Vous êtes sur la page 1sur 8

Rating Curve

Cet article porte sur l'évaluation des courbes dans les modèles HEC-RAS 1D et 2D. Nous commencerons par
extraire les courbes d’évaluation de niveau de décharge de HEC-RAS, puis nous nous efforcerons d’affiner les
données qui alimentent la courbe d’évaluation. En fin de compte, nous recherchons une représentation graphique
ou sous forme de tableau de la relation entre l’altitude de la surface de l’eau et le débit, comme indiqué ci-
dessous:

Vous pouvez parcourir certaines courbes de tarification dont les axes sont inversés, mais je préfère garder l’étape sur
l’axe vertical car je trouve plus simple de visualiser la surface de l’eau qui monte et descend à une jauge comme dans
l’image ci-dessus.
Il existe de nombreuses autres publications sur les courbes de tarification, il n’est donc pas nécessaire de reformuler ici
le contexte théorique, mais j’aborderai ici quelques éléments particulièrement pertinents pour HEC-RAS:
1- Différences entre les courbes de tarification dans les modèles à flux constant et à flux instable.2- Interprétation des
courbes de tarification extraites de HEC-RAS .3-Différences entre les courbes d'évaluation dans les modèles 1D et 2D.
4-Utilisation de modèles HEC-RAS pour optimiser les emplacements de mesure.5- Configuration des cycles de
sensibilité pour estimer les niveaux de confiance des données de courbe d'évaluation .6-Étalonnage des modèles HEC-
RAS sur les observations mesurées à la station de jaugeage .7-Utilisation de HEC-RAS pour interpoler et extrapoler les
données de courbe de tarification à partir de points d'étalonnage mesurés.

Définition d'une courbe de notation :

La plupart des hydrologues comprennent que l’expression «courbe d’évaluation» s’applique strictement à la relation
entre l’étape (STAGE ) et le débit;

Cependant, HEC-RAS adopte une interprétation plus large du terme. Lorsque vous cliquez sur l'icône "Afficher les
courbes d'évaluation calculées" dans HEC-RAS, le rapport stade / flux est défini par défaut. Toutefois, le graphique peut
être personnalisé pour tracer n'importe quelle variable de l'axe horizontal par rapport à un nombre quelconque de
variables de l'axe vertical. Si vous cliquez sur l’icône «Hydrographes d’étape et de débit de tracé», vous verrez un onglet
appelé «Courbe d’évaluation» limité à l’étape et au débit; Pour les besoins de cet article, nous ferons de même et
limiterons notre analyse des courbes d’évaluation aux relations étape-flux.
Courbes d'évaluation 1D dans HEC-RAS

Vous trouverez ci-dessous un exemple des options de sortie disponibles à partir du bouton «Tracer les hydrographes
de flux et de flux» dans la fenêtre de commande principale de HEC-RAS. Cet exemple provient du jeu de données Bald
Eagle Creek fourni avec le logiciel et est également inclus dans les manuels HEC-RAS. Vous pouvez cliquer sur l'onglet
Stage-Flow, l'onglet Table ou l'onglet Rating Curve pour afficher les mêmes données de différentes manières.
Les données de l'onglet Tableau peuvent être sélectionnées, copiées et collées dans Excel ou un autre tableur /
programme de traçage.

Les deux autres onglets affichent graphiquement les données de la scène et du flux. Étant donné que cet exemple
particulier provient d'un flux instable, il y aura quelques boucles - bien que dans ce cas, il soit presque indiscernable à
moins que vous ne zoomiez.

L'icône «Afficher la courbe d'évaluation calculée» dans HEC-RAS fournit essentiellement les mêmes données mais sous
la forme d'une courbe d'évaluation unique. Voyons maintenant comment nous lisons ces courbes. S'il n'y a pas de
boucle significative, tout étage correspondra au même débit, que l'étape se produise pendant la branche montante ou
descendante de l'hydrogramme. Dans la figure ci-dessous, chacune des trois étapes illustrées correspond à un seul
point de la courbe de tarage.

Les deux courbes ont le même axe vertical principal pour la scène. Si je rapproche les deux graphiques
ensemble, vous pouvez voir comment la courbe de cotation ne fait que tourner l'axe vertical secondaire pour
l'écoulement sur le côté et supprime l'axe du temps

Courbes de queue :

Les structures 1D vous offrent la possibilité d'afficher des courbes de retenue ou de remous à chaque structure. Voici un
exemple tiré du manuel HEC-RAS:
Comme le montrent les courbes de l’eau de fuite, tout étage peut correspondre à une large gamme de taux de
rejet. Sauf si vous ajoutez de l'énergie, de la pression ou une force motrice quelconque affectant votre pente
d'énergie, votre limite supérieure correspond à la courbe de libre flux. Bien entendu, la limite inférieure pour une
étape donnée est zéro. Vous pouvez avoir une profondeur sans écoulement, mais vous ne pouvez pas avoir un
écoulement sans profondeur si cela a du sens. Par exemple, si votre limite en aval était constituée d'une grande
masse d'eau statique, vous pourriez remonter la surface de l'eau et fournir un niveau d'eau statique à la structure
même longtemps après que l'influx d'amont en amont aurait été réduit à néant. Dans notre prochain article, nous
montrerons également quelques exemples de flux négatifs qui peuvent tout aussi bien correspondre à n’importe
quel stade de votre courbe de notation.

Courbes de cotation d'écoulement stable et d'écoulement instable

Les modèles 1D HEC-RAS vous offrent la possibilité d'utiliser un écoulement constant ou instable, tandis que
les modèles 2D nécessitent un hydrographe avec un axe temporel. Lorsque vous appuyez sur «calculer» en mode
stationnaire, le modèle suppose que le débit donné a été exécuté à cette vitesse depuis toujours et à jamais - à
l'infini et au-delà. Même un tout petit filet d'eau remplira chaque zone de stockage disponible (qu'il s'agisse d'un
immense puits de mine ou d'un trou creusé de l'autre côté de la terre) et apparaîtra instantanément à l'extrémité
aval du modèle, qu'il y ait suffisamment d'eau ou non. disponible pour le faire. Si le filet prend un milliard
d'années à combler le vide, votre modèle vient de parcourir un milliard d'années dans le futur au moment où vous
frappez «calcul».

En dépit de ces limitations, un débit constant est parfois suffisant - lorsque le débit de pointe se produit
réellement après que tout le stockage disponible a été rempli, par exemple (et si tout ce qui vous intéresse, ce
sont les conditions de débit de pointe instantanées plutôt que la façon dont l'eau y parvient réellement. et
comment il va reculer). Des débits stables vous donneront certainement une courbe d’estimation beaucoup plus
nette; Étant donné que tout le stockage est automatiquement rempli dans un modèle à flux constant, une courbe
d'évaluation développée à partir de cette analyse en régime permanent vous donnera une très belle courbe qui
suit le même chemin à la montée. Mais cela reflète-t-il la réalité? Dans certains cas, il est tout à fait adéquat,
mais il peut être intéressant de le modéliser dans les deux sens.

Certains modèles 2D vous permettent de saisir un débit constant, mais ce débit est ensuite exécuté sur un axe temporel
fini. Les débits constants ne sont pas du tout une option dans les modèles HEC-RAS 2D, sauf si vous générez un
hydrogramme plat pour imiter les conditions de débit stabilisé. N'oubliez pas qu'en générant un hydrogramme plat, le
volume d'eau entrant dans votre système (qui peut être calculé en intégrant l'hydrogramme et en prenant la surface
sous la courbe) peut dépasser de loin tout volume que le captage pourrait éventuellement fournir - peut-être plusieurs
fois. supérieur au volume d’eau pouvant être généré par les précipitations PMP. Rappelez-vous qu'un flux constant reste
à ce rythme pour toujours, de sorte que l'aire sous cette courbe est effectivement infinie! Voici une illustration de ce
concept montrant trois débits stables et trois hydrogrammes à débit instable qui ont été utilisés pour certains efforts de
comparaison récents HEC-RAS:

Si un hydrogramme typique est appliqué à un modèle d'écoulement instable (1D et 2D), les conditions de
stockage peuvent être différentes lorsqu'un stade donné est atteint pendant la branche levante par rapport à celui
obtenu sur la branche descendante de l'hydrogramme. Dans ce cas, la courbe d’évaluation présentera une certaine
forme de boucle, ce qui est potentiellement plus représentatif de ce qui se passe réellement sur la plupart des
sites de jaugeage.

Voici un exemple de courbe d’évaluation de boucle issue du même modèle de flux instable - celle-ci découle
directement du manuel HEC-RAS:

Lorsque le bouclage est impliqué, la relation stade-débit est différente entre le membre montant de
l'hydrogramme et le membre descendant. La figure suivante montre une façon d'utiliser les hydrogrammes et les
courbes pour afficher le débit correspondant à un stade donné. Les axes verticaux principal et secondaire ont été
inversés par rapport au graphique standard dans HEC-RAS pour afficher l’axe d’élévation de chaque graphique
adjacent (cliquez pour agrandir):

Nous reviendrons sur cet exemple dans le prochain article. Pour l’essentiel, nous avons suivi les mêmes étapes que ci-
dessus, mais cette fois, la même élévation correspond à deux débits différents: l’un à la montée et l’autre à la baisse. Si
vous souhaitez utiliser votre hydrogramme à flux instable pour générer une courbe d'évaluation à valeur unique sans
boucle, vous pouvez exécuter un ensemble de fichiers de plan pour représenter des points individuels sur la courbe.
Chaque fichier de flux aurait un taux de décharge unique qui durerait aussi longtemps qu'il le faudrait pour remplir tout le
stockage disponible et atteindre des conditions de flux stables. Vous pouvez augmenter les débits par incréments de 10
m3 / s, par exemple, et créer un nouveau plan pour chaque débit. Pour l’essentiel, vous avez créé un fichier de flux
pseudo-constant (à ne pas confondre avec quasi-instable, car il ne s’agit que du transport de sédiments dans la version
actuelle de HEC-RAS). Lorsque vous enregistrez l’altitude de la surface de l’eau correspondant à chaque débit, vous
obtenez un point unique sur la courbe débit / étage. En assemblant une série de points, vous pouvez ensuite interpoler
des valeurs pour générer votre courbe d’évaluation. Si vous travaillez avec un grand nombre de jauges, ce processus
peut prendre beaucoup de temps. Une autre solution consiste à créer un hydrogramme composite dont l’axe des temps
est étendu à chaque incrément du débit. Au lieu d'un hydrogramme lisse ou triangulaire, vous pourriez avoir quelque
chose comme ceci

La durée requise pour atteindre des conditions de débit constant à chaque intervalle serait différente pour chaque
système; vous devrez peut-être étirer chaque plateau plus loin que ce qui est montré ci-dessus. Ce fichier de flux
composite pseudo-stable est essentiellement une série de débits stables avec un axe temporel ajouté. L'utilisation d'un
hydrogramme comme celui présenté ci-dessus générera une courbe de taraudage irrégulière où le débit augmentera,
mais les points de la courbe représentant les écoulements en régime permanent formeront généralement une ligne lisse
représentant la courbe de desserrage en canal ouvert à l'équilibre. Cette approche peut être acceptable pour les
systèmes où les niveaux d'inondation montent et descendent lentement, ce qui permet à votre courbe de tarification de
reproduire ce qui se passe naturellement. Par exemple, si les véritables inondations prennent cinq jours, mais que vous
souhaitez limiter votre temps de simulation à un maximum de 24 heures, cela peut vous faire gagner du temps. Dans les
systèmes «flashy», cependant, l'inondation peut arriver si rapidement que vous ne pouvez jamais atteindre des
conditions stables. Dans ce cas, une dispersion artificielle de l'hydrogramme peut introduire des erreurs, car le bouclage
est un phénomène réel et n'est pas simplement un vestige de l'approche de modélisation. Courbes de notation 1D et 2D
Dans un modèle 1D, l'altitude de la surface de l'eau sera calculée et affichée parfaitement à plat sur toute l'étendue de
chaque section transversale. Étant donné que l'élévation est constante en tout point du tracé de la coupe à un pas de
temps donné, l'hydrogramme de l'étage sera identique en tout point de la ligne et un hydrogramme à un étage peut être
utilisé pour représenter la totalité de la coupe. En 1D, nous pouvons ainsi générer des hydrogrammes de niveau et de
flux pour chaque section transversale et tracer facilement les deux paramètres les uns contre les autres; En fait, HEC-
RAS le fera automatiquement pour vous. Une autre contrainte inhérente aux modèles 1D est que la décharge calculée
traverse la ligne de coupe avec une direction d’écoulement exactement perpendiculaire à son alignement. Même si nous
nous trompons au sujet de la surface plane de l’eau ou de l’orientation du flux telle que définie par notre choix
d’alignement, HEC-RAS le forcera à le figurer dans le modèle. Dans les modèles 2D, en revanche, les élévations de la
surface de l'eau peuvent varier à chaque grille de calcul. Voir l'image ci-dessous pour un exemple de coupe transversale
d'un modèle 2D. L'élévation de la surface de l'eau varie d'une section à l'autre:

En fonction de la résolution de votre maille, toute section transversale donnée peut comporter des dizaines, voire
des centaines d'hydrogrammes à différents stades. Pour développer une relation niveau-débit dans un modèle 2D,
nous devons donc mesurer l'élévation de la surface de l'eau au niveau de l'élément de grille de calcul unique le
plus proche de l'emplacement de la jauge.

Bien que le stade puisse être mesuré à ce point unique, il ne peut y avoir de flux passant par un point sans
dimension. Nous devrons donc tracer une section transversale le long de laquelle calculer le débit. Dans un
modèle 1D, cela aura déjà été fait. Pour les modèles 2D, toutefois, nous définissons une ligne de profil dans le
mappeur RAS. Le flux net à travers la ligne de profil sera ensuite calculé en fonction des vecteurs de vitesse
résultants pour chaque point de la face le long de l'alignement du profil. Nous pouvons orienter la ligne de profil
comme bon nous semble; la direction de l'écoulement et la pente de la surface de l'eau seront calculées
indépendamment du tracé que nous avons choisi pour notre ligne de profil.