Vous êtes sur la page 1sur 8
   

Centres d’intérêt

 

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

DOCUMENT

SYNTHESE

 

Thèmes associés

 

AF1

R1

E1

E8

E11

E13

E4

E5

I3

I1

I6

I12

AF2

R2

E2

E9

E12

E18

E7

E6

I4

I2

I7

 

AF3

R3

E3

E10

E15

E19

E16

I5

 

I11

I8

 

R4

 

E14

E17

 

I13

 

I9

R5

 

I10

 

R6

 
 

R7

R8

R9

 

Savoirs

 

A

B

C

D

A 1

B

11

C

11

D

1

A 2

B

12

C

12

D

2

 

B

21

C

21

 

B

22

C

22

B

31

C

23

B

32

C

24

B

41

 

B

42

B

51

B

52

Logique séquentielle – Fonction mémoire

I/ Introduction :

Soit un système à n

entrées (E)

et

à

m

sorties (S).

n entrées : E
n
entrées :
E

Système

et à m sorties (S). n entrées : E Système m sorties : S Le problème
et à m sorties (S). n entrées : E Système m sorties : S Le problème
et à m sorties (S). n entrées : E Système m sorties : S Le problème
et à m sorties (S). n entrées : E Système m sorties : S Le problème

m

sorties :

S

Le problème posé est le suivant : La connaissance de E c’est à dire de l’état des n entrées est-elle suffisante pour en déduire S c’est à dire l’état des m sorties ?

- Si OUI, on dit alors que le système est COMBINATOIRE (pour toutes les combinaisons des

entrées on peut en déduire l’état des sorties). On peut écrire la relation suivante : S(t)=f(E(t)) ;

- Si NON, on dit alors que le système est peut-être SEQUENTIEL (à un même état des entrées, correspondent plusieurs états des sorties). La connaissance de E n’est pas suffisante pour en déduire l’état de S. Il faut disposer d’informations complémentaires. Ces informations concernent le

comportement du système, c’est à dire de son histoire. On peut écrire la relation suivante : S(t)=f(E(t),x).

Système

peut écrire la relation suivante : S(t)=f(E(t),x). Système n entrées : E m sorties : S
n entrées : E
n
entrées :
E
suivante : S(t)=f(E(t),x). Système n entrées : E m sorties : S Variable d’état (interne) du

m

sorties :

S

Variable d’état (interne) du système x : Rebouclage
Variable d’état
(interne) du
système x :
Rebouclage

Exemples pour comprendre :

Un bouton poussoir (S1) allume une lampe (L) quand il est actionné et l’éteint quand il n’est pas actionné.

-

Système :

Combinatoire

Equation :

L=S1

S1 t L t
S1
t
L
t

- Un bouton poussoir (S1) allume une lampe L quand on appuie dessus. La lampe reste allumé jusqu’à ce qu’on actionne à nouveau le bouton. Système :

Séquentiel

Equation :

L=f(S1, état de la lampe à l’instant précédant l’action sur S1)

S1 t L t
S1
t
L
t

II/ Fonctions mémoire :

1- 1 er type de mémoire :

Schéma de câblage m a x1 X x2 bobine du S relais Contacts du relais
Schéma de câblage
m
a
x1
X
x2
bobine du
S
relais
Contacts du
relais

C’est une mémoire à arrêt prioritaire.

Chronogrammes

Equation

X=/a.(m+x

1)

S=x2

Tableau d’analyse

Fonction

a

m

x1

X

Mémoire

0

0

0

0

Mémoire

0

0

1

 

1

Marche

0

1

0

1

; 1

Marche

0

1

1

 

1

Arrêt

1

0

0

0

Arrêt

1

0

1

0

; 0

Arrêt prio

1

1

0

0

Arrêt prio

1

1

1

0

; 0

m t a t x1=x2 =S t X t Logigramme
m
t
a
t
x1=x2
=S
t
X
t
Logigramme

2- 2 ème type de mémoire :

Schéma de câblage m a x1 X x2 bobine du S relais Contacts du relais
Schéma de câblage
m
a
x1
X
x2
bobine du
S
relais
Contacts du
relais

Chronogrammes

Equation

Tableau d’analyse

X=m+(/a.x

Fonction

a

m

x1

X

1)S=x2

Mémoire

0

0

0

0

Mémoire

0

0

1

 

1

Marche

0

1

0

1

; 1

Marche

0

1

1

 

1

Arrêt

1

0

0

0

Arrêt

1

0

1

0

; 0

Marche

       

prioritaire

1

1

0

1

; 1

Marche

       

prioritaire

1

1

1

 

1

m t a t x1=x2 =S t X t C’est une mémoire à marche prioritaire.
m
t
a
t
x1=x2
=S
t
X
t
C’est une mémoire à marche prioritaire.

Logigramme

3- Bascule RS Une bascule à pour rôle de mémoriser une information binaire.

Etudions l’un des deux montages suivant :

R >=1 Q1 >=1 Q2 S
R
>=1
Q1
>=1
Q2
S
1 & S Q1 R 1 & Q2
1
&
S
Q1
R
1
&
Q2

R

S

Q1n-1

Q1n

Q2n

Fonction

0

0

1

1

0

Mémoire Qn=Qn-1

0

0

1

0

1

1

1

0

Set

0

1

0

1

0

1

0

1

Reset

0

0

1

1

1

Interdit car dépendant de la structure de la bascule

Cette bascule est appelée bascule RS. Elle est très utilisée. On peut la représenter de la façon suivante :

S

Q

 

R

/Q

R /Q
 

Il existe une bascule RS presque identique dans son fonctionnement à celle-ci. Il s’agit de la bascule RSH qui elle est synchronisée par un niveau haut d’horloge. Etudions cette bascule :

S & & Q1 H & & Q2 R
S
&
&
Q1
H
&
&
Q2
R

Chronogrammes

S R H Q1
S
R
H
Q1

08-09 SI CI11 Mémoires

Lycée CHEVALIER D’EON-TONNERRE- Sciences de l’ingénieur en bac S

Page 4/8

4- Bascule D

La bascule D est également une fonction mémoire. Etudions cette bascule :

D & & Q1 H 1 & & Q2
D
&
&
Q1
H
1
&
&
Q2

D

H

Qn

Fonction

X

0

Qn-1

Mémoire

0

1

0

Recopie l’entrée

1

1

1

Recopie l’entrée

Cette bascule est appelée bascule D latch (verrou). C’est l’état de

l’horloge qui détermine la recopie ou non de l’entrée sur la sortie. On peut la représenter comme ceci :

L’entrées /Preset est une entrée de mise à 1 de la sortie quand

/Preset est au 0 logique. De la même façon, /Clear remet à 0 la sortie quand /Clear est au 0 logique.

/Preset D Q H /Q /Clear
/Preset
D
Q
H
/Q
/Clear

Un autre type de bascule D existe. On l’appelle bascule D flip-flop. Son fonctionnement est identique à celui de la bascule D latch, mais c’est seulement sur le front montant que la recopie de l’entrée s’effectue. On la représente comme ceci :

/Preset D Q H /Q /Clear
/Preset
D
Q
H
/Q
/Clear

Trouver est allures des chronogrammes de sortie pour une bascule D latch puis pour une

bascule D flip-flop. D H Q latch Q flip- flop
bascule D flip-flop.
D
H
Q latch
Q flip-
flop

5- Bascule JK

La bascule JK est également une fonction mémoire. Etudions cette bascule : & Q J
La bascule JK est également une fonction mémoire.
Etudions cette bascule :
&
Q
J
RSH
RSH
H
Maître
Esclave
K
&
/Q
1
 

H

J

K

Qn

Fonction

 

0

X

X

Qn-1

Mémoire

0 0 Qn-1 Mémoire

0

0

Qn-1

Mémoire

  0 1 0 Reset
 

0

1

0

Reset

1 0 1 Set

1

0

1

Set

1 1 /Qn-1 Bascule

1

1

/Qn-1

Bascule

Trouver l’allure du chronogramme de sortie. H J K Q
Trouver l’allure du chronogramme de sortie.
H
J
K
Q

III/ Comptage d’évènements :

Dans certains cas, il est intéressant de compter le nombre d’évènements survenus.

Un évènement correspond au changement d’état d’une variable du système (front montant ou descendant).

Il existe des composants spécialisés dans le comptage/décomptage en électronique. Mais ce comptage peut aussi bien être fait par un automate ou un microprocesseur (microcontrôleur).

La représentation générale d’un compteur est la suivante :

Up Entrées de contrôle Dwn En Raz (Ct=0) Prl Entrées de préchargement Sortie de comptage
Up
Entrées de contrôle
Dwn
En
Raz (Ct=0)
Prl
Entrées de préchargement
Sortie de comptage
P0
Q0
P1
Q1
P2
Q2
P3
Q3

Proposer l’évolution des sorties en fonction des entrées.

l’évolution des sorties en fonction des entrées. Plusieurs types de compteurs peuvent exister : - Comptage

Plusieurs types de compteurs peuvent exister :

- Comptage en binaire (de 0 à 15 sur 4 bits)

- Comptage en BDC (Binaire codé décimal) (0 à 9 sur 4 bits)

- Comptage avec sortie 7 segments (binaire ou BCD => segments a, b, c, d, e, f).

IV/ Temporisation :

Il est nécessaire dans certains processus d’attendre. Dans ce cas on parle de temporisations. Il existe plusieurs façons d’attendre :

-

temporisation repos

e s 0 t2
e
s
0
t2

-

temporisation travail

e s ² t1 0
e
s
²
t1
0

-

temporisation mixte

e s t1 t2
e
s
t1
t2

e

s

s

s

e s ² t1 0 - temporisation mixte e s t1 t2 e s s s

t

t

t

t

KM1
KM1

KM1

KM1

En NO en NC
En NO
en NC
mixte e s t1 t2 e s s s t t t t KM1 KM1 KM1