Vous êtes sur la page 1sur 8

Vocabulaire de l’analyse

Erreurs et incertitudes de mesure


par Michèle NEUILLY
Agrégée de sciences physiques
et Jean-Claude COURTIER
Ingénieur de l’École supérieure de physique et de chimie industrielles

1. Grandeur mesurée. Mesurande ............................................................ P 100 - 2


1.1 Valeur d’une grandeur. Mesurage.............................................................. — 2
1.2 Étalon. Matériau de référence .................................................................... — 3
1.3 Traçabilité ..................................................................................................... — 3
1.4 Valeur vraie .................................................................................................. — 3
1.5 Erreur d’échantillonnage............................................................................. — 3
2. Erreurs de mesure. Incertitudes de mesure ..................................... — 3
2.1 Définitions générales. Exactitude............................................................... — 3
2.2 Dispersion. Incertitudes .............................................................................. — 4
2.3 Fidélité. Répétabilité .................................................................................... — 4
2.4 Reproductibilité. Erreurs aléatoires et systématiques.............................. — 5
2.4.1 Reproductibilité................................................................................... — 5
2.4.2 Erreurs aléatoires et erreurs systématiques..................................... — 5
2.4.3 Identification des erreurs systématiques.......................................... — 5
2.5 Justesse d’un instrument de mesure......................................................... — 5
3. Modèle statistique de l’erreur de mesure ......................................... — 5
3.1 Loi de probabilité du résultat...................................................................... — 5
3.2 Écart-type et incertitude-type de répétabilité ............................................ — 6
3.3 Justesse. Erreur systématique totale......................................................... — 6
3.4 Écart-type de reproductibilité. Incertitude-type composée...................... — 6
3.5 Estimations de types A et B d’un écart-type ............................................. — 6
3.6 Estimation correcte. Biais ........................................................................... — 7
4. Intervalle de confiance de la valeur vraie. Incertitude élargie ... — 7
4.1 Intervalle de confiance de la valeur vraie .................................................. — 7
4.2 Intervalle élargi ............................................................................................ — 7
4.3 Discontinuité des résultats.......................................................................... — 7
5. Sensibilité .................................................................................................. — 7
6. Limite de détection ................................................................................. — 7
Références bibliographiques ......................................................................... — 8

es concepts d’erreur et d’incertitude viennent d’être étudiés en profondeur


L
12 - 1997

par plusieurs groupes de travail représentatifs de sept organisations inter-


nationales, dont l’Union internationale de chimie pure et appliquée.
Il en est résulté une évolution considérable dans l’approche de ces concepts
et les conséquences sont fondamentales dans de nombreux domaines de la
mesure. L’analyse chimique fait partie de ces domaines. Le Vocabulaire de l’ana-
lyse reprend ici ces différentes notions en les explicitant, pour mettre à la portée
P 100

de l’analyste les concepts généraux développés par les métrologues.

Pour de plus amples explications, le lecteur se reportera aux références [1] [4].

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation P 100 − 1
VOCABULAIRE DE L’ANALYSE ____________________________________________________________________________________________________________

(0) Termes définis (1) (suite)

Termes définis (1) Nom français Traduction anglaise

Nom français Traduction anglaise Seuil de décision Decision limit


Traçabilité* Tracability
Biais Bias
Valeur (d’une grandeur) Value (of a quantity)
Coefficient de variation Coefficient of variation
Valeur conventionnellement Conventional true value
Dispersion des résultats Dispersion vraie (d’une grandeur)* (of a quantity)
Écart-type de répétabilité Standard deviation Valeur vraie (d’une grandeur)* True value (of a quantity)
of repeatability
Variance Variance
Écart-type de reproductibilité Standard deviation
of reproducibility Variance entre laboratoires Between-laboratories variance
Erreur aléatoire* Random error (1) Les définitions données ici sont, pour une grande part, tirées du VIM
« Vocabulaire international de métrologie » [1], norme NF X 07-001.
Erreur d’échantillonnage Sampling error Elles sont, dans ce cas, affectées d’un astérisque. Les notes de ces défi-
Erreur de justesse Bias error (of a measuring nitions n’ont été reprises que lorsque cela a été jugé utile.
(d’un instrument instrument)
de mesure)*
Erreur de mesure* Error of measurement
Erreur relative* Relative error
1. Grandeur mesurée.
Erreur systématique* Systematic error
Mesurande
Erreur systématique totale Total systematic error
1.1 Valeur d’une grandeur. Mesurage
Estimations de types A et B Type A and B estimations
(d’un écart-type) (of a standard deviation)
La norme française NF X 07-001 donne les définitions suivantes
Estimation correcte Unbiased estimation d’une grandeur mesurable et de sa valeur, définitions identiques à
Étalon* Measurement standard, etalon celles du « Vocabulaire international des termes fondamentaux et
généraux de métrologie » (en abrégé VIM) [1]. Ces définitions sont
Exactitude de mesure* Accuracy of measurement signalées par un encadré bleu tout au long de ce texte.
Facteur d’élargissement Coverage factor
Fidélité d’un instrument Repeatability of a measuring Grandeur (mesurable) ([measurable ] quantity )
de mesure* instrument Attribut d’un phénomène, d’un corps ou d’une substance,
Grandeur (mesurable)* Measurable quantity qui est susceptible d’être distingué qualitativement et déter-
miné quantitativement.
Incertitude de mesure* Uncertainty of measurement
Incertitude élargie Expanded uncertainty
Mesurande (measurande )
Incertitude-type Standard uncertainty Grandeur particulière soumise au mesurage.
Incertitude-type composée Combined standard uncertainty
Intervalle de confiance Confidence interval Nota : le terme mesurande recouvre deux notions : celle de grandeur à mesurer, puis,
une fois le processus de mesure appliqué, celle de grandeur mesurée.
Justesse (d’un instrument Freedom from bias
de mesure)* (of a measuring instrument)
Valeur (d’une grandeur) (value [of a quantity ])
Limite de détection Detection limit Expression quantitative d’une grandeur particulière, généra-
Matériau de référence* Reference material lement sous la forme d’une unité de mesure multipliée par un
nombre.
Mesurage* Measurement Exemples :
Mesurande* Measurande a) longueur d’une tige : 5,34 m ou 534 cm ;
b) masse d’un corps : 0,152 kg ou 152 g ;
Module de discontinuité Discontinuity unit
c) quantité de matière d’un échantillon d’eau (H2O) :
Niveau de confiance ou niveau Confidence level 0,012 mol ou 12 mmol.
de probabilité
Répétabilité (des résultats Repeatability (of results En analyse chimique, les grandeurs mesurées peuvent être des
de mesurage)* of measurements) masses, des pressions, etc., c’est-à-dire des grandeurs pour les-
Représentativité Representativity quelles l’unité intervient explicitement dans l’expression de la valeur.
Mais, assez souvent, l’analyse a pour objet de déterminer des gran-
Reproductibilité (des résultats Reproducibility (of results deurs sans dimension, rapport de masses ou de nombres d’atomes,
de mesurage)* of measurements) par exemple. Leurs valeurs ne font pas intervenir explicitement
Résultat d’un mesurage* Result of a measurement l’unité de mesure qui, dans ce cas, est le nombre 1.
Sensibilité Sensitivity
(1) Les définitions données ici sont, pour une grande part, tirées du VIM Mesurage (measurement )
« Vocabulaire international de métrologie » [1], norme NF X 07-001. Ensemble d’opérations ayant pour but de déterminer une
Elles sont, dans ce cas, affectées d’un astérisque. Les notes de ces défi- valeur d’une grandeur.
nitions n’ont été reprises que lorsque cela a été jugé utile.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
P 100 − 2 © Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation
____________________________________________________________________________________________________________ VOCABULAIRE DE L’ANALYSE

1.2 Étalon. Matériau de référence Valeur conventionnellement vraie (d’une grandeur) (conven-
tional true value [of a quantity ])
Valeur attribuée à une grandeur particulière et reconnue, par-
Étalon ([measurement ] standard, etalon ) fois par convention, comme la représentant avec une incerti-
Mesure matérialisée, appareil de mesure, matériau de réfé- tude appropriée pour un usage donné.
rence ou système de mesure destiné à définir, réaliser, conserver Exemples :
ou reproduire une unité ou une ou plusieurs valeurs d’une gran- a) en un lieu donné, la valeur attribuée à la grandeur réalisée
deur pour servir de référence. par un étalon de référence peut être prise comme étant une
valeur conventionnellement vraie ;
b) valeur recommandée par CODATA (1986) pour la constante
Matériau de référence (reference material ) d’Avogadro : NA = 6,022 136 7 × 1023 mol–1.
Matériau ou substance dont une (ou plusieurs) valeur(s) de Notes :
la (des) propriété(s) est (sont) suffisamment homogène(s) et bien 1. La valeur conventionnellement vraie est quelquefois appe-
définie(s) pour permettre de l’utiliser pour l’étalonnage d’un lée valeur assignée, meilleure estimation de la valeur, valeur
appareil, l’évaluation d’une méthode de mesure ou l’attribution convenue ou valeur de référence.
de valeurs aux matériaux. 2. On utilise souvent un grand nombre de résultats de mesure
d’une grandeur pour établir une valeur conventionnellement
vraie.
Historiquement, le concept d’étalon a plutôt été appliqué aux gran-
deurs physiques (fondées sur un système de grandeurs de base et
de relations physiques) alors que le terme matériau de référence a 1.5 Erreur d’échantillonnage
plutôt été employé pour des grandeurs définies de manière conven-
tionnelle. Même si des différences subsistent encore dans l’utilisa-
tion de ces deux termes, ils recouvrent en réalité le même concept. Les valeurs des grandeurs à mesurer en analyse chimique
concernent des quantités de matière plus ou moins grandes. Par
exemple, pour une solution contenue dans une cuve, on peut s’inté-
1.3 Traçabilité resser à la concentration moyenne d’un élément (rapport de la masse
de l’élément contenue dans la cuve au volume total de la solution)
ou à la concentration au fond de la cuve, concentration moyenne
dans la solution située au-dessous d’un niveau donné.
Traçabilité (tracability ) La concentration moyenne est mesurée par celle de l’élément
Propriété du résultat d’un mesurage ou d’un étalon tel qu’il considéré dans un échantillon soumis à l’analyse. L’égalité entre les
puisse être relié à des références déterminées, généralement deux concentrations (à mesurer et mesurée) caractérise la repré-
des étalons nationaux ou internationaux, par l’intermédiaire sentativité de l’échantillon et l’écart entre ces deux valeurs est
d’une chaîne mininterrompue de comparaisons ayant toutes l’erreur d’échantillonnage (sampling error ).
des incertitudes déterminées.
Notes :
1. Ce concept est souvent exprimé par l’adjectif traçable.
2. La chaîne ininterrompue de comparaisons est appelée
chaîne de raccordement aux étalons ou chaîne d’étalonnage.
2. Erreurs de mesure.
3. La manière dont s’effectue la liaison aux étalons est appe-
lée raccordement aux étalons.
Incertitudes de mesure
2.1 Définitions générales. Exactitude
1.4 Valeur vraie
Résultat d’un mesurage (result of a measurement )
Valeur attribuée à un mesurande, obtenue par mesurage.

Valeur vraie (d’une grandeur) (true value [of a quantity ])


Valeur compatible avec la définition d’une grandeur particu- Erreur de mesure (error of measurement )
lière donnée. Résultat d’un mesurage moins une valeur vraie du mesurande.
Notes :
1. C’est une valeur que l’on obtiendrait par un mesurage
parfait. Comme une valeur vraie du mesurande est, par nature, inconnue
2. Toute valeur vraie est par nature indéterminée. (cf. § 1.4), il en est de même de la valeur de l’erreur de mesure. La
3. L’article indéfini une plutôt que l’article défini la est utilisé notion d’erreur de mesure peut être utilisée, par exemple, pour
en conjonction avec valeur vraie, parce qu’il peut y avoir plu- modéliser le processus du mesurage. Mais pour caractériser quanti-
sieurs valeurs correspondant à la définition d’une grandeur par- tativement la qualité du résultat, c’est le concept d’incertitude de
ticulière donnée. mesure (cf. § 2.2) qui est utilisé.

Erreur relative (relative error )


Rapport de l’erreur de mesure à une valeur vraie du
mesurande.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation P 100 − 3
VOCABULAIRE DE L’ANALYSE ____________________________________________________________________________________________________________

d’utiliser le terme incertitude-type composée pour le résultat de


Exactitude de mesure (accuracy of measurement ) ce calcul.
Étroitesse de l’accord entre le résultat d’un mesurage et une
D’autre part, l’erreur de mesure peut être considérée comme la
valeur vraie du mesurande.
somme d’erreurs partielles d’origines différentes, par exemple, en
Notes :
analyse chimique :
1. Le concept d’exactitude est qualitatif.
2. Le terme précision ne doit pas être utilisé pour exactitude. — erreur d’échantillonnage ;
— erreur liée au mesurage de l’échantillon ;
— erreur liée à l’imperfection d’une correction, etc.
Les raisons pour lesquelles il ne faut pas utiliser le terme précision
à la place d’exactitude sont multiples : existence de faux-amis en Chaque erreur partielle est caractérisée par une incertitude-type
anglais (precision en anglais signifie fidélité en français), concepts (appelée par le VIM composante de l’incertitude) calculée, par
souvent vagues se rattachant au terme précision, trop utilisé dans exemple, par la méthode d’analyse de variance. Si l’incertitude-type
le langage courant. du résultat est calculée à partir de ces composantes, elle est éga-
lement appelée incertitude-type composée dans le guide [2].

2.2 Dispersion. Incertitudes


2.3 Fidélité. Répétabilité
■ Dispersion des résultats
Phénomène qui se traduit, dans une série de mesurages d’une
même grandeur, par des résultats de mesure différents. Les causes Fidélité d’un instrument de mesure (repeatability of a mea-
en sont multiples, par exemple : suring instrument )
— définition incomplète du mesurande ; Aptitude d’un instrument de mesure à donner des indications
— variation incontrôlée des grandeurs d’influence ; très voisines lors de l’application répétée du même mesurande
— instrument de mesure, opérateur, etc. dans les mêmes conditions de mesure.
Notes :
1. Ces conditions comprennent :
Incertitude de mesure (uncertainty of measurement ) • réduction au minimum des variations dues à l’observateur,
Paramètre, associé au résultat d’un mesurage, qui caractérise • même mode opératoire de mesure,
la dispersion des valeurs qui pourraient raisonnablement être • même observateur,
attribuées au mesurande. • même équipement de mesure, utilisé dans les mêmes
Notes : conditions,
1. Le paramètre peut être, par exemple, un écart-type (ou un • même lieu,
multiple de celui-ci) ou la demi-largeur d’un intervalle de niveau • répétition durant une courte période de temps.
de confiance déterminé. 2. La fidélité peut s’exprimer quantitativement à l’aide des
2. L’incertitude de mesure est calculée * en général, à partir caractéristiques de dispersion des indications.
de plusieurs composantes. Certaines peuvent être évaluées à
partir de la distribution statistique des résultats de séries de
mesurages et peuvent être caractérisées par des écarts-types
expérimentaux. Les autres composantes, qui peuvent aussi être Répétabilité (des résultats de mesurage) (repeatability [of
caractérisées par des écarts-types, sont évaluées en admettant results of measurements ])
des lois de probabilité d’après l’expérience acquise ou d’après Étroitesse de l’accord entre les résultats des mesurages suc-
d’autres informations. cessifs du même mesurande, mesurages effectués dans la tota-
3. Il est entendu que le résultat du mesurage est la meilleure lité des mêmes conditions de mesure.
estimation de la valeur du mesurande et que toutes les compo- Notes :
santes de l’incertitude, y compris celles qui proviennent d’effets 1. Ces conditions sont appelées conditions de répétabilité.
systématiques, telles que les composantes associées aux cor- 2. Les conditions de répétabilité comprennent :
rections et aux étalons de référence, contribuent à la dispersion. • même mode opératoire,
• même observateur,
• même instrument de mesure utilisé dans les mêmes condi-
*Le texte d’origine indique « L’incertitude de mesure comprend, en général, plusieurs
composantes... ».
tions,
• même lieu...
Pour l’évaluation des composantes de l’incertitude, on se repor- • répétition durant une courte période de temps.
tera à la référence [2] (chapitre 4.1 et annexe H.1) 3. La répétabilité peut s’exprimer quantitativement à l’aide
■ Incertitude-type (standard uncertainty ) des caractéristiques de dispersion des résultats.
Lorsque l’incertitude d’un mesurage est exprimée sous la forme
d’un écart-type, le Guide pour l’expression de l’incertitude de mesure
[2] propose de l’appeler incertitude-type. Il est à noter que la fidélité s’applique à un instrument de mesure,
par exemple, balance fidèle à 0,1 mg près, et que la répétabilité
■ Incertitude-type composée (combined standard uncertainty ) s’applique à une série de résultats de mesurages effectués dans la
Lorsque le résultat est obtenu à partir des mesurages d’autres totalité des mêmes conditions de mesure, c’est-à-dire pour une
grandeurs, son incertitude-type est calculée à partir des incertitudes- méthode de mesure déterminée, par exemple, répétabilité d’une
types des résultats de mesure de ces grandeurs. Le guide [2] propose méthode de mesure du plomb dans l’essence de 5 % en valeur
relative.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
P 100 − 4 © Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation
____________________________________________________________________________________________________________ VOCABULAIRE DE L’ANALYSE

2.4 Reproductibilité. Erreurs aléatoires — erreur systématique : composante de l’erreur de mesure qui,
lors de plusieurs mesurages du même mesurande, reste constante
et systématiques ou varie d’une façon prévisible.
Les définitions données par le VIM (édition 1993) s’appliqueraient
2.4.1 Reproductibilité alors à l’« erreur de répétabilité » et à l’« erreur systématique totale
dans les conditions de répétabilité ».
Reproductibilité (des résultats de mesurage) (reproducibility On peut noter, par ailleurs, que ces définitions impliquent l’adop-
[of results of measurements ]) tion d’un modèle probabiliste qui sera développé au paragraphe 3.
Étroitesse de l’accord entre les résultats des mesurages du
même mesurande, mesurages effectués en faisant varier les
conditions de mesure. 2.4.3 Identification des erreurs systématiques
Notes :
1 Pour qu’une expression de la reproductibilité soit valable, Une erreur systématique peut avoir une valeur connue, liée, par
il est nécessaire de spécifier les conditions que l’on fait varier. exemple, à l’emploi d’une formule approximative. Dans ce cas, il
2 Les conditions que l’on fait varier peuvent comprendre : serait possible de la calculer, mais l’erreur est considérée comme
• principe de mesure, trop faible pour qu’il soit nécessaire de la corriger.
• méthode de mesure, Souvent l’origine de l’erreur systématique est connue mais non
• observateur, la valeur de cette erreur. Par exemple, cette erreur est due à l’impré-
• instrument de mesure, cision des constantes utilisées dans les calculs (en particulier acti-
• lieu, vités spécifiques dans les mesures de radioactivité). Un cas très
• conditions d’utilisation, fréquent est celui où l’erreur systématique est due aux étalonnages :
• temps. la mesure de grandeurs de référence a permis de calculer des cor-
3 La reproductibilité peut s’exprimer quantitativement à l’aide rections ou d’établir des courbes d’étalonnage de façon à corriger
des caractéristiques de dispersion des résultats. les erreurs systématiques liées aux conditions opératoires. Mais
4 Les résultats considérés ici sont habituellement les résultats l’incertitude sur les valeurs des grandeurs de référence et les erreurs
corrigés. des mesurages faits sur ces grandeurs entraînent une erreur rési-
duelle sur les résultats corrigés. Cette erreur a un caractère systé-
matique lorsque le même terme correctif ou la même courbe
2.4.2 Erreurs aléatoires et erreurs systématiques d’étalonnage sont utilisés pour calculer plusieurs résultats.
Enfin, il peut toujours exister des erreurs systématiques d’origines
Le VIM donne les définitions suivantes. mal définies, liées, par exemple, aux conditions d’environnement ou
aux déréglages des appareils. L’existence de telles erreurs pourra
être détectée par mesurage de grandeurs de référence ou par compa-
Erreur aléatoire (random error ) raison avec des méthodes de mesure différentes de celle qui est
Résultat de mesurage moins la moyenne d’un nombre infini utilisée.
de mesurages du même mesurande dans les conditions de répé-
tabilité.
2.5 Justesse d’un instrument de mesure
Erreur systématique (systematic error )
Moyenne qui résulterait d’un nombre infini de mesurages du Justesse (d’un instrument de mesure) (freedom from bias
même mesurande effectués dans les conditions de répétabilité, [of a measuring instrument ])
moins une valeur vraie du mesurande. Aptitude d’un instrument de mesure à donner des indications
exemptes d’erreur systématique.
Le classement des erreurs dans ces deux catégories n’est pas réa-
liste. En effet, l’erreur systématique définie par le VIM peut toujours
être décomposée en erreurs partielles liées à des facteurs de fluc- Erreur de justesse (d’un instrument de mesure) (bias error
tuation différents : variation des conditions d’environnement, mala- [of a measuring instrument ])
dresse de l’opérateur, imperfection des appareils de mesure, etc. Erreur systématique d’indication d’un instrument de mesure.
Lorsqu’une de ces composantes varie de façon imprévisible, elle
peut être appelée erreur aléatoire. Le caractère aléatoire d’une erreur
partielle dépend donc des conditions de répétition, les facteurs de
fluctuation pouvant être bloqués ou varier au hasard.
Le Guide pour l’expression de l’incertitude de mesure [2] donne
3. Modèle statistique
le commentaire suivant sur les définitions du VIM : « l’erreur sur le
résultat peut souvent être considérée comme provenant d’un certain
de l’erreur de mesure
nombre d’effets systématiques et aléatoires qui contribuent aux
composantes individuelles de l’erreur ». Compte tenu de leur caractère aléatoire, les erreurs et les incer-
titudes de mesure ne peuvent être caractérisées qu’à travers une
Dans le cours du texte de ce guide, on trouve les termes de interprétation statistique.
« composantes de l’incertitude qui contribuent à la variabilité et
celles qui n’y contribuent pas » – puis, plus simplement, dans les
annexes pratiques, « les composantes d’incertitudes provenant
d’effets aléatoires ou systématiques ». 3.1 Loi de probabilité du résultat
Nous proposons, de notre côté, de conserver les anciennes
définitions du VIM (édition 1984) : Dans les conditions de répétabilité, on admettra que la valeur de
l’erreur de mesure obéit à une loi de probabilité bien définie. L’esti-
— erreur aléatoire : composante de l’erreur de mesure qui, lors mation des caractéristiques de cette loi permettra de calculer l’incer-
de plusieurs mesurages du même mesurande, varie de façon titude dans les conditions de répétabilité.
imprévisible ;

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation P 100 − 5
VOCABULAIRE DE L’ANALYSE ____________________________________________________________________________________________________________

Différents modèles de lois de probabilité peuvent être adoptés, 3.4 Écart-type de reproductibilité.
en particulier :
— une loi normale, si les causes de fluctuation sont nombreuses
Incertitude-type composée
et si leurs effets sont additifs et du même ordre de grandeur ;
Chaque erreur systématique partielle est considérée comme une
— une loi log-normale, si l’on peut admettre une loi normale
valeur particulière d’une variable aléatoire de loi de probabilité bien
pour les erreurs relatives ;
définie.
— une loi de Poisson, si la grandeur mesurée est un nombre d’évé-
nements (désintégration radioactive d’un atome, par exemple) et si Par exemple, si l’erreur systématique considérée est l’erreur rési-
la probabilité d’apparition d’un événement est faible ; duelle liée à l’étalonnage d’une balance (pesée d’une masse marquée
— une loi équiprobable (ou rectangulaire), si les erreurs sont mas- étalon et calcul de la correction à appliquer), l’imperfection de la
quées par la discontinuité des résultats liée aux échelles de lecture pesée de la masse étalon entraîne sur les résultats ultérieurs une
ou à un arrondissage ultérieur. erreur εbal qui varie après chaque opération d’étalonnage. On peut
donc définir sa loi de probabilité et, si l’étalonnage n’est pas refait
avant chaque pesée, on peut considérer que la valeur de εbal , bien
que constante, est une réalisation particulière de la variable aléatoire
3.2 Écart-type et incertitude-type définie par cette loi de probabilité. D’autre part, il faut considérer
de répétabilité une erreur supplémentaire ε’bal liée à l’incertitude sur la masse éta-
lon. Cette erreur varie d’une masse étalon à l’autre et la connaissance
La variance de la loi définie au paragraphe 3.1 est appelée variance des méthodes utilisées par le service d’étalonnage doit permettre
(variance ) de répétabilité et sa racine carrée, désignée par σ r , est de définir également la loi de probabilité de ε ’bal .
appelée écart-type (standard deviation ) de répétabilité. La variance de reproductibilité est alors définie comme la somme
L’écart-type de l’erreur de mesure est une grandeur de même des variances de toutes les erreurs, aléatoires et systématiques,
nature que le résultat et s’exprime avec les mêmes unités. Le affectant le résultat de mesure. Sa racine carrée, désignée par σ R
rapport de cet écart-type à la valeur moyenne du résultat est appelé est appelée écart-type de reproductibilité.
écart-type relatif ou coefficient de variation. Il est souvent exprimé On notera que cette définition est plus restrictive que celle donnée
en pour-cent. au paragraphe 2.4, les conditions de reproductibilité correspondant
Lorsqu’une grandeur est mesurée dans les conditions de répéta- ici à la variation de tous les facteurs d’erreurs (et non de certains
bilité, l’écart-type de l’erreur de mesure (égal à celui du résultat) d’entre eux).
peut varier avec la grandeur mesurée. L’écart-type de reproductibilité ainsi défini est toujours inconnu.
Pour pouvoir parler de la répétabilité d’une méthode de mesure, Son estimation peut être appelée incertitude-type composée et dési-
il faut donc déterminer les conditions que doivent remplir les gnée par u c . C’est la racine carrée de la somme des carrés de toutes
grandeurs à mesurer et le mode opératoire pour que l’écart-type les incertitudes-types correspondant aux erreurs partielles.
de répétabilité soit constant d’une grandeur à l’autre. Pour mieux caractériser la confiance que l’on peut accorder au
Exemple : en analyse chimique, ces conditions peuvent porter sur résultat, on cherchera à définir un intervalle dont l’étendue est un
la concentration de l’élément à doser, sur la composition globale du multiple de u c et qui a une probabilité raisonnable de contenir une
produit, sur l’intervalle de temps entre les mesures... valeur vraie du mesurande. Pour effectuer ce calcul, il est indis-
pensable de préciser les méthodes utilisées pour évaluer les compo-
L’écart-type de répétabilité est toujours inconnu. Il peut être santes de u c .
estimé, dans le domaine où il est constant, par exemple, en utilisant Nota : on parle souvent de reproductibilité d’une méthode de mesure. Dans ce cas, les
une ou plusieurs grandeurs témoins. Il n’est pas nécessaire que ces seuls facteurs invariables sont le principe et le mode opératoire de la méthode. Pour
étudier cette reproductibilité, il faudrait réaliser sur la même grandeur, par la méthode
grandeurs soient des grandeurs de référence, car il est inutile de étudiée, des mesurages individuels, chacun dans un laboratoire différent. Si tous les labo-
connaître leurs valeurs vraies. Il suffit d’appliquer un certain nombre ratoires avaient la même répétabilité, la variance de cette population de résultats serait
de fois à l’un ou à plusieurs de ces témoins le mode opératoire la somme de la variance de répétabilité et de la variance de la somme des autres erreurs
complet (y compris, en analyse chimique, les phases éventuelles de [ce dernier terme est appelé variance entre laboratoires (between-laboratories variance )].
mise en solution et de séparation). Pour pouvoir parler de la reproductibilité d’une méthode de mesure, il faut donc déter-
miner au préalable les conditions dans lesquelles la variance de répétabilité et la variance
Les calculs d’estimation sont détaillés dans la référence [3]. entre laboratoires restent toutes des constantes d’une grandeur mesurée à l’autre.

L’estimation de l’écart-type de répétabilité peut être appelée


incertitude-type de répétabilité (cf. § 2.2) et désignée par u r . Elle
sera utilisée pour calculer l’incertitude-type composée corres- 3.5 Estimations de types A et B
pondant à l’ensemble des composantes de l’erreur. Pour caractéri- d’un écart-type
ser ensuite plus précisément l’incertitude du résultat, il est
nécessaire de garder en mémoire la méthode utilisée pour établir
La variance de reproductibilité est évaluée par la somme des esti-
la valeur numérique u r .
mations des variances des erreurs partielles. Celles-ci peuvent être
obtenues à la suite de mesurages, circuits interlaboratoires par
exemple. Mais l’estimation peut être aussi de nature non statistique,
3.3 Justesse. Erreur systématique totale par exemple par la connaissance de l’incertitude assignée à des
constantes ou valeurs de référence provenant de publications scien-
La justesse d’une méthode de mesure est caractérisée par la tifiques, ou par l’expérience sur le comportement des substances
différence entre la valeur vraie de la grandeur mesurée et l’espérance utilisées.
mathématique du résultat obtenu dans les conditions de répétabilité. On classe, d’après les techniques d’estimation, les écarts-types
Cette différence est appelée erreur systématique totale. Dans les en deux catégories :
conditions de répétabilité, les erreurs de mesure sont donc des
— catégorie A : ceux qui sont évalués en appliquant des méthodes
variables aléatoires d’écart-type σr et d’espérance mathématique
statistiques à des séries de résultats de mesure ;
égale à l’erreur systématique totale. — catégorie B : ceux qui sont évalués par d’autres moyens.
L’erreur systématique totale peut être décomposée en plusieurs
La fiabilité des différentes estimations est fonction des méthodes
composantes liées à différents facteurs d’erreurs et appelées erreurs
d’estimation utilisées.
systématiques partielles (cf. § 2.4).

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
P 100 − 6 © Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation
____________________________________________________________________________________________________________ VOCABULAIRE DE L’ANALYSE

Exemple : en supposant normale la loi de probabilité de l’erreur, si 4.2 Intervalle élargi


une estimation s de type A est obtenue à partir de n = 10 observations
de la même grandeur, la valeur vraie de l’écart-type a une probabilité
Dans le cas général où l’incertitude-type composée est obtenue
de 95 % d’être distribuée dans l’intervalle (0,7 s ; 1,8 s ).
à partir d’estimations de type A et de type B, on peut aussi calculer
Pour n = 50 observations, cet intervalle est encore de (0,84 s ; un intervalle à l’intérieur duquel on puisse espérer voir se situer une
1,24 s ). fraction élevée de la distribution des valeurs qui pourraient être attri-
Dans ce mode particulier d’estimation de l’écart-type, l’incertitude buées raisonnablement au mesurande (la fraction peut être
de l’estimation s peut être caractérisée par un nombre de degrés considérée comme le niveau de confiance de l’intervalle) (définition
de liberté égal à (n – 1). De façon analogue, le Guide pour l’expres- du guide [2]).
sion de l’incertitude de mesure [2] préconise d’associer à chaque Cet intervalle n’est pas appelé intervalle de confiance en raison
estimation, de type A ou de type B, un nombre effectif de degrés de la définition statistique classique de ce terme, mais il est de même
de liberté caractérisant la qualité de l’estimation et d’en déduire le nature.
nombre effectif de degrés de liberté associé à uc . Cet intervalle étant choisi symétrique autour du résultat x, sa demi-
largeur est appelée incertitude élargie (expanded uncertainty ). Elle
s’obtient en multipliant l’incertitude-type composée u c par un facteur
3.6 Estimation correcte. Biais d’élargissement k (coverage factor ).
Si l’on suppose que la loi de probabilité de l’erreur totale est appro-
Le résultat de mesure est dit estimation correcte (unbiased ximativement normale et si le nombre effectif de degrés de liberté
estimation ) de la valeur vraie lorsque l’espérance mathématique de associé à u c est grand (pratiquement supérieur à 30 ou 40), ce qui
l’erreur totale, somme des espérances mathématiques de toutes les arrive fréquemment en pratique, le choix de k = 2 fournit un niveau
erreurs systématiques, est nulle. de confiance voisin de 95 % et le choix de k = 3 un niveau de
Lorsqu’une erreur systématique a une espérance mathématique confiance voisin de 99,7 %.
non nulle, celle-ci est souvent appelée biais (bias ). Pour un niveau de confiance donné, le calcul du nombre effectif
Il est souvent difficile d’estimer ce biais pour chaque mesure indi- de degrés de liberté associé à u c et de k est détaillé dans [2].
viduelle, par exemple, s’il est dû aux conditions de prélèvement de
l’échantillon (évaporation dans un système de prélèvement sous
vide, stratification horizontale dans un récipient, etc.). Il est alors 4.3 Discontinuité des résultats
recommandé, après avoir estimé la valeur moyenne du biais, de l’uti-
liser pour corriger chaque résultat. L’incertitude-type liée à cette cor- Lorsque les résultats de mesure obtenus pour une valeur
rection moyenne (caractérisant l’erreur résiduelle) sera considérée constante de la grandeur mesurée sont tous les mêmes, du fait de
comme une composante de l’incertitude-type composée. l’échelle de lecture de l’appareil utilisé ou de l’arrondissage ultérieur,
on appelle module de discontinuité w la plus petite différence pos-
sible entre deux résultats obtenus avec des valeurs différentes de
la grandeur mesurée. L’incertitude de mesure, pour un résultat par-
4. Intervalle de confiance ticulier, est alors égale à w/2.
de la valeur vraie.
Incertitude élargie 5. Sensibilité
4.1 Intervalle de confiance de la valeur vraie La sensibilité d’une méthode de mesure est caractérisée par la
variation minimale qu’il faut imposer à la grandeur mesurée pour
Lorsque toutes les variances des composantes de l’erreur ont été obtenir une variation significative du résultat de mesure, c’est-à-dire
estimées à partir de séries de résultats à l’aide de méthodes statis- pour que la différence entre les résultats ne puisse pas être expliquée
tiques (estimations de type A) et que la loi de probabilité est connue par l’existence des erreurs de répétabilité.
(ou supposée l’être), on peut définir un intervalle de confiance
(confidence interval ). C’est un intervalle qui a une probabilité donnée Si la discontinuité des résultats est négligeable devant leur dis-
 de contenir la valeur vraie du mesurande. La quantité  est appelée persion, la différence entre deux résultats de mesure est significative
niveau de confiance ou niveau de probabilité (confidence level ). quand elle dépasse un seuil choisi en fonction du risque α de fausse
alarme [3], ou risque de considérer comme différentes deux gran-
L’intervalle de confiance est choisi symétrique autour du résultat x, deurs de valeurs égales. La sensibilité ∆S est alors la variation de
c’est-à-dire de limites x ± ∆x. La quantité ∆x est de la forme : la valeur vraie qui a une probabilité donnée (1 – β ) d’entraîner une
∆x = k s R variation significative du résultat (β est le risque de non-détection
d’une variation ∆s ).
avec sR estimation de l’écart-type de reproductibilité σ R . Son
carré s R2 est la somme de carrés d’estimations de type A,
k facteur qui dépend de la forme de la loi de probabilité de
l’erreur de mesure, du niveau de confiance  et de l’exac- 6. Limite de détection
titude de l’estimation de σ R par s R (nombre de degrés de
liberté associés aux estimations de variances partielles).
La limite de détection (detection limit ) d’une méthode de mesure
Dans le cas où la loi normale est réalisée et où l’écart-type σR peut est la valeur minimale que doit avoir la grandeur mesurée pour que
être considéré comme connu, le facteur k est égal à 1,96 pour le résultat soit significativement différent de celui obtenu pour le
 = 0,95 (niveau de confiance  de 95 %) et à 2,58 pour  = 0,99 . mesurage du blanc.
La différence entre les résultats de mesure obtenus sur la grandeur
mesurée et sur le blanc est significative quand elle dépasse un seuil
appelé seuil de décision (decision limit ) et choisi en fonction du

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
© Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation P 100 − 7
VOCABULAIRE DE L’ANALYSE ____________________________________________________________________________________________________________

risque α de fausse alarme ou risque de considérer comme différente Si les risques α et β sont choisis égaux à 2,5 %, le seuil de décision
de zéro la valeur d’une grandeur nulle. Lorsque la différence mesurée S est égal à 2,8 fois l’écart-type de répétabilité correspondant au
dépasse le seuil de décision, la grandeur est dite détectée. blanc. Si, de plus, l’écart-type de répétabilité varie peu autour de la
La limite de détection L est alors la valeur vraie de la grandeur limite de détection, celle-ci est égale au double de S, donc à 5,6 fois
mesurée qui a une probabilité donnée (1 – β ) d’être détectée. β est l’écart-type. Dans ce cas, l’intervalle [0, L ] coïncide, pour un résultat
le risque de non-détection d’une grandeur de valeur égale à L. égal à S, avec l’intervalle de confiance de la valeur vraie au niveau
de probabilité 95 %.

Références bibliographiques

[1] Vocabulaire international des termes fonda- [2] Guide pour l’expression de l’incertitude de [3] NEUILLY (M.). – Modélisation et calcul de
mentaux et généraux de métrologie. – Docu- mesure. – Document publié par l’ISO (1993), l’incertitude d’un résultat de mesure. P260,
ment publié par l’ISO (1993), commun à BIPM, commun à BIPM, CEI, FICC, ISO, OIML, UICPA, traité Analyse et Caractérisation, Techniques
CEI, FICC, ISO, OIML, UICPA, UIPPA, repris à UIPPA, repris à l’identique sous forme de de l’Ingénieur, janv. 1996.
l’identique sous forme de norme française norme française X 07-020. [4] COURTIER (J.-C.). – Vocabulaire de la mesure.
NF X 07-001. R113, traité Mesures et Contrôle, Techniques
de l’Ingénieur, oct. 1994.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite.
P 100 − 8 © Techniques de l’Ingénieur, traité Analyse et Caractérisation