Vous êtes sur la page 1sur 5

L

L’un des nombreux avantages du béton autoplaçant (BAP) est que sa mise en place demande bien moins de main-d’œuvre et
engendre moins de nuisances vibratoires et sonores. Cependant, nombreux encore sont ceux qui éprouvent des difficultés à
mettre en œuvre des éléments en BAP. L’objectif de cet article est d’attirer votre attention sur certains aspects dont il convient
de tenir compte (propriétés mécaniques du béton durci, p. ex.).

CT Gros œuvre
Béton autoplaçant :
recommandations pour la mise en œuvre
✍✍ P. Van Itterbeeck, dr.-ir. arch., chef de projet, laboratoire Structures, CSTC
V. Dieryck, ir., chef adjoint du laboratoire Technologie du béton, CSTC

Cet article a été rédigé dans le cadre de la Guidance technologique NeoCrete ‘Nouveaux bétons spéciaux’ subsidiée par la Région wallonne.

La parution de la nouvelle norme d’exécu- fabrication d’éléments trop fortement armés


tion NBN EN 13670 en 2010 et du projet de et/ou de forme trop complexe que pour être
son annexe belge au printemps 2012 a permis fabriqués avec un béton vibré traditionnel. Le
d’éclaircir certains aspects liés à la mise en coût important est souvent désigné comme un
œuvre. Cette norme constitue, avec diverses obstacle à une plus large application du maté-
directives européennes et internationales, une riau (en plus de l’étanchéité du coffrage, d’une
base pour la mise en œuvre correcte d’élé- connaissance insuffisante, ...). Pour dresser
ments en BAP. un état des lieux des avantages sociaux, tech-
niques et économiques d’un BAP, il convient
Un BAP est un béton qui se compacte sous son de considérer différentes facettes. Ainsi, bien
propre poids, remplit les moindres recoins du que le coût du matériau de base et du coffrage
coffrage et s’écoule sans effort à travers une soit important, il convient par exemple de
armature dense. Ces atouts font de lui une prendre en compte la mise en place rapide du Fig. 2 La mise en place d’un BAP demande
sorte de béton intéressante, pouvant faire une béton, le gain possible de main-d’œuvre, les beaucoup moins de main-d’œuvre.
grande différence sur chantier. Toutefois, sa coûts de finition moins élevés et la limitation
mise en œuvre diffère en certains points de des nuisances vibratoires et sonores.
celle d’un béton vibré traditionnel et requiert,
par conséquent, toute l’attention nécessaire. Dans cet article, nous nous intéresserons tout
d’abord à la mise en œuvre correcte d’un BAP. Si l’on exécute un béton apparent avec un
Apparu dans les années 80, le BAP connait Nous passerons ensuite en revue les exigences BAP, le coffrage doit être en parfait état afin
depuis lors un succès grandissant dans le relatives au coffrage ainsi que les points d’éviter les irrégularités ou les saletés dans le
monde entier. Dans nos contrées, il se ren- importants pour la mise en place du béton. béton fini. A l’instar du béton vibré tradition-
contre principalement dans le secteur du pré- Enfin, nous consacrerons notre attention aux nel, le choix du type d’huile de décoffrage est
fabriqué. Sur chantier, l’utilisation d’un BAP performances mécaniques du BAP durci. très important pour, entre autres, limiter la for-
prêt à l’emploi se fait encore attendre. En mation de bulles d’air.
effet, ce dernier est seulement utilisé pour la
1 EXIGENCES RELATIVES AU COFFRAGE Puisque l’utilisation du BAP accélère la mise
en place du béton, la vitesse de bétonnage peut
L’étanchéité du coffrage doit être parfaitement être augmentée. Toutefois, cette accélération,
assurée en raison de l’extrême fluidité du BAP. combinée à d’autres facteurs (les propriétés
Ceci ressort également d’un sondage effectué du béton frais, la forme et les dimensions du
auprès des professionnels. En effet, le moindre coffrage, p. ex.), peut engendrer dans le cof-
interstice peut entraîner une infiltration aux frage une pression nettement supérieure à celle
conséquences néfastes pour l’élément réalisé du béton vibré traditionnel et pouvant même
(formation de nid de gravier, diminution de atteindre des pressions hydrostatiques. Par
la résistance à la compression et de la durabi- sécurité, de nombreux documents [1, 5, 11]
lité, ...). Les joints, les trous de brelage et autres recommandent dès lors de concevoir le coffrage
doivent dès lors être conçus de la manière la en considérant aussi des pressions hydrosta-
plus étanche possible (au moyen de joints de tiques. La norme allemande DIN 18218 [4]
mastic, p. ex.). Par ailleurs, il convient égale- propose néanmoins des méthodes de calcul
ment de veiller à ce que les éléments légers permettant de calculer plus précisément les
présents dans le coffrage (certains éléments du pressions en fonction de différents facteurs tels
Fig. 1 Un BAP constitue la solution idéale pour des chauffage par le sol, p. ex.) ne remontent pas que la vitesse de remplissage, le temps de prise
éléments de structure fortement armés. à la surface. et la température du béton.

Les Dossiers du CSTC 2012/3.4 | 1


Toutes les directives européennes et internatio-
nales s’accordent sur le fait qu’il faut au moins
Hypothèses : prendre en compte les pressions hydrosta-
• Masse volumique d’un béton frais : 25 kN/m³ hs
• Temps de prise (tE) du béton : 5 h tiques lors du pompage par la partie inférieure
• Coffrage étanche 1 hE du coffrage (cf. plus loin).
• Serrage du béton vibré traditionnel à l’aiguille h
vibrante (interne)
• Température du béton frais : +15 °C
2 POINTS IMPORTANTS LORS DE LA
2 MISE EN ŒUVRE
σmax σmax,hydr
160 6,4 A la réception du BAP sur le chantier, il
Pression σhk,max exercée par le béton frais [kN/m²]

convient de vérifier si le béton livré corres-


P
BA

140 4 5,6 1 : béton frais pond au béton prescrit. Outre la vérification du

Hauteur de pression hydrostatique hs [m]


l,F 2 : béton durci bon de livraison, le contrôle de qualité consiste
n ne h : hauteur totale du béton
120 itio 3 4,8 également de préférence en une vérification
tra
d
e l, F hs : hauteur de pression hydrostatique
nn hE : hauteur du béton frais (hE = v.tE) de la consistance (classe SF). En fonction du
ré tio
100 vib radi 4,0 tE : temps de prise domaine d’application du BAP et des exi-
o n t
é t r é F 2 v : vitesse de coulée gences spécifiques supplémentaires qui lui ont
B vib l,
ne σmax : pression maximale du béton frais
80 ton ion 3,2 été imposées (en matière de viscosité, p. ex.), il
é r a dit σmax,hydr : pression hydrostatique
B t
i b ré convient éventuellement d’effectuer quelques
v
60 ton 2,4
essais supplémentaires avec du béton frais
Bé nel,
F1
t r a dition sur un nombre limité d’échantillons (écoule-

40 n vib 1,6
Béto ment à l’entonnoir en V ou boîte en L, p. ex.).
Néanmoins, un contrôle visuel durant la mise
20 0,8
en œuvre du BAP est toujours indispensable
0 0,0
afin de détecter à temps toute ségrégation (le
0 1 2 3 4 5 6 7 mélange n’est plus homogène) ou tout slump
Vitesse d’ascension [m/h] flow insuffisant.
fig 2
Fig. 3 Exemple de calcul de la pression engendrée dans le coffrage et des hauteurs de pression hydro-
Un autre point important à souligner pour le
statique selon la norme allemande DIN 18218.
BAP est sa perte d’ouvrabilité. A la fin du
bétonnage, le béton doit en effet être encore
suffisamment fluide pour conserver ses pro-
priétés autoplaçantes. En outre, le BAP ne peut
Un tel calcul est illustré à la figure 3. On que peut supporter un coffrage moyen. Il est absolument pas être vibré étant donné que le
considère une paroi de 6 m de haut, cou- évident que l’utilisation de cette norme alle- serrage peut entraîner la ségrégation du béton.
lée avec un béton dont la masse volumique mande implique certains risques en raison des A l’instar du béton vibré traditionnel, l’ajout
fraîche est de 25 kN/m3, un temps de prise de nombreuses hypothèses faites lors du calcul. d’eau pour rendre le béton plus facile à travail-
5 heures, une température du béton frais de En d’autres termes, un suivi rigoureux sur le ler est interdit.
+ 15 °C et pour lequel une vitesse d’ascension chantier est indispensable. En outre un moni-
de 3 m/h est utilisée. Nous constatons que la toring des pressions du coffrage est également La mise en place d’un BAP dans une paroi
hauteur de pression hydrostatique d’un béton conseillé pour pouvoir intervenir à temps et peut se faire en utilisant une des méthodes pré-
vibré traditionnel de classe de consistance F3 effectuer les adaptations nécessaires. Dans sentées dans le tableau ci-dessous.
(étalement 420 - 480 mm) est de 2,4 m (avec cet exemple spécifique, l’hypothèse offrant
une pression maximale de 60 kN/m² (*)) le plus de marge de sécurité est de considé- Le remplissage classique par la partie supé-
tandis que celle d’un BAP est de 5 m (avec rer une hauteur de pression hydrostatique sur rieure du coffrage à l’aide, par exemple, d’une
une pression maximale de 124 kN/m² (*)), toute la hauteur (mur de 6 m : pression maxi- goulotte de déversement peut se dérouler de la
laquelle est beaucoup plus importante que ce male de 150 kN/m² (*)). même manière que pour un béton vibré tradi-

Tableau Méthode de mise en œuvre d’un BAP

Méthode Remarque Spécificités


Remplissage classique par la
Risque de ségrégation Réduire la hauteur de chute à 1 m (comme pour le béton vibré traditionnel)
partie supérieure du coffrage
CT Gros œuvre

Immersion d’un tube plongeur Un ferraillage dense et/ou • le tube doit être choisi en fonction de la densité de l’armature, le coffrage et le
par la partie supérieure du un coffrage étroit nécessitent mélange de BAP
coffrage une attention particulière • la composition du BAP doit être adaptée à la pression de la pompe
• le coffrage doit être adapté
Remplissage du coffrage par Cette méthode permet
• il se peut que la pression exercée sur le coffrage dépasse la pression hydrostatique
la partie inférieure du cof- d’éviter de faire chuter le
• la composition du BAP doit être adaptée à la pression de la pompe
frage au moyen d’une pompe béton dans le coffrage
• les livraisons de béton doivent être bien planifiées

(*) Il ne s’agit pas d’une valeur de calcul (c.-à-d. sans facteur de sécurité), mais d’une valeur caractéristique. La norme allemande DIN 18218 fixe ce facteur de
sécurité à 1,5. Les pressions exercées doivent, par conséquent, être toujours multipliées par ce facteur. La norme EN 12812 mentionne en outre que cette charge
doit être combinée avec une action courante du vent de 200 N/m².

2 | Les Dossiers du CSTC 2012/3.4


pressions hydrostatiques. La pression exercée directives européennes et internationales [3,
par le béton peut même monter plus haut à l’en- 13] recommandent des distances de 5 à 10 m.
droit d’injection du béton (en bas du coffrage)
à la suite de l’effet dynamique du pompage. Etant donné que le BAP ne peut être vibré, il
Il est évident que cette méthode requiert un convient de veiller à ce qu’aucune grosse bulle
planning de chantier rigoureux permettant de d’air ne soit piégée lors du remplissage du cof-

CT Gros œuvre
suivre les livraisons de béton. Lors du pompage frage. Certains documents de référence [11]
par la partie inférieure du coffrage, il convient conseillent d’ailleurs de réduire la vitesse de
évidemment d’équiper le point d’injection d’un remplissage. Il convient – surtout pour les pro-
système de fermeture efficace afin de permettre jets de grande envergure – de bien faire suivre
la déconnexion du tuyau. les livraisons de béton afin d’éviter tout joint
de reprise visible.
Pour toutes les méthodes de mise en œuvre
dans lesquelles le BAP est pompé, il convient A l’instar du béton vibré traditionnel, la cure
de porter une attention particulière à la compo- du BAP requiert également une attention par-
sition de mélange. En effet, cette dernière doit ticulière pour, notamment, éviter toute fissura-
toujours être adaptée à la pression de la pompe tion à la suite d’un retrait plastique.
exercée ou attendue afin d’éviter la ségréga-
tion du béton et/ou le bouchage des tuyaux.
Il est d’ailleurs préférable de mentionner lors 3 PROPRIÉTÉS DU BÉTON DURCI
Fig. 4 Remplissage d’un coffrage de voile avec un de la commande à la centrale de béton que le
BAP au moyen d’un système de tube par la partie BAP est destiné à être pompé. La pression de Les grandes différences de composition
supérieure du coffrage (durant la mise en œuvre
d’essais à grande échelle au sein du laboratoire
pompage constitue un autre point important. (teneur en pâte plus élevée et utilisation
Structures du CSTC). Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce de fillers, notamment) suscitent souvent la
type de béton (qui est quand même très fluide) crainte que les propriétés d’un BAP durci
nécessite parfois une pression de la pompe puissent différer fortement de celles d’un
plus importante que pour un béton vibré tra- béton vibré traditionnel durci. C’est la raison
ditionnel. Cette constatation a été observée sur pour laquelle le CSTC a mené, en collabora-
tionnel. Le principal inconvénient de ce mode quelques compositions de BAP lors d’essais tion avec la KU Leuven, une étude de grande
de mise en œuvre est qu’il a tendance à aggra- au laboratoire Magnel de l’UGent. A l’heure envergure consacrée à ce thème. Dans ce
ver les phénomènes de ségrégation du béton ou actuelle, il y a lieu de confirmer s’il s’agit d’un cadre, huit mélanges BAP ont été analysés.
même à les générer. Le projet d’annexe natio- phénomène s’appliquant à tous les mélanges On a principalement étudié l’influence de la
nale de la norme NBN EN 13670 conseille de BAP. teneur en poudre, du type de filler, du E/C, ...
réduire la hauteur de chute à 1 m (comme pour sur les performances mécaniques du BAP [9].
le béton vibré traditionnel). Il est néanmoins Quelle que soit la méthode retenue pour mettre Nous donnons ci-dessous un aperçu des prin-
conseillé de contrôler attentivement le béton- en place un BAP, il convient de limiter le che- cipaux résultats des essais concernant la résis-
nage du béton et d’agir à temps lorsque les minement horizontal dans le coffrage. La lon- tance à la compression, le module d’élasticité
premiers signes de ségrégation apparaissent. gueur maximale acceptable est toujours fonc- (module E) et le retrait du BAP.
La formation d’une couche manifestement tion de la capacité du BAP utilisé à se déplacer
dépourvue de granulats grossiers sur la par- dans le coffrage tout en conservant son homo- La résistance à la compression est souvent le
tie supérieure du béton et l’apparition d’une généité. Plus la distance de cheminement est seul paramètre mesuré et est le plus courant
grande quantité de bulles d’air à la surface du longue, plus le béton est susceptible de mani- dans le monde du béton. Par conséquent, les
béton constituent les caractéristiques typiques fester de la ségrégation dynamique (c.-à-d. qui normes internationales pour le calcul des struc-
de ségrégation. apparaît à la suite du mouvement du béton). tures en béton expriment de nombreuses autres
Cette dernière se manifeste en une couche de propriétés mécaniques – dont la résistance à
L’introduction d’un tube plongeur par la partie pâte qui se déplace avant le reste du béton. La la traction et le module d’élasticité – en fonc-
supérieure du coffrage constitue une deuxième norme NBN EN 13670 ainsi que son annexe tion de ce paramètre. C’est également le cas
méthode de mise en œuvre (cf. figure 4). Le nationale ne précisent aucune valeur maximale de la norme NBN EN 1992 (Eurocode 2) qui
tube est introduit dans le fond du coffrage et pour le cheminement horizontal. Certaines reprend la classification du béton uniquement
remonté au fur et à mesure du remplissage,
ce qui limite la hauteur de chute du béton. En
présence d’une importante densité d’arma-
ture et/ou d’un coffrage étroit, il convient de
réduire le diamètre du tuyau tout en gardant
à l’esprit que ce dernier doit encore pouvoir
pomper le BAP. Dans ce cas, la valeur Dmax
et la viscosité du mélange du béton jouent un
rôle déterminant.

Une dernière méthode de mise en place, spé-


cifique au BAP, est le remplissage par la partie
inférieure du coffrage à l’aide d’une pompe
(cf. figure 5). Cette méthode permet également
d’éviter la chute du béton dans le coffrage. Si
on opte pour cette méthode, il convient d’adap-
ter le coffrage et, lors de la conception de ce Fig. 5 Remplissage d’un coffrage de voile grâce au pompage d’un BAP par la partie inférieure du cof-
dernier, d’au minimum prendre en compte les frage (durant la mise en œuvre des essais à grande échelle réalisés au Laboratoire Magnel de l’UGent).

Les Dossiers du CSTC 2012/3.4 | 3


1,1
BAP : résultats exprimés dans
la littérature scientifique
1,0 BAP : résultats CSTC

EN 206-1 (EC2)
fcm, cylindre/fcm,cube
0,9

0,8
The first CEB International
Recommendations 1964
0,7

0,6
20 40 60 80 100 120
fcm,cube

Fig. 6 Le facteur de conversion de la norme NBN EN 206-1 semble légèrement sous-estimer la résistance à la compression du BAP.

sur la base de la résistance à la compression BAP. Au contraire, l’utilisation de cette clas- Outre le module d’élasticité, la littérature
de la norme européenne NBN EN 206-1 [2]. sification permettra toujours une sous-estima- scientifique considère également que le
Dans cette norme, différentes classes de résis- tion sans risque de la résistance à la compres- retrait constitue un point important pour le
tance à la compression sont définies en fonc- sion du cylindre. Le seul inconvénient est que BAP. La figure 8 (p. 5) donne un aperçu des
tion de celle que présente le béton lorsqu’il est le potentiel du matériau ne soit éventuellement résultats des essais du CSTC en fonction des
âgé de 28 jours (résistance à la compression pas mis à profit. prédictions de l’Eurocode 2. Ces résultats
mesurée sur des cubes de 150 mm de côtés démontrent que cette norme prédit correcte-
et des cylindres de 150 mm de diamètre et de On suppose souvent dans la littérature scien- ment le retrait total pour les mélanges BAP
300 mm de hauteur). tifique que le module d’élasticité du BAP est étudiés, surtout si la dispersion attendue de
inférieur à celui du béton vibré traditionnel. 30 % reconnue pour le béton vibré tradition-
La figure 6 représente graphiquement les En effet, pour atteindre son caractère autopla- nel est prise en compte (cf. Eurocode 2). Une
facteurs de conversion expérimentaux obte- çant, le BAP comporte une grande quantité analyse approfondie des résultats montre que
nus avec les facteurs que l’on retrouve dans de pâte et moins de granulats grossiers [10, les paramètres des matériaux (type de fillers,
la littérature scientifique (17 compositions 12]. Toutefois, cette affirmation semble dif- rapport ciment/poudre et teneur en poudre)
de mélange au total). Ces valeurs sont égale- ficile à confirmer avec les résultats des essais peuvent fortement influencer le retrait total
ment comparées aux facteurs de conversion du CSTC et ceux publiés dans la littérature attendu. Si ce dernier constitue un éventuel
de la norme NBN EN 206-1. Il ressort de scientifique (cf. figure 7). En effet, aucune point important pour une application parti-
la figure que pas moins de 95 % des résul- différence significative n’a pu être constatée culière, il convient de bien choisir, comme
tats se trouvent au-dessus de la courbe de la que ce soit pour des résistances à la compres- pour un béton vibré traditionnel, le mélange
norme NBN EN 206-1 et, en outre, que 30 % sion faibles ou hautes. Tous les résultats – en jouant notamment sur les paramètres sus-
des résultats se situent au-dessus de la limite tant pour le béton vibré traditionnel que pour mentionnés.
supérieure de la dispersion attendue [7]. En le BAP – se trouvent dans la même gamme
moyenne, on peut donc supposer qu’un fac- de valeurs. En outre, si on tient compte des Les résultats de la recherche du CSTC,
teur de conversion légèrement plus élevé s’ap- variations du module d’élasticité du béton menée en collaboration avec la KU Leuven,
plique au BAP. Quelques autres publications vibré traditionnel [6] – estimé à 30 % de la indiquent que les performances mécaniques
ont récemment confirmé cette constatation [8]. moyenne (0,70 Ecm à 1,30 Ecm) –, tous les du BAP (pour les propriétés étudiées, dont la
Cela ne signifie cependant pas que la norme résultats des mélanges BAP se situent dans résistance en traction, le module d’élasticité,
NBN EN 206-1 n’est plus applicable pour le cette marge. l’adhérence des barres d’armature, la résis-

60
Eurocode 2
55 1,30 x Ecm

50 BAP : littérature scientifique

45 BAP : recherche CSTC


CT Gros œuvre

Ecm [GPa]

40
Béton vibré traditionnel
35

30 0,70 x Ecm

25
0,3
 fcm, cube 
20 Ecm = 22.  0,8.
 10 
15
20 30 40 50 60 70 80 90 100 110
Fcm, cube [MPa]

Fig. 7 L’Eurocode 2 peut correctement prédire les résultats du module d’élasticité.

4 | Les Dossiers du CSTC 2012/3.4


tance aux efforts tranchants, ...) sont en de outre, la RILEM publiera en hiver 2013 le CSTC servira certainement de base de discus-
nombreux points comparables, voire même State-of-the art report relatif aux propriétés sion au sein du Comité chargé de la rédaction
meilleurs que le béton vibré traditionnel. En mécaniques du BAP. La recherche menée au de ce rapport. n

CT Gros œuvre
700
Prédictions sécuritaires de l’Eurocode 2
 % e2
30 od
+ c
600 Euro M1
Prédictions de l’Eurocode 2 [µm/m]

M2
500
M3
0  %
-3 M4
400
M5

300 M6

M7
200
M8

100

Prédictions non sécuritaires de l’Eurocode 2


0
0 100 200 300 400 500 600 700
Retrait total mesuré expérimentalement [µm/m]

Fig. 8 Retrait total mesuré expérimentalement de huit types de BAP en comparaison avec les prédictions de l’Eurocode 2.

Bibliographie
1. Association Française du Génie Civil
Recommandations pour l’emploi des bétons auto-plaçants. Paris, AFGC, 2008.
2. Bureau de Normalisation
NBN EN 206-1 Béton. Partie 1 : Spécification, performances, production et conformité. Bruxelles, NBN, 2001.
3. Danish Technological Institute
Guidelines foor execution of SCC. Taastrup, DTI, 2007.
4. Deutsches Institut für Normung
DIN 18218: frischbetondruck auf lotrechte schalungen. Berlin, DIN, janvier 2010.
5. European Project Group
The European Guidelines for Self-Compacting Concrete. Specification, Production and Use. Knowle (GB), EPG (BIBM, CEMBUREAU,
ERMCO, EFCA, EFNARC), mai 2005.
6. International Federation for Structural Concrete 
Système International de Réglementation Technique Unifiée des Structures. Volume 2: Code-Modèle CEB-FIP pour les structures en
béton. Lausanne, bulletin d’information n° 124/125-F, 1978.
7. International Federation for Structural Concrete 
The First CEB International Recommendations. Lausanne, FIB, 1964.
8. F. Van Der Vurst et J. Peirs
Vormfactoren voor poedergebaseerd zelf-verdichtend beton. Gent, UGent, Masterthesis, 2012.
9. P. Van Itterbeeck, N. Cauberg, K. Lesage, B. Parmentier et L. Vandewalle
Eurocode 2 Predictions vs. mechanical properties of self-compacting concrete, proceedings of SCC2012. Design, production and place-
ment of self-consolidating concrete. Montréal, Springer, 2010.
10. P. L. Domone
A review of the hardened mechanical properties of self-compacting concrete, cement and concrete composite. Londres, University Col-
lege London, 2007, p.1-12.
11. RILEM
TC 174-SCC: Self Compacting Concrete, progress report. Bagneux, RILEM, 2000.
12. A.K. Schindler, R.W. Barnes, J.B. Roberts et S. Rodriguez
Properties of self-consolidating concrete for prestressed members. Michigan, ACI Materials Journal, 2007, p. 53-61.
13. Vereniging van Ondernemers van Betonmortelfabrikanten in Nederland
Informatieblad : Zelfverdichtend beton. Veenendaal, VOBN, 2006.

Les Dossiers du CSTC 2012/3.4 | 5