Vous êtes sur la page 1sur 9

Episode 25: La lutte contre l’oppression des femmes

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l'Univers et que Ses grâces et
Sa paix soient accordées à Son Messager.

Au cours du précédent épisode, nous avons dit que l’accomplissement du projet des bâtisseurs de la vie
est étroitement rattaché au sondage que nous sommes entrain de réaliser. Le sondage est encore
effectif et nous voulons absolument atteindre un million de votes. Je ne parlerai pas des résultats, nous
allons les évoquer la semaine prochaine. Je rappelle que tout ce que nous faisons s’inscrit dans le cadre
de notre projet de renaissance. Mais comment y arriver?

Tout d’abord, précisons nos rêves. Bien sûr, ces rêves peuvent concerner divers domaines mais doivent
être réalisables dans les vingt prochaines années. Nous avons identifié 23 domaines et choisi plusieurs
recommandations que les gens nous ont proposées pour chaque rêve et que nous allons classer selon
leur importance grâce au sondage. Dans le sondage, nous avons mis une échelle de 1 à 10 pour évaluer
l’importance des recommandations. Ainsi, si un rêve reçoit la note 10 comme évaluation, c’est qu’il est
jugé par les gens comme étant très important pour l’avenir de nos sociétés. Une autre échelle de 1 à 10
a été proposée pour juger la faisabilité des recommandations. Une recommandation qui est jugée
faisable recevrait, par exemple, une note entre 8 et 10. De cette manière, nous pourrons choisir à la fin
les cinq à six recommandations les plus importantes et nous mettre d’accord sur des projets précis pour
les 23 domaines.

Éradication de l’analphabétisme : L’enseignement, l’un des projets qui ont été le plus souvent
proposés, a été jugé comme étant très important et facile à réaliser. Alors au travail! Inscrivez-vous par
Internet, choisissez un directeur de projet et communiquez entre vous. Accédez à notre site et mettez
vous d’accord pour faire face à ce fléau! Qui pourra se consacrer pendant cinq ans à la lutte contre
l’analphabétisme dans nos sociétés? Nous pouvons réaliser ce projet sans l’aide de nos gouvernements,
si nous décidons et insistons. Il est nécessaire d’avoir la volonté et de fournir des efforts importants au
cours de plusieurs années. Mais tout ça dépend au départ du sondage. Nous voulons choisir les rêves
qu’un grand nombre de personnes jugent comme importants de telle sorte à avoir une grande
motivation pour les réaliser. Les gens ne laisseront pas tomber les rêves qu’ils ont choisis eux-mêmes en
grand nombre.

À partir du prochain épisode, nous aborderons trois questions :

• Nous présenterons pour les gens un nouveau domaine comme l’écologie ou le tourisme.

• Nous vous donnerons des nouvelles à propos du sondage sur les projets et domaines présentés
précédemment.

• Nous annoncerons le projet par lequel nous commencerons. Alors préparez-vous pour le travail.

Pour l’épisode d’aujourd’hui, nous présentons un domaine d’une très grande importance d’où notre
décision de ne l’aborder qu’après les quatre domaines précédents. Ce domaine présente des problèmes
complexes et les personnes concernées par ce dernier seront très heureuses de le voir discuté. Il s’agit
du sujet de la femme et particulièrement la situation de la femme que nous voulons avoir d’ici 20 ans.

Peut être que plusieurs femmes et filles n’ont pas d’idées quant à la situation qu’elles veulent avoir d’ici
20 ans. Il est possible qu’elles n’aient pas pensé à ce sujet. Mais, de notre côté, nous ne devons pas les
laisser à l’état actuel. Elles sont très opprimées et nous n’accepterons pas une telle situation dans 20
ans. Cet épisode tente alors de présenter des solutions pour cesser cette oppression. Tout ce que je
veux dire dans cet épisode n’est pas seulement des paroles, j’étais surpris par le nombre très élevé de
lettres que j’ai reçues au sujet de la femme, des milliers de lettres de la part de femmes, de filles et
mêmes d’hommes qui ont participé pour donner leur vision de l’état de la femme d’ici 20 ans. Après
analyse, tous ceux qui nous ont écrit sont unanimes quant à l’objectif à atteindre. Ils veulent tous que
l’oppression de la femme cesse d’ici 20 ans.

L’oppression dont souffrent les femmes ne concerne pas seulement nos pays. Les femmes sont
opprimées même à l’échelle des pays occidentaux. La femme arabe, musulmane, française, russe,
américaine, indienne, etc. Toutes sont opprimées. Dans cet épisode, nous expliquerons comment cette
oppression a lieu et comment l’islam n’a rien à voir avec tout ce qui se passe en ce sens. Nous n’avons
pas le droit de rattacher l’islam à toute cette oppression. Allah, le Très Haut, qui nous a tous créés mâle
et femelle ne peut permettre l’oppression de l’un des sexes.

Cet épisode confirme d’une part, les domaines dans lesquels les femmes ont été opprimées et notre
vision d’ici 20 ans pour que nous libérions la femme de l’oppression qu’elle subit. D’autre part, nous
démontrerons que l’islam n’a rien à voir avec tout ça.

Je suis très heureux de cet épisode car le jour où nous rencontrerons Allah, le Très Haut, nous lui dirons
que nous avons contribué à lever l’oppression sur la femme. Je veux vous signaler un point très
important. J’avais dit que la femme a été opprimée dans plusieurs domaines : elle est victime
d’analphabétisme, de manque de formation et de chômage. Ses droits sociaux et financiers ont été
bafoués. Les femmes ont souvent été agressées, offensées et tuées.

Regardons ensemble le hadith du Prophète (BP sur lui) : « la prière (Le douaa) de l’opprimé sur son
oppresseur est acceptée, il n’y a pas de voile entre elle et Allah, le Très Haut ». Allah, le Très Haut jure
d’ailleurs dans un hadith Qodsi par Sa majesté et Sa hautesse qu’Il soutiendra l’opprimé tôt ou tard.
Alors, qui nos femmes vont-t-elles dénoncer et pour qui, vont-elles adresser leurs prières acceptées?
Vont-elles dénoncer la société ou le premier qui a interprété les versets coraniques d’une façon erronée.

Imaginez si vous nous aidez en ce sens. La semaine prochaine, nous commencerons par présenter les
projets que nous allons mettre en œuvre. Qui va participer avec nous donc, le choix vous revient et
chacun de vous pourrait choisir le projet auquel il veut participer.

Le projet d’aujourd’hui, sa rétribution est très grande et il n’est pas réservé uniquement aux femmes. En
effet, même les hommes peuvent y participer. Nous ne voulons certainement pas être comme les
associations féministes qui prétendent que la femme doit être défendue car elle est meilleure que
l’homme et qui cherchent à créer la zizanie entre l’homme et la femme. Notre but n’est pas du tout cela.
Notre but est de lever l’oppression dont souffre la femme. Faisons attention à un autre point. Cet
épisode ne réduit pas la problématique de la femme à la question du voile bien qu’elle soit centrale en
Islam. Le voile est une chose dont nous sommes fiers et ça nous fait grandement plaisir de voir nos
femmes et filles voilées. Mais, nous ne voulons pas limiter notre action concernant la femme à la
question du voile parce que, dans ce cas là, nous réduirions les hadiths du Prophète (BP sur lui), la voie
qu’il nous a tracée et le saint coran qui guident le comportement des femmes et qui concernent une
panoplie de sujets. Le voile ne représente pas toute la problématique.

Le plus grand problème est que nos femmes et filles dans les pays arabes croient que l’Islam est la
source de toutes leurs souffrances. Parlons franchement, il y a plusieurs femmes qui sont convaincues
de ça même si elles ne l’expriment pas. Même une femme pieuse peut se demander pourquoi toute
cette oppression lui arrive en Islam. Je veux donc corriger cette perception qui laisse penser que l’Islam
permet l’oppression des femmes. Peut-être que l’interprétation d’un verset a été erronée ou que
l’application a été mal assurée parmi les musulmans, peut être que le fond des versets a été altéré.
L’interprétation a obéi à une grande variation à cause des humeurs différentes et de l’ignorance qui sévit
au niveau de nos pays. Ceci a peut être mené à cette oppression dont est victime la femme, mais jamais
un instant la femme ne doit douter et rendre l’Islam responsable de tout ça. Notre objectif d’aujourd’hui
est de corriger cette image et de lutter contre l’oppression de la femme.

Regardons ensemble maintenant les idées que nous avons reçues de la part des gens à ce sujet et
commençons par donner une vision globale de la question en comparant la conception des droits de la
femme en Islam à celle en occident.

La femme en Islam :

- L’Islam considère que la femme est égale à l’homme devant Allah, le Très Haut, concernant tous
les devoirs et les droits, la rétribution et la punition, le paradis et l’enfer. Le saint coran confirme tout
ça en précisant que l’homme et la femme jouent des rôles différents dans la société.

- La nature psychique et physiologique de la femme est différente de celle de l’homme. Par


conséquent, les rôles doivent être différents mais bien sûr dans le cadre d’une parfaite égalité.

- Le Prophète (BP sur lui), dit : «les femmes sont des égales des hommes, ils ne les honorent que
les généreux et ils ne les insultent que les coquins, dans le droit et de l’Islam».

- Le saint coran indique aussi dans le verset 32 de la sourate -les femmes- : «Ne convoitez pas
ce qu'Allah a attribué aux uns d'entre vous plus qu'aux autres; aux hommes la part
qu'ils ont acquise, et aux femmes la part qu'elles ont acquise. Demandez à Allah de Sa
grâce. Car Allah, certes, est Omniscient.»
- L’égalité a lieu aussi au niveau du jugement d’Allah, le Très Haut, dans la vie et après la mort.
Comme nous dit Allah, le Très Haut dans le saint coran –ce qui peut être traduit comme : «Leur
Seigneur les a alors exaucés (disant): ‹En vérité, Je ne laisse pas perdre le bien que
quiconque parmi vous a fait, homme ou femme, car vous êtes les uns des autres…».
(TSC[i], ‘Al-Imrân ‘La famille d’Imran’ : 195).

- Aussi dans un autre verset : «Et quiconque aura fait de bonnes oeuvres tout en étant
croyant, ne craindra ni injustice ni oppression.». (TSC, Tâ-Hâ : 112).
- Dans le verset 4 de la sourate –les femmes- : «Ô hommes! Craignez votre Seigneur qui
vous a créés d'un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux là a fait
répandre (sur la terre) beaucoup d'hommes et de femmes. Craignez Allah au nom
duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang.
Certes Allah vous observe parfaitement.». ceci nous avertit pour ne pas opprimer les femmes
et nous souligne clairement l’égalité entre l’homme et la femme.

La femme en Occident :

- L’occident cherche une égalité entre les deux sexes sans se soucier des différences qui doivent avoir
place en raison de la nature de la femme qui est différente de celle de l'homme. Le fait de négliger la
nature physiologique et la composition de la femme veut dire que les occidentaux ne font pas de
différence entre l’homme et la femme.

- Est-ce que nous voyons la différence entre nous et eux, regardons les conséquences qui ont eu lieu à
cause du modèle d’égalité que l’occident a mis sur pied. L’une des conséquences est que la femme,
comme l’homme, est devenue essentiellement motivée par la recherche de l’argent. Elle doit travailler
pour vivre. L’Islam accepte l’idée du travail des femmes mais à condition qu’il soit convienne à sa nature
et à son choix.
- La femme occidentale est arrivée sur le marché du travail pour occuper tous les emplois. Elle a perdu
ainsi la chose la plus précieuse chez elle à savoir sa féminité et son instinct de mère. Elle a fait ça parfois
parce qu’elle a cherché à subvenir à ses besoins. Si elle est mariée, elle participe à la moitié du budget
de la maison. L’occident repose sur la dimension matérielle. À partir du moment où la femme est égale à
l’homme, elle doit contribuer à parts égales aux dépenses de la vie.

- La femme occidentale a travaillé dans tous les domaines, chauffeur de taxi ou de bus, une ouvrière des
chemins de fer. Est-ce que nous imaginons les femmes dans ces emplois?

- À cause de ce modèle occidental d’égalité, la femme a eu à faire face à un autre problème dangereux.
Elle ne connaît plus l’attachement familial. Ainsi, nous voyons des hommes et femmes qui vivent en
union libre sous le même toit. Par la suite, l’homme décide de quitter la femme et ses enfants. Cette
dernière, par contre, ne peut laisser tomber ses enfants.

- Il y a eu en occident, comme conséquence, l’apparition des familles monoparentales, des enfants de


père inconnu. Tout ça à cause de leur vision de l’égalité comme étant une association entre les hommes
et les femmes. Le pourcentage des mariages dans leur forme traditionnelle a baissé à 20 %. Alors, plus
la femme est âgée, plus elle a des relations avec des hommes, elle a des enfants de pères différents
parfois parce que le premier l’a laissée tomber, le deuxième aussi et ainsi de suite. Arrivée à quarante
ans, la femme découvre qu’elle est seule et que les hommes ne trouvent plus chez elle les choses qui les
intéressaient et elle devient de plus en plus déprimée.

Regardons l’état de la femme en Islam :

Plus la femme est âgée, plus l’affection et la valeur que nous lui accordons est élevée. Rappelons nous
les hadiths (ta mère, ta mère, ta mère) ou celui qui dit que le paradis est sous les pieds des mères. De
cette manière, les femmes ne souffriront pas de dépression.

La femme est opprimée à quatre niveaux :

- La violence dont elle est victime;

- Ses droits sociaux;

- Ses droits politiques;

- Ses droits matériels.

Premier domaine : La violence contre les femmes

En ce sens, nous parlons de la violence contre la femme dans les mondes musulman et occidental. Notre
projet est destiné au monde entier car nous voulons changer cette situation. Nous voulons nous
débarrasser de cette oppression. En occident, l’oppression de la femme concerne deux points :

- Le harcèlement sexuel : selon les statistiques aux États-unis, un sixième des femmes sont
harcelées et provoquées sexuellement (Imaginez la gravité de cette oppression). 50 % des meurtres
dont les femmes sont victimes aux États-Unis sont commis par des maris ou des copains à cause des
relations bien particulières entre eux (Regardez l’ampleur de l’oppression). Rappelez-vous ce qui
s’est passé en Bosnie avec les persécutions que les femmes ont subies en 1993 (en Europe et de
nos jours).

- Les insultes et l’agression physique : il y a des centres destinés à l’aide aux femmes
battues. Les annonces à la télé concernant la violence contre les femmes sont nombreuses.

Dans le cas du monde musulman : nous avons les mêmes cas que l’occident, une oppression
effective. Le plus malheureux dans tout ça est que les gens rattachent ça à l’Islam.

Le crime d’honneur: quand la personne doute de sa sœur ou de sa fille sans témoin et preuve et
décide de la tuer. Pire encore, c’est qu’à la cour de justice, la peine est réduite parce qu’il s’agit d’un
crime d’honneur. La raison de l’allègement de la peine provient de l’interprétation erronée d’un hadith.
Cette interprétation qui laisse croire que si l'homme tue une femme c'est moins grave. Le saint coran est
très clair en ce sens. En effet, Allah, le Très Haut dit –ce qui peut être traduit comme : «Et ceux qui
lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre
témoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet, et n'acceptez plus jamais leur
témoignage. Et ceux-là sont les pervers». (TSC, An-Noûr ‘La lumière’ : 4). Ce verset nous montre
comment en Islam, celui qui agresse la femme verbalement et met en doute son honneur est averti.
Imagine alors, celui qui la tue. Vous avez vu comment le saint coran est juste avec la femme.

Il y aussi l'excision que subit la femme sous prétexte que ça existe en Islam sans preuves réelles
confirmant tout ça. Ce qui arrive aux femmes en Afrique est horrible, impossible à imaginer, cela mène
dans la plupart des cas à la mort de la femme ou à son handicap. De plus, il détruit son existence au
nom de l’Islam, c’est une oppression monumentale.

Les insultes, la violence physique et l’agression : l’expulsion de la femme de son foyer et le fait de
l’insulter pour des raisons banales, de la menacer de divorce ou d’un deuxième mariage sans toutefois
lui accorder ses droits affectifs, ni ses droits religieux en tant que femme. Tout ça l’Islam l’a clairement
montré. Les hommes agissent mal en se référant à l’Islam, ils frappent leurs femmes sous prétexte qu’il
y un verset qui dit –ce qui peut être traduit comme : «Les hommes ont autorité sur les femmes,
en raison des faveurs qu'Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses
qu'ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et
protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection
d'Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous
d'elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de
voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !». En lisant la totalité du verset, nous
devons souligner qu’il s’agit de désobéissance. Nous savons très bien ce que veut dire désobéissance.
Dans le cas de violence, l’homme peut considérer la femme désobéissante pour n’importe quoi et se
référer ainsi aux textes du saint coran d’une façon erronée.

Le deuxième domaine : Les droits matériels

En occident, là où les droits des femmes sont aussi bafoués, il n’existe pas d’équité salariale entre les
hommes et les femmes, et ce sans aucune raison. Pire encore, d’après des statistiques aux États-unis, la
moyenne des salaires des femmes est inférieure à celle des hommes de 10.000$ même s’il s’agit des
mêmes emplois. Ceci est une façon d’opprimer la femme.

Dans le monde musulman, l’oppression au niveau des droits matériels est très fréquente
particulièrement dans les campagnes et les villages. Nous assistons souvent au non respect du droit de
la femme à l’héritage. Juste parce qu’elle est une femme, ses frères peuvent lui prendre sa part de
l’héritage. Quand il s’agit de terres agricoles, ses frères peuvent ne pas vouloir voir la terre de la famille
passer entre les mains d’un membre de l’extérieur, en l’occurrence le mari de leur sœur.

Un autre type d’oppression prend place quand le père n’est pas équitable avec tous ses enfants en
donnant plus aux garçons qu’aux filles.

Pourtant, le Prophète (BP sur lui), a refusé de témoigner lorsqu’un homme lui a dit qu’il a tout donné à
un de ses enfants au détriment des autres. Le Prophète (BP sur lui), lui a dit que c’était comme s’il allait
faire un faux témoignage.

Il y a aussi les divorcées qui doivent attendre des années avant de recevoir leurs droits matériels. Elles
risquent de passer toute leur vie en justice pour récupérer leur droit parce qu’il n’y a pas de lois sévères
et rapidement applicables. La femme dans ce cas là est opprimée, insultée et méprisée par son mari.

Il y a un point important que je veux éclaircir et qui concerne le verset le plus souvent connu du saint
coran à ce sujet à savoir: «Voici ce qu'Allah vous enjoint au sujet de vos enfants: au fils, une
part équivalente à celle de deux filles. » (TSc, An-Nissâ’ ‘Les femmes’ : 11). Ce verset ne fait pas
de distinction entre l’homme et la femme en considérant que l’un est supérieur à l’autre mais en prenant
en compte les responsabilités de l’homme. Ce dernier est responsable des frais de subsistance de sa
sœur, de sa mère, de sa femme et de ses enfants. La femme, quant à elle, reçoit la moitié de l’héritage
parce qu’elle n’est pas responsable des autres. De fait, la part de l’héritage de l’homme est étroitement
liée à ses responsabilités. Ce que notre saint coran décrit est à l’encontre de ce que nous trouvons en
Occident. Pour ces derniers, la femme doit travailler pour vivre tandis qu’en Islam son argent lui
appartient, elle le dépense comme elle veut. Si nous calculons, nous trouvons qu’en fin de compte celui
qui a pris la part d’héritage la plus grande est le perdant car il a plusieurs dépenses. Ainsi, dans
plusieurs cas, la part de la femme est plus, ou autant intéressante que celle de l’homme.

Le troisième domaine : les droits politiques

Dans le monde musulman, la femme a été pendant longtemps privée de son droit de vote. Ceci est
vraiment nouveau dans nos pays. La femme a été privée des postes clés de l’administration. Ainsi dans
la majorité des cas, les gouvernements offrent juste un ou deux sièges pour les femmes. Les adeptes de
cette vision justifient de telles actions en argumentant que ce sont des postes en dehors de la
spécialisation de la femme. Je vais vous rappeler comment la femme a participé politiquement au temps
du Prophète (BP sur lui). Vous allez être surpris. Si nous considérons le Jihad comme étant une
dimension très importante. Le prophète ne partait jamais à une bataille sans être accompagné de
femmes (ses propres femmes entre autres). De plus, le Prophète (BP sur lui), n’a jamais mis sur pied
une bataille sans avoir désigné un rôle pour les femmes dans sa stratégie. Il s’agit là d’une activité très
importante à savoir le djihad. D’ailleurs, lors de la conquête d’Uhoud, le prophète avait proposé qu’ils
restent au sein de la ville de telle sorte que les hommes se battent dans les rues et les femmes sur les
terrasses.

Un autre exemple est celui de Achifaa Ibn Abdel Allah que Omar Ibn Al-Khattab a, depuis mille quatre
cents ans, désignée en tant que ministre. Effectivement, il a fait appel à une femme dont le travail était
le contrôle administratif et la surveillance des marchés. Elle était responsable du contrôle de la société
au sein de Médine et gérait aussi bien les femmes que les hommes. De cette manière, il nous apparaît
clairement que ce n’est pas un problème en Islam de voir une femme comme chef supérieur aux
hommes. C’est ça la vision de l’Islam.

Est-ce que vous avez oublié le saint coran et la copie qui a été réunie grâce à Zaid Ibn Thabet au temps
d’Abou Bakr Assedik? Elle était protégée par Hafsa et imaginez que les paroles d’Allah, ont été protégées
par une femme. Les plus grands compagnons du prophète ont choisi de laisser le saint coran chez
Hafsa.

Ceci confirme que les femmes ne sont pas moins habiles, ne manquent pas de jugement ni de foi. Nous
ne sommes pas aujourd’hui entrain d’expliquer ce hadith mais nous voulons juste souligner que la
plupart des gens le comprennent mal. Quand est ce que le Prophète (BP sur lui), a dit :«(les femmes)
manquent de jugement et de foi». Impossible d’imaginer que notre prophète ait dit ça aux femmes qu’il
venait de rencontrer. Et quand? Un jour de fête. Notre prophète avec sa sagesse et sa tendresse voulait-
il vraiment signifier ceci? Plusieurs savants ont confirmé ceci et chacun d’eux a accordé un sens
particulier selon ses croyances… Conséquence : à chaque petite ou grande chose, la femme est accusée
comme étant une personne qui manque de jugement et de foi.

Le quatrième domaine : la dimension sociale

En occident : l’infidélité conjuguale est très fréquente. 60 % des hommes aux États-unis avouent avoir
trompé leur femme, 70 % en Italie. En revanche, le taux de trahison des femmes aux hommes ne
dépasse pas 15% à 20%. La différence est significative. La femme en Occident est comme une
marchandise qui se vend et s’achète. Même sur une boîte d’allumettes, nous trouverons la photo d’une
femme nue. Cette dernière a certainement subi des pressions énormes pour figurer en tant que
marchandise. Arrivée à 45 ans, elle déprime parce qu’elle se sent inutile et que les gens ne trouvent plus
quelque chose d’intéressant chez elle. Elle ne peut même plus servir de marchandise. Toute cette
dépression peut souvent mener à un suicide. Nous découvrons ainsi que l’occident regarde la femme
surtout à travers son apparence et sa beauté.

L’analphabétisme dans nos pays musulmans : Les hommes analphabètes sont trois fois plus
nombreux que les femmes analphabètes particulièrement à la campagne et dans les villages. Le père
choisit généralement le fils pour les études tandis qu’il juge que la fille n’a pas besoin d’enseignement.
Pourquoi ne nous concentrons nous pas sur le projet d’analphabétisme. Il faut qu’il y ait un seul chiffre
et qu’il concerne la lutte contre l’analphabétisme parmi les femmes. L’analphabétisme est vraiment une
oppression très dure dont souffre la femme. Bien entendu, l’Islam est loin d’être responsable de cette
histoire. Le prophète, paix et bénédiction soient sur lui, a conseillé à ceux qui ont trois filles de les
instruire, les éduquer et comme résultat l’accès au paradis leur est assuré.

Je vous fais part maintenant de quelques statistiques qui montrent ce que des compagnons femmes ont
fait après avoir appris grâce à leurs maris.

- Sayeda Aicha, elle a instruit 232 hommes et 67 femmes.

- Ummo Salama, 78 hommes et 23 femmes.

- Sayeda Hafsa : 17 hommes et trois femmes

- Asmaa bint Abi Bakr : 19 hommes et deux femmes

- Asmaa Bint Aamiss : 11 hommes

- Ramla Bint Abi Soufiane : 18 hommes.

Les femmes sont aussi privées du choix de leurs maris. Même à présent, nous constatons
l’existence de cette oppression. Oublions les villes et le public qui regarde les chaînes satellite. La femme
est privée de ce droit sous prétexte qu’elle manque de jugement et de foi, autrement dit, elle ne sait pas
où est son bien. Ici, les gens interprètent mal le fait d’obéir à Allah, le Très Haut, et à Son Prophète (BP
sur lui), et aux parents. En se basant sur cette idée, le père prend la décision du mariage à la place de
sa fille et l’oblige sous prétexte qu’elle doit lui obéir. Le prophète paix et bénédiction sur lui, a répondu à
quelqu’un qui est venu lui dire que deux hommes ont demandé la main de sa fille (l’un est riche et
l’autre est pauvre). Il lui a dit : Que veut la fille. L’homme répond alors : elle veut le pauvre et nous le
riche. Le prophète dit alors : je ne vois dans le mariage que les gens qui s’aiment mutuellement. Un
autre hadith du Prophète (BP sur lui), concerne un jour où il y a eu une femme qui est venue lui
raconter que son père l’obligeait à se marier à un homme qu’elle ne voulait pas. Le Prophète (BP sur
lui), lui répond alors qu’elle ne se mariera qu’avec son accord. La femme lui dit : J’accepte le choix de
mon père mais je voulais apprendre aux femmes que ce ne sont pas leurs parents qui doivent prendre la
décision à leur place. Ces paroles sont là depuis 1400 ans et au cours de l’histoire, il y a eu un
amalgame entre ces exemples d’oppression et l’Islam.

La femme est privée de consultation : combien d’hommes consultent-ils leurs femmes et


apprennent-ils des opinions de ces dernières. Là aussi, il y a un hadith erroné (Consultez les et faites le
contraire de ce qu’elles disent). Mais croyez vous que ce hadith existe? Le jour de la réconciliation de
Houdaibia, le Prophète (BP sur lui), a appliqué tout ce que Oummo Salama lui a donné comme idées. Le
Prophète (BP sur lui), lui a dit que les hommes ont péri, elle a indiqué aux musulmans de sortir, de se
raser la tête comme ça ils vont l’imiter et c’est ce qui s’est passé, le prophète a fait tout ce que Oummo
Salama lui a dit et aux dires des compagnons, elle a sauvé l’unité des musulmans. Alors c’est ça l’Islam.

La femme est privée de certains emplois et souffre de chômage. Elle a bien sûr le choix en
Islam de travailler. À titre d’exemple, si elle veut être femme au foyer, elle est libre. Mais le problème
c’est qu’il y a celles qui vont sur le marché du travail par nécessité. Dans ce cas, elles trouvent des
difficultés à être embauchées en raison du fait que les entreprises vont favoriser les hommes pour un
emploi même si la femme en a peut être davantage besoin. En fait, dans sa nature, nous retrouvons que
la femme aime son foyer et quand elle sort travailler, c’est surtout pour subvenir à ses besoins. Ce qu’il
fallait faire, et malgré le chômage dans nos pays, est d’accorder la priorité au travail à la femme. En
réponse à ça, il y a certainement des hadiths erronés qui vont surgir pour dire que la femme ne doit pas
être vue à l’extérieur. Alors, comment expliquez-vous que la femme soit sortie au Jihad avec le Prophète
(BP sur lui)? Um Raala est venue voir le Prophète (BP sur lui), pour lui demander si c’était permis d’être
une coiffeuse. Le Prophète (BP sur lui), a répondu qu’elle pouvait embellir les femmes pour leurs maris.
Ainsi, Oum Raala était coiffeuse à Médine. Que pensez-vous du fait que le premier hôpital en Islam bâti
par notre Prophète (BP sur lui), était destiné à une femme. C’était sous forme d’une grande tente pour
Assaida Rafida. Le Prophète (BP sur lui), lui a dit : Guéris les femmes et les hommes. C’est ce qu’elle
faisait surtout après que l’hôpital ait été transféré à la mosquée sacrée de Médine.

La femme est privée de voyage et de circulation. Elle est emprisonnée à cause de la déformation
du sens des hadiths. Le prophète paix et bénédiction sur lui, dit dans un hadith de Ali Ibn Hatim: la
femme sortira de sa tourmente, ne craignant qu’Allah, le Très Haut et tournant autour de la maison.
Alors, il semble que notre prophète est fier de ça mais à condition qu’il y ait une sécurité. Nous avons
une fausse interprétation ou une vision erronée que nous devons réviser d’ici 20 ans.

La femme a été privée du bien, par exemple les sorties à la mosquée, nous voyons très bien
combien est vide la partie réservée aux femmes dans la mosquée. De plus, ces places que nous leur
réservons dans les mosquées ne sont pas toujours appropriées. Le Prophète (BP sur lui), dit : Ne laissez
pas tomber les mosquées.

L’autre point où il y a eu beaucoup d’oppression de la femme est la polygamie. Il y a des points de vue
différents en ce sens, il y a ceux qui disent que la polygamie est libre et d’autres qui disent qu’elle est
conditionnée. Autrement dit, que la première femme et le respect de ses sentiments sont des éléments
très importants. Nous avons besoin de revoir ce sujet. S’agit-il d’une polygamie absolue ou régie par des
conditions précises. Il nous faut débattre encore de la question.

Le dernier point de cette oppression que la femme subit est sa privation d’affection, de tendresse et
d’amour. Elle subit le comportement brutal juste parce qu’elle est une femme. Elle manque de tendresse
malgré que notre religion soit celle de la miséricorde et de la tendresse. Écoutons notre Prophète (BP sur
lui), qui dit : « le meilleur don que quelqu’un peut faire est une bouchée de nourriture dans la bouche
de sa femme ». Ou bien rappelons-nous que le Prophète (BP sur lui), au cours de la période des
menstruations de Saida Aicha, quand la femme est un peu triste, le Prophète (BP sur lui), attendait que
sa femme ait bu, prenait par la suite le verre et buvait du côté où sa femme avait posé ses lèvres pour
lui montrer qu’il n’y avait rien de différent et qu’il compatissait avec elle.

Regardez le Prophète (BP sur lui), qui dit : «prenez soin des flacons, les femmes sont comme le verre».
Omar Ibn Al Khattab a retenu la leçon, il jurait qu’avant l’islam, les hommes ne valaient rien aux yeux
des femmes, mais après l’islam, les femmes voyaient les hommes différemment car elles sont devenues
précieuses aux yeux de ces derniers».

C’est ça notre religion et l’Islam n’a rien à voir avec toute cette oppression subie par les femmes.
L’épisode d’aujourd’hui avait pour objectif de montrer que l’Islam n’est nullement responsable de l’état
de la femme, de présenter notre projet de renaissance qui consiste à lever l’oppression dont souffre la
femme. Au cours du prochain épisode, en attendant votre vote à grande échelle, n’oubliez pas, nous
voulons atteindre un million de votes pour les quatre domaines précédents ainsi que pour le sujet de la
femme.

Demandons d’Allah, le Très Haut, d'agréer notre participation à ce projet de lutte contre l’oppression de
la femme. À la semaine prochaine pour que nous puissions commencer le travail effectif.

Wa Assalamou Alaikoum Wa Rahmatou Allah Wa Barakatouh.

[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la
sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.