Vous êtes sur la page 1sur 5

IUT de St Denis Département Génie Industriel et Maintenance

Module THERMb (S2)

Transferts thermiques
correction des exercices

Exercice 1
L=0,3 m
isolant 00000000000000000
11111111111111111
1111
0000 11111111111111111
00000000000000000
0000
1111
0000
1111 00000000000000000
11111111111111111
0000
1111 00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
11
00
0000
1111 00000000000000000
11111111111111111
0000
1111
0000
1111
000
111
000
111
00
11
00
11
0000
1111
0000
1111
0000
1111
000
111
000
111
000
111
0000
1111 000
111
00
11 0000
1111
0000
1111
000
111
000
111
00
11 0000
1111
0000
1111
000
111
000
111
00
11 0000
1111
0000
1111
000
111
000
111 L=0,3 m
00
11
Flux thermique Flux thermique 1111
0000
0000
1111
000
111
000
111
00
11 0000
1111
0000
1111
000
111
000
111
Resistance 00
11 0000
1111 000
111
electrique 00
11 0000
1111
0000
1111 000
111
000
111
00
11 0000
1111
0000
1111 000
111
000
111
00
110000
1111
0000
1111
0000
1111
0000
1111
0000
1111 000
111
00000000000000000
11111111111111111
0000
1111 000
111
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
00000000000000000
11111111111111111
0000
1111 00000000000000000
11111111111111111
0000
1111 00000000000000000
11111111111111111
0 x
coupe transversale vue de face

Figure 1 – exercice 1

Comme on le voit sur la figure, le flux total de 7 W se divise en deux parties


égales pur des raisons de symétrie. Le flux de chaleur traversant un échantillon se
limite donc à Φ = 3, 5 W . L’application de la Loi de Fourier donne :
∆T
Φ = λS
e
ici, on ne précise pas le sens du flux et on écrit ∆T de sorte qu’il soit positif.
on peut en tirer
Φe 7 0, 025
λ= = = 0, 177 W m−1 K −1
S∆T 0, 15 0, 15 (49 − 27)
Remarque : attention aux unités : les longueurs sont en m (unités S.I.)

Exercice 2
1. Selon la loi de Fourier, le flux surfacique est donné par :
Φ λ∆T 0, 52 (18 − (−2))
ϕ= = = = 52 W/m2
S e 0, 2
2. Le flux total traversant le mur est donné par :
Φ = ϕS = 52 200 = 10400 W = 10, 4 KW

1
mur (coupe) mur (coupe)
Te (surface)
Ti (temperature Tse
de surface) Tsi

S S
Flux thermique Flux thermique he
hi
Ti Te

e e
(a) exercice2 (b) exercice3

Figure 2 – exercices 2 et 3

Exercice 3
1. La loi de Newton s’écrit :
Φ = hi S (Ti − Tsi )
où Ti est la température de l’air intérieur et Tsi la température de surface
du mur du côté intérieur, hi le coefficient d’échange par convection du côté
intérieur et S la surface. On en déduit :
Φ 1000
Tsi = Ti − = 20 − = 18°C
hi S 10 50
2. On peut écrire d’après la loi de Fourier :
λS (Tsi − Tse )
Φ=
e
où Tse est la température de la surface extérieure du mur et λ la conductivité
thermique. On peut en déduire :
Φ e 1000 0, 2
Tse = Tsi − = 18 − = 41 − 4, 7 = 13, 33°C
λS 0, 85 50
3. De même qu’en 1 :
Φ = he S (Tse − Te )
où he est le coefficient d’échange par convection du côté extérieur et Te la
température de l’air du côté extérieur. On en déduit :
Φ 1000
Te = Tse − = 13, 3 − = 13, 33 − 1, 33 = 12°C
he S 15 50

Exercice 4 : Profil de température


En partant de la loi de Fourier, établissons l’expression de T en fonction de x :
ˆ x
−Φ −Φ
T (x) − T (0) = dx = x
0 λS λS

2
T+dT = T(x+dx) T
T(x)

T(x)
Tsi
Tse Tsi

Flux thermique Tse

x
0 x e 0 e
x+dx

Figure 3 – exercice 4 : profil de température

on ne connaît à priori ni la valeur de la conductivité thermique λ, ni le flux thermique


Φ ni la surface S. Il n’est pas nécessaire de les connaître, seule la pente de la droite
représentant le profil est nécessaire ici. On peut la déterminer en utilisant les valeurs
de températures de surface et l’épaisseur qui sont connues :
Φ T (0) − T (20) 18 − (−5)
= = = 115 K/m
λS e−0 0.2
On peut alors calculer la température à l’abscisse 20 − 4 = 16 cm soit :
Φ
T (0, 16) = T (0) − x = 18 − 115 0, 16 = −0, 4°C
λS
ce qui indique que l’eau risque bien de geler dans le tuyau dans ces conditions.

Exercice 5. Mur composite


1. L’isolation étant du côté extérieur, et le flux dirrigé vers l’intérieur, nous
prendrons un axe des x dirrigé vers l’intérieur et dont l’origine est sur la sur-
face extérieure. Nous examinons d’abord le transfert dans la couche d’isolant.
Avec les notations données dans le texte, la loi de Fourier donne :
−Φ −125
T2 − T1 = e2 − 0 = × 0, 12 = −18, 75°C
λ2 S 0, 04 × 20

soit T2 = 1, 25°C
2. De même pour la couche de béton :
−Φe1 −125
T3 − T2 = = × 0, 20 = −1, 04°C
λ1 S 1, 2 × 20

d’où T3 = 0, 21◦ C
3. D’après ce qui précède, on peut écrire :
 
e1 e2
T3 − T1 = T3 − T2 + T2 − T1 = −Φ +
λ1 S λ2 S

3
On peut donc écrire
e1 e2
RT 1 = et RT 2 =
λ1 S λ2 S
ces grandeurs seront appelées résistances thermiques parce qu’elles caracté-
risent la résistance au passage de la chaleur. En effet, pour une même diffé-
rence de température ∆T , le flux sera d’autant plus petit que RT sera grand.
Pour simplifier, on écrira :
T1 − T3 = ∆T = RT Φ
où RT = RT 1 + RR2 est la résistance thermique totale. On dit que les ré-
sistances sont placées en série car elles sont traversées successivement par le
même flux de chaleur.
4. Il n’est pas nécessaire de recalculer toutes les températures intermédiaires, ce
qui serait assez compliqué car ici on ne connaît pas le flux. Il suffit de calculer
la résistance thermique totale :
 
e1 e2 1 0, 20 0, 12
RT = + = + = 0, 1583 KW −1
λ1 S λ2 S 20 1, 2 0, 04
Le flux est alors donné immédiatement par
∆T 20 − (−30)
Φ= = = 315, 8 W
RT 0, 1583
on voit que le flux est bien plus important alors que la résistance thermique
elle ne change pas.
5. Cette fois ci la résistance thermique va changer car on rajoute une troisième
résistance thermique en série.
 
e1 e2 e3 1 0, 20 0, 12 0, 05
RT = + + = + + = 0, 1833 KW −1
λ1 S λ2 S λ3 S 20 1, 2 0, 04 0, 1
soit
∆T 20 − 0, 21
Φ= = = 107, 9 W
RT 0, 1833
on constate que le flux a diminué par rapport aux 125W de départ, ce qui se
comprend bien car on a rajouté une résistance supplémentaire au passage de
la chaleur, les températures n’ayant pas changé.
6. La méthode des résistances thermiques permet de s’affranchir du calcul des
températures intermédiaires. Seul le calcul de la résistance thermique totale
est nécessaire ainsi que les températures aux extrémités.

Exercice 6
Il suffit de calculer la résistance thermique totale en n’oubliant pas les résistances
thermiques de convection des deux côtés. soit :
   
1 1 e1 e2 1 1 1 0, 2 0, 2 1
RT = + + + = + + + = 2, 144 KW −1
S hi λ1 λ2 he 2 18 1, 5 0, 05 10

4
le flux est alors donné par
∆T 500 − 20
Φ= = = 223, 8 W
RT 4.289