Vous êtes sur la page 1sur 7

DOSSIER

EXPLICATIF

Samarcande, c’est quoi ?

Samarcande asbl, rue de Theux 51-53, 1040 Bruxelles


Tel : 02/647.47.03 Fax : 02/647.03.69 samarcande@skynet.be

1
Située au sein d’un quartier populaire de la commune d’Etterbeek, le projet
Samarcande se développe depuis 1993 et est reconnu comme Service d’Aide aux
Jeunes en Milieu Ouvert (AMO) en Communauté française de Belgique depuis
1999.
L’association est également soutenue par le Fonds d'impulsion à la politique des
immigrés (Fipi) et s’inscrit dans une logique de partenariat avec le programme
cohabitation intégration d’Etterbeek.
L’équipe éducative, composée de quatre personne et d’une poignée de bénévoles
accueillent et accompagnons les jeunes de moins de 18 ans dans divers projets.

Trois niveaux d’action

Nos projets s’articulent autour de trois missions principales

• L’aide individuelle
• l’action communautaire
• l’action collective

L’aide individuelle

Samarcande offre la possibilité à tout jeune de moins de 18 ans ou à sa famille


d’être écouté et soutenu dans ses démarches par une équipe de travailleurs
sociaux. L’aide apportée vise à replacer le jeune au centre de sa situation,
d’insister sur ses capacités plutôt que sur ses carences.

L’analyse des services oeuvrant sur la commune d’Etterbeek met en évidence une
carence de services s’adressant aux jeunes et particulièrement aux adolescents.
C’est pourquoi, tout en restant accessible à tous les jeunes de moins de 18 ans,
l’association s’adresse prioritairement aux jeunes âgés de 10 à 18 ans.

Le service intervient comme intermédiaire entre le jeune et son environnement,


entre le jeune et les services susceptibles de l’aider afin d’éviter la dégradation
de situations à priori gérables dans l’environnement social du jeune.
La demande du jeune est un préalable indispensable à toute intervention, en cas
de sollicitation par un tiers, les travailleurs veilleront à vérifier cette condition.
L’association travaille sans mandat autre que celui du jeune.

2
Le type de demande est aussi varié que les réponses apportées, nous aidons le
jeune à trouver ses propres solutions.

Le projet « n’oubliez pas que vous avez été ados » constitue pour le jeune
l’occasion de s’exprimer durant une heure en radio, en compagnie d’un membre de
l’équipe éducative. Le jeune aborde tous les sujets qu’il souhaite, il est amené à
raconter son parcours, revendiquer sa différence et sa singularité de façon
positive. Ce projet est l’occasion de remettre de l’ordre dans les évènements,
replacer les choses dans un certain contexte et, au final, permet au jeune de se
replacer au centre de sa situation afin d’y voir plus clair.
Les émissions sont enregistrées et ne sont diffusées que si le jeune le désire,
l’important étant le travail de réflexion sur lui même.

En résumé, nous prenons le temps d’accueillir, d’écouter celui qui en exprime le


souhait, nous l’aidons à faire le point, réfléchissons avec lui sur les pistes qu’il
souhaite explorer et lui donnons le coup de main nécessaire pour la réalisation de
ses projets.

L’action communautaire

L’action communautaire constitue l’action « politique » (au sens large) de notre


action. Il s’agit d’agir sur les causes des dysfonctionnements constatés sur le
terrain par les travailleurs et/ou par les jeunes.
En se réunissant autour d’un problème que nous sommes plusieurs à rencontrer,
nous réfléchissons sur les causes de ce problème et tentons d’y apporter des
réponses générales.

Par exemple, au début de l’année scolaire, de nombreux adolescents s’adressent à nous


car ils cherchent une école des devoirs et que celles qui existent sur Etterbeek n’ont
plus la possibilité de les accueillir.
Plutôt que de chercher individuellement une place pour chacun de ces jeunes,
l’association décide de soutenir le développement des écoles de devoir existantes, de
soutenir la création de nouvelles, d’interpeller le politique sur ce problèmes,…

Autre exemple, Les jeunes se plaignent du manque d’infrastructures pour adolescent


sur la commune, mais ne voient pas de solutions. Après réflexions, ils décident d’inviter
les représentants politiques pour en discuter lors d’une émission de radio, débat en
public et tenter de trouver une solution ensemble.

Ponctuellement, nous proposons à un certain nombre de jeunes de donner leurs


opinions sur un sujet estimé pertinent par rapport à la vie d’adolescent
aujourd’hui. Cette émission, réalisée par un membre de l’équipe encadrante, fait

3
l’objet d’une transcription des opinions par la rédaction d’un article diffusé dans
plusieurs revues, notamment les Cahiers de Prospective Jeunesse.

Par ailleurs, Samarcande est volontairement présente et active dans la mise en


place d’un tissu associatif etterbeekois. Par exemple, en collaboration avec le
programme cohabitation intégration d’Etterbeek, nous réalisons les « picnic » qui
réunit une fois par mois autour d’un repas convivial les associations de la
commune.

L’action collective

A la différence deux missions précédentes, elle ne constitue pas en soi une


réelle mission de travail. Il s’agit davantage d’un outil qui nous permet de
rassembler les jeunes, de faire connaître notre action, de mobiliser les énergies
pour créer ensemble des projets.

Les activités collectives ne sont jamais de simple passe temps. Il s’agit de réunir
des jeunes de tout horizon autour d’un projet à réaliser de manière collective. Ce
projet peut être proposé par l’équipe éducative ou peut naître des demandes de
jeunes. Mais il s’agit toujours de donner aux jeunes une place centrale dans la
mise en place des activités, ils en sont les initiateurs, les facilitateurs, les
éléments centraux de l’action.
Les projets n’ont pour l’association qu’un caractère transitoire, dès que possible,
les activités seront amenées à fonctionner sans le soutien de Samarcande
(processus qui peut prendre quelques semaines jusqu’à plusieurs années).

4
Différents outils
Les outils utilisés peuvent être regrouper en trois types de projets :

• Les projets d’expression


• Les projets sportifs
• Les projets d’action citoyenne

Les projets d’expression

Nous (et les jeunes en particulier) vivons dans un monde sur-médiatisé.


Principales cibles des médias, les jeunes, consommateurs malgré eux, ils ont
souvent bien peu de recul face aux discours véhiculés. Paradoxalement, à l’ère de
la communication, les adolescents, qui ont bien des choses à dire, trouvent très
peu d’endroits pour s’exprimer et ont le sentiment de ne pas être entendus.
C’est à partir de ces constats que l’association a décidé de mobiliser les jeunes
autour de la création d’espaces de paroles, de lieux pour échanger des idées,
pour débattre tels que la radio, la vidéo, le théâtre, les sorties culturelles. Ces
outils constituent autant de moyens d’ouvrir son esprit à la différence, se forger
une opinion, échanger son point de vue avec d’autres que de faciliter une
réflexion sur soi-même.

samarc’ondes : l’émission de radio gérée entièrement par les jeunes et réalisée


en direct sur les ondes de radio campus (FM 107.2) est l’activité centrale d’où
découlent beaucoup d’autres projets. Elle réunit une dizaine de jeunes en
moyenne tous les 15 jours autour d’un thème qu’ils choisissent ensemble.
Les jeunes travaillent le sujet, invitent un spécialiste, un témoin, réalisent des
reportages, se documentent,… et débattent sur les ondes durant une heure. Le
but n’est évidemment pas de les rendre expert en radio mais bien de privilégier
le processus de réflexion qui découle du traitement du thème choisi pour
l’émission. Cette émission constitue également ne belle opportunité de rencontre
entre des publics qui a priori ne se rencontrent pas ou peu.
Le studio radio : L’asbl Samarcande est équipée d’un studio de radio, celui-ci
est un lieu d’enregistrement de certaines émissions, de chansons, de textes, de
réalisation de montages sonores, d’entraînement à la régie,…
La caravane : Régulièrement, le studio radio est monté dans notre caravane,
celle-ci se déplace régulièrement dans certains endroits où se réunissent les
jeunes, lors des fêtes de quartier,… L’occasion leur est donné de venir s’essayer
à ce média le temps d’une chanson, d’un texte, d’un débat,… tout cela est diffusé
à l’extérieur afin d’être partagé avec les passants, les curieux...

5
Le théâtre : Au même titre que la radio ou la vidéo, le théâtre est un moyen
d’expression régulièrement utilisé par les jeunes pour s’exprimer sur un thème
précis (les mariages forcés,…). Plusieurs pièces sont ainsi réalisées chaque année,
les jeunes se produisent alors lors d’évènements, de festivals,….
Coup de pouce : L’asbl Samarcande est entrée récemment dans le collectif coup
de pouce, émission de télévision hebdomadaire entièrement réalisée par les
jeunes sur télé Bruxelles, un des rares espaces médiatiques réservé aux jeunes.
Les sorties culturelles : L’association propose régulièrement des sorties
culturelles (théâtre, cinéma, musique,…) afin d’alimenter les différentes
réflexions en cours. En outre, les jeunes ont la possibilité de bénéficier de
tickets « articles 27 », leur permettant d’assister à des évènements culturels à
moindre prix.

Les projets sportif

Le sport est un moyen pour les jeunes de prendre une part active dans
l’organisation de leurs loisirs, les activités initiées à partir de l’asbl samarcande
sont amenées à devenir autonome et ne perdurent que grâce à l’énergie de leurs
membres.
Chaque discipline sportive nécessite le respect des règles de vie en groupe et de
règles de sécurité. Le non respect de ces règles en rend la pratique impossible.

La plongée sous-marine Le club de plongée « Cap odyssée » réunit depuis de


nombreuses années une trentaine de jeunes en moyenne toutes les semaines à la
piscine d’Ixelles. La plongée est un sport exigeant, les règles de sécurité ne sont
pas négociables car les conséquences peuvent être dramatiques. Les jeunes se
sont organisés en association de fait, chaque poste du conseil d’administration,
élu lors de l’assemblée générale des membres, est occupé par un membre du club,
quelques adultes et instructeurs encadrent le tout et veillent au respect des
règles de sécurité et à celle de la vie en groupe.
Le club prend chaque année en charge l’organisation d’une dizaine de sorties en
milieu naturel, de camps à l’étranger, participe à certains évènements
communaux,…et ne manque pas de projets pour l’avenir.

Le minifoot, organisé en collaboration avec le « Welcome-Babbelkot » permet


aux jeunes de 10 à 12 ans de pratiquer leur discipline chaque semaine en
bénéficiant de l’encadrement des plus grands du quartier. Le club est amené à
s’ouvrir à d’autres groupes d’horizons divers lors de rencontres mensuelles.

6
Le volet action citoyenne

Les adolescents aujourd’hui sont bien souvent dépossédés de toute possibilité de


poser des actes citoyens, de montrer d’eux même une image valorisante.

Les activités solidaires et citoyennes visent à proposer aux jeunes d’exercer leur
sens de la responsabilité citoyenne en participant activement à la construction
d’une société plus juste.

L’opération thermos réunit une dizaine de jeunes en moyenne une fois par mois
durant l’hiver, les jeunes démarchent auprès des commerçants et associations de
leur quartier afin de récolter les vivres nécessaires à la préparation de 200
repas qu’ils iront distribuer dans la soirée à la gare centrale.

Plusieurs fois par an, l’association propose aux jeunes d’organiser une excursion
récréative pour des personnes handicapées du centre de jour le grain situé à
deux pas de l’association, les jeunes préparent alors une série d’activités et
veillent au bon déroulement de la journée.

Suite à des émissions radio, les jeunes se sont mobilisés au bénéfice d’ONG
telles qu'Amnesty international en réalisant une vidéo et plusieurs émissions de
radio, Handicap international en réalisant un épouvantail aux couleurs de
l’organisation pour un concours,…

Conclusion :

Il est bien évident qu’une action n’est jamais figée, tous ces projets agissent en
interdépendance et sont liés par une même volonté d’offrir aux jeune un espace
d’expression, un endroit où exercer leur sens des responsabilité, un lieu mettant
en avant leur potentiel plutôt que d’appuyer sur leurs difficultés,… bref un lieu à
leur disposition pour faire de demain un monde meilleur.

Le changement est possible lorsqu’un groupe de jeunes se mobilise pour réaliser une
émission radio.
Les mentalités peuvent changer quand des ados tenant des discours homophobes
acceptent de discuter pendant deux heures avec un homosexuel.
L’intolérance peut diminuer lorsque des jeunes se réapproprient les outils de base de
la démocratie : la parole et l’écoute.
Le changement social est réel grâce à cette jeunesse en laquelle nous croyons et à qui
nous offrons les moyens d’être citoyenne du monde.