Vous êtes sur la page 1sur 3
Depuis la fin de la 2 è m e Guerre mondiale, l'ouverture des économies aux
Depuis la fin de la 2 è m e Guerre mondiale, l'ouverture des économies aux

Depuis la fin de la 2 ème Guerre mondiale, l'ouverture des économies aux échanges internationaux s'est accompagnée d'une phase croissance économique sans précédent. La politique commerciale est constituée de l'ensemble des moyens dont dispose un État pour orienter les flux d'échanges d'un pays avec l'étranger. En d'autres termes, c'est l'ensemble des instruments des mesures qui permet d'encourager ou décourager les importations et les exportations. Elle distingue deux politiques : protectionnisme et libre-échange.

Section 1 : Libre-échange:

Le libre-échange est une doctrine économique qui préconise la liberté des échanges internationaux de biens, de services et de capitaux, Il s’oppose donc à toutes formes d’obstacles qui limiteront le commerce international.

Selon les théoriciens de libre-échange considèrent que le libre-échange est un principe visant à favoriser le développement du commerce international en supprimant les barrières douanières et non douanières à la circulation des biens et services, il est bénéficié pour tout pays grâce à la concurrence et à la division internationale du travail.

A- Libre-échange est-il un facteur de croissance pour tous les pays ?

Le libre-échange et favorable à la croissance de l’économie mondiale, mais la réalité à montrer que tous les pays du monde ne sont pas capables d’affronter la concurrence internationale et de s’intègre dans le commerce mondial. Donc pour les nouveaux pays industrialisés et la majorité des pays d’Afrique l'ouverture des échanges doit donc être accompagnée d’une politique de développement volontariste (aide de l’Etat aux entreprises en difficultés).

B- La libéralisation des échanges est-t-elle un facteur de chômage ?

La concurrence internationale devient plus vive avec l’ouverture progressive des frontières. La concurrence et la fermeture de plusieurs entreprises qui sont incapable de faire face à cette concurrence dû la perte de milliers d’emplois et donc résultat c'est le chômage. Par exemple, au Maroc de nombreuses entreprises ont disparue en raison de la concurrence International féroce notamment les entreprises de textiles, au niveau de la France de nombreux secteurs économiques on subit la concurrence des pays dits émergents où les coûts de produits sont plus bas.

C- Le commerce international et l'environnement :

Le libre-échange à coûts écologiques pour le pays qui pratique le libre-échange car la concurrence internationale pousse les entreprises à exploiter d’avantage les richesses nationales d’où l’épuisement des ressources naturelles non renouvelable (pétrole, poisson…), et la crise de l’environnement.

Donc la crise de l'environnement qui a pris naissance dans les pays développer est transférer dans les pays en développement d'où la crise environnementale mondiale.

Section 1: la politique du protectionnisme :

Le protectionnisme est à la fois une doctrine et une pratique économique, Il vise à favoriser la production nationale et à encourager la concurrence étrangère. Malgré les avantages généralement reconnues au libre-échange le protectionnisme reste une pratique courante.

A- Les instruments du protectionnisme :

Les pratiques protectionnistes visent à défavoriser les importations de produits étrangers et à encourager les exportations nationales. On distingue trois grands types d’instruments : Les barrières tarifaires, les barrières non tarifaires et le protectionnisme monétaire.

1) Les barrières tarifaires:

Il s'agit d'un protectionnisme par les prix, puisque le tarif douanier consiste à élever artificiellement le prix d'un produit importé en lui imposant une taxe appelé "droit de douane". En rendant plus chère les produits étrangers, cette pratique cherche soit à réduire la consommation nationale, soit à l'orienter vers des produits nationaux devenus plus compétitifs

2) les barrières non tarifaires:

Apparu dans les années 1970, ce niveau protectionnisme est basé essentiellement sur des restrictions quantitatives qui ont des effets directs ou indirects sur le volume des importations :

-Les contingents: « Quotas d’importations » fixent des limites quantitatives maximales à l’importation de catégories de produits.

-Les barrières techniques: Sont mise en place par l’obligation de respecter certaines normes de qualité et de sécurité pour tout type d'importation.

-Les barrières administratives: il s'agit de faire rentrer des produits sur le territoire national en respectant les formalités administratives complexes.

-La restriction volontaire aux exportations : Ce sont des mesures par lesquels l’Etat d’un pays importateurs s’étant avec l’Etat d’un pays exportateurs, en vue de réduire le volume d’exportations de ce dernier. En réalité il s'agit d'un accord bilatéral.

-Les subventions aux exportations : Ce sont des subventions versés par l’Etat qui permettent aux entreprises nationales qui en bénéficier de réduire leur coût et de baisser leur prix de vente à l’étranger.

3) Protectionnisme monétaire :

C'est une forme de protectionnisme très pratiqué par les pays industriels pour assurer leur décollage industriel. Il consiste à maintenir la parité (équivalence entre les monnaies) de la

monnaie nationale à un niveau bas pour être compétitif sur les marchés extérieurs et favoriser les exportations.

B- Les justifications du protectionnisme :

Le protectionnisme est justifié pour permettre le développement de certain industrie nationale qui ne peuvent supportée la concurrence étrangère.

1- La protection des «industries dans l’enfance » : (les industries naissantes)

Cette théorie et proposer par l’économiste Fréderic LIST (1789-1846). En effet, la mise en place de mesure protectionniste par un pays est justifiée par la construction d’avantages comparatifs dans certains « es industries naissantes » qui non pas encore les moyens de faire face à la concurrence des entreprises industrialisées, l’Etat doit protéger cette industries.

2- La politique commerciale stratégique :

Cette théorie (développée durant les années 1980) montre que dans un contexte oligopolistique, le protectionnisme ponctuel serait un instrument de soutient des entreprises nationales afin de réaliser le surprofit et avoir la capacité de faire face à la concurrence mondiales.

C- Les coûts du protectionnisme :

Pour les auteurs libéraux, les effets du protectionnisme néfaste globalement pour l'économie.

1- Les effets positif et négatif du protectionnisme :

En réalité, les effets du protectionnisme peuvent être favorable pour certains agents et défavorable pour d'autres

Les effets sont positifs :

-Pour les entreprises nationales qui bénéficiant des subventions de l'État.

-Favorable pour l'État qui reçoit les droits de douane.

Les effets sont négatifs :

-Pour tous les agents économiques « consommateurs » qui doivent payer à prix plus élevé pour obtenir le produit taxé, d'où la réduction de la consommation.

2- Un frein à la capacité d'adaptation des industries naissantes nationales :

En étant protéger des industries nationales n’est pas inciter à innover pour réduire leur coût ou présenter de nouveaux produits.