Vous êtes sur la page 1sur 2

Canevas de présentation d’un document écrit

I. La présentation générale du document


Il s’agit d’un article tiré de site Internet, (http://www.phase.inra.fr/Toutes-les-
actualites/Comportements-conscients-ou-automatiques-chez-le-cheval), publié le 11/10/2017,
et dont l`auteur est Sylvie André.
Le titre de l’article est ,,Comportements conscients ou automatiques chez le cheval?’’
Le document parle de la distinction entre le comportement «dirigé vers un objectif» et
le comportement «automatique» du cheval et si, selon leur personnalité, certains chevaux
peuvent être enclins à tout comportement.
Il est formé des sections suivantes :
- Quand le cheval a conscience de ses actes
- L’émotivité a aussi du bon

II. Le résumé
Tout d'abord, cette étude, l'Institut Français du Cheval et des Rares de l'Equipement
Equestre, Pris sur la Cognition Cognitive et En Comportement sur les Comportements
Individuels "a conduit à un pair" pair sur le "COMPORTEMENT AUTOMATIQUE". Chez
les humains, ces comportements sont caractérisés comme étant conscients (par rapport aux
autres décrits comme inconscients). Dans le premier cas, le sujet est agité par une
représentation consensuelle des conséquences de ses actes. Dansez-les la deuxième fois,
secouez-les automatiquement sans être conscient de ce qu'il fait.
Ensuite, il fait valoir que le but du testeur est de distinguer différents types de
processus chez le cheval. Puis, comme il n'y a pas un large éventail d'espèces de maïs à
l'individu à Celle, et le déterminant de leur fonction de personnalité prédispose certains
chevaux pourraient être le processus d'autres oeufs.
L'auteur fait valoir que le but de cette étude était de distinguer deux caractéristiques
principales du comportement «orienté cible» de «automatique» chez le cheval et ensuite de
déterminer si, selon leur personnalité, certains chevaux pourraient être enclins à un ou à un
autre.
En fin de compte, l'auteur conclut qu'il existe des problèmes liés à
l'éthique du processus de la conscience qui sera utilisée comme un outil pour développer de
nouvelles expériences dans le domaine de la recherche nucléaire, qui est le processus de
métrologie.

III. Le commentaire

III. 1. Donner son avis


Je considère que les résultats montrent que les chevaux sont globalement sensibles à
la dégradation de contingence entre leur action et la récompense. Ils ont significativement
diminué le nombre de fois où ils touchaient l’objet associé à la contingence dégradée,
comparativement à l’objet associé à la contingence non dégradée.
Les chevaux se font donc une représentation mentale précise des conséquences de
leurs actes. Ces résultats démontrent, pour la première fois chez un animal d’élevage,
l’existence de ces processus dirigés vers un but, qualifiés de conscients chez l’homme.

III. 2. Donner des compléments d’informations


Il faut savoir que dans un comportement conscient , le cheval agit en se représentant
consciemment les conséquences de ses actes. Ainsi par exemple, lors de la réalisation des
apprentissages utilisant les « renforcements négatifs », le cheval effectue l’action demandée
pour obtenir un arrêt de la pression; il en est de même, lors de l’utilisation des «
renforcements positifs », pour obtenir la récompense.
Enfin, le fait que le cheval utilise plutôt des comportements conscients ou
inconscients pour une action donnée pourrait varier selon la personnalité du cheval, ce qui
n’est pas sans conséquences sur son utilisation. C’est l’objet d’une étude de L. Lansade,
financée par l’Ifce qui a été menée dans le département Physiologie animale et systèmes
d’élevage (Phase) de l’Institut National de la Recherche Agronomique.
(https://comportementbienetreifce.wordpress.com/2017/10/18/comportements-conscients-ou-
automatiques-quen-est-il-chez-le-cheval/).