Le Bulletin

n°24, avril 2013

Chers adhérents,
L’actualité ces derniers temps a été chargée de conflits dans les pays de nos missions, notamment en Afrique. Cela
nous affecte particulièrement. Nous reconnaissons les villes et les villages dans les images retransmises, nous nous
souvenons des visages que nous avons rencontrés, nous revivons avec émotion les chantiers que nous y avons réalisés. Mais elle n’affecte pas l’existence de Coup de pouce humanitaire, bien au contraire, elle renforce sa raison
d’être.
Cette actualité nous montre en effet combien il est important pour chacun de contribuer à la Paix dans le monde. Et
Coup de pouce, par ces missions de terrain, en très grande proximité avec les populations locales et associations locales qui œuvrent pour elles, y prend sa part. C’est le cœur même de notre vocation. Bien sûr, nous avons le devoir
d’être responsables pour nos volontaires, et nous prêtons attention à ne pas prendre de risques inconsidérés. Mais
nous ne renonçons pas !
La Paix est un bien précieux. C’est aussi une disposition du cœur. Côtoyant les populations récemment en conflit, on
ne peut que se convaincre qu’en chacun de nous il y a une disposition à la haine et une disposition a la paix. Il y a un
combat entre ces dispositions, et tout doit être fait pour favoriser la Paix. Ce que Coup de pouce fait pour les populations et pour les associations, il le fait aussi pour lui-même :
Gonzague de Pirey
cultiver la Paix en chacun de nous.
Président de l'association

L’actu Coup de pouce en 6 chiffres :
182 missions réalisées, 31 pays, 45 partenaires,
98 chefs de mission, 2 200 départs, 1 375 volontaires !

LA GEOMÉTRIE AU CHILI
¡ Chi, chi, chi ! ¡ Le, le, le ! ¡ VIVA CHILE !
France polaire, provinciaux bloqués par la neige, avions
en panne, 14h de vol pour Santiago, 1h de bus, consigne à bagages, métro, bureau de change, fatigue et
chaleur, puis attente, 11h de bus de nuit, OUF, voici le
sourire de Miriam, au bout du monde ! Fatigués mais
heureux, c’est le début des trois missions.
Le bout du monde c’est Tirua, sur la côte chilienne
entre Concepción et Temuco, au milieu des collines du
pays Mapuche. Mapuquoi ? Mapuche (prononcez Mapoutché), une population indigène, à l’origine du peuplement du pays mais laissée pour compte et tellement
malmenée depuis plus d’un siècle qu’elle lutte toujours
pour la propriété de ses terres. Pacifiques et paisibles,
ils aspirent à vivre tranquillement.
Miriam est notre correspondante pour la Relmu, une
association de femmes indigènes, entre autres Mapuche, qui a obtenu le label commerce équitable pour
ses pièces de tissage. Elles tentent de se professionnaliser, permettant ainsi d’apporter un revenu complémentaire à leurs familles tout en revalorisant l’image de la
femme indigène qui devient un personnage actif au sein
de la communauté. Pas simple quand les maisons sont
petites, sombres, vétustes et souvent mal reconstruites
depuis le tremblement de terre et le tsunami de 2010.
D’où le partenariat avec Coup de pouce. Objectif : construire 6 ateliers de tissage, en forme de dôme… Un icosaèdre tronqué pour être précis. Oui, Coup de pouce
fait aussi de la géométrie et un icosaèdre c’est une figure composée de 20 triangles équilatéraux identiques… Un petit tour dans vos manuels de mathématiques, c’est très simple… sur le papier, du moins !
Des centaines de clous et des kilomètres de planches
plus tard, on commence à voir pousser d’étranges
champignons de bois… Structure des 4 premiers dômes
pour la mission 1, suivie de 2 semaines de travaux de
couverture pour la mission 2 avant que la mission 3 ne
relève avec brio le défi de la construction complète des
2 derniers dômes et de la finition de la couverture des
précédents. Mais avant d’être une histoire d’équilibre
sur le toit et de coup de marteau, c’est avant tout une
histoire d’hommes ! 35 volontaires prêts à en découdre
avec les casse-têtes de ces puzzles géants, l’énergie formidable de Lise pour la préparation des missions avant
le départ, la bonté et la détermination de Miriam pour
mener à bien son projet d’accompagnement des tisserandes, la gentillesse et la patience d’Abraham chef de
chantier n°1 qui veille à ce que l’on ne manque de rien
pour travailler, le chapeau et la ronchon attitude de
Marcello chef de chantier n°2, les sourires et les déjeu-

ners des tisserandes qui jettent des coups d’œil curieux
à ce qui se trame dans leur jardin, les dîners et la bonne
humeur de Veronica qui s’initie au français en grande
fan de Joe Dassin, etc…
Merci à tous et merci Coup de pouce, coup sur le pouce
pour beaucoup, mais de gros progrès déjà accomplis
dans la perfection du planté de clous ! 

INDE ENCHANTERESSE
Nous étions 39, venus de toute la France. 3 missions se
sont succédées pour construire une salle informatique
pour l’école St Vincent à Menankulam dans le Kerala,
ses 450 élèves et leurs professeurs au large sourire et au
regard pétillant. Nous avons appris à dépasser la barrière de la langue et montrer notre investissement en
agissant plutôt qu’en parlant. Nous avons appris la patience en travaillant au jour le jour. Nous avons montré
nos talents de troubadours… Nous étions venus avec
nos idées reçues et nos préjugés sur ce pays : pauvreté,
insalubrité, insécurité… Nous avions revêtus nos armures “antichocs”… Mais l’Inde vous marque que vous
le vouliez ou non.
Vous ne pourrez pas ignorer le sourire éclatant des gens
que vous croiserez et qui viendront naturellement discuter avec vous. Vous y répondrez. Vous ne pourrez pas
éviter les plats épicés. Votre palet s’accoutumera aux
saveurs des petites cantines locales. Vous ne pourrez
pas échapper aux transports en commun, qu’ils soient
rickshaw, bus local ou train. Vous essaierez même de
battre des records : tenir à 11 dans un rickshaw fait
pour 5, c’est possible ! Vos oreilles bourdonneront longtemps des klaxons incessants. Vous serez émerveillés
par les couleurs chatoyantes qui vous entourent. Les
saris des femmes, les façades des maisons, les statues
des temples, les montagnes d’épices, les étals de légumes et de fruits… tout est vif, lumineux, éclatant.
Vous resterez sans voix face à la multitude de temples
et la ferveur des croyants. Tant de dieux à louer, tant de

cérémonies et de recueillement ! Vous serez décontenancés par le dodelinement de tête des Indiens. Vous ne
saurez plus si c’est un oui ou un non ou même si on vous a compris, mais vous vous surprendrez à en faire autant… Vous serez troublé par le mélange des odeurs. Vous succomberez au parfum du jasmin dont les femmes
parent leurs cheveux. Vous fuirez les effluves nauséabonds des égouts. Vous n’oublierez pas les senteurs capiteuses d’encens dans les temples. L’Inde vous change. Elle vous ouvre le cœur et chamboule vos sens.
Nous étions venus avec nos croyances. Nous sommes repartis riches de sourires, de générosité, d’images inoubliables. Nous avons offert notre aide à la construction d’une salle informatique. Les indiens nous ont offert leur
art de vivre, leur amour, leur bienveillance. À nous de partager ce bien si précieux. 

BONNE ANNÉE AU NICARAGUA
Lorsque vous partez en mission, vous savez que vous allez atteindre votre destination, après un trajet souvent
chaotique coincé entre deux truelles. Vous savez que vous ne résisterez pas à la dernière « promis c'est la dernière » partie de tarot. Vous savez pertinemment que sur le chantier si vous creusez... c'est pour mieux réremplir ! Et vous vous en réjouissez d'avance ! Ensuite viennent les surprises et à Esteli, au Nicaragua, elles furent nombreuses.
Rapidement la routine se met en place : Malarone du matin, fajitas, frijoles et fromage ou biscottes, remplissage
de bouteilles, vérification des outils, application (généreuse) de crème solaire et en route pour le chantier ! Le
trajet de 15mn permettait d'échauffer les muscles pour la journée qui s’annonçait. Nous quittions notre quartier
aux maisons peintes de couleurs vives, croisions vélos, chevaux, voitures et camions, et admirions la lumière sur
les montagnes environnantes pour enfin atteindre notre chantier. Deux maisons de planches de bois, deux
équipes de chantiers, deux équipes de bénévoles ! Sous l’œil perçant et le franc sourire d'Alvin, les fondations
sont apparues, puis la première maison s'est dessinée : le couloir, les murs. Aucun temps mort, chacun était occupé. Travailler en musique, rien de plus agréable et Santos le second chef de chantier n'hésitait pas à pousser la
chansonnette ! Détruire, ranger les planches de bois et de tôle, récupérer les clous, creuser pour ensuite combler, poser les premiers parpaings et faire des triangles, des triangles encore des triangles ! Couper les branches
des arbres afin de dégager de l'espace, tasser la terre, faire du ciment et enfin voir les murs monter ! Et nous retournions alors, fatigués, vers Sonia et Amparo qui s’ingéniaient chaque jour à nous faire découvrir de nouveaux
goûts… toujours accompagné de frijoles : la tradition, la tradition !
« Il est minuit !!! Bonne année ! Allez ! On sort tous pour voir comment on passe en 2013 à Esteli. » Nous
avons eu le temps de jouer avec les enfants, nous avons pris le temps de regarder la lumière du pays, et de discuter avec les gens qui vivaient avec nous. Nous avons eu un moment de vie au Nicaragua et c'était un bien beau
début d'année ! 

LETTRE DU CAMBODGE
Bonjour, Je m’appelle Todna, j’ai 12 ans. J’habite à Phum Thmey, dans la province de Kampong
Cham, au Cambodge. Ce matin, pendant le cours de maths, des Français sont venus dans ma classe !
Ils font partie d’un groupe de 12 barangs arrivés il y a presque 2 semaines ! Au début, avec les copains, on a été très étonnés par leur présence dans notre petit village un peu perdu au bord du Mékong… d’habitude, les touristes viennent au Cambodge pour visiter les temples d’Angkor ou siroter
des cocktails sur une plage paradisiaque de l’ile de Koth Rong. Eh bien, figurez-vous que ces Français
sont venus pour construire 2 salles de classe qui remplaceront notre ancienne salle en bois très
abimée par la crue du Mékong …
Je ne sais pas si tous les Français sont comme eux ou si ce sont les bons petits plats qu’Om sang (la cuisinière) leur
prépare tous les jours qui les enchantent, mais ceux-là sont toujours de bonne humeur ! Rien ne les arrête : ciment, transport
de briques et pierres, chainage de structure de piliers, bétonnière, coffrages, pinces coupantes, maçonnerie, coulage de dalle,
marteau, ferraille, tournevis, sable, seaux… mais aussi volley après le chantier, baignade dans le Mékong et apprentissage de
quelques mots en khmer !!! Quelles journées ! Petit à petit, le bâtiment est sorti de terre et a pris forme…J’ai hâte de pouvoir
aller étudier dans les nouvelles salles de classe ! Je vous laisse, la kermesse qu’ils ont organisée pour fêter la fin de leur mission commence ! Un grand merci à l’équipe Coup de pouce ! Vous serez toujours les bienvenus au Cambodge ! - Todna

Cet été : 10 pays, 21 missions
PÉROU - ANDAHUYLLAS

CÔTE D’IVOIRE - PORT BOUET

Chumbao : construction d’un poste de santé avec culture de plantes médicinales San Juan de Yannecc : construction d’une petite maison pour une famille nombreuse en situation d’extrême pauvreté Pampamarca
Alta : achever une école dont le gros œuvre est fait avec
construction de deux éviers pour le lavage des mains et
d’une cuisine améliorée ; mettre en place un potager
pédagogique, mais aussi douche solaire et WC secs
4 missions: 13-27 juillet, 20 juillet - 3 août, 29
juillet - 12 août, 10-24 août

Création d’un Centre Polyvalent d’Alphabétisation et Apprentissage Pédagogique
centré sur l’amélioration des conditions de
vie des femmes par le développement
d’activités éducatives : alphabétisation, formation et insertion socio-professionnelle
en couture, initiation à l’outil informatique
Construction d’une salle de classe spécialisée pour les enfants présentant des troubles du langage, de la parole, des troubles auditifs et visuels mais
présentant aussi des déficiences motrices
2 missions : 20 juillet - 3 août, 10-24 août

CAMBODGE
Province de Takeo, à Angta Soam : construction de
quatre petites maisons individuelles pour des familles
en situation d’extrême pauvreté au modèle des années
précédentes Province de Kompong Cham, à Phum
Thmey : au bord du Mékong, poursuite de la construction d’une salle de classe de 90 m² environ dans une
école qui sera composée à terme de trois salles de
classe
3 missions : 13-27 juillet,
20 juillet - 3 août, 27 juillet - 10 août

INDE - RAWTTAKUPPAM
Rénovation du centre de santé : peinture,
et carrelage ; rénovation du centre d’artisanat : filets de pêche et fabrication de
bâtonnets d’encens ; construction d’une
maison type pour une communauté des
plus démunis
2 missions : 6-20 juillet, 20 juillet - 3 août

VIETNAM - TRANG BAM

RWANDA
Création d’un foyer social, pour formations en hôtellerie, coiffure et couture : réhabilitation de deux bâtiments pour loger une quinzaine de jeunes filles, charpente, cuisine à refaire, terrassement extérieur
2 missions : 27 juillet - 10 août, 10-24 août

RDC KINSHASA
Kananga dans le centre de santé actuel
existent un service de médecine générale
et une maternité, Coup de pouce construira un laboratoire
1 mission : 10-24 août

BÉNIN - BOHICON
Développement durable et commerce équitable au bénéfice des
femmes : construction d’un centre
de séchage et de transformation
des feuilles du moringa appelé
« arbre de vie »

2 missions : 27 juillet - 10 août, 10-24 août
Construction de logements sociaux (petites maisons en
briques de 24 m²) identiques à ceux MADAGASCAR - SANTAHA
des missions précédentes pour hé- Sur le Cap Nord Est, à Santaha, près de la ville d’Antalaha, d’un parc national et de la Côte de la Vanille : consberger les familles les plus pauvres
truction de la maison de l’artisanat pour la
2 missions : 6-20 juillet, 27 juillet - 10 août
couture et la vannerie avec une halle d’exTHAILANDE - nouveau pays !
position et construction de 4 ou 5 logeA 12 km de la frontière Birmane, dans la montagne se ments sociaux 2 missions : 6-20 juillet, 20 juillet - 3 août
cache le petit village de Mae Woei Clo, où vivent les
Pour tout renseignement, n’hésitez pas à consulter le site
Karen, ethnie minoritaire d’Asie du Sud Est. Les
www.cdepouce.com Pour nous soutenir, devenez membre de
l’association : la cotisation de membre s’élève à 15 € par an, celle de
femmes Karen, tisserandes traditionnelles, ont besoin
bienfaiteur à 76 €.  Cotisations à envoyer par chèque à l’ordre de
d’une maison pour regrouper leurs activités et
« Coup de pouce humanitaire » :
améliorer leurs conditions de travail
Association Coup de pouce humanitaire / Arnaud Schwebel, Trésorier / 4, rue Léon Cosnard - 75017 Paris
1 mission : 3-17 août
Merci à BNP Paribas pour l’impression de ce bulletin  Illustrations : B. de Miollis  Rédaction : Hélène Steiner - Maximilien Perrollaz

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful