Vous êtes sur la page 1sur 60
Master 2 Génie Civil Parcours TNCR
Master 2 Génie Civil
Parcours TNCR

Durabilité des structures en Béton Armé

A. HAMAMI

Université de La Rochelle – Département Génie Civil – Master 2 TNCR

Durabilité des structures
Durabilité des structures

Définition

La durabilité des structures représente leur capacité à garder leur intégrité dans le temps.

Dans le langage courant, on parle de durée de vie des constructions.

Les constructions peuvent voir leur durabilité mise à rude épreuve lorsqu’elle sont attaquées par des agents agressifs se trouvant dans leur environnement immédiat.

Ces attaques mènent à des dégradations qui peuvent conduire à la ruine partielle ou totale d’une structure et obligent à une maintenance régulière et permanente.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 2
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
2
Durabilité des structures
Durabilité des structures

Quelques exemples de dégradations naturelles

des structures Quelques exemples de dégradations naturelles Pile du Pont de l’ile de Ré [Photo P-Y.
des structures Quelques exemples de dégradations naturelles Pile du Pont de l’ile de Ré [Photo P-Y.

Pile du Pont de l’ile de Ré [Photo P-Y. Mahieux]

Pile du Pont de l’ile de Ré [Photo P-Y. Mahieux] Pile de la rampe du portique

Pile de la rampe du portique de levage de bateaux – Bassin des chalutiers, La Rochelle

[Photo A. Hamami]

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 3
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
3
Le béton armé
Le béton armé

Le béton est le matériau de construction le plus utilisé au monde,

(Consommation mondiale annuelle dépassant : 1 tonne/habitant)

Béton armé
Béton armé
Béton Ciment + Sable + Graviers + eau

Béton

Béton Ciment + Sable + Graviers + eau
Ciment + Sable + Graviers + eau

Ciment + Sable + Graviers + eau

Ciment + Sable + Graviers + eau
Avantages : Economique. Facile à fabriquer et à mettre en place. Bonne résistance mécanique (compression).
Avantages :
Economique.
Facile à fabriquer et à mettre en place.
Bonne résistance mécanique (compression).
Permet la réalisation de formes très variées.
+
+
Acier A r m a t u r e p o u r l e

Acier

A r m a t u r e p o u r l e b

Armature pour le béton

Acier A r m a t u r e p o u r l e b
Acier A r m a t u r e p o u r l e b
Avantages : Améliore les résistances mécaniques du béton (traction, cisaillement…).
Avantages :
Améliore les résistances mécaniques du
béton (traction, cisaillement…).
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 4
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
4
Le béton armé
Le béton armé

Le béton est le matériau de construction le plus utilisé au monde,

(Consommation mondiale annuelle dépassant : 1 tonne/habitant)

Béton armé
Béton armé
Béton Ciment + Sable + Graviers + eau

Béton

Béton Ciment + Sable + Graviers + eau
Ciment + Sable + Graviers + eau

Ciment + Sable + Graviers + eau

Ciment + Sable + Graviers + eau
Inconvénients : Fabrication du ciment : (1 tonne CO 2 / tonne ciment) Résistance à
Inconvénients :
Fabrication du ciment :
(1 tonne CO 2 / tonne ciment)
Résistance à la traction très faible.
Matériau poreux et perméable :
(pénétration d’agents agressifs)
+
+
Acier A r m a t u r e p o u r l e

Acier

A r m a t u r e p o u r l e b

Armature pour le béton

Acier A r m a t u r e p o u r l e b
Acier A r m a t u r e p o u r l e b
Inconvénient : Matériau corrosif
Inconvénient :
Matériau corrosif
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 5
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
5
Généralités sur le béton Armé
Généralités sur le béton Armé

Jusqu’à très récemment, le principal critère de performance du béton était sa résistance mécanique.

De nos jours, les industriels s’intéressent davantage à la durabilité du béton (Norme EN 206-1).

Classification des bétons utilisés de nos jours

- BO (Béton Ordinaire / Courant) : f ck < 50 MPa

- BAP / BAN (Bétons Autoplaçant / Autonivelant) : f ck entre 40 et 70 MPa environ

- BHP (Bétons à Haute Performance) : f ck > 50 MPa

- BTHP (Bétons à Très Haute Performance) : f ck > 80 MPa

- BUHP (Bétons à Ultra Haute Performance) : f ck > 150 MPa voire 250 MPa

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 6
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
6
Généralités sur le béton Armé
Généralités sur le béton Armé

Le béton:

Le béton est un matériau composite monolithique.

Il se compose de deux phases principales :

- Squelette granulaire (graviers + sable)

- Pâte de ciment (ciment + eau + additions minérales + adjuvants)

Le béton armé :

- L’utilisation de l’acier dans le béton vient renforcer ce dernier et lui procurer de meilleures performances en reprenant les efforts de traction et de cisaillement.

- L’acier possède une très bonne affinité avec le béton. Cependant il faut opter pour des aciers qui assurant une bonne adhérence au béton.

L’acier dans le béton, s’il est dégradé, peut s’avérer dangereux pour l’intégrité de la structure du moment où il ne peut plus assurer ses fonctions.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 7
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
7
Généralités sur les bétons
Généralités sur les bétons

Caractéristiques :

- Mécaniques (Module de rigidité, résistance en compression & traction, coefficient de poisson) : celles-ci varient en fonction de la composition du béton (E/C, dosage en ciment, adjuvants, additions minérales, qualité des granulats, …).

- Morphologiques (porosité taille des pores compacité perméabilité…) : ces

, propriétés sont également influencées par la composition (E/C, proportion de pâte, additions minérales, …). Elles affectent à leur tour les propriétés mécaniques du béton (par exemple : porosité élevée → faibles résistances).

,

,

exemple : porosité élevée → faibles résistances). , , Béton = Milieu poreux Université de La

Béton = Milieu poreux

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 8
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
8
Généralités sur les bétons
Généralités sur les bétons

Béton

=

Milieu poreux

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 9
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
9
des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 9 Caractéristiques des milieux poreux Université de

Caractéristiques des milieux poreux

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 10
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
10
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

Définition d’un milieu poreux

Un milieu poreux est composé d’une matrice solide rigide (ou à très faible déformation) à travers laquelle subsiste un réseau de vides.

Ces vides forment un ‘‘réseaux poreux’’ composé de plusieurs pores de sections irrégulières.

Étant donné que les pores d un matériau cimentaire (pâte de ciment, mortier ou béton) sont de taille microscopique, on utilise souvent le terme ‘‘microstructure’’ pour désigner la configuration du réseau poreux.

La proportion volumique des vides dans le milieu donne la porosité de celui-ci.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 11
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
11
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

Paramètres microstructuraux d’un milieu poreux

La porosité, notée ‘‘ ’’ est définie par le rapport entre le volume des vides ‘‘V vides ’’ et le volume total du milieu ‘‘V Total ’’.

=

V vides

V Total

Les pores d’un réseau poreux peuvent être connectés et traversent le milieu de part en part. Dans ce cas on parle de ‘‘percolation’’ de la porosité ou du réseau de pores.

Lorsque cette porosité ne percole pas, elle donne lieux à de ‘‘l’air piégé / cavités isolées’’ ou à des ‘‘pores aveugles / morts’’

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 12
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
12
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

Paramètres microstructuraux d’un milieu poreux

poreux Paramètres microstructuraux d’un milieu poreux Porosité : ① Porosité connectée / percolée, ② Air

Porosité :

Porosité connectée / percolée, Air piégé / Cavité isolée, Pore aveugle / mort

De ce point de vue, la majorité des matériaux de construction sont considérés comme des milieux poreux. Leur microstructure (porosité, taille et forme des pores) est affectée par le type du matériau (densité, compacité, nature minéralogique, …)

Lorsqu’il s’agit d’un matériau composite (cas du mortier et du béton), la microstructure est affectée par la nature des composants (ciment, sable, graviers, additions minérales, …) ainsi que par la composition (quantité d’eau, porosants, adjuvants, …).

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 13
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
13
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

Milieu poreux, siège des transferts

Les paramètres de la microstructure (porosité, distribution de la taille des pores, forme du réseau poreux) affectent les phénomènes de transfert.

Généralement, ces paramètres sont pris en compte simultanément dans l’étude des transferts dans les matériaux poreux de construction.

Deux paramètres microstructuraux supplémentaires relevant de la forme du réseau poreux peuvent être définis :

- La Tortuosité

- La Constrictivité

Ceux-ci affectent à leur tour les phénomènes de transfert.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 14
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
14
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

Paramètres affectant les transferts

La TORTUOSITÉ notée ‘‘ ’’ et est définie comme étant l’élongation du chemin de transfert étant donné que la probabilité qu’un pore soit tout à fait droit est quasiment nulle . Elle est exprimée par le rapport entre la longueur moyenne du pore et l’épaisseur du matériau.

0

ℓ

=

l

l

0

> 1

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 15
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
15
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

Paramètres affectant les transferts

La CONSTRICTIVITÉ notée ‘‘δ’’ consiste en une ou plusieurs réductions de section le long du pore . Elle décrit le fait que la section du pore n’est jamais uniforme mais connaît plusieurs constrictions qui affectent les transferts.

Elle peut être exprimée en fonction des diamètres des modes principaux de pores.

(

m 1+ q

) 2

Constrictions

=

(

1+ q m

.

q + m

2

)(

)

m 1 + q ) 2 Constrictions = ( 1 + q m . q +

‘‘m’’ est le rapport entre les sections des pores ‘‘S 1 ’’ et ‘‘S 2 ’’ engendrant une constriction.

‘‘q’’ est le rapport des longueurs ‘‘ℓ 1 ’’ et ‘‘ℓ 2 ’’ des pores de sections respectives ‘‘S 1 ’’ et ‘‘S 2 ’’ engendrant une constriction.

S 2 S 1 ℓ 1 ℓ 2
S 2
S 1
ℓ 1
ℓ 2
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 16
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
16
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

Formation de la microstructure

La porosité d’un matériau cimentaire résulte des vides qui subsistent dans le milieu à l’issue des réactions d’hydratation du ciment :

Ciment + Eau

des réactions d’hydratation du ciment : Ciment + Eau Hydrates (Ettringite, CSH, CH,…) + chaleur +

Hydrates (Ettringite, CSH, CH,…) + chaleur + vides

Stœchiométrie : eau = 25% de la masse de ciment

Adsorption physique : eau = 15% de la masse de ciment

Réaction complète (hydratation + cristallisation):

Eau = 40% de la masse de ciment

ETAT DE L'EAU

E/C EN MASSE

V E /V C EN VOLUME

Fixée chimiquement, donne lieu à une contraction de 25 % de son volume

0,25

0,75

0,55 eau fixée chimiqueme nt 0,20 pores du gel

(0,20 suivant certains auteurs)

Adsorbée (s'en va à 105°C) et appelée "eau de gel"

0,15

0,45

(0,20 suivant certains auteurs)

TOTAL = eau d'hydratation

TOTAL : 0,40

TOTAL : 1,2

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 17
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
17
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux
Armé Master 2 - TNCR 17 Le béton, un milieu poreux LAMELLES DES COMPOSANT HYDRATÉS PORES

LAMELLES DES COMPOSANT HYDRATÉS

PORES DE GEL : Espaces très petits (0.1 à 0.001µm)

Origine : Contraction de l’eau après hydratation du ciment

Volume : ±10% du volume de la pâte

PORES CAPILLAIRES : Très grands (100µm)

Origine : Excès d’eau (30 à 40%) de plus par rapport à l’eau requise par l’hydratation

Absorbent l’eau par succion et la rendent par évaporation • Siège des phénomènes de transfert

INTERSTICES ENTRE LES LAMELLES :

L’eau interstitielle peut y circuler lentement • Responsables des mouvements de retrait et de gonflement

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 18
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
18
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

Distribution de la taille des pores

La distribution de la taille des pores est caractérisée en laboratoire par différents essais. La méthode la plus répandue est la ‘‘porosimétrie au mercure’’.

Le but de l’essai est d’injecter du mercure à travers un échantillon de matériau poreux à différents niveaux de pression.

Chaque palier de pression est relié à un diamètre de pore selon la loi de Laplace :

D =

4

cos

P

un diamètre de pore selon la loi de Laplace : D = 4 cos P γ

γ= 0,00485 N/cm (tension superficielle entre le mercure et la paroi du pore)

θ= 130°(angle de contact entre le mercure et la paroi du pore)

L’incrément de volume de mercure entrant dans les pores, à chaque palier de pression, nous renseigne sur la quantité de ces pores.

ΔV i (Hg) P i D i % D i
ΔV i (Hg)
P i
D i
% D i
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 19
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
19
Le béton, un milieu poreux
Le béton, un milieu poreux

La perméabilité

C’est la capacité d’un matériau à se laisser traverser par un fluide sous l’effet d’un gradient de pression.

Cette perméabilité peut être obtenue directement par la loi de Darcy pour un écoulement laminaire d’un fluide Newtonien :

v =

K

P

v

: vitesse d’écoulement du fluide (m/s)

K

: perméabilité du milieu en (m²)

η : Viscosité dynamique du fluide (Pa.s)

ΔP : Gradient de pression (Pa/m)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 20
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
20
Aspects réglementaires et normatifs Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master

Aspects réglementaires et normatifs

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 21
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
21
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Norme Européenne NF EN 206-1:

La norme EN 206-1 spécifie les exigences applicables aux matériaux constitutifs du béton, aux propriétés du béton frais et durci et à leur vérification, aux limitations imposées à la composition du béton, à la spécification du béton,

Elle s’applique aussi bien au béton fabriqué sur chantier qu’au béton prêt à l’emploi

et celui utilisé dans les usines de préfabrication

 

ll

é

d

l

d

l

d

E

e pr conise

es prescriptions sur

a composition

u

ton (E/C max, c asse

e

résistance min, dosage min en ciment, teneur min en air, teneur en chlorures…) en tenant compte de l’environnement dans lequel ces bétons seraient utilisés.

Pour cela, la norme définit des classes d’exposition en fonction des actions dues à l’environnement.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 22
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
22
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Classes d’exposition environnementales selon la NF EN 206-1 :

X0
X0

: Environnement non agressif (uniquement béton non armé ou dans environnement très sec)

XC : XC1 XC2 XC3 XC4
XC
:
XC1
XC2
XC3
XC4

Corrosion des armatures par carbonatation du béton

: Sec ou humide en permanence

: Humide, rarement sec

: Humidité modérée

: Alternance d’humidité et de séchage

XD : XD1 XD2 XD3
XD
:
XD1
XD2
XD3

Corrosion des armatures par les chlorures d’origine non marine

: Humidité modérée

: Humide, rarement sec

: Alternance d’humidité et de séchage

XS : XS1 XS2 XS3
XS
:
XS1
XS2
XS3

Corrosion des armatures par les chlorures d’origine marine

: Exposé à l’air véhiculant de l’air marin

: Immergé en permanence dans de l’au de mer

: Zones de marnage, zones soumises à des projections ou à des embruns

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 23
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
23
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Classes d’exposition environnementales selon la NF EN 206-1 :

XF XF1 XF2 XF3 XF4
XF
XF1
XF2
XF3
XF4

: Attaque par les cycles gel/dégel avec ou sans agent de déverglaçage

: Saturation modérée en eau sans agent de déverglaçage

: Saturation modérée en eau avec agent de déverglaçage

: Forte saturation en eau, sans agent de déverglaçage

: Forte saturation en eau, avec agent de déverglaçage ou eau de mer

en eau, avec agent de déverglaçage ou eau de mer Université de La Rochelle Durabilité des
en eau, avec agent de déverglaçage ou eau de mer Université de La Rochelle Durabilité des
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 24
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
24
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Classes d’exposition environnementales selon la NF EN 206-1 :

XA XA1 XA2 XA3
XA
XA1
XA2
XA3

: Attaque par des agents chimiques

: Environnement à faible agressivité chimique

: Environnement d’agressivité chimique modérée

: Environnement à forte agressivité chimique

Caractéristique chimique

XA1 XA2 XA3
XA1
XA2
XA3

Eaux de surface ou souterraines

SO

2

en mg/L

[200 , 600]

]600 , 3000]

]3000 , 6000]

4

pH

 

[5.5 , 6.5]

[4.5 , 5.5[

[4 , 4.5[

 

CO 2 agressif en mg/L

[15 , 40]

]40 , 100]

> 100 jusqu’à saturation

NH

+

en mg/L

[15 , 30]

]30 , 60]

]60 , 100]

4

Mg

+

en mg/L

[300 , 1000]

]1000 , 3000]

> 3000 jusqu’à saturation

 

2

en mg/L total

[2000 , 3000]

]3000 , 12000]

]12000 , 24000]

Sol

SO

4

 

Acidité mL/kg

>200

Non rencontré dans la pratique

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 25
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
25
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences pour le béton frais selon la NF EN 206-1 :

Classes de consistance :

Il existe différentes méthodes permettant la caractérisation de la consistance d’un béton.

Classe d’affaissement

(Tous les types de béton)

Classe

Affaissement (mm)

S1

de 10 à 40

S2

de 50 à 90

S3

de 100 à 150

S4

de 160 à 210

S5

≥ 220

Reflète la capacité du béton a s’affaisser sous l’effet de son poids propre (sans vibration).

Classe d’étalement

(Bétons fluides)

Classe

Diamètre étalement (mm)

F1

≤ 340

F2

de 350 à 410

F3

de 420 à 480

F4

de 490 à 550

F5

de 560 à 620

F6

≥ 630

Reflète la capacité du béton a s’étaler sous l’effet de son poids propre (sans vibration)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 26
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
26
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences pour le béton frais selon la NF EN 206-1 :

Classes de consistance :

Il existe différentes méthodes permettant la caractérisation de la consistance d’un béton.

Classe de serrage

(Bétons secs)

Classe Vébé

(Bétons secs)

Classe

Indice de serrage

Classe

Vébé en s

C0

≥ 1,46

S1

de 10 à 40

C1

de 1,45 à 1,26

S2

de 50 à 90

C2

de 1,25 à 1,11

S3

de 100 à 150

C3

de 1,10 à 1,04

S4

de 160 à 210

Reflète la ‘‘proportion’’ entre le volume compacté et le volume initial. La compacité augmente avec l’indice de serrage

S5

≥ 220

Reflète le temps nécessaire à la remontée d’une certaine quantité de laitance du béton vibré.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 27
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
27
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences pour le béton frais selon la NF EN 206-1 :

Classes en fonction de la dimension max des granulats :

Cette classification se fait à partir de la dimension nominale du plus gros granulat présent dans le béton (D max ).

Elle sert éventuellement au calcul de l’enrobage des armatures et des dimensions de ferraillages afin de garantir un bonne mise en œuvre des éléments en béton armé.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 28
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
28
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences pour le béton durci selon la NF EN 206-1 :

Classes de résistance à la compression :

La norme utilise une classification pour des bétons normaux ou lourds dont la classe de résistance est notée ‘‘C f ck-cyl /f ck-cube ’’, ainsi que pour des bétons légers dont la classe de résistance est notée ‘‘LC f ck-cyl /f ck-cube ’’.

‘‘f ck-cyl ’’ et ‘‘f ck-cube ’’ désignent les résistances à la compression (en MPa) obtenues respectivement sur des éprouvettes de béton cylindriques et cubiques normalisées.

de béton cylindriques et cubiques normalisées. Université de La Rochelle Durabilité des structures en
de béton cylindriques et cubiques normalisées. Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 29
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
29
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences de base relatives aux constituants du béton

Les constituants ne doivent pas contenir des substances nocives en quantités telles qu’elles puissent avoir un effet préjudiciable sur la durabilité du béton ou induire une corrosion des armatures.

acides
acides
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 30
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
30
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences de base pour la composition du béton

Les constituants doivent être choisis de manière à satisfaire aux exigences spécifiées pour le béton que ce soit à l’état frais ou durci, à court ou à long terme.

Choix du ciment :

Il doit être choisi en fonction :

- des conditions d’exécution de l’ouvrage; (température lors du coulage)

- de l’utilisation finale du béton (classe de résistance);

- des conditions de cure (dégagement de chaleur);

- des dimensions de la structure; (béton massique ou structure normale / chaleur dégagée)

- des agressions environnementales auxquelles la structure est exposée;

- de la réactivité potentielle des granulats aux alcalins du ciment. (utilisation de ciments LA)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 31
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
31
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences de base pour la composition du béton

Choix des granulats :

Le type, la dimension, et la catégorie des granulats, concernant par exemple l’aplatissement, la résistance au gel-dégel, l’abrasion, la rigidité, la teneur en fines, …

Il doivent être choisi en fonction :

- de l’exécution de l’ouvrage (longueur de recouvrement, enrobage, …);

- de l’utilisation finale du béton;

- des conditions environnementales auxquelles sera soumis le béton;

- de toutes les exigences pour les granulats apparents ou les granulats pour bétons talochés;

- des exigences particulières pour les granulats recyclés (propreté, teneur en fines, lavage, …). La quantité de granulats recyclés non traités ne doit pas excéder 5% de la quantité totale;

- de la résistance à la réaction d’alcali-silice (lorsque les granulats contiennent des variétés de silice sensibles aux attaques des alcalins (Na 2 O et K 2 O);

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 32
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
32
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences de base pour la composition du béton

Utilisation des eaux recyclées :

Les eaux recyclées issues de la fabrication des bétons sont utilisées à condition de respecter les prescriptions réglementaires de l’annexe A du prEN 1008:1997.

Utilisation d’adjuvants :

La quantité d’adjuvants utilisée ne doit pas dépasser le dosage maximal recommandé et défini par le fabricant.

Dans tous les cas, le dosage en adjuvant ne doit pas excéder 50g d’adjuvant par kg de ciment.

Utilisation d’additions minérales :

L’utilisations

(addition/addition+ciment).

L’utilisation d’additions doit faire l’objet d’essais initiaux visant à conserver les propriétés des bétons selon une approche performantielle.

‘‘k’’

des

additions

minérales

se

fait

en

respectant

un

rapport

maximum

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 33
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
33
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Exigences de base pour la composition du béton

Teneur en chlorures :

Les adjuvants contenant des chlorures (tels que le CaCl 2 ) ne doivent en aucun cas être utilisés dans des bétons armés, précontraints, fibrés ou contenant des pièces noyées en acier.

La teneur en chlorures d’un béton, exprimée en pourcentage massique des ions chlorures rapporté à la masse de ciment ne doit pas excéder les valeurs suivantes :

masse de ciment ne doit pas excéder les valeurs suivantes : Université de La Rochelle Durabilité
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 34
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
34
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Choix des propriétés du béton durcis :

Résistance à la compression :

La résistance à la compression d’un béton doit être choisie en fonction de son utilisation finale ainsi que des conditions d’exposition environnementales.

La résistance doit être mesurée sur des éprouvettes normalisées :

- Cylindriques : { 11, h22} et { 16, h32} sont les plus courantes,

- Cubiques : 10x10x10 cm 3 , 15x15x15 cm 3 ou 20x20x20 cm 3

Résistance à la pénétration de l’eau :

L’eau est généralement la source de la majorité des problèmes de dégradation du béton car elle véhicule les espèces agressives à travers la porosité.

Lorsque la résistance à la pénétration de l’eau doit être définie, celle-ci doit faire l’objet d’un commun accord entre le prescripteur et le producteur.

Celle-ci est généralement spécifiée indirectement par des valeurs limites sur la composition du béton.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 35
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
35
Aspects normatifs et réglementaires Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master
Aspects normatifs et réglementaires
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
36
Aspects normatifs et réglementaires
Aspects normatifs et réglementaires

Concept d’équivalence des performances – Approche performentielle.

Le concept d’équivalence des performances permet de déroger aux exigences énoncées par la norme NF EN206-1 en terme de dosage minimum en liant et en E/C maximum, …

Néanmoins, les performances doivent être conservées. Le béton formulé en dérogeant aux exigences normatives doit présenter des performances équivalentes à celles du béton conforme à ces exigences.

Méthodes de conception performentielle.

Les méthodes de conception performatielle sont principalement établies sur la bases d’expériences comparant les paramètres de durabilité du nouveau béton formulé à ceux du béton de référence conforme à la norme.

Les paramètres de durabilité utilisés sont qualifiés d’indicateurs de durabilité.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 37
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
37
Indicateurs de durabilité
Indicateurs de durabilité

Indicateurs de durabilité :

-

Porosité

-

Perméabilité (air et eau)

-

Coefficient de diffusion (humidité, chlorures, …)

-

Quantité de portlandite (CaOH 2 ) carbonatable

-

Mesure d’écaillage suite au gel/dégel

-

 

Ces indicateurs ont fait l’objet de diverses études, notamment par le groupement AFPC-AFREM (regroupant plusieurs laboratoires/organismes de recherche) qui a publié un livre en 1997 recensant les indicateurs de durabilité d’un matériau cimentaire.

La mesure de certains de ces indicateurs a fait l’objet d’une normalisation (porosité :

NF P18-459 Mars 2010, perméabilité : XP P18-463 Novembre 2011, coefficient de diffusion des chlorures : XP P18-462 Juin 2012, profondeur de carbonatation :XP P18- 458 Novembre 2008, …)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 38
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
38
Dégradations des structures en béton armé Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton

Dégradations des structures en béton armé

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 39
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
39
Dégradations des structures en béton
Dégradations des structures en béton

Causes de dégradation

La raison principale aux dégradations des constructions reste la présence d’eau dans les pores du béton. Celle-ci constitue le siège des transferts d’agents agressifs :

- La circulation d’eau à travers les pores du béton peut dissoudre ses constituants amenant à une perte de performances.

- Les agents agressifs se trouvant dans l’environnement du béton sont transportés par l’eau à travers la porosité et conduisent à une corrosion des armatures et/ou à une dégradation de la qualité du béton.

Paramètres de transfert

- Nombre et taille caractéristiques - des espèces mobiles - des voies de transport - Types et valeurs des forces motrices

Types de transfert

- Par perméation

- Par diffusion

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 40
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
40
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Paramètres de transfert / circulation

Ces paramètres concernent les espèces mobiles ou mobilisables :

- Présents dans l’environnement

- eau (liquide, vapeur, glace)

- air (N 2 , O 2 , CO 2 , SO 3 , …)

- température

- ions (Cℓ , SO 4 2 , …)

- éléments biologiques (bactéries)

- Présents dans le béton

- CSH, Ca(OH) 2 et autres hydrates

- composés qui n’ont pas réagi (eau, ciment : CaSO 4 , C 3 A, …)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 41
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
41
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Force motrices

- Forces motrices internes

- Pression capillaire : transport de liquide dans un solide poreux à cause de tensions superficielles agissant dans les pores capillaires.

- Gradient de concentration : transfert de masse par un mouvement aléatoire de

molécules ou ions libres dans la solution des pores. Ce mouvement s’effectue de la

zone de concentration élevée vers la zone de faible concentration.

- Pression osmotique : engendre une osmose inverse de la solution (mouvement de fluide sous pression).

- Forces électromotrices internes (ex : interactions entre les ions en solution)

- Forces motrices externes

- Pression hydraulique : écoulement de fluide causé par un gradient de pression

- Forces électromotrices externes (ex : champs électrique externe)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 42
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
42
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons
Force motrices Perméation Surpression
Force motrices
Perméation
Surpression
Dépression
Dépression

Indicateur de durabilité : Coefficient de perméabilité ‘‘K’’

Forte Faible concentration concentration Diffusion
Forte
Faible
concentration
concentration
Diffusion

Indicateur de durabilité : Coefficient de diffusion ‘‘D’’

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 43
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
43
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Paramètres affectant les transferts

Porosités identiques Réductions du diamètre

Porosités identiques

Diamètres différents

Diamètres identiques Formes différentes Chemins de transfert différents

Formes différentes Chemins de transfert différents K 1 / D 1 Constrictivité < K / D

K 1 / D 1

Constrictivité

<

K / D 2 > 2
K
/ D
2 >
2
K 1 / D 1 Constrictivité < K / D 2 > 2 K / D
K / D 3 > 3
K
/ D
3 >
3
Constrictivité < K / D 2 > 2 K / D 3 > 3 K 4

K 4 / D 4

Tortuosité

Le degré de saturation en eau du matériau :

K

=

k

INT

.k

r

(S)

k INT : Perméabilité intrinsèque, dépend de la microstructure.

k r (S) : Coefficient de perméabilité dépendant du degré de saturation ‘‘S’’.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 44
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
44
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Pour ralentir les phénomènes de transfert dans un matériau poreux :

- Diminuer la porosité totale

- Diminuer la connectivité des pores

- Réduire la taille des pores

- Augmenter le tortuosité

- imperméabiliser le béton

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 45
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
45
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Transport d’eau

Phénomènes de transfert dans les bétons Transport d’eau Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 46
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
46
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Transport d’eau par capillarité

Capillaires fins :

Succion lente

Gros capillaires :

Faible débit

Séchage lent

succion rapide

Fort débit

Séchage rapide

4 .cos D = P 4 .cos 0,01 µm 0,1 µm 1 µm 2 à
4
.cos
D
=
P
4
.cos
0,01 µm
0,1 µm
1 µm
2 à 10 µm
H =
.g.D
0,4 < E/C < 0,6
(Béton ordinaire)
0,8 < E/C < 1
(Mortier, béton dans la phase plastique)
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 47
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
47
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Transport d’eau par capillarité

dans les bétons Transport d’eau par capillarité Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 48
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
48
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Migration de l’humidité

Environnement extérieur saturé en humidité

Environnement extérieur sec et chaud

Environnement extérieur à humidité moyenne

sec et chaud Environnement extérieur à humidité moyenne Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 49
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
49
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Migration de l’humidité

Les transfert hydriques tendent à établir un équilibre entre l’humidité relative (HR) de l’environnement et celle des pores.

relative (HR) de l’environnement et celle des pores. Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 50
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
50
Phénomènes de transfert dans les bétons
Phénomènes de transfert dans les bétons

Le béton et l’eau

Les bétons situés dans des environnements à variations d’humidité fréquentes (ex :

bétons extérieurs) sont tout le temps soumis à des cycles de séchage et d’humidification.

soumis à des cycles de séchage et d’humidification. Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 51
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
51
Dégradation des structures en béton
Dégradation des structures en béton

Facteurs contribuant à la dégradation des structures

Enrobage insuffisant Mauvaise qualité du béton Mauvaise exécution Main d’œuvre inexpérimentée Spécifications
Enrobage insuffisant
Mauvaise qualité du béton
Mauvaise exécution
Main d’œuvre inexpérimentée
Spécifications erronées
Rupture de joint d’étanchéité
Conception inadéquate
Mauvais choix du matériau
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 52
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
52
Exemples de dégradations
Exemples de dégradations
O. Heuschling
O. Heuschling
O. Heuschling
O. Heuschling

Corrosion tout au long des armatures et épaufrures et désintégration du béton pouvant résulter d’une carbonatation du béton. Les épaufrures peuvent provenir également d’une attaque sulfatique et accentués par les cycles gel/dégel.

Sur l’image de droite, les coulées blanchâtres peuvent traduire une attaque sulfatique qui engendre une formation d’ettringite secondaire.

Les coulée Blanche peuvent aussi traduire une réaction alkali-granulats.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 53
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
53
Exemples de dégradations
Exemples de dégradations
J-F. Bille
J-F. Bille
J-F. Bille
J-F. Bille

Photo de gauche : Traces de corrosion par piquration des armatures dues à l’attaques de celles-ci par les chlorures présents dans les sel de déverglaçage épandus sur le tablier du pont soutenu par la poutre.

Photo de droite : désagrégation du béton du corbeau sous le garde corps et apparition d’armatures corrodées. La désintégration du béton peut résulter des attaques par les cycles gel/dégel. La corrosion, quant à elle, peut résulter de l’attaque par les chlorures provenant des sels de déverglaçage.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 54
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
54
Comment assurer la durabilité des structures en béton armé ? Université de La Rochelle Durabilité

Comment assurer la durabilité des structures en béton armé ?

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 55
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
55
Comment assurer la durabilité ?
Comment assurer la durabilité ?

Prévention – Auscultation – Réparation

La compréhension des phénomènes dégradant les constructions permet de rechercher de nouveaux matériaux résistants à ces dégradations pour les constructions futures.

Les bétons utilisés de nos jours dans les constructions doivent répondre aux exigences de durabilité (norme EN 206-1). Cette norme définit la composition du béton selon les risques encourus et l’environnement dans lequel il sera utilisé. Cela permet d’employer le béton le plus résistants aux dégradations potentielles assurant ainsi la meilleure durabilité à l’ouvrage.

Béton

Durabilité Propriété du matériau (porosité, perméabilité, quantité d’eau des pores, coefficient de diffusion
Durabilité
Propriété du matériau
(porosité, perméabilité, quantité d’eau
des pores, coefficient de diffusion …)
quantité d’eau des pores, coefficient de diffusion …) Norme EN206-1 Environnement (risques encourus) Composition

Norme EN206-1

Environnement

(risques encourus)

Composition

(dosage en eau et en ciment, teneur en air, classe de résistance …)

eau et en ciment, teneur en air, classe de résistance …) Université de La Rochelle Durabilité
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 56
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
56
Comment assurer la durabilité ?
Comment assurer la durabilité ?

Prévention – Auscultation – Réparation

L’auscultation permet dégradation.

Permet également d’étudier et de comprendre les différents mécanismes conduisant à la dégradation d’un ouvrage.

de

d’identifier les

dommages

ou les risques imminents

Auscultation

Méthodes

destructives

Prélèvement d’échantillons pour les tester en laboratoire ou in-situ :

- Résistance

- Progression du profile de chlorure

- Progression du front de carbonatation

- Mesure de la profondeur d’armatures

Méthodes non

destructives

Tests effectués in-situ directement sur l’ouvrage sans altérer son état :

Méthodes acoustiques (ondes sonores)

Méthodes radar (ondes électromagnétiques)

Méthodes vibratoires (ondes mécaniques)

Méthodes électrochimiques (potentiel)

Visuelle

Recherche des défauts de surface

(fissure, écaillage, éclatement, coulée de rouille, taches blanchâtres …)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 57
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
57
Comment assurer la durabilité ?
Comment assurer la durabilité ?

Prévention – Auscultation – Réparation

L’auscultation et la détection de l’état des dégradations permettent de développer des matériaux et des procédés de réparation et de maintenance afin de prolonger la durée de vie des ouvrages.

- Produits de passivation des armatures.

- Mortiers de réparation.

- Bétons projetés.

- Renforcement des armatures (plaque de carbone plat par exemple).

- Produits de revêtement et de protection (maintenance).

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 58
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
58
Mécanismes de dégradations Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2

Mécanismes de dégradations

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 59
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
59
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Pathologies des éléments en béton (armé)

Attaques sulfatiques Réactions alcali granulats Lixiviation Détériorations Corrosion des aciers Tassement Erosion
Attaques sulfatiques Réactions alcali granulats Lixiviation Détériorations Corrosion des aciers Tassement Erosion

Attaques sulfatiques

Attaques sulfatiques Réactions alcali granulats Lixiviation Détériorations Corrosion des aciers Tassement Erosion

Réactions alcali granulats

Lixiviation Détériorations Corrosion des aciers Tassement Erosion Déflection Gel / Dégel Dégradations Usure
Lixiviation
Détériorations
Corrosion des aciers
Tassement
Erosion
Déflection
Gel / Dégel
Dégradations
Usure
Feu
Epaufrures
Effets
Causes
Séismes
Désintégration
Dommages
Déversement de
produits chimiques
Fissures
Surcharge
Délamination
Construction
Ecaillage
Défauts
Matériaux
Conception
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
60
60
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Pathologies des éléments en béton (armé)

Principaux effets :

- Fissuration

- Épaufrures

- Désintégration

Cause première : Eau Causes secondaires :

- Corrosion des armatures

- Mécanismes de désintégration

- Effets de l’humidité

- Défauts de réalisation

Photo A. Englebert
Photo A. Englebert
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 61
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
61
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Corrosion des armatures

- Les armatures noyées dans un béton saint sont protégées par sa solution interstitielle passivante dont le pH avoisine le 13.

- Cette protection est assurée grâce aux produits des réactions primaires (dans le béton

frais) de l’eau avec l’acier métallique pour former une fine couche d’hydroxydes de fer ‘‘Fe(OH) 2 ’’ ainsi qu’avec le ciment pour former de l’hydroxyde de calcium ‘‘Ca(OH) 2 ’’.

- L’hydratation du ciment est perturbée par la corrosion des aciers.

Béton saint PH ≈13 Passivation de l’armature Eau & agents agressifs
Béton saint
PH ≈13
Passivation de
l’armature
Eau &
agents
agressifs

Pénétration d’agents agressifs à travers la porosité du béton

PH ≈ 9
PH ≈ 9
agressifs à travers la porosité du béton PH ≈ 9 Dépassivation et corrosion de l’acier (gonflement)

Dépassivation et corrosion de l’acier (gonflement)

Fissuration et détachement du Béton de peau

Baisse du PH ≈ 9) (PH critique
Baisse du PH
≈ 9)
(PH critique

Réduction de la section des aciers

PH ≈ 9) (PH critique Réduction de la section des aciers Université de La Rochelle Durabilité
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 62
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
62
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Corrosion des armatures

Inhibiteurs de la corrosion :

- Béton de bonne qualité

- pH élevé (alcalinité)

- Agent de protection

Promoteurs de la corrosion :

- Oxygène

- Eau

- Courant électrique

- Environnement chimique variable autour de l’armature

- Environnement qui diminue le pH

- Chlorures

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 63
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
63
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Corrosion des armatures

- La corrosion engendre une augmentation de volume de l’armature d’environ 7%.

- Cette augmentation de volume génère des contraintes de traction dans le béton induisant une fissuration du béton de peau.

- Ces fissures facilitent l’acheminement de l’eau ainsi que les agents agressifs jusqu’à l’armature causant ainsi une corrosion plus importante.

- Au final, cette corrosion causera :

plus importante. - Au final, cette corrosion causera : - Une fissuration qui se généralise -

- Une fissuration qui se généralise

- Épaufrures

- Diminution de la section résistante de l’armature

- Diminution de la résistance en traction des aciers

- Diminution de la résistance en compression du béton

- Dégradation de la qualité de l’enrobage

- Diminution de la résistance en flexion à partir de 1,5% de corrosion (12% de perte pour 4,5% de corrosion)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 64
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
64
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Sources des agents agressifs

ouvrages marins Bâtiments Ponts Quais Phares Digues de ports
ouvrages marins
Bâtiments
Ponts
Quais
Phares
Digues de ports
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 65
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
65
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Sources des agents agressifs

H 2 SO 2
H 2 SO 2
CO 2 atmosphérique H 2 SO 2 SO 2 SO 2 CO 2 CO 2
CO 2 atmosphérique
H 2 SO 2
SO 2
SO 2
CO 2
CO 2
CO 2

Sulfates / pluies acides

Chlorures / embruns marins et sels de déverglaçage CO 2 CO 2 Chlorures / embruns
Chlorures / embruns marins
et sels de déverglaçage
CO 2
CO 2
Chlorures / embruns marins
et sels de déverglaçage
Chlorures issues de l’eau de mer
Souffre organique dissout
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 66
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
66
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Attaque par les chlorures

Origines des chlorures :

Extérieur

- Eau de mer

- Vent marin (embruns)

- Sels de déverglaçage

Intérieur

- Granulats marins

- Adjuvants (accélérateurs de prise)

- Granulats marins - Adjuvants (accélérateurs de prise) Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 67
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
67
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Attaque par les chlorures

Humidité Cl - + Oxygène
Humidité
Cl -
+
Oxygène
Attaque par les chlorures Humidité Cl - + Oxygène Corrosion par piqûre ( L o c
Attaque par les chlorures Humidité Cl - + Oxygène Corrosion par piqûre ( L o c

Corrosion par piqûre (Localisée)

Les chlorures pénètrent dans le béton par l’humidité des pores

La corrosion débute lorsque les chlorures atteignent l’armature

Délamination / écaillage

chlorures atteignent l’armature Délamination / écaillage Une pénétration de chlorures plus importante conduit à

Une pénétration de chlorures plus importante conduit à une corrosion plus importante

Corrosion généralisée

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 68
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
68
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Attaque par le CO 2 : Carbonatation

structures en béton Attaque par le CO 2 : Carbonatation Ca(OH) 2 + CO 2 →

Ca(OH) 2 + CO 2 → CaCO 3 + H 2 O 2SiO 2 .3CaO.3H 2 O + 3CO 2 → 3CaCO 3 + 2SiO 2 + 3H 2 O 4CaO.Al 2 O 3 .11H 2 O + 4CO 2 → 4CaCO 3 + 2Al(OH) 3 + 3H 2 O

O + 4CO 2 → 4CaCO 3 + 2Al(OH) 3 + 3H 2 O Armature passivée

Armature passivée par la solution alcaline du béton (ciment hydraté = milieu alcalin)

Progression du front de carbonatation

Début de la corrosion, risque accentué par :

- Enrobage insuffisant

- Béton poreux (E/C levé)

- Compactage insuffisant

Formation de rouille , réaction expansive → fissuration et écaillage

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 69
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
69
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Attaque par le CO 2 : Carbonatation

Structure non carbonatée Structure carbonatée Portlandite ‘‘Ca(OH) 2 ’’ Calcite ‘‘CaCO 3 ’’
Structure non carbonatée
Structure carbonatée
Portlandite ‘‘Ca(OH) 2 ’’
Calcite ‘‘CaCO 3 ’’
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 70
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
70
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Attaque par les sulfates

Origines des chlorures :

- Eau de mer

- Pluies acides

- Eaux séléniteuses

- Sols contenant des sulfates (gypse), engrais…

- Sols contenant des sulfates (gypse), engrais… Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 71
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
71
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Attaque par les sulfates

Mécanisme de dégradation :

-Expansion → dommages structuraux

- Perte des propriétés liantes des CSH → perte de résistance et perte de masse

Attaque sulfatique :

-Réaction avec la Portlndite et les Aluminates de calcium hydratés

- Formation de gypse et d’ettringite

- Expansion : Volume produits supérieur au volume réactifs

- Écaillage, désintégration et perte de masse

réactifs - Écaillage, désintégration et perte de masse Université de La Rochelle Durabilité des structures en
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 72
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
72
Mécanismes de dégradation des structures en béton
Mécanismes de dégradation des structures en béton

Attaques par le gel / dégel

Mécanisme :

- L’eau contenue dans les pores du béton gèle et augmente donc de volume.

- Ce gel de l’eau débute dans les pores les plus larges et se propage vers les pores les plus fins.

- L’expansion de l’eau cause des contraintes de traction dans le béton.

- L’effet de ce phénomène se manifeste par une fissuration et un écaillage du béton

se manifeste par une fissuration et un écaillage du béton Université de La Rochelle Durabilité des
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 73
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
73
des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 73 Mesures de prévention Université de La

Mesures de prévention

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 74
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
74
Mesures de prévention
Mesures de prévention

Protection contre la corrosion:

- Lors de la formulation du béton : réduire le rapport E/C

- Lors de mise en œuvre : augmenter l’épaisseur d’enrobage

- Après réalisation : utilisation des produits de revêtement adéquats

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 75
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
75
Mesures de prévention
Mesures de prévention

Protection contre les attaques sulfatiques:

- Lors de la formulation du béton :

réduire le rapport E/C utiliser des ciments HSR ou riche en laitier de haut fourneau dosage plus élevé en ciment

- Lors de la mise en œuvre : augmenter l’épaisseur d’enrobage

- Après réalisation : utilisation des produits de revêtement adéquats

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 76
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
76
Mesures de prévention
Mesures de prévention

Protection contre les risques du gel/dégel:

- Lors de la formulation du béton :

réduire le rapport E/C (pour réduire la taille des pores) utiliser des ciments de classe 42,5R ou 52,5N ou 52,5R

- Lors de mise en œuvre :

ne pas bétonner par temps froid (<5°C les première 72 heures) protéger par des matériaux isolants au jeune âge (ex: polystyrène)

- Après réalisation : Application de sels de déverglaçage Source de chlorures pouvant conduire à une corrosion

- Utilisation d’adjuvant entraineur d’air lors du malaxage Entraine une chute de la résistance de 10 à 15%

malaxage Entraine une chute de la résistance de 10 à 15% Université de La Rochelle Durabilité
malaxage Entraine une chute de la résistance de 10 à 15% Université de La Rochelle Durabilité
malaxage Entraine une chute de la résistance de 10 à 15% Université de La Rochelle Durabilité
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 77
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
77
des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 77 Auscultation Université de La Rochelle Durabilité

Auscultation

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 78
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
78
Auscultation : Principe
Auscultation : Principe

Procédure d’investigation (EN1504-9, 4.3) :

Pour bien déterminer l’état de santé d’une structure et diagnostiquer d’éventuels problèmes imminents, il faudrait connaître :

- l’état actuel de la structure incluant les défauts visibles et non visibles;

- méthodes de conception et de calcul originelles; ’

- environnement de fonctionnement y compris l exposition à d éventuels contaminants;

- conditions de réalisation de la construction y inclus les conditions climatiques;

- historique de la structure;

- conditions d’utilisation et de fonctionnement (ex: chargement);

- exigences quant au fonctionnement futur de l’ouvrage.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 79
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
79
Auscultation : Types d’inspection
Auscultation : Types d’inspection

Inspection de la structure Inspection générale :

- Inspection visuelle

- Examen global

Inspection spécifique (expertise) :

- Corrosion

- Intégrité du support

- Résistance

- Contamination chimique

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 80
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
80
Auscultation : Inspection générale
Auscultation : Inspection générale

Examen visuel détaillé

- simple, rapide et économique

- informations variées essentielles (évaluation des dégradations,

planification et gestion des interventions)

- requiert un minimum d’expertise (expérience)

- rend compte de l’état général par un rapport détaillé et un relevé photographique

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 81
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
81
Auscultation : Inspection générale
Auscultation : Inspection générale

Que faut-il rechercher ?

- Fissures

- Défauts de surface :

- écaillage

- éclatement

- désagrégation

- délamination

- nids de graviers

- ségrégation

- etc.

- délamination - nids de graviers - ségrégation - etc. Université de La Rochelle Durabilité des
- délamination - nids de graviers - ségrégation - etc. Université de La Rochelle Durabilité des
- délamination - nids de graviers - ségrégation - etc. Université de La Rochelle Durabilité des
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 82
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
82
Auscultation : Inspection générale
Auscultation : Inspection générale

Cause des fissures

Que faut-il rechercher ?

- Traces et indices d’écoulement d’eau

- humidité de surface

- fissuration des joints

- Mouvement de la structure :

- déflexion

- soulèvement

- tassement

- Signes de corrosion

- taches de rouille

- armatures visibles

- câbles de précontrainte exposés

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 83
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
83
Auscultation : Inspection générale
Auscultation : Inspection générale

Examen global par percussion

- Détection des zones détériorées (vides, délaminations)

La méthode consiste à frapper la surface en appréciant la tonalité du son émis

-

la surface en appréciant la tonalité du son émis - - Instruments utilisés : - marteau

- Instruments utilisés :

- marteau de géologue

- marteau de maçon

- tiges ou chaines en acier

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 84
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
84
Auscultation : Inspection générale
Auscultation : Inspection générale

Examen global par percussion

: Inspection générale Examen global par percussion (Emmons [1993]) Université de La Rochelle Durabilité des

(Emmons [1993])

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 85
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
85
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Principe

- Inspection beaucoup plus détaillée

- Fait appel à des techniques particulières et dans certains cas à des spécialistes

- Deux types d’expertise :

- in-situ (non destructif ‘‘NDT’’ / destructif)

- en laboratoire

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 86
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
86
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise sur des carottes prélevées in-situ

- Essais mécaniques (compression, traction, cohésion, …)

- Essais physiques ( absorption d’eau, perméabilité, …)

- Essais chimiques (teneur en chlorures, front de carbonatation, …)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 87
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
87
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la résistance

Test in-situ

Descriptif

Impact écho (marteau)

Inspection visuelle

Vitesse d’ondes ultrasoniques

Méthode reliant la vitesse de propagation des ondes à la contrainte

Pull-off et Pull-on

Méthode électromagnétique

Sonde à pénétration

Pénétration d’ondes radar à travers le matériau

Méthode thermique

Thermographie à infrarouge

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 88
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
88
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Potentiel de corrosion (NDT)

- Mesure de la différence de potentiel entre différents

points de la surface du béton et l’acier de l’armature

- Cartographier la surface (zones équipotentielles)

- Interprétation :

-0,2 V à 0 V -0,35 V à 0,2 V < -0,35

probabilité d’absence de corrosion = 90% probabilité de corrosion incertaine probabilité de corrosion = 90%

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 89
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
89
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise Expertise in-situ in-situ de de la la corrosion corrosion

- -

Potentiel de corrosion (NDT)

Potentiel de corrosion (NDT)

Mesure du potentiel

(NDT) Potentiel de corrosion (NDT) Mesure du potentiel (Emmons [1993]) Université de La Rochelle Durabilité des

(Emmons [1993])

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 90
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
90
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Potentiel de corrosion (NDT)

Cartographie de la surface

- Potentiel de corrosion (NDT) Cartographie de la surface (Malhotra et Carino [1991]) Université de La

(Malhotra et Carino [1991])

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 91
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
91
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Potentiel de corrosion (NDT)

- Avantages :

- simple, économique et rapide

- peut aider à planifier la pose d’un système de protection h

cat

o

di

que

- Limites / restrictions :

- armature non recouverte, non galvanisée

- T° béton > 5°C

- le béton doit être humide

- continuité du réseau d’armature requis

- sources parasites (conduits électriques)

- ne donne pas d’information sur le taux de corrosion

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 92
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
92
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Résistivité électrique (NDT)

- évaluation de la capacité du béton à agir comme électrolyte dans le processus de corrosion

- principe : diminution de la résistance électrique du béton avec

l’augmentation de la teneur en humidité dans le réseau poreux

- mesurable avec un condictivimètre à 2 ou 4 sondes pénétrant dans le béton

- mesures utilisées conjontement avec les mesures de potentiel.

- interprétation :

R > 12 kΩ/cm 5 < R < 12 kΩ/cm R < 5 kΩ/cm

corrosion improbable – taux faible à modéré corrosion probable – taux élevé corrosion presque assurée – taux très élevé

- limites : évaluation très empirique du niveau d’activité de la corrosion, mesures de résistivité très sensibles à la qualité du béton

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 93
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
93
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Pachomètre (NDT)

- induit un champs magnétique et détecte les perturbations causées par les armatures

- permet de mesurer l’épaisseur du béton recouvrant les armatures et les câbles entre 0 et 75 mm

- précision de l’ordre de 6 mm

- à utiliser dans des zones où sont présentes des tâches d’oxydes

- limites : r max , détecte tout objet métallique noyé dans le béton (fil électrique), mesure faussée par la présence d’enrobé.

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 94
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
94
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Pachomètre (NDT)

Expertise in-situ de la corrosion - Pachomètre (NDT) Schéma du principe de fonctionnement Université de La
Expertise in-situ de la corrosion - Pachomètre (NDT) Schéma du principe de fonctionnement Université de La

Schéma du principe de fonctionnement

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 95
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
95
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Radar (NDT)

- Propagation d’ondes électromagnétiques très courtes

réfléchies aux interfaces de matériaux aux propriétés électriques différentes

- permet de détecter :

- les délaminations

- les désagrégations

- la désolidarisation de l’enrobé ou du béton au dessus de l’acier

- la présence et la taille des armatures

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 96
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
96
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Radar (NDT)

- Avantages :

- rapidité : balayage rapide de la zone d’étude (1 ou 2 bandes de 300 mm à une vitesse de 8km/h)

- s’utilise malgré la présence d’un enrobé

- peu sensible aux conditions climatiques

- coût identiques à ceux associés au carottage

- limites :

- surface relativement sèche et libre de débris

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 97
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
97
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Thermographie infrarouge (NDT)

- Principe : fait appel au gradient thermique occasionné dans le béton par une variation de la température ambiante

- les discontinuités présentes dans la masse gênent le transfert de chaleur

- Permet de détecter :

- les délaminations, désagrégations

- décollement enrobé/béton (chaussée, ponts, terrasses, …) - zones de béton déjà réparées

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 98
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
98
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Thermographie infrarouge (NDT)

- restrictions :

- ciel ensoleillé et absence de nuage, T° stable (midi)

- vent < 50 km/h

- T° béton > 0°C en surface

- surface sèche et libre de débris

- épaisseur de l’enrobé < 75 mm

- technique avantageuse pour les ouvrages de grande envergure en raison de sa rapidité

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 99
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
99
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Méthode ultrasonique (NDT)

- Principe : mesure de la vitesse de propagation d’une onde

ultrasonique à travers le béton entre un émetteur et un récepteur

- la vitesse de propagation augmente avec la densité et la rigidité

- la vitesse de propagation est diminuée par la présence de vides et de fissures

- la vitesse de propagation est influencée par la présence de l’acier (V acier = 1,5 à 2 fois plus élevée)

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 100
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
100
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Méthode ultrasonique (NDT)

- Avantages :

- évaluation du module d’élasticité dynamique et du coefficient de Poisson

- évaluation de la résistance à la compression

- caractérisation de l’homogénéité du béton

- détection de la présence de fissures et de vides

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 101
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
101
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise in-situ de la corrosion

- Autres méthodes (NDT)

-

Scléromètre

-

Essai de pénétration – sonde Windsor

-

Essai d’arrachement

-

Résonnance magnétique nucléaire

-

Rayons X (matériel très lourd et gourmand en énergie)

-

Rayons Gamma (problèmes de radioactivité)

-

Impact-écho

-

 

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 102
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
102
Auscultation : Inspection spécifique
Auscultation : Inspection spécifique

Expertise en laboratoire

- Essais destructifs nécessitant le prélèvement d’échantillons

- Dosage des chlorures : profile et taux de pénétration

- Front de carbonatation : pulvérisation à la phénolphtaléine

- Quantité de béton carbonatée : essai thermogravimétrique

- Analyses chimiques des échantillons prélevé (acier et béton)

- Observations au microscope (optique ou électronique) des produits et de leur profondeur

-

Perméabilité

-

 

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 103
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
103
des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 103 Réparation des éléments en béton armé

Réparation des éléments en béton armé

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 104
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
104
Réparation :
Réparation :
The reliability and durability of a repaired concrete substrate and its remaining service life depend
The reliability and durability of a repaired concrete substrate and its remaining service life depend

The reliability and durability of a repaired concrete substrate and its remaining service life depend on the behavior of the repair material, which is controlled by the COMPATIBILITY between the two materials making up the repair system. [Czarnecki, 2004]

La fiabilité et la durabilité d’un support en béton réparé et sa durée de vie restante dépendent du comportement du matériau de réparation, qui est contrôlé par la COMPATIBILITÉ entre les deux matériaux composant le système de réparation.

… the heterogeneity of the components in a composite repaired structure requires an UNDERSTANDING OF THE INTERACTION of the existing materials and the repair materials …

[Vaysburd et al., 2004]

… l'hétérogénéité des composants dans une structure composite réparée nécessite une COMPRÉHENSION DE L'INTERACTION des matériaux existants et les matériaux de réparation…

Université de La Rochelle

Durabilité des structures en Béton Armé

Master 2 - TNCR

105

Réparation :

Principe pour une réparation durable

- Sélection appropriée des matériaux

- Utilisation des matériaux suivant les règles de l’art

- Préparation des surfaces

- Techniques d’application

- Mûrissement de la réparation

- Contrôle qualité

Université de La Rochelle

Durabilité des structures en Béton Armé

Master 2 - TNCR

106

R o c h e l l e Durabilité des structures en Béton Armé M a
R o c h e l l e Durabilité des structures en Béton Armé M a
R o c h e l l e Durabilité des structures en Béton Armé M a
Réparation :
Réparation :

Paramètre affectant la qualité de la réparation

- Préparation du béton support

- Absence de laitance

-

- Compactage du produit de réparation

- Cure du produit de réparation

P

ropret

é

i

l

d

l

a r

é

i

parat on

avant m se en p ace

e

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 107
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
107
Réparation :
Réparation :

Principes de compatibilité

La compatibilité doit être assurée entre 3 éléments :

- le support (béton existant)

- matériau de réparation

- environnement

Compatibilité déformabilité Perméabilité électrochimie Chimie esthétique module de Young fluage retrait
Compatibilité
déformabilité
Perméabilité
électrochimie
Chimie
esthétique
module de Young
fluage
retrait
dilatations thermiques
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
108
Réparation :
Réparation :

Principes de compatibilité

Compatibilité dimensionnelle (déformation)

- Décollement

- Fissuration

- Perte d’adhérence

- Mauvais transfert de charge

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 109
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
109
Réparation :
Réparation :

Principes de compatibilité

Compatibilité chimique

- Teneur en alkali (risques RAG)

- Contenu en C 3 A (ciment HSR)

- Teneur en chlorures - Protection des armatures - Matériaux de réparation à PH élevé

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 110
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
110
Réparation :
Réparation :

Modes de réparation

Enlèvement du béton détérioré :

- Marteau pneumatique / hydraulique

- Hydro-démolition

- Scarification

- Sciage

- Bouchardage

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 111
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
111
Réparation :
Réparation :

Modes de réparation

Préparation de la surface

- Sablage

- Nettoyage (à l’eau)

- Décapage des armatures corrodées

- Passivation des armatures

- Renforcement des armatures (si nécessaire)

- Application de produit d’accroche

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 112
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
112
Réparation :
Réparation :

Modes de réparation

Vérification de l’état de la surface

-

béton sain (% chlorures, front de carbonatation, …)

-

Rugosité

-

Cohésion superficielle

-

Saturation en eau

-

Capacité d’accroche

-

 

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 113
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
113
Réparation :
Réparation :

Modes de réparation

Mise en place du produit de réparation

-

mise en place gravitaire dans un coffrage

-

pompage dans des coffrages

-

coulage de chapes

-

béton projeté

-

réparation à la main

-

 

Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 114
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
114
Réparation :
Réparation :

Mise en place gravitaire dans un coffrage

Réparation : Mise en place gravitaire dans un coffrage Université de La Rochelle Durabilité des structures
Réparation : Mise en place gravitaire dans un coffrage Université de La Rochelle Durabilité des structures
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 115
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
115
Réparation :
Réparation :

Pompage dans un coffrage

Master 2 - TNCR 115 Réparation : Pompage dans un coffrage Université de La Rochelle Durabilité
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 116
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
116
Réparation :
Réparation :

Coulage de chape

Réparation : Coulage de chape Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 117
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
117
Réparation :
Réparation :

Béton projeté

Armé Master 2 - TNCR 117 Réparation : Béton projeté Université de La Rochelle Durabilité des
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 118
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
118
Réparation :
Réparation :

Réparation à la main

Réparation : Réparation à la main Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé
Université de La Rochelle Durabilité des structures en Béton Armé Master 2 - TNCR 119
Université de La Rochelle
Durabilité des structures en Béton Armé
Master 2 - TNCR
119