Vous êtes sur la page 1sur 26

 

 
 
 
 
Projet  de  loi  pour  une    
République  numérique  :  
21  330  citoyens    
ont  co-­écrit    
le  projet  de  loi  
 
 

 

 

Édito
C’est   aujourd’hui   une   première  
pour  notre  République  :  un  pro-­‐
jet   de   loi   a   été   enrichi   par   les  
internautes   avant   d’arriver   au  
Conseil   d’Etat   puis   au   Parle-­‐
ment.  
La  consultation  citoyenne  que  le  
gouvernement   a   voulu   reposait  
sur  une  idée  :  celle  que  le  numérique,  par  la  mise  en  réseau  des  sa-­‐
voirs,  des  connaissances,  des  interprétations,  était  l’instrument  idéal  
pour  parfaire  une  loi,  qui  plus  une  loi  pour  la  République  numérique.  
Cette  idée,  c’était  tout  de  même  un  sacré  pari  :  aujourd’hui  je  peux  
dire  que  nous  l’avons  gagné.    
Trois  semaines,  21.000  participants  et  8.500  contributions  plus  tard,  
c’est  un  texte  de  loi  enrichi,  «  augmenté  »,  que  nous  vous  présentons  
aujourd’hui.  Le  26  septembre,  il  y  avait  30  articles.  Depuis,  5  autres  
articles,   nés   du   débat   et   de   l’intelligence   collective   s’y   sont   ajoutés,  
et  d’autres  articles  ont  été  scindés  ou  ajoutés  pour  porter  le  texte  à  
41  articles.  Dans  les  30  articles  initiaux,  ce  sont  près  de  90  contribu-­‐
tions   intégrées   par   le   gouvernement   qui   sont   directement   issues   de  
la  consultation  
Avec  ce  projet  de  loi,  la  République  se  réinvente  par  et  pour  le  nu-­‐
mérique.    Par  le  numérique,  parce  que  le  numérique  est  un  outil  pour  
réinventer  la  participation  politique  dans  notre  pays.    
Pour  le  numérique,  parce  que  ce  projet  de  loi,  c’est  celui  d’une  Répu-­‐
blique  qui  donne  sa  chance  à  tous  et  qui  mise  sur  le  numérique  pour  
construire  la  France  de  demain.  
Axelle  Lemaire,  
Secrétaire  d’État  chargée  du  Numérique  

 

 

 

Une façon inédite de co-­écrire la loi

 
Pour   la   première   fois,   un   texte   de   loi   a   été   soumis   par   le   Gouvernement   à   une  
discussion   publique   ouverte   et   interactive,   avant   sa   transmission   au   Conseil  
d’Etat  et  son  adoption  en  Conseil  des  ministres.    
Pendant  trois  semaines,  la  plateforme  en  ligne  a  permis  à  chacun  de  contribuer  
au   texte   législatif   pour   l’enrichir   et   le   perfectionner.   Les   participants   ont   pu  
émettre   un   avis   sur   les   différents   articles   du   texte   et   faire   des   propositions   de  
modifications,  que  d’autres  internautes  pouvaient  soutenir.  
Deux   ateliers   ont   aussi   été   organisés   par   le   gouvernement  :   un   fablab   de   la   loi  
avec  des  étudiants  en  droit,  pour  le  lancement  à  Matignon  le  26  septembre  et  un  
«  gouvcamp  »,  au  NUMA,  le  16  octobre.  D’autres  réunions  ont  été  organisées  par  
des   cabinets   d’avocat,   des   associations,   des   classes   de   lycée,   des   groupements  
d’entreprises.   Les   contributions   les   plus   populaires   ont   enfin   vu   leurs   auteurs  
reçus  par  la  secrétaire  d’Etat  chargée  du  numérique,  à  qui  ils  ont  pu  exposer  en  
détail  leurs  propositions.  
Après  instruction,  des  contributions  ont  été  intégrées  au  projet  de  loi  pour  une  
République  numérique.    
Le   Gouvernement   présente   aujourd’hui   clairement   les   modifications   apportées  
au  texte  à  l’issue  de  la  consultation,  afin  de  faciliter  le  suivi  des  propositions  des  
différents  contributeurs.  
Les  contributions  ayant  reçu  le  plus  de  votes  des  internautes  feront  l’objet  d’une  
réponse  officielle  du  Gouvernement  au  cours  du  mois  de  novembre.    

 

 

La consultation en chiffres
 

1ère  consultation  pu-­‐

La  

 
 
3  semaines
 de  
 
consultation  sur  
www.republique-­‐
   
numerique.fr  -­‐      

125  116   visiteurs  

blique,  ouverte  et  collabora-­‐
tive  sur  un  projet  de  loi  du  
gouvernement  

uniques  sur  le  site  

 

90   contributions  

21   330   participants  

intégrées  qui  représentent    

à  la  consultation  

15  056  votes  positifs  
147  710  votes  

4055   votes  
positifs  pour   la  proposition  
d’article   la   plus   soutenue  
(e-­‐sport)  

1946   votes   posi-­‐

10   nouveaux  
articles  dont  5  direc-­‐

sur  les  30  articles  du  projet  de  
loi  soumis  à  consultation  
 

tement   issus   de   la   consulta-­‐
tion   intégrés  dans  le  texte  du  
Gouvernement  

tifs   pour   la   modification   la  
plus  soutenue(neutralité)  
 

200  réponses  
détaillées   du   gouvernement  
pour  les   100   modifications   et  
100   nouveaux   articles   les  
plus  populaires.
 

 

79,95%   de  
votes   positifs  
en   moyenne   sur   l’ensemble  
des   articles   proposés   par   le  
gouvernement  

 

Six propositions qui ont changé
le projet de loi
L’ouverture  des  algorithmes  publics  (nouvel  article)  

 
Sur  proposition  de  plusieurs  contributeurs  individuels,  le  projet  de  loi  a  été  enri-­‐
chi  par  l’ajout  d’un  nouvel  article  créant  une  obligation  de  transparence  sur  les  
algorithmes   publics.   De   nombreuses   décisions   individuelles   des   administrations  
(portant  sur  des  personnes  physiques  ou  des  entreprises)  font  intervenir  des  al-­‐
gorithmes   informatiques   :   c’est   le   cas   par   exemple   de   l’affectation   des   lycéens  
dans  des  filières  d’enseignement  supérieur  via  le  logiciel  «  admission  post-­‐bac  ».  
Dès  lors  qu’une  personne  sera  l’objet  d’une  décision  administrative  individuelle  
basée   sur   un   traitement   algorithmique,   elle   aura   le   droit   de   demander   à  
l’administration  de  lui  communiquer  les  règles  constituant  cet  algorithme,  ainsi  
que  les  principales  caractéristiques  de  sa  mise  en  œuvre.    
Cette  nouvelle  obligation  de  transparence  permettra  une  discussion  publique  sur  
les   règles   algorithmiques   publiques   ayant   des   conséquences   importantes   dans   la  
vie   des   citoyens   :   cela   encouragera   la   confiance   dans   ces   outils   des   décisions   pu-­‐
bliques  qui  sont  appelés  à  prendre  une  place  croissante.  
 

 

 

 

Le  délai  de  mise  à  disposition  des  travaux  de  recherche  (modi-­
fication)  

De  manière  quasiment  consensuelle,  il  émerge  de  la  consultation  une  demande  
claire   pour   renforcer   les   droits   des   chercheurs   à   diffuser   librement   leurs   travaux,  
lorsque  ces  travaux  ont  été  financés  par  des  fonds  publics.  A  la  recherche  d’un  
nouvel  équilibre  entre  les  positions  des  différents  acteurs  en  présence  à  l’heure  
du  numérique  et  de  la  société  de  la  connaissance,  le  Gouvernement  a  fait  évo-­‐
luer  la  mesure  de  la  manière  suivante  :  
●   Les  délais  «  d’embargo  »,  au  terme  desquels  l’auteur  d’une  publication  fi-­‐
nancée  sur  fonds  publics  peut,  au  plus  tard,  mettre  librement  à  disposi-­‐
tion  son  écrit,  ont  été  réduits  de  moitié.  
●   Si   l’article   est   mis   à   disposition   gratuitement   par   l’éditeur   en   ligne,  
l’auteur  pourra  immédiatement  faire  usage  de  son  droit.    
●   Le   texte   précise   désormais   également   que   les   données   de   la   recherche  
liées  à  cet  écrit  peuvent  être  immédiatement  réutilisées,  et  que  leur  cir-­‐
culation  ne  peut  être  freinée  à  l’occasion  de  l’édition  de  l’écrit.  
Parmi  les  demandes  exprimées  auxquelles  il  n’a  pas  été  donné  suite  à  ce  stade,  il  
faut  citer  la  création  d’une  exception  au  droit  d’auteur  pour  l’analyse  de  textes  
et  de  données  à  des  fins  de  recherche  («  text  and  data  mining  »,  TDM),  qui  est  
nettement   soutenue   par   la   communauté   scientifique.   Le   droit   européen   ne  
permet   pas   actuellement   de   créer   de   nouvelles   exceptions,   et   le   Gouverne-­‐
ment   souhaite   que   cette   question   soit   abordée   dans   le   cadre   des   travaux   euro-­‐
péens  en  cours.  
 

 

 

 

Donner  des  pouvoirs  plus  contraignants  à  la  CADA  (modifica-­
tion)    

 
Sur  proposition  notamment  du  Conseil  national  du  numérique,  le  projet  de  loi  a  
été   enrichi   par   l’ajout   d’un   nouvel   article   6   donnant   des   pouvoirs   plus   contrai-­‐
gnants  à  la  Commission  d’accès  aux  documents  administratifs  (CADA).  L’objectif  
est  que  les  administrations  publiques  appliquent  effectivement  les  obligations  
d’ouverture  des  données  publiques  prévues  par  la  loi.  Pour  cela,  la  CADA  dispo-­‐
sera   désormais   de   deux   procédures   plus   contraignantes   qu’aujourd’hui   (où   elle  
rend  des  avis  publics,  qui  sont  suivis  la  plupart  du  temps  mais  qui  restent  consul-­‐
tatifs)  :    
●   Lorsque  la  CADA  a  émis  un  avis  public  sur  un  refus  de  communication  ou  
de   publication   de   document   par   une   administration,   la   CADA   pourra  
l’inscrire   sur   une   «  liste   noire  »  :   le   nom   de   l’administration   qui   refuse  
d’ouvrir   ses   données   sera   ainsi   exposé   publiquement,   jusqu’à   ce   qu’elle  
s’exécute  (ou  qu’une  décision  de  justice  lui  donne  raison).    
●   Lorsque   la   CADA   constatera   par   elle-­‐même   qu’une   administration   ne   res-­‐
pecte   pas   les   nouvelles   obligations   de   publication   de   ses   données   intro-­‐
duites  par  le  projet  de  loi,  elle  pourra  mettre  en  demeure  l’administration  
de  s’exécuter.  En  cas  de  refus  de  l’administration,  la  CADA  disposera  de  
deux   leviers  :   publier   le   nom   de   l’administration   sur   une   liste   noire,   ou  
bien   saisir   elle-­‐même   le   juge   administratif   (sans   attendre   qu’un   citoyen  
fasse  cette  démarche).    
 
La   CADA   aura   ainsi   les   moyens   de   mener   une   politique   plus   active   et   efficace  
pour  faire  appliquer  les  obligations  légales  d’ouverture  des  données  publiques.  
 

 

 

La  reconnaissance  des  compétitions  de  jeux  vidéo  

 
Les   compétitions   de   jeux   vidéo   se   développent   de   plus   en   plus   et   entraînent   une  
activité   économique   importante   autour   d’événements   comme   la   Paris   Games  
Week   ou   la   plateforme   vidéo   Twitch.   Ces   pratiques   mobilisent   une   communauté  
très   nombreuse   de   joueurs  car   elles   font   appel   à   l’entraînement,   l’habilité,   la  
performance  et  l’esprit  d’équipe.    
Des   «  LAN-­‐parties  »   au   championnat   du   monde   de   «  League   of   legends  »,   ces  
compétitions  rassemblent  amateurs  et  professionnels  et  attirent  de  plus  en  plus  
de  sponsors,  d’organisateurs  et  d’éditeurs  de  jeux  vidéo.    
Le   cadre   français   actuel   définit   toutefois   strictement   les   conditions   dans   les-­‐
quelles  des  jeux  peuvent  entraîner  une  rémunération  (loteries,  jeux  en  ligne).  
La  proposition  du  SELL  vise  à  sécuriser  l’organisation  de  ces  compétitions  en  in-­‐
troduisant  une  exception  à  l’interdiction  des  loteries.  Cette  proposition  est  celle  
qui  a  reçu  le  plus  de  votes  lors  de  la  consultation.    
Après  examen  attentif  de  la  proposition,  le  Gouvernement  a  décidé  d’utiliser  le  
projet   de   loi   pour   une   République   numérique   pour   répondre   aux   attentes   des  
joueurs   et   des   organisateurs.   Un   article   a   donc   été   ajouté   au   projet   de   loi   et   une  
mission  parlementaire  sera  très  rapidement  lancée  pour  proposer  un  cadre  com-­‐
plet   pour   développer   ces   activités   et   leur   organisation,   clarifier   le   statut   des  
joueurs  et  soutenir  le  développement  de  ce  secteur  économique.    
 

 

 

 

Le  droit  à  l’auto-­hébergement  (nouvel  article)  

 
Avec  le  déploiement  des  réseaux  à  très  haut  débit  qui  permettent  à  la  fois  des  
débits  à  la  fois  élevés  et  symétriques  (envoyer  des  données  dans  le  réseau  aussi  
vite   qu’on   les   reçoit),   avec   la   volonté   des   internautes   de   sécuriser   certaines   don-­‐
nées  personnelles,  avec  le  développement  de  solutions  de  stockage  abordables  
et  ergonomiques  telles  que  les  serveurs  NAS,  la  possibilité  d’utiliser  chez  soi  un  
serveur   accessible   depuis   internet   devient   une   réalité   accessible   à   des   non-­‐
initiés.    
Il   s’agit   d’un   souhait   et   d’un   mouvement   qu’il   n’y   a   pas   lieu   de   freiner   ou  
d’empêcher,  dès  lors  qu’il  peut  répondre  à  un  souhait  de  sécurisation  comme  de  
partage  de  certaines  données.  C’est  pourquoi  la  proposition  formulée  sur  la  pla-­‐
teforme  a  été  reprise  et  intégrée  dans  le  projet  de  loi.    
Les  fournisseurs  d’accès  à  internet  auront  ainsi  l’obligation  de  ne  pas  brider  ou  
empêcher   le   recours   à   l’auto-­‐hébergement   et   le   partage   des   données   ainsi  
stockées.   Il   s’agit   d’une   mesure   qui   vient   utilement   compléter   le   cadre   et   les  
règles  posées  en  matière  de  neutralité  de  l’internet.  
 

 

 

 

L’accessibilité  des  sites  internet  (modification)  

L’accessibilité   des   sites   internet   est   la   seconde   mesure   du   projet   de   loi   numé-­‐
rique  relative  au  handicap.  Elle  visait  à  renforcer  l’accessibilité  des  sites  internet  
des  administrations  en  rendant  obligatoire  pour  les  personnes  visées  l’affichage  
de   leur   conformité   (ou   non-­‐   conformité)   aux   règles   en   matière   d'accessibilité  
numérique   ainsi   que   l’élaboration   d’un   schéma   pluriannuel   de   mise   en   accessibi-­‐
lité.  
La   contribution   de   la   CFPSAA   a   rassemblé   des   contributeurs   individuels,  
d’associations  de  personnes  en  situation  de  handicap  ou  encore  d’experts  tech-­‐
niques,   le   Gouvernement   a   fait   évoluer   l’article   sur   les   principaux   points   suivants  
:    
●   Choix   d’une   dénomination   plus   large   qui   permette,   au-­‐delà   des   sites   in-­‐
ternet   initialement   visés   dans   l’article,   de   prendre   en   compte   par  
exemple   les   applications   mobiles   et   d’être   en   phase   avec   l’évolution   ra-­‐
pide  des  usages  dans  ce  domaine;  
●   Ajout,  dans  le  champ  des  personnes  visées  par  les  nouvelles  obligations,  
des   organismes   délégataires   d’une   mission   de   service   public   :   certains   or-­‐
ganismes   délégataires   d’une   mission   de   service   public   proposent   en   effet  
des  services  numériques  dans  des  domaines  très  concrets  (les  transports  
par  exemple)  et  le  respect  par  ces  services  des  normes  de  l’accessibilité  
numérique  est  fondamental  pour  les  personnes  en  situation  de  handicap  ;    
●   Ajout,   en   plus   de   l’obligation   d’affichage   d’une   mention   visible,   d’une  
page   spécifique   dédiée   à   l’accessibilité     et   d’un   dispositif   simple   de   signa-­‐
lement  des  manquements  par  les  utilisateurs  ;  
●   Création   d’une   commission   composée   des   représentants   des   personnes  
visées   et   d’associations   représentatives   de   personnes   en   situation   du  
handicap  qui  sera  chargée  du  suivi  des  dispositions  du  présent  article  et  
de  l’élaboration  d’une  liste  de  domaines  prioritaires.  
 
 
 
 

 

 

 

Neuf grands débats
L’ouverture  des  données  publiques  
L’ouverture  des  données  publiques  (ou  «  open  data  »)  s’est  imposée  comme  une  
transformation  majeure  au  cours  des  dernières  années.  Les  administrations  pu-­‐
bliques  françaises  se  sont  engagées  dans  la  diffusion  en  ligne  de  leurs  données  
publiques,  afin  de  permettre  à  tous  d’y  accéder  et  de  les  réutiliser.    
Les   articles   1   à   3   du   projet   de   loi   mis   en   ligne   étaient   consacrés   à   ce   thème   :    
pour  la  première  fois,  ils  inscrivaient  dans  la  loi  l’obligation  pour  les  administra-­‐
tions  de  diffuser  en  ligne  leurs  principales  données,  et  ils  levaient  plusieurs  obs-­‐
tacles  majeurs  à  leur  réutilisation.    
Ces   articles   ont   suscité   une   adhésion   massive   :   l’article   1er   a   ainsi   reçu   2   500  
votes  (c’est  le  second  article  le  plus  voté),  dont  91%  étaient  favorables.  Les  7%  
d’avis   mitigés   émanaient   de   contributeurs   souhaitant   aller   encore   plus   loin.  
L’article   a   ainsi   reçu   également   116   propositions   de   modifications   et   95   argu-­‐
ments,   soit   un   niveau   de   participation   parmi   les   plus   élevés   :   ont   contribué   de  
nombreux  citoyens,  mais  aussi  des  associations  engagées  sur  ce  thème,  des  or-­‐
ganismes  publics,  ou  des  entreprises  de  l’économie  de  la  donnée.    
La   richesse   des   contributions   a   permis   d’intégrer   au   projet   de   loi   un   nombre   très  
élevé  de  propositions.  La  taille  de  cette  première  section  a  ainsi  doublé,  passant  
de  3  à  6  articles.  Le  thème  nouveau  de  la  transparence  sur  les  algorithmes  pu-­‐
blics  a  été  introduit  dans  le  projet  de  loi  (cf.  ci-­‐dessous).  Trois  autres  enrichis-­‐
sements  principaux  ont  été  apportés  :    
●   La  création  de  pouvoirs  contraignants  pour  la  commission  d’accès  aux  do-­‐
cuments  administratifs  (cf.  ci-­‐dessous)  ;    
●   L’introduction   d’une   dérogation   au   code   de   la   propriété   intellectuelle  
pour  les  bases  de  données  publiques  mises  en  open  data  :  désormais  les  
administrations   ne   pourront   plus   arguer   de   leur   «   droit   sui   generis   »   de  
producteur  sur  ces  bases  de  données  pour  empêcher  leur  réutilisation  ;    
●   L’encadrement  par  l’Etat  des  licences-­‐types  proposées  par  les  administra-­‐
tions  pour  la  réutilisation  à  titre  gratuit  de  leurs  données  publiques  mises  
en  ligne.  
La  consultation  publique  aura  donc  permis  un  approfondissement  et  un  élargis-­‐
sement  significatifs  des  mesures  du  projet  de  loi  dans  ce  domaine.  
 
 

 

 

Libre  accès  aux  publications  scientifiques  de  la  recherche  pu-­
blique  («  open  access  »)  
Le   numérique   ouvre   des   possibilités   exceptionnelles   pour   étendre   la   diffusion  
des  connaissances  scientifiques  dans  la  société  du  savoir.  En  même  temps,  il  bou-­‐
leverse   les   équilibres   entre   les   mondes   de   la   recherche   et   de   l’édition   scienti-­‐
fique  :  les  coûts  d’abonnement  des  bibliothèques  explosent,  l’accès  aux  archives  
se  raréfie,  les  petites  revues  sont  petit  à  petit  évincées  d’un  secteur  en  concen-­‐
tration  et  en  forte  croissance  à  l’échelle  mondiale.    
La  déclaration  de  Berlin  de  2003  sur  le  libre  accès  à  la  connaissance  a  été  le  point  
de  départ  d’une  mobilisation  vive  et  poursuivie  du  monde  de  la  recherche  pour  
rétablir  des  équilibres  plus  justes.  Plusieurs  pays  ont  lancé  des  initiatives  en  fa-­‐
veur   de   l’open   access   ces   dernières   années,   particulièrement   l’Allemagne,     le  
Royaume-­‐Uni  et  les  Pays-­‐Bas.  
En   soumettant   à   la   consultation   publique   une   mesure   législative   en   faveur   de  
l’open  access,  le  projet  de  loi  pour  une  République  numérique  fait  entrer  défini-­‐
tivement  ces  enjeux  dans  le  débat  public  français.    
La  discussion  a  été  particulièrement  animée  sur  la  plate-­‐forme,  l’article  9  ayant  
suscité  le  maximum  de  votes  parmi  l’ensemble  des  articles  :  3  334  votes,  1  749  
votes   pour   la   proposition   de   modification   la   plus   discutée.   Paradoxalement,   les  
avis   exprimés   ont   été   majoritairement   négatifs,   regroupant   à   la   fois   des   défen-­‐
seurs  du  statu  quo  –  représentant  souvent  le  secteur  de  l’édition  scientifique  –  et  
surtout  des  internautes,  notamment  du  monde  de  la  recherche,    critiques  d’une  
proposition  qu’ils  jugent  trop  timide.    
A   l’exception   des   éditeurs   qui   se   sont   exprimés,   un   consensus   émerge   pour   af-­‐
firmer  que  la  circulation  des  travaux  de  la  recherche  financée  sur  fonds  publics  
doit   être   accélérée   et   facilitée   dans   toute   la   mesure   du   possible,   plusieurs   voix  
s’élevant   pour   souligner   que   ces   travaux,   publications   et   données   scientifiques,  
devraient  être  considérés  comme  des  biens  communs  de  la  connaissance.  
Suite   à   cette   mobilisation,   le   gouvernement   a   décidé   de   réduire   les   délais  
d’embargo   à   6   mois   pour   les   sciences,   technologies   et   médecine   et   12   mois  
pour  les  sciences  humaines  et  sociales  (au  lieu  de  12  et  24  mois).  Un  programme  
d’accompagnement   des   éditeurs   scientifiques   français   sera   par   ailleurs   mis   en  
place  dès  la  fin  de  l’année  pour  leur  permettre  de  se  développer.  
 

 

 

 

Neutralité  de  l’internet  
La  neutralité  de  l’internet,  c’est-­‐à-­‐dire  le  traitement  égal  et  non  discriminatoire  
du  trafic  qui  passe  sur  les  réseaux  des  opérateurs  constitue  à  la  fois  une  garantie  
que  chacun  puisse  à  accéder  à  l’ensemble  des  contenus,  informations  et  services  
disponibles   sur   internet   et   une   condition   du   maintien   de   l’innovation   perma-­‐
nente  qui  a  entouré  le  développement  des  services  en  ligne.    
L’Europe   s’est   dotée   d’un   cadre   en   la   matière   fixant   des   principes   commun   à  
l’ensemble  des  Etats  qui  la  composent.  C’est  l’objet  du  règlement  sur  le  marché  
unique   des   télécommunications   adopté   par   le   Parlement   européen   le   27   oc-­‐
tobre.    
Les   dispositions   qui   ont   été   soumises   à   la   consultation   s’appuient   sur   ce   cadre  
européen  pour  mettre  à  jour  les  obligations  des  opérateurs  télécoms  au  titre  de  
la  neutralité  du  net  et  compléter  les  pouvoirs  du  régulateur  du  secteur,  l’ARCEP,  
afin  qu’il  puisse  veiller  à  ce  que  ces  obligations  nouvelles  soient  bien  respectées.    
La  consultation  a  illustré  que  si  la  proposition  était  largement  soutenue,  la  neu-­‐
tralité   de   l’internet   n’est   restait   pas   moins   l’enjeu   de   débats   d’autant   plus  
riches    (24  modifications  et  30  propositions)  qu’ils  mêlent  des  dimensions  tech-­‐
niques   sur   les   réseaux,  économiques   dans   les   relations   entre   acteurs   du   numé-­‐
rique,  et  de  libertés  publiques  dans  la  préservation  de  la  liberté  d’accès  et  de  la  
liberté  d’expression.    
Parmi   les   propositions   fréquemment   formulées   revient   notamment   la   question  
des  sanctions  en  cas  d’atteinte  à  la  neutralité.  Ces  sanctions  existent  dès  lors  que  
s’appliquera   à   ces   obligations   nouvelles   le   pouvoir   de   sanction   général   de  
l’ARCEP.  
A   l’issue   de   la   consultation,   le   texte   a   été   complété   pour   mieux   expliquer   ce  
qu’implique  le  respect  de  la  neutralité  pour  les  opérateurs  et  en  introduisant  la  
notion  de  «  services  spécialisés  »  qui  figure  dans  le  règlement  européen.    
 

 

 

 

Définition  du  domaine  commun  informationnel  
L’avant-­‐projet   de   loi   proposait   de   définir   positivement   le   domaine   public,   sous   la  
dénomination  de  «  domaine  commun  informationnel  ».  Parti  du  constat  partagé  
entre   de   nombreux   acteurs,   plusieurs   rapports   (Rapport   Lescure,   Rapport   au  
CSPLA   sur   les   œuvres   transformatives,   Rapport   du   Cnnum   «  ambition   numé-­‐
rique  »)   et   recommandations   (OMPI),   une   première   rédaction   a   été   soumise   à  
consultation  du  public  et  des  experts  du  secteur  via  la  plateforme  en  ligne.  
La   rédaction   de   cet   article  était   provisoire   et   à   consolider   dans   le   cadre   de   la  
concertation  avec  les  experts  et  les  parties  prenantes,  avant  décision  de  main-­‐
tien,  comme  indiqué  sur  la  plateforme  de  consultation.  
Alors  que  les  retours  sur  la  plateforme  sont  globalement  positifs  sur  le  fond  avec  
de  très  nombreuses  contributions  votées  positivement  (1846  votes  dont  98  %  de  
votes   favorables   pour   éviter   la   légalisation   du   copyfraud),   l’écriture   juridique  
d’une  définition  générale  a  soulevé  de  très  nombreuses  interrogations  quant  à  la  
bonne   articulation   avec   le   droit   de   la   propriété   intellectuelle,   qu’il   n’entendait  
pas,  dans  son  objectif,  remettre  en  cause.    
Le  CSPLA  s’est  ainsi  opposé  à  l’article  8  dans  un  avis  du  3  novembre  2015  sur  la  
base   d’un   rapport   du   CSPLA   appelant   à   un   travail   plus   approfondi.   Les   juristes  
consultés,   quelle   que   soit   leur   position   sur   le   fond,   ont   admis   la   nécessité   d'un  
travail  complémentaire.  
Le   gouvernement   a   donc   décidé   de   poursuivre   le   travail   de   définition   du   do-­‐
maine   commun   informationnel.   Une   mission   sera   constituée   afin   de   proposer,  
en   lien   avec   toutes   les   parties   prenantes   et   en   transparence   vis-­‐à-­‐vis   du   grand  
public,  des  dispositions  permettant  de  valoriser  le  domaine  public  et  de  favoriser  
la  création  de  communs,  essentiels  à  l’innovation  et  la  croissance.  
 
 

 

 

 

Les  missions  de  la  CNIL    
Le  développement  de  technologies  de  nature  à  renforcer  la  maîtrise  par  les  per-­‐
sonnes  de  leurs  données  personnelles  est  un  des  axes  clef  d’une  amélioration  de  
la  protection  des  données  sur  Internet  et  s’inscrit  notamment  dans  l’approche  de  
prise   en   compte   de   la   vie   privée   dès   la   conception   du   produit   ou   du   service  
(«  privacy   by   design  »).   Le   champ   des   technologies   concernées   comprend   par  
exemple  les  outils  de  paramétrage  du  traçage  des  données  personnelles.  Ce  sont  
également  les  technologies  de  chiffrement  des  données.  Les  résultats  de  la  con-­‐
sultation  en  ligne  ont  démontré  une  très  forte  attente  de  la  part  des  citoyens  sur  
ce  sujet  (1812  votes  dont  99  %  de  votes  favorables).  C’est  pourquoi  le  gouver-­‐
nement  a  décidé  de    confier  à  la  CNIL  la  mission  de  promouvoir  l’utilisation  des  
technologies   de   chiffrements   de   données.   Il   est   en   effet   essentiel   que   les   ac-­‐
teurs  économiques  soient  encouragés  à  prendre  des  mesures  pour  renforcer  la  
protection  des  flux  et  la  sécurité  des  échanges  de  données.  
Par  ailleurs,  des  internautes  ont  fait  d’autres  propositions  :    
●   Le   pouvoir   d’auto-­‐saisine   de   la   CNIL   n’a   pas   été   repris   car    le   projet   de   loi  
étend  déjà  de  manière  significative  les  possibilités  de  saisir  la  CNIL  :  elle  
peut  être  saisie  pour  avis  pour  les  propositions  de  lois  et  prévoit  une  con-­‐
sultation  obligatoire  pour  tout  projet  de  loi  ou  de  décret  comportant  des  
dispositions   relatives   à   la   protection   des   données   à   caractère   personnel  
ou   au   traitement   de   telles   données.   Son   champ   d’intervention   va  
s’étendre  ainsi  considérablement.  
●   La   réflexion   d’éthique   confiée   à   une   autre   entité  que   la   CNIL   plus   trans-­‐
verse  :  Le  gouvernement  aurait  pu  confier  à  une  autre  entité  que  la  CNIL  
cette  mission  de  réflexion  mais  il  a  fait  le  choix  de  la  CNIL  car  cette  der-­‐
nière  apparaît  comme  étant  l’entité  naturelle  pour  réfléchir  sur  les  ques-­‐
tions   d’éthiques   dans   le   domaine   des   technologies   et   fédérer   la   société  
civile  et  le  monde  scientifique  autour  de  ces  questions.    
Par  ailleurs  le  gouvernement  introduit  une  réforme  visant  à  rapprocher  les  col-­‐
lèges  de  la  CNIL  et  de  la  CADA  pour  faciliter  les  échanges  sur  les  sujets  d’intérêt  
commun.   D'éventuels   travaux   complémentaires   seront   également   soumis   à   un  
large  débat  public.  
 

 

 

 

La  promotion  du  logiciel  libre  
Trois  nouveaux  articles  parmi  les  dix  les  plus  soutenus,  totalisant  à  eux  seuls  plus  
de   6000   votes,   demandent   un   développement   de   l’usage   du   logiciel   libre   dans   la  
sphère   publique   (administrations   centrales,   collectivités,   écoles   et   universités)   et  
une   politique   de   soutien   financier   au   développement   du   logiciel   libre   massive-­‐
ment   soutenues.   Les   mesures   proposées   vont   jusqu’à   imposer   aux   acteurs   pu-­‐
blics  l’utilisation  de  logiciels  libres.  
Malgré  un  très  large  plébiscite  de  ces  propositions  (95  à  99,7%  de  votes  positifs),  
un   débat   nourri   a   eu   lieu,   mettant   en   évidence   les   avantages   du   logiciel   libre  
(coût  modéré,  liberté  de  réutilisation  et  de  modification)  ainsi  que  des  interroga-­‐
tions  sur  le  meilleur  outil,  juridique  ou  non,  pour  porter  ces  propositions.  
Sur   le   fond,   ainsi   que   l’indique   la   stratégie   numérique   du   Gouvernement   présen-­‐
tée  par  le  Premier  ministre  le  18  juin  2015,  le  Gouvernement  porte  une  attention  
particulière   aux   développements   en   source   ouverte   et   entend   promouvoir   le  
développement  et  l’utilisation  des  logiciels  libres.  L’Etat  est  ainsi  engagé  dans  le  
soutien  de  structures  destinées  à  la  promotion  et  au  développement  des  logiciels  
libres.  
Dans  le  domaine  éducatif,  l’article  L123-­‐4-­‐1  du  Code  de  l’Education  précise  aussi  
que   «  les   logiciels   libres   sont   utilisées   en   priorité  »   dans   l’enseignement   supé-­‐
rieur  (Loi  ESR  du  22  juillet  2013)  tandis  que  la  loi  du  8  juillet  2013  de  refondation  
de   l’école   précise   que   la   détermination   du   choix   des   ressources   utilisées   tient  
compte  de  l'offre  de  logiciels  libres  et  de  documents  au  format  ouvert.  
Dans  la  sphère  publique  en  général,  la  circulaire  du  Premier  ministre  du  19  sep-­‐
tembre   2012   a   représenté   une   avancée   majeure,   saluée   par   les   acteurs   de   la  
communauté   du   libre,   en   ce   qu’elle   définit   une   doctrine   générale   d’utilisation   au  
maximum   du   logiciel   libre   dans   l’administration.   Il   promeut   également  
l’utilisation  de  standards  ouverts  et  interopérables  par  l’adoption  du  Référentiel  
Général  d’Interopérabilité.  
Ainsi,  si  l’Etat  souscrit  pleinement  au  développement  du  logiciel  libre  et  de  son  
utilisation,   notamment   dans   l’administration,   il   souhaite   avant   tout   le   faire   par  
des   mesures   non   législatives,   par   accompagnement   sur   le   terrain   et   promotion  
des   initiatives   des   administrations   et   des   agents.   Les   efforts   de   promotion   du  
logiciel  libre  seront  accrus,  pour  aboutir  par  exemple  à  une  révision  de  la  circu-­‐
laire  de  2012  après  un  bilan  sur  son  impact.    
 
 
 

 

 

Reconnaissance  et  promotion  du  chiffrement    
La  consultation  en  ligne  a  démontré  une  très  forte  mobilisation  des  internautes  
demandant   la   reconnaissance   et   la   promotion   du   chiffrement   des   communica-­‐
tions.   Selon   la   Quadrature   du   Net   qui   est   à   l’origine   de   cette   demande,   la   pénali-­‐
sation   plus   lourde   des   crimes   et   délits   lorsque   des   moyens   de   cryptologie   sont  
utilisés   aurait   pour   conséquence   de   limiter   la   promotion,   le   développement   et  
l'utilisation  de  ces  techniques.    
Si   le   gouvernement   partage   l’objectif   de   promotion   du   chiffrement,   il   souhaite  
privilégier  une  approche  différente  que  la  proposition  suggérée  :  celui  de  la  sen-­‐
sibilisation   sur   l’utilisation   des   technologies   de   chiffrement.   C’est   pourquoi   il   a  
été  décidé  suite  aux  résultats  de  la  consultation  en  ligne  de  confier  à  la  CNIL  la  
mission  de  promouvoir  l’utilisation  des  technologies  de  chiffrements  de  données.    
Cette   nouvelle   mission   rejoint   d’autres   inititiatives   prises   par   le   gouvernement  
pour   encourager   le   chiffrement.   A   l’initiative   de   l’agence   nationale   de   la   sécurité  
des  systèmes  d’information,  Bouygues  Telecom,  Free,  La  Poste,  Numericable-­‐SFR  
et  Orange  ont  signé,  en  présence  de  la  secrétaire  d’Etat  en  charge  du  numérique,  
le   16   octobre   dernier,   une   charte   les   engageant   à   activer   les   fonctions   de   chif-­‐
frement   sur   leurs   serveurs   de   messagerie   de   manière   à   protéger   les   courriels  
véhiculés   entre   ces   serveurs.   Cette   démarche,   fondée   sur   l’adhésion   des   parte-­‐
naires  privés  constitue  une  première  étape  vers  le  renforcement  de  la  sécurisa-­‐
tion  des  échanges  sur  internet.    
Par  ailleurs,  le  gouvernement  a  lancé,  le  6  octobre  2015,  un  appel  à  projets  des-­‐
tiné  à  soutenir  les  technologies  protectrices  de  la  vie  privée,  pouvant  mobiliser  
une  enveloppe  de  10  M€  du  programme  des  investissements  d’avenir.    
C’est  pourquoi  il  a  été  jugé  prématuré  de  revenir,  à  ce  stade,  sur  l’article  du  code  
pénal  qu’il  était  proposé  d’abroger.  Celui-­‐ci  n'a  pas  par  ailleurs  pour  effet  de  cri-­‐
minaliser   le   chiffrement,   mais   seulement   le   fait,   pour   une   personne   reconnue  
coupable  d'un  délit,  d'avoir  entravé  l'enquête  en  refusant  de  fournir  les  échanges  
en  clair.  
 
   

 

 

 

L’action  de  groupe    
Une   forte   mobilisation   des   internautes   s’est   faite   autour   d’une   demande  
d’extension  de  l’action  de  groupe  qui  a  été  introduite  en  droit  français  par  la  loi  
consommation.   La   demande   consiste   à   donner   la   possibilité   aux   consommateurs  
d’obtenir   une   indemnité   autre   que   matérielle   (2080   votes   dont   98,   6   %   favo-­‐
rable).  Si  cette  demande  est  légitime  pour  le  domaine  des  données  personnelles  
et  l’atteinte  à  la  neutralité  du  net,  le  gouvernement  considère  qu’il  est  encore  
trop   tôt   pour   apporter   des   modifications   à   cette   loi   qui   n’a   qu’un   an  
d’existence.    
Par  ailleurs,  la  question  de  l’action  de  groupe  fait  partie  du  projet  de  loi  pour  une  
Justice  du  XXIe  siècle  et  pourrait  être  introduite  dans  le  règlement  européen  sur  
les  données  personnelles  qui  devrait  être  adopté  en  fin  d’année.    
En  revanche,  force  est  de  constater  que  dans  le  domaine  du  numérique,  les  asso-­‐
ciations   de   consommateurs   se   saisissent   de   plus   en   plus   des   sujets   du   numé-­‐
riques  et  intentent  des  actions  en  justice  pour  défendre  les  intérêts  de  consom-­‐
mateurs.  Aujourd’hui,  elles  n’hésitent  pas  à  saisir  les  tribunaux  pour  faire  sanc-­‐
tionner   les   clauses   qu’elles   considèrent   comme   abusives   et   que   l’on   peut   retrou-­‐
ver   dans   les   conditions   générales   d’utilisations   de   certains   réseaux   sociaux   ou  
d’autres   acteurs   de   l’internet.   Elles   sont   donc   très   actives   et   déterminées   pour  
mettre   fin   à   ces   pratiques.   Par   ailleurs,   la   DGCCRF   est   de   plus   en   plus   saisie   de  
dossiers   qui   touchent   le   numérique   et   c’est   un   axe   prioritaire   dans   son   pro-­‐
gramme  d’enquête  pour  l’année  2016.    
 

 

 

La  prise  en  compte  du  handicap  
Aujourd’hui,  personne  ne  peut  se  passer  des  outils  numériques  pour  s’informer,  
pour  se  former,  pour  chercher  un  emploi  ou  pour  acheter  en  ligne.  Si  cette  ac-­‐
cessibilité  aux  usages  numériques  d’aujourd’hui  et  de  demain  concerne  en  réali-­‐
té  l’ensemble  de  la  population,  elle  concerne  en  particulier  les  personnes  en  si-­‐
tuation  de  handicap.  
Une   première   mesure   législative     visait   à   permettre   aux   personnes   sourdes   et  
malentendantes   de   bénéficier   d’un   accès   au   service   téléphonique   équivalent   à  
celui  des  autres  utilisateurs  grâce  à  la  mise  en  accessibilité  des  services  publics,  
des  services  client  et  des  offres  de  communications  électroniques.  
Une  seconde  mesure    visait  à  renforcer  l’accessibilité  des  sites  internet  des  ad-­‐
ministrations  en  rendant  obligatoire  pour  les  personnes  publiques  l’affichage  de  
leur  conformité  (ou  non-­‐  conformité)  aux  règles  en  matière  d'accessibilité  numé-­‐
rique  ainsi  que  l’élaboration  d’un  schéma  pluriannuel  de  mise  en  accessibilité.  
Un  certain  nombre  de  contributeurs  et  notamment  les  associations  de  personnes  
handicapées  ont  formulé  des  propositions  concrètes  permettant  d’affiner  le  con-­‐
tenu  des  mesures  et  de  préciser  leur  mise  en  œuvre.  La  grande  majorité  de  ces  
propositions  ont  été  directement  intégrées  au  projet  de  loi.    
D’autres  propositions  visaient  à  élargir  le  champ  des  personnes  morales  concer-­‐
nées   et   à   renforcer   significativement   les   mesures   ainsi     que   les   sanctions   pré-­‐
vues.   Le   Gouvernement   a   intégré   certaines   de   ces   propositions,   comme   par  
exemple  l’ajout  dans  le  champ  de  l’article  29  des  organismes  délégataires  d’une  
mission  de  service  public.  Afin  d’être  en  mesure  d’atteindre  réellement  les  objec-­‐
tifs   visés   et   partagés   par   tous,   le   Gouvernement   a   cependant   souhaité   conserver  
une  logique  pragmatique  et  incitative  permettant  de  prendre  en  compte  les  con-­‐
traintes  des  personnes  visées,  notamment  celles  des  collectivités  territoriales.  
 
 

 

 

Trois articles en question
Transmission  de  données  par  voie  électronique  à  l’INSEE    
(Article  7  dans  la  consultation  –  nouvel  article  10)  
La   loi   donne   déjà   à   l’INSEE   le   droit   d’obtenir   certaines   informations   des   entre-­‐
prises   pour   les   enquêtes   statistiques   obligatoires.   Mais   ces   informations   sont  
collectées  via  des  questionnaires  papiers  ou  des  enquêtes  de  terrain,  ce  qui  est  
chronophage  pour  l’INSEE  comme  pour  les  entreprises.  L’article  propose  de  mo-­‐
derniser   la   collecte   de   ces   données  :   dans   certains   cas   précis,   les   entreprises  
pourront   être   obligées   de   transmettre   à   l’INSEE   par   voie   électronique   les   don-­‐
nées  qu’elles  doivent  déjà  fournir  pour  les  enquêtes  statistiques  obligatoires.  
Cette  nouvelle  méthode  de  collecte  des  données  statistiques  a  déjà  été  expéri-­‐
mentée  depuis  plusieurs  années  :  l’INSEE  a  par  exemple  travaillé  avec  les  entre-­‐
prises   de   la   grande   distribution   pour   obtenir   transmission   de   leurs   données   de  
caisse,   afin   d’améliorer   le   calcul   de   l'indice   des   prix,   ou   du   taux   d’inflation.   Ce-­‐
pendant   le   champ   d’application   de   l’article   est   plus   large,   et   plusieurs   partici-­‐
pants  à  la  consultation  ont  exprimé  des  interrogations  ou  des  inquiétudes.    
Cinq   modifications   principales   ont   donc   été   apportées   à   l’article   pour   tenir  
compte  de  ces  craintes  :    
●   L’article  exclut  désormais  explicitement  les  données  des  personnes  phy-­‐
siques  :   il   se   restreint   aux   données   des   personnes   morales   comme   les   en-­‐
treprises  ;  
●   La   loi   parle   désormais   de   «  transmission   sous   forme   électronique  
d’informations  à  la  statistique  publique  »  et  non  plus  d’un  «  accès  à  cer-­‐
taines  bases  de  données  »  ;    
●   Un   avis   du   Conseil   national   de   l’information   statistique   (CNIS)   est   rendu  
obligatoire  avant  d’imposer  une  transmission  électronique  de  données  ;      
●   L’étude  de  faisabilité  et  d’opportunité  devra  obligatoirement  faire  l’objet  
d’une   concertation   avec   les   personnes   morales   enquêtées   et   devra   être  
publiée  ;    
●   Les  amendes  spécifiques  prévues  pour  non-­‐respect  de  la  nouvelle  obliga-­‐
tion  sont  d’un  montant  4  fois  plus  faible  que  prévu  initialement.    
 

 

 

 

Les  travaux  statistiques  ou  de  recherche  utilisant  le  numéro  de  
sécurité  sociale  
(Article  10  dans  la  consultation  –  nouvel  article  15)  
Les   administrations   françaises   disposent   de   nombreux   fichiers   individuels  
qu’elles   gèrent   pour   leurs   propres   besoins   (fichiers   de   l’assurance   maladie   ou   de  
l’éducation   nationale   par   exemple)   et   qui   sont   soumis   à   la   stricte   protection   pré-­‐
vue  par  la  loi  «  Informatique  et  libertés  »  du  6  janvier  1978.  Ces  fichiers  sont  une  
source   d’information   très   riche   pour   la   statistique   publique   et   pour   la   recherche,  
surtout  lorsqu’on  peut  mettre  en  relation  les  données  que  comportent  deux  fi-­‐
chiers   («   appariement   »   des   fichiers).   Le   seul   moyen   certain   de   garantir   un   appa-­‐
riement  exact  entre  deux  fichiers  est  de  recourir  au  numéro  de  sécurité  sociale  
(ou   NIR   –   numéro   d’identification   au   répertoire   national   d’identification   des   per-­‐
sonnes  physiques).  Or  aujourd’hui,  le  recours  au  NIR  doit  être  approuvé  par  un  
décret  en  Conseil  d’Etat,  procédure  extrêmement  lourde  pour  les  chercheurs,  qui  
en  pratique  sont  dissuadés  de  poursuivre  des  travaux  utilisant  cette  méthode.  
Pour  faciliter  un  tel  usage  du  NIR  dans  les  travaux  de  la  statistique  ou  de  la  re-­‐
cherche  publique,  l’article  crée  une  nouvelle  procédure  spécifique  permettant  de  
créer  un  code  non  signifiant  dérivé  du  NIR  :  elle  nécessitera  l’adoption  d’un  dé-­‐
cret-­‐cadre   pour   définir   ses   modalités,   puis   un   régime   d’autorisation   ou   de   décla-­‐
ration   à   la   CNIL,   plus   réaliste   et   rapide   que   celui   d’un   décret   en   Conseil   d’Etat.  
Pour  la  recherche,  ce  numéro  sera  spécifique  à  l’étude,  afin  d’éviter  tout  croise-­‐
ment  ultérieur  de  données.  Cet  assouplissement  facilitera  considérablement  les  
travaux  de  recherche  français  en  sciences  sociales,  tout  en  protégeant  mieux  le  
NIR  car  il  évitera  les  appariements  portant  directement  sur  ce  numéro.                      
Deux  grandes  tendances  se  sont  dégagées  dans  les  réactions  à  cet  article  :    
●   Certains  contributeurs  ont  jugé  l’article  inquiétant  pour  les  libertés  indi-­‐
viduelles  et  ont  demandé  des  garanties  accrues.  Certaines  modifications  
ont   ainsi   pu   être   apportées   à   l’article,   pour   indiquer   clairement   que   le  
code   non   signifiant   dérivé   du   NIR   n’aura   plus   un   caractère   identifiant  
pour  les  personnes,  et  pour  préciser  que  le  Conseil  d’Etat  sera  le  garant  
du   caractère   suffisamment   robuste   de   l’opération   cryptographique   (dé-­‐
cret  en  Conseil  d’Etat  après  avis  publié  de  la  CNIL).  
●   A  l’inverse,  plusieurs  contributeurs  (dont  Thomas  Piketty  et  d’autres  éco-­‐
nomistes)   se   sont   félicité   de   cet   article   et   ont   mis   en   avant   son   impor-­‐
tance   majeure   pour   la   recherche   française.   Ils   ont   souligné   l’importance  
d’une   procédure   suffisamment   simple   et   rapide   pour   la   validation   des  
projets  de  recherche  qui  pourront  ainsi  être  développés  en  France.        

 

 

Le  paiement  par  SMS  
(Article  27  dans  la  consultation  –  nouvel  article  37)  
La   possibilité   de   réaliser,   via   les   opérateurs   télécoms,   certaines   opérations   de  
paiement,   et   notamment   de   réaliser   des   dons   par   SMS,   a   donné   lieu   à   de   réelles  
réserves  (1380  votes  mais  38%  de  votes  défavorables).  Les  explications  données  
par   les   associations   qui   bénéficient   du   dispositif   (Croix-­‐Rouge   française,   Unicef,  
Toutes  à  l’école,  Secours  populaire  français,  Centre  français  des  Fonds  et  Fonda-­‐
tions  France  Générosités)  comme  par  ceux  qui  le  mettent  en  œuvre  (AFMM,  Fé-­‐
dération  bancaire  française)  ont  permis  d’éclairer  le  débat  dans  les  derniers  jours  
de  la  consultation.    
Les   réserves   exprimées   étaient   d’ordres   très   différents.   Elles   concernaient   en  
premier   lieu   la   sécurité   et   la   confidentialité   des   paiements,   mais   le   service   ou  
l’association   n’ont   pas   accès   aux   coordonnées   bancaires   ou   téléphoniques   du  
client,  l’opérateur  (qui  les  a  bien  sûr  déjà)  faisant  office  d’intermédiaire.    
Elles   concernaient   ensuite   le   modèle   économique   de   ces   opérateurs,   mais,  
s’agissant  des  dons,  l’opérateur  verse  la  totalité  du  don  à  l’association.  Elles  vi-­‐
saient   également   le   caractère   «   obsolète   »   des   sms,   mais   les   études   récentes  
montrent   que   2/3   des   moins   de   35   ans   sont   favorables   au   don   par   sms   et   le   sms  
est  la  seule  technologie  accessible  sur  tous  les  téléphones  mobiles.    
Par  ailleurs,  l’article  ne  se  limite  pas  au  sms  mais  à  tous  les  paiements  multimé-­‐
dia.  Certains  commentaires  interrogeaient  enfin  l’utilité  même  d’élargir  les  pos-­‐
sibilités  de  dons,  mais  le  besoin  existe  et  il  faut  y  répondre.    
Le  texte  est  donc  maintenu.  Sa  rédaction  a  été  revue  pour  mieux  tenir  compte  de  
la   réglementation   applicable   en   matière   de   services   de   paiement   et   introduire  
des   garanties   sur   l’agrément   des   opérateurs   de   communications   électroniques.  
Le  champ  des  associations  éligibles  aux  dons  a  également  été  précisé  suite  à  plu-­‐
sieurs  contributions  dont  celle  de  France  Générosités.        
 

 

 

 

 

 

 

 

MERCI  A  :  
JACQUELINE   MAHMUD   *   PIERRE   NOWODZIENSKI   *   HEINER   WITTMANN   *   CLAUDE   CAUSSE   *   AL   *   SLUDOVIC   *   VALENTIN   G.   *   TINE   ARCONN   *   TSCHUDY   *   JULIEN  
CANTONI   *   FAUVEL   *   JEAN  MONTAIGNE   *   A.SEIBEL   *   HERVE   GROLEAS   *   WEBS  DU   GEVAUDAN   *  REGINE  SAINT-­‐CRIQ   *   FRANÇOIS   LAVOILLOTTE   *   BENOIT   MENTION   *  
HORIZON   MULTIMEDIA   *   DUPREZ   OLIVIER   *   GESTE   *   FRANCIS   TRAUTMANN   *   CONSEIL   NATIONAL  DU   NUMERIQUE   *   ERWAN   MATHIEU   *   VALLOIS     PATRICK   *  
FELIX  TREGUER  *  ANDRE  DELAFORGE  *  CLAUDE  BOUYER  *  SABINE  ICHAÏ  *  GERALD  M.  *  HERNU  PAUL  *  F.  BARRET  *  JEAN  MICHEL  BILLAUT  *  COMITE  NUMERIQUE  
-­‐   LYCEE   SAINT   BENOIT   -­‐   ISTANBUL   *   MARY   VALENTIN   *   SIMON   GAVERNET   *   EICHEL   FREDERIC   *   MATHIEU   RAFFINOT   *   PHILIPPE   AUGIER   *   INES   *   OLIVIER   PERROT   *  
CESTUILA  *  ZWERTVAEGHER  ELLIOTT  *  AMARI  *  ARNAUD  RAYROLE  *  PENNE  *  NICOLAS  GUY  *  YVELINE  ETIENNEY  *  BLANDINE  MARCELIN  *  OLIVIER  KANNENGIE-­‐
SER   *   DAMIEN   JUBEAU   *   LEON   ZITROLL   *   VALENTIN   MELOT   *   MAXIME   GIERCZAK   ET   MICHAEL   VINCENT   *   QUENTIN   BURNY   *   REGARDS   CITOYENS   *   CIL   *   FREDERIC  
DUPONT  *  MARC  ABRAMSON  *  CHRISTOPHE  DISIC  *  OLIVIER  NOUGUIER  *  AVICCA  *  DAUNAS  *  PUBLIUS  *  DAMIEN  DEJEAN  *  TORRES  KILLIAN  *  CLOYSIL  *  PIERRE  
YGRIE   *   PRIARTEM   *   T.   DOUVILLE   *   BOUSSON   ROMAIN   *   BREMAND   *   JEANNAS   JEAN-­‐YVES   *   FRANCOIS   PARIS   *   LANG   JEAN-­‐PIERRE   *   COLLECTIF   ENJEUX   E-­‐MEDIAS  
*   ADIJ   ATELIER   DONNEES   PERSONNELLES   *   DOMINIQUE   PALACCI   *   JEROME   B.   *   MALTESE   NADINE   *   LUC   DE   VISME   *   TEMPS-­‐REELS,   SECTION   NUMERIQUE   DU   PS   *  
GUION-­‐FIRMIN   JEAN-­‐LUC   *   SERGE   LENFANT   *   ALAIN   GARNIER   (EFEL)   *   PHILIPPE   BONNET   *   JAN   *   MOMB   *   BERTHIER   GOULLEY   *   SANCHO   *   PERSONNAZ   *  
DAUPHIN  NOËLLE  *  SEENTUD  *  CHRIS  *  JEAN  PONCHARAL  *  GEBUHRER  *  BAPTISTE  M  *  CCM  BENCHMARK  *  CLAUDE  DELEVILLE  *  ALEXANDRE  DECHERF  *  BLAISE-­‐
FLORENTIN  COLLIN  *  ERIC  RAPILLY  *  OLIVIER  SEROR-­‐DROIN  *  MOULART  CHRISTIAN  *  JONATHAN  *  RYK  *  LOUIS  GABRIEL  *  ERWAN  GEORGET  *  BOND  *  MICKA  LETATEK  
TUXUN   *   UFC   -­‐   QUE   CHOISIR   *   ERIC   LE   MEUR   *   MATTHIEU   ARNOLD   *   THIERRY   JANTI   *   GLENN   *  MAMMOUTUX   *   CELINE   AUSSAL   *   SAMUEL   AUTHUEIL   *  DENCOY   *  
CONSEIL   DEPARTEMENTAL  DE  LA   LOZERE   *  VIDOCQ   *   SERGE   G   LAURENS   *   JEAN-­‐FRANÇOIS   BLANC   *   KNUTH  JACQUES   *   F.   GONZALEZ   *   APRIL   *   ALESSANDRO   FIOREN-­‐
TINO   *   RENAN   JEGOUZO   *   PHILIPPE   PROST   *   ETIENNE   LEMAIRE   *   FINANCE   JEAN-­‐PIERRE   *   PIERRE   *   AMRF   *   VICTORIA   DOMINGUEZ   DEL   ANGEL   *   SEO   RENNES   *  
LARTIGUE   PATRICK   *   STEPHANE   METENS   *   THOMAS  LALOË   *   MEDIAS-­‐CITE   *   BERARD   JEAN-­‐MICHEL   *   ORI   FAURE  *   NKGL   *   WIESENBACH,   ROGER   *   ARMEL   LE   COZ   *  
SIMEON   *   CYPRIEN   GAY   *   JULIEN   BLANC   *   JORANDON   *   PHILIPPE   DAFFA-­‐VIVIER   *   RAPHAËL   LIOTIER   *   FABIANRODES   *   PIERRE-­‐ALEXANDRE   *   WIKIMEDIA   FRANCE   *  
GILLES   CHANCERELLE   *   ERIK   LENOIR   *   FLORENT   KAISSER   *   ALEXANDRE   DE   OLIVEIRA   *   INRIA   *   EGALITE   LIBERTE-­‐FRATERNITE   *   PATRICK   TINAYRE   *  MATHIEU  BETTON   *  
YVES   LE   QUERE   *   CATHERINE   COSTE   *   REINE-­‐MARIE   NOBLECOURT   *   PATRICK  VINC   *   DESPONTIN   *   FRANÇOIS   DAVID   *   TIMOTHEE   HAMEL   *   AIDERNOSPARENTS   *  
CHRISTOPHE   PI.   *   FREDERIC   VERON   *   JEAN-­‐MARIE   MERLE   *   SANCERNI   *   LEO   *   PIERRE   LESCANNE   *   THOMAS   GGT   *   MATHIEU   SABY   *   ECOLE   ENTREPRISE   *   PATRICK  
VIGIER   *   AUDREY   BOISSONNOT   *   JEANNE   VARASCO   *  SATIN   *   OPEN   INTERNET   PROJECT   *   REMTOLA   *   CINOV-­‐IT   -­‐   PRESIDENT   *   AUDIC   STEPHANE   *   LE   POULIQUEN   *  
RENE   MARROT   *  BURGAUD   PIERRE-­‐YVES   *   HERMANN   DJOUMESSI   *   THOMAS   ROBIN   *   CHANTAL   EDOUARD   *   CHABAULT   ROBERTE   *  LACOMBE   *   SOPHIE   B.   *   CHRIS-­‐
TOPHE   OSSWALD   *   NI   COLAS   *   GONZALEZ   *   RASLE   BRUNO   *   CATHERINE   FAURE   *   DANIEL   AZUELOS   *   PAUL   *   JESSE   ROBERT   *   HUGUES   BANTIGNY   *   BERNARD  
VAUQUELIN   *   CONSTANCE   DE   QUATREBARBES   *   NICOLAS   BALDECK   *   YANNICK   ROFFIN   *   FIEEC   *   KELLER   PASCAL   *   MICHEL   VAN   CANEGHEM   *   RUBIELLO   LUC   *  
GUY   LUCIEN   *   FRANÇOIS   NONNENMACHER   *   MAXIME   FERRERO   *   VINCENT   CHAUVET   *   ROUBINE   *   FOREZ   *   FREDERIC   RICHER   *   HELIOS   *   MULLER   DANIEL   *  
WERQUIN   CHARLES  *   MISSEGUE  JEAN  *   THOMAS   *   MARTIN  VASSOR  *   FX   NUTTALL   *   BLAISE   D'ESTAIS   *   MIC  PIXEL   *   JEAN-­‐NOËL   CHARDRON  *  CEDRIK  BELER   *  ALI  
S   *   STEPHANE   PLOMBIER   *   GILLES   ROUSSI   *   JAMES   FRANK   *   HUNTER   -­‐   ROUSSELLE   ARNAUD   *   DIGITAL   NEW   DEAL   FOUNDATION   *   PATRICIA   AMATO   *   STEPHANE  
COTTIN   *   OBI   WAN   KENOBI   *  CAUVIN   *   LIMOUS   *   MOUVEMENT  DES   SOURDS  ET   MALENTENDANTS   SOCIALISTES   *   JEAN-­‐YVES   TALLET   *   IG   *  COMMUNAUTE  DE  COM-­‐
MUNES   DU   BAS   CHABLAIS   *   ARNAUD   LEGRAND   *   ESTAMPE   TIMOTHE   *   PATRICK   D.   *   ROUZIES   BERTRAND   *   CLASSE   BTS   MUC2B   LYCÉE   PÉRIER   *   DAVID   SNEL-­‐
LAROCHETTE   *   JEAN   PRAILLE   *   PASCAL   ROSSINI   *   FLORENCE   DURAND   TORNARE   *   INSTITUT   MONTAIGNE   *   THEO   CHINO   *   MICHEL   LEBON   *   GABRIEL   PLASSAT   *  
NICOLAS   QUENOUILLE   *   EMILE   JORDAN   *   PHIL   S.   *   DICE   MAN   *   FRED   CLOONEY   *   GUILHEM   C   *   MATHIAS   CREAC'H   *   PASCAL   MARTIN   *   FEDERATION   NATIONALE  DES  
SOURDS  DE   FRANCE   *   BERNARD   MARTINEZ   *   SOLARUS   *   LA   QUADRATURE  DU   NET   *   KAESHI   WASA   *   DAMIEN   BEDU   *   NATHALIE   ROBISCO   *   MICHEL   CHAMPON   *  
MARIE-­‐LAURE   CAHIER   *   LUDOVIC   MARTIN   *   TIMOTHE   POULAIN   *   JOHN   SMITH   *   XAVIER   G   *   LE   POISSON   LIBRE   *   JAMES   DARLAYS   *   QUEGUINER   CHARLES   *  
MANUEL   PONS   ROMERO   *   JEAN   GUIVARCH   *   JULIE   RENAHY   *   ULLMANN   JEROME   *   PHILIPPE   PLATON   *   ANNE   GUERRANT   *   MATHILDE   CARIOU   *   YANNICK   LEBOYER   *  
CHRISTIAN   QUEST   *   MAX   DAUCHET   *   DEMERVAL   *   NADPERR   *   YOHAN   CORCHIA   *   DATTAZ   *   MARTINE   LEGRIS   REVEL   *   FRANK   GALEY   *   VANESSA   FRAQUET   *  
ANNE-­‐SOPHIE   CHONE-­‐GRIMALDI   *   MARY   CHRISTOPHE   *   JULES   GILLES   *   OPEN   DATA   FRANCE   *   GAUTIER.L   *   LEONARD   MERCADER   *   ELIANE   JACQUOT   *   VINCENT  
BENAYACHI   *   NICOLAS   PALIX   *   CEDRIC   CORREGE   *   BONNIN   *   HAJJI   *   LUK   *   GIOACCHINO   *   MICHEL12   *   STEPHANE   SCOTTO   *   SIDI   MAGNAT   *   CELLULAR1988   *  
JEAN-­‐MARC   BRUNEAU   *   EMMANUELLE   HELLY   *   CHLOE   NAYZE   *  PIERRE  RUPP   *   FRED   LABORDE   *   FRANCIS   PREUD   *   MONEO   *   ANTHONY   REY   *   PERDONS  PAS  LE   FIL   *  
MARCEL   POUALION   *   GARRIGUES   BERNARD   *   HAYEK   VALERIE   *   TAMRA   BLN   *   TIBOR   *   JEROME   *   LAURENT   MERCEY   *   DJAN   GICQUEL   *   SEBASTIEN   FANTONI   *  
SELL   *   JULIEN   DIDRY   *   SYNTEC   NUMERIQUE   *   JULIEN   BERNARD   *  DRICO   *   ADRIEN   CORDONNIER   *   TIMOTHE   LUCIUS   *   BEUSELINCK   VINCENT   *   PRIEUR   *   MAISO-­‐
NOBE   LUC   *   DOULMET   AURELIE   *   OUVRARD   *   ALAIN   MARC   CHAUMET   *   GREGOIRE   VERDIER   *   CARDINAUX   *   CONSORTIUM   COUPERIN   *   OHNITO   *   PATRICIA  
AHANDA   *   JEAN   BERNARD   SAMSON   *   PIERRE   OBRECHT   *   DAMOIZEAU   ANDREANE   *   JADE   CABOCHE   *   FLORIAN   NOUVIALE   *   NICOLAS   TCHENG   *   ALEXIS   TOYANE   *  
PHILIPPE   CHALIER   *   DEVERYWARE   *   FREDERIC   DUPLAIX   *   KOULIBALY   *   ALEXANDERDORIA   *   MLIER   *   JEROME   DESCRAIS   *   ALAIN   LAFON   *   BENOIST   *   ALAIN   BEN-­‐
SOUSSAN   *   PIERRE   JOCELYN   ANDRE   *   SAMSON_D   *   JEAN-­‐PIERRE   ARCHAMBAULT   *   SAID   EL   OUAZZANI   *   KARINE   BENAGLIA   *   AUGIER   *   FAN   FAN   BUDEBA   *  
OLIVIER   BABEAU   *   XAVIER   G.   *   SEPM   -­‐   SYNDICAT  DES  EDITEURS  DE  LA  PRESSE  MAGAZINE   *   LOUIS   POUZIN   *   THOMAS   CHAMPIGNY   *   NVRAM   *   LANDRY   MINOZA   *  
DAVID   VANTYGHEM   *   PIERRE   DANET   *   SERAYA   MAOUCHE   *  ASSOCIATION  PTEM   *   BERRY   *   VINCENT   REVERDY   *   OBSERVATOIRE  DES   LIBERTES  ET  DU   NUMERIQUE   *  
TPEG5STAN   *   HORST   MUSCHAK   *   BRUNO   RAMADANOSKI   *   EMMANUEL   A   *   ARMELLE   GILLIARD   -­‐   LA   REINE   MERLIN   *   MOUILLE   *   CED   BEG   *   JEAN   SOLIER   *   C.   P.   *  
FRANÇOIS   LAPADU-­‐HARGUES   *   ASSOCIATION   ADITUS   *   SAVOIRCOM1   *   PAUL   PERRIN   *   GREGORY   JULIEN   *   CHARLES   MAGALIE   *   BERNARD   MERCIER   *   ALIX  DE   LA  
TOUR   DU   PIN   *   ALEXANDRE   IACCONI   *   RANCUREL   CHRISTOPHE   *   BADI   IBRAHIM   *   REMI   D.   *   FOUAD   “FORMATEUR   NANTES”   SAYADI   *   GAËL   LE   BOULCH   *  
ALAIN  BREGY  *  SANDRINE  WLG  *  MOUZON  *  MYZEN2  *  SIMONET  *  JONATHAN  CREQUER  *  VINCENT  PINTE  DEREGNAUCOURT  *  MOUNIE  GREGORY  *  PIERRE  GAYTE  
*  BIIG  *  NUMEDIA  *  JCF  *  BONJOUR  *  FORT  JEAN  SEBASTIEN  *  FRIDMAN  *  SACD  *  LIEN  RAG  *  CRAPS01  *    

…  ET  AUX  20  898  AUTRES  CONTRIBUTEURS  !  
 
 

 

 

 

Contact    
 
sec.senum-­presse@cabinets.finances.gouv.fr  

01  53  18  44  50