Vous êtes sur la page 1sur 12

CCNA 2 Synthèse

Chapitre 1

Processus d’amorçage du routeur

a. Le processus d’amorçage comporte quatre phases principales :

b. Exécution du POST

c. Chargement du programme d’amorçage

d. Localisation et chargement du logiciel Cisco IOS

e. Localisation et chargement du fichier de configuration initiale ou passage en mode Configuration

de configuration initiale ou passage en mode Configuration Configuration de routeur de base a. attribution d’un

Configuration de routeur de base

a. attribution d’un nom au routeur ;

b. définition des mots de passe ;

c. Configuration des interfaces ;

d. Configuration d’une bannière ;

e. Enregistrement des modifications apportées au routeur ;

f. Vérification de la configuration de base et des opérations de routage.

Meilleur chemin et mesure

Le meilleur chemin est sélectionné par un protocole de routage, qui utilise une valeur ou une métrique pour déterminer la distance à parcourir pour atteindre un réseau. Le protocole RIP, se basent sur le nombre de sauts simples, qui représente le nombre de routeurs entre un routeur et le réseau de destination. Pour le protocole OSPF, déterminent le chemin le plus court en examinant la bande passante des liens et en utilisant ceux dont la bande passante est la meilleure.

Chapitre 2

Rôle du routeur

a. Le routeur est un ordinateur spécialisé qui joue un rôle clé dans le fonctionnement d’un réseau de données. Les routeurs assurent principalement l’interconnexion des réseaux en :

déterminant le meilleur chemin pour l’envoi des paquets ;

transférant les paquets vers leur destination.

b. Les routeurs transfèrent les paquets en obtenant des informations sur les réseaux distants et en gérant les informations de routage. Le routeur est la jonction, ou intersection, qui relie plusieurs réseaux IP. La décision principale de transfert des routeurs est basée sur les informations de couche 3, l’adresse IP de destination.

c. La table de routage du routeur permet de trouver la meilleure correspondance entre l’IP de destination d’un paquet et une adresse réseau dans la table de routage. Au final, la table de routage détermine l’interface de sortie pour transférer le paquet et le routeur encapsule ce paquet dans la trame liaison de données appropriée pour cette interface sortante.

Protocole CDP (Cisco Discovery Protocol)

CCNA 2 Synthèse

a. Le protocole CDP est un puissant outil de surveillance et de dépannage de réseaux. C’est un outil de collecte d’informations utilisé par les administrateurs réseau pour obtenir des données sur les périphériques Cisco directement connectés.

b. Par défaut, chaque périphérique Cisco envoie des messages réguliers, connus sous le nom d’annonces CDP, aux périphériques Cisco connectés directement. Ces annonces contiennent des informations comme les types de périphériques connectés, les interfaces des routeurs auxquels ils sont connectés, les interfaces utilisées pour réaliser les connexions et les numéros de modèles des périphériques.

c. Les informations collectées auprès d’autres périphériques peuvent aider à la prise de décisions quant à la conception de réseau, au dépannage et à la modification des équipements. Le protocole CDP peut servir d’outil de détection de réseaux, en permettant de créer la topologie logique d’un réseau lorsqu’une telle documentation n’existe pas ou manque de précision.

Utilisation du protocole CDP pour la détection réseau

a. Les informations collectées par le protocole CDP peuvent être examinées à l’aide de la commande show cdp neighbors. Pour chaque voisin CDP, les informations suivantes s’affichent :

ID du périphérique voisin ;

interface locale ;

valeur de temps d’attente, en secondes ;

code de capacité du périphérique voisin ;

plateforme matérielle voisine ;

ID du port distant voisin.

matérielle voisine ;  ID du port distant voisin. b. show cdp neighbors detail indique également

b. show cdp neighbors detail indique également l’adresse IP d’un périphérique voisin. Elle permet de déterminer si l’un des voisins CDP présente une erreur de configuration IP.

c. Pour désactiver le protocole CDP pour l’ensemble du périphérique, utilisez : Router(config)#no cdp run

d. Si vous devez arrêter les annonces CDP sur une interface précise, utilisez : Router(config-if)#no cdp enable

Objectif et syntaxe de la commande ip route

a. Un routeur peut obtenir des informations sur des réseaux distants de l’une des deux façons suivantes :

manuellement, à partir de routes statiques configurées ;

automatiquement, à partir d’un protocole de routage dynamique.

b. Les routes statiques sont communément utilisées lors du routage d’un réseau vers un réseau d’extrémité. Un réseau d’extrémité est un réseau accessible par une seule route.

c. Router(config)#ip route prefix mask {ip-address | interface-type interface-number [ip-address]} [distance]

Configuration de routes statiques

a. R1(config)#ip route 172.16.1.0 255.255.255.0 172.16.2.2

b. R1(config)#ip route 172.16.1.0 255.255.255.0 Serial0/0

c. S 172.16.1.0 [1/0] via 172.16.2.2

S : code de la table de routage pour la route statique ;

172.16.1.0 : adresse réseau pour la route (réseau distant) ;

[1/0] : distance administrative et métrique pour la route statique ;

via 172.16.2.2 : adresse IP du routeur de tronçon suivant.

CCNA 2 Synthèse

Route statique par défaut

Une route statique par défaut est une route qui correspond à tous les paquets. Les routes statiques par défaut sont utilisées :

Quand aucune autre route de la table de routage ne correspond à l’adresse IP de destination du paquet. Elles sont couramment utilisées lors de la connexion d’un routeur de périphérie d’une société au réseau ISP.

Lorsqu’un routeur n’est connecté qu’à un seul autre routeur. Ce cas est appelé « routeur d’extrémité ».

Router(config)#ip route 0.0.0.0 0.0.0.0 [exit-interface | ip-address]

Dépannage d’une route manquante

a. Les réseaux sont soumis à de nombreuses forces différentes susceptibles d’entraîner assez fréquemment la modification de leur état :

Une interface est désactivée.

Un fournisseur de services perd une connexion.

Les liaisons affichent une sursaturation.

Un administrateur entre une configuration erronée.

b. Certains outils pouvant vous aider à isoler les problèmes de routage :

ping

traceroute

show ip route

show ip interface brief

show cdp neighbors detail

Chapitre 3 :

Vecteur de distance et état des liaisons

a. Les protocoles IGP (Interior Gateway Protocols) peuvent appartenir à deux types :

Protocoles de routage à vecteur de distance

Protocoles de routage à état de liens

b. La distance est définie en termes de métrique, comme le nombre de sauts, et la direction est simplement le routeur de tronçon suivant ou l’interface de sortie. Les protocoles à vecteur de distance utilisent généralement l’algorithme Bellman-Ford pour déterminer le meilleur chemin.

c. Certains protocoles à vecteur de distance envoient régulièrement des tables de routage entières à tous les voisins connectés. Dans le cas des grands réseaux, ces mises à jour de routage peuvent être gigantesques et générer un trafic important sur les liens.

d. Les protocoles de routage à vecteur de distance ne disposent pas d’une véritable carte de la topologie du réseau.

e. Le routeur ne dispose que des informations de routage qu’il a reçues de ses voisins.

f. Les protocoles à vecteur de distance sont particulièrement adaptés aux situations suivantes :

Le réseau est simple et linéaire et ne nécessite pas de conception hiérarchique particulière.

Les administrateurs ne sont pas suffisamment expérimentés pour configurer et dépanner les protocoles à état de liens.

Des types de réseaux spécifiques, comme les réseaux hub-and-spoke, sont implémentés.

Des délais de convergence extrêmement longs sur un réseau ne posent pas problème.

g. un protocole de routage à état de liens peut créer une « vue complète » ou topologie du réseau en récupérant des informations provenant de tous les autres routeurs.

h. Un routeur à état de liens utilise les informations d’état de liens pour créer une topologie et sélectionner le meilleur chemin vers tous les réseaux de destination de la topologie.

i. Les protocoles de routage à état de liens n’utilisent pas de mises à jour régulières. Une fois que le réseau a convergé, une mise à jour d’état de liens est envoyée uniquement en cas de modification de la topologie.

j. Les protocoles à état de liens sont tout particulièrement adaptés dans les situations suivantes :

a. réseau conçu de manière hiérarchique (il s’agit généralement de grands réseaux) ;

b. administrateurs ayant une bonne connaissance du protocole de routage à état de liens implémenté ;

c. réseau pour lequel une convergence rapide est primordiale.

Protocoles de routage par classe ou sans classe

CCNA 2 Synthèse

a. Les protocoles de routage par classe n’envoient pas les informations de masque de sous-réseau dans les mises à jour de routage.

b. Les protocoles de routage par classe présentent d’autres limites, comme leur incapacité à prendre en charge les réseaux discontinus et les masques de sous-réseau de longueur variable (VLSM) font l’objet de chapitres ultérieurs.

c. Les protocoles de routage par classe comprennent RIPv1 et IGRP.

d. Les protocoles de routage sans classe envoient le masque de sous-réseau avec l’adresse réseau dans les mises à jour de routage, prennent en charge le VLSM, les réseaux discontinus et d’autres fonctionnalités.

e. Les protocoles RIPv2, EIGRP, OSPF, IS-IS et BGP font partie des protocoles de routage sans classe.

Convergence

a. On parle de convergence lorsque les tables de routage de tous les routeurs sont parfaitement cohérentes.

b. Le réseau a convergé lorsque tous les routeurs disposent d’informations complètes et précises sur le réseau.

c. Le temps de convergence est le temps nécessaire aux routeurs pour partager des informations, calculer les meilleurs chemins et mettre à jour leurs tables de routage.

d. Un réseau n’est pas complètement opérationnel tant qu’il n’a pas convergé. Par conséquent, le temps de convergence doit être bref pour la plupart des réseaux.

e. Les protocoles de routage peuvent être classés en fonction de leur vitesse de convergence : une convergence rapide améliore un protocole de routage.

f. les protocoles RIP et IGRP mettent du temps à converger, alors que les protocoles EIGRP et OSPF sont plus rapides.

Objet d’une Métrique

a. Une métrique est une valeur utilisée par les protocoles de routage pour affecter des coûts d’accès aux réseaux distants.

b. La métrique est utilisée pour déterminer quel chemin est préférable en présence de plusieurs chemins vers le même réseau distant.

c. Chaque protocole de routage utilise sa propre métrique

RIP : nombre de sauts. Le meilleur chemin est la route présentant le nombre de sauts le plus faible.

IGRP et EIGRP : bande passante, Délai, Fiabilité et Charge. Le meilleur chemin est la route présentant la plus petite valeur de métrique composite, calculée à partir de ces différents paramètres. Par défaut, seuls la bande passante et le délai sont utilisés.

IS-IS et OSPF : coût. Le meilleur chemin est la route associée au coût le plus faible. L’implémentation du protocole OSPF par Cisco utilise la bande passante.

d. Les métriques suivantes sont utilisées dans les protocoles de routage IP :

Nombre de sauts : métrique simple qui compte le nombre de routeurs qu’un paquet doit traverser.

Bande passante : influence la sélection du chemin en préférant celui dont la bande passante est la plus élevée.

Charge : prend en considération l’utilisation d’un lien spécifique en termes de trafic.

Délai : prend en considération le temps nécessaire à un paquet pour parcourir un chemin.

Fiabilité : évalue la probabilité d’échec d’un lien, calculée à partir du nombre d’erreurs de l’interface ou des précédentes défaillances du lien.

Coût : valeur déterminée par l’IOS ou par l’administrateur réseau pour indiquer une préférence pour une route. Le coût peut représenter une métrique, une combinaison de métriques ou une stratégie.

Équilibrage de charge

a. L’équilibrage de charge est appliqué si deux routes ou plus sont associées à la même destination.

b. l’équilibrage de charge peut être réalisé par paquet ou par destination.

c. Tous les protocoles de routage sont par défaut capables d’équilibrer automatiquement la charge du traf ic pour quatre routes à coût égal maximum.

d. Le protocole EIGRP est également capable d’équilibrer la charge sur plusieurs chemins à coût inégal.

e. Il est possible d’installer plusieurs routes vers le même réseau uniquement si elles proviennent de la même source de routage. Par exemple, pour que deux routes à coût égal puissent être installées, toutes deux doivent être des routes statiques ou des routes RIP.

Objet de la distance administrative

CCNA 2 Synthèse

a. Les routeurs Cisco utilisent la fonction de distance administrative pour sélectionner le meilleur chemin lors de la découverte du même réseau de destination à partir d’au moins deux sources de routage différentes.

b. La distance administrative est une valeur entière comprise entre 0 et 255.

c. Une distance administrative de 0 est idéale. Seul un réseau directement connecté a une distance administrative égale à 0, laquelle ne peut pas être modifiée.

d. Plus la distance administrative est faible, plus la route est fiable.

e. La valeur de distance administrative peut être vérifiée à l’aide :

d. show ip route

e. show ip protocols

à l’aide : d. show ip route e. show ip protocols Chapitre 4 – Boucles de

Chapitre 4

Boucles de routage

a. Les protocoles de routage dynamique aident les administrateurs réseau à maîtriser le processus fastidieux et astreignant de configuration et de maintenance de routes statiques.

b. Une boucle de routage est une condition dans laquelle un paquet est transmis en continu entre une série de routeurs sans jamais atteindre le réseau de destination souhaité.

c. Une boucle de routage peut se produire lorsque deux routeurs ou plus possèdent des informations de routage qui indiquent, à tort, qu’il existe un chemin valide vers une destination inaccessible.

d. Une boucle de routage peut être provoquée par les éléments suivants :

 

Routes statiques configurées incorrectement

Redistribution de routes configurées incorrectement

Tables de routage incohérentes qui ne sont pas mises à jour en raison d’une convergence lente dans un réseau changeant

Routes de suppression configurées ou installées incorrectement

e. Les protocoles de routage à vecteur de distance sont sujets à des inconvénients, comme les boucles de routage. Les boucles de routage sont moins susceptibles de se produire av ec les protocoles de routage à état de liens, mais elles peuvent néanmoins survenir dans certaines circonstances.

Comptage à l’infini

Le comptage à l’infini est une situation qui se produit lorsque des mises à jour de routage inexactes augmentent la valeur de la métrique jusqu’à l’infini pour un réseau qui n’est plus accessible.

Définition d’une valeur maximale

L’« infini » est défini par l’attribution d’une valeur maximale à la métrique, ce qui correspond à une métrique inaccessible. Une fois que les routeurs ont « compté jusqu’à l’infini », ils marquent la route comme étant

inaccessible.

Minuteurs de mise hors service

a. Ils empêchent les messages de mises à jour régulières de rétablir de façon inappropriée une route qui se serait dégradée. Les minuteurs de mise hors service exigent des routeurs la suspension, pendant une durée spécifiée, de toute modification pouvant affecter les routes. Si une route est identifiée comme étant désactivée (down) ou susceptible de l’être, toute autre information concernant cette route ayant le même statut (ou un statut encore pire) est ignorée pendant une durée prédéterminée (la période de mise hors service). Cela signifie que les routeurs laisseront une route marquée comme inaccessible dans cet état pendant une période suffisamment longue pour permettre aux mises à jour de propager les toutes dernières informations aux tables de routage

b. Si le réseau de destination est réellement indisponible et que les paquets sont transférés, un routage de type trou noir est créé et dure jusqu’à l’expiration du minuteur de mise hors service.

Règle de découpage d’horizon

CCNA 2 Synthèse

Le découpage d’horizon est une autre méthode qui permet d’empêcher les boucles de routage provoquées par la convergence lente d’un protocole de routage à vecteur de distance. Selon la règle de découpage d’horizon, un routeur ne doit pas annoncer de réseau par le biais de l’interface dont est issue la mise à jour.

Découpage d’horizon avec empoisonnement inverse et empoisonnement de route

a. L’empoisonnement de routage est une employée par les protocoles de routage à vecteur de distance pour éviter les boucles de routage. Il est utilisé pour marquer la route comme étant inaccessible dans une mise à jour de routage qui est envoyée à d’autres routeurs.

b. Inaccessible doit être interprété comme une métrique définie à sa valeur maximale. Pour le protocole RIP, une route empoisonnée a une métrique de 16.

c. L’empoisonnement de routage accélère le processus de convergence car les informations circulent dans le réseau en un temps inférieur à celui nécessaire pour que le nombre de sauts arrive à l’infini.

d. La technique de l’antipoison peut être associée à celle du découpage d’horizon. Cette méthode est appelée le découpage d’horizon avec empoisonnement inverse. Selon la règle de découpage d’horizon avec antipoison, lors de l’envoi de mises à jour via une interface spécifique, tout réseau dont l’existence a été apprise sur cette interface est désigné comme étant inaccessible.

e. le découpage d’horizon est activé par défaut. Toutefois, il est possible que le découpage d’horizon avec antipoison ne soit pas la valeur par défaut dans toutes les implémentations d’IOS.

Protocole IP et durée de vie (TTL)

a. Le champ TTL a pour objectif d’éviter la circulation sans fin sur le réseau d’un paquet impossible à remettre. Sa valeur est définie par le périphérique source du paquet.

b. Cette valeur est réduite de 1 par chaque routeur présent sur la route vers sa destin ation. Si la valeur du champ TTL atteint zéro avant que le paquet n’arrive à sa destination, ce dernier est supprimé et le routeur renvoie un message d’erreur ICMP (Internet Control Message Protocol) à la source du paquet IP.

Chapitre 5

Fonctionnement du protocole RIP

a.

Parmi les protocoles de routage à vecteur de distance figurent les protocoles : RIP, IGRP et EIGRP.

b.

Le choix du protocole à utiliser dans une situation donnée varie en fonction d’un certain nombre de facteurs, dont les suivants :

 

Taille du réseau

Compatibilité entre les modèles de routeurs

Connaissances administratives requises

c.

RIP

1.

RIP Initialement, le protocole RIP (Routing Information Protocol) était spécifié dans la RFC 1058. Ses principales caractéristiques sont les suivantes :

 

Il utilise le nombre de sauts comme métrique de sélection d’un chemin.

le nombre de sauts maximum est fixé à 15,

Par défaut, les mises à jour de routage sont diffusées ou multidiffusées toutes les 30 secondes.

 

2.

un protocole de routage par classe (RIPv1)

3.

un protocole de routage sans classe (RIPv2).

4.

RIPv2 est un protocole de routage normalisé qui fonctionne dans un environnement de routeurs multifournisseurs.

5.

un des protocoles de routage les plus faciles à configurer, ce qui en fait un bon choix pour les petits réseaux.

6.

RIPv2 présente encore quelques limites.

7.

RIPv1 et RIPv2 ont une métrique de route qui est basée uniquement sur le nombre de sauts et qui est limitée à 15 sauts.

8.

Prise en charge du découpage d’horizon et du découpage d’horizon avec antipoison pour éviter les boucles.

9.

Possibilité d’équilibrer la charge sur six chemins à coût égal au maximum. La valeur par défaut est quatre chemins à coût égal.

10. RIPv2 a apporté les améliorations suivantes à RIPv1 :

CCNA 2 Synthèse

Inclusion du masque de sous-réseau dans les mises à jour de routage, (protocole de routage sans classe).

Mécanisme d’authentification visant à sécuriser les mises à jour des tables de routage.

Prise en charge des masques de sous-réseau de longueur variable (VLSM).

Utilisation d’adresses de multidiffusion au lieu d’adresses de diffusion.

Prise en charge du résumé de routes manuel.

Vérification du protocole RIP : show ip route

a. Pour vérifier et dépanner le routage, utilisez :

show ip route

show ip protocols

debug ip rip

show ip interface brief

b. Les routes RIP sont indiquées par la lettre R.

Chapitre 6

Adressage IP par classe

a. Sans le lancement de la notation CIDR et VLSM en 1993 (RFC 1519), de la traduction d’adresses de réseau (NAT) en 1994 (RFC 1631) et de l’adressage privé en 1996 (RFC 1918), l’espace d’adressage IPv4 de 32 bits serait aujourd’hui épuisé.

d’adressage IPv4 de 32 bits serait aujourd’hui épuisé. VLSM et adresses IP a. VLSM découpe simplement

VLSM et adresses IP

a. VLSM découpe simplement un sous-réseau en sous-réseaux. Le VLSM peut être considéré comme découpage en sous-réseaux.

b. Le routage par classe ne permet pas d’aller plus loin. Vous ne pouvez choisir qu’un seul masque pour tous vos réseaux.

c. Grâce à VLSM et au routage sans classe, vous disposez créer d’autres adresses réseau et utiliser un masque adapté à vos besoins.

Regroupement de route

a. le résumé de routage, également connu sous le nom d’agrégation de routes, est le processus de notification d’un ensemble contigu d’adresses par une seule adresse avec un masque de sous-réseau plus court et moins spécifique.

b. Notez que, parfois, le routage interdomaine sans classe (CIDR) est une forme de résumé de routage et qu’il est dans ce cas synonyme de création d’un super-réseau.

c. RIPv1 résume les sous-réseaux en une adresse réseau principal par classe lors de l’envoi de la mise à jour de RIPv1 à une interface qui appartient à un autre réseau principal.

d. le résumé permet de réduire le nombre d’entrées dans les mises à jour de routage et de diminuer le nombre d’entrées dans les tables de routage locales.

e. Il contribue également à réduire la consommation de bande passante par les mises à jour de routage et accélère les recherches dans les tables de routage.

f. N’oubliez pas qu’un super-réseau est toujours un résumé de routage, mais qu’un résumé de routage n’est pas toujours un super-réseau.

CCNA 2 Synthèse

Chapitre 7

Activation et vérification de RIPv2

a. RIPv2 est défini dans le document RFC 1723.

b. RIPv2 est encapsulé dans un segment UDP via le port 520 et peut transporter jusqu’à 25 routes.

via le port 520 et peut transporter jusqu’à 25 routes. Vérification des mises à jour RIPV2

Vérification des mises à jour RIPV2

jusqu’à 25 routes. Vérification des mises à jour RIPV2 Les mises à jour sont envoyées en

Les mises à jour sont envoyées en utilisant l’adresse de multidiffusion 224.0.0.9. RIPv1 envoie des mises à jour sous forme de diffusion sur 255.255.255.255.

Chapitre 8

Routes parent et enfant : réseaux par classe

a. Une route de niveau 1 est une route possédant un masque de sous-réseau inférieur ou égal au masque par classe de l’adresse réseau.

b. Une route de niveau 1 peut fonctionner comme :

 

route par défaut : une route par défaut;

route de super-réseau : est une adresse réseau avec un masque inférieur au masque par classe ;

route de réseau : est une route dotée d’un masque de sous-réseau égal à celui du masque par classe. Une route de réseau peut également être une route parent.

c. La source d’une route de niveau 1 peut être un réseau connecté directement, une route statique ou un protocole de routage dynamique.

d. La route de niveau peut être définie comme meilleure route. Une meilleure route est une route comportant :

une adresse IP de tronçon suivant (un autre chemin)

et/ou une interface de sortie. C 192.168.1.0/24 is directly connected, Serial0/0/1

e. une route qui ne contient pas d’informations d’adresse IP de tronçon suivant ni d’interface de sortie est nommée route parent de niveau 1.

de sortie est nommée route parent de niveau 1. Comportement de routage par classe : processus

Comportement de routage par classe : processus de recherche

a. lorsque le comportement de routage par classe est actif (no ip classless), le processus de recherche de la table de routage ne poursuit pas la recherche des routes de niveau 1 dans la table de routage. Si un paquet ne correspond pas à une route enfant de la route de réseau parent, le routeur supprime le paquet.

b. il ne recherche pas de correspondance inférieure au-delà des routes enfant.

c. Le processus de la table de routage n’utilise pas la route par défaut 0.0.0.0/0, ni aucune autre route.

CCNA 2 Synthèse

Chapitre 9

Modules dépendant d’un protocole (PDM)

a. IGRP (Interior Gateway Routing Protocol) est un protocole propriétaire développé par Cisco. Les principales caractéristiques conceptuelles du protocole IGRP sont les suivantes :

La bande passante, le délai, la charge et la fiabilité sont utilisés pour créer une métrique composite.

Par défaut, les mises à jour de routage sont diffusées toutes les 90 secondes.

IGRP est le prédécesseur d’EIGRP et est désormais obsolète.

b. EIGRP (Enhanced IGRP) est un protocole de routage à vecteur de distance propriétaire de Cisco. Ses principales caractéristiques sont les suivantes :

Il peut effectuer un équilibrage de charge à coût égal ou inégal.

Il utilise l’algorithme DUAL (Diffused Update Algorithm) pour calculer le chemin le plus court.

Contrairement aux protocoles RIP et IGRP, il n’y a pas de mises à jour régulières. Des mises à jour de routage sont envoyées uniquement en cas de modification de la topologie.

c. un protocole de routage à vecteur de distance sans classe dont les fonctionnalités sont similaires à celles des protocoles de routage à état de liens.

d. un protocole propriétaire développé par Cisco qui s’exécute uniquement sur les routeurs Cisco.

e. Les caractéristiques du protocole EIGRP sont les suivantes :

 

Mises à jour déclenchées (EIGRP n’a pas de mises à jour régulières).

Utilisation d’une table topologique pour maintenir toutes les routes reçues des voisins (pas seulement les meilleurs chemins).

Établissement de contiguïtés avec des routeurs voisins par le biais du protocole Hello EIGRP.

Prise en charge des masques de sous-réseau de longueur variable et du résumé de routes manuel, permettant au protocole EIGRP de créer des grands réseaux structurés hiérarchiquement.

f. Avantages du protocole EIGRP :

Bien que les routes soient propagées selon un vecteur de distance, la métrique est plutôt basée sur la bande passante minimale et le délai global du chemin.

offre une convergence rapide grâce au calcul des routes avec l’algorithme DUAL (Diffusing Update Algorithm). DUAL permet d’insérer des routes de secours dans la table topologique EIGRP, lesquelles sont utilisées en cas de défaillance de la route principale. Étant donné qu’il s’agit d'une procédure locale, le passage à la route de secours est immédiat et n’implique pas d’action au niveau des autres routeurs.

Grâce aux mises à jour limitées, le protocole EIGRP utilise moins de bande passante, surtout dans les grands réseaux avec de nombreuses routes.

Le protocole EIGRP prend en charge plusieurs protocoles de couche réseau via des modules dépendant des protocoles qui incluent la prise en charge des protocoles IP, IPX et AppleTalk.

g. EIGRP est en mesure d’effectuer le routage de plusieurs protocoles différents, notamment IP, IPX et AppleTalk, en utilisant des modules dépendant d’un protocole. Ces derniers sont chargés d’effectuer des tâches de routage spécifiques pour chaque protocole de couche réseau.

h. protocole EIGRP utilise différents paquets EIGRP et maintient des tables de voisinage, topologique et de routage distinctes pour chaque protocole de couche réseau.

i. EIGRP utilise le protocole de transport fiable RTP (Reliable Transport Protocol) pour la livraison et la réception des paquets EIGRP. Bien qu’il soit nommé « fiable », le protocole RTP (Reliable Transport Protocol) inclut à la fois la livraison fiable et non fiable des paquets, comme les protocoles TCP et UDP respectivement.

j. les paquets EIGRP en multidiffusion utilisent l’adresse de multidiffusion réservée 224.0.0.10.

La commande router EIGRP

a. La commande de configuration globale router eigrp système-autonome (le numéro d’ID de processus) active le protocole EIGRP.

b. Le paramètre de système autonome est un nombre choisi entre 1 et 65 535 choisi par l’administrateur réseau.

Table topologique : aucun successeur potentiel

a. L’algorithme DUAL converge rapidement après une modification de topologie, notamment parce qu’il peut utiliser des chemins de secours vers d’autres routeurs appelés successeurs potentiels sans avoir à recalculer l’algorithme.

CCNA 2 Synthèse

b. Un successeur potentiel (FS) est un voisin qui dispose d’un chemin de secours sans boucle vers le même réseau que le successeur et qui répond également à la condition de faisabilité.

c. La condition de faisabilité est remplie lorsque la distance annoncée (RD) d’un voisin à un réseau est inférieure à la distance de faisabilité qui sépare le routeur local et ce même réseau de destination.

d. Le successeur, avec sa distance de faisabilité et tous les successeurs potentiels, avec leur distance annoncée, sont conservés par le routeur dans sa table topologique EIGRP

show ip eigrp topology

show ip eigrp topology all-links

show ip eigrp topology  show ip eigrp topology all-links Finite State Machine (FSM) L’élément principal

Finite State Machine (FSM)

L’élément principal d’EIGRP est l’algorithme DUAL et son moteur de calcul de route EIGRP. Le nom réel de cette technologie est « Finite State Machine (FSM) DUAL ». Cette machine contient toute la logique permettant de calculer et de comparer des routes dans un réseau EIGRP. Il s’agit d’une machine abstraite.

Désactivation du résumé automatique

a. EIGRP récapitule automatiquement les routes au niveau des périphéries de réseau principal à l’aide de la commande auto-summary.

b. no auto-summary

Chapitre 10 - 10.1.4 Étude des réseaux directement connectés

a. Lorsque vous configurez et activez correctement les interfaces, le routeur reçoit des informations de la part des réseaux qui lui sont connectés directement.

b. Quel que soit le protocole utilisé, les réseaux connectés directement font partie de la table de routage.

c. Dans les protocoles de routage à état de liens, un lien désigne une interface de routeur.

d. Les informations relatives à l’état de ces liens sont appelées état de liens :

l’adresse IP et le masque de sous-réseau de l’interface ;

le type de réseau ;

le coût du lien ;

les éventuels routeurs voisins sur ce lien.

e. Les routeurs avec protocoles de routage à état de liens utilisent le protocole Hello pour détecter les voisins sur ses liens.

Chapitre 11 - 11.1.3 Types de paquet OSPF

a. les (Link-State Packet) cinq différents types de LSP OSPF

OSPF a. les (Link-State Packet) cinq différents types de LSP OSPF M. A. DARBAL 10 Synthèse

Protocole Hello

CCNA 2 Synthèse

a. Le premier type de paquet OSPF est le paquet Hello. Les paquets Hello sont utilisés pour :

découvrir des voisins OSPF et établir des contiguïtés ;

annoncer les paramètres sur lesquels les deux routeurs doivent s’accorder pour devenir voisins ;

définir le routeur désigné (DR) et le routeur désigné de sauvegarde (BDR) sur les réseaux à accès multiple, de type Ethernet et Frame Relay.

à accès multiple, de type Ethernet et Frame Relay. b. les paquets Hello OSPF sont envoyés

b. les paquets Hello OSPF sont envoyés en multidiffusion à une adresse réservée aux ALL SPF Routers, à

224.0.0.5.

c. les DROthers envoient leurs LSA uniquement au DR et au BDR en utilisant l’adresse multidiffusion de 224.0.0.6 (ALLDRouters - tous les routeurs DR).

d. Par défaut, les paquets Hello OSPF sont envoyés toutes les 10 secondes sur des segments à accès multiple et point à point et toutes les 30 secondes sur les segments d’accès NBMA.

e. Cisco utilise par défaut le quadruple de l’intervalle Hello. Pour les segments à accès multiple et point à point, cette période est de 40 secondes. Pour les réseaux NBMA, l’intervalle Dead est de 120 secondes.

f. Les paquets LSU (Link-State Update) sont les paquets utilisés pour les mises à jour du routage OSPF. Un paquet LSU peut contenir 11 types différents de LSA (Link-State Advertisements).

g. OSPF utilise l’algorithme du plus court chemin de Dijkstra (SPF) pour créer une arborescence SPF.

h. OSPF est activé à l’aide de la commande de configuration globale router ospf process-id. Le process-id est un nombre compris entre 1 et 65535 choisi par l’administrateur réseau. Le process-id n’a qu’une signification locale.

 

R1(config)#router ospf 1

Router(config-router)#network adresse réseau masque générique area area-id

i. Le protocole OSPF définit cinq types de réseau :

Point à point

Accès multiple avec diffusion

Accès NBMA

Point à multipoint

Liaisons virtuelles

j. Pour mieux appréhender le problème des contiguïtés multiples, nous devons étudier une formule. Le nombre de routeurs, quel qu’il soit (désigné ici par n) d’un réseau à accès multiples donnera N (N - 1) / 2 contiguïtés.

ID de routeur OSPF

a. L’ID de routeur OSPF permet d’identifier chaque routeur de façon unique dans le domaine de routage OSPF.

b. Un ID de routeur est tout simplement une adresse IP.

c. Les routeurs Cisco définissent leur ID de routeur en utilisant trois critères, selon la priorité ci-dessous :

 

Utilisation de l’adresse IP configurée avec la commande router-id du protocole OSPF.

Si router-id n’est pas configuré, le routeur choisit l’adresse IP la plus élevée parmi ses interfaces de bouclage IP.

Si aucune interface de bouclage n’est configurée, le routeur choisit l’adresse IP active la plus élevée parmi ses interfaces physiques.

d. Pour vérifier l’ID de routeur en cours, vous pouvez utiliser :

show ip protocols ;

show ip ospf ;

show ip ospf interface

Vérification d’OSPF

a. La commande show ip ospf neighbor peut être utilisée pour vérifier et réparer les relations de voisinage OSPF.

CCNA 2 Synthèse

b. Deux routeurs ne peuvent pas établir une contiguïté OSPF si :

les masques de sous-réseau ne correspondent pas, plaçant ainsi les routeurs sur des réseaux séparés ;

les compteurs OSPF Hello ou les compteurs d’arrêt ne correspondent pas ;

les types de réseau OSPF ne correspondent pas ;

la commande OSPF network est manquante ou incorrecte.

c. Les autres commandes de dépannage OSPF :

show ip protocols

show ip ospf

show ip ospf interface

d. pour configurer le coût manuellement : ip ospf cost

Redistribution du routage OSPF par défaut

Comme RIP, OSPF nécessite la commande default-information originate pour annoncer la route statique par défaut 0.0.0.0/0 aux autres routeurs de la zone.

R1(config-router)#default-information originate