Vous êtes sur la page 1sur 5

Le Français Langue Etrangère

Asta Feriduni, 2008

Dans le monde 160 millions de personnes parlent le français. Pour beaucoup de pays
européens, la France est un partenaire comercial très important. En ce qui concerne l’union
européene, le français est, à côté de l’anglais, la langue la plus importante pour les
négociations et publications. Dans l’ensemble européen, ceux qui ont appris le fra​ç​nais ont de
meilleures chances dans le monde du travail. Cela veut dire que si l'on a des connaissances en
français on peut en profiter dans toute l'Europe.
Le nombre d’apprenants du français est très élevé. Par exemple l’Alliance française qui est
présente sur les cinq continents et installée dans 136 pays dénombre, dénombre en 2007,
420.000 étudiants.

Les apprenants du français sont surtout des jeunes scolarisés, dans des pays qui offrent le
français comme matière scolaire. Les adultes qui s’intéressent à cette langue ont, soit le désir
d’apprendre cette langue volontairement, soit doivent le faire par nécessité professionelle.
Mais il peut également s’agir de personnes vivant dans un pays où le français est toujours
présent pour des raisons historiques et politiques et qui doivent donc apprendre cette langue.
Pour tous ces personnes, le français n’est pas leur langue maternelle mais une langue
étrangère. Le FLE est l’acronyme pour Français Langue Étrangère, et designe la langue
française comme enseignée à des apprenants non francophones.1

Le champ du Français Langue Etrangère est vaste et contrairement au FLM, le Français


Langue Etrangère est une discipline indépendante du FLM, le FLE ayant aquis une existence
autonome au fil des années. Dans les années soixante, on pouvait constater un premier partage
de la didactique du français, autrement dit, c’est dans ces années que l'on on a commencé à
distinguer le français qui est défini comme langue maternelle du français qui est objet
d’enseignement et d’apprentissage de personnes non natives, donc le Français Langue
Etrangère. On a commencé a créer plusieurs institutions, et ce développement d ‘un champ
noveau montre que depuis les années soixante il existe une nouvelle réalité à laquelle il fallait
s’adapter. Le champ du FLE est un système, un ensemble structuré d’éléments et des

1
Vgl.: Cuq/Gruca:Cours de didactique du fçais langue étrangère et seconde,S.13-14
relations, cela veut dire que les institutions qui sont imliquées dans l’enseignement du FLE
sont nombreuses et installés en France. 2

Les acteurs les plus importants du champ du FLE sont surtot les ministères français et leurs
opérateurs, soit les organismes suivants :

1. Le ministère des Affaires étrangères (MAE)

C’est l’organisation la plus importante et qui a le plus de droits de décision concernant la


politique de coopération linguistique et éducative.

2. L’agence pour l’enseignement du fçais à l’étranger (AEFE)

L’agence pour l’enseignement du français à l’étranger a été créée le 6 juillet 1990 avec le but
de gérer l’enseignement du français à l’étranger. Cette institution a des liens avec 410
établissements dans 127 pays. Son objectif est aussi d'assurer un service public aux Français
émigrés mais elle essaye aussi de renforcer la coopération éducative avec les systèmes
scolaires étrangers Èdufrance.

3. Le ministère de l’Éducation nationale , de l’enseignement supérieur et de la recherche


(MEN)
Cette institution s’occupe de problèmes de l’enseignement du français aux migrants et de la
didactique du français comme langue étrangère où seconde.

4. Édufrance

2
Vgl.: Cuq/Gruca:Cours de didactique du fçais langue étrangère et seconde,S.22-23
Organisme créé par le MAE et le MEN le premier novembre 1998. Cette agence s’adresse aux
institutions et aux étudiants étrangers et elle propose conseil, expertise, transfert de savoir-
faire et de technologie.

5. Le ministère de la Culture

Qui est devenu important au fil des années 80 et qui dispose pour les aspects linguistiques de
la Délegation générale àl a langue française et aux langues de France (DGLFLF)

Le Centre international d’études pédagogiques (CIEP)


Les départements d’université (par exemple de Montpellier III)
Les centres spécifiques (le CLA qui se trouve à Besançon, le CAVILAM à Vichy, le
CRAPEL à Nancy)

Au niveau des associations professionnelles il y a :


- La Fédération internationale des professeurs de français (FIPF)
- L’Association des centres universitaires d’étdudes françaises pour l’étranger
(ADCUEFE)
- L’Association de diactique du français langue étrangère ( ASDIFLE)
- La Société internationale pour l’histoire du français langue étrangère et seconde
(SIHFLES)

Les institutions d’enseignement, de formation et de recherche à l’étranger sont :

-Les alliances françaises


-les lycées franco-étrangers et
-les centres culturels3

3
Vgl.: Cuq/Gruca:Cours de didactique du fçais langue étrangère et seconde, S.25-39
Les certifications en FLE

Les Diplômes d’études en langue française (DELF) et les diplômes approfondis de langue
française (DALF) ont été créés par l ‘arrêté ministeriel du 22 mai 1985 et ils ont étés modifiés
par l’arrêté du 19 juin 1992 et encore une fois le 27 juillet 2000. Les deux dplômes ont
revolutionné le monde des certifications en FLE et ils sont choisis comme moyen
d’apprendre le français en France comme à l’étranger. Ils sont adoptés aujourd'hui dans plus
de 150 pays. Il y a une demande d’inscriptions qui ne cesse pas d'augmenter. Ce sont les
premiers diplômes d’Etat de français. Ces diplômes sont prévus pour des personnes de
nationalité étrangère et ils certifient de manière officielle des niveaux de connaissance de
pratique et de maîtrise de langue étrangère.4
Le DELF se divise encore une fois en deux certifications : le DELF premier degré qui se
compose de quatre unités de contrôle et le DELF second degré, de deux contrôles. Le DALF
se compose de quatre unités de contrôle et l’inscription à ce diplôme est seulement ouverte
aux ceux qui ont déjà reussi le DELF second degré.
En 2006 a été créé le DILF, un diplôme officiel du ministère de l’Education nationale.5

Parce que le Français Langue étrangère est une discipline indépendante du FLM, ses
méthodologie et pédagogie sont aussi différentes de celles du FLM ,concernant :
-La sélection de notions et d’actes de parole ciblés qui se réorientent vers les besoins
spécifiques des apprenants
-à la priorité donnée à l’oral, la compétence communicative étant plus importante quela
maîtrise des structures grammaticales
-à la mise en scène de situations de communication simulées, il est nécessaire que les
apprenants simulent les actes de communication qui doivent être le plus réels possible
-à la prise en compte des phénomènes d’interférences entre français et langue cible,
-au respect des spécificités culturelles locales,
-à l’enseignement des comportements des usagers de la langue cible

4
Vgl.: Cuq/Gruca:Cours de didactique du fçais langue étrangère et seconde,S.225-226
5
Leupold,Französisch unterrichten, S.394
-à la conception d’un enseignement dans une perspective plurilingue et pluriculturelle

La principale originalité de la méthodologie qui est appliquée par des enseignants qui
enseignent le français comme langue étrangère consiste à utiliser dès les débuts de
l’apprentissage la langue étrangère sans aucun recours à la langue maternelle. 6L’accent est
mis sur l’aquisition de l’oral et l’étude de la prononciation et dans cette méthodologie l’écrit
est d’abord envisagé comme un auxiliaire de l’oral. La progression prend en compte les
capacités et les besoins des étudiants. La méthodologie est active et l’apprentissage repose sur
les interactions et les échanges entre le professeur et les apprenants.7

Literatur :

Cuq, Jean Pierre/Gruca, Isabelle :​Cours devdidactique du fçais langue étrangère rt


seconde,Grenoble 2005
Boyer, Henri/Rivera,Michele: ​Introduction à la didactique du fçais langue étrangère, Paris
1979
Gantier, Hélène​ :l’enseignement d’une langue étrangère, 1973
Leupold, Eynar​ :Französisch unterrichten ;Grundlagen, Methoden, Anregungen,
Seelze-Velber 2002

7
Boyer,Rivera:Introduction à la didactique du fçais langue étrangère,S.46,47