Vous êtes sur la page 1sur 10

DROIT ADMINISTRATIF

→ FONCTION ADMINISTRATIVE de lʼEtat (essentielle):


= mise en oeuvre quotidienne des choix politiques faits par lʼexécutif

Hauriou (juriste début XX): “fonction qui a pr objet de gérer affaires courantes du public en ce qui concerne
- Exécution des lois du droit public
- Satisfaction des intérêts généraux”, justifie et explique:
* moyens de lʼadm (raison dʼêtre, mission essentielle)
* caractère exorbitant du droit admt: prend en charge activités que les particuliers ne sauraient assumer
(défense nationale, enseignement public)
→ fonction politique qui suppose la subordination de lʼadministratif politique

THÉORIE MODERNE:
- Pas applicable à chaque activité de lʼadm (parfois soumise droit privé: PPublique gère son domaine privé)
- Couvre aussi des activités prisent en charge par PP
DÉCLINATOIRE DE COMPÉTENCE:
SECTION 1: NOTION DE DROIT ADMINISTRATIF - Concerne conflits positifs
- Préfet dit le juge saisit incompétent → remet un document à
A. CAUSES lʼadm (explique ses raisons) qui accepte ou rejette → ds ce
cas le préfet peut saisir TC qui déterminera “lʼordre
• Juridiction admt compétente que sʼil existe un texte juridictionnel compétent” + “droit applicable”

Ancien régime: idée dʼun droit dérogatoire au droit commun


Révolution: pose bases distinction autorités judiciaires → met en exergue la spécificité de lʼaction adm:

• LOI 16 ET 24 AOÛT 1790: exclue compétence juridictions judiciaires pr connaître litiges mettant en cause lʼadm
→ juge spécial: JUGE ADMINISTRATIF

• 1799: Création dʼune nouvelle juridiction CE

• 1806: SECTION DU CONTENTIEUX chargée de juger lʼadministration

• 1873: CE créé des RÈGLES SPÉCIFIQUES pr JUGER lʼadm ds 2 axes majeurs:


- REP (Recours pr Excès de Pouvoir) = annuler 1 décision adm
(juge vérifie et contrôle le respect des règles de compétence et procédure applicables à lʼadm et à ses actes)
- RESPONSABILITÉ DE LʼADM (ppe) = ∅ dʼimpunité de lʼadm
(réparer dommage causé à autrui ds cadre de ses activités)

Fille Blanco blessée par des employés de lʼEtat (faits)


Demande D&I en se fondant sur droit commun (prétention)
Préfet “J civiles incompétentes” → prend un déclinatoire de compétence: TC rend sa décision:
• 8 FEV 1873 DÉCISION BLANCO, TC:
- Apparition répond à un soucis de logique: à situation ≠, règles ≠
* Individus / puissance publique: satisfaction intérêt général prime sur intérêts individuels
* Adm situation ≠ des particuliers: nécessite droit PARTICULIER et inégalitaire
- ACTIVITÉ DE SP = critère central → dt adm → J adm compétent

→ ≠ DROIT PRIVÉ:
- Rapports égalitaires entre individus maintenus: instaure un équilibre
- But: satisfaction dʼintérêts individuels “tous les H naissent et demeurent libres et égaux en droit”

1889, Cadot: juridictions adm compétentes pr connaître contentieux qui découlent des AAdm → fin théorie ministre-juge
1987, CConstitutionnel de la concurrence: critère PPP → décision est adm

→ ÉMERGENCE DʼUN DROIT ADM:


- Doublement AUTONOME (juridiction spéq = CE à sa tête + corps de règle autonome = intérêt général, ≠ droit privé)
- SPÉCIAL et INÉGALITAIRE (intérêt prit en compte > celui des personnes privées)
- Contre partie: CONTRÔLE accrue sur ses actes (pas arbitraire)

Double définition:
- Lato sensu: ensemble règles applicables à lʼadm
- Stricto sensu: ensemble règles dérogatoires au droit commun (privé et civil) qui régissent lʼactivité de lʼadm
(personnes publiques + privées qui participent à lʼactivité administrative)
B. CARACTÉRISTIQUES

RÉCENT:
- 1873: Décision Blanco → véritable essors
- Explique lʼabsence de codifications

LARGEMENT JURISPRUDENTIEL: repose sur les épaules du juge


Dégage grands ppes applicables à la matière
→ évolue très vite (interprétations des juridictions, revirements jurisprudence, nouveaux critères précisent les anciens)
→ austère, technique, de spécialistes

Arrêts CE abstrus, abscons (flous, techniques) → permet évolutions de jurisprudence


- Législateur peut toujours intervenir (pas prédominance du juge sur législateur)
- Juge reste soumis à la loi
- Administration subordonnée à la loi (juge adm respecte prescriptions de lʼacte du législateur)
- Chaque solution apportée à une Q de droit adm doit être fondée sur un arrêt

INÉGALITAIRE:
Adm doit sauvegarder et faire primer intérêt général sur le particulier, en dépit des réticences individuelles
→ qd dt adm fait appel à règles de droit privé, elles peuvent être modifiées ds un sens inégalitaire:
* NOTION DE PROPRIÉTÉ EN DT PRIVÉ: aliénable, prescriptible, saisissable
≠ dt adm: inaliénable, imprescriptible et insaisissable
* TECHNIQUES PROPRES NON TRANSPOSABLES AU DT PRIVÉ car idée de puissance publique, ie de contrainte
(adm dispose du privilège de lʼexécution forcée: peut recourir à la force pour contraindre un particulier à
exécuter ses décisions et cela sans avoir préalablement saisit un juge)

SECTION 2: PPE DE LÉGALITÉ (DE JURIDICITÉ)


Action soumise aux règles droit (normes juridiq): Constitution / Conv Internationales / Loi / PGD → limite à lʼarbitraire

A. SOUMISSION DE LʼADM À LA CONSTITUTION

- Constitution (88 art)


- DDHC (17 art)
- ≠ alinéas du préambule de la C de 1946 (ppes politiques, éco, sociaux nécessaires à notre temps, et fondamentaux
reconnus par lois de la républiques et dégagés par le CConstitutionnel)
- Charte de lʼenvironnement 2004 ≠ Particulier décide quʼun acte
- ≠ ppes de valeur constitutionnel dégagés par CConstitutionnel nʼest pas conforme à la C
→ saisit juge adm qui peut lʼannuler
→ JUGE * doit respecter ces ppes
* devra annuler lʼAAdm contraire à lʼune de ces prescriptions de la C

Pbl: THÉORIE DE LA LOI ÉCRAN (= de lʼécran législatif):


- Loi viole 1 règle de la C
- Création dʼun acte qui suit fondement de cette loi → contrôler la compatibilité par juge adm de:
* Acte à loi: possible mais formel car évident
* AAdm à C: incompétence
* Loi à C: incompétence → CConstitutionnel aurait du la contrôler avant

B. AUX CONVENTIONS INTERNATIONALES

1952 KIRKWOOD, CE: admission du contrôle de conventionalité des AAdm (aux conventions)

CONTRÔLE DE CONVENTIONALITÉ DE LA LOI → juge compétent?:


- CConst 15 Janv 1975 (IVG): rejette sa compétence car rien ds C ne la lui confère (Art 55 C: autorité conv.int > lois)
→ considérer que juge judiciaire et CC sont compétents
- 24 Mai 1975, CC: accepte sa compétence

1989 NICOLO, CE: se dit compétent pour contrôler la conventionalité des lois
→ écran législatif nʼexiste plus en matière conventionnelle

C. À LA LOI

AAdm doit respecter prescriptions de la loi


- Supérieure dans la hiérarchie des normes
- Expression de la volonté générale
Chap 1: NOTION DE SERVICE PUBLIC

CHAPUS: “activité dʼintérêt général assumée ou assurée par lʼadm” (PPublique agit ds cadre mission dʼintérêt gal)

Notion polymorphe, ambivalente (raison dʼêtre de lʼactivité adm); 2 acceptions (def):


- ORGANIQUE: structure particulière qui exerce des attributions propres (hôpital)
- MATÉRIELLE: satisfaction dʼun intérêt général
→ 1938 CAISSE PRIMAIRE, AIDE ET PROTECTION, CE
= PP peut-être en charge dʼ1 activité de SP = supériorité de la déf matérielle!
(déjà considéré 1912, CE: S granites porphyroïdes des Vosges)

SECTION 1: CRITÈRES DʼIDENTIFICATION

QUALIFICATION TEXTUELLE (réf aux textes qui régissent lʼactivité de SP: SECU, Enseignement, Com, Audiovisuelle)
→ Application extrêmement résiduelle (textes ne disent rien le + svt)
Pbl: on attache à la qualité de SP un régime de dt commun

• ACTIVITÉ GÉRÉE PAR UNE PPUBLIQUE:


Présumée activité SP (intérêt général. Si ∅ intérêt général: ∅ dʼactivité de SP)
→ CE, 1953 BOSSUYP: commune qui organise courses de chevaux nʼest pas en charge dʼune activité de SP

• ACTIVITÉ GÉRÉE PAR UNE PP:


En ppe pas de SP, ms juge nʼexclue pas quʼelles le soient, TC et CE:
- Ordres professionnels (avocat, medecin...)
- Centre lutte contre cancer
- Fédérations sportives
→ 1963 NARCY, CE pose 3 critères cumulatifs constitutifs dʼune activité de SP gérée par PPrivée:

A. ACTIVITÉ DʼINTÉRÊT GÉNÉRAL

Condition sine qua non ms insuffisante (∅ intérêt général → ∅ SP)


∅ def: notion complexe, évolutive dans le temps et lʼespace
= But: satisfaction besoins collectifs dʼune population

≠ INTÉRÊT PUBLIC: notion floue, englobe intérêts particuliers voir individuels


1971 Sochaux, CE: sortie dʼautoroute mène E Peugeot financée par puissance publique non rédhibitoire à intérêt gal

B. CONTRÔLE PAR UNE PERSONNE PUBLIQUE

Adm à un droit de regard → contrôle exercé +/- direct, poussé = A quel moment est-il assez intense pr être réel?
→ Doit être poussé, exorbitant du droit commun
1983, CE: Association familiale et rurale de Transport des élèves de la région Meslay du Maine

→ Activité considérée déléguée par une PPublique:


- Explicitement: pas de pbl
- Implicitement: pbl 1956 ÉPOUX BERTIN, CE: activité d'hébergement de personnes russes par contrat verbal ac
adm: CE officialise ce contrat et a considère cette activité de SP (rapatriement des personnes)

C. EXISTENCE DES PPP

• Pouvoir EXORBITANT DU DROIT COMMUN (traditionnellement ∅ ds relations privées) → PPP (monopole)

• Pouvoir MODIFICATION unilatéral de l'ORDONNANCEMENT JURIDIQUE


= prendre décisions qui sʼappliquent à des personnes qui nʼont pas prit parti à cette prise de décisions

• Cas où JA ADMET EXISTENCE DʼUN SP alors que la PPRIVÉE NE DISPOSE PAS DES PPP:
- 1978 BERNARDI, TC (considère quʼil a subit un préjudice de la part dʼun personnel soignant dʼun hôpital psy):
CE = SP alors que association qui gérait lʼhôpital ne dispose pas de PPP, car il existe une loi de 1836 qui
qualifie explicitement les activités de soins psy dʼactivité de SP
- 1990 (20 JUILLET) VILLE DE MELUN, CE: qualifie lʼactivité dʼune association de SP alors que:
* ∅ de PPP + ∅ texte qui la qualifie
* Compensée par surdétermination critère contrôle par une PPublique

2007 APREI, CE = détermination dʼune activité de P: 1) Textes 2) Narcy 3) Meulun


→ réaffirme critères de Narcy (cumulatifs ou alternatif → hiérarchie dans ces critères? Meulun EXCEPTIONNEL)
SECTION 2: CRÉATION ET SUPPRESSION

A. SP NATIONAUX

1) CRÉATION

AVANT C DE 1958: SP créés par la loi, SAUF application Théorie du SP virtuel: soumettre sans formalisme et en ∅
du consentement de lʼintéressé de certaines activité privées d'intérêt général

ENTRÉE EN VIGUEUR C: théorie abandonnée


Pvoir RÉGLEMENTAIRE compétent pr création des SP
Certains cas: loi reste nécessaire qd la création porte atteinte aux libertés publiques

2) SUPPRESSION

Ppe de lʼACTE CONTRAIRE:


- Si SP créé par la loi → loi pour le supprimer
- Pareil ac lʼacte réglementaire

B. SP LOCAUX

1) CRÉATION

Collectivités territoriales peuvent créer SP nécessaires à gestion de lʼintérêt local


SP facultatif: collectivité publique veille à
- NE PAS PORTER ATTEINTE À LʼINITIATIVE PRIVÉE
- RESPECT DE LA LIBERTÉ DU COMMERCE ET DE LʼINDUSTRIE
→ 1930 Chambre syndicale du commerce de détail de la ville de Nevers, CE: création SP locaux si lʼactivité est
dʼintérêt général et ds la mesure où lʼon constate localement une carence de lʼinitiative privée

1964, CE: COMMUNE DE MERVILLE FRANCEVILLE


juge légalise la décision de création dʼun camping municipal alors même quʼil existait déjà sur le territoire de la
commune un camping privé → ne porte pas atteinte substantielle à la liberté du commerce et de lʼindustrie

2) SUPPRESSION

Acte contraire: gvt compétent


Si SP a été créé par une loi → législateur compétent pr lʼabroger

Chap 2: PPE DE GESTION DE SP

SECTION 1: NATURE DU SP

Activité de SP nʼest pas en elle même monolithique (1 seul bloc) → 2 catégories dʼactivité:
Doctrine et jurisprudence distinguent SPA (Administratif) → décret / SPIC (caractère Industriel et Ccial)→ loi

A. CRITÈRES DISTINCTION SPA / SPIC

22 JANV 1921 BAC DʼELOKA (SOCIÉTÉ CCIALE DE LʼOUEST AFRICAIN), TC: (née avec cette décision ppe)
Colonie de Cote dʼIvoire gère un Bac de transport permet acheminer individus + marchandises de passer dʼune rive à
lʼautre dʼun fleuve. Une nuit le bac coule ac à son bord des individus + matériel qui appartient à S Cciale de LʼOuest
Africain qui intente donc un recours devant juridiction civile en réparation du préjudice subit → gouverneur de colonie
prend un déclinatoire de compétence rejeté par juge judiciaire. Pr 1ère fois TC reconnaît existence SP géré par
PPublique (colonie) dont le contentieux incombe aux JJudiciaire (≠ Blanco → JAdm) car elle exploite le bac ds mm
conditions quʼun industriel ordinaire = 1ère reconnaissance dʼun SPIC (ms qualification non utilisée ici) → prémisse
distinction ms ∅ de critères: commissaire du gvt Matter:
- “Sv sont de lʼessence même de lʼEtat → compétence adm
- Sv nature privée entrepris occasionnellement par lʼEtat pq nul ne sʼen est chargé et quʼil importe de les
assurer ds lʼintérêt général → compétence judiciaire (droit commun)”
→ Droit privé sʼapplique naturellement pq la PPublique se trouve ds 1 sphère privée = agit comme une PP et ne peut
donc revendiquer lʼapplication du droit adm qui est un privilège et inégalitaire

RÉGIE: PPublique qui gère directement par elle-même (sans faire appel à un intermédiaire)
ETABLISSEMENT PUBLIC: SP personnalisé (personne morale de dt public rattachée à une collectivité publique - Etat
ou collectivité territoriale - a pr mission de gérer un SP)
Loi qualifie l'établissement dʼEPA (Etablissement Public Adm) ou EPIC (pas fréquent)
Faute de qualification textuelle: détermination SPA/SPIC par le biais de CRITÈRES JURISPRUDENTIELS posés par
1956 USIA, CE (Union syndicale des Industries aéronautiques): gvt supprime caisse de compensation qui est en charge
dʼun SPIC et ainsi ne peut être supprimé que par un acte législatif → gvt aurait agit illégalement.
SPA = ppe / SPIC = exception → lʼarrêt fait tomber cette présomption au profit du SPIC. Pour cela, réunion 3 critères:

1) OBJET DU SERVICE

- Activité que lʼon pourrait attendre dʼune E privée = révèle volonté du gestionnaire (personne créatrice) de se comporter
comme un industriel ordinaire (activité marchande) → SPIC
- Activité de réglementation de mise en oeuvre de politique publique → SPA
- Juge se fonde aussi sur contexte +/- concurrentiel ds lequel sincère lʼactivité

2) MODE DE FINANCEMENT (origine ressources)

- par un prix facturé à lʼusager (redevance) ou possibilité de subvention (de manière résiduelle et accessoire) → SPIC
- par contribuables (taxes ou prélèvements fiscaux) → SPA
- par un panachage (redevances, taxes) → juge recherche ressources prépondérantes (analyse in concreto)

3) MODALITÉS DE GESTION DU SV (fonctionnement)

Juge prend en compte un certain nombre dʼindices pour exclure ou non


- Recherche de bénéfice → favorable à un SPIC
- Règle de compta publique appliquées → SPA
- Situation de monopole légal → SPA
- Statut des personnel → code de la fonction publique (SPA) ou code du travail (SPIC)?
- Origine de la personne en charge de lʼactivité: PP→ SPIC / PPublique → SPA, mais critère pas vmt pertinent car des
PPublique gèrent une activité SPIC et inversement

B. ENJEUX DE LA QUALIFICATION→ droit applicable et juge compétent

1) SPA

Ppe: compétence juridictions ADM et son application


- Usagers: se conforment aux règlement et actes édictés par SPA
- Personnels: soumis aux règles du droit adm et au statut de la fonction publique (le + svt)
* Vrai surtt qd le sv est géré par PPublique (TC 1996 CROUS de lʼacadémie de Lyon- St Etienne: personnels
non statutaires travaillant pr compte dʼ1 SPA = agents contractuels de droit public qq soit leur emploi)
* Solution minorée qd SPA géré par PP: a titre exceptionnel les personnels peuvent être salariés de droit privé
- Actes passées: AA unilatéraux (CE 1942 Montpeurt) ou Contrats adm (TC 1996 Berkani) (le + svt)

2) SPIC

Ppe: compétence juridictions JUDICIAIRES conformément à dʼEloka et son application du dt privé


- Usagers: situation contractuelle de dt privé → litiges qui les opposent au SPIC relèvent des juridictions judiciaires
(CE 1961 Etablissement compagnon Rey / TC 1966 Dame veuve canasse)
- Personnels de droit privé: soumis aux règles du code du travail, sauf directeur et comptable public → règles dt adm
- Actes passés: actes de droit privé, ms possibilité d'édicter AA (sʼils se rapportent à lʼorganisation du sv: TC 1968
epoux Barbier contre AirFrance) et AAU (Unilatéraux)

SECTION 2: TRAITS COMMUNS À LʼENSEMBLE DES SP = LOIS DE ROLLAND

Rolland: juriste publiciste de la 1ere moitié du 20 → a systématisé les ppes applicables aux SP
→ Lois de Rolland applicables à ts les SP, qq soit leur nature. 3 lois:

A. PPE DE MUTABILITÉ (ADAPTATION, ADAPTABILITÉ)

Evoque lʼadaptation du sv aux besoins publics, ie intérêt général = notion évolue ds tps → évolution des sv
USAGERS: aucun droit au maintien et fonctionnement de lʼactivité (Vannier CE 1961)
- PPublique libre, au regard de lʼintérêt gal, de transformer conditions de fonctionnement du sv ou le supprimer
- Peuvent dc exiger évolution et modification du sv (CE 1989 compagnie Alitalia) → adm à O dʼabroger règlements
illégaux * quʼil lʼaient été ab initio (à lʼorigine)
* devenus ainsi à la suite dʼun changement de circonstance de fait ou de droit (pq lʼintérêt gal a évolué)
AGENTS: nʼont pas dʼavantages que les usagers un dt au maintien des conditions de fonctionnement du SP dʼoù la
possibilité pour la PPublique de modifier unilatéralement les règles de ce fonctionnement et les agents ne peuvent
si opposer dès lors que celle ci sʼavère nécessaire

B. PPE DʼÉGALITÉ

ADM GESTIONNAIRE DU SP: O respecter lʼégalité des usagers qui ont droit dʼêtre traité de manière égale:
ppe de valeur constitutionnel → “que signifie traiter de manière égale?”

JURIDIQUEMENT, PPE DʼÉGALITÉ: ttes personnes qui se trouvent ds des situations objectivement identiques
doivent être traitées de manière identique. Si situations st ≠ il nʼy a pas lieu de les traiter de manière égale, ms
CE 1997 S Baxter: ∅ dʼO traiter de manière ≠ des personnes qui se trouvent dans des situations ≠

EGALITÉ PD +SIEURS FORMES PR AGENTS PUBLICS:


- Ds lʼaccès aux emplois publics réalisé par méthode du concours → interdiction de la discrimination, ie toute
personne qui répond aux conditions du concours doit pouvoir concourir (CE 1954 Barel: M Barel souhaitait sʼinscrire à
lʼENA ms en a été empêché pq il militait pour le parti communiste → annulation de la décision du refus de concourir)
- Ds le déroulement de la carrière: lʼagent public ne peut être discriminé

COROLLAIRES (à ce ppe) les + connus:


- Laïcité
- Neutralité: agents publics ne peuvent privilégier aucun dogme
* Matière religieuse: 4 Fev 1999 CAA Nantes Association civique Joué-Langueurs: annulation par le CE de
la délibération dʼun conseil municipal qui avait décidé dʼapposer un crucifie dans la salle du conseil
* Matière politique: CE 2005 Commune de St Anne: interdiction du drapeau indépendantiste martiniquais sur
le fronton de la mairie

C. PPE DE CONTINUITÉ (essentiel ds lʼaction admt)

Satisfaction de lʼintérêt général permanente et constante peut-être envisagé au regard (à lʼaune) des sujets
• Point de vue des usagers: droit au fonctionnement régulier et ininterrompu du sv (sauf circonstances
exceptionnelles); en ppe ∅ possibilité de suspendre 1 activité de SP
• Point de vue des personnels du SP: conciliation ac le droit grève?
Depuis 1946, C proclame droit général de grève
- Avt 1946: faute grave pour les agents des SP qui pouvait justifier leur révocation
- Entrée en vigueur Constitution de la 4ème république: droit de grève consacré sans mentions dʼun régime
particulier applicable aux SP → reconnu pr tous incluant membres de la fonction publique où il ne doit pas
aboutir à une interruption ds fonctionnement du sv → CE Assemblée 1950 Dehaene concilier ppe
constitutionnel du droit grève ac ppe de continuité du SP

Dans le cadre de la grève des S la loi et gvt peuvent prendre des mesures nécessaires au maintien de la continuité en
dépit de la grève en réquisitionnant par ex des personnels => cas des militaires ou + généralement des emplois liés à la
sécurité (prohibition du droit grève)

C.Constitutionnel dans une décision ORTF de 1979 “en ce qui concerne les SP la reconnaissance du droit grève ne
saurait avoir pour effet de faire obstacle au pouvoir du législateur dʼapporter à ce droit les limitations nécessaires en vue
dʼassurer la continuité du SP qui, tout comme le droit de grève, à le caractère dʼun ppe de valeur constitutionnelle; que
ces limitations peuvent aller jusquʼà lʼinterdiction du droit de grève aux agents dont la présence est indispensable pour
assurer le fonctionnement des éléments du sv dont lʼinterruption porterait atteinte aux besoins essentiels du pays...”

Vis à vis des AA, sʼagissant des contrats adm: il ne doit pas y avoir interruption du contrat quelque soient les obstacles.
Le co-contractant nʼest en droit de sʼopposer au maintien de ce contrat (exercice de la mission contractuellement
dévolue) que dans des situations exceptionnelles (guerre...)

Chap 3: LES ACTES DE LʼADMINISTRATION

LʼAA est lʼun des moyens mit à la disposition des gestionnaires du SP pour exercer leur mission. Dʼune manière
générale, cette notion renvoie à 2 gdes catégories dʼactes:
- AAU (Unilatéraux)
- Contrats administratifs
La distinction ne tient pas au nombre des personnes à la base de lʼacte
→ Critère: tient dans le fait que sʼagissant des AAU cette catégorie trouve à sʼimposer sans que le consentement de ces
destinataires soit nécessaire (≠ contrat admt sʼimpose uniquement entre les parties)

SECTION 1: AAU
= Actes émanant de la seule volonté de lʼadministration et sont prit dans le cadre de la fonction admt. Sʼagissant dʼactes
juridiques, ils sʼanalysent en une manifestation de volonté destinée à produire un effet de droit. Le production de ces
actes est considérée comme la 1ère des PPP; lʼobjet de ces actes est dʼimposer des O aux administrés ou au contraire
de leur accorder des droits; ils sont ainsi la manifestation évidente de lʼinégalité des rapports entre lʼadministration et les
administrés

A. CLASSIFICATION

1) EN FONCTION DE LA FORCE JURIDIQUE

• DÉCISOIRES
= caractère dʼune décision; au sens admt du terme => affecte lʼordonnancement juridique, ie lʼensemble des règles de
droit: il peut être positif (il rajoute une norme, règle dans lʼordonnancement juridique) ou négatif (on retranche une règle)
Quand lʼadm dispose dʼun pvoir de décision elle est en gal tenue de lʼexercer

NON DÉCISOIRES
= préparent une décision: avis, enquêtes admt, actes déclaratifs)
Ils se contentent de constater un état du droit

PBL DES CIRCULAIRES = note en gal adressée par le chef dʼun sv (ministre) qui pose une interprétation du droit
existant → ce nʼest pas un acte décisoire. J à tenu à distinguer à lʼintérieur des dispositions des circulaires (insusceptible
de recours juridictionnel)
• CE 1954 Institution Notre-Dame du Kreisker décide de distinguer entre circulaires à caractère
- Réglementaire: caractère décisoire = susceptible de recours
- Interprétatif: non décisoire, insusceptible de recours: interprète la législation en vigueur

• 2002 CE Duvignères: juge admt procède revirement de jurisprudence: partition ne se fait plus entre circulaire
interprétative / réglementaire ms entre circulaire à caractère impératif / non impératif

Réglementaire → impératif (catégorie bcp + large) peut-être soumis à compétence juridiction admt. Une simple
interprétation du chef de sv peut être déférée à la censure du juge admt pr peut quʼelle ait un caractère obligatoire pr les
agents du SP

• EXÉCUTOIRE
Se rapproche de lʼacte obligatoire = lʼadm peut le faire exécuter dʼautorité; il sʼagit de l'expression du privilège du
préalable = lʼacte sʼimpose immédiatement aux administrés; lʼadm nʼa donc pas à demander lʼautorisation du juge pour
forcer un individu à exécuter lʼacte en question

CE Huglos 1982 qualifie le caractère exécutoire des AAU de règle fondamentales du droit admt.
Un acte décisoire est en ppe exécutoire; pr autant ce nʼest pas pq un acte possède un caractère décisoire quʼil est
nécessairement exécutoire (décisions de refus)

NON EXÉCUTOIRES

2) EN FONCTION DU RÉGIME JURIDIQUE

AAU ÉDICTÉ PAR UNE PERSONNE PUBLIQUE DS LE CADRE DʼUNE FONCTION ADMT: HYP HABITUELLE
Les actes de la PPublique sont en ppe qualifiés dʼAA à condition quʼils soient rattachés à une fonction admt
Certains actes ne possède pas le caractère AA = actes du parlement (loi) / actes des juridictions = actes juridictionnels

2 exceptions: nʼont pas en ppe le caractère dʼAA


- Actes de la PPublique en charge dʼun SPIC qd cet acte touche les relations ac les usagers ou personnels, sauf
personnel de direction = AA
- Actes de la PPublique sʼil existe des dispositions légales ou réglementaires spécifiques (état des personnes =
compétence dévolue aux juridictions judiciaires)
→ CE 1963 Compan: lieutenant de police a été tué en Algérie et sa veuve obtient un mariage posthume sur
autorisation sur autorisation des ministres de la défense et de la justice. Le père du lieutenant conteste le mariage et le
juge admt considère que le litige ne relève pas de sa compétence (car affaire touchant lʼétat des personnes)

AAU ÉDICTÉ PAR UNE PP EN CHARGE DʼUNE ACTIVITÉ DE SP


Règle: existence dʼun acte privé
Dans ce cas on distingue:
- Elle gère un SPA = application J Magnier CE 1961 lʼacte de la PP en charge dʼun SPA sera un acte admt si il passe par
la mise en oeuvre de PPP. Sinon, acte de droit privé. CE 1992 S Textron.
- Elle gère un SPIC = présomption favorable au droit privé est dʼautant + forte: existence dʼun AA sera résiduelle TC
1968 époux Barbier contre Air France il ne suffit pas que lʼacte soit prit dans le cadre dʼune mise en oeuvre de PPP, il
faut encore quʼil concerne directement lʼorganisation du SP. Les actes d'exécution du SP = actes de droit privé

3) EN FONCTION DES DESTINATAIRES

On distingue Acte
- Réglementaire: portée gal et impersonnelle
- Individuel: nʼa pas cette portée; il concerne une personne ou une catégorie de personne

B. RÉGIME JURIDIQUE

1) ELABORATION

Tous les agents publics, toutes les personnes exécutant une mission de SP nʼont pas vocation à édicter des AAU; cette
possibilité est réservée à un petit nombre dʼentité que lʼon qualifie dʼautorité admt: ministres, préfets, maires, conseils
généraux, directeurs de SP. En ppe une autorité admt ne peut déléguer sa compétence sauf ds 3 cas:
- SUPPLÉANCE: remplacement explicitement prévu en cas dʼempêchement du titulaire (remplacement du
maire par son adjoint)
- INTÉRIM: renvoie à lʼhyp de la suppléance sauf que la cas nʼa pas été prévu à lʼavance
- DÉLÉGATION: 2 sortes:
* De compétence: transfert dʼun véritable pouvoir dʼune autorité supérieure à inférieure
* De signature: ne dessaisi pas lʼautorité supérieure de la décision mais transfert seulement
ʻaccomplissement dʼune tâche matérielle

En revanche sʼagissant de la forme dʼun AAU, elle peut prendre la forme dʼun écrit mais ce nʼest pas une obligation
(simple gestuelle = peut être constitutive dʼun AAdmt). Il peut exister des décisions implicites qui naissent du silence
gardé par un certain laps de tps par lʼadm.

2) FIN DES AAU

Sortie de vigueur des AA: 2 manières dt ils finissent par épuiser leurs effets:
- ABROGATION: se distingue du retrait en ce quʼelle ne vaut que pour lʼavenir: pas dʼeffet rétroactif = les effets passées
de lʼacte restent valables; en revanche, pour lʼavenir, lʼacte nʼexiste plus. Lʼabrogation permet dʼadapter une
réglementation sans remettre en cause les situations juridiques antérieurement acquises. Elle est tjr possible pour les
A réglementaires, et cela précisément au nom du ppe de mutabilité du SP; elle est même obligatoire si lʼacte
réglementaire est illégal CE Assemblée 1989 Compagnie AliItalia pose lʼexistence dʼun PGD = obligation pour lʼadm
dʼabroger les règlements illégaux soit quʼils lʼaient été dès lʼorigine, soit pqʼuils le sont devenus à la suite dʼun
changement de circonstance de fait ou de droit

- RETRAIT: caractère rétroactif. Acte retiré = supposé ne jms avoir existé. Procédure retrait obéit a règles complexes et
encadrement juridique stricte. Lʼadm est face a 2 pbl contradictoires:
* supposée veiller au ppe de légalité = retirer actes illégaux
* Protection de la sécurité juridique et notamment des droits: retrait de lʼacte adm créateur de droit + difficile

- Irrégulier et non créateur de droit: lʼadm peut le retirer (car irrégulier), a tout moment pr tous motifs y compris pour un
motif dʼopportunité (car pas créateur de droit)
- Régulier et créateur de droit: pas Q de le retirer = retrait impossible sauf qd la loi le permet ou qd le bénéficiaire de
lʼacte a demandé lui-même le retrait des décisions étant entendu que ds ce cas le retrait ne doit pas porter atteinte au
droit des tiers.
- Irrégulier et créateur de droit: on doit pvoir le retirer ms a certaines conditions (car créateur de droit): en ppe: retrait
soumis aux 2 conditions 1922 DAME CACHET, CE:
* AAdm doit être entaché dʼune irrégularité de nature à entraîner lʼannulation de cet acte par JA
* Doit intervenir dans délai du recours contentieux: 2 mois à compter de la publication / notification de cet acte
1966, VILLE DE BAGNEUX, CE: demande retrait permis de construire qui nʼavais été ni publié ni notifié: or en dt adm,
mesure dans la quelle on a pas mentionné délai recours contentieux, ou qui nʼa pas été notifiée ou publiée: délai de
recours ne court plus (on peut intenter une action a nʼimporte quel moment, même au delà de 2 mois).
1997, DE LAUBIER, CE: AAdm créateur de droit pr Mme, ms lʼadm plusieurs années après réalise que lʼAAdm est
illégal: or Mme nʼa pas mentionné le délai de recours: donc elle peut retirer cette décision! 2001, TERNON, CE:
désormais, lʼacte adm irrégulier ms créateur de droit ne peut être retiré que dans un délai de 4 mois; sʼapplique que sʼil
nʼexiste pas disposition législatives ou réglementaire contraire

SECTION 2:

Fgh
Chap 4: RESPONSABILITÉ DE LʼADMINISTRATION

Née a la suite de Blanco

SECTION 1: PPE DE RESPONSABILITÉ DE LA PUISSANCE PUBLIQUE

Communément admis
Sʼest imposé progressivement; causes:
- Extension de l'interventionnisme étatique: a partir du moment où lʼEtat intervient de + en + fréquemment ds vie
individus, il devient de - en - pertinent de le maintenir irresponsable
- Extension du jeu de la responsabilité des PP: justifier dʼun coté quʼelles voient leur responsabilité mise en oeuvre pr
cas de + en + fréquent / maintien dʼun état responsable voir irresponsable
- Evolution des mentalités: notion dʼéquité réparation préjudice moral admis très tôt par CC, ms JA considérait que lʼadm
ayant en charge intérêt général, ne pouvait causé un préjudice moral. 1961, ARRÊT DʼASSEMBLÉ DU CE
CONSORTS LETISSERAND: il accepte dʼindemniser le préjudice moral.

La responsabilité de lʼadm ne pet être mise en oeuvre que sʼil existe un préjudice => réparation du préjudice qui doit être
direct et certain, qui peut être indemnisé pour peut quʼil soit certain. En revanche, il nʼy aura pas dʼindemnisation en cas
de préjudice éventuel. De la même manière, il doit être une atteinte a une situation licite. Peut être indemnisé la
concubine dʼune personne, mais pas la maîtresse. Il doit exister un lien de causalité fait dommageable / dommage, ie un
lien direct entre les 2 éléments.

SECTION 2: RÉGIME JURIDIQUE DE LA RESPONSABILITÉ DE LʼADM

A. RESPONSABILITÉ POUR FAUTE

Responsabilité de droit commun


Recherchée par le JA en priorité.
En lʼespèce: faute de service faute personnelle ≠
- Du sv: renvoie à lʼhypothèse dans laquelle la personne fautive nʼest pas identifiable, renvoie a lʼhyp de lʼindividu
- De sv: constituée par un ou +sieurs agents déterminés = la faute de sv renvoie a lʼhyp de responsabilité de lʼadm:
considéré comme manquement à une O pré-existante = résulte dʼun acte positif (AAdm) ou dʼune carence de lʼadm (fait
de ne pas agir).

Lʼillégalité dʼun acte est tjrs constitutif dʼune faute, ms est elle de nature a engager responsabilité de lʼadm?
Dt privé: ils le sont toutes (art 1382)
Dt adm: cas dans lesquels seule une faute lourde (particulière gravité, qui saute aux yeux) sera de nature a engager
cette responsabilité. Distinction faute lourde / simple. De + en + le JA a tendance à abandonner lʼexigence dʼune faute
lourde au profit de lʼexigence dʼune faute simple (responsabilité médicale évolue). Activité de secours

1. FAUTE PERSONNELLE

Pas de nature a entraîner responsabilité de lʼadm, mais celle de lʼagent public 1873 TC PELLETIER agent public qui agit
en dehors de son sv pompier pyromane 1975 POTHIER CE faute commise en dehors du sv: gendarme découvre sa
femme en galante compagnie, la tue et blesse gravement lʼamant Pothier ac son arme de sv; motif de vengeance = faute
personnelle
Faute personnelle non dépourvue de tout lien ac le sv:
- 1973 SADOUBI, CE policier ac ses collegue a la fin du sv, lʼun ve nettoyer son arme de sv, le coup part et Sadoubi
meurt
- CE 1949 MIMEUR militaire envoyé en mission, on lui prête un camion, sur le retour il va chez ses parents (en dehors
du sv ) et casse le mur de Mme Mimeur

Qd responsabilité de lʼadm est engagée (faute préjudice lien causalité) elle a tjr possibilité de sʼexonérer en tout ou en
partie

2. CAUSES DʼEXONÉRATION

FAUTE DE LA VICTIME du dommage qui a participé par son comportement a la réalisation de son propre préjudice: le
juge appréciera si la faute de la victime exonère en tout ou partie
1980 COMMUNE DE LADIGNAC-LE-LONG, CE une adolescente sʼest baignée dans un lac alors même que la
baignade était dangereuse, pas de moniteur pr surveiller, et quʼelle ne savait pas nager = elle sʼest noyée et les parents
intente une action en responsabilité contre lʼadm. Faute de lʼadm (la commune) qui nʼa pas mit moyens en oeuvre pr
empêche l'accès au lac, ms faute aussi de lʼadolescent qui selon le juge a concouru a hauteur de 80 % a la réalisation
de son propre préjudice
1998 MASSE CONTRE EDF, TC adolescent fasciné par centrales électriques va en voir une nuit et se tue en forcant
l'accès (grillages préventifs, porte): son pere engage... Juge: adolescent a concourut totalement à son propre dommage

FAIT DU TIERS: dommage causé et / ou aggravé par un tiers (autre que adm et victime); le juge

FORCE MAJEURE: événement imprévisible, irrésistible et extérieur à lʼactivité de lʼadm (tornade): exonération totale

CAS FORTUIT: événement imprévisible et irrésistible non extérieur à lʼactivité de lʼadm (néon qui explose dans un amphi
blesse étudiants) = exonération totale qui peut entraîner la responsabilité sans faute de lʼadm

B. RESPONSABILITÉ SANS FAUTE

Responsabilité dʼordre public


Juge obligé dʼenvisager ces hyp; 2 cas:

1) RESPONSABILITÉ POUR RISQUES CRÉÉS

Risque ds cadre dʼune ctivité adm de nature a exposer les administrés à un préjudice.
- 1919, REGNAUT-DES ROZIERS, CE arsenal qui explose à Paris et cause plusieurs dizaines de blessés + morts. Juge
considère risque engendré par lʼexistence de cet arsenal était de nature a donné lieu a exonération, même si lʼadm
nʼest pas en faute
- Réinsertion des mineurs délinquants font courir un risque aux riverain 1956 THOUZELLIER, CE

2) POUR RUPTURE DʼÉGALITÉ DEVANT CHARGES PUBLIQUES

Préjudice anormal et spécial nécessaire pr engager responsabilité:


→ Normalité: pas dʼindemnisation sʼil nʼest pas démontré que la victime a subit un préjudice dont la gravité se situe au
delà de ce que lʼon peut attendre de lʼactivité adm.
→ Spécialité: seul un petit nombre de personnes caractérisées doit avoir subit ce préjudice