Vous êtes sur la page 1sur 1

Il y a une trentaine d'années a émergé en moi une recherche pour comprendre ce que

pouvait bien espérer un être humain en ce qui concerne l'évolution spirituelle. Voyant qu'il
n'existait pas d' "université de la connaissance ésotérique et spirituelle", j'ai regardé dans les
livres, interrogé de nombreuses personnes, suivi divers enseignements, appris à essayer de
comprendre par moi-même et en restant dans la plus grande autonomie de pensée qu'il me
soit possible de respecter. J'ai vu que les crédos sont nombreux : ils apparaissent dans les
doctrines, les croyances de tout bord, les actes de foi ou d'adhésion implicites ou explicites,
les tentatives qui ont existé, plus ou moins couronnées de succès, de vivre l'Eveil, la
Réalisation, l'Illumination, l'Extase ou quelqu'autre vocable que l'on confère à l'expérience
spirituelle à ses degrés divers de fondamentalité. Mon cheminement a toujours été teinté de
prudence, même s'il a abouti, à certains moments à me donner "des certitudes provisoires".
Ma propre remise en question a été constante, car je me suis rendu compte que si je voulais
que le monde change, il était indispensable de commencer par la première personne que je
pouvais rencontrer sur Terre : moi-même. Après de nombreuses années, j'ai rencontré des
personnes qui ne ressemblaient pas aux autres dans leur façon de comprendre la
spiritualité. C'était même complètement en-dehors des visions traditionnelles. Je les ai alors
fréquentés et j'ai appris avec eux à développer une vision beaucoup plus pénétrante de la
nature des choses. Cela m’a permis en définitive d'amener des changements profonds,
relativement rapides et visibles dans trois niveaux fondamentaux: ce que l'on désire dans
l'existence; ce que l'on pense, croit, conçoit, ce que l'on se représente; et comment on agit
en réalité. En effet, si on continue de désirer ce que nous avons toujours désiré, sans laisser
la moindre ouverture à de nouvelles aspirations, le changement est difficile, car la motivation
manquera tôt ou tard; et si on reste dans notre façon de penser et de concevoir en fonctions
de toutes les idées et croyances que nous avons pu accumuler au cours de l'existence, le
changement subi un profond empêchement; et finalement si ce qui se passe effectivement
dans nos actes ne traduit pas la moindre évolution, de quel changement parle-t-on ? Ce qu'il
y a alors à comprendre, c'est que ce n'est pas en manipulant le désir, la pensée ou l'agir, en
fonction de telle ou telle conception des choses, que nous pourrons parvenir à accéder à un
état nouveau. Nous ne faisons que copier des réalités qui existent bien, mais dépassent le
cadre de la moindre tentative de contrôle artificiel. C'est pourquoi on parle, dans un aspect
de l’enseignement dont je m’occupe, de 3 Racines : la Racine du désir, la Racine de la
pensée et la Racine de l'agir. Cet enseignement est fait pour tous et ne véhicule que des
idées claires et simples, vérifiables et expérimentables par tout le monde.