Vous êtes sur la page 1sur 3

Transcriptiondel’interventiondeFrédéricLordonaumeetingunitaire«Nonettoujoursnon

àlaloiElKhomri».ThéâtreDéjazet­12/06/16.

DécidémentcetteaffairedelaloiElKhomriestuneleçondechoses.Ellenousobligeàvoirce

quiest.Carilfautbienl'admettre:ilyaenFrancequelquechosed'inréformable.Cequiest

inréformableenFrance,c'estsonoligarchie.Etcommej'aiparlédeleçondechoses,ilva

falloirprocéderavecméthode.Jemeproposedoncdemontrerquecetteoligarchieest

archaïque,fanatique,anti­démocratique,etpourfinir,violente.

Qu'ellesoitarchaïque,lachoseestattestée,quoiquesurlemodedusymptôme,parlefait

mêmequecetteoligarchien'aquelemot“moderne”àlabouche.Moderne,c'estpar

excellencelemotdesadénégation,lemotdesamauvaiseconsciencerétrograde.Les

journalistespapillonnenténamourésautourd'EmmanuelMacronetrépètentavecluiqu'ilne

fautpasêtre«archéo­keynésien».Maisilsonttouspaléo­libéraux.

Keynesdisaitqu'iln'estpasdirigeantpolitiquequinesoitl'esclavequis'ignored'un économistedupassé.Hollande,VallsetMacronsontlesesclavesquis’ignorentd'unepensée

morte.Mortedeuxfois,d'ailleurs:unepremièrefoisdanslesannées30dusiècleprécédent,

aveclagrandedépression,unedeuxièmefoisaujourd'huicar,lecroirez­vous,mêmeleFMI

etl'OCDEenvisagentdedébrancherlemort­vivantréanimédanslesannées80.

Commesouventlesdernierssuppôtsd'uneépoquefinissante,enragésd'êtredépasséspar

leurtemps,lesarchaïquessontaussidesfanatiques.Etd'unfanatismetout­à­faitironique:

unfanatismedetypestalinien.Demêmequelestalinismesoviétiqueestimaitquesonéchec étaitimputableaux“saboteurs”,lestalinismelibéralconsidèrequelesienestduaufaitqu'on

estpasencorealléassezloindansladéréglementation.Etçafait30ansqueçadure.30ans

dedéréglementationentoutgenre:commerciale,financière,30ansdebaissedu“coûtdu

travail”,dedémolitionréglementairedanslechampdudroitsocial.

Et30ansd'échec.

Maislepropredesdoctrinaires,mêmequandilssedisentpragmatiques,estqu'ilsn'ont

aucunsoucidelaréalité.Auvraionseposeparfoislaquestiondesavoircequil'emporte

chezeuxdufanatismeoudelasimplebêtise.Carilfautvoirlaprofondeurdecertainsdes

argumentsquienveloppentlaloiElKhomri,dontl'undit,jecite:«Nousdevonstoutessayer

contrelechômage».Phraseglaçanteenvérité.Cardansletoutde“toutessayer”,ilentre

aussihélaslapossibilitédun'importequoi.Parexemple:«j'ailedevoirdetoutessayerpour

voussoulagerdevotremigraine»,n'impliquepasdevousopéreràlachignoleetau

tournevis.

Ilestvraiqu'enmatièredemarchédutravail,larecommandationdelachignoleetdu tournevisnetombepasdenullepart.Ellevientd'ungroupesocialparfaitementidentifié,

dontleprojetpoursuiviavecténacitédepuis30ansad'abordviséàdéfairetoutesles

conquêtessocialesd'après­guerre,etvisemaintenantàmettrelasociétéentièresouscoupe

réglée.Etillepeut.Illepeutparcequ'ilenaobjectivementlesmoyens.C'estlecapitalqui

imposeàlasociétésesformesdelareproductionmatériellecollective.C'estluiquiimpose

sesconditions;quiferalagrèvedel'investissement;quidélocalisera;quidéménagerases

siègessociaux;quirejoindralesparadisfiscaux,avecunebonneconscienceoffusquée

d'ailleurs.SionneluiaccordepasTOUTcequ'ilveut.

Maiscommentqualifiercerapportducapitalàlasociétéautrementquecomme“prise

d'otage”?Uneprised'otagegéante,àl'échelledenationsentières.Uneprised'otagequirend

pitoyablelacliqueéditorialisteàlaquelleonenferajamaisvoird'autrequecelledes

cheminotsetdeséboueurs.Lecapitalprendenotagelasociétéentière.Ilprendaussien

otagelesviesindividuelles,séparément.C'estluiquidéterminepourchacun,

souverainementetd'aprèssaseulelogique,lapossibilitédusalaire,laformedel'emploi,

l'intensitédelasujétion­etleniveaudelamenace.Leniveaudelapeur.Carvoilàcomment

onmobiliseletravailàl'époquenéolibérale:parlapeur.Etvoilàpourquoiilfaut

impérativementdémantelercequ'ilrestedeprotectionausalariat:pourquelesilencerègne

etquelepouvoirpatronalsouverainpuisses'exercersansentrave.

Unparadoxe,offertàlasagacitédeshistoriensdufutur,veutqu'unapprofondissementsans précédentdecemondeestétéaccompliparlachosequ'unmélanged'inertieintellectuelle,de paressejournalistiqueetdecollusionidéologiquepersisteànommer“lagauchesocialiste”. Ouparfoislasocial­démocratie.Ilapparaîtplutôtquecessociaux­démocrates,quin'ontplus riennidesociauxnidedémocrates,ontrésoludefairelapolitiquedupetitnombrecontrele grand.Ilsn'ens'encachentmêmeplusd'ailleurs.Mêmeledébatparlementaireavecune majoritégodillot,c'estencoretrop.Heureusementle49­3estlàpourfaire cequ'onveut. Contreleparlementd'abord,maissurtoutcontrelapopulation,quiauraexprimépartousles moyenssonrefusdecetteloi.Etilssedisent“démocrates”

Enréalitécesgens­làosenttout,plusriennelesarrête.Onauraitpascrupossiblequ'un

ministresocialisteexpliqueàunchômeurque“s'ilveutuncostardiln'aqu'àtravailler”.On

auraitpascrudavantagepossiblequelemêmeoserécupérerlacommémorationphilatélique

duFrontPopulaire,luiquienestlanégationenpersonne.Etilyabienlàquelquechosequi

estdel'ordred'unrévisionnismeenactes.MonsieurMacron,inconscientdesespropres

violences,violenceéconomiqueetviolencesymbolique,MonsieurMacronhurleà

l'intolérableviolenceparcequ'ilprendunœufsursoncostard.Ilfautplutôtseréjouirqu'il

restedanscepaysdesgensquin'ontpasabandonnéd'accorderdelavaleurauxhéritages

historiques.Etquinesontpasdécidésàlesvoircélébréshonteusementparleurliquidateur

même.

Maisl'oligarchieveutnousfairevivredansunmondeoùtoutestinversé.Oùl'archaïqueest

“moderne”,lefanatismedoctrinaire“pragmatique”,ladictaturedupetitnombre

“démocratique”,etbiensûr“laviolence”duseulcôtédeceuxquineveulentpasdecemonde.

Lavérité,c'estquelaviolence,c'estlaleur.Lesgensontunepréférencepourlatranquillité.

Ilsprennentlarueetoccupentlesplacesquandplusaucunesolutionpolitiqueneleurest

offerteetquandleverrouillageestcomplet.Etill'est:pouvoirentièrementcommisaux

intérêtsducapital,parlementétoufféquandiln'estpascroupion,presseauxordressousle

contrôledespuissancesfinancières.Etpuisflicaille.Flicaillepartout.Iln'estpasun

syndicalisteexpérimentéquin'ensoitrestéabasourdi.Jamaisonaconnuuntelniveaude

brutalitépolicièrecontreunmouvementsocial.

Poussantjusteunpeuplusloinlapenséedesessemblables,unéditorialisteréputépourson

“vallsisme”militantn'hésitepasàécrire,jecite,que:«Lahaineanti­flics,c'estlahainedela

République».Sivraimentontientàentrerdansceregistre,onpourraitplutôtluifaire

observerquelesviolencespolicièressontdesviolencesfaitesàlaRépublique.Etdemêmeles

utilisationsouvertesdel'institutionjudiciaireàdesfinsd'intimidationpolitique,dontla

dernièrevictimeendateestLoïcCanitrot,pilierdeNuitDebout,etsansdoutevisépourcette

raisonmême.

IlestvraiqueNuitDeboutsembleleuravoirfaittrèspeur.Commefonttrèspeuraupouvoir

claquemurétouslesmouvementsderébellioncontreladépossessionpolitique,tousles

mouvementsdeprotestationcontreladémocratiePotemkine­enl’occurrence,contrela

dictatureàbasbruitdunéolibéralisme.

Enréalité,faceàl'époquequiluifileentrelesdoigts,l'oligarchien'aplusquelaressourceque

d'allerpuisertoujoursplusloindeslambeauxd'argumentstoujoursplusignobles.

“Radicalisation”estainsidevenulesignifiantfourre­tout,permettantd'assimilertoute

contestationpolitiqueauterrorisme,niplusnimoins.L'infamiesejointaugrotesque,quand

lesconsignesdesécuritédel'Euroexpliquentensubstancequ'ilnefautpasintroduiredes

bombesdanslesstades,ni,jecite:«tenirdespropospolitiquesouidéologiques»dansleurs

alentours.

Unpersonnageàl'intelligenceetàladistinctionaussiétincelantequeJean­MarieLeGuen

n'hésitepasàexpliquerqueCécileDuflotest,jeciteencore:«envoiederadicalisation».

C'est­à­diresansdouteenpartancepourlaSyrie.Entouscas,toutlemondecomprendle

typedesous­entenduparlequelontraitemaintenantlesopposantspolitiques­même

lorsqu'ilssontaussi“dangereux”queCécileDuflot,qu'ellem'enpardonne.

C'estdonctoutuntableauquiestentraindesedessinersousnosyeux:letableaud'une

panique.Letableaud'uneépoquefinissanteetd'uneoligarchiequisentqu'ellevafiniravec

elle.Cepouvoirapeur.Unpouvoirquilaisseainsisapolicecognersansmesureetsajustice

poursuivresansjustice,quin'aplusàsadispositionquel’assimilationdetouteoppositionau

terrorisme,etquelechantageélectoralauFN­parparenthèseuneautrevraieprised'otage.

Untelpouvoirestunpouvoirapeuré.

Commetouslespouvoirsquisesaventdevenusillégitimes,ilcroits'entirerenintensifiantla

brutalitéduverrouillage.Maisàforcedeserrerlesécrousilvafinirparlesfissurer,etpuis

parlescasserpourdebon.Devenuorganiquementasserviaucapitaldontilaépousétousles

désirs,etn'ayantplusd'autresolution,commel'ontprouvél'étatd'urgenceetladéchéance

nationale,quelafuiteenavant,cesgensnes’arrêterontplusnullepart.

Ilsnes'arrêterontnullepart,saufsinouslesarrêtons.

(Transcription:BobSolo,d’aprèslacaptationdeTélédeGaucheParis)