seulement, mais le tout.
Au printemps 42, j’ai neuf ans, ce 16 juillet choisie, qui a choisi les quelques rescapés qui
Comment naît-on avec un tel esprit, une
est le jour de l’opération «Vent printanier», qui m’entourent, portant le même badge que moi
telle force pour rêver?
commence à l’aube, en catimini. Ces deux («Les survivants du Vel d’Hiv , nous n’ou-
Je me souviens la vitesse et le talent
policiers - ces policiers que mon père m’avait blions pas le 16 juillet 1942») ?
avec lesquels tu as appris le français. Et
décrits comme protecteurs en cas de mauvaise Merci, Messieurs les cheminots, le billet
tout de suite tu es allé avec audace et
rencontre, ou si je me perdais dans les rues de est arrivé à destination.
courage, faire des discours aux Français.
Paris - nous réveillent, ils veulent emmener Arlette Testyler.
La politique n’était pas pour toi, une
papa. Maman leur explique qu’il est déjà parti
manière d’accéder à la gloire ou à la célé-
brité, c’était un feu sacré qui brûlait en toi,
Une mémoire bien transmise un désir de réparer tort et injustice, de
combattre l’humiliation. A la “manière hon-

N ous avons reçu de Françine Christophe, notre fidèle témoin, un dossier remarquable éta-
bli par une enseignante de CM2 d’une école de la Goutte d’Or où 97% des jeunes étaient
issus de l’immigration, et qui s’est engagée dans la difficile voie de transmettre la mémoire et
groise”, tu aimais l’humanité et voulais la
réparer. Comme d’autres sont artistes, tu
étais politicien à tout heure, en toutes cir-
le refus de l’oubli de la Shoah à ses élèves. Voici ce qu’elle nous en dit :
“Passées les quelques semaines de la rentrée, je perdis toutes mes illusions ; la classe dont constances et partout.
je venais d’hériter rassemblait des élèves en très grande difficulté tant sur le plan scolaire que Si pour moi l’histoire est une représen-
sur le plan disciplinaire. Alors pendant trois mois je me suis battue pour me faire accepter et tation théâtrale qui se joue sur une scène,
surtout pour travailler dans un climat de tolérance et de non violence.[…]. Puis au fil du temps pour toi elle se déroule dans un champ
on s’est “apprivoisés” et j’ai compris que ces enfants issus de l’imlmigration étaient constam-
ment à fleur de peau dès qu’il s’agissait de racisme ou d’intolérance […]. Ainsi j’ai reconsidéré qu’il faut traverser, labourer et semer.
ma manière d’aborder un tel sujet. J’ai donc décidé d’aborder la Seconde Guerre mondiale à Si on te le demandait, tu acceptais de
travers la lecture de plusieurs albums. Nous en avons étudié trois ensemble :“La grande peur présider tout comité ou organisation poli-
sous les étoiles”, “Le petit garçon étoile” et “Grand-Père”. Bien sûr de telles lectures furent tique. Tu écrivais des articles et des livres
accompagnées de leçons d’Histoire afin de mieux faire comprendre le contexte historique. Dès
la première lecture un “miracle” s’est produit! Mes élèves s’intéressaient enfin à quelque chose! et le testament de Brenner qui dit :“Logi-
Les Résistants qui mouraient pour défendre leur pays, les juifs qui n’avaient plus aucun droit quement le peuple d’Israël n’a pas d’ave-
et que l’on exterminaient, furent autant de choses qui réveillaient en eux des sentiments pro- nir — mais tant qu’il te reste un souffle, il
fonds qu’ils n’avaient jamais exprimés avec des mots. Vers le mois de janvier, j’ai décidé, face te faut travailler” te servait de flambeau.
à leur motivation de les confronter à la réalité en invitant Francine Christophe à venir témoi-
gner.[…]. Parallélement à cette visite, nous avons décidé de monter une petite exposition pour Que dirais-je de plus ?
expliquer aux autres CM2, ce que fut la Seconde Guerre mondiale.[…]. Le dessin a majoritai- Quels enfants formidables tu m’as don-
rement été choisi comme moyen d’expression. Notre exposition de 12 dessins affichés a sus- nés : Michal, Amir, Elad et Anat. A les
cité nombre de questions des autres CM2. Ecoutant de loin je ne suis jamais intervenue, mes regarder on en perd le souffle.
élèves transmettaient eux-mêmes […].
Je tenais par mon témoignage à montrer toute l’utilité de mettre en place de tels projets dès Nous avons vécu 40 ans ensemble au
le CM2.” Kibboutz, nous avons eu la chance de
Le dossier de dessins incroyablement émouvants ne peut être reproduit dans ce journal, faire partie d’une aventure fascinante.
mais nous le tenons à la disposition notamment des enseignants qui souhaiteraient se mettre Tout valait la peine.
en rapport avec leur jeune collègue, initiatrice d’un aussi remarquable travail.
On se reverra bientôt ».

Mémoire 2000. No 46 - Octobre 2005 5


Gaza : le désengagement
A près le désengagement israélien de la
bande de gaza, cet été, nous avons
demandé à Yoav Toker son opinion sur les
re se dégage dans un esprit de catharsis.

– Quel est l’impact de ce désengagement sur


d’ouvertures concrètes. Il y a déjà eu une
modification significative et positive, mais qui
peut ne pas demeurer positive en soi, sans le
dimensions réelles de cet événement et sur l’image d’Israël dans le monde ? reste.
l’impact qu’il ne manquera d’avoir sur la En plus, il ne fait jamais oublier que beau-
société israélienne. Yoav Toker est corres- Y.T. : L’aspect immédiat est net, avec cer- coup de choses significatives au Proche-Orient
pondant à Paris de la revue israélienne tainement davantage de sympathie à l’égard ont « bougé » sans rapport direct avec le liti-
Koteret, et de plusieurs chaînes de télévi- d’Israël. L’image la plus impressionnante fut ge israélo-palestinien. Souvent dans le passé
sion israéliennes. celle de Sharon à l’ONU. Il fut une vraie des éléments extérieurs au conflit, comme la
vedette, alors qu’au delà des positions israé- guerre en Irak, le changement d’administration
liennes en tant que telles, la personnalité de aux Etats-Unis , etc... ont fait avancer ou recu-
*** Sharon est extrêmement controversée depuis ler la situation israélo-palestinienne. Donc
des dizaines d’années. prudence et optimisme très mesuré, avec beau-
– Le désengagement de Gaza, est-ce le Mais il suffit de peu de choses pour modi- coup de bémols...
début d’un processus difficile de retrait de fier tout ça et revenir aux caractéristiques du Il y a des incertitudes, comme la situation
tous les territoires ? « fort contre faible » etc..., puisque les effets en Syrie, au Liban, en Irak, même en Egypte...
récents ne sont pas profonds. Israël avait et Il y a aussi une certaine anomalie politique
Yoav Toker : Oui, d’une façon certaine avec aura un « problème d’image » de plusieurs et « ambiante » en Israël, où il n’existe tou-
ou sans que les protagonistes eux-mêmes le natures et ceux là demeurent. jours pas, et depuis plusieurs années déjà, une
reconnaissent et quelque soit la maîtrise direc- Sur le plan immédiat, les six prochains véritable gauche. C’est plutôt un homme seul ,
te des uns et des autres — partisans autant mois seront déterminants, en grande partie en solitaire, Sharon, qui travaille peu avec des
qu’opposants au retrait — sur les étapes à fonction de l’adaptation palestinienne à la assistant ou des conseillers, qui a fait avancer
venir. nouvelle donne. les choses.
Ils peuvent être pour le projet ou contre, Peu peuvent aujourd’hui se vanter de
qu’ils le sachent ou pas, mais c’est un proces- – Comment, à partir de là, voyez-vous savoir ce qu’il va faire. Sharon est très perfor-
sus à long terme et ceux qui ont œuvré pour ou l’avenir ? mant en termes d’opérationalité politique, et
en opposition y contribuent. Il y a déjà eu politicienne, mais il reste fragile, solitaire et
depuis le retrait de Gaza plusieurs ballons Y.T. : Atypique. C’est le problème tradi- isolé d’un ensemble politique, d’un « courant»
d’essai. D’autres évacuations ne sont pas à tionnel du nœud israélo-palestinien. Il y a ou d’une « ligne claire à long terme... »
exclure. beaucoup de possibilités et d’hypothèses qui
L’impact de cet énorme événement (qui circulent dans l’air, mais pas d’ouverture. Pour Vibeke Knoop.
finalement s’est bien déroulé) sur la société la première fois depuis bien longtemps il y a
israélienne aujourd’hui est tel qu’une ouvertu- un minimum d’ouverture possible et même

La République laïque et métissée fois Mémoire 2000 était présente, non seule- ments que l’on pouvait leur proposer (nouveau
ment comme association active sur Paris, mais dépliant, anciens numéros du journal) ont été,
avec des liens particuliers avec cet arrondisse- semble-t-il appréciés et quelques plaquettes
ment d’où viennent beaucoup d’élèves qui parti- Mémoire 2000 a 10 ans ont même trouvé pre-
A l’initiative du Conseil de la citoyenneté du
20ème arrondissement de Paris, une vingtai-
ne d’associations étaient regroupées pour pré-
cipent à nos programmes et où nous avons déjà
engagé des actions spécifiques, notamment la
neurs en échange d’une participation aux frais,
minime, certes, mais qui nous a permis de récol-
senter leurs activités lors de la fête nationale du semaine nationale d’éducation contre le racis- ter 20 euros pour l’association ! Plus important :
14 juillet dernier au square Edouard Vaillant me, en collaboration avec la LICRA. nous pensons avoir généré quelques adhérents
dans une célébration de la « République laïque C’est ainsi que, rejoints ponctuellement par futurs...Déjà certaines personnes ont exprimé le
et métissée ». d’autres membres de l’association, nous avons vœu d’assister aux prochaines réunions du
Le Conseil de la citoyenneté est un organe de tout l’après-midi tenu notre stand mis à disposi- Conseil pour proposer leur aide éventuelle et
la démocratie locale, destiné à permettre aux tion par la Mairie (tente, table et chaises), et nous les avons invitées avec plaisir.
habitants non-européens, et donc exclus du droit agréablement abrités du soleil torride par les En conclusion, cette journée, modeste mais
de vote aux élections locales, une forme de grands marronniers du jardin, nous avons pu utile, nous a permis de nous faire connaître un
représentation à titre consultatif. Une des mis- profiter d’un excellent programme de concerts peu mieux de la population mais aussi des auto-
sions de ce Conseil est de militer pour le droit de et même de plats et bissons typiques proposés rités de la Mairie de Paris qui nous ont déjà invi-
vote des étrangers, et de manière plus générale dans certains stands. tés à participer à d’autres opérations et notam-
d’œuvrer pour une plus grande intégration de On ne peut pas dire qu’il y ait eu “foule” ce ment au Forum de la jeunesse début 2006.
ceux-ci dans la vie de la Cité. week-end de pont, mais les personnes qui se Participation donc à renouveler l’année prochai-
Chaque année le Conseil organise cette sont arrêtées à notre stand ont été très intéressées ne en réfléchissant peut-être à une action un peu
manifestation qui rassemble des associations et même étonnées de l’activité de notre associa- plus marquante.
communautaires des droits de l’homme, et de tion, trouvant originaux nos moyens d’action à
solidarité du 20ème et d’ailleurs. Pour la première travers le cinéma, auprès des enfants. Les docu- Joëlle Saunière et Marc Naimark.

6 Mémoire 2000. No 46 - Ocotbre 2005


DROLES DE DEMOCRATES

L es vacances d’été quand elles ne sont pas


consacrées à un exode agité, sont propices
à la lecture et à la réflexion.
Comment peut-on au nom de la démocratie
justifier des actes aussi anti-démocratiques ?
J’ai trouvé une ébauche d’explication en
tiniens, ils peuvent aussi s’appliquer à tous les
peuples autrefois colonisés ou opprimés qui
méritent, il va sans dire, toute notre compas-
Aussi, ayant été sédentaire et plutôt contem- relisant Sartre parlant des démocrates et de sion et exigent réparation. Mais, si cette
plative (mais active du neurone quand même), l’antisémitisme. Mais il me semble que cette demande de réparation s’exprime par des
pendant un long mois, j’ai lu ou relu quelques explication vaut encore aujourd’hui et peut actions terroriste, peu leur chaut ; cette violen-
ouvrages qui ont nourri ma réflexion sur un s’appliquer à ces défenseurs (involontaires ?) ce est considérée par nos démocrates comme
sujet qui me taraude et sur lequel je reviens du terrorisme. une sorte de « légitime défense »...
sans cesse pour essayer de comprendre, à Selon Sartre : Le démocrate, surtout celui La conjonction de « l’état de tolérance » et
savoir, ce qui anime ceux que j’appellerai « de de la gauche radicale, fait profession de modé- d’un sentiment compassionnel tellement grati-
drôles de démocrates ». ration. [...] Il est tolérant par état, il a même le fiant pour celui qui l’éprouve, induit une indul-
Depuis plusieurs années, je m’interroge sur snobisme de la tolérance, il l’étend jusqu’aux gence irrationnelle à l’égard de tous les abus et
l’attitude de certains qui s’affichent démocrates ennemis de la démocratie. C’est bien de ce dérives, fussent-ils préjudiciables à la démo-
invétérés, mais qui, devant l’intégrisme, paradoxe dont il s’agit. Mais pourquoi cet état cratie.
notamment islamiste qui utilise la religion, dont parle Sartre est-il à ce point imperméable Cette attitude grande et généreuse, ces bons
dévoyée, comme une arme, se montrent d’une à la réalité ? Il y va peut-être de la tolérance sentiments qui consistent à prendre toujours le
tiédeur et d’une tolérance extrêmes quand cela comme du reste et après la faillite des idéolo- parti de celui auquel on accorde le statut de
commanderait d’être d’une fermeté intraitable. gies, elle en a pris la place et comme telle, est victime exemplaire est difficile à combattre
Après les attentats de Londres de juillet der- devenue aussi aveugle que les précédentes. sans apparaître réactionnaire, intolérant, voire
nier, dans un premier temps les réactions ont Sans doute. Mais au-delà de cette explication raciste. Et cela paralyse, même si l’on pense
été indignées et attristées, puis à un moment, trop évidente, il doit en exister d’autres plus que les victimes n’ont pas toujours raison.
comme toujours, ces démocrates d’un genre complexes. Le danger serait que, lassés et effrayés, les
nouveau qui se situent généralement à l’extrê- L’une d’elles, développée par Shmuel Tri- peuples, victimes des terroristes, ne finissent
me gauche de l’échiquier politique, se mettent gano me semble convenir à cette occurrence: Il par se tourner vers un homme ou un Etat « pro-
à trouver des justifications, voire des excuses existe aujourd’hui, dit S. Trigano, une « figure videntiel » fort qui, lui, peu encombré par
au terrorisme, comme l’a fait, entre autres, le victimaire » et une « mystique du peuple en quelque scrupule que ce soit, n’hésiterait pas à
mouvement anglais de G. Galloway, “Res- danger », incarnées par les Palestiniens. Il sem- appliquer des méthodes radicales.
pect”, mouvement de gauche allié aux islma- blerait que, pour nos démocrates, si ces Là, on pourrait dire adieu à la démocratie...
misltes les plus durs. concepts concernent prioritairement les Pales- Lison Benzaquen.

COMBATTRE CONTRE L’OUBLI

S imon Wiesenthal, survivant de l’Holo-


causte, a consacré sa vie à pourchasser
les criminels nazis et à la lutte contre l’an-
membres de sa famille ont péri dans les
camps. Simon Wiesenthal décide alors de
changer de vie pour devenir la voix de six
«conscience mondiale » de la Shoah.
Nous vivons une époque de vulgarisa-
tion du mot Holocauste, déplora-t-il dans
tisémitisme. Il s’est éteint à 96 ans, à son millions de juifs morts, et traquer les res- une interview à Associated Press en 1999.
domicile à Vienne. ponsables pour les traduire en justice. De Ce qui est arrivé aux juifs ne peut en
Wiesenthal est né à Buczacs, dans une son centre de Linz en Autriche, il a retrou- aucun cas être comparé avec tous les
famille de juifs orthodoxes. Il a survécu à vé et fait juger 1 100 criminels nazis. Le autres crimes. Chaque juif était sous le
l’invasion par les soviétiques à la fin des plus célèbre, Adolf Eichmann le chef des coup d’une condamnation à mort sans en
années trente, pour subir l’arrivée des SS, est débusqué et sorti clandestinement connaître la date. C’est ainsi que Wiesen-
nazis en 1941. Jeune architecte, il a vu sa d’Argentine par les services secrets israé- thal disait vivre pour les morts .
mère être emmenée pour être exécutée. Il liens en 1960. Condamné à mort il est Simon Wiesenthal ne fut pas épargné
pensait sa femme Cyla morte aussi. Elle pendu en 1962. Il réussit également à par les critiques. On lui reprocha d’avoir
avait échappé à l’exécution en prétendant retrouver Franz Stangl, le commandant du gonflé son rôle dans l’arrestation d’Eich-
être polonaise. Lui-même a survécu à camp de Treblinka, et le faire juger en mann et de ne rien avoir dit sur le passé
quatre ans de camps de concentration. Une Allemagne en 1967. En revanche, Wiesen- nazi de Kurt Waldheim, devenu secrétaire
fois, le peloton d’exécution s’était arrêté thal n’a pas pu faire traduire en justice général de l’ONU. Cela ne saurait ternir
juste avant lui, pour avaler une gorgée de Joseph Mengele, L’ange de la mort. Ce fut son image. Il a réussi sa mission et comblé
vodka. Les cloches se sont mises à sonner son grand regret. Mengele est mort au les lacunes de la justice allemande et inter-
et les soldats sont allés prier. Une autre Brésil en 1978. nationale. Selon Serge Klarsfeld, il a mené
fois, il est aligné et déshabillé devant une Le plus important pour Wiesenthal fut une action persistante, tenace et irrempla-
fosse commune, mais là encore, un soldat de combattre contre l’oubli. Pour lui, il çable pendant cinquante ans.
l’en a sorti par miracle. Une seconde fois, était primordial de faire savoir aux gens Les meurtriers de masse que j’ai cher-
il échappe à la fosse commune , les soldats qu’il n’oubliait pas leurs ennemis. Moi, je chés je les ai trouvés. Je leur ai tous sur-
nazis décidant de garder les juifs comme pourrais leur pardonner, disait-il, mais je vécu. Si il y en avait que je n’ai pas cher-
«assurance-vie ». ne peux pas parler pour les millions qu’ils chés, ils sont aujourd’hui trop vieux pour
A la fin de la guerre, il a finalement sur- ont tués. Il créa un grand centre de docu- être poursuivis, disait Wiesenthal au
vécu à douze camps nazis. Il n’est plus mentation juif à Vienne, et un bureau aux magazine autrichien Format en 2003.
qu’un paquet d’os, pesant 45 kilos. 89 USA. Simon Wiesenthal devint la Vibeke Knoop.

Mémoire 2000. No 46 - Octobre 2005 7


A LIRE… LAISSEES - POUR - COMPTE TU COMPRENDRAS PLUS TARD
Robert Bober Jérôme Clément
BATISSEURS DE PAIX Ed. POL. Ed. Grasset.
David Chemla
Ed. Liana Levi.
Depuis Quoi de neuf sur la guerre ? nous Le président d’Arte nous fait entrer peu à peu
David Chemla est président du mouvement avions laissé M. Robert et Mme Léa dans un dans le passé de sa famille qu’il n’a découvert
Les amis de la Paix Maintenant. atelier de confection de la rue de Turenne. que tardivement. On y rencontre des person-
Pour ce livre d’entretiens, il a parcouru Robert Bober nous y fait retourner, mais, nages fascinants, parents, grands-parents,
Israël et la Palestine. cette fois, nous suivons les destins non plus de décrits avec pudeur, comme si cette incursion
Dans cette région dévastée par un conflit de personnages, mais de trois vestes “laissées dans leur histoire se faisait à pas feutrés, à tra-
plus de cinquante ans, il a rencontré des Israé- pour compte” sur leurs cintres, dans les années vers un voile de mystère et de regrets.
lien, des Palestiniens aux itinéraires parfois de l’après-guerre. Elles finiront par vivre elles
parallèles, profondément enracinés dans leur aussi leur vie, sur le dos de leurs propriétaires NULLE PART
société, mais qui sont arrivés à la conclusion successifs, dans les cinémas, les théâtres, les Yasmina Réza
(ce qui n’est pas si simple) qu’il n’y a pas rues, les autobus à plate-forme, les chansons à Ed. Albin Michel
d’autres solutions que l’existence de deux la mode.
Etats. Une étonnante évocation de l’air du temps Recueil de réflexions douces-amères sur l’en-
Il ne s’agit pas de s’aimer, mais de vivre à travers ses musiques : Mon cœur est un vio- fance, la vie, la recherche de ses racines. C’est
côte à côte. lon, Je chante, Mes jeunes années. A Paris. Un à la fois rafraîchissant et mélancolique, débor-
C’est passionnant à lire. Monsieur attendait, Les Grands Boulevards, dant de tendresse et de sensibilité, et toujours
Surtout l’existence de tels hommes est Où sont tous mes amants, La Vie en rose... intelligent.
encourageante pour l’avenir. Piaf, Montant, Lemarque, Ulmer... Un voyage Claudine Hanau.
nostalgique dans le tissu de la vie.
Colette Gutman.
LE PENTATEUQUE ET LES CINQ Chers amis,
LIVRES D’ISAAC réservez-nous
Angel Wagenstein LA MALEDICTION DU POUVOIR votre soirée du 25 octobre.
Ed. L’Esprit des Péninsules. Etienne Jaudel Vous vous en féliciterez.
Ed. Michel Houdiard. Nous vous offrons
Beaucoup de ceux, Juifs, qui ontème
réussi à sur- en avant-première
vivre aux événements du XX siècle, à un Une très intéressante et originale analyse d’un le très beau film
moment ou à un autre ont envie de raconter « Judenrat », celui de Lodz, à travers la per-
BELZEC
leur histoire. sonnalité très contestée de son chef, Chaïm
de G. Moscovitz.
Wagenstein est de ceux-là. Rumkowski.
Humour, émotion, histoires drôles, naïveté, L’auteur s’élève contre les idées reçues et
La soirée aura lieu
espoir, tout y passe. sans nier la paranoïa du pouvoir qui avait
au cinéma Majestic Passy
Mais quel talent, quel plaisir de le lire. envahi le chef du Conseil juif, il montre com-
au profit de Mémoire 2000.
On ne saurait trop vous le conseiller, mal- ment il a essayé de sauver ce qu’il pouvait de
Nous comptons sur vous !
gré les drames racontés, c’est décapant. la population du ghetto.
Réservations : 01 40 47 73 48.
C’est aussi une plongée dans la machine à
MAJECTIC PASSY
Daniel Rachline. broyer nazie...
18/20 rue de Passy, 75016 Paris.
Métro Passy.

ADHERENTS, N’OUBLIEZ PAS VOTRE COTISATION ANNUELLE.


AMIS, MEMOIRE 2000 A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN. ADHEREZ !
Mémoire 2000 sur internet
L’adresse du site :
ADHESION COTISATION www.memoire2000.asso.fr
(Cochez la case appropriée) J46
Vous pourrez y consulter,
Nom Prénom entre autres, chaque numéro du journal
Adresse
Tél. Fax e-mail Ce journal est le bulletin de liaison de Mémoire 2000
– association régie par la loi de 1901 –
Cotisation : 45 € . Soutien : 90 €. Membre bienfaiteur : 150 € ou plus. 55, avenue Marceau, 75116 Paris.
Pour les personnes ne disposant pas de revenu imposable : 10 €. Tél : 01 40 47 73 48. Fax : 01 47 23 56 64.
Comité de rédaction : Daniel Rachline,
Lison Benzaquen, Régine Gailhanou,
A retourner avec votre chèque à Mémoire 2000
Colette Gutman, Bernard Jouanneau,
55, Avenue Marceau, 75116 Paris.


Elyett Rodrigues.
Tél.: 01 40 47 73 48. Fax: 01 47 23 56 64. Réalisation : Pierre Gailhanou.

8 Mémoire 2000. No 46 - Octobre 2005