Vous êtes sur la page 1sur 4

Certaines femmes ont des relations sexuelles sans plaisir et ne connaissent pas

l'orgasme. Et ce, alors que désir est là, l'envie de son partenaire aussi, les

picotements dans le bas du ventre bien présents et pourtant ... Ce trouble du désir

féminin se soigne, en travaillant sur l'inhibition et avec l'apprentissage du corps et du

plaisir par les femmes elles-mêmes.

Comme pour tout ce qui concerne la sexualité, l'absence de plaisir chez la femme est

le plus souvent d'origine psychologique. Aussi est-il nécessaire de rappeler que la clé

d'une sexualité épanouie et heureuse se trouve en soi.

Apprendre à lâcher-prise, la clé d'une sexualité heureuse

Atteindre l'orgasme ou plus simplement prendre du plaisir lors des relations sexuelles

n'est possible que lorsqu'on accepte de lâcher-prise. Or, de nombreuses femmes

sont souvent dans le contrôle, bien plus que les hommes. Loin de n'être qu'une

observation empirique, il s'agit d'un fait observable dans le cerveau. En effet, des

observations faites lors d'IRM fonctionnelles ont révélées que la zone du cortex

orbito-frontal qui gère « le quant à soi », (une zone doit se « débrancher » pour

atteindre un orgasme) se déconnecte très vite chez l'homme grâce à l'action de la

testostérone. Or, les niveaux de testostérone étant moins élevés chez la femme,

logiquement, cette « déconnexion » prend plus de temps...

Se laisser aller, être excitée par son corps, se libérer de ses complexes sont autant

de conseils essentiels pour retrouver le plaisir. Bien souvent, la peur des femmes est

de ne pas plaire, cette angoisse favorise les complexes et l'inhibition pendant les

rapports.
Néanmoins, il est important de ne pas brûler les étapes et de ne pas se laisser

décourager si on a des rapports sans orgasme, qui n'est pas une fin en soi.

Il ne faut pas se fixer l'objectif d'obtenir un orgasme toute de suite, le plaisir dans la

relation sexuelle existe sans l'orgasme. Cet apprentissage se fera au fil des rapports.

Les femmes et les hommes apprennent tous les jours sur leur plaisir et sur la

manière de l'obtenir ou de l'offrir. Il n'existe aucune règle ni mode d'emploi. Cette

quête est personnelle.

Quand l'absence d'orgasme provient d'un problème de

communication

Néanmoins, il semble important de déterminer l'origine de cette absence de plaisir. Et

pour cela, la première étape est de savoir si l'orgasme est atteint seule... ou pas.

Si oui, ce trouble de plaisir est probablement dû à un problème « opératoire » du

couple. Dans ce cas, il est essentiel de dédramatiser et communiquer pour arriver à

un plaisir commun. La femme peut guider son partenaire, prendre la maitrise de la

situation; quant au partenaire, il peut modifier sa manière de faire l'amour.

Pendant la position de l'Amazone (lorsque la femme est assise au-dessus de

l'homme), c'est la femme qui « contrôle ». Elle fera plutôt des mouvements de

bascule du bassin de l'avant vers l'arrière, le mode opératoire intuitif des femmes

pour atteindre l'orgasme. Les hommes peuvent reproduire ce mouvement (ce conseil

est également donné aux éjaculateurs précoces pour retarder leur éjaculation) pour

faciliter le plaisir chez la femme. Or les hommes ont tendance à reproduire


les images de films pornographiques (faites pour être vues, non pas pour donner du

plaisir aux femmes) et ont des mouvements de va-et-vient. Une stimulation physique

beaucoup moins efficace pour atteindre l'orgasme féminin.

Et parce que l'orgasme est aussi (et surtout) lié à la stimulation du clitoris, La femme

peut aussi dévoiler à son partenaire les secrets du cunnilingus et tous les orgasmes

que le corps féminin peut offrir.

Apprendre à connaître son corps

Par contre, si la femme ne réussit pas à trouver du plaisir lors de la masturbation,

elle doit apprendre à le trouver. Dans ce cas, les femmes sont seules face à la

découverte du plaisir. Elles doivent alors apprendre à mieux se connaître et cela,

personne ne peut le faire à leur place.

Le principe de la prise en charge est de trouver le plaisir toute seule et d'apprendre à

lâcher prise. Car souvent l'absence de plaisir est due à une méconnaissance du

corps, à un déni du plaisir, à un rejet de la sexualité et des mécanismes pour accéder

à l'orgasme et bien entendu à l'inhibition. Le plus souvent, les femmes concernées

ont été peu curieuses de leur corps, pour des raisons éducationnelles,

psychologiques ou pratiques (manque d'intimité, mariage précoce et qui s’est mal

passé…) et ont par la suite développé ce trouble de la sexualité. Un certain nombre

de jeunes filles ont grandi avec l'image que la sexualité, c'est mal. « S'il est difficile

aux parents d'éduquer sexuellement leurs enfants, il est important de ne pas

diaboliser le sexe ».
Les travaux pratiques pour découvrir l'orgasme doivent se faire dans des conditions

optimales. Pendant un bain chaud, un moment de solitude à la maison dans des

conditions favorables… profiter de ces moments privilégiés pour s’initier à la

masturbation et découvrir les sensations qui mèneront au plaisir et à l'orgasme. Il est

aussi très recommandé d'utiliser des sex toys, car ils pourront initier le plaisir et

l’orgasme et il sera possible de reproduire les mêmes sensations avec son

partenaire...

Mais parce qu'il n'est pas toujours facile de surmonter ces blocages, qu'ils soient

d'origine éducatif, psychologique, culturel, religieux..., il peut être judicieux de

consulter un professionnel, un sexologue, spécialiste des troubles de la sexualité ou

un thérapeute de couple.