LA SÉPARATION DU MONDE EN DEUX BLOCS

– Des impacts de la Guerre 40-45 sur le 20e siècle –

I.

Les lendemains de la 2 Guerre Mondiale
nde

Après la capitulation allemande, les responsables américain (Franklin D. Roosevelt), anglais (Winston Churchill) et russe (Joseph Staline) se réunissent en secret à Yalta, station balnéaire d’Ukraine, afin de régler la situation en Europe et de finir la guerre au plus vite. Lors de cette conférence (la Conférence de Yalta), qui durera 4 au 11 février 1945, ces responsables vont décider d’un certain nombre de points dont celui d’une division de l’Allemagne ont & de Berlin en différentes zones revenant aux alliés.

Conférence de Yalta – De gauche à droite : Churchill, Roosevelt & Staline

L’Allemagne & Berlin seront ainsi divisés en 4 secteurs : a. b. c. d. Américain Anglais Français Russe (env. 45% de la ville)

Carte représentant l’Allemagne divisée en 4 zones

Carte représentant les 4 secteurs de Berlin

Ces quatre pays s’entendront pendant 3 ans. En effet, en 1948, l’URSS1 décide de se retirer du Conseil de contrôle de l’Allemagne et commence à mettre des bâtons dans les roues des alliés. Parmi ces entraves, le Blocus de Berlin, décidé par Staline, qui fermera les voies de fermera communication entre Berlin-Ouest et l’Allemagne de l’Ouest de juin 48 à mai 49. Berlin Ouest Berlin-Ouest arrivera cependant à survivre grâce à un pont aérien organisé par les Américains. Le divorce entre les forces alliées est donc bien entamé et ne fait que s’accroître lors de la création, en 1949, de la République Fédérale d’Allemagne, la RFA, qui reprend les zones occupées par les alliés, et de la République Démocratique d’Allemagne, la RDA, reprenant, quant à elle, les zones soviétiques de l’état allemand. A partir de ce moment, les frontières commencent à se fermer et les contrôles à se multiplier afin de rendre plus difficile le passage à l’Est.

II.

La Création du Mur

Le monde est, dès 1949, divisé en deux : les « puissances capitalistes » à l’Ouest (USA, France, Grande-Bretagne…) et les puissances communistes2 à l’Est (URSS). Cette tension entre les deux Bretagne…) pôles se vivra durant jusque dans les années 90 et aura plus d’un impact sur les événements qui marqueront le 20e siècle3. Entre 1949 et 19614, environ 3 millions d’Allemands décident de passer de l’Allemagne de l’Est à celle de l’Ouest. Berlin-Ouest devient pour eux, ainsi que pour les personnes qui souhaitent Ouest quitter le régime communiste, une porte ouverte vers l’Occident. A l’époque, plu d’un allemand plus

Le Rideau de Fer
1

Union des Républiques Socialistes Soviétiques : nom donné à l’état fédéral reprenant 15 républiques ocialistes soviétiques de 1922 à 1991, s’étendant de l’est de l’Europe aux confins de l’Asie l’Asie. 2 Communisme : Formation économique et sociale caractérisée par la mise en commun des moyens de production et d'échange, par la répartition des biens produits suivant les besoins de chacun, par la suppression produits des classes sociales et l'extinction de l'État qui devi devient l'administration des choses (Larousse Larousse) 3 Voir plus tard. 4 Date de l’édification du Mur de Berlin.

de l’est venait travailler à l’ouest et les navetteurs étaient nombreux. En effet, plus d’un habitait à l’Est où les loyers étaient moins chers. De plus, Berlin restait la seule possibilité de quitter l’Est. Dès la fin de ssibilité la Guerre, une frontière fortifiée fut érigée entre l’Europe de l’Est et l’Allemagne, frontière de plus de 1300 km. Ce système fut intensifié dès 1952 afin de réduire les passages de l’Est à l’Ouest, entre autres p par l’édification d’une frontière en fils barbelés et par des contrôles répétés. Les décennies suivantes verront l’installation de techniques plus « évoluées »5 afin de dissuader les gens de passer à l’Est6. Malgré les barbelés, les hommes continuent à fuir l’Est. L’URSS voit d’un très mauvais œil cet exode. En effet, il fait tomber son économie, fait perdre de la main maind’œuvre, et surtout, il montre que plus d’une personne n’est pas d’accord avec le régime communiste. La RDA est donc, début 1961, au bord d’une crise économique et humaine. La décision est alors prise : l’Allemagne & l’Europe de l’Est vont s’isoler du reste du monde. Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, sur ordre du Parti Communiste7, des ouvriers viennent poser, sous la protection de la police & de l’armée8, les premiers barbelés & grillages. La frontière devient alors quasi infranchissable et est gardée par des militaires communistes. Entre août & septembre, les pavés des rues donnant accès à l’est sont retournés, les métros – qui continuent etournés, de tourner en-dessous de la Capitale – voient dessous leurs arrêts supprimés du côté soviétique. Courant septembre, les barbelés se verront remplacer par un mur en béton qui entourera les 3 secteurs occidentaux de Berlin, tran transformant la capitale en un îlot isolé en plein milieu de la RDA. Checkpoint Charlie, de nos jours

Checkpoint Charlie, avant 1989

5

Installation de clôtures plus hautes & plus tranchantes en 1970 ou encore d’armes à tir automatique placées plus sur certains poteaux rendant le passage impossible. 6 Les chiffres varient selon les sources : certaines avancent une centaine de personnes tuées en essayant de passer à l’Ouest entre 1950 et 1989, d’autres estiment ce nombre à plus de 1200. t 7 Ordre secret. Quelques semaines encore avant le 12/08, les autorités est allemandes contredisaient est-allemandes l’éventualité d’une séparation physique entre les deux Berlin. 8 Plus de 14.000 soldats & policiers blo bloquent les accès à Berlin-Est durant la nuit & sont prêts à engager le Est combat si le besoin se fait sentir.

III.

Les Premières réactions

La Porte de Brandebourg, avant 1989

Les réactions à l’édification du Mur ne tarderont pas et seront variées. Dans les jours suivant le 13 août, le Maire de Berlin Berlin-Ouest (Willy BRANDT) qualifie la construction de « crime contre le droit international et contre l’humanité » ; une manifestation de plus de 30.000 personnes, menées par le même Willy BRANDT, protestera devant le Gouvernement de Berlin-Ouest ; des troupes alliées se postent à la frontière et un accord est passé selon lequel aucune troupe soviétique n’empiètera dans les secteurs occidentaux …

Le 27 octobre, des gardes gardes-frontières estallemands exigent de contrôler des soldats occidentaux désirant passer d’un Berlin à l’autre. La tension monte vite. En effet, les statuts ont été clairement posés : les militaires trairement occidentaux peuvent, contrairement aux civils, transiter librement d’une zone à l’autre. Pendant 3 jours, 20 chars (10 américains et 10 russes) se feront face au Checkpoint Charlie avant de se retirer dans le calme.

IV.

Une ville, un pays et un monde coupés en deux

Dès la 13 août,, 69 des 81 points de passage sont fermés, rendant le transit Est Est-Ouest 9 encore plus difficile qu’avant . Dans les 10 jours qui suivent, la Porte de Brandebourg10 et quatre autres passages sont fermés. Des places auparavant populaires et bondées de monde deviennent de véritables terrains vagues, les routes sont coupées, … De plus, 10.000 Ouest-Allemands et 63.000 Est Allemands Est-Allemands perdront leur emploi dans la zone « opposée ». La Porte de Brandebourg, de nos jours
9

Depuis le 1 juin 1952, les Berlinois de l’Ouest ne pouvaient plus passer librement à l’Est. Symbole de la ville, cette porte se trouve à l’ancienne entrée ouest de Berlin. La chute du Mur lui donnera une valeur symbolique supplémentaire.
10

er

En décembre 1963, un premier accord est conclu. 1.2 millions de Berlinois pourront se rendre dans la partie Est de la ville afin de voir leurs familles, mais seulement entre le 19 décembre 63 et le 5 janvier 64. D’autres accords suivront, donc une multiplication des points de passages en 197111. Dans les années 70, grâce à l’Ostpolitik12, les retraités pourront passer plus facilement à l’Est et les visites à courte durée dans les zones frontalières seront également autorisées. La RDA demandera, en échange des ces « largesses » à ce qu’on lui extrade tous ceux qui avaient fui l’Allemagne de l’Est. La RFA refusera.

Dans le monde entier, le Mur va prendre une nouvelle signification. Il deviendra le symbole de la guerre dans laquelle le monde vient d’entrer. Il deviendra le symbole de la Guerre Froide. Le monde sera maintenant divisé en deux : les Occidentaux d’un côté, les Communistes de l’autre. De plus, il nous donnera une image assez sombre du bloc de l’Est. L’Est de l’Europe commence à ressembler à une prison dont tout le monde veut fuir. Le seul moyen que ses dirigeants ont trouvé pour garder leurs citoyens est de les enfermer par un Mur et un Rideau de Fer. Une bonne partie de l’imagerie collective, à partir des années 50-60, sera alimentée par cela13.

V.

La Chute du Mur

La Chute du Mur en novembre 89 n’est pas un événement isolé. En effet, il s’inscrit dans une série de changements révolutionnaires qui mènera à la dissolution de l’URSS et au terme de la Guerre Froide.
8 décembre 1987 : signature du Traité de Washington par l’URSS et les États-Unis
élimination des armes nucléaires de courtes et moyennes portées

1989 Février 1989 : retrait des armées soviétiques d’Afghanistan (après 21ans de guerre) Mai 1989 : ouverture des frontières avec l’Autriche par la Hongrie
le Rideau de Fer est ouvert

9-10 novembre 1989 : chute du Mur de Berlin 13 mars 1990 : abolition du rôle dirigeant du parti communiste de l’URSS par le
Congrès des Députés du Peuple

3 octobre 1990 : fusion de la RDA avec la RFA
naissance la République fédérale d’Allemagne

9 décembre 1990 : élection du syndicaliste Lech Wałęsa (président du syndicat
Solidarność) comme président de la Pologne

12 juin 1991 : élection démocratique de Boris Eltsine au suffrage universel, comme
président de la République de Russie

25 décembre 1991 : Gorbatchev n’est plus président de l’URSS. À minuit, le
drapeau rouge flottant en haut du Kremlin est descendu.

26 décembre 1991 : Dissolution de l’URSS
naissance de la Fédération de Russie.

Ils passeront de 7 à 10. Politique menée par les autorités ouest et est-allemandes visant à rendre les frontières plus perméables. 13 Nombre de films verront le héros s’opposer aux méchants Communistes, sous toutes leurs formes, en passant du Russe au Chinois.
12

11

Durant la fin de l’été 89, des Allemands de l’Est quittent par milliers le pays en prétextant des vacances en Hongrie – ou les frontières ont été ouvertes récemment. En trois semaines, 25.000 Allemands passeront à l’Ouest via la Hongrie et l’Autriche. Les manifestations se multiplient à travers l’Allemagne de l’Est et Gorbatchev14 affirme exclure toute répression par les troupes soviétiques. Le 9 novembre 89, lors d’une conférence de presse retransmise sur les radios, une décision importante est annoncée alors qu’elle aurait dû l’être le lendemain matin (le temps d’avertir les troupes) : le passage entre l’Est et l’Ouest est accepté pour tout le monde sans aucune restriction ni présentation d’autorisation. L’annonce fait l’effet d’une bombe et des milliers d’Est-Berlinois se ruent vers les points de passage alors que les troupes sur place n’avaient pas été prévenues de la nouvelle. A 23h, le premier point de passage s’ouvre, suivi de l’ouverture de plusieurs autres et de la chute du Mur dans la nuit du 9 au 10 novembre. Durant le matin du 10 novembre, la nouvelle se propage auprès de ceux qui ne l’avaient pas entendue la veille et des colonnes d’Est-Allemands se dirigent vers les postes frontières. Le Parlement Ouest-Allemand interrompt sa séance pour célébrer la nouvelle. Face à l’état de la RDA, il n’y a qu’une solution envisageable : la réunification. Le chancelier Ouest-Allemand, Helmut KOHL, présente dès le 28 novembre, un plan d’unification des deux Allemagnes. Il faudra cependant attendre septembre 1990 pour que Moscou accepte de rendre à l’Allemagne sa pleine souveraineté qui permettra la réunification des deux Allemagne en une seule et unie, le 3 octobre 1990. Cette date fut choisie pour être celle de la fête nationale allemande –le jour de l’unité allemande. Pourquoi ne pas avoir choisi le 9 novembre – qui fêtait aussi bien la Chute du Mur que la proclamation de la République Allemande en 1918 ? Le 9 novembre est également lié à des tristes souvenirs…

9

NOVEMBRE
une

1923 : PUTCH
de

DE LA

BRASSERIE : coup d’état mené en Bavière

depuis

par Adolf HITLER, dirigeant alors du Nationalsozialistische deutsche Arbeiterpartei (NSDAP). GÖRING ou encore HIMMLER participèrent à ce coup d’état qui se termina sur un échec et l’arrestation d’Adolf HITLER. Durant son incarcération – 14 mois au lieu de 5 ans – HITLER rédigea son Mein Kampf dans lequel il développa ses idées antisémites & posa les bases du parti nazi.
brasserie Munich

9

NOVEMBRE

1938 :

LA

NUIT

DE

CRISTAL : à la suite de l’assassinat d’un

secrétaire de l’Ambassade Allemande à Paris par un Juif Polonais, HITLER et GOEBBELS organisèrent et ordonnèrent une action répressive et violente15 menée par les SA – Sturmabteilung ou Chemises Brunes, troupes d’assaut – et les SS – Schutzstaffel, troupe de protection du Führer – contre la population juive sur tout le territoire du Reich. Des centaines de synagogues et lieux de culte furent détruits, plus de 7000 commerces et entreprises exploités par des Juifs furent saccagés. Une centaine de Juifs furent assassinés, beaucoup d’autres se suicidèrent ou moururent de leurs blessures. Enfin 30 000 Juifs furent déportés en camp de concentration La Nuit de Cristal provoqua la mort de 2 000 à 2 500 personnes.
En visite en Allemagne de l’Est à l’occasion des 40 ans de la RDA. Ou pogrom : assaut, avec pillage et meurtres, d'une partie d’une population contre une autre. Le terme a également désigné un massacre de Juifs, en Allemagne ou en Russie. Lors de ces actions répressives, les victimes sont volées, pillées et parfois tuées.
15 14

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful