Vous êtes sur la page 1sur 24

MÉDIATHÈQUE de CHÂTEAUNEUF

Journal
des lecteurs
octobre 2019 N° 40
Sommaire

La guerre en soi, de Laure Naimski ..............................................4


Un ciel de coquelicots, de Zohreh Ghahremani............................5
Les enténébrés, de Sarah Chiche ....................................................6
La maîtresse de Carlos Gardel, de Mayra Santos Febre ...............7
La servante écarlate, de Margaret Atwood....................................8
Ce qu’elles disent, de Miriam Toews .............................................9
Cora dans la spirale, de Vincent Message .................................10
Les choses humaines, de Karine Tuil ...........................................11
Une bête au Paradis, de Cécile Coulon .....................................12
Girl, d’Edna O Brien ....................................................................13
L’île aux enfants, d’Ariane Bois ...................................................14
Les De Gaulle Elle et Lui, d’Henry Gidel .....................................15
Lonesome Dove ( tomes 1 et 2), de Larry Mc Murtry ................16
Berta Isla, de Javier Mariàs ..........................................................17
La fabrique des salauds, de Chris Kraus.....................................17
Transparence, de Marc Dugain ....................................................18
Bug, par Enki Bilal ........................................................................19

Coups de cœur ...........................................................................20


Les femmes de Heart Spring Mountain, Robin Mac Arthur
De mères en filles, de Maria José Silveira
Le cœur de l’Angleterre, de Jonathan Coe
L’horloge sans aiguilles, de Carson Mc Cullers
BD ................................................................................................22
Katanga
Shangai Dream
Une histoire de France
Édito


Encore une belle rentrée littéraire pour cette cuvée 2019 et
le quarantième numéro de notre Journal !
Des auteurs attendus bien sûr mais aussi des nouveautés
étonnantes et détonnantes qui justifient notre travail au sein de cette
revue … Et je remercie celles et ceux qui s’efforcent régulièrement,
depuis 13 ans, de vous faire partager leurs coups de coeur et leurs
découvertes !
Des romans puissants, combattants qui secouent nos habitudes de
lecteurs : Girl d’Edna O’ Brien ou Une bête au paradis de Cécile
Coulon.
Des romans engagés, ancrés dans une société qui piétine ses valeurs
essentielles : Cora dans la spirale de Vincent Message ou Les choses
humaines de Karine Tuil.
Les femmes sont très présentes dans notre sélection car elles doivent se
battre au quotidien dans certains pays du monde comme l’Iran dans Un
ciel de coquelicots ou la Bolivie dans Ce qu’elles disent ou tout près de
nous : La Guerre en soi.
Mais vous trouverez aussi des aventures en bandes dessinées, des
histoires d’espions, de personnages célèbres comme les De Gaulle et
même des cow boys et des indiens !


Et il y en a encore beaucoup d’autres, tout aussi
passionnants, sur les rayonnages de votre bibliothèque :
de belles soirées de lecture en perspective !

Marie-Claude
La guerre en soi
Laure Naimski
Belfond

« Il y a des choses dont je ne vais pas parler.


Il y a des choses pour lesquelles je vais mentir. Mais le moins
possible. Le plus souvent par omission. Parce que je n’aime pas le
mensonge. Mon fils me mentait. »
Elle s’appelle Louise, elle a cinquante-six ans, elle est veuve. Son fils
s’appelle Paul, fils unique par choix. Paul est fugueur et Louise, enfant
mal aimée (« Pleure, ma fille, tu pisseras moins. ») n’a pas les armes pour
lutter contre la dérive de son fils.
Ce livre est la parole de Louise, entre confidences et récits auprès
d’un « homme en blanc », paroles de détresse, transformées en parole de
haine contre ceux qui lui ont pris son fils : Paul est mort, à 26 ans. « J'ai
davantage pleuré Paul que mon mari. Est-ce que ce sont des choses
qu'on dit ? ».
C’est un roman très fort sur l’amour maternel, émouvant et
dérangeant, mais qui ne peut laisser indifférent. Il est porté par une
écriture aussi sèche et dérangeante que le thème de l’ouvrage.

Marie-Anne

Laure Naimski est écrivaine et journaliste. La guerre en soi est son deuxième roman
après En kit (2014).

4
Un ciel de coquelicots
Zohreh Ghahremani
BakerStreet

Ce roman est une double découverte, d’une part, parce que je n’en
connaissais pas l’existence, et d’autre part, parce que je l’ai trouvé par
hasard, laissé dans un gîte de vacances. Quelle surprise et quel choc de
lecture !
Nous sommes dans les années 60, avant la révolution islamique, au nord-
est de l'Iran, dans la ville de Mashhad. La Savak (police secrète du Shah)
terrorise la population. Les manifestations sont durement réprimées et tout
le monde est surveillé. Deux lycéennes que tout oppose, Roja, fille d'un
riche propriétaire terrien proche du régime en place et Shirine, jeune fille
de famille modeste et très croyante se lient d'amitié. Deux jeunes filles de
seize ans, éprises de littérature et de poésie, qui cherchent une vérité hors
de leur milieu. Shirine va tenter d’ouvrir les yeux de Roja sur les injustices
de leur pays.
Nous allons suivre le destin de ces deux jeunes femmes et le cours de
leur amitié dans les années 70 à travers leurs histoires respectives.
Ce livre nous montre le pouvoir absolu du père sur ses filles et nous
donne une image assez précise de ce qu'était l'Iran sous le régime du Shah
Reza Pahlavi, un régime fasciste, qui, après sa chute, débouchera sur un
régime encore plus totalitaire et féroce.
Comme dira en fin de roman le père à sa fille Roya, exilée, « ce pays est
condamné. Reste où tu es et bâtis-toi une nouvelle vie ».
Un récit poignant, plein de rebondissements et d’émotion, où amitié,
poésie, répression et sacrifice s’entremêlent. L'écriture est belle, simple,
épurée, à la manière des vers persans égrenés à travers le roman. Une
pépite !
« Toi qui as soif, réjouis-toi : au-dessus des terres arides
De sombres nuages arrivent annonciateurs de pluie.
Vois-tu les fleurs d'espoir cultivées dans nos cœurs ?
Les temps ont écrasé en vain leurs frêles tiges »
Marie-Claude

Zohreh Ghahremani, iranienne vivant aux États-Unis depuis de nombreuses années, est
l'auteur de trois romans dont un en langue persane. Voix de la diaspora irano-américaine,
elle a aussi publié des nouvelles.

5
Les enténébrés
Sarah Chiche
Seuil

Sarah, journaliste, psychologue et psychanalyste, vit avec son compa-


gnon Paul et sa fille à Paris. Une vie qui semble sereine. À l’automne 2015,
elle part à Vienne enquêter sur les conditions d’accueil des réfugiés. Elle
y croise Richard K. violoncelliste reconnu dans le monde entier.
Voilà, les faits sont posés, et le puzzle que constitue l’histoire de Sarah
va pouvoir se mettre en place. Fiction ? Autobiographie ? Nous ne le sau-
rons pas ! Mais l’histoire de Sarah rejoint la Grande Histoire : grand-père
déporté, grand-mère et mère « déséquilibrée », père mort alors qu’elle
était très jeune… Sommes-nous libres de nos choix ou subissons-nous ce
qu’ont vécu nos parents, leur héritage en somme ? « Plus tard, j'ai
compris que ce que ma mère m'avait fait, son père le lui avait fait, et que
ce que son père lui avait fait, on le lui avait fait à lui dans les camps ».
À cela, il faut rajouter le réchauffement climatique et ses conséquences
sur la nature et sur les êtres humains… récoltes insuffisantes, famines,
révoltes, guerres, déplacement de populations, montée des nationa-
lismes. L'enfer. L'époque que nous vivons n'a rien de réjouissant, d'autant
qu'on ne perçoit aucune petite lumière à l'horizon permettant d'imaginer
un avenir meilleur dans un délai raisonnable.
« Peut-être avons-nous plusieurs vies. Il y a celle dont nous avions
rêvé, enfant, et à laquelle nous pensons toujours, une fois adultes, celle
que nous vivons, chaque jour, dans laquelle nous nous devons d'être
performants, responsables et utiles, et que nous terminerons jetés dans
un trou. Dans l'autre vie, il n'y a ni chagrin, ni douleur, ni manque… ».
Devons-nous nous abandonner à la passion amoureuse, à la double vie
qu’elle entraîne ?
Un livre bouleversant, difficile, passionnant : une vraie rencontre, qui
ne peut laisser indifférent !
Marie-Anne
Sarah Chiche est écrivain, psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle est l’auteur de
deux romans : l’Inachevée (2008) et L’Emprise (2010) et de trois essais.

6
La maîtresse de Carlos Gardel
Mayra Santos- Febres
Zulma

Micaela Thorné est une femme qui se souvient. Elle n'a pas oublié
d'où elle vient, un quartier pauvre de Porto Rico ; elle est fière de ce qu'el-
le a réalisé : elle est devenue gynécologue.
Tiraillée entre deux mondes : celui de sa grand-mère guérisseuse,
dans lequel on soigne par les plantes, pratiques ancestrales qu'elle est
loin de renier et celui de la médecine moderne qui ouvre la porte à
l'émancipation des femmes.
Sa très brève liaison avec le chanteur de tango Carlos Gardel a été une
parenthèse sensuelle initiatrice, émancipatrice. Leurs univers sont à l'op-
posé, mais pour chacun d'eux, il s'agit de trouver sa place dans le monde.
Difficile pour un artiste franco-uruguayen chanteur de tango, en butte
à la concurrence et aux préjugés, syphilitique de surcroît, en quête de
reconnaissance à travers le monde ; difficile aussi pour elle, la fille du
peuple à qui, elle le sait, les grands hôtels, dont Gardel lui ouvre les
portes pendant sa tournée sur l'île, ne peuvent être le lieu de la réalisa-
tion de soi à laquelle elle aspire.
Difficile enfin pour une fille des bas quartiers de réaliser son rêve de
venir en aide aux femmes peu éduquées de son île.
Un roman, en effet, de « portes qui s'ouvrent » pour ceux qui savent
donner d'eux-mêmes ; un cheminement passionné, lumineux.
Nicole

Mayra Santos-Febres est née en 1966 à Porto Rico

7
La servante écarlate
Margaret Atwood
Robert Laffont

La romancière canadienne commença d'écrire ce livre en 1984 à


Berlin-Ouest, donc 5 ans avant la chute du Mur et de l'empire soviétique,
en réponse à la question : s'il y avait un régime totalitaire aux États-Unis,
à quoi ressemblerait-il ?
À la république de Gilead, peut-être. L'environnement toxique y limite
la capacité de procréer, ce qui pousse la classe dirigeante à s'emparer des
femmes fertiles restantes et à les réduire à l'état d'esclaves domestiques à
l'usage des maîtres. Le contrôle sur ce cheptel est maintenu en imposant
une version totalitaire et intolérante du Puritanisme, toute autre religion
étant bannie et persécutée.
Si vous ne connaissez ce livre que par l'intermédiaire de la série télé-
visée, sachez que seule la première saison lui correspond vraiment. Il est
bon de revenir à l'original, et de noter que tous ces sévices pratiqués
contre les femmes ont bel et bien existé ou existent encore à une époque
ou à un endroit dans le monde.
On peut dire que c'est un livre féministe, non pas parce que les
femmes y sont idéalisées, loin de là, mais parce qu'elles y sont des êtres
humains à part entière et qu'elles y jouent un rôle primordial. C'est sans
doute pour cela qu'il a eu un regain de popularité à l'époque du mouve-
ment #Metoo.
Inutile de dire combien cette dystopie résonne dans l'Amérique
actuelle et ailleurs !
Désormais partie intégrante de notre paysage littéraire et imaginaire,
La servante écarlate est à lire absolument, ainsi que sa « suite », Les
Testaments, qui imagine le déclin et la chute de l'empire tyrannique de
Gilead.

Anne

8
Ce qu'elles disent
Miriam Toews
Buchet-Chastel

« Époustouflant, triste, choquant – incontournable » écrit la grande


auteure canadienne Margaret Atwood (La Servante écarlate) à propos de
Ce qu'elles disent.
En effet, la parenté entre les deux livres est frappante. À l’origine de
celui-ci, un fait divers : entre 2005 et 2009, au sein d'une communauté
mennonite, mouvement anabaptiste et fondamentaliste, située en
Bolivie une centaine de femmes furent droguées et violées par des
hommes issus de leurs familles – et non par Satan ou des fantômes,
comme on essayait de le leur faire croire.
Au bout de 48 heures les agresseurs, libérés sous caution, vont
rentrer dans la colonie. Les femmes, maintenues exprès dans un état
d'illettrisme et d'ignorance, se réunissent pour décider entre trois
options : Ne Rien faire. Rester et se battre. Partir. Accepter, résister ou
s'en aller ?
Elles tiennent à avoir un compte rendu de leurs débats, tâche qu'elles
confient au seul homme présent, instituteur dans l'école des garçons.
Face à la misogynie inhérente au fondamentalisme qui les
déshumanise, les femmes sont déchirées entre la nécessité (dictée par la
foi) de pardonner à leurs bourreaux et le simple désir d'avoir enfin le
droit de penser par elles-mêmes, car tout, y compris la Bible, leur a été
imposé par les hommes et surtout par leur pasteur. Que vont-elles
décider ? Le lecteur assiste à leur dilemme, médusé, happé par la force et
le courage de leurs histoires, à la fois particulières et universelles.
Ne ratez pas ce roman bouleversant.

Anne

9
Cora dans la spirale
Vincent Message
Seuil

Cora est cadre marketing dans une grande compagnie d’assurances.


Elle rentre de congé maternité non sans appréhension, la société a
changé de main depuis peu et des bouleversements sont sans doute à
venir.
Cora est une jeune femme curieuse de tout, elle aime la vie, la
musique et surtout la photographie dont elle avait pensé faire son métier.
Elle s’installe avec Pierre et ils décident d’avoir un enfant. Alors on met
un peu de côté ses rêves et on cherche du travail pour s’assurer une vie
plus stable, tout en continuant à se faire plaisir. Tous deux privilégient
les valeurs humaines.
Jusqu’à présent la compagnie d’assurances qui l’emploie était
familiale. Cora partageait des idéaux et du bien-être avec ses collègues.
Son retour va subrepticement virer au cauchemar. Ce sera le début de la
spirale. Classique, me direz-vous mais attendez de lire la suite.
Cora voudrait ralentir ces temps modernes qui peuvent provoquer
tant de souffrances, nous faire oublier nous-mêmes, nous amener à faire
des choix qui risquent de provoquer des drames.
« Je rêve d’un monde où on se raconterait les vies humaines les unes
après les autres, avec assez de lenteur, d’incertitudes et de répétitions
pour qu’elles acquièrent la force des mythes. Fidèle à l’utopie, je rêve
d’une société où on aurait les moyens de faire ça, et où on aurait rien
de plus urgent à faire ».
Matthias, le chroniqueur prend son temps pour relater l’histoire dont
nous ne connaîtrons le dénouement que dans le dernier tiers du récit,
cela donne du mouvement au récit.
Si l’écriture un peu trop dense a pu me gêner, je pense que c’est un
livre marquant, et pas un livre de plus sur la maltraitance au travail. J’ai
eu deux chocs…

Marie

10
Les choses humaines
Karine Tuil
Gallimard

Karine Tuil est une auteure de la société contemporaine, elle la saisit


là où elle en est et en extrait la substantifique moelle. Et la société en
prend plein la figure !
Jean Farel est un journaliste de télévision, accroché à sa fonction,
coureur invétéré, il est tout-puissant. Sa femme, Claire, n’est plus son
épouse que pour les sorties officielles, c’est une journaliste engagée dans
les causes humanitaires.
Leur fils Alexandre, brillant lui aussi, a étudié aux États-Unis et va
rentrer à Stanford.
Une accusation de viol va chambouler tout cet édifice. Au temps
#Meetoo plus rien ne sera comme avant !
Analyse piquante et grinçante de ce monde qui évolue dans l’argent
et le paraître !
Les plaidoiries sont très intéressantes et justes.
Ne le lisez pas trop vite, vous regretterez de l’avoir terminé.

Marie

L’avis de Marie-Claude
Un regard acéré sur un microcosme médiatique privilégié, qui n’a
plus vraiment de limites, doublé d’une réflexion sur le consentement
sexuel tel que le définit la justice… Le roman m’a semblé un peu trop
démonstratif : la seconde partie est, à mon goût, meilleure que la pre-
mière.

11
Une bête au Paradis
Cécile Coulon
Iconoclaste

« Bienvenue au Paradis » peut-on lire à l’entrée du chemin qui mène


à la ferme de la vieille Émilienne qui y élève seule les deux enfants de sa
fille, décédée avec son époux dans un accident de voiture.
Au Paradis, elle accueille aussi Louis, un garçon de ferme qu’elle sous-
trait à la violence de son père. Le cadre est rude : on travaille, on ne se
plaint pas, on prend soin des bêtes…
C’est d’abord une histoire de femmes (la grand-mère et la petite fille
Blanche) prêtes à tout sacrifier pour la terre. Blanche est une guerrière,
une véritable héroïne depuis l’enfance. Quant à l’image de l’homme, elle
est associée irrémédiablement à la violence ou la faiblesse : Louis, Gabriel
le frère enfermé dans son chagrin, Alexandre, le beau garçon amoureux
de Blanche… Les cinq personnages de ce huis clos vont entrer en enfer !
Et qui sera la Bête ?
Dans ce roman « noir », Cécile Coulon explore la complexité des êtres
humains dans un décor âpre, celui d’un monde rural que certains ont pu
trouver suranné, mais qu’elle rend intemporel. L’écriture est puissante, à
la fois simple et hypnotique. Le lecteur est happé par ce drame et attend
le dénouement comme celui d’une tragédie.
Un vrai coup de poignard dans le cœur !

Marie-Claude

12
Girl
Edna O'Brien
Sabine Wespieser

L'histoire est terrifiante ; celle qui l'écrit, dans un carnet sauvé du


désastre, est l'une des écolières nigérianes enlevées par la secte djihadiste
Boko Haram… faute d'un gibier mâle encore plus utile à la cause !
On sait tout de suite qu'elle s'est évadée du camp dans la jungle, grâce
à l'intervention de l'armée de son pays. Mais avant, soumise aux
humiliations, aux viols – ceux du corps et de la sensibilité –, mariée de
force à un homme plutôt moins mauvais que les autres, elle a eu une
petite fille.
Edna O'Brien a un double don : celui de plonger le lecteur dans
l'horreur, par le biais de Maryam, puis dans les épreuves partagées dans
le désert avec l'amie enfuie avec elle ; elle sait surtout les accompagner sur
le chemin qui les conduira à leur reconstruction ; de cela on a
immédiatement l'intime conviction. « Nous nous reposons maintenant,
nous nous armons de courage pour continuer ». L'acharnement
personnel, au-delà même de l'amitié qui soude un moment les deux filles
« collées l'une à l'autre », porte le lecteur qui, lui aussi, surmonte
l'accablement. Et s'il y a eu un mariage forcé, il y a eu, lueur humaine dans
l'horreur, un mari qui a eu à cœur de permettre l'évasion.
L'auteure creuse son sillon : elle prend à bras-le-corps les
bouleversements de l'existence, à l'image de celui vécu par l'héroïne des
« Petites chaises rouges », tombée naïvement amoureuse d'un bourreau de
Sebrenica. Elle fait le choix de personnages fragilisés mais puissants, dont
elle fait guetter la renaissance.
Nicole
Edna O'Brien, auteure irlandaise, est née en 1930.

L’avis de Marie-Anne
Prenant, émouvant, horrible et pourtant magnifique… un témoignage
plus qu’un roman… âmes sensibles s’abstenir.

13
L’île aux enfants
Ariane Bois
Belfond

1963, île de la Réunion. Deux fillettes, Pauline et Clémence, rentrent de


la rivière avec leurs provisions d’eau. Soudain, une camionnette rouge et
deux bras qui les saisissent ! Elles sont kidnappées et emmenées dans un
pensionnat avant d’être « expédiées » en avion vers la métropole.
Les deux sœurs sont séparées et envoyées en famille d’accueil en plein
hiver dans la Creuse. Non, il ne s’agit pas d’un trafic d’enfants mais bel et
bien d’une volonté politique assumée par Michel Debré, premier
ministre de Charles de Gaulle, qui décide d’envoyer des petits
Réunionnais dans des départements ruraux, en voie de désertification
comme le Gard, la Lozère, le Gers, la Creuse…
«  Les gamins, voyez-vous, avaient tous la même tête quand ils
arrivaient, l'air désemparé, perdu, les yeux écarquillés. Les plus petits
faisaient des cauchemars et pipi au lit ».
C’est cette tragédie que nous raconte Ariane Bois avec beaucoup de
justesse à travers les destins de ses deux héroïnes. Il faudra
l’acharnement de la fille de Pauline rebaptisée Isabelle pour que la vérité
éclate…
Que de dégâts au nom d’une « bonne intention » politique !
Bien documenté, bien écrit, un livre à lire pour connaître cet épisode
peu glorieux de notre histoire mais aussi pour comprendre les impacts
négatifs de tous les non-dits sur la construction de plusieurs générations.

Marie-Claude

14
Les de Gaulle, Elle et lui
Henry Gidel
Flammarion

Des historiens de talent et de qualité nous avaient conté de Gaulle,


l'homme d'État, le militaire ; mais connaissions-nous vraiment l'intimité
de Charles et d’Yvonne. Nous savions qu'ils n'aimaient pas le palais de
l'Élysée, y étaient-ils bien logés ? Quel était le père de famille, le mari
d'Yvonne ? Avant guerre (la première), qui étaient Yvonne et Charles ?
En quelque sorte, Henry Gidel répond à ces questions, il ne nous
raconte pas l’Histoire mais le quotidien de ce couple si souvent moqué ;
dans son style simple et concis, il évoque l'enfance de Monsieur et de
Madame, quelles étaient leurs familles, comment ils ont fait connais-
sance : la vie de tous les jours comme s’ils étaient des humains comme
vous et moi.
Nous découvrons qui ils étaient vraiment, n'échappant pas plus que
tout un chacun au malheur : la maladie de leur fille Anne. En revanche,
l'auteur met en évidence la réactivité de Mme de Gaulle qui, malgré ou à
cause de cette adversité, va créer une fondation destinée aux enfants han-
dicapés.
Au fil du récit, l'on comprend mieux le lien qui liait le maréchal Pétain
et de Gaulle et l'amour que se portait ce couple modeste dans son quoti-
dien, mais si présent dans l'histoire de France. Comme le fait remarquer
l'auteur avec humour, s'appeler de Gaulle mène à un grand destin que le
général avait prévu depuis sa jeunesse.
La complexité du caractère du Général est également très bien pré-
cisée à travers quelques témoignages qui se rapportent aux différentes
périodes de sa vie. Saviez-vous qu'il avait des moments de dépression ?
Enfin tout au long du récit, Henry Gidel nous explique par le détail
combien Madame de Gaulle a été le soutien réservé et silencieux de son
mari qui disait d'elle : « Yvonne, sans qui rien ne se serait fait ».

Jean-Michel

15
Lonesome Dove tomes 1 et 2
Larry McMurtry
Gallmeister

Envie de jouer aux cow-boys et aux indiens ?


Alors plongez-vous dans les deux tomes de « Lonesome Dove ». Les
capitaines Augustus « Gus » McCrae et Woodrow F. Call, anciens Texas
rangers reconvertis en convoyeurs de troupeaux, vous emmènent à leurs
côtés pour partager la vie des pionniers de l'Ouest américain : rude, vio-
lente, poussiéreuse, alcoolisée et ségrégationniste… Il faudra avancer
dans la lecture en côtoyant les nombreux personnages (cow-boys, shérifs,
bandits, indiens et mexicains…) et les tout aussi nombreux animaux
(chevaux, vaches, cochons et serpents à sonnette…).
L’auteur, récompensé par un prix Pulitzer, nous immerge dans un
western plus vrai que nature, une véritable épopée à travers l'Amérique,
du Texas au Montana. Par petites touches, il dépeint les personnages de
ce récit avec un parfait équilibre entre leurs talents et leurs travers. Et for-
cément, on finit par s’y attacher et vibrer à leurs aventures. Qu’ils
soient principaux ou secondaires, chaque personnage reçoit les hom-
mages de l'auteur, aucun n'est laissé en bord de route. Ils se côtoient, se
croisent, se quittent et se retrouvent au fil de l’aventure, chacun appor-
tant un éclairage particulier au récit.
De plus, l’histoire est parsemée de notes d’humour souvent caus-
tiques et malgré la rudesse de cette vie de cow-boy, on se surprend à rire
à de nombreuses reprises.
Attention ! Je suis obligé de vous avertir, une fois commencé le pre-
mier livre, difficile d’arrêter la lecture avant la fin du deuxième.

Éric

16
Vous aimez les espions ?
Alors découvrez Tomas et Koja... Bonnes lectures !

Berta Isla
Javier Mariàs
Gallimard

C’est le roman d’une femme madrilène, d’une force d’âme peu commu-
ne. Elle est mariée à son ami d’enfance, l’anglo-espagnol Tomas, étudiant
à Oxford, alors qu’elle-même termine ses études à Madrid.
Tomas est extrêmement doué pour les langues, et c’est un imitateur
incroyable : accents, voix, intonations, il imite à la perfection et amuse ses
amis avec ses jeux.
Manipulé par les Services Secrets britanniques à la suite d’une bête
erreur de jeunesse, Tomas va voir son destin bouleversé. Berta aura le
choix entre tout ignorer des activités de son mari et l’attendre, ou partir.
 « Ainsi en va-t-il de ces vies qui, comme la sienne et la mienne et tant
d'autres, se contentent d'exister et attendre », dernière phrase de ce
roman, exprime l’absurdité des existences de Berta et Tomas... ou la
force du destin ?

La fabrique des Salauds


Chris Kraus
Belfond

Nous sommes en 1975 dans un hôpital bavarois. Koja Slom, la soixan-


taine bien entamée, une balle logée dans la tête, partage sa chambre avec
un jeune hippie, Basti, vis de titane dans le crâne. Basti est convaincu de
la beauté du monde et de ceux qui l’habitent. Tout d’abord curieux, il
interroge Koja sur son passé... Et Koja, pour soulager sa conscience et
comprendre lui-même comment il en est arrivé là, va raconter ce qu’il a
vécu et commis, témoin et/ou acteur de toutes les horreurs de son siècle.
Il ne faut pas avoir peur de ce roman de près de 900 pages : au fur et
à mesure que l’on avance dans la lecture, on est pris dans cette histoire,
grâce à la plume de Chris Kraus, incisive, attentive, chirurgicale ?
Je ne vous en dirai pas plus, par peur de déflorer cette histoire, mais
lisez-le !
Augusta

17
Transparence
Marc Dugain
Gallimard

Avec ce nouveau roman Marc Dugain choisit de nous conter une fable,
dont bien évidemment, je ne vous divulguerai pas la morale. Mais j’en ai
déjà trop dit !
« Au début de la révolution numérique, les précurseurs avaient
remarqué le besoin croissant des gens à être nommés, remarqués, à
exister en tant qu’expression d’une opinion, à faire valoir leur point de
vue individuel comme indispensable à la collectivité, une façon
d’exister dans la masse connectée. Cet état de fait a conduit à un
exhibitionnisme de civilisation qui a favorisé la transparence totale de
l’individu… ».
Avec un état des lieux sur la société numérique actuelle, son pouvoir
croissant et l’aliénation qui en découle, il explique pourquoi et comment
le programme « Endless » et sa propriétaire sont arrivés, en 2068, à sur-
passer et neutraliser Google.
Seuls les volontaires renseignent leurs données auprès de cette start-
up Transparence. Celles-ci doivent être aussi précises et abondantes que
possible. Promesse est faite aux élus d’accéder à l’immortalité de l’âme
dans un corps artificiel. Ainsi irions-nous petit à petit vers une société
parfaite !
Que pouvons-nous accepter, jusqu’où irons-nous dans la quête effré-
née de la robotisation qui nous fait croire que l’on va pouvoir sauver tout
le monde.
Beaucoup de questions posées auxquelles il est bon de réfléchir et un
regard caustique sur la première partie des années 2000.
Jubilatoire ou effrayant !
À lire avec passion !
Marie

18
BUG
Scénario : Bilal, Enki
Dessin : Bilal, Enki

2 tomes.
Un bug énorme frappe le monde.
Tout est arrêté, plus aucun réseau, plus d’informatique… plus rien !
Tout le matériel connecté par internet est au point mort, c’est
l’Apocalypse !
Du pur Enki Bilal, qui imagine tous les ravages que cela peut entraîner.
Notre dépendance à la technologie nous mène vers une perte immense.
Seule une nouvelle héroïne pourra sauver le monde…..
Bilal et son univers de science fiction, Bilal et ses dessins de toute beauté,
Bilal et son style unique ! Quel Bonheur !

Martine

19
Nos coups
Les femmes de Heart Trois générations de femmes : Lena, Bonnie,
Spring Mountain Vale, les personnages principaux de cette saga amé-
ricaine. Femmes sans pères, dévastées par la
Robin MacArthur drogue, la solitude, ou la passion. Les hommes n’y
ont « que » des seconds rôles.
Albin Michel
La raison de mon « coup de cœur » est la
richesse des thématiques abordées par ce livre : les
Amérindiens, nos origines, notre identité, les
secrets de famille, l'avenir de notre planète, la
nature. C'est à la fois extrêmement intimiste de
rentrer dans la vie de cette famille mais c'est aussi
une lecture universelle.

Une autre histoire de femmes, de l’arrivée des


De mères en filles
Portugais du XVIe à nos jours : esclaves, libres, sor-
Maria José Silveira cières, guérisseuses, amoureuses, meurtrières ou
artistes, toutes sont des femmes aux personnalités
Denoël
colorées, complexes et inoubliables.
L’histoire du Brésil au travers de l’histoire de
cette lignée de femmes. Facile à lire et instructif, un
bon moment de lecture !

Marie-Anne

20
de cœur
Le cœur de Une chronique très britannique de l’Angleterre
l’Angleterre depuis 2010 – premier gouvernement de coali-
tion – jusqu’au Brexit. Pourquoi en sont-ils arrivés
Jonathan Coe là ? Le manque de confiance dans la politique, la
Gallimard peur...
Passionnant, drôle et grinçant.
Marie

L'horloge sans aiguilles Au cœur d'une petite ville d'un état du sud des États-
Unis, dans les années soixante, un jeune noir aux
Carson Mac Cullers
yeux étonnamment gris-bleu, à la personnalité exa-
Stock cerbée et exaspérante, mène le bal auprès de trois
autres âmes tourmentées.
Son regard froid et violent transperce la sensibilité
vacillante d'un homme qui apprend qu'il va mourir,
et bouleverse sa conscience ; il séduit un jeune
blanc, orphelin comme lui, en révolte contre son
grand-père, un juge aux engagements racistes ; il
devient indispensable à ce même juge qui le charge
de rédiger sa correspondance révoltante !
On est loin des stéréotypes qu'une époque et un lieu
aussi chargés de tensions raciales auraient pu faire
naître.
Nicole

21
KATANGA
Scénario : Nury, F
Dessin : Vallée, S

Série en 3 tomes

1960 - Le Congo prend son indépendance.


La riche province minière du Katanga fait sécession, ce
qui entraîne un conflit fait de massacres, trafics, com-
plots…L’ONU envoie ses casques bleus sur place et
l’Union Minière embauche des mercenaires….

Série pleine d’action, de manigances, de


rebondissements et de secrets. Dessin très
réaliste, un peu trop parfois. Un scénario
excellent qui démarre sur un petit rappel his-
torique pour nous remettre dans le contexte
géopolitique de l’époque.

22
Shangaï dream
Scénario : Thirault, P
Dessin : Miguel, J

Série en 2 tomes

Berlin 1938 - Lois antisémites et persécutions


nazies amènent un couple à choisir l’exil.
Shangaï ne réclame aucun visa….

Une histoire de france

Scénario : Onfray, M
Dessin : Jef

Série de 5 tomes en cours


Romain est arrêté pour avoir filmé et diffusé sur les
réseaux sociaux un attentat terroriste perpétré en plein
coeur de Lyon. Son avocat ne comprenant pas les rai-
sons qui l’ont poussé à faire cela, décide d’interroger
certains membres de la famille du jeune homme…..

Martine

23
Médiathèque Municipale
de Châteauneuf
1, rue du Baou
Tel. : 04 93 42 41 71
mediatheque@ville-chateauneuf.fr

Journal des Lecteurs


écrit par et pour les lecteurs

Mise en page :
L’esp@ce Multimédi@
Rédacteur en Chef :
Marie-Claude LAMBERT

Impression :
Zimmermann - Villeneuve-Loubet