Vous êtes sur la page 1sur 28

Vol.13,N'2 2001,pp.

55-82
DEVENIR.

MICROANALYSE
DURYTHME
dansleséchanges vocaux
etgestuelsentre la mère
et son bébéde 10semaines
MavaGratier**
EmmanuelDevouche*,

Le termegrecde uRhuthmos,seréfèreà une{açonpanicu-


lièredecoulei,dese. dé-rouler,.Il évoquele mouu.-.ni perpé'
ruel,le changement, l'idéed'un processus. IJéchange spontané
entreunemèreet sonbébéestavanttout inscritdansun processus
dynamique à trauerslequellecontenuet la formedeleursexpret
,ûn, ., iorpo*"r.n,i sontnégociés d un instrntà I'autre.On
.o.p"r" .ouu.nr h dyademère-bébé à un système dynamique
ouvert, capabled'autoorganisationspontanéeoù tout change'
ment survenantd'un côté implique desréajustements globaux.
Ceneanalogieséduoriceest cependant quelque peu réductricecar
enréalitéla mèreet le bébésontaussidesindividusséparés appor-
rant chacundesélémentsqui leur sontbienparticulierset bénéfi'
ciantd'unelibené individuelle.Nous essayons demontrer quece
quilie Ia mèreet le bébéengrgés dansun échrage. cequi lessou-
dentmaisrussileslibèrenr,c'estunesensibilité rythmiquepanr'
gée.Le ry'thme,panagé permet.auxpanenaires deserencontrer à
I'intersecrionde leurs expressionsvoceles et corPorelles.de se
-perdreet deseretrouverI'undansl'aurre.
Desrecherchesexpérim entalesont démontré quelebébéuienr
au monde avec une capacitéremarquableà appréhenderle
rnhme. Déjàle fcetusprésenteuneattirencepour lesévénements
rtthmés(Lecanuet, 1995),et desbébésnésjusqu'àdeuxmois

55
avânltermesont capables de synchroniser leursexpressions
leséchanges vocales aveccelles d'unadultepourpaniciper à des(protocon-
versations, (vanRees etdeLeeuw, 1987; Trevanhen, Kokkinaki
mère/bébé etFiarnenghi, 1999). Petità petit,lescrpacités attentionnelles du
bébésedéveloppent et sonaptitude à s'exprimer parle rythme
panagé devient paniculièrement manifeste versl'âgede6ærnaines
Lesétudes expérimenrales sefondentsurdesmesures desvaria-
tionsdurythmecardiaque, del'activitéspontanée desuccion, ou
de I'orientation pré{érentielle du regard pour établirles préfé-
rences temporelles du nourrisson drnslesdifférentes modalités
serrorielles. Cesrecherches suggèrent queIacaprcité à percevoir,
intégreretproduiredesinformations organisées dansletempsest
fondamentale pour le développement moteur,affectifet cognitif
du nourrisson, Parexemple, Stamps (1977) et Clifton(1974) ont
démontré lacapacité dunouveau-né àformerdesprédicrions tem-
porelles à partirdestimulisonores ou visuels et à s'adapter aux
régularités æmporelles decesslirnuli,Le bébéneperçoirpæles
sonscomme desévènements il lesgroupe
isolés, endétectanr de
façonaussi précise quel'adulte lesdurées despauses et desinter-
vallessonores (Demanl1979;Morrongiello, 1984;Thorpeet
Trehùb, 1989). De même, dansla modalité visuelle, le bébépeut
dif{érencier desséquences rythmiques demouvemenrs corporels
(Mendelson, 1986).
Lessensibilités rythmiques du bébésontcertainement plus
mani{estes encore à travers lesrecherches quis'appuient surdes
stimulinaturels, telslavoixhumaine, lechantoulamusique. Les
nombreuses recherches surle .parler-bébé, ont montréquele
bébéseemente le flux verbaldel'adulteselondesindices mélo-
diqueseitemporelsprécis (Papoulek, Papouiek erSymmes, 1991;
Kemler-Nelson, Hirsh-Pasek, Jusczyk et Wright, 1989). De plus,
Jusczyk etKmmhansl (1993) ontmontréqu'à4 moislebébéer
sensibleà l'organisation dephrases musicales: il détecte lespauses
pluslongues, lescourbes detension mélodiques, lesdébuts etfins
d'épisodes rythmiques de composirions musicales.
D'autres études expérimentel€s sesontintéressées auxcompé-
tencesmusicales dunourrisson. BrruchetDrake(199/trouvent
quelesbébé"de2 et de4 moisJontsehibles auxdifférencer de
teûpodeséquences sonores. Lesrecherches surlespréférences
desnourrissons pourlessons mélodiques sontbienconnu€s, miis
leurspréférences oourdesextraits musicâux conerents er non
modifiés estpeutêireplussurprenaote encore (Trehub, Trainorer
Unyk,1993; IGumhansl etJusczyk, 1990). Lenourrisson mani-

56
festetrès tôt desréactionsde surorise.de mécontentement et
mêmededétresse lorsqu'onlui présànte desmorceaux demusique les échânges
dontlescontoursmélodiques ont étémodifiés(Papouiek, 1995;
Trehuberal, 1993)ou lorsquela parole qui luiestâdressée es!en mère/bébé
décalage (Murrayet Trevanhen,1985;Tronick,Als, Adamson,
WiseerBrazefton. 1978). Lenourrisson a doncuneintuirionaari-
cipatoire decequi va sepaseraufil du tempsainsiqu'unesensi-
bilitéà la structureet à la cohérence temDorelle desévènements.
Toutefois.cetreclasse de recherches'exoérimenmles sur les
capacités rythmiques du nourrisson ne pone pas suffisammenr sur
les compétences du bébéà produirelui-mêmedesexpressions
temporellement peninentes, ni sur lesrythmesnarurels desdia-
logues entrele bébéet I'adulte.En réalité,les interâctions sponta-
néesdu bébé,tant vocales quegestuelles, posturales et visuelles,
componentdesrphmesbienpluscomplexes et phrssubtilsque
cesiecherches le laissentenrendre. Nous pouvonscependant
conclureà oanir de cesrecherches oue le bébénaî! avecune
grandesensiibilitéremporelle,pouvantdérecreret discriminerdes
intewalles trèspetits,qu'ilestaussisensible à lacohérence tempo-
relledesonsmélodiques et qn'il possède unetendance spontanée à
grouperlessonspourformerdesunitésdedurées $ables.Ces tra-
vauxinvitentà s'interroger sur la questionde l'existence d'une
sortedemétronomeou d'un Zàt-peb céréirzl inné.
Condonet Sander (1974)sesontinterrogés surl'utilisationde
cettesensibilitéhumaineaurFhme âuseindele communication.
Ils sontparmilespremiersà avancer quele rythmepermetune
soned'âccrochâge mentalentrela mèreet sonbébé.Parla suite,
denombreuxauteursont relevéunecoordination précoce entre
lescomponements de la mèreet ceuxdesonbébé,ainsiqu'une
cenainerythmicitédansleséchanges (Brazelton, Koslowskiet
Min, 1974;Stern,Beebe, Jaffeet Bennett,7977;Tre.ranhen,
1977).Lesdeuxpartenaires prenn€ntunepart activedanscetajus-
tementet cettecomplémentarité: le bébédepar sesregards, ses
expressions fâciales,
sesvocalisations et sa gestuelle,et la mère au
traversdesesregards, sesexpressions faciales et desaverbalisarion
adaptée (Kaye,1982;Papouieket Papon\ek,1977;Ste:nn, 1974:
Trevanhen,1977, 1993).
La réciprocité dansle rythmedesséquences temporelles qui
cârac!érise un aduheer un bébélorsqu'ilsdialoguent requiert,
selonTrevanhen(1999), desmoti{scohérents et organisés de la
pârt desdeuxpanenaires. Cetteréciprocitéestpossiblegrâceà
une sensibilité du bébéà l'enveloppe émotionnelle dynamique
générée parlesmouvements et lesvocalisâtions dela mère(Stern,
1993). Le bébé"épouse"lesactions dupanenaire paruneidentifi-
câtionsympâùiqueimmédiateà sesexplessions e! émotions.
Papouôek et Papouiek (1989) mettent en avant la primeuté des
imitationsparentales commepaftieintégrante dù supportdidac-
tiqueinruitifquelesparents fournissent à leurbébé.Ilsparlentdes
imitationsmaternelles commed'unmiroir biologique.
Un certainnombred'études menées surdesnouveau-nés dans
la premièreheureposr-panum révèleunecaprcitéà I'imitation.
Reissland (1988)rapponedesimitationsde mouvements d€ le
bouche,desrésultatsqueconfirmentlestravauxdeKugiumutza-
kis(1998). Réalisées surprèsde170nouveau-nés, sesobservations
mettentenévidence desimitations de modèles faciaux, et vocaux.
D'autresauteursont, quantà eux,filmédesimitationsd'expres-
'ions faciales pluscomplexes (émotions de ioie.detristesse et de
surpri.e).y comprischez des prematurés{lield. wood'on.
Cohen,Greenberg, Garciaet Collins,1983).Lesrésuhars deces
recherches suggèrenr d'unepartquele bébéesttrèsprécocem€nt
capabled'utiliserde manièreadéquate son expressivité faciale
dansl'échange avecunpanenaire, et d'autrepartquelesmodalités
sensorielles parlesquelles passe f informationnesontpascloison-
nées.Lintermodalitéesr en effet observable dès la naissance
(Srreri, lhote. Dutilleul.2000) el dansleq\emâine" qui ruivenl
(Meltzoffet Borton,1979;Gibsonet \ûalker,1984). Le nouveau"
né,quirépondà uneprotrusion dela langue paruneprotrusion de
la lansuer nécessairement trÀnscnr unernlormÀlion visuellement
perçui ennorganisationdesmuscles , dela sphèrebuccale.Ën réa-
lité, I'informationqui circuleentredeuxpanenaires, entreune
mèreet sonbébé.n'estoasliéeà unemodalité.
Stern,Hofer,HaIt ei Dore(1985) notent,à la lumièredeleurs
microanalyses d'interaction nère-bébé, quelesmèresrépondent
la plupartdu tempssurunemodalitédifférente deleurbébé.Cet
oaccordageo esten grandepanieinconscient et témoigned'une
empathie réciproque. Laréciprocité émotionnelle quis'ajoute àla
réciprocitécomponemenule impliqueune coopération dyna-
mique(Beebe er)/., 1985).Cesruteursont notéquele bébéesr
panicùlièremenr sensible auxcompofiemenls desamèrequi onl
àesduréesin{érieures à 1 secondi.Ce résultatmet en avantla
caprcitédesbébésà traiterdeschangements temporelsde cet
ordreet à lesuriliserdansle cont€xted'uneioterâctionsociale.
Trevanhen(1979)considère que cettecoordination rythmique
fine entrepanenairessereflèteauniveaupsychiquepar le panage

58
de la subjectiviré. Il a appelé. inrersubiecrivité primir€ " cepar- Yl"j9lTlY::-^
taged un mèmeespace menralru .ein de la dyadeengrgée drnt i"'"Sili"":j""
l'échrnge.Laccrochage rythmiquepermerà la mèreet au bébé vocauxet-gestuets
d accéder à leur"émotion" réciproques. i leursexpériencessubjec' mère/bébé
riveset russidenégocier la dynrmiquede)'interrcrion.
Nous avonsu: quele bébéperçoitet comprendle r1thme,
qu'ii s'accorde et qu'il négociede façondynamiquesesexpé-
riencesdansuû uprésentpsychologique, en devenir.Le bébé
semblepaniculièrement attiré pâr le rythme spontanéqui
con[ientune pârt importanted'irrégulariré et d'improvisâtioû
conjointe.Ainsi,le rythmedesdialogues naturelsenûemèreet
bébéestun rynhmequi n'estni tout à fait alénoire,ni tout à fait
prévhible,et qui offre auxdeuxpartenaires un éventaildepossibi-
litésexpressives. Danscetteétude, nousnousintéressons tout pâr-
ticulièremem à l'expressivité naturelledeséchanges mère-bébé,
auxfluctuations rvthmioues subdles,
CenainschercLeurs ùt comparéla protoconversetion précoce
à une improvisarionmusicaleou à une dansespontanée(Stern,
i999rTrevanhen. 1993). D'riLleursdesrecherches expérimentajes
âcousdoues récentes ont révélédespaallélismesintéressants entre
les procesus decoordinarion impliqués drnslesduos de jazz impro-
viqéet dan.le"dirlogues mère-bêbé (Mâlloch.lcccrSchogler, lre1.
Leschercheun quisepenchent auiourdhuisurcesæpects musiceux
précoces empruntentdesméthodes d'analyæacoustique auchâmp
desrecherches surla musique,avecl'aidedelogicielsspécialisés. Le
recoursà desanalyses à la fois quantitativeset qualitatives permo
d'étudieriesstructureset lesvariationsrythmiquesqui font ressor-
tir le caractèreexpressif et dynamiquedeséchanges mère-bébé.
La musique et l'interactionprécoce panagent toulesdeuxles
éléments du n'thme.dela mélodieet deIa narration.Selon?aul
Fraisse (1982), le rythmepermetâvanttout d'émettre desprédic-
tionsà partir decequi estperçu.?lâtony voyâitl'ordredansle
mouvement. Dansle dérouiement de l'interactionprécoce.le
ryrhmeconstituerrJr une sone d'armature pslchologique. enco-
construoionperpétuelle, servantde supponà l'expression des
affectset dessigni{ications ponéspar l'échange. Nous tenonsà
soulignerquele utiming, de ceséchanges està la fois stableet
variable, fondé sur un ordretemporel cohérent quipermetd'anti-
ciperlesévénements à venir Il présente égalemenr une grrnoe
ilexibilitéexpressive qui permetlux deuxprnenaires de.jouer
aveclesrythmes,,d'y introduiredeséléments surprenânts et des
nùances a{fectives. en somme une pârt de créâtivité.

59
La musique et le langagesonrorganjsés defaçonhiérarchique.
les échanges i penird unirés deduriervariables (Lerdahl etJackendoff. lcSl).
vocauxet gestuels Alors queIe langage estcomposé dephrases divisées enproposi-
mère/bébé tions,elles-mêmes divisées en mots,puisen syllabes et ainside
suite,la musique estfaitedesections qui sedécoupent enphrases
musicales,qui à leurstours se divisenten figuresr''thmiqueset
mélodiques. et enfin en sons.Lângâge er musiquesonl iâirsde
groupe'd unitéstemporelles plusou moins"rablesqui iassem-
blentet iemboîtentlesunsdanslesautres. La sensibilité du bébé
aux {rontièresde phrases, tant verbales que musicales, semble
s'appuyersur l'information acoustiqùeinhér€nte aux fins de
phræes, commela modi{ication ducontourmélodique ou l'allon-
gementdela duré€du son(Fassbender, 1995).Cettecapacité de
segmentâtion auûiveaudelaphrase dénoted'uneperception dec€
quenousappelons la nmacrostructure rJrhrnique'de I'interac-
tion rlorsquela discriminrrion desévènements peninennaur
frontières dephrases révèleuneperception *
dela microstmoure
rythmique,del'échange.
Uneinteraction vocalemère-bébé estconstituée d'épisodes de
vocalisations entrecoupés depauses couneset comprisentredeux
silences pluslongs.Le.timing, de cesphases d'échanges et de
pauses longuesestprochede celuiqui caractérise les dialogues
addtes(Sten a al., 1977; Trevarthen,1999).Plusieursrecherches
soulignent I'importrnced'unitéstemporelles variantentre2 et 5
secondes (Krumhansl, 20AO;Lynch etal,, 1995iTreverthen, 1999).
Cesunités peuvent êtrereliéesà la notionde.présentpsycholo-
gique, que Fraisse(1982)définncommel'intervallede temps
durantlequellesévénements peuventêtreperçussansréférence à
la mémoire.Les recherches sur la perceptiontemporellechez
l'adultemonrrentquelessonsespacés par despauses deplusde
1500,rrec son! perçuscommedessonsisolés(Iraisse,1978;
Krumhansl, 2000),desrésultats qui suggèrent quelespauses de
plusde 1500rnrecdansl'interaction vocalereprésentent devéri-
tablesruoturesdu rr,thmeérabli.
Cette alternancéde séquences d'échanges et de rupturesdu
ryrhme renvoie à l'intuition de cenains chercheurs quel'interac-
tion précoce possède unestructure nârrative (Stern,1999;Trevar-
then,1999). SelonSternI'interaction précoce estfaited'uncenain
nombred'invariantsremporelsqui rendentpossibledestransfor-
mationsdânsle t€mpsd'élémenn nouveaux empreints devitalité,
c'esl-àiireattirantI'attention.l'intérêt.et stimulantle déroule-
mentdel'événement partage.Cescontoursdevitalité représentent

60
lesglissements continuelsetsubtilsd'étatenétatsurleplanàlafois
physiqueet psychologique. Ils font I'effet d'une sone de micro- les échanges
dramesubjectif,Les expresionsvocaleséchangées semblenten vocaux et gestuels
ef{etposséder une structuredramatique constituée pu un com- mère/bébé
mencement, un dénouement ou uneapogée et unefin. Nouspen-
sonsouelesélémentsdetensionnarrativeoroviennentdesvariâ-
tionsdela microstructure rwhmioue.
Le rapprochemententie I'inieraction vocale précoceet la
musiquejouéedevientfrappantlorsquel'on æpenchesurle dérou-
lementinteractil de la microstructurerythmiqueenrreles pane-
nùes. De nombreuses recherches dansleschampsdela recherche
musicale erdela recherche surlesnourriirons manentenévidence
desunitéstemporellescomprises entre500et 2000zæc jouantun
rôle fondamentaidansla perceptionet dansla pratiquedu q'thme
(pulsationsrythmiquesdesbattements du cæur,dela marcheou de
la succion;Beebe aal, 1982;Iraisse,1982). Letempospontané de
chaqueindividuestcomprisentreJ00et 800msec. et lesrphmesde
sùcciondu nouveâu-nésont compris entre 600 e[ 1200/rrec
(Fraisse,1982).Sterna al. (1977)rel&enr desunitéstemporelies
vocalesautourde500msecet despauses ifter"vocalisæions counes
autourde900,6ec pour desbébésde4 mois.Ils relèvenraussides
mouvemeffscorpor;lsd'environ800z.sec.deduréeet despaus€s
courtesentre cesmouvemen$d'une secondeen moyenne.Des
recherches récenres(Malloch, 1999;Trevanhen,1999)montrent
quel'interactionvocaleprécoces'orgânis€ dutoùrd'unepulsation
ryrhmiquevarianrenrre/00 et 1500nrec quipermetà la mèreet au
bébéd'anticiper mutuellement le déroulement del'échange.
Lesrecherche"quiétudientlesliensenrremusique ercognirion
s'intéressent
aux petits écanstemporelsdu rythme établiquel'on
rrouvedanslejeudemusiciens (DrakeetPenel,1998;Clark,1989).
Cesirrégularitésr;thmiques, de I'ordre de quelquesdizrinesde
millisecondesconstituent,semble-r-il, tourel'expressivité dela per-
formanced'où Ie rerme de tining expretsif.Trcvl,rrhen(làsg)
remarque qu'ungrandnombred'"événements précurseurs, dans
desactivitésrythmiques comme la parole, Ia poésie ou l'orchestra-
tion demusiciens ont desduréesdel'ordre de 120à 25Ansec,et 1.
trouvequeIa régularitéryrhmiquedel'interactionvocaleprécoce
peutégâlement vârierde100à 100,aec.Nouspensonsquela mère
et le bébésont desexpensdu timing expresif justementparce
ou'ilsont deschoses à exorimer
féchangemère-bébisembleprésenterune st$cture q4h-
miqueorganisée demanière hiérarchique: lesphases d'échange et

61
de silenceconstituentla mâcrostructurerythmique,alorsque la
leséchanges pulsationq'thmiquesous-jacenle e! sesvariationsfinesconsti_
tùentla microstructurer''thmique.Au coursdel'échange,le bébé
s'exprimeavecsr voix et sonvisage, sesbræ et ses jambes, ses
regardset sesposturesqui secoordonnentou sedissocientsuivant
la.logiquerythmique'établie,commeunegrandeorchestrâtion
physique desesémotions et desesexpériences chângeantes.
Lobjectifdeceneétudeestd'exploreruneméthoded'analyse
deséchanges entreunemèreet sonbébéversl'âgededeuxmois,
en prenamen comptesimultanément leséchanges vocaux,ges-
tuels,visuels Nousposons
eraffectifs. l'hypothèse qu'il existeune
unitétemporelle quistructure l'échange surcesdifférentesdimen-
sions(vocale,gestuelle,
visuelle,affective).

etméthode
Sujets
Sujets
Léchantillonestconsduéde 5 dyadesmère-bébé de classe
moyenne.Lesbébésont entre8 et 10 semaines au momentde
et sont rousnésà terme,en bonnesanté(Apgrr
I'observation,
enre 9 er 10),sanscomplicationjusqu'aujour de l'observâtion.

Cadre
d'observation
Iæsdonnéesont étérecueilliesà domicile,demanièreà conser-
ver un cadreâussinâturelque possible.Notre approchese veut
volontairementécologique et impliquequel'observâtionait lieu à
un momentde le journée en adéquationavecles rythmesbiolo
giques naturelsdu bébé(sommeil et repæ)erdrnsunesituation qui
lui est déjàfamilière.De ce {ait, nous avons demandé à la mère
d'interagiravecsonbébéens'in*allantcommeelleaI'habirudedele
faire.La mèreapourconsigne denepæutiliserd'objem,et d'ignorer
autantquepossibleleséLlments inhabituelsdela situation.
Dansla mesureoù noussouhaitions recueillirsimultanément les
comportements dela mèrco ceuxdu bébé,nousrvonseurecoursà
un miroir.Lr mèreet le bébésontinstallésenIace-à-{ace et le miroir
estplacéderrièrele bébé,afin quela crmérafilmant le bébédeface
puissecapturersimultanément le refletdela mère(cf.Photos1 à 6).

62
mentetsont€ngâgés
dânsl'échange.
Enfin,sontexclues
defairles
séquences
oùunévénement extédeur
interompt l'échange,
etoù leséchanges
lebébé .
pleure. vocâuxet gestuels

Codage
desdonnées
Lesdocumentsvidéoet audiosont analysésindépendamment
l'un del'autreselondesméthodesbiendistinctes.
Ellessontpré-
sentéesséparément danslesprragnphes
quisuivenr.

1, Microanalysefilmique desmouvementscorporels,
du regard,et de l'expressionfaciale

Le codagedesvidéosa étéréaliséàpanir du logiciLelThe Obset


oa qui permetle pilotaged'un magnétoscope à partir del'ordina-
teur et lâ lecturedu Code Temporelacquislors de l'enregistre-
ment. Lâ précisionde codageestde 40 zzsec. soit 25 imagespar
seconde. Ce logicielpossède également un moduled'analyse de
données grâceauquelil estpossible d'obtenirimmédiatement des
indicesdescriptifset descalcuisdeco-occurences.
Lesdeuxpanenaires sontcodésséparémenr, et lescomporte-
mentsrelevés sontconsidérés soircommedes âarssila dimension
remporelleest peninente,soi! comme des&inemmts sl ellene
l'estpas.
La grilledecodage utiliséeestcomposée desclæses.ompone-
mentelessuivântes(lesdeuxpremièresconcernentlesdeuxpane-
naires,et lestrois suivantesseulementle bébé)'
. événementsponctuels:sourires,halssemen$desourcils;
. la direction du regard: soit versle visagedu partenaire,soit
ailleurs;
. lesmouvements de la jambe:flexion,extension, sépuément
pourchaque jambe;
. lesmouvementsdu brâsrversle hau! versle bas,séparément
pourchaque bræ;
. lesémotionsfacialesr pleurs,distraoion,neutre,intérêt,plaisir
(intérêtet sourire),joie (sourireplusmarqui bouchegrande
ouveneeryeuxtrèsplissés), (intensiûcetion
excitation delajoie:
latêtepanenarrière, letorsesebombe,les yeuxseferment).
Uneautreclasse
comportemenrele issuedeI'anâlyse
desenre-
leséchanges gistrements
audioesrinséréeafin de permettrele caiculde co-
la clæseointerâction
occurrencesr vocalemère-bébé,.

2. Microanalyseacoustiquedesvocelisations

Lesenregistrements ecoustiquesdesdeuxminutesd'inrerac-
tion sélectionnéessont analysés par ordinateurDes spectro-
grammes, qui représententvisueliement la fréquence sonoreen
He,"tzselonun âxedetempsen millisecondes, sontobtenuspour
chaquedyadeavecIe logicielCoolEdit. Ce logicielpermetde
mesurer précisément lesduréesdesvocalisations dela mèreet du
bébé,lesdurées despauses entrelesvocalisations,lesmoments de
débutet defin desvocalisations et desoauses entrelesvocalisa-
tionset permetéglementd'obteniruneindicationdesvariations
de la.hauteur de la voix, (mélodie)et de l'amplitudesonore
fvolume).
Leséléments suivantsontrepérés surlesspectro$ammes:
e phased'engagement: séquence interactiveor! mèreet bébé
vocalisent continuellemeûl avecdespauses de moinsde 1500
mJgc. entleleursvocâltsâllons;
. phæede désengagement: tempsd€peuselong(> $0A msec.)
entredeuxphases d'engagement;
. pulsationrythmique unité detempsvariantentre600et 1200
zsec.qui organise la succession desvocalisadons desdeuxpff-
tenaires. Lesdébutset finsdesvocalisations dela mèreet du
bébédemêmequeleschangements marqués dela hauteurdela
voix desoartenaires délimitentla oulsation.La duréecorres-
pondantà la pulsation rythmique ist obtenueenmesuranr les
intervailes lespluscommunsentredeuxvocâlisations succen
sivesrapprochées. finte rprétatior du timing de l'inreraction
esrreprésentée prr la miseenplacedebarresdessinées surles
spectrogrammes (cf. IigureI) ;
. événements expressifs: événemem acoustique qui modifie
légèrement le déroulement de l'organisarionrythmiqre de
l'interaoionparrapponà lapulsation rythmiqueétablie;
- fiicroglissemett i décalage temporeldemoinsde300nrec.
parrapponàla pulsationrythmiqueétablie.Lavocalisation
a lieuun peuenavance ou un peuenretardparrâpponâu
momentanticipé d'âprès lapulsation rythmique;
les échônges
mère/bébé

Àyæl Exemplede speorogramme découpéen pulsations En


rythmiques.
abscise:letempsenvcoales;en
ordonnée:
la fréquence
en/arz.

- allongementde fin de phrasepulsationmajoréed'un


intervalletemporeld'un maximumde500z.secpar rap-
port à lapulsationéteblieet survenant
avantunephasede
oesengag€meff;
- accelerando /decelerando: séquenced'uneduréemaxi-
malede12secondes pendant lesquelles
lesinrewallesrph"
miques augmentent ou diminuent progressivemenrerqui
précède unephase dedésengâgement.
. vocalisationisolée:vocalisation précédéeet suiviepu des
pausesdeplusde1500zsec.,nes'inscrivant pasdansunephase
o engagemenr.

Résultats
inter-dyades
Comparaisons
Lescomportements
vocâux
Tabllat l:Dlêe noyenne descomponementsvocaux(ennlæ. [o]).

Ali. 100Frr

807.5rj4r

86}'lL,nr 1225Eer

860.61Érr 100L{r

820.4 5 1 8 0 .^ 4855
llrl r&r

67
Le tableauci-dessuspermetdecomparerlespro{ilsdes5 dyades
leséchânges observées du poinr de we de la microsrructure(pulsationryth-
mique,micro-glissement) et de la macrostructure (engagement,
mère/bébé désengagemen$ del'échrnge. Lr dyadeFlorpparaitcommelaplus
engrgee des5 avecun temporapidefuulsation moyemede807,5
msec)etdesréajustements rythmiques decoune durée(microglis.
sementde97,5r$ec.en moyenne);ses pùasæ d'engagunenx dtrent
en moyennequx iment9 sect lesphases dzdesmgagenmu durent
moirsde3 sec. enmoyenne. Ladyrdelorz enrevenche aun pro{il
inverse:bienquela pulsationmoyennesoirrâpide(820,4nsæ.),
les deux panenairessemblentavoir davantagede difficultés à
s'ajuxer(niooglissenmu de145zsec.enmoyenne et fonedisper-
siondansla pulrrtion);cerredif{icultéapparaitru niveaudeI'enga-
gementplutôt court en moyennetandis que le désengagement
durequximentaussilongtemps queI engrgement. Lesdyades,4/i
et Palprésenrenr deiprofihxsezproches. ranrdupoinrdevuede
la pulsationryrhmique que de l'engagement, avectoutefoi des
phases dedésengagementsdt prèsde5sec. Quanrà ladyade/a1, elle
Dre9ente un ororl lnt€rm€drerre_
Il estintéressantdenoterque,bienqu'ayantdespro{ilsdiffé-
rents,cesdyades sontassez homogènes du pointdetue dela ryth-
micité.La pulsationmoyenneurriedequelques dizaines demilli.
secondes, avecunedispersion moyenne plutôt {aible.Ce résultar
suggèreque,pour ce qui concernenotre échantillon,les dyades
présententune microsructrre rythmique similaire au sein de
macrostructures qualitativementdifférentes.

Lesregards

L rnrJyse desregardsde lamèren apaséréapprofondie car.sur


2 minutesd'interaction, les mèresregardent leur bébé95o,tdu
temps.En revanche, on observeuneplis grande variationchezles
bébésr ils regardent leur mèreseulement 847odu remps,soir16010
deregards ailleurs,
répartissurlesdiverséléments del'environn*
ment visuel. Les regardsotn h mète dvent en moyenne 7
secondes,avecun nombre d'occurrencesvariant considérable-
mentd'un bébéà un autre;de 6 à 15reeârds en 2 minutes.Les
regardsailleursprésentent h mémehétérogénéiré drnsle nombre
d'occurrences et dantlr duréequeles,egards vetsla mère,avec
cependrnt uneduréemoyenne netremenr inlérieurepuisqueavoi-
sinantles1000zisec,et unedispersion imponante. Notonsquela

68
catégoriecomponementale regards aillars estcomposite dansIa
mesure où elleregroupe lesregards d'exploration deI'environne- leséchanges
ment,lesregards dirigésversle corpsdu panenaire erlesregards vocâuxet gestuels
d'évitement,une hétérogénéité interne expliqueen panie
qui
celledeladuréedecetypederegards.
Un parallèleenrel'indiceduregardetceluidel'échange vocal
nousamèneà soulignerqre lesregards oer la mèreer lesphaæs
d'engagement présentent desduréesmoyennes assez proches(7
sec.pour lesregards et 7,6sec.pour l'engagement); il en estde
mèmepourlespulsations vocaleset lesregardsaillettlJ:respective-
meft 854nsec.et 1077nsec.

Miseenrelationdescomportements
vocâùxet desregârds
Letableau2 présentelescooccutencesentrelarépanitiondes
regards
du bébéet lescatégories
comportementales obtenues lors
del'analyse
aveugle desenregistrementsaudio.Lâ conftoffâtion
desdeuxindicesissusdedeuxanalyses réalisées
séparément per-
mo dedérerminer si I'arrention
dtrbébéverssamèreestsyû-
chronedudéroulement del'écbrnge.
autremenr dir,si lesregards
du bébéverssa mèresurviennentplutôt pendantles phases
d'engagemenrquependam lesphasesdedésengagement.

TaL,haszCoo.cvrcnceseltreregards
dubébéetcompon
(%dednée,?lofUigne;IesMbn nrLignle'inài4"ent16amdiow).

Regards versla mère


Resards ailleun
Regards

vJ! D,26
91t\ 2,44
Phasa
dcd.aengagenent 76,47
.1!p 0
100 0
60 40
84,5

En moyenne, lesregards
verslâ mèrereprésentent84,5%delâ
duréetotale.læsvrleurssoulignées
indiquentlesattrections,
c'est-
àiire touteslesvaleurs
supérieuresauprofil moyen.Iianalysede

69
contingence révèlequelesphxesd'engagernenr erlesmicrogliss+
leséchanges mentss'accompagnent proponionnellemenr drvanrage deregerds
vocauxet gestuels versJamèrequederegards ailleun.A noterqueleslinsdephrase
mère/bébé et lesdecelerundo nes accompagne nt jrmaisderegxdsailleurs. En
pharededésengagemenr, enrevanche, le bébérendà orienrerson
attentionve$ un aulreélémentdesonenvironnement visuel,une
exolorationde I'noilleurs, au coursde laouelleont lieu 40yodes
voialisationsisolées,En d'autrestermes,lâ liaisonobservéeentre
direction du regardet componementvocal (Cbi2 (5) = 17,28,
2<.005)suggère queI'attentiondu bébésursâmèreestenphæe
avecl'engagement vocaldesdeuxpanenairesdansl'échange.
Toutefois.cetteanalyse nepermerprsdedérerminer si c'enle
qui
désengagementdétournelebébédesamère,ou sic estI'orien'
tationdu bébésurun autrepointdel'environnemelt qui metfin
momentanément à l'engagement muuel. ?rendreen compte
l'agitation motricedu bébéet l'expressionfacialedesdeuxpane-
nâuesâPPofteraltcettedlmenslonqùalltaùvequl noùs manque
pour comprendre Iedéseug:gement vocal.,De plus,nousdevons
nousmterrogersur u conerence temporelle lnlerne,sur I lnter.
synchronie qui crractérisel'échange. Nousserions à mêmealors
d'appréhender le processus dynamique pu lequellescompone'
menrsenviennentà s'aligner dansletemps,saisirla négociation et
l'anticipationqui a lieudansl'échange.

Comparaisons
intra-dyade
Pour étudierla complexité qui caractérise un échange entre
unemèreet sonbébédeàueloueisemaines. et dansla mesireoriil
s'agitd'éprouver notremérhode d'analyse, nousavonsdécidéde
centrernotre regardsur une seuledes5 dyadesobservées. La
figure II représenteI'interaction de la dyadeAIi: 2 milutes
d'échange symboliséesprr un rxe horjzonraldegauche à droite.
avecunesuperposirion desdifférentsindicescomponemenraux
relevés organisésde hauten bas,de la têteversle basdu corps.
Dansla mesureoù la description dela totalitédel'échange serait
trop longue,nousproposons d'endécrirefinementtroisextraiLs.
Lesdeuxpremiersextraitssontdestinés à illu*rer l'organisation
componementrle pendantdeuxphæesdedésengagement vocrl.
Letroisième extraitcorrespond à unephæed'engagemenl il doit
permertre d'appréhender le complexité qui caractérise l'écbange
et lâ râpidjtéeveclaquellesesuccèden( lescomponements. une
lecturequi nécessiteraun regardencoreplus microscopique. Les
troisextraitssélectionnéssontnumérotés surla fisure.

7A
9 l
P ; 9 Ieséchanges
:t Eq

! ? - - Ë e
+ :;
Ë * : : ! t Ë + . Ë= i
5 : = ËE i t i Ê E q E Ë Ë
f Ë ! . i F il€ f ï
,È ^ 8 PÊ: I E F FË t
> -ùÈ >s 6 6 a A
CËr ç
+g,e

ci
i I
.JI 1
I F;É ;iE Ë
9 É :+ E i I
Ë i t E s ÉË€
ËË ; Ë *Ë Ë F
Ë i i ; s *F
-1;
:' EËEj ,sg. :Ei +; .PË
* E
+ I
.c.
*
r-
i:ËrEËË
e n ÉÊ = -aE . E
. 1

I
i i E 9 _ 99 : F
a l
.r 0 F$;E
EB:Ë
I
I
t r+ÊfËË
ÉjE
t r ç :1l r
Ë[ë:ËrËË
T - [
*j î*r€ËEË;Ë
EËË11;59;
il
;fÈâ*iÉsË
)
: à

ËÈËËË
' t
t q . a

71
Extrâit1 De9 à 15secordes
leséchânges
Lapremière phrsededéçengàgemenr quenousallonsdécrire
mère/bébé 'à
survienr à Il secondeset 7 imaeesr et setermine )i sea. er'17
images. Un regard rétospecdfn;us permer d'observer qu'à9sec.,
lebébécommence à agiter
simultanémenr sesdeuxjambes. Cene
agitation motriceestsuivied'unevocalisation simultanée dela
mèreetdesonbébé, tandisquelapulsation s'allongeannonçant la
{indelaphæe d'engagement. Lémotionestâuniveau neutre etle
regard du bébéesttoujours orienléve$ sâmère.A 11rec.et 5
images, soit 80zsecavanrle débùrdu désengagement vocal,le
bébésemetà agiter sonbrædroittandisquesesjamb€s poursui-
ventùn jeudeflexionet d'extension. Lémotioncommence à
s'accroîtreavantla{indelaphase dedésengagemeff vocalcomme
répondant àI'agitationmotrice.La{in dudésengagement esrmer-
quéepardenombreuses vocalisationsdu bébê,uneaugmentatron
deI'émotion quidevientrapidement del'excitation.
uneagitation
motricequi gagnele brasgauche, et un regardqui décroche très
brièvement delamère.
A lalumière delasuccession descomponements, il ressonque
la phasededésengagement vocalne représente pasunerupture
dansl'échange. En effet,alorsquelesdeuxpanenâires semblent
"faireunepause" drnsl'échrnge vocal,l'échrnge sepoursuilàu
travers oesauresolmenslons.

Extrâit 2. De 80à 100secondes

Ladeuxième phase dedésengegem€nt commence à 81sec.et23


imageset setermineà 100sec.er 7 images.Contrairement à
l'extraitprécédent,ledésengagement vocalcommence alorsquele
bébésemble avoirdéjà
décroché: à 80sec.,
eneffet,le
bébéoriente
sonâttentionailleurstandisquesonétatémotionnelpasseau
désintérêt et quesonagitationmotrice estéteinte.
Ilengagement
vocalse poursuit pendant quelques secondesmaisprobablement
dufait del'effon dela mèreà maintenirle dialozue. Cettefois-ci
ledésengagemenr vocals inscritdansrrndésengagemenr in!eractif
global,Puispeuà peu,lebébérevient dansl'échange:à 90sec.et
13images, l'anentiondu bébérevientsursâmère,suivenlles
jambes etlesbrasmoinsdedeuxsecondes plustud, erl'étatémo-
tionnelquirevientauniveau neutre. Ceré-engagement devient
ausivocalà 100sec. et7 images.

72
Danscerexemple,la succession
descomportements illustreun
désengagementprogressifdespanenaires
qui seterminepar une les échânges
véritable
rupturedel'échange,
mère/bébé

Extrait3. De 45à 70secondes

Pourmieuxapprécier le déroulement temporeldecet€xtrait,


nousavonschoisid'agrandirl'échelle.La figureIII représente les
25secondes sélectionnées. Nousy avonsaioutélesvocalisations
desdeuxpanenaires enorécisant leurcontenu.
It s'agiilà d'unepanied'unephæed'engagement d'trnedurée
de presque 40æcondes (entre 37er77surla figureII). Au coursdes
25secondes retenues, l'émotiondu bébéaneint4 foisl'éur émo-
tiornel exciation,vre émotionqui âppârâîtliéeeudialoguevocal
comprenantnon seulemenr lesvocalisations dela mèremaisaussi
lescontoursintonatifsqui lescaractérisent et lesmimiquesfaciales
qui lesaccompagnent (haussements de sourcils).Au débutde cet
extrait,ie bébéestcalmeet semble commecaptivé pu samèrequi
le complimente sursessourires et I'inciteparconséquent à conti-
nuer(oouic'esrdesjolissourires ça,).Un.oui, (à 50sec)puisun
.oh, æpiréet un uoh la la, accompagné detroishausements de
sourcilsen l'espace d'uneseconde déclenchent unemontéeémo-
tionnelle.Cetteémotioncommence avecde la ioie (53 sec.9
images)et seprolonge enexcitation dansh seconde quisuittandis
quesimultanémenr la jambe gauche,le brædroit et le brægauche
du bébés'acriveo successivement. Les deuxpartenaires rient en
chceur.Puisl'émotionrerombe,h mèrere rrir deuxsecondes
durantlesquelles le bébéémetdeuxsyllabessourdes, commeprofi-
tânt de cet espacede parole pour s'exprimer Un haussement de
sourcils,puis les riresde la mèrereprennent(58sec.4 images)et
relân.entl'excitation du bébé(58 sec 9 image$.Daas le coun
silence quisuit,le bébéagitesesdeuxbræ,semontretrèsexciré, o
la mèrereprendle dialogue: deuxocoucou,agrémentés d'un hâus-
sementdesourcils.l- émotionretombealo$ brutalement,le bébé
vocâlise€n mêmetempsque sa mère I'encourâge ((tu me
racontes', uoho),I'agitation motricereprend, l'émodonremonle,
un haussement desourcilet c'estdenouveâuun étatd'excitâtion.
Danscetextrait.on serendcomotedel'intricationdescom-
ponements desdeuxpanenaires qui nesecontentent pasdecom-
muniquerautnvers d€vocalisations : la mèreusedela prosodieet
dernimiques faciales erle bébépanicipedetout soncolpscomme

73
é,.a
i E'!
lss échânges
6 _! -", ,6 Èb5
- . . Ëj e _p
mère/bébé n
:
= -À! I !
-
..!
^ôF
Ë - , . i : - E * 3 :
Ë + € * i ; ; : - € +
g : = r Ë j i ! :
-e j r E d : e Ë. È
.È ipE P E 4 F Ë Ë
> ù , ; ù > ô ô g a

--^
.t .z
! g È

6< 3.

Ë.È:s
.frE'E

* 9 à
È * 6
EÉZ
g . Yr

9 É V

II.EÈ

< E T

aJ e

74
sisaprosodie àlui c'étaitdebougerlesbræet lesjâmbes. Lescom-
portementssesuccèdenr à unegrandevitessesi bien qu'ii estdi{fi-
ciledeparlerdecauseet deconséquence. Pourbienpercevoircete
complexitéercerre rapiditédanslechrngemenr. nou.àvon\pris 6 mère/bébé
photoscorre.pondant aur deux.econdescompri.erenrre5J,pr.el
4 images et 55sec.et 4 images.Au coursdecesdeuxsecondes, le
bébé passe par
successivement3 étatsémotionnels différents. Sur
\apbito l,Iebébé regzrdeivec plaisirsamèrequi hausse lessour-
cils.Lesdeuxphotosqui suiventillustrentle passage versl'émo-
tion de joie tandisque la mère vocaliseseuletout d'abord puis
qimulranément avecsonbébélphotoJ).LaphotoI marque ledébur
delaphase d excitation:L bouche du bébéiagrandir. .esyeuxse
plissent,sonbrasdroitet sâjambe gâuche commencent à sedécol-
lerducorps,etlamèrehauselessourcils et relèvesârête(. rûest.
Svlaphoto 5(16Amsec.plustard)lesmembres du bébécontinuent
de s'éleveret atteignentleur point culminantsur l^ photo6 (2AO
msecplustard)alors quela mèrevocalise("oui,).

Discussion
Notre objectifdanscsneétude,itaitd'expioreruneméthode
d'analysedesrinée
à appréhender la coordinationtemporelle entre
les différentesmodalitéspar lesqueiles une mère et un bébé
s'expriment. Lerecoursà diux rypesd'analyses complémentaires
(filmiqueet acoustique)nousa permisd'accéder à uneuvision,à
la{oism:crorcopique et macroscopique del échrngeer deme}urer
de façonpréci'eer r)slêmarique de. in ervallesremporel\dâns
diversesmodalités expressives.
Nous'ommes pani"deI'hyoorbèse qu ilexi"reunepul'rrion
D.'thmique quisrructurel interactionvocale.prooablemenr com-
priseentre600et 1200msecLesanalyses réalisées
surles5 dyades
ont montrédefaiblesvariationssur cetindiced'un individu à un
artre:bierquelapulsarion roirsusceor:bledeyariersù uninrer-
vallede600msec. (ihangement detempo)elle serévèleassezstable
et graviteautourde 800nrec.Leschatrgements delempo€t l€s
micro-glissements (autourde 100-150 msec)contribuentégale-
mentdelàçonimportanteaucârâctère expressi{et dynamiquede
l'interaction
vocale.Parailleurs.cetteoulsetioo semble êtreuuti-
lisée,différemment selonla dyadeobærvée, cedonrrémoignenr
des phasesd'engagemeftet de désengagement qui durent et
iorganisentdemanières sensiblement différenres.

75
Le calculde cooccurrences a mis en évidenceoue les ohases
les échanges d engagement et lesregârd5 coTncid enl.Indicate ur àe I'arrinrion
pofiéeâupartenâire,le regardserévèleun bon indicedela qualité
mère/bébé de l'engagementvocal. Ce résultatsuggèreque la conversation
entrela mèreet le bébédépenddel'attentionmutuellequ'ilsse
ponent.De plus,laduréemoyenne d'unregardâilleurs (auxalen-
tours de 1000z.rec.)rappellelesrésultatsdeSterna al. (1977)$i
trouveû despausesinter-vocâlisations et inter-mouvements (cor-
porels)derespectivement 900et 1000rzsec.Ceneproximité dans
la duréeinvite à considérerle regardailleurscommeune pause
âttentionnellequi s'insûit dansla structurerFhmique globale.
fanalyse détailléed'une seuledyadea révélé,d'unepan, les
rlignement.temporel.desdirerscomportements et exprelsions
et, d'auûepârt, lesmécenismes complexes dela négociationd;'na-
mique du déroulementde l'interaction entre mère et bébé.En
pofiânt noûe regardsur desextraits spéciïiquestirés desdeux
minutesd'interactionanalysées, nousavonsmontrécommentles
modalitésexpressives de la mèreet du bébésecomplètentdans
unemodalitépouvantuprendrele relaisoà certains
l'interaction,
moments,maintenantainsila coordinationtemporellepanagée,
ou bienl'activité dansune modalitépouvantdéclencherd'autres
acivités simultânées.Ces transfensd'activité ou d'expression
d unemodalité à uneautrenousontamenê à nousinlerroger sur
l existenced'uneunirér;rhmiquecommune qui permell ;rches-
tration cohérenteet réciproquedes expressionscorporelleset
vocales dela mèreet du bébé.Ilestégalement importattdesouli-
gnerque1efait de{ocalisernotre âttentionsur desextrâitshorsde
ieurcontexte dynamique nousamène à nperdre lefilo decequiest
échangé. Un extraitnerâconteeneffetqu'unepârtiedel'histoire.
l rnrJysetemporel'edesdifférenres dimensions expre'sive'
met en évidencedevéritablesépisodesinteractifs;l'extrait 2 que
nousavonsanalyséplusIinementprésenteun momentderupture
totaledansia coordinationtemporelleà touslesniveauxcompor-
tementeux. Cette analysesouligne égalementla façon dont
l'échange seremetenrouteprogressivement. Nouspouvonsima-
giner que ces ruptures r)'thmiques représententles frontières
entredeuxépisodes narrati{s.Trevanhen(1999)adécelédesinter-
vallestemporels lonç, del'ordred'unetrentainedesecondes, au
seindeI'interaction vocalemère-bébé, et lesarapprochés d'unités
narfttives que l'on retrouvedansdeschantset poésiesdepar le
monde.DanielStern11999;pule d enveloppes proronarrative. et
decontoursdevitalitéquisontfondéssurl'enveloppe tempoîelle

76
deI expêrience etqui.deparIeur.tructure narrative. contiement
l'activitésubjective despanenaires. Il seraitintéressant d'appli- leséchanges
quer notre méthoded'analyseà dessegmentsd'interactionplus
longspour étudlerla fréquencedeI'alternanceentreles épisodes mère/bébé
d'échange et lesrupturesrythmiques.
Le regardminutieuxquenousavonspu porter auxintervalles
detempstrèscounsauseind'épisodes plusiongsdel'interaction
globaleentre1amèreet sonbébé,nousa également ouvertune
{enêtresurla vitesseà laquellelesexpressions spontanées despar-
tenâires s'enchaînent et serépondent. I- analyse commentée des
photosde la dyade,4li montrequ'enl'espace de 2 secondes, la
mèreet le bébésontarivés à un étatd'excitation émotionnelle
par unesortedecarambolage expressif déclenché par desmicro-
variationstemporelles. Lespartenaires semblentprendreun grand
plaisirà anticiperleursexpressions individuelles et conjointes, et
çar" 1p6gés'. émoriorrelle"qu ilsatreignenr joie
avecune pana-
géemanifeste, Émoignenrd'un accordage {in dela succession de
lelr$ exDlesslons oansle temos.
Cesmrni{estationsdejoie partagéeà desmomentsprécisres-
semblentde prèsaux momentsd'accordage dansle jeu de la
musique improvisée. Dansle jazz,chaquemusicien a unegrande
liberté,il peut.prendrelâ parole,et s'exprimer longuement, il
peuts'effacer ou jouerd'espièglerie avecsespanenaires, Mais,à
certainsmomentsdansle déroulementde la oerformance.les
mu.iciens doiuent.eregrouper erse'elrouver. ir c esrenantici-
pântlespulsâtions r;thmiquesqu'ilspanagent pour stmcturer
leur musiqueet à panir desquelles ils improvisent,qu'ils arrivent,
presquecommepar miracle,à jouer simultanémentsur le même
battement demesure. CetterencontreJà provoquechezle musi-
cien,commechezl'auditeur, uneaccélération soudaine del'émo-
tion et du plaisir.Dansla musique commedansl'interaction pré-
coce.l'intensitédesémotionsvarie rapidement dansde bre{s
interralles detemps.
Nousnoussommesintéressés auxrécurrences et âuxmoments
dechangements desétatsémotionnelsdu bébéaucoursdesphases
d'engagement. Bien que nosânalyses porten! sur un petit échan-
tillon, nous pouvonspenserqu'il existedesunités temporelles
stables,du mêmeordre quecellesquenousavonstrouvéespour
l'interacrionvocale.et oui structurentles flucuations affectives.
Lesanalyses exploratoireiquenousavonseffectuées surlesdurées
deflexionet d'extension desiambes d'unedvadedenotreéchan-
tillon mootrentunedistributionhomoeènecentrée sur72AA rnsec.

77
Nous pensonsqu'il est intéressantde repérerdesunitéstempo'
leséchanges rellesstableset homogènessur les différentesmodalitésexpres-
sives.Maisnoussommesâvanttout motivespar la compréhension
mère/bébé de la manièredont toutescesmodalités sontcoordonnées entre
elleset entreiesdeuxpartenâires. ExistÈt-il uneunité temporelle
.tablequi regroupe et orgrni'ele, ry hmicirés muhiplerl
Cenainschercheurspostùleff i'existenced'unitéstrès petites
qui senientà la bæedetoutecoordinationtemporelleet qui, ense
goupant,fomerâient desunitésrythmiquesdeplusenpiuslarges
(Mâlloch, 1999;Trevanhen,1999).Nos résultatssuggèrentque
l'interactionspontanée entreune mèreo son bébéestcomposée
d'unitéstemporellesorganisées de {açonhiérarchique:les cycles
longsdel'engagement mutuelseûrblentcomposés d'unitésstables
deduréespluscounes.Surie plancérébral,on trouveunepulsâdon
rythmiquede30zrsecqui représente le pluspetit intervallepermet-
fint de discriminerdeuxstimuli successifs. Cetteunité eouverne
aus"ile" oscillation'neuronales q,:i délinissenr lordre iemporel
d'événements (Winmanet Pôppel,1999).Pourraiton démontrer
que les négociationsdynamiquesqui caractérisent l'intenction
naturellemère-bébé sefondentsurunepériodicitécérébrale innéeà
hautefréquence ?
Au deiàdesonintérêtthéodoueoour la recherche{ondâmen-
tale,cetterecherche nousamènJà iéf1échir sur lesimplications
cliniques potentielles
d unetelleméthode d'érude del'inreracrion
précoce. Ùne systématisation de l'analyse desinteractions mère-
bébédu point dewe dela coordinationtemporellefine, pourait
permettred'élaborerun outil diagnostique favorisantlâ détection
précocedetroublesinterâcti{s.Cetteâpprocheestencouragée par
lesrecherches actuellessurlesinteractions vocales demèresdépri-
méesqui mettentenévidence deschangements derythme né{astes
pourla qualitédel'engagement mutuel(Murrayet Cooper,19961
Robb,
19ee).
Aniclereçuennovembre
2000. enjanvier
arceprd 2001.

Résurné.Ilobjectif de cette étudeest d'explorer une méthode


d'analysedeséchanges entreunemèreet sonbébéde 10semaines,
en prenanten comptesimultanémentles échanges vocallx,ges-
tuels,visuelset affectifs.La microanalysefilmique et acoustique
nousâpermisdemesurerdefaçonprécisedesintervallestemporels
pour les différentesmodalitésétudiéeset d'appréhenderainsi la
manièredont ellessecoordonnentdurantl'échange.Un patallèle

78
entrel'accordâge mutuelquel'on observe entrela mèreet son
bébéet l'accordagequi câractédse le jeu dela musiqueimprovisée leséchanges
nousinviteà reconsidérer la rythmiquedel'échange précoce en
concentrânt notreanalyse sur la recherche d'unitéstemporelles mère/bébé
dansles diversesmodalités,et ce en fonctionnant à plusieurs
niveaux:auniveaumacroscopique, celuidela narration,où l'on
ob'enede réritableq éoisoder inrerroifs. er au'ireaumicros.o-
pique, celui de la pulsation.Nos résultatsmettent en évidence
l'existence d'épisodesnarratifsclairement délimitéstemporelle-
mentet constitués d'unitéstemporelles pluspetites.Cesunités
temporellessemblentdi{férentesselonla modalitémaistoujours
xsez stableset gravitantlutour d'une seconde.Toutefois,nous
pensonsque cesrythmicitésmultiplesqui composentl'échinge
sontellesmêmes constituées d'uneunitétemporelle commune et
stable,Cette hypothèse permettrait d'expliquer comment lesnom-
breuses rJrhmicitésparviennentà serejoindreet former despics
d'intensité émotionnellecommeceuxquenousâvonsobservés.

Summary.The aim o{ the studywasto investigâtea methodfor


analysingmother-infant communication considering its vocal,
gestual,visualand affectiveaspects.Microanalyses of video and
audiodocuments madepossible a precisemeæureof time inter-
valsin the different modaliies studied.Thus, we were able to
observehow thesemodalitiesarecoordinatingduringinteraction.
Comparing mutual âttunementin both early interaction and
improvised jazzmusicleadsus 10consider rhfhmicity in early
communication. focalisineon the research o{ time unitsin all
modalities.Both macroanalysis (looking at narative episodes),
andmicroanalysis (studyingpulses)were performed. Our results
highlight the existenceo{ clearly boundedûarative episodes,
constitutedof time units,pârticularfor eâchexpressive modality,
but alwaysstableand around1 second.However,we think that
thesemultiolerhlthmicitiesthat{ormedcommunication arealso
constituted of a commonstableunit. This hvoothesis should
erplainn hy d fferentrh)'rhm'ucceed in join:ngthesamebear.
thuscreatingemotionalclimaxsuchasthosewhichwereobser-

Mots-clés:Communication - R1'thme- Musicalité.


mère-bébé

Key words: Mother-infantcommunication- Rhlthm - Musica-


11ry

79
Bibliographie BarucbC., Drake,C. (1997):Tempodiscrimination in inlants.Infant
BehdriirandDeuelopnent,2a (4)| Sn-s77.
Beebe,8., Jaffe,J., Feldstein,S., N,lays, K.,Alson,D. (1985)iInter'
personrl riminq:rheappli,rrion of rn iouh dirlosuemoddto morher-
rrJairvo.Àiint k;e,la inre-rcùon..;z Êti4.Fie-dmd N. l-ox(ldir).
Sacialpqcept;anin inhnts,Nomood,NJ: Ablex,24e-268.
Beebe,8., Gerstman,1., Carson,8., Dolins, M.,Zigman, A.,Rosens
wieg, H.,Faughey, K.,Kormon,[I. (1982):Rh]xhmic communica-
tion in the motha-infantdyad.In M. Davis(Id), &taaaion Rlrythns:
Peindici4 ;n conm"siat;æ hhaeiar, New York: Human Sciences
Pr€ss,79100.
Brazelton, T.8.,Koslowski, 8., l\4ain,M. {1974):Theoreû o'reripro-
.iq: Theedl) morl'er-irrflrinreracrion, ;n M. Leqi aridL.A. Roier-
blm:ulln$Àn),Tlte
efætoftle in nt on itscaregixu,New York:'iiley,49-76.
Clark.E.F.{1989):lheperceprion 'e
oferpres timngir n-sic.Pryr}o/o.
RirnlRe'urch,5l:).q.
Clifton,R.K.(1974)jHeannte conditioning in thenewbotninfant,lo"r.
ul ofExpninenatlChiM?syholas, \8:9.2t.
Condon,WS., Sandet L.S.(1974):Neonate movement issynchronized
wirh adul!speech:Int€racrional panicip:tionandlanguage acquisition.
Scimæ,183:99-fi1.
Demany, L. (1977): Lrpprêhen,ion peraptire de',rru.Lure. renporel e.
.he?le nourL'on.Iri lD, reao' b,àloskiæ "t t.flpspw l.ologa,e, \t n.
polumde | \r'5u (r'o'rre^). I rA\e,unrversrràrre de rErce.r'e'.
1979;217t27.
Drake, C.,Penel, A. {19981: Sorne.ot rimme"uirrion.ir mu.cperfor
mm.e:A p.ycholog:crl 'egmenrarior rodel.I'yl.ologaaiRo"arl. bl:
12-32.
Fassbender, C. (1995)| Lasensibilité audirive dunouffisson, jz L Deliège
et J.A. sloboda(Ed$,M1va;sarre x dioeloppenent tu ,us nwicaL Ptris:

Field,lM.,Woodson, R.,Cohen,D.,Greenberg, F.,Garcia, R.,Col-


lins, K. (1983):Discrimination andimitationof facialexpresions by
termandpretermneonates. 1zf nt BehariotandDel)eLopne1| & 485490.
Fraisse,P 11978):Timeândrhrthmperception. In E.C.Canerette etM.P
Frieànan(Eds),HandbmkofPacEt;or, NewYork: Academic Pres,8:
248154.
Fraisse,P {1982}:RhFhr ànd,empo." D.Deurch.71el".y,lology o/
,t[arc,NewYorl: Academic Pre$,14q-180.
Gibson, E.J.,Walker,A. {1984): Development o{knowledge ofvisual-tac-
tualaffordances
o{ substance . ChildD6*lopnenl,ss| 45]46a.
JusczylçPW, Krumhansl,C.L. (1993):Pitch:ndrhrthmicpatterns
alecrireirlo,.erir rirv o mu..rl ohfuesrunure. /o"ndtofErre
,inenal Pechokn,Hui^ PùrcP,;o; d,i raf"mani. te: tJil-6aa.
Kaye,K. (1984 | ne mer't1landncial lifeofbabia,Chicago:Univenity o{
ChicagoPress.
Kemler-Nelson, 0.G.,Hirsh-Pâsek, K.,Jusc/yk,PW, Wright,C.K.
{1989): Howrhepro.od ic . ue'in morhere"emighL a.."t langurgeer-
nins,.
lornal ofC6ildlans"age, 16:55-68.

80
Krumhansl,C.L.i2000):Rhythmandpitchin musiccognitionPsyhoLo.
siul B,l.htin, 126(1), 159i79.
les échanges
Krumhânsl,C.1.,Jusczyk,PW (1990):Infânrs'perception of phræe
stmcturein music.PsylologrirI Science,l(1):7ù73.
Kugiumutzakis, G. (1998):Neonatal imitation in theinters:bjective com-
panionspace, tu S.Braten(Idit), Intnsablcthnconnmicationad ena-
tianin ontagÈnr: A 'once booÉ, Cambridge UniversityPress,63-88.
Lecanuet,J.-P (1995): Lexpérience auditiveprénatale. iz L Delièee et
J.A. Sloboda (Édt, N,t'r, ce a déæloppemàt tu sens mrsical.,P1Às:
Pui.7-38.
Lerdâhl, F.,Jackendoff,R.(1983): An overview of hierrchical structure
jn r.,û][, t t'!sî Pùcrption,| (2)t229-247 .
Lynch,M.P,Oller,D.K.,Steffens,l\.4.1., Buder E.H.(1995):Phræine in
prelinguisticvocalisations. DeælopncntaL Pryhbùiog, 28: ns.
Malloch,S.N. (1999): Mothers andidrnts ud communicative msicality.
MasiæScizrtïæ,SpecizlIsstte,29-s7 .
l\4eltzoff,A.N., Bonon, R.W {1979):Intermodal matching by human
neonâtes, Nature,282:403404.
l\4end€lson, M.J.(1986)| Perception of tLetemporalpatrern of motionin
inlancy,InfantBehaa;or anàDfueLopnent,9 | t3r-243.
I\Iorrongiello,B.A.119841: 4udiroDremlorJpâfler pùcepriorir 6-
,nd r2.monrh inJÀir..D@lopnmalr'itoloz.J.)a: aaii^8.
Murray,1.,Cooper,P (1996):Theroleof infantandmaternalfactors in
postpartum depresion, mother,infanrinterâdions andinfantoutcomes.
b I. Vurâi andt CooDer fud.).lo,rpanur dep-es.ion ,nd cf;ld
de"elopmenr. Nry.Londo;,ThecuilfordP-s.
Murray,1.,Trevarthen, C. {1985):Emotional regulation of inreractions
beneen rwomoorh old,.udrheirmorhen. ln i. rielderN. l-oxiFo1.
Social Perceptian in Infants.Nomood, NJ: Ablex.
Papousek, H.,Papousek,lM. (1977):Motherine andtle cocnnive head-
st3n: Psychobiolosicâl coisiderations, raH.R.Schrffer(Ed;.),Stsdies ;n
n,therinfdnt intùact;on,Nû York,Academic Press,63-8s.
PapouSek, H.{1995):O-is'ner biologique.etcuIurcles de rprêcociê.ir
L Delièseer J.A.Slobodr (t0"1.Nli..rce o dê'eoppejer du "en.
m!sicrl, 4l-62. Pari\:Puf.
Papouéek, M. Papousek, H. (1989):Formsandfuncrions ofvocalmaç
chingin interactioroberweenmothersandtheir precmonicalirfuts,
Fil:'thnpdge,, 137-158.
PapouÈek, lvl.,PapouÈek, H., Symmes,D. (1991):Themeanines of
melodies in motherese in toneandstreslanguages. lzlrr Behaoioùancl
De1)eLapnent, 14,415-40.
vân Rees,S.,de Leeuw R.11987l': Bomtoourb: Tk kansdtoo nethod
nh prcw*w b'bLs.Videooy (-ichr.ngLich;m,raal.(he}1en)-oË
qeg12.60clPR.HeFhuysen, TheNerherlanÀ
Reissland, N. (1988)iNeonatal imitationin theffst hou of li{e:Obser,
vationsin nrr:l Nep:l, Dezelopz dtdl Pqcbolngt24(4)t 46a.469.
Robb,L. 11999): Lror oralmu..J rr n rotherir'artvo.rlrflen.rnd
ona.o-"f. ,tudl ot materrrJ depre..ion. \4û.iæS,nîi4,.Spr.aJ1.,u..
les échanges t23-154.
Schogler, B. {1999): S,udying rerpool, o-ordinar o' in jtu d-a,. u*t
mère/bébé
caeSrænnze. Specirl lsse.75-e L
Sramps.L.E.{1977}:Temporul .onditioning ol heu,r:rere.po-,e. ir
ne"oorninlxr'. Detelopnenul P\,Iolan: tJ b)4 ùq.
Stern,D.N.(1974)rThegoalandstructure of mother-infant play,JoumaL
oftbeAnericanAcadenilofChiLdPrchiatrJ,13.402-2L.
Stern,D.N.(1993)rTheroleof feelinerfor an interpersonal sell ,a U.
Nesfr (Ed.),7æPïceilrd 'ef, New-York,Cambridge UnivenityPrss,
2t5-215.
Stern,D.N.(1999):Vitaiitycontours: Thetemporalcontour of feelings as
a bæicunit for constructine the infantl socialexperience. In P Rochat
(ed).La'll socal,osnnion: ù*le,svtdinsothrsn tbefv noh$'olt Ie.
Màhqàh, NI: Erlbrum, 67-s0
stern, D.N.,Beebe,8., Jaffe,J., Bennett,s.L. (1977):Theinfanrtsri-
rrlu, worldduring,ocirl i rerucr:or:
r.rudr"f cresirerbel-lt:oF wirh
panic u -eeren. ê 'o reperiio. andrjminq,,r H.R.rchrf* (ld.),Str.
iræ,n nottoinfan inteàno4.\eq -\ ork.Àcademi. lr., I-'-202.
Stern,0.N.,Hofer,1., Haft,W, Dore,J. {1985):Affec!a$unem€nr: rhe
sh:rinqof feelinqstatesbetweenrnotherandinfantbv meansof inter
mooal-lluencr. À l.M. FieiaÀndN.A. lot rLd.1.so.atpetæpnon n
i4ânr, Non16od,NJ: Ab1ex, 2ae-26s.
Streri,A, Lhote,l\4., Dutilleul,S. (2000): Hapticperceprion in neonates,
Derebpmental Scimæ,3(3): 319-317.
Thorpe,1.A.,Trehub,S.E.i1989):Durrionillusionandauditorygrou-
p\ngia infÀrcy.DelvLopmelttal PryhaLogt,25: 122-127 .
Trehub. S.E,Trainor, 1.J.,Unyk.lM.A. (1993): 14u.i.
rnd.peech p-o,e*
.ing n rhefi* yearof lle. Aduan,es .t rhld Detelapnnaxl Beha.
oioar,24:l-35.
Trevanhen,C.(1977):Descriptive analysis of infantconmunicative beha-
vior, ;a H.R. Schaffer (Edit.),SttdiÊiii nothelinfani intûactio',New
York,Acâdemic Press,227-270.
Trevarthen, C. (1979):Communication andcooperatjon in earlyinfancy:
Àde.cripLion of pr'ràryinrersubiecrir irr,,r V. BuLort (ldl.), B"kp
'peah:TheLxsannpof new,n,ol ,a.ntontca",?,Lordo.: C,m-
6ridseUnner'iryPrèss. 12iJ47
Trevadhen,C. (1993): Thefunctionof ernotions in euly idant commu-
n..x.onrnddeuelopment..r . Nedel et L. Caralbn(ldjt ). \@rm.
pe,iue,u a"\ 'oinmi.'tie drudopnat londor ard Ne* York.
Rourledse. 48-81.
Trevanhen,C. {1999):Musicdityandtheintrinsicnotivepulse. ffarcae
Scimtae, SpecialIssue, 155-215-
Trevanhen,C. Kokkinaki,T., Fiamenghi,G.A.{1999):\ûhâtinfânK'
imiurion' communna e,v irhmo'her., wi h trrhenardwirl'p*n, ir
J.NaddetC. Buttenonh(Ldt1.). tnû'ûn n inldnt. CnbridgeUni-
versityPress, 127-185.
Winman,IV.,Pôppel, E. {1999): Temporul me.l-arsr'o rhebrrma.
frndrmenrJ, o. .ormur ruto\ t4;ia.\,intid?.Specul ls.ue. l.).28.

82