Vous êtes sur la page 1sur 4

Document réalisé depuis: http://www.avigolfe.com/pages/memorendum.

htm

Memo Projet Manhattam 30 octobre 1943 General L.R. Groves Ce mémo (note rapide ou blueprint
en americain) révèle l'état des connaissances des scientifiques du projet Manhattam (AVANT la
première bombe atomique US) qui sont communiquées au général supervisant le projet. Il est en
relation direct avec les chefs militaires et politiques du Pentagone donc du Ministre de la Défense et
du président des USA de l'époque.

Même si l'état des connaissances scientifiques sur les dommages provoquées par les industries
nucléaires civiles et militaires et l'usage des armes atomiques ou à UA se sont considérablement
développées, on s'aperçoit que l'essentiel était connue des autorités scientifiques, militaires et
politiques dès l'automne 43.

Le dit mémo est accessible dans la version HTML comportant une image de la page de garde du
document original à l'URL suivante :
http://www.mindfully.org/Nucs/Groves-Memo-Manhattan30oct43.htm

Ce document a été communiqué par le Major Doug ROKKE à la scientifique Leuren Moret.qui
adressa des courriers très détaillés à plusieurs membres du Congrès US, notamment le 21 février
2003
http://www.mindfully.org/Nucs/2003/Leuren-Moret-Gen-Groves21feb03.htm

Ne pas oublier que le mémo date de 1943, que les essais de bombes atomiques sont en cours et que
le général Groves fonde son mémo sur un matériau radioactif disponible en très grande quantité aux
USA comme probablement en Allemagne selon son estimation. C'est bien l'uranium

Memorandum to: Brigadier General L. R. Groves


From: Drs. Conant, Compton, and Urey
War Department
United States Engineer Office
Manhattan District
Oak Ridge Tennessee
October 30, 1943
Declassified June 5, 1974

1. Ci-joint [ sic ] un sommaire du rapport écrit par les Docteurs. James B. Conant, Président, A. H.
Compton, et H. C. Urey, comportant un Sous-Comité du Comité de Direction S-1 sur l' "utilisation
des matériaux radioactifs comme arme militaire." Il est recommandé qu'une décision soit obtenue
de l'autorité compétente pour autoriser le travail additionnel concernant l'utilisation des matériaux
radioactifs pour que ce pays puisse être prêt à employer ou à se défendre contre l'utilisation de tels
matériaux. Le programme suivant est recommandé :
a. Formation immédiate d'un groupe de recherches et d'étude à l'Université de Chicago sous la
surveillance de l'ingénieur actuel du secteur. Tâche à ce groupe d'individus compétents travaillant
maintenant sur la poussière et le liquide disséminés par des munitions et de tester sur le terrain des
agents de guerre chimique du Conseil de la "Recherche" de la Défense Nationale.
b. Attribution d'un officier compétent du Service de la Guerre Chimique à l'ingénieur de région de
Chicago, avec qui il se familiariserait et travaillerait sur le problème à l'étude à l'Université de
Chicago. Cet officier devrait être expérimenté dans l'utilisation pratique des gaz de guerre.
c. La responsabilité de l'organisation ci-dessus serait :

(1) Développer les instruments indiquant le rayonnement, améliorer les équipements actuels de la
Victoreen Company et préparer un test de contrôle des instruments avec cette compagnie.

(2) Lancer les études théoriques concernant les méthodes, les moyens et l'équipement pour
disséminer le matériel radioactif comme arme de la guerre.

(3) Mener des essais sur le terrain dans des lieux isolés tels que les travaux de l'ingénieur Clinton ou
des travaux de l'ingénieur Sanford, en utilisant un matériel traceur non radioactif.

(4) Préparer un manuel d'instruction pour l'utilisation ou la défense contre des armes radioactives.
Ce manuel serait semblable à celui employé actuellement par le service de la guerre chimique pour
les gaz de guerre.

(5) Comme un instrument des gaz de guerre le matériel serait fondé sur des particules de taille
microscopique pour former la poussière et des aérosols. Il serait disséminé à partir d'un projectile
tiré par des véhicules terrestres ou des bombes aériennes. Sous cette forme il serait inhalé par le
personnel. La quantité nécessaire pour causer la mort à une personne inhalant le matériel est
extrêmement petite. On a estimé qu'un millionième d'un gramme s'accumulant dans le corps d'une
personne serait mortel. Il n'y a aucune méthode de traitement connue pour un tel accident

Deux facteurs semblent augmenter l'efficacité de la poussière radioactive d'aérosols comme arme.

Ce sont :

(1) il ne peut pas être détecté par les sens ;

(2) il peut être disséminé sous une poussière ou une forme d'aérosols en poudre tellement fine
qu'elle imprégnerait un filtre standard de masque à gaz dans des quantités assez grandes pour être
extrêmement préjudiciable. Un facteur extérieur dans son efficacité comme arme est celui de toute
poussière ou tout aérosol dans lesquels le matériel est pulvérisé tellement finement qu'il prend la
caractéristique d'un gaz absorbé rapidement et donc il est sujet à tous les facteurs (tel que le vent)
agissant contre la défense de concentrations élevées en quelques minutes sur un secteur donné.

c. Utilisation possible par l'ennemi.

On estime que la guerre radioactive peut être employée par les Allemands pour les buts suivants :
(1) rendre des secteurs évacués inhabitables.
(2) contaminer de petits secteurs critiques tels que des gares de chemin de fer et des aéroports.
(3) Comme un gaz radioactif toxique pour créer des accidents parmi des troupes.
(4) Contre de grandes villes, pour favoriser la panique et créer des victimes parmi les populations
civiles.

Pour l'usage dans les villes, on estime que les concentrations devraient être extrêmement élevées
pour contrer l'effet d'armature des bâtiments.

Les docteurs Compton et Urey, deux membres du Comité, craignent que le matériel radioactif
puisse être employé par les Allemands contre les Nations Unies à l'automne 1943. Apparemment le
Doct. Conant n'est pas convaincu de cette opinion.

d. Utilisation possible par les États-Unis.


La recommandation de ce sous-comité est, si les autorités militaires estiment que les États-Unis
devraient être prêts à utiliser les armes radioactives au cas où l'ennemi commencerait en premier,
des études sur le sujet devraient être commencées immédiatement.

-2-

Les utilisations militaires possibles des matériaux radioactifs sont les suivantes :

(1) Comme contaminant de terrain. Pour être employés de cette manière, les matériaux radioactifs
seraient répandus sur terre à partir de l'air ou du sol si l'ennemi est dans le territoire à contrôler.
Dans le but d'interdire le terrain à l'un ou l'autre des belligérants sauf aux dépens d'exposer le
personnel aux rayonnements nocifs

Les estimations indiquent que ces matériaux pourraient être produits par les Allemands dans de
telles quantités, que tous les quatre jours deux 'miles' carrés de terrain jusqu'à trois pieds au-dessus
du niveau du sol, pourraient être contaminés à une intensité moyenne de rayonnement de cent
rontgens par jour. L'exposition par jour (100 roentgens au corps entier) aurait comme conséquence
l'incapacité provisoire, un période d'exposition un peu plus courte entraîne une incapacité moindre
et une exposition d'une semaine entraîne la mort. Les effets sur une personne ne seraient
probablement pas immédiats, mais seraient retardés pendant des jours ou peut-être des semaines en
fonction des quantités d'exposition. L'exposition de cinq à dix fois la concentration ci-dessus décrite
frapperait d'incapacité dans un à deux jours et serait mortelle dans les deux à cinq jours suivants.
Les secteurs ainsi contaminés par le matériel radioactif seraient dangereux jusqu'à ce que la
désintégration normalement lente du matériel ait eu lieu, ce qui prendrait des semaines et même des
mois <>. Sur une surface lisse et dure, une certaine décontamination pourrait être accomplie par le
rinçage avec de l'eau, mais pour le terrain moyen aucune méthode de décontamination n'est connue.
Aucun vêtement de protection efficace pour le personnel ne semble possible d'être développé..

(2) Comme un instrument de gaz de guerre le matériel serait fondé sur des particules de taille
microscopique pour former la poussière et des aérosols. Il serait disséminé à partir d'un projectile
tiré par des véhicules terrestres ou des bombes aériennes. Sous cette forme il serait inhalé par le
personnel. La quantité nécessaire pour causer la mort à une personne inhalant le matériel est
extrêmement petite. On a estimé qu'un millionième d'un gramme s'accumulant dans le corps d'une
personne serait mortel. Il n'y a aucune méthode de traitement connue pour un tel accident
Les secteurs ainsi contaminés par les poussières et aérosols radioactifs, seraient dangereux aussi
longtemps qu'une concentration de matériel puisse être maintenue assez élevée. Sous ces formes, les
matériaux prennent les caractéristiques d'un gaz absorbé rapidement et il est improbable que des
concentrations importantes puissent être maintenues plus que quelques minutes pour un secteur
donné. Cependant, elles peuvent s'envoler comme une poussière fine du terrain par les vents, le
mouvement des véhicules ou des troupes, etc., et resteraient un risque pour longtemps.
Ces matériaux peuvent également étant ainsi disposés comme absorbés dans le corps par ingestion
au lieu de l'inhalation. Des réservoirs ou des puits seraient contaminés ou la nourriture aurait été
empoisonnée avec un effet semblable à cela résultant de l'inhalation de la poussière ou des aérosols.
La production de quatre jours pourrait contaminer des millions de gallons d'eau jusqu'à un degré
qu'un seul quart bu en un jour aurait probablement comme conséquence l'incapacité ou la mort
complète dans un délai d' environ un mois.

-2-
B. Les Sources Internes

L'APPAREIL RESPIRATOIRE: Le Doct. Wollan a estimé qu'une accumulation de 10-3 curies de


matériel radioactif de rayonnement bêta à grande énergie produirait une exposition d'environ 100
r/jour aux poumons. Malheureusement, il n'y a aucun rapport de données expérimentales
directement sur le dépôt des produits de f [ fission ] ni sur l'action des rayonnements bêta sur les
surfaces bronchiques et alvéolaires.
Des particules de taille supérieure à 1µ [micron] sont susceptibles d'être déposées dans le nez, la
trachée ou les bronches et puis entraînées sur les parois des muqueuses au taux de 1/2 - 1 cm/min.
Des particules plus petites que 1µ [ micron ] peuvent être déposées dans les alvéoles où elles
demeureront indéfiniment ou seront absorbées dans le lymphatique ou le sang. La probabilité du
dépôt des particules de poussière n'importe où dans l'appareil respiratoire dépend du taux
respiratoire, la dimension particulaire, le produit chimique et la nature physique, la concentration
dans l'atmosphère. Par conséquent la probabilité des produits de f [ fission ] endommageant le
poumon dépend de tous ces facteurs.
Bien que l'information seulement fragmentaire est disponible, on estime que les dommages seraient
manifestes en tant qu'irritation bronchique avançant de quelques heures à quelques jours, selon la
dose. Il ne frapperait pas d'incapacité immédiatement excepté avec des doses au voisinage de 400 r
ou plus [ roentgens ] par jour. L'effet le plus sérieux des dommages permanents apparaissant de
nombreux mois plus tard après l'irradiation persistante des particules maintenues quotidiennement,
même aux taux bas.
Il semblerait que les gaz chimiques pourraient accomplir plus et également plus rapidement d'autant
que les surfaces de peau et les poumons sont concernés. Les émetteurs de bêta auraient des effets
plus permanents -- démarrant des mois après exposition. appareil Gastro-Intestinal : Les produits de
f [ fission ] émettant des bêtas pourraient entrer dans l'appareil gastro-intestinal à partir de l'eau
polluée, de la nourriture ou de l'air. De l'air, ils atteindraient les muqueuses du nez, la gorge, les
bronches, etc., et être ingurgités. Les effets seraient irritation locale juste comme dans les bronches
et la même quantité d'exposition serait exigée. L'estomac, le caecum, et le rectum, où le contenu
demeure pendant de plus longues périodes qu'ailleurs seraient le plus susceptibles d'être affectés. Il
est imaginable que des ulcères et les perforations de l'intestin suivi de la mort pourraient être
produits, même sans aucun effet général du rayonnement.
Voies sanguines ET TISSUS: les produits de fission émettant des bêta et gamma peuvent être
absorbés à partir des poumons ou de l'appareil G-I dans le sang et ainsi être disséminés dans tout le
corps.

Ce document contient l'information affectant la défense nationale des Etats-Unis au sens de la Loi
d'espionnage, U.S.C. 50 : 31 et 32. Sa transmission ou la révélation de son contenu de n'importe
quelle façon à une personne non autorisée est interdite par la loi.