Vous êtes sur la page 1sur 3

Arts asiatiques

Bernard Frank et le musée Guimet


Jean-François Jarrige

Citer ce document / Cite this document :

Jarrige Jean-François. Bernard Frank et le musée Guimet. In: Arts asiatiques, tome 52, 1997. pp. 140-141;

https://www.persee.fr/doc/arasi_0004-3958_1997_num_52_1_1409

Ressources associées :

Bernard Frank

Fichier pdf généré le 21/04/2018


traie, dont la personne, hormis celle de Cette vaste tâche qu'envisageait B. On le voit bien en lisant ses œuvres,
quelques grandes figures, tend à s'effacer Frank sur le panthéon bouddhique pour B. Frank, le Japon est un pays
[...] derrière les lieux où elle est honorée. Ici japonais, en se fondant sur le millier d'images bouddhique, plus encore, peut-être, comme
nous sommes en présence d'objets de qu'il a recueillies au long de ses pèlerinages semble le laisser entendre la citation
vénération de nature assez individualisée et dans toutes les provinces japonaises, jusque précédente, que shintoïste, et le bouddhisme était
dont cependant les Japonais disent dans les temples et monastères les plus l'une des clefs de la compréhension de sa
toujours, au premier abord, n'avoir qu'une reculés, il en a mené à bien une partie très culture.
idée peu précise. » II définit ainsi sa tâche : importante. On en trouvera le fruit dans son Il s'est toujours défendu d'être «boud-
« Reconstituer ce portrait éclaté, étudier ces grand catalogue du fonds bouddhique dhologue»: sa modestie et son sens de la
personnages du double point de vue de japonais du musée Guimet: Le panthéon rigueur intellectuelle lui faisaient estimer
l'interprétation orthodoxe et de bouddhique au Japon - Collections d'Emile qu'il n'était qu'un amateur en ces études.
l'interprétation populaire, examiner dans quelle Guimet (RMN 1991) où il concentre dans ses Pourtant nulle part mieux qu'auprès de lui
mesure ils constituent un système, mettre en notices d'une extraordinaire densité les étudiants n'auraient pu comprendre à
évidence leurs liens avec la vie individuelle l'essentiel de ce savoir accumulé sur le terrain quelle profondeur et avec quelle subtilité la
et collective, familiale et professionnelle, la et dans les textes, mais aussi dans de religion indienne avait pénétré la culture
place qu'ils tiennent dans la littérature, la nombreux articles où il poursuit jusqu'au bout japonaise. Tous ceux qui ont eu la chance
langue, les proverbes et, même, la publicité, la méthode annoncée autour d'une divinité de recevoir son enseignement, qui ont
est une tâche assurément vaste, mais qui précise: je ne prendrai comme exemple que entendu ses conférences ou lu ses études
promet des résultats très intéressants. La son article «Amour, colère, couleur - savent quel guide les a quittés.
recherche montre la vitalité de certaines Variations sur Aizen-myôô» (Bouddhisme et
croyances qui, apparemment vouées à cultures locales édité par Fukui F. et G. Fuss-
s'éteindre en même temps que les activités man, EFEO, 1994), où il suit l'évolution de
de caractère traditionnel auxquelles elles Râgarâja, forme du dieu de l'amour indien
étaient liées, ont trouvé dans la société Kâma, de l'Inde brahmanique ancienne à Jean-Noël Robert
industrielle une étonnante occasion de travers le Japon médiéval jusque dans École Pratique des Hautes Études (V section)
reprendre racine.» [Texte inédit] l'industrie chimique du Japon moderne. Sorbonne, 45-47, rue des Écoles, 75003 Paris

Bernard Frank et le musée Guimet

Bernard Frank, membre de l'Institut et conviction et d'une grande ténacité pour l'accent sur les arts de l'Asie plus que sur
Professeur au Collège de France, qui s'est servir les causes qui lui tenaient à cœur. ses religions, avaient conduit les
éteint le 15 octobre 1996, faisait partie du Parmi ces causes, celle qui lui fut conservateurs à reléguer progressivement une
comité de direction des Arts Asiatiques, une particulièrement chère était directement liée au partie croissante des « vieilles collections »
revue à laquelle il attachait une très grande musée Guimet. Dans l'introduction de son d'Emile Guimet vers de sombres réserves.
importance et qu'il a su défendre avec force bel ouvrage Le panthéon bouddhique au Pourtant dès 1927, Serge Elisseeff en avait
lorsque cela fut nécessaire, apportant en Japon - Collection d'Emile Guimet, il déjà montré l'intérêt dans La mythologie
particulier à son rédacteur, Irène Martin du déclare : « Les bases de ce travail ont été asiatique illustrée, publiée à la Librairie de
Gard, un chaleureux soutien. Le Professeur jetées il y a quarante et quelques années lors- France, ouvrage qui a aussi contribué à la
Jean-Noël Robert qui fut son élève et qu'ayant trouvé chez un libraire d'occasion vocation de Bernard Frank.
disciple, retrace ici la contribution essentielle un exemplaire du Petit Guide illustré au A partir de 1953, dans le cadre d'une
que Bernard Frank a apportée à la japono- musée Guimet dans l'édition de 1910, je collaboration entre le musée Guimet et
logie et à l'étude du bouddhisme japonais. prononçai - pour emprunter une l'École Pratique des Hautes Études, le
Nous voudrions simplement, à l'occasion de expression bouddhique - le vœu de consacrer mes bâtiment annexe du 19, avenue d'Iéna, devient
cette bien triste disparition, rappeler le rôle efforts dans l'avenir aux fabuleuses un centre d'étude des religions où les
si important qu'il a joué pour sauver de collections qui y étaient décrites et auxquelles il collections d'iconographie religieuse d'Emile
l'oubli une partie de l'œuvre d'Emile ne pouvait alors être question d'avoir Guimet sont alors transférées. Bernard
Guimet et pour permettre au musée Guimet de accès ». Frank va pouvoir entreprendre le
présenter dans l'ancien hôtel Heidelbach, le Rappelons que le grand projet d'Emile classement et l'étude des pièces bouddhiques
plus souvent désigné sous le nom d'Annexé, Guimet d'un musée des religions, japonaises. Il aura ainsi l'occasion de réaliser
au 19, avenue d'Iéna, un panthéon présentant en particulier un riche ensemble la qualité remarquable du travail accompli
bouddhique unique au monde. d'œuvres bouddhiques qu'il avait par Emile Guimet qui, par une véritable
La profonde bienveillance de Bernard rapportées de son voyage en 1876 au Japon était, démarche scientifique s'appuyant sur
Frank et son légendaire sens de l'humour après ses heures de gloire, tombé dans l'utilisation d'anciens manuels d'iconographie,
s'accompagnaient aussi d'une force de l'oubli. De nouvelles présentations, mettant avait constitué un véritable dictionnaire

140 Arts Asiatiques, tome 52-1997


illustré du Bouddhisme japonais sans une complète rénovation de l'Annexe du en collaboration avec les conservateurs du
équivalent ailleurs dans le monde. Bernard musée Guimet pour y présenter sur deux musée Guimet a aussi permis la découverte,
Frank est alors fasciné par les étages deux cent vingt deux pièces des parmi les oeuvres rapportées par Emile
innombrables facettes de la présence divine anciennes collections d'Emile Guimet, Guimet, essentiellement de l'époque Edo
qu'illustre le riche panthéon réuni avec une illustrant ainsi sur une échelle bien plus vaste (xvne-première moitié du xixe), d'une belle
remarquable perspicacité par l'industriel que lors de l'exposition de 1968, les série de pièces anciennes de remarquable
lyonnais. Chacune de ces iconographies, différentes catégories d'être vénérés du qualité dont une statue représentant le bo-
dont certaines très rares, va l'entraîner bouddhisme japonais. La décision fut également dhisattva Seishi, élément d'une triade
dans des recherches qui lui feront prise d'ajouter à cette présentation, en d'Amida du xme siècle du sanctuaire central
découvrir, à partir de sources indiennes ou forme d'introduction, un ensemble du temple Hôryùji, près de Nara. Il devait
chinoises, des aspects souvent méconnus de la d'œuvres bouddhiques chinoises choisies d'ailleurs donner plusieurs conférences sur
riche contribution japonaise à la pensée par Jacques Giès. cette importante triade enfin reconstituée
bouddhique. Mais pour Bernard Frank, En préfiguration à ce vaste projet, et il publiait un important article intitulé :
étudier et cataloguer les collections d'Emile Bernard Frank et le musée Guimet devaient « L'image du bodhisattva Seishi provenant
Guimet ne sauraient suffire, il faut pouvoir organiser en 1989 à Tôkyô même, une belle du Kondô du Hôryûji retrouvée au musée
de nouveau les montrer. Avec l'aide exposition d'une partie du panthéon Guimet» {Arts Asiatiques 1992, XLVII : 89-
d'Henriette Bernard, conservateur chargée des bouddhique d'Emile Guimet, avec l'aide de la 108). En 1994, il pouvait à l'inauguration de
collections d'histoire des religions, il société Seibu qui avait assuré la restauration l'exposition «Trésors du Hôryûji» au musée
organise au premier étage de l'Annexe, une de nombreuses pièces. Cette exposition à national de Tôkyô voir pour la première fois
exposition qui présente les grandes catégories Tôkyô, inaugurée par un prince de la la triade d'Amida réunie.
des êtres vénérés du bouddhisme japonais. famille impériale, fut très importante pour Bernard Frank fut aussi heureux de
Cette exposition, inaugurée par André Bernard Frank qui avait enfin l'occasion de voir que la nouvelle présentation du
Malraux, sera une première victoire de faire découvrir aux Japonais le rôle Panthéon bouddhique permettait aussi de
Bernard Frank pour faire reconnaître l'œuvre qu'avait tenu Emile Guimet dans la rendre justice aux qualités artistiques, non
d'Emile Guimet. découverte en Occident des religions de leur pays. seulement des pièces les plus anciennes,
Mais peu à peu le centre d'histoire des Si la réputation scientifique de Bernard mais aussi aux créations de l'époque Edo
religions du 19 avenue d'Iéna, tombera Frank était bien largement répandue souvent injustement négligées lorsqu'il
dans l'oubli. De nouveaux travaux au auprès des spécialistes de sa discipline, cette s'agit d'œuvres bouddhiques. Avec la
musée Guimet transformeront une partie manifestation à Tôkyô contribua à donner à nomination d'Hélène Bayou comme responsable
de l'Annexe en espaces de réserves où ses travaux une beaucoup plus large de la section japonaise du musée Guimet,
s'entasseront les œuvres malgré les efforts audience au Japon et tout particulièrement quelques mois seulement après
d'Anne Chayet pour continuer le auprès des autorités religieuses de l'inauguration des galeries du panthéon bouddhique,
classement des collections iconographiques. Dans prestigieux sanctuaires bouddhiques qui ont Bernard Frank eut aussi la satisfaction de
les divers projets de réorganisation du depuis gardé des liens privilégiés avec le trouver un conservateur conscient de
musée Guimet dont on débattra alors, les musée Guimet. l'intérêt exceptionnel des collections rapportées
collections relevant de ce que l'on considère Parallèlement à la mise en place du par Emile Guimet.
comme l'iconographie religieuse seront panthéon bouddhique du 19 avenue d'Iéna, Déjà gravement touché par la maladie,
parfois jugées comme bien encombrantes et Bernard Frank allait entreprendre la Bernard Frank n'oubliait pas son cher
sans grand intérêt. Bernard Frank, malgré rédaction d'un ouvrage faisant la synthèse de panthéon bouddhique et, lors d'une de nos
son souci de ne pas interférer dans les nombreuses années de recherches sur dernières rencontres, il avait tenu, ainsi que
affaires du musée Guimet, s'efforcera de l'iconographie du bouddhisme et du shintoïsme. Madame Junko Frank, à nous donner un
convaincre les uns et les autres du Ce livre - Le panthéon bouddhique du très beau reliquaire bouddhique ancien
caractère exceptionnel de cet ensemble Japon-collections d'Emile Guimet - publié à qu'ils avaient reçu en cadeau de mariage
bouddhique japonais et de la nécessité de ne pas l'occasion de l'inauguration des galeries du d'un membre de l'ancienne famille
le disperser. 19 avenue d'Iéna par la Réunion des shogunale. Depuis, ce reliquaire a trouvé sa place
Devenu responsable du musée Guimet, Musées Nationaux, est aujourd'hui la à côté des autres «sharito» rapportés par
j'eus la chance de découvrir à mon tour, référence indispensable sur l'iconographie Emile Guimet.
sous la conduite de Bernard Frank, bouddhique japonaise. Le succès qui Aujourd'hui Bernard Frank, tout
l'importance des collections entreposées à l'annexe entoura l'inauguration par le Ministre de la comme Emile Guimet, ne sont plus parmi
du 19 avenue d'Iéna et dont il venait de Culture, Jack Lang, de ces galeries du nous, mais les êtres vénérés du Japon qui
retracer l'histoire dans une passionnante panthéon bouddhique, le 4 avril 1991, et les tinrent une place si importante dans leur
monographie intitulée : L'intérêt pour les belles cérémonies de « consécration des vie ont enfin retrouvé, au 19 avenue d'Iéna,
religions japonaises dans la France du yeux » par des moines bouddhiques de une place digne d'eux. Pour reprendre la
XIXe siècle et les collections d'Emile Guimet, l'école shingon, furent sans aucun doute citation de la conclusion d'une des
publiée en janvier 1986 par les P.U.F. A la parmi les grands moments de la vie de conférences de Bernard Frank : «ils sont revenus
même époque Keiko Omoto avait aussi Bernard Frank et de tous ceux, au premier ces dieux que tu pleurais toujours».
entrepris des recherches très intéressantes rang desquels son épouse Madame Junko
sur le voyage au Japon d'Emile Guimet et Frank, qui ont su admirer son œuvre.
de son compagnon, le peintre Félix Réga- Bernard Frank pouvait alors montrer à un
mey, qui allaient permettre à Bernard public beaucoup plus large que celui de ses
Frank de mieux connaître les circonstances étudiants des Hautes Études ou du Collège
de la formation de la collection qu'il étudiait de France que le panthéon bouddhique
depuis déjà si longtemps. japonais n'est pas l'illustration d'un
C'est alors qu'avec Bernard Frank nous polythéisme pur et simple mais bien plutôt
avons pu commencer ce qui était un des l'expression de la richesse d'une pensée où « le Jean-François Jarrige
grands souhaits de sa vie : entreprendre Multiple ne diffère pas de l'Un ». Son travail Musée national des Arts Asiatiques - Guimet

Arts Asiatiques, tome 52-1997 141