Vous êtes sur la page 1sur 79

guide Creusabro ® 4800 ℗

Creusabro ® 8000 ℗
de mise Creusabro ® Dual℗
en œuvre Abramax MU
guide
de mise
en œuvre
4 CREUSABRO ® 4800 ℗

27 CREUSABRO ® 8000 ℗

45 CREUSABRO ® DUAL℗

57 ABRAMAX MU

↘3
CREUSABRO ® 4800 ℗
5 Informations générales
5 Valeurs d'usage
5 Analyse chimique
5 Propriétés mécaniques

6 Découpe thermique
6 Oxygaz
7 Plasma
7 Laser
8 Comparaison des types de découpe thermique

9 Découpe à froid
9 Cisaillage
9 Poinçonnage
9 Découpe jet d'eau très haute pression avec ajout d'abrasif

10 Soudage
10 Précautions préliminaires au soudage
11 Choix du procédé de soudage
12 Les trois familles de métaux d'apport utilisables
12 Sélection des métaux d'apport
13 Limitation du risque de fissurations, conditions opératoires générales
15 Sélection des températures de préchauffage
16 Applications particulières, protection des soudures contre l'abrasion
17 Structures en tôles minces
17 Soudage des goujons
18 Assemblages hétérogènes

19 Usinage
19 Perçage
20 Fraisage
21 Lamage
22 Taraudage

23 Formage
23 Pliage
24 Cintrage
25 Pliage et cintrage à chaud
↘4
Informations générales Propriétés mécaniques
Dureté Ré Rm A KCVL -20 °C Module d'élasticité
(HB) (MPa) (MPa) (%) (J / cm²) (GPa)
Valeurs d'usage 370 900 1 200 12 45 205

Mieux que la seule dureté, le CREUSABRO ® 4800 ℗ offre une résistance


Valeurs garanties à l'état de livraison
à l'usure exceptionnelle, supérieure de 40 à 45 % à celle d'un acier trempé eau
400 HB, tout en conservant une aptitude plus aisée à la transformation.
—  Dureté : 340 / 400 HB
Grâce à différentes analyses chimiques dédiées à chaque gamme d'épaisseurs,
le CREUSABRO ® 4800 ℗ met en œuvre plusieurs concepts métallurgiques
Propriétés mécaniques indicatives à chaud
plus performants que le simple effet de la dureté :
Rm (MPa) A (%)
→ Durcissement en service et micro-carbures de Chrome et Molybdène, 1 400
bases du concept CREUSABRO ®
1 200 30
→ Effet TRIP issu du développement du CREUSABRO ® 4800 ℗
1 000 25
→ Renforcement de la structure par des carbures de Titane
800 20

La dureté volontairement limitée du CREUSABRO  4800  facilite grandement


® ℗
600 15
les opérations de mise en œuvre telles que la découpe, l'usinage ou le formage.
400 10
Le CREUSABRO ® 4800 ℗ peut être utilisé pour tous les types d'abrasion,
200 5
glissement ou impact, milieu sec ou humide, y compris l'abrasion à chaud
jusqu'à < 450 °C (ép. < 20 mm) et > 350 °C (ep > 20 mm) en régime continu.
Temperature (°C) 100 200 300 400 500 600

Analyse Chimique Durcissement superficiel en service

CREUSABRO ® 4800 ℗
+ 70 HB
C S P Mn Ni Cr Mo Ti 430
HB
en service
Grâce au
≤ 0,20 ≤ 0,005 ≤ 0,018 ≤ 1,60 ~ 0,20 ≤ 1,90 ≤ 0,40 ≤ 0,20 durcissement
superficiel

ACIER 400 HB
trempé eau

400

360 Temps
↘5
Autres paramètres de coupe
Découpe thermique —  Le choix des diamètres de buses débits et pressions de gaz se fait
conformément aux barèmes fournis par les fabricants de machine pour
la découpe des aciers faiblement alliés.
—  Les tôles en CREUSABRO ® 4800 ℗ peuvent être découpées thermiquement
par tous les procédés : oxycoupage, plasma et laser. Les techniques demeurent
—  Dans le cas d'exécution de coupes biaises sur des tôles épaisses (chanfreinage
les mêmes que celles qui sont appliquées aux découpages thermiques des aciers
de lames d’attaque par exemple), l'épaisseur à considérer est celle de la section
faiblement alliés.
et non celle de la tôle.
—  Quelque soit le procédé de découpe thermique choisi, les tôles doivent être
à une température minimum d'atelier ≥ 10 °C. En période hivernale, ceci peut
épaisseur section
signifier –à fortiori pour les tôles fortes– un stockage en atelier plusieurs jours
avant la découpe.
—  Les caractéristiques mécaniques élevées du CREUSABRO ® 4800 ℗ épaisseur tôle
ne permettent d'envisager les découpages mécaniques par cisaillage et par
poinçonnage que pour des épaisseurs de tôles limitées à 12 mm environ.

Recommandations supplémentaires

Oxygaz —  Veiller à ralentir la vitesse d'avance de la buse dans les arrondis d'angles,
notamment pour les tôles plus épaisses.
Gaz combustibles
—  Pour le découpage de formes complexes, exécuter d’abord les évidements
avant le détourage de la pièce. Cette procédure conduit habituellement à une
—  Tous les gaz combustibles habituellement rencontrés conviennent :
moindre déformation de la pièce et réduit corrélativement le risque de fissuration,
acétylène, propane, gaz naturel, tétrène, etc…
notamment en cas de replanage.
L'acétylène fournit une plus grande puissance de chauffe, ce qui permet
d'augmenter les vitesses de coupes et de réduire la consommation d'oxygène. —  Pour le découpage de formes complexes, les vitesses aux changements
de direction doivent être réduites, ce qui augmente corrélativement le temps
Le tétrène conduit à une moindre adhérence des oxydes sur les chants oxycoupés.
de contact avec la flamme et donc augmente la profondeur de la Z.A.T.
La présence de Cr et de Mo dans la composition chimique du CREUSABRO ® 4800 ℗
limite cet effet, mais ne l'élimine pas.
Conseils pour l'obtention de pièces saines

Préchauffage des produits


4

Epaisseur tôle (mm) Température de préchauffage (°C)


2
3 – 60 Sans préchauffage

61 – 150 Préchauffage 150 °C 3

↘6
Plasma Laser
—  Par rapport à l'oxycoupage, ce procédé présente un certain nombre Technique particulièrement intéressante pour le découpage des tôles.
d'avantages dans le découpage des tôles en CREUSABRO ® 4800 ℗ :
→ Haute précision et régularité des coupes ;
→ Pour les tôles d'épaisseur inférieure à 30 mm,
→  Pas de déformations post-découpage des pièces ;
la vitesse de coupe est environ 2 fois plus rapide ;
→  Z.A.T. peu perturbée et de profondeur très limitée ;
→ Atténuation des déformations post-découpage ;
→  Absence de bavures ou de gouttes sous saignées ;
→ Pour les tôles minces, absence de scories réunissant les bords des saignées ;
→  Soudage direct sans préparation des chants ;
→ Zone affectée thermiquement (Z.A.T.) généralement bien moins profonde,
ce qui autorise des soudures à l'arc directes sur rives après simple brossage. →  Moindre échauffement dans le cas de découpage de petites surfaces.

—  Comme pour l'oxycoupage, un préchauffage à 150 °C environ sera à appliquer —  Les capacités opérationnelles des machines actuelles permettent le découpage
pour la coupe des tôles d'épaisseurs supérieures à 60 mm. des tôles jusqu'à des épaisseurs de 20 mm environ.

Remarque : l'emploi de l'azote comme gaz plasmagène est à préférer à celui


du mélange argon + hydrogène ; outre le fait que l'azote est plus économique,
il y a un moindre risque de fissuration en zone affectée par la chaleur de la rive
découpée (la présence d'hydrogène pourrait éventuellement sensibiliser cette zone).

↘7
Comparaison des types Laser

de découpe thermique Puissance laser : 85 %


Vitesse de coupe : 1 100 mm / min

—  Modification de la dureté en Z.A.T. Filiations de micro-duretés Vickers Dureté Hv 0,3 kg


(sous charge de 300 g) effectuées en Z.A.T. de tôles en CREUSABRO ® 4800 ℗ 500
d'épaisseurs 12 et 25 mm.

400
épaisseur = 12 mm épaisseur = 25 mm

Oxygaz 300

Buse 10 x 25 (propane) Buse 25 x 50 (propane) 200


vitesse de coupe : 400 mm / min vitesse de coupe : 360 mm / min 1 2 2.5
Distance au bord coupé (mm)
Dureté Hv 0,3 kg Dureté Hv 0,3 kg
CREUSABRO ® 4800 ℗
500 500
400 HB Commentaires

400 400 —  La coupe laser ne perturbe que très peu le bord de la tôle.

→ dureté de l'ordre de 480 HV 0,3 en zone supercritique* retrempée


300 300
mais sur une profondeur très limitée (0,3 mm) ;

200 200 → l'adoucissement en zone subcritique** est quasiment insignifiant.


1 2 2.5 1 2 2.5
Distance au bord coupé (mm) Distance au bord coupé (mm)
—  Pour l'épaisseur de tôle de 25 mm en CREUSABRO ® 4800 ℗, les coupes au
Plasma plasma et surtout oxygaz ne produisent qu'un adoucissement assez limité en zone
subcritique, dureté de l'ordre de 320 HV 0,3.
Tension arc 130 V. Intensité : 130 A Tension arc 140 V. Intensité : 200 A
vitesse de coupe : 1 600 mm / min vitesse de coupe : 850 mm / min
—  Pour des paramètres de coupes identiques un acier 400 HB trempé à l'eau
Dureté Hv 0,3 kg Dureté Hv 0,3 kg affiche un niveau de dureté très nettement plus faible : 240 HV 0,3 environ
(soit un écart de l'ordre de 100 HV 0,3) et ce pour une zone concernée bien plus large.
500 500 CREUSABRO ® 4800 ℗
400 HB
En ces zones : net avantage de tenue à l'abrasion pour le CREUSABRO ® 4800 ℗.
400 400

300 300

*Zone supercritique : partie de la Z.A.T. où les températures du régime thermique


200 200 sont portées au-delà de l'isotherme de température du point AC3 de l'acier considéré.
1 2 2.5 1 2 2.5 **Zone subcritique : partie de la Z.A.T. où les températures atteintes par le régime thermique
Distance au bord coupé (mm) Distance au bord coupé (mm) sont inférieures à l'isotherme de température du point AC1 de l'acier considéré.
↘8
Découpe jet d’eau très haute pression
Découpe à froid
—  Ce procédé d'usinage à froid est tout à fait intéressant pour le découpage
de petites pièces à partir de tôles.
Cisaillage —  Il n'y aura aucune modification micro structurale dans l'épaisseur et le pourtour
de la pièce et donc une dureté tout à fait homogène en tout point de celle-ci.
—  Le cisaillage du CREUSABRO  4800  est envisageable
® ℗

pour les tôles d'épaisseurs inférieures à 12 mm environ.


—  La productivité de ce procédé reste toutefois relativement faible.
—  Les caractéristiques élevées de la nuance nécessitent l'emploi de lames
de cisaille en aciers outils de bonne qualité. Les lames doivent être bien
affûtées et parfaitement bloquées dans les porte-lames.

Commentaires

—  L'angle de coupe entre la lame inférieure fixe et la lame supérieure mobile


devra être compris entre 3° et 5°.

—  Jeu entre les lames : x


épaisseurs des tôles :
3 – 6 mm : x = 0,06 e
7 – 12 mm : x = 0,08 e

Poinçonnage
—  Le poinçonnage du CREUSABRO ® 4800 ℗ est envisageable
pour les tôles d'épaisseurs inférieures à 12 mm environ.

Recommandations particulières

—  Utiliser les poinçons les plus courts possibles. Les outils, poinçon et matrice, devront
être en aciers à outils conciliant au mieux résistance à l'usure et moindre fragilité.

—  La distance entre les trous ne doit pas être inférieure au côté ou au diamètre
du trou. Le diamètre des perforations (ou leur côté) ne doit pas être inférieur
à 1,5 fois l'épaisseur de la tôle.

↘9
→ Protéger →N
 e pas faire vibrer
Soudage la soudure
de l'action
une tôle (burinage)
pendant une
du vent opération
et de la pluie de soudage
—  Les ajustements de son analyse chimique confèrent au CREUSABRO ® 4800 ℗
une excellente tenue à l'abrasion. La mise en œuvre par soudage nécessite cependant
de prendre quelques précautions et de suivre des recommandations particulières.
→ Meuler à blanc → Nettoyer les zones
—  La fissuration à froid est le principal risque lors du soudage de ce type de
toutes les surfaces à souder. ôter
matériau.Elle peut se déclarer immédiatement et jusqu'à 72 heures après la fin
en contact avec graisses, scories,
du soudage. Elle intervient par l'interaction de trois paramètres métallurgiques :
le métal fondu poussières…
→ La création d’une structure fragile (type martensite) → Eliminer calamine,
dans la Z.A.T. ou le métal fondu ; oxydes, impuretés
sources d'H2
→ La création de contraintes résiduelles de soudage, liées au retrait de l’acier
et d’inclusions
lors de la solidification du métal fondu et aux différences de dilatations
thermiques ;
→ L’introduction éventuelle d'hydrogène dans les zones sensibles → Eliminer les Z.A.T. → E
 tuver les produits d'apport.
de la soudure (Z.A.T., métal fondu). d'oxycoupage
Flux pour arc submergé et electrodes
des chanfreins
enrobées : Etuver 350 °C / 2 h
—  L'ensemble des recommandations de ce guide permettent d'agir sur
puis maintien à 150 °C jusqu'à utilisation.
ces trois paramètres, quels que soient les cas de mise en œuvre, les procédés
et les paramètres opératoires, pour fiabiliser les opérations de soudage.

30 mm
mini
Précautions préliminaires au soudage
→ Température → Souder sur 2 mm maxi
des tôles > 10 °C des tôles sèches
→ Diminution des contraintes de soudage. →
 Longueur minimum
→ Eviter la → L'humidité des cordons d'accostage : 30 mm.
→ Jeu maximum entre les tôles pendant
condensation est source
la mise en position : 2 mm. → Toujours meuler puis réparer un point
d’hydrogène
→ Ralentir présentant un défaut. (risque
le refroidissement de propagation en soudage)
→ Demander et controler le niveau d'H2
des Z.A.T.
diffusible de chaque produit d’apport
→ à chaque extrémité du cordon
→ max 5 ml / 100 g d'accostage, un retour arrière
quel que soit le consommable doit être fait pour éliminer tout cratère
(facteur important d'amorce
de fissures sous cordons)
↘ 10
Choix du procédé de soudage
—  Les procédés classiques de soudage sont utilisés pour le CREUSABRO ® 4800 ℗.
Leur choix dépend des paramètres de fabrication.
Il faut également tenir compte des risques induits par chaque technique.

Electrode enrobée (SMAW) MAG fil fourré (FCAW) MAG fil plein (GMAW) Arc submergé (SAW) Fil fourré sans Gaz (Innershield)

Mise en œuvre Aisée Fortement déconseillé


pour le soudage
Procédé Manuel Manuel (automatisable) Manuel (automatisable) Automatique du CREUSABRO ® 4800 ℗

Environnement de soudage Tous types Tous types Conseillé en atelier Conseillé en atelier

Position Multi-positions Multi-positions Verticale et corniche à plat (éventuellement corniche)


→ opérateur qualifié

Taux de dépôt, vitesse d'exécution Faibles Moyens Moyens Importants

Risque H2 Important → étuvage obligatoire Bas Très faible → procédé le plus sûr Très important
→ étuvage flux obligatoire

Recommandations particulières Réparations et petits assemblages Tous assemblages, → Tous types d'assemblages → Gros assemblages
épaisseurs moyennes → Fortes épaisseurs combinées → Longueurs soudées importantes
→ Structures très bridées → Idéal pour fortes épaisseurs

↘ 11
Les trois familles de métaux Sélection des métaux d'apport
d’apport utilisables Métal d'apport C / Mn faiblement allié
Exemples de produits utilisables
—  En fonction du type de structure, de l'épaisseur et des conditions environnementales,
il existe plusieurs solutions métallurgiques pour le soudage du CREUSABRO ® 4800 ℗.
Euronorm AWS Fournisseur Nom de marque

Utilisation d'un métal d’apport C / Mn faiblement allié Electrodes enrobées EN 499 A5-1 BTW, ESAB, SAF, FOX EV50,
(SMAW) E42 4B x 2H5 E7016 ou E7018 OERLIKON, LINCOLN OK 48-04 / 0K 48-00
TENACITO 38R,
Caractéristiques Re ~ 460 MPa / Rm ~ 550 MPa
SAFER NF58,
Critères de choix → Lorsqu'une haute résistance mécanique des soudures n'est pas requise SAFDRY NF58,
→ Lorsque les soudures sont peu soumises à l'abrasion CORNAC 49C,
→ Lorsque l'on désire limiter les températures de préchauffage EMB Sahara.

Intérêt → Limiter les contraintes dans les soudures et les risques de fissuration MAG fil fourré EN 758 A5-20 ESAB, LINCOLN OK 15.00, MC 710
→ Faciliter la fabrication (FCAW) T42 3B x H5 ER 71 T5 OERLIKON, SAF H, FLUXOFIL 31,
BTW SAFDUAL 31,
UNION B055Kb.
Utilisation d'un métal d'apport C / Mn fortement allié
MAG fil plein EN 440 A5-18 BTW, ESAB, EMK7-SG2-H,
(GMAW) G423 x G x Si ER 70 S4 LINCOLN, OK 12-51, LNM 27,
Caractéristiques Re ~ 690 MPa / Rm ~ 800 MPa
ou ER 70 S6 OERLIKON, SAF CARBOFIL 1, NIC 70-S
Critères de choix → Lorsque la soudure doit supporter des efforts (traction) importants
Arc submergé Fil : S 1 A5-17 ESAB, SAF, Fil : OK Autrod12-10,
ex : fortes charges, cycles de fatigue.
(SAW) Flux : SA AB H5 Fil :EM12K LINCOLN AS26, AS35,
→ Lorsque les soudures sont soumises à l'abrasion
Flux : F6.A4.EL12 Lincoldweld 860 / 882.
Difficulté → Risque de fissuration accru par l'augmentation des contraintes de soudage ou F7.A4.EM.12 Flux : OK Flux 10-71,
→ Conditions de soudage plus sévères (ex. Préchauffage) AS72, AS72, L-61, L-60

Utilisation d'un métal d'apport Inoxydable


du type austénitique ou austéno-ferritique

Caractéristiques Re ~ 460 MPa → Très forte résilience


Rm ~ 600 MPa équivalent aux C.Mn faiblement alliés

Critères de choix → Lorsque la soudure est massive et donc le niveau de bridage important
→ Fortes épaisseurs combinées
→ Conditions environnementales difficiles (chantier, extérieur)
→ Bonne résistance à l'abrasion (durcissement en service)

Intérêt → Pas de préchauffage


→ Précautions de soudage moindres

Inconvénient → Prix du métal d'apport plus élevé

↘ 12
Métal d'apport C/Mn – Alliés haute limite élastique
Exemples de produits utilisables
Limitation du risque de fissuration
conditions opératoires générales
Euronorm AWS Fournisseur Nom de marque

Electrodes enrobées EN 759 A5-5 BTW, ESAB, SH N 12 K100, La sensibilité à la fissuration à froid lors du soudage est régie
(SMAW) E69 B H5 E 9 018 à E12 018 OERLIKON, SAF, OK 75.75, SAFDRY 80, par les paramètres suivants :
LINCOLN TENCACITO 80,
CORNAC 85 EMB →­  Les contraintes générées par le retrait des soudures ;
Sahara
→  La formation d'une Z.A.T. fragile ;
MAG fil fourré A5-29 ESAB, SA, OK 15.27, P2 6148,
→  L'introduction d'hydrogène par l'environnement ou les produits d'apport.
(FCAW) E 90 T5 à E110 T5 OERLIKON. SAFDUAL 270,
FLUXOFIL 42.

MAG fil plein EN 12354 G (69-89) A5-28 BTW, SAF UNION X90, Risque de fissuration
(GMAW) ER 90 S6 à ER 110 S6 NIC 85 / 88

Arc submergé Fil : S 3 A5-23 ESAB, BTW, Fil : Fluxocolor 42,


(SAW) Flux : SA FB H5 F10 à 12 OERLIKON Union Ni Mo Cr,
←H2→
A8-EC-F5 OK Autrod 13-43. ←Contraintes Contraintes→
Flux : Fluxocolor 42,
Union Ni Mo Cr,
OK Autrod 13-43. ↑Z.A.T.↑

Métal d'apport Inoxydables, type 307


Exemples de produits utilisables —  Il existe des moyens d'action pour limiter le risque de fissuration :

Euronorm AWS Fournisseur Nom de marque Paramètres Contraintes Z.A.T. H2

Electrodes enrobées EN 1600 A5-4 E308 Mo BTW, ESAB, OK 67.45, Facteurs d’influences → épaisseurs combinées → épaisseurs combinées → Process
(SMAW) E 18 8 Mn B 12 METROD, LINCOLN Thermanit XW, → Caractéristiques → énergie de soudage → Produits d'apport
Armet-1, mécaniques des
Metmax 370R, produits d'apport
Jungo 307
Moyens d’action → Préchauffage → Préchauffage → Préparation des
MAG fil fourré
EN 12072 A5-9 BTW, SANDVIK, OK 67.45, → Contrôle des séquences → Postchauffage zones soudées
(FCAW)
G 188 Mn ER 307 Si METROD, LINCOLN Thermanit XW, de soudage → Postchauffage
Armet-1, → Sélection du → Contrôle du
Metmax 370R, produit d'apport produit d'apport
Jungo 307

—  Remarque : Pour les procédés nécessitant l'emploi de gaz (FCAW, GMAW),


le choix du gaz se fera en accord avec le fournisseur du fil.

↘ 13
épaisseur combinée énergie de soudage

—  Son influence sur la soudabilité de l'assemblage est grande puisqu'elle va —  Ce paramètre exprime la quantité de chaleur apportée lors de l'opération
déterminer le niveau de bridage ainsi que la vitesse d'écoulement de la chaleur de soudage. Celle-ci est fonction de l'intensité, de la tension et de la vitesse
dans la Z.A.T. Cependant, ce n’est qu'une approche estimative et certaines de soudage. Elle se calcule en appliquant la formule suivante :
constructions massives devront être surévaluées.
60 x U x l
Es (Kj / cm) =
Quelques exemples de calcul de l'épaisseur combinée : 1 000v (cm / min)

—  Elle va influer sur :


e2
→ 
la forme et la dimension des cordons ;
e1 e2 e1
→­  le rendement de soudage (productivité) ;
E.comb. = e1 + e2 E.comb. = 2 x e1 + e2 →­  la sensibilité à la fissuration de la zone affectée.

Cycle thermique
e2 e2

cycle type :
Température
e1 e1
Nombre de passes

E.comb. = 2 x e1 + e2 E.comb. = e1 + e2

e2 Température
e2 interpasse max.
e1 e1
Température
E.comb. = e1 + e2 E.comb. = 2 x e1 + e2 postchauffage

Température
préchauffage
Phase 1 Soudage Phase 2
i e2

e3 Température
ambiante
e2
e1 e1

E.comb. = 2 x e1 + 2 x e2 E.comb. = 2 x e1 + e2 + e3 Phase 1 : Préchauffage


si i < 3 x e2 ou 2 x e2 + e1 + e3 Phase 2 : Postchauffage

↘ 14
étape 1 : Le préchauffage —  Cas de réparation en pleine tôle :

—  Il varie en fonction :
R = 250 mm
→  de l'énergie de soudage ; 1
3
→  de l'épaisseur combinée ;
4
→  du procédé de soudage (influence de l'hydrogène).
2
étape 2 : Le postchauffage

—  Le postchauffage consiste à maintenir la soudure à une température définie,


juste après la fin de la séquence et avant que la tempérture de celle-ci soit
descendue plus bas que la température de préchauffage.
→  On ne postchauffe jamais une soudure qui n'a pas été préchauffée.
Sélection des températures de préchauffage
Les séquences de soudage
Cas des produits d'apport C.Mn faiblement alliés
—  Le mode de remplissage des chanfreins et l'ordre des réalisations des soudures
d'un assemblage ont un effet direct sur la création de contraintes résiduelles Procédés de soudage Energie dépensée Conditions de pré et post-chauffage
et donc sur la fissuration. (kJ / cm) épaisseur combinée (mm)
30 40 50 60 70 80 90
—  Une tôle qui ne pourra pas se déformer au cours du soudage va forcément
Semi-automatique 15
induire de fortes contraintes résiduelles au voisinage des cordons
sous gaz
(ex : fortes épaisseurs, dimensions et bridage excessifs). 30
Il est donc recommandé au mieux de laisser des degrés de liberté aux assemblages.
Soudage manuel 10
Electrode enrobée
—  Il est déconseillé de pratiquer un traitement de relaxation à haute température 20
sous risque de perdre les propriétés anti-abrasion du CREUSABRO ® 4800 ℗.
Automatique 20
sous flux solide
30

—  Cas où les soudures se croisent :


  Sans préchauffage, Température tôle > 10 °C

  Avec dégourdissage à 75 °C
1
  Avec pré / postchauffage à 150 °C
2

↘ 15
Cas des produits d'apport C.Mn fortement alliés
Applications particulières :
—  Du fait d'un produit d’apport plus allié et plus résistant :
protection des soudures contre l'abrasion
→  le niveau des contraintes résiduelles est plus important ;
Utilisation de matériaux durs pour passes de recouvrement sur soudures
→  la sensibilité à la fissuration du métal fondu est accrue.
Par conséquent, il faut appliquer un barême de préchauffage
Electrode enrobée MAG – Fil plein MAG – Fil fourré
et postchauffage adapté.
OERLIKON CITODUR 400 B CARBOFIL A500 FLUXOFIL 54

Procédés de soudage Energie dépensée Conditions de pré et post-chauffage SAF SAFER 345B NIC535 SAFDUAL 53
(kJ / cm) épaisseur combinée (mm)
LINCOLN KD62
20 30 40 50 60 70 80
BTW THYSSEN 350 ROSA UNION A350 IG UNION BO350
Semi-automatique 15
FOXDUR 350 IG
sous gaz
30

Soudage manuel 10 Conditions opératoires


Electrode enrobée
20
—  Ces matériaux risquent de fissurer lors de leur utilisation car ils sont
Automatique 20 plus sensibles que le CREUSABRO ® 4800 ℗. Suivre les recommandations
sous flux solide du fournisseur de produit d'apport.
30

—  Une solution simple consiste à orienter la position des soudures


  Sans préchauffage, Température tôle > 10 °C de manière à éviter le contact direct avec l’abrasion

  Avec dégourdissage à 75 °C

  Avec pré/postchauffage à 150 °C

  Avec pré / postchauffage à 180 °C

Cas des produits d'apport inoxydables, type 307

—  Cette méthode est une solution efficace au problème des structures


massives et forts bridages et des conditions environnementales difficiles
(soudage sur chantier, basses températures, humidité…)

→  Appliquer les précautions préliminaires ;


→  Le préchauffage n’est pas requis.

↘ 16
Structures en tôles minces Remarque :
– Dans le cas du soudage MIG une vitesse de fil inférieure à 4,5 m / min
permet en général de maintenir l'énergie en dessous de 1,3 kJ / mm (fil Ø 12 / 10e).
—  Comme sur les tôles épaisses un soin particulier devra être porté – Dans le cas où une bonne fusion (risques de collages, choix du régime Spray)
à la préparation des faces (meulage de la calamine…) est demandée, passer à un fil de 10 / 10e mm peut être souhaitable (l’utilisation
de postes de soudage MIG PULSÉ permet une plus grande souplesse
—  Dans le cas des structures composées exclusivement de tôles minces, dans le choix des paramètres de soudage).
il est préférable de contrôler l'énergie de soudage utilisée (< 1,3 kJ / mm).
Des cordons trop volumineux ont le désavantage d'augmenter les tensions
dues au retrait ou d’affecter le produit sur toute son épaisseur.

—  Un soin particulier devra être porté aux séquences de soudage qui devront Soudage des goujons
garantir si possible une direction privilégiée de retrait. Les cordons devront ainsi
être enchaînés afin de limiter les déformations et les contraintes de soudage. —  Il est recommandé d'utiliser des goujons en acier doux du type S235J2G3.

—  Le produit d'apport devra être de préférence à caractéristiques mécaniques Précautions


modérées et le procédé MIG / MAG sera à favoriser (fil GS2).
—  Pour garantir la qualité des soudures, il convient :
—  Lors de fabrication de sous ensembles, les pièces rapportées devront être soudées
de préférence avant la réalisation des soudures principales (éviter l'effet de toile tendue). →  de meuler et de pointer l'emplacement où le goujon doit être soudé ;
→ de bien tenir le pistolet perpendiculairement à la surface de la pièce
Gamme de soudage à éviter :
recevant le goujon ;
1 → de vérifier le bon choix des paramètres de soudage en effectuant cinq
soudures préalables pour effectuer un test d’arrachement selon la norme
5 6
4 NFA 89020 partie 2 ;
3
→ de vérifier périodiquement les paramètres en cours de travail de production.

Gamme de soudage conseillée :

3
1 2

6
5

↘ 17
Assemblages hétérogènes —  Un exemple typique illustrant parfaitement ce cas est celui du soudage
des porte-dents ou de la lame d'attaque d'un godet.

Cas d'un assemblage avec un acier plus faiblement allié —  Ces pièces sont généralement moulées en nuance du type 35CrMo4
ou autres aciers très trempants.Les conditions de soudage sont donc plus
—  Il faut alors utiliser les conditions de mise en œuvre propres pénalisantes que celles du CREUSABRO ® 4800 ℗.
au CREUSABRO ® 4800 ℗.
—  Dans ce cas, il est conseillé de limiter au maximum la dilution forte du métal
—  Le choix du produit d'apport est fonction de la tenue à l'usure souhaitée. Si la fondu par crainte que ce dernier ne fissure. Cela se traduit par une vitesse de
tenue à l'usure n’est pas un facteur prépondérant, il faut utiliser un produit d’apport soudage faible et un ampérage faible.
dont les caractéristiques sont proches de celles de l’acier le plus faiblement allié.
—  Le produit d'apport peut être du type E 7018 / ER 70 Ou E 11018 / ER 110.
—  Exemples :
CREUSABRO ® 4800 ℗ + S355 → PA C / Mn faiblement allié
CREUSABRO ® 4800 ℗ + S690 → PA C / Mn faiblement allié type 690 MPa Séquence conseillée pour le soudage de porte-dents

NB : L'utilisation d'un inox austénitique ou austéno-ferritique est toujours possible


et ne change pas les conditions énoncées précédemment.
une ou deux passes
Cas d'un assemblage avec un acier plus faiblement allié
1 2
3 4
—  Il faut absolument utiliser les conditions de mise en œuvre de la nuance
la plus sensible.

—  Les règles de soudage restent identiques, mais le référentiel de choix


devient la nuance sur-alliée. (Calcul épaisseur combinée, séquence de soudage,
préchauffage, etc…)

—  Le choix du produit d'apport est toujours fonction de l'utilisation,


mais il est toujours possible et conseillé d’utiliser un produit d'apport
remplissage final
plus faiblement allié si les conditions de service le permettent.
une ou deux passes, côté / dessous en alternant les deux côtés
—  Exemples :
CREUSABRO ® 4800 ℗ + CREUSABRO ® 4800 ℗ → PA C / Mn faiblement allié
CREUSABRO ® 4800 ℗ + 25CrMo4 → PA (25CrMo4) ou C / Mn faiblement allié

NB : Le soudage à l'aide d’un acier inox est également possible moyennant


quelques précautions supplémentaires de préchauffage si la nuance concernée
est très fortement alliée.

Attention :
Arrêter les cordons de soudures avant le chanfrein pour éviter un surcroît
de contraintes dans une Z.A.T.

↘ 18
Usinage Qualité de l'outil

—  Forets en aciers rapides au cobalt sur carburé dits HSSCO.

—  Les opérations d'usinage pratiquées sur des pièces issues de tôles Exemples
anti-abrasion sont essentiellement :
AFNOR DIN EN.ISO AISI
→  Le perçage ;
AR.2.9.1.8 S.2.9.1.8 HS 2.9.1.8 AISI M42
→ Le fraisage (avec, en particulier, l'exécution des lamages Werkstoff 1.3247
pour logement des têtes de boulon) ;
→  Le taraudage. —  Exemples de marques : Guhring, Outillage Vadium, Cleveland, Mecanotub-SAR,
E.Leclerc, Perfor…
Grâce à sa conception microstructurale et à sa meilleure homogénéité de dureté
dans l'épaisseur, le CREUSABRO ® 4800 ℗ s’usine facilement et, face aux aciers Paramètres de coupe
usuels 400 HB, permet des gains notables sur les temps d’usinage et les fréquences donnés à titre indicatif
de réaffûtage d’outils.

Qualité Diamètre (mm) Vitesse de perçage Vitesse de rotation Avance (mm / tour)


(m / min) (tours / min)
Perçage HSSCO 5 15 – 20 950 – 1 250 0,07
AR.2.9.1.8
—  A exécuter avec des machines-outils puissantes en bon état de type radial 10 13 – 17 415 – 540 0,09
(M42)
ou à colonne, et disposant d'une avance automatique. 15 12 – 15 255 – 320 0,10

—  Les pièces devront être correctement bridées sur la table de travail et situées 20 11 – 14 175 – 220 0,12
le plus près possible de la colonne de la machine pour éviter les vibrations. 25 9 – 12 115 – 150 0,15

Géométrie du foret 30 8 – 10 85 – 105 0,20

—  Foret hélicoïdal à faible angle de l'hélice avec l'axe —  En fonction de ce tableau, la vitesse de rotation et l'avance par tour sont
dit à hélicoïdes longues (classe H selon DIN 1836). à choisir parmi celles qui se rapprochent au mieux par défaut des paramètres
de réglage offerts par la machine.
—  A longueur taillée courte (série courte).
Lubrification
—  Angle au sommet de 130°, affûtage normal à dépouille conique
ou affûtage en croix. —  Nécessaire avec huile soluble diluée à 10 %. Arrosage abondant
(débit ~ 1 l / min) sous pression faible.
—  A queue conique dès que le diamètre le permet
ou alors à tenon d'entraînement. Huile soluble de la classe ISO : L-MAD 6743 / 7.

↘ 19
Fraisage Choix de qualité de plaquettes carbure en fonction du type d'opération
à titre indicatif

—  A exécuter avec des machines-outils puissantes, en bon état,


→ 
Ecroûtage, surfaçage d'ébauchage : Carbure P10 ou P20 selon ISO ;
pièces soigneusement bridées.
→ 
Surfaçage de finition : Carbure K10 ou K20 ;
Remarque générale :
→ 
Rainurage (ébauchage et finition) : Carbure P25.
—  Lors du surfaçage ou du rainurage de pièces mises au format par oxycoupage,
—  Exemples de marques : Safety, Sandvik, Seco…
il est conseillé d'éliminer par meulage préalable la partie d'angle durcie sur
une hauteur correspondant à la profondeur de passe. On évitera ainsi un
Paramètres de coupe
endommagement trop rapide des outils fraises.
à titre indicatif

Partie meulée Profondeur de passe —  Fraises en acier HSSCO : paramètres de coupes en surfaçage (fraisage en bout).

Outil Profondeur P (mm) Vitess de coupe V Avance par dent fz


(m / min) (mm / dent)

Acier HSSCO 1 12 – 15 0,08


Qualité AR.12.1.5.5
↑ Z.A.T. durcie 4 10 – 12 0,10
(T15)
8 7–9 0,15
Géométrie des outils

—  Outils-fraises de géométries classiques comportant un nombre suffisant de dents. —  En fraisage en roulant, les avances par dent seront plus faibles
sans toutefois atteindre l'épaisseur du copeau qui conduirait au refus de coupe.
Qualités des outils
Fraises avec plaquettes carbure
—  Pour le fraisage du CREUSABRO ® 4800 ℗ deux possibilités sont envisageables :
Paramètres de coupe en surfaçage Paramètres de coupe en rainurage
→ 
Les opérations simples comme le surfaçage ou l'ébauchage par exemple, peuvent
être exécutées avec des fraises en acier rapide, sur carburé, au cobalt (HSSCO). Ebauchage (profondeur de passe 2 mm) : Ebauchage :
Plaquette carbure : P10 ou P20 Plaquette carbure : P25 (avec renfort d’arête à 20°)
Exemples :
Vitesse de coupe : 45 m /min Vitesse de coupe : 45 m /min
Avance : 0,20 mm /dent Avance : 0,15 mm /dent
AFNOR standard DIN EN.ISO AISI
Finition (profondeur de passe : 0,2 mm) : Finition (profondeur de passe : 0,2 mm) :
AR.6.5.2.5 S.6.5.2.5 Werkstoff 1.3243 HS 6.5.2.5 M35
Plaquette carbure : K10 ou K20 Plaquette carbure : P25 (avec renfort d’arête à 20°)
AR.12.1.5.5 S.12.1.5.5 Werkstoff 1.3202 HS 12.1.5.5 T15 Vitesse de coupe : 70 m /min Vitesse de coupe : 50 m /min
Avance 0,10 mm /dent Avance : 0,08 mm /dent
Exemples de marques : Coba, Fraisa…

→ Pour les séries importantes, il devient préférable d'utiliser des outils munis —  Lubrification : Huile soluble 10 %, débit abondant.
de plaquettes carbures rapportées ou amovibles. Ils supplantent assez
largement les outils HSSCO dans les opérations de rainurage mais aussi
pour les opérations de finition.
↘ 20
Lamage Fraisures

—  Lamage ou fraisure pour logement de tête de boulon diamètre fraisage

Lamages
diamètre lamage

diamètre

—  Usinage en 2 opérations :
diamètre → Perçage du trou de passage du boulon
avec foret en acier type HSSCO (M42 par exemple) ;
—  Il existe différentes techniques pour l'usinage des lamages, nous en citerons → Usinage de la fraisure proprement dite :
deux parmi les plus utilisées, convenant bien au CREUSABRO ® 4800 ℗ : → avec une fraise conique à 3 ou 4 dents en acier type HSSCO
(T15 par exemple) ;
→ 
Perçage au foret du trou de passage pour le corps du boulon, puis utiliser → avec un foret en acier type HSSCO de diamètre requis
un outil-fraise, à 3 ou 4 dents, avec pastilles de carbure rapportées avec angle au sommet modifié, 90° par exemple.
(qualité P25 selon ISO). L'outil est muni d'un pilote axial de guidage
dont le diamètre correspond au diamètre du trou préalablement percé. Perçage au foret hélicoïdal étagé
Exemples de marques : Gürhing, Tivoly, Toshiba, Rito… ;
—  Cette solution est particulièrement intéressante :
→ 
Usinage du lamage avec une fraise à surfacer / dresser, munie de pastilles
Le trou fraisuré est réalisé en une seule opération.
carbure, de diamètre inférieur à celui du lamage. L'usinage est réalisé :
Foret en acier outil type HSSCO (Exemple AR.6.5.2.5 (M35) ou AR.2.9.1.8. (M42))
→ Par interpolation circulaire, le trou de passage du boulon étant
préalablement percé ; —  Pour préserver au mieux la durée de vie de ce type d’outil,
il est recommandé de diminuer la vitesse de rotation dès que
→  Par interpolation hélicoïdale, le trou pouvant être percé après coup ;
le perçage de la fraisure est amorcé.
Exemples de marques : Gürhing, Tivoly, Toshiba, Rito…

Lubrification

Huile soluble 10 %.

↘ 21
Taraudage Cas des trous taraudés de grands diamètres supérieurs à M30

—  Si de tels trous taraudés sont à réaliser, il est recommandé, dans la mesure


—  Le taraudage des tôles en CREUSABRO ® 4800 ℗ ne doit être réalisé
du possible, de recourir à des fraises à fileter (exemple : fraise Dixi).
qu'en taraudage machine avec couple contrôlé et en utilisant des outils adaptés.
Ce type de fraise ne peut être utilisé que sur machines à commande numérique.
Cas des trous taraudés de faibles et de moyens diamètres. Maximum M30 environ
Qualité :
Géométrie du taraud
Carbure de tungstène micro-grains, outil monobloc.
→  Ame trapue ;
—  Exemples de marques : Outillage Vadium, Sandvik, Prototyp…
→ Goujures : droites pour trous débouchants en hélices à 25°
pour trous borgnes (3 goujures jusqu'à M12, 4 goujures au-delà) ; Paramètres de coupe (à titre indicatif)
→  Affûtage d'entrée, environ 9° ;
—  Vitesse de coupe : 200 m / min environ
→  Filets détalonnés. Avance par dent : la formule fz = 0,01 x D en donne une bonne approximation
(D étant le diamètre de la fraise en mm).
Qualité du taraud
Lubrification
 cier rapide surcarburé au cobalt HSSCO (ex AR 2.9.1.8, M42)
A
ou encore du type HSS.2E. Huile soluble à 20%.

—  Exemples de marques : Courcelle-Gavelle, Outillage Vadium, Prototyp…

Vitesse de coupe

—  Comprise entre 3 et 4 m /min.

Lubrification

— Huile entière extrême pression, en arrosage continu


(classe ISO-L-MHF grade VG-15).

Recommandations importantes :

→ Les avant-trous doivent être percés au diamètre maxi des tolérances


avec une surcote de 0,1 à 0,2 mm selon le pas des filets ;
→  Pratiquer un léger chanfrein à l’entrée des avant-trous.

↘ 22
Formage Effort de pliage

—  La presse utilisée doit être compatible avec le travail à exécuter. L'effort de


pliage à exercer dépend de la résistance à la rupture Rm de l'acier, de l'épaisseur "e"
—  Comme pour tous les aciers résistant à l'abrasion à hautes caractéristiques de la tôle, de la longueur pliée et de l'ouverture de la matrice (ou du Vé).
mécaniques, le pliage et le cintrage des tôles en CREUSABRO ® 4800 ℗ requièrent
certaines précautions opératoires. —  Le design des bords de Vé a fortement évolué : bords de Vé amovibles en acier
allié traité, aux bords de Vé rotatifs, c'est à dire constitués d'une gorge dans laquelle
— Le CREUSABRO ® 4800 ℗ peut être formé à chaud (p. 45) sans dégradation sont éffilés des lopins d'acier pré-traité libre de tourner Ceci facilite grandement
notable de ses propriétés anti-abrasion : un plus pour des conditions particulières l'opération de pliage par réduction eoi élimination de l'effort de glissement. Avec un
de travail (puissance limitée de la machine, pliages à faibles rayons). Vé classique, il est toujours possible d'avoir recours à la lubrification.

NB : La lubrification (graisses, graphite) des bords arrondis de la matrice permet un


Pliage meilleur glissement des 2 branches du pli. En conséquence, l'effort
de pliage demandé est réduit. Un gain de l'ordre de 20 % peut être obtenu,
Rayon intérieur ri pour un pliage à 90° ce qui n'est pas négligeable.

lv Retour élastique

Epaisseur tôles (mm) Effort de pliage (tonne / m) pour L = 1 m


e

5 70
ri

10 130

20 250

30 370

—  Lors du pliage, sous l'action du poinçon, la tôle est pliée sous un certain angle.
Lorsque le poinçon remonte, l'angle s'ouvre légèrement. Il y a relâchement
des contraintes élastiques (voir croquis ci-dessous).

Pli parallèle au sens de laminage perpendiculaire au sens de laminage

Rayon intérieur (ri) ri ≥ 4e ri ≥ 4e

ri
Ouverture de la matrice (lv) lv ≥ 12e lv ≥ 12e

r0
Type de presse
αi
—  Les presses-plieuses hydrauliques classiques conviennent parfaitement
au pliage des tôles en CREUSABRO ® 4800 ℗. α0

—  L'utilisation de presses à tablier plieur qui entravent beaucoup plus les


possibilités de glissement de la tôle en cours de pliage, est déconseillée.

↘ 23
—  Ce phénomène est d'autant plus accusé pour les aciers
à hautes limites d'élasticité comme le CREUSABRO ® 4800 ℗.
Cintrage
Pour obtenir un pliage à un angle précis, il est nécessaire de prendre en compte
Diamètre intérieur de roulage
cet effet de ressort. Pour un acier donné, plus le rapport ri / e sera élevé,
plus le retour élastique sera important.
Exemple, avec l'acier CREUSABRO ® 4800 ℗. et pour ri / e, e
— Diamètre intérieur : Øi ≥ 30e
prévoir un angle de pliage sous poinçon plus refermé de 10° environ.
Øi
— épaisseur de la tôle
Recommandations pour le pliage

→  Pliage des tôles à température ≥ 10 °C ;


→ Absence de marques ou de rayures dans les zones déformées,
notamment côté peau mise en extension ;
→ Chanfreinage soigné de l'angle des rives côté peau en extension ;
l'importance de l'arrondi de préparation doit être proportionnel
à l'épaisseur de la tôle. Meulage éventuel des affouillements
d'oxycoupage pour éviter les amorces de rupture. Dans le cas Type de rouleuse
de tôles d'épaisseur supérieure à 20 mm environ, il est recommandé
de blanchir toute l'épaisseur des bords droits oxycoupés ; —  Rouleuse de type pyramidal à 3 rouleaux (voir schéma ci-dessus). Un croquage
préalable des extrémités de la tôle est nécessaire avant roulage. Il peut être exécuté
→ Orientation des plis perpendiculairement au sens long de laminage
sur presse-plieuse à col de cygne.
de la tôle lorsque cela est possible ;
→ Pour les plaques cisaillées dans des tôles minces,
placer les bavures de cisaillage à l'intérieur des plis ;
→ Ne pas exécuter les plis en une seule fois, mais en plusieurs
enfoncements successifs, à courses régulières et limitées ;
→ Si nécessaire, lubrifier au graphite le mandrin et les arrondis des appuis,
ce qui facilite l'écoulement superficiel du métal et diminue l'effort de pliage
nécessaire ;
→ Eviter de stocker trop longtemps à l'extérieur des tôles destinées
à être pliées. La rouille peut en altérer sensiblement l'aptitude
au pliage dans la gamme des faibles rayons de plis ;
→ Sécurité du personnel : en raison de l'énergie élastique très importante
Rouleuse de type croqueur à 3 rouleaux Rouleuse de type croqueur à 4 rouleaux.
emmagasinée dans la tôle, l'éventualité d'une rupture ou d'un ripage
avec déplacement horizontal des rouleaux Principaux avantages : croquage des
doit être envisagée. En conséquence, l'opérateur doit se tenir sur les
inférieurs (comme exemple ci-dessus) 2 extrémités sans retournement de la tôle,
côtés de la machine et non en face de celle-ci.
ou avec déplacement vertical. calibrage après soudage longitudinal.

↘ 24
Effort de cintrage
Pliage et cintrage à chaud
—  L'effort de cintrage nécessaire dépend de la résistance à la rupture Rm de
—  Le pliage à chaud peut être exécuté sur toute la pièce si l'on dispose d'un four
l'acier, de l'épaisseur de la tôle, de la largeur roulée de celle-ci et de la distance
de traitement ou localement dans la zone de plis, par un chauffage bien mené au
entre les lignes d'appuis sur les rouleaux inférieurs de la tôle au cours du cintrage.
chalumeau.
Les constructeurs de rouleuses indiquent généralement les capacités de leur
—  En cintrage, le chauffage de toute la tôle se fait obligatoirement en four
machine en fonction d'un acier de référence (S235, S355…)
de traitement thermique.
Pour le roulage des tôles en CREUSABRO ® 4800 ℗, on retiendra que
Formage à chaud du CREUSABRO ® 4800 ℗ – cas d'utilisation
l'épaisseur limite pouvant être cintrée est d'environ la moitié de celle
permise pour la machine avec un acier type S355.
—  Le formage à chaud peut être envisagé lorsque la capacité de déformation à froid
du CREUSABRO ® 4800 ℗ ne permet plus d'atteindre les caractéristiques suivantes :
L'augmentation du nombre de passes lors de l'exécution du roulage est recommandée.
→ de faibles rayons de pliage, quand ri < 3e ;
Retour élastique
→ de faibles diamètres de cintrage, quand Øi < 30e.
—  Comme dans le cas du pliage, la limite d'élasticité élevée du
—  Il peut aussi être pratiqué lorsque les puissances de la presse-plieuse
CREUSABRO ® 4800 ℗. conduit à un important retour élastique. La prise
ou de la rouleuse deviennent insuffisantes pour les travaux à réaliser.
en compte de celui-ci est primordiale pour le réglage de la position des rouleaux,
notamment dans le roulage des grands diamètres des tôles de faibles épaisseurs :
Intervalles de températures à respecter
très approximativement lorsque Øi / e > 150.
—  Pour éviter toutes altérations significatives de la résistance à l'abrasion
Dans la pratique industrielle, les réglages se font par un positionnement progressif
des pièces formées, il est indispensable de respecter les intervalles de températures
jusqu'à l'obtention du diamètre de courbure recherché, contrôlé au gabarit.
de formage à chaud. Voir croquis ci-dessous :
L'expérience de l'opérateur est donc ici prépondérante.
Température en °C
Recommandations pour le cintrage
Epaisseur tôles (mm) Effort de pliage
1000
—  S'il est vrai que le cintrage des tôles ne requiert pas une capacité de déformation ← Formage à chaud (tonne / m) pour L = 1 m
aussi importante que pour le pliage, les précautions signalées pour le pliage restent très facile pour
+ 20 °C + 500 °C
cependant communes : toutes épaisseurs
800
≤ 20 mm 5 70 50
→ Tôles à température ≥ 10 °C, ébavurage des angles de rives,
meulage des affouillements de coupes thermiques, etc… ; 10 130 90
600
→ Il convient de pratiquer le roulage du CREUSABRO  4800  ® ℗
20 250 175
avec un nombre suffisant de passes avec des serrages progressifs 500
450 ← Formage à chaud 30 370 260
et avec une vitesse de roulage convenablement choisie.
400 toutes épaisseurs

200
← Domaine du
formage à froid
10

↘ 25
Le formage à chaud du CREUSABRO ® 4800 ℗

— de 450 à 500 °C pour toutes les épaisseurs de tôles ;

—  de 870 à 1 000 °C pour les épaisseurs de tôles égales ou inférieures à 20 mm,


suivi d'un simple refroidissement à l'air, ne modifie pas de façon notable les propriétés
anti-abrasives des pièces formées.

Recommandation pour le pliage ou le cintrage à chaud

—  Avant d'engager ce type d'opération, il convient de vérifier que la température


choisie a bien été atteinte de manière homogène dans la zone à déformer. Un contrôle
simple, mais suffisamment précis peut être réalisé avec :

→ Des crayons fondant type Tempilstick ou changeant


de couleur type Thermochrom ;
→  Thermomètre infra-rouge à pointeur laser ;
→ Thermomètre portable à thermocouple
avec sonde de contact (type Testo).

Remarque relative au cintrage à chaud

—  Le contact de la tôle avec les rouleaux entraîne une déperdition de chaleur


par conductivité.

—  L'opération de cintrage devra donc être menée avec le maximum de rapidité :

→ 
Augmentation des valeurs de serrage ;
→ 
Diminution proportionnelle du nombre de passes.

—  Cette procédure est d'autant plus facilement exécutable dans l'intervalle


de température de 870 °C à 1 000 °C (applicable aux tôles d'épaisseur ≤ 20 mm).

↘ 26
CREUSABRO ® 8000 ℗
28 Informations générales
28 Valeurs d'usage

28 Principales caractéristiques
28 Analyse Chimique
28 Programme dimmensionnel
28 Conditions générales de livraison
29 Caractéristiques mécaniques
29 Comportement à chaud

30 Aptitude de mise en œuvre


30 Découpe thermique
30 Oxygaz
31 Plasma
31 Laser

32 Découpe à froid
32 Découpe jet d'eau très haute pression avec ajout d'abrasif

32 Soudage
32 Précautions préliminaires au soudage
33 Produits d'apport
35 Conditions de soudage
38 Soudage de goujons par étincelage

38 Usinage
38 Perçage
39 Fraisage
41 Lamage ou fraisure
41 Taraudage

42 Formage
42 Pliage
43 Cintrage
44 Formage à chaud
↘ 27
Informations générales Principales caractéristiques

Valeur d'usage Analyse chimique


—  De nouveaux progrès dans le concept métallurgique de résistance active.
La résistance à l'usure abrasive ne dépend pas que de la dureté de livraison. C Mn Ni Cr Mo S P

≤ 0,28 ≤ 1,60 ~ 0,40 ≤ 1,60 ≥ 0,20 ≤ 0,002 < 0,015


—  Une structure métallurgique appropriée confère à l'acier CREUSABRO ® 8000 ℗
un important supplément de résistance active qui lui permet de s'opposer plus
vigoureusement à l'agression abrasion grâce à un fort durcissement acquis en service
(la dureté, ainsi atteinte - sous faciès abrasé - se situe entre 520 et 560 HB)
Voir figure ci-dessous :
Programme dimensionnel
—  Cette structure permet en outre de résister plus longuement à l'arrachement
l x L (mm) → 1 500 x 3 000 2 000 x 6 000 2 500 x 8 000
des particules métalliques grâce à une capacité accrue de plastification avant
↓ épaisseur (mm)
micro-cisaillement.
4 •
5 – 45 • • •
Dureté (HB)
+ 70 HB 46 – 50 • •
550
en service —  La conjonction de ces deux 51 – 120 Nous consulter
Grâce au phénomènes explique qu'avec une
durcissement superficiel
dureté de livraison volontairement • Format conseillé
limitée à 470 HB en moyenne, la tenue • Format possible
500 à l'usure du CREUSABRO ® 8000 ℗
dépasse d'au moins 50 % celle des
aciers classiques de la gamme de dureté Conditions générales de livraison
500 HB, tout en restant bien plus facile
450
à mettre en œuvre.
Etat de Dès mise Pendant utilisation
livraison en service DIN AFNOR ASTM Autres standards
(dureté
initiale) 1543 NFA 46503 A20 Nous consulter

—  à l'origine de cette performance exceptionnelle :


Tolérance de planéité garantie : ≤ 5 mm / m.
→  une distribution contrôlée de micro-carbures enrichis en Chrome et Molybdène ;
→ la mise en application d'un nouveau phénomène métallurgique
révolutionnaire : l'effet TRIP (Transformation Induite par Plasticité),
procédant par réarrangement spontané des atomes métalliques sous l'effet
des contraintes locales et permettant ainsi à l'acier de mieux accommoder
l'agression abrasion.
↘ 28
Caractéristiques mécaniques Résistance à l'adoucissement

Dureté (HB)
Dureté de livraison

—  430 HB mini, valeur typique 470 HB. 600

Ténacité 500 CREUSABRO ® 8000 ℗

—  Résilience élevée pour un acier de ce niveau de dureté. 400


—  Garantie : KCVL -20 °C : ≥ 40 J / cm²
—  Valeur typique à -20 °C : 55 J / cm² 300
Acier trempé eau 500 HB
Caractéristiques de traction à 20 °C (valeurs indicatives) 200

100
Rm (MPa) Re (MPa) A (5d) (%)

1630 1250 12

100 200 300 400 500 600 700


Température de revenu (°C)

Comportement à chaud
Caractéristiques de traction à chaud (valeurs indicatives) ↑ Courbe d'adoucissement typique.

Coefficients de dilatation, valeurs moyennes jusqu'à 600 °C


Rm / Re (MPa)

Rm
1800 →  de 20 °C à 100 °C = 11,2 x 10 -6 °C-1 →  de 20 °C à 100 °C = 11,2 x 10 -6 °C-1
Re
A
1600 →  de 100 °C à 200 °C = 12,7 x 10-6 °C-1 →  de 20 °C à 200 °C = 12,0 x 10-6 °C-1
1400 →  de 200 °C à 300 °C = 13,4 x 10-6 °C-1 →  de 20 °C à 300 °C = 12,5 x 10 -6 °C-1
1200
→  de 300 °C à 400 °C = 15,0 x 10-6 °C-1 →  de 20 °C à 400 °C = 13,2 x 10-6 °C-1
1000
→  de 400 °C à 500 °C = 16,0 x 10 °C-6 -1
→  de 20 °C à 500 °C = 13,8 x 10-6 °C-1
800
→  de 500 °C à 600 °C = 16,3 x 10-6 °C-1 →  de 20 °C à 600 °C = 14,2 x 10-6 °C-1
600 A (%)

400 20

200 10

0 100 200 300 400 500 600

Température (°C)

↘ 29
Aptitude de mise en œuvre Découpe thermique
—  Les tôles en CREUSABRO ® 8000 ℗ peuvent être découpées par tous les
procédés de coupe thermique : oxygaz, plasma et laser.
Comparaison entre le CREUSABRO ® 8000 ℗ et un acier usuel 500 HB
Pour les tôles d'épaisseur supérieure à 40 mm et afin d'éviter tout risque de fissurations
en rives, préchauffage des zones à couper à une température de l'ordre de 150 °C.

Opération Acier usuel 500 HB CREUSABRO ® 8000 ℗


propriétés d'usage Oxygaz
Pliage : Rayon minimal ri > 5 x e à ri > 12 x e ri ≥ 5 x e (ri ≥ 6 x e si pli
Gaz combustibles
parallèle au sens de
laminage de la tôle -
—  Tous les gaz combustibles habituellement rencontrés conviennent :
orientation moins favorable)
acétylène, propane, gaz naturel, tétrène, etc…
Cintrage / roulage : Non précisé Ø ≥ 40 t
Note : l'acétylène et le tétrène fournissent une plus grande puissance de chauffe,
diamètre minimal
ce qui permet d'augmenter les vitesses de coupe. le tétrène conduit à une moindre
Soudage : Dans le meilleur des cas Sans préchauffage adhérence des oxydes sur les chants oxycoupés.
épaisseur combinée sans préchauffage jusqu'à jusqu'à épaisseur = 40 mm
(énergie de soudage : épaisseur combinée = 20 mm Conseil pour l'obtention de pièces parfaitement saines
environ 1.5 kJ / mm)
→  Découpage des tôles à une température ≥ 10 °C ;
Oxycoupage : Dans le meilleur des cas Sans préchauffage
(oxygène, plasma…) sans préchauffage jusqu'à jusqu'à épaisseur = 40 mm →  Adéquation du diamètre de la buse à l'épaisseur de la tôle à couper ;
épaisseur combinée = 10 mm
→ Respect des paramètres de coupe : débits et pressions des gaz,
Usinage : Outils en acier rapide Outil en acier rapide HSSCO vitesse de coupe, etc… indiqués dans les barèmes.
perçage, fraisage HSSCO (au Co, sur carburé) (au Co, sur carburé) ou
ou outils avec mise carbure outils avec mise carbure Conseils complémentaires
Tenue aux chocs : Valeur type à -40 °C : à -20 °C :
→  Veiller à ralentir la vitesse d'avance dans les arrondis d'angles ;
résilience KCVL 25 J / cm² Garantie ≥ 40 J / cm²
à -40 °C : → Le cas échéant, exécuter d'abord les évidements avant le détourage de la pièce.
Valeur type : 40 J / cm² (32J)
—  Cette procédure conduit habituellement à une moindre déformation de la pièce
Resistance a l'abrasion Environ 5 fois supérieure Environ 8 fois supérieure et réduit corrélativement le risque de fissuration, notamment en cas de replanage.
(en moyenne) à celle de l'acier type A60 à celle de l'acier type A60
(E335) (E335)
4
50 % de gain de tenue à l'usure
en faveur du CREUSABRO ® 8000 ℗
2

1
↘ 30
Recommandations supplémentaires
Laser
—  Veiller à ralentir la vitesse d'avance de la buse dans les arrondis d'angles,
—  Technique particulièrement intéressante pour le découpage des tôles :
notamment pour les tôles plus épaisses.
—  Pour le découpage de formes complexes, exécuter d’abord les évidements →  Haute précision et régularité des coupes ;
avant le détourage de la pièce. Cette procédure conduit habituellement à une
→  Pas de déformations post-découpage des pièces ;
moindre déformation de la pièce et réduit corrélativement le risque de fissuration,
notamment en cas de replanage. →  Z.A.T. très peu perturbée ;
—  Pour le découpage de formes complexes, les vitesses aux changements
→  Absence de bavures ou de gouttes sous saignées ;
de direction doivent être réduites, ce qui augmente corrélativement le temps
de contact avec la flamme et donc augmente la profondeur de la Z.A.T. →  Soudage direct sans préparation des chants ;
La présence de Cr et de Mo dans la composition chimique du CREUSABRO ® 8000 ℗
→ Moindre échauffement des pièces dans le cas de découpage
limite cet effet, mais ne l'élimine pas.
de petites surfaces.
—  Les capacités opérationnelles des machines actuelles permettent
le découpage des tôles jusqu'à des épaisseurs de 15 mm environ.
Plasma
Vitesse de coupe (m / mm)
—  Par rapport à l'oxycoupage ce procédé présente un certain nombre
d'avantages dans le découpage des tôles en CREUSABRO ® 8000 ℗ :
2,5

→ pour les tôles d'épaisseur inférieure à 20 mm,


la vitesse de coupe est environ 2 fois plus rapide ;
→  Atténuation des déformations post-découpage ;
2
→ Pour les tôles minces, absence de scories réunissant
les bords des saignées ;
→ Zone affectée thermiquement environ 2 fois moins profonde, ce qui
autorise des soudures à l’arc directes sur rives après simple brossage ; 1,5

→ Moindre échauffement des pièces dans le cas de découpage


de petites surfaces et, par conséquent, moindre risque de dégradation
par adoucissement des propriétés anti-abrasives.
1 Laser
Plasma
Remarque : l'emploi de l'azote comme gaz plasmagène est à préférer à celui
Oxygaz
du mélange argon + hydrogène, outre le fait que l'azote est plus économique,
il y a un moindre risque de fissuration en zone affectée par la chaleur
de la rive découpée (la présence d’hydrogène pourrait éventuellement 0,5
sensibiliser cette zone).

0 10 20 30 40 50
épaisseur (mm)
↘ 31
Découpe à froid Soudage
Découpe jet d’eau à très haute pression —  Les tôles CREUSABRO ® 8000 ℗ peuvent être assemblées suivant tous
les procédés classiques de soudage : soudage manuel à l’électrode enrobée,
soudage sous flux gazeux, fil plein ou fourré.
—  Ce procédé d'usinage à froid est tout à fait intéressant pour le découpage
de petites pièces à partir de tôles. — Le CREUSABRO ® 8000 ℗ peut être, d'autre part, soudé sans préchauffage
jusqu'à une épaisseur combinée de 50 mm.
—  Il n'y aura aucune modification micro structurale dans l'épaisseur et le pourtour
de la pièce et donc une dureté tout à fait homogène en tout point de celle-ci. —  Une vaste gamme de produits d'apport est disponible
pour le soudage du CREUSABRO ® 8000 ℗ .
—  La productivité de ce procédé reste toutefois relativement faible.

Précautions préliminaires au soudage


→ Température →S
 ouder sur
des tôles > 10 °C des tôles sèches
→ Eviter la → L'humidité
condensation est source
d’hydrogène
→ Ralentir
le refroidissement
des Z.A.T.

→ Protéger → Ne pas faire vibrer


la soudure une tôle (burinage)
de l'action pendant une
du vent opération
et de la pluie de soudage

→ Meuler à blanc → Nettoyer les zones


toutes les surfaces à souder. ôter
en contact avec graisses, scories,
le métal fondu poussières…
→ Eliminer calamine,
oxydes, impuretés
sources d'H2
et d’inclusions
↘ 32
→ E
 liminer les Z.A.T.
→ Etuver les produits d'apport.
d'oxycoupage —  Ces produits donnent des dépôts beaucoup plus doux que la tôle.
des chanfreins Flux pour arc submergé et electrodes Nous conseillons dans le cas où, de par le dessin de l’équipement, le joint soudé
enrobées : Etuver 350 °C / 2h serait aussi exposé à l ’abrasion, de réaliser des passes de recouvrement avec
puis maintien à 150 °C jusqu'à utilisation. des métaux d'apport plus durs (comme par exemple des électrodes types E 13018
(selon norme AWS A5-5) ou des produits de rechargement).

Couche type E13018


30 mm
mini

—  Pour les procédés MAG et fil fourré sous gaz, nos préférences vont plutôt vers des
mélanges gazeux du type Argon + 18 à 20 % CO2 (mélange du type M21 suivant DIN).
2 mm maxi
Produits d'apport ferritique pour les joints soudés non exposés à l'abrasion
→ D
 iminution des contraintes de soudage. →
 Longueur minimum
des cordons d'accostage : 30 mm. Soudage manuel à l'électrode enrobée
→ Jeu maximum entre les tôles pendant
la mise en position : 2 mm. → Toujours meuler puis réparer un point
présentant un défaut. (risque Norme AFNOR Norme DIN Norme AWS
de propagation en soudage)
→ Demander et contrôler le niveau d'H2 A 81309 DIN 1913 AWS A5-1
diffusible de chaque produit d’apport E 514/3 B classe E 5143 B10 classe E 7016
ou classe E 7018
→ max 5 ml / 100 g
quel que soit le consommable
—  Les produits de soudage à faible hydrogène seront utilisés
Tolérance d'alignement
—  Quelques exemples de produits :
—  Le maintien des bords à souder doit assurer le respect des tolérances
→  BÖHLER : Fox EV 50
d’alignement pendant toute la durée du soudage.
→  ESAB : OK 48-04
→  KLÖCKNER : Firma 5520 R
Produits d'apport →  OERLIKON : Tenacito 38 R
→  SAF : SAFER NF 58 - SAFDRY NF 58
Généralités
→  UTP : 613 Kb
—  Les produits d'apport utilisables pour l'assemblage des tôles anti-abrasion sont
→  SMITWELD : Conarc 49 C - EMR Sahara
des produits à basses teneurs en hydrogène couramment employés sur des nuances
telles que S275, S355… →  et tout produit équivalent…

—  Dans le cas de soudage sur chantiers nous préconisons l'utilisation d'électrodes


enrobées à emballage sous vide, à consommer dans la journée après ouverture de l'étui
Exemple : EMR Sahara, Safdry NF.

↘ 33
Soudage semi-automatique sous gaz (GMAW)
Produits d'apport ferritiques pour les joints soudés exposés à l'abrasion

Norme AFNOR Norme DIN Norme AWS —  Ces produits d'apport peuvent n'être utilisés qu'en passes de recouvrement.
Dans certains cas, un préchauffage sera à appliquer conformément aux impositions
A 81311 DIN 8559 AWS A5-18
données par les fabricants de produits d'apport.
GS 2 SG2 classe ER 70S4
ou classe ER 70S6
Soudage manuel à l'électrode enrobée
A81350 DIN 8559 AWS A-5-20
TGS 51BH SGB 1 CY 4255 Classe ER 71 T5
Norme AFNOR Norme DIN Norme AWS
TGS 47 BH
A 81340 DIN 8529 AWS A5-5
→  Quelques exemples de produits :
EY 89 EY 89 classe E 12018

MIG-MAG Fil fourré sous gaz


Quelques exemples de produits :
BÖHLER EMK7
→  BÖHLER : Fox EV 85
ESAB OK 12-51 OK 15.00
→  ESAB : OK-78.05
KLÖKNER VDG 15/60 EWB1-MF
→  OERLIKON : Tenacito 100
LINCOLN LNM 27 MC710 H
→  SAF : SAFER ND100 - SAFDRY ND100
OERLIKON Fluxofil 31
→  SMITWELD : Conarc 85 EMR Sahara
SAF NiC 70S Saf Dual 200
→  et tout produit équivalent…
et tout produit équivalent…
Soudage semi-automatique sous gaz
Soudage automatique à l'arc submergé
Norme AFNOR Norme AWS

Norme AFNOR Norme DIN Norme AWS A31852 AWS A5-28


TG5 Y89 classe E 120 S1
NFA 81316 DIN 8557 AWS A5-17
FP/F UP-Y 35 ou Y31-43S [1 à 3] Fil type EM 12K
→  Quelques exemples de produits :
ou B.IFB SA2.47.0302 F AB Flux F6.A4.EL 12
ou - ou 1… ou Flux F7.A4.EM 12
B FB MIG-MAG Fil fourré sous gaz

BÖHLER Ni Cr Mo 90 IG
→  Quelques exemples de produits :
KLÖKNER EW X90
Fil / flux solide
OERLIKON Fluxofil 45
ESAB OK Autrod 12-10 + OK Flux 10-71
SAF NiC 88
SAF Fil AS 26 + Flux AS 72 / Fil AS 35 + Flux AS 72
et tout produit équivalent…
LINCOLN Fil Lincolnweld 860 + Flux L-61 / Fil Lincolnweld 882 + Flux L-60

et tout produit équivalent…


↘ 34
Produit d'apport type rechargement "dur" à utiliser en passes de recouvrement.
Conditions de soudage
—  Dans ce cas des conditions de préchauffage (et éventuellement de post chauffage)
seront imposées par le métal d'apport nettement plus allié que le métal de base
Conditions générales d'environnement
(se reporter au catalogue des fabricants de ces produits pour fixer la température
de préchauffage).
—  Afin d'éviter les risques de fissuration :

Soudage manuel Soudage semi-auto → 


Pour les procédés à haute productivité,
à l'électrode enrobée sous gaz viser une dilution limitée du métal de base ;
BÖHLER Fox dur 350 Dur 350 IG → 
Toutes les soudures sont impérativement à exécuter sur tôles sèches,
à l'abri du vent et de la pluie. Et ce, jusqu'à refroidissement complet
COMMERCY Cydur 2
de la soudure ;
KLÖKNER Dura EA 350 Dura EA 300SG.
→ 
Les travaux induisant des vibrations dans les tôles non loin des joints en
SOUDOMETAL Soudodur 400 cours de soudage (par exemple le burinage) ont un effet néfaste sur la
santé du joint soudé et sont à proscrire pendant l’exécution du soudage.
ESAB OK Tubrod 1403

Produits d'apport austénitiques ou austéno-ferritiques Soudage avec produits d'apport ferritiques

—  Dans le cas de réparations sur chantier où les précautions peuvent être parfois
—  La nuance CREUSABRO ® 8000 ℗ se soude à froid sans préchauffage
difficilement appliquées (pas de moyen d'étuvage pour les électrodes classiques,
jusqu'à une épaisseur combinée de 50 mm. Au-delà de cette épaisseur,
pas de possibilité de préchauffage, assemblage très bridé) des produits d'apport
la grille de préchauffage ci-après est recommandée.
du type austénitique peuvent être utilisés.

Procédés de soudage Energie dépensée Conditions de pré et post-chauffage


(kJ / cm) épaisseur combinée (mm)
Procédé de soudage Electrode enrobée Fil plein sous gaz
10 20 30 40 50 60 70 80 90
Analyse 20 Cr - 10 Ni - 3 Mo* 18 Cr - 8 Ni - 6 Mn
Soudage manuel 15
Dénomination suivant AWS E 308 Mo (AWS A5.4) ER 307 Si électrode enrobée
20
(AWS A5.9)
Semi-automatique 15
Dénomination suivant DIN Dura EA 350 SG X 15 Cr Ni Mn 18.8
sous gaz
(DIN 8556) 30
*Type d'électrode utilisée pour le soudage des blindages.
Automatique 20
sous flux solide
—  Malgré la sécurité évidente que procure ces produits, il est déconseillé de les 30
utiliser sans un étuvage et une conservation conformes aux impositions des fabricants.
  Sans préchauffage

  Avec pré/postchauffage à 100 °C

  Avec pré / postchauffage à 150 °C

↘ 35
épaisseur combinée
—  Les électrodes enrobées doivent être étuvées et conservées d'après les
consignes des fabricants. Afin de limiter les opérations d'étuvage, il est conseillé
—  Son influence sur la soudabilité de l'assemblage est grande puisqu'elle va
d'utiliser des produits d'apport conservés sous vide.
déterminer le niveau de bridage ainsi que la vitesse d'écoulement de la chaleur
dans la Z.A.T. Cependant, ce n’est qu'une approche estimative et certaines
→ Uniquement avec des gaz de soudage ne contenant pas d'hydrogène
constructions massives devront être surévaluées.
Préférer des mélanges Argon, CO2, O2, He (Atal 5, Arcal 14, Arcal 21…) ;
→ Les flux doivent être étuvés d'après les consignes données Quelques exemples de calcul de l'épaisseur combinée :
par le fabricant de produit d'apport.
e2
—  Dans le cas des produits d'apport à hautes propriétés mécaniques,
e1 e2 e1
un préchauffage peut être éventuellement requis, même pour des épaisseurs
combinées faibles, afin d'éviter tout problème de fissuration en métal déposé.
E.comb. = e1 + e2 E.comb. = 2 x e1 + e2
—  Il est donc conseillé dans ce cas de se renseigner auprès de son fournisseur
de produits de soudage. Pour les mêmes raisons, il est souhaitable de limiter
la dilution du métal de base. e2 e2

—  Pour les procédés à haute productivité il est donc conseillé d'utiliser des
vitesses d'avances suffisamment rapides (à paramètres électriques constants).
e1 e1

La sensibilité à la fissuration à froid lors du soudage est régie


E.comb. = 2 x e1 + e2 E.comb. = e1 + e2
par les paramètres suivants :

→­  Les contraintes générées par le retrait des soudures ;


→  La formation d'une Z.A.T. fragile ; e2
e2
→  L'introduction d'hydrogène par l'environnement ou les produits d'apport. e1 e1

E.comb. = e1 + e2 E.comb. = 2 x e1 + e2

Risque de fissuration
i e2

←H2→ e3

←Contraintes Contraintes→ e2
e1 e1

↑Z.A.T.↑ E.comb. = 2 x e1 + 2 x e2 E.comb. = 2 x e1 + e2 + e3


si i < 3 x e2 ou 2 x e2 + e1 + e3

NB : L'épaisseur combinée n'est qu'un moyen qualitatif d'apprécier la sévérité


de bridage des assemblages.

↘ 36
—  Les zones où plusieurs tôles se croisent ou les soudures très bridées,
—  Dans le cas du soudage de structures complexes, un soin particulier doit
demandent soit des séquences appropriées, soit une évaluation supérieure
être porté lors du choix des séquences de soudage, Il est en général conseillé
de l'épaisseur combinée des assemblages.
de conserver une direction possible de retrait aux tôles.
Soudage avec produit d'apport austénitique
—  Comme prévu tous les aciers à haute tenue à l'usure abrasive, il est déconseillé
de pratiquer un traitement thermique de détensionnement post-soudage.
—  Dans ce cas les tôles en CREUSABRO   8000  se soudent sans précaution
® ℗
En effet, tout adoucissement du métal de base en CREUSABRO ® 8000 ℗
de préchauffage. Cependant pour des considérations de sécurité, les assemblages
affecterait ses excellentes propriétés anti-abrasives (à titre indicatif,
fortement bridés : réparations, épaisseurs combinées supérieures à 100 mm,
se reporter à la courbe page 23).
un préchauffage et une température inter passes de 75 / 100 °C sont à appliquer.
Structure en tôles minces (épaisseur < 6 mm)
Réduction des contraintes de soudage
→ Comme sur les tôles épaisses un soin particulier devra être porté
—  On veillera à adapter au mieux les séquences de soudage de façon
à la préparation des faces (meulage de la calamine…) ;
à réduire les contraintes en cours de soudage : →
→ Dans le cas des structures composées exclusivement de tôles minces,
6 6 il est préférable de contrôler l'énergie de soudage utilisée (<13 kJ / cm).
Des cordons trop volumineux ont le désavantage d’augmenter les tensions
dues au retrait ou d’affecter le produit sur toute son épaisseur ;
1 3 5 4 2 5 3 1 2 4
→ Un soin particulier devra être porté aux séquences de soudage
qui devront garantir si possible une direction privilégiée de retrait.
Les cordons devront ainsi être enchaînés afin de limiter les déformations
et les contraintes de soudage ;
7 7
→ Le produit d'apport devra être de préférence à caractéristiques
→  Préférer le soudage intérieur vers extérieur
mécaniques modérées et le procédé MIG / MAG sera à favoriser (fil GS2).
Réparations de surface sur tôles épaisses
Remarques :

R = 250 mm → Dans le cas du soudage MIG une vitesse de fil inférieure à 4,5 m / min
1 permet en général de maintenir l'énergie en dessous de 13 kJ / cm
3 (fil Ø 12/10) ;
4 → 
Dans le cas où une bonne fusion (risques de collages, choix du régime Spray)
est demandée, passer à un fil de 10 / 10eme mm peut être souhaitable
2
(l'utilisation de postes de soudage MIG PULSE permet une plus grande
souplesse dans le choix des paramètres de soudage).

2 1

↘ 37
Remarques générales

—  Les formules du carbone équivalent ne sont pas applicables au


Usinage
CREUSABRO ® 8000 ℗, aciers avec éléments d'alliages et à haute dureté.
—  Les opérations d'usinage pratiquées sur des pièces issues de tôles
—  En effet les critères de carbone équivalent ou de dureté en Z.A.T. on été mis anti-abrasion sont essentiellement :
au point sur des aciers faiblement alliés. Par exemple imposer des duretés en Z.A.T.
inférieures à 350 HV paraît difficile pour un acier dont le métal de base lui-même →  Le perçage ;
a une dureté de l ’ordre de 460 HV.
→ Le fraisage avec, en particulier, l'exécution des lamages
pour logement des têtes de boulon ;
—  Les prescriptions pour le soudage du CREUSABRO ® 8000 ℗ ont été établies
à partir d’essais spécifiques. L'expérience industrielle confirme que le soudage →  Le taraudage.
sans préchauffage est possible pour des épaisseurs combinées de tôles
supérieures à 50 mm. —  Malgré ses caractéristiques mécaniques élevées, mais grâce à sa conception
microstructurale le CREUSABRO ® 8000 ℗ présente une bonne usinabilité.
Pour de bons résultats, le respect de certaines précautions est néanmoins nécessaire.

Soudage des goujons par étincelage


—  Il est recommandé d'utiliser des goujons en acier doux
du type E 24-4 ou St. 37. Perçage
Précautions —  A exécuter avec des machines-outils de type radial en bon état, puissante
et disposant d'une avance automatique. Les pièces devront être correctement
Pour garantir la qualité des soudures, il convient : bridées sur la table de travail.

→  de meuler et de pointer l’emplacement où le goujon doit être soudé ; Géométrie de l'outil


→ de bien tenir le pistolet perpendiculairement à la surface de la pièce
—  Foret hélicoïdal à faible angle de l'hélice avec l’axe,
recevant le goujon ;
dit encore à hélicoïdes longues (classe H selon DIN 1836).
→ de vérifier le bon choix des paramètres de soudage en effectuant cinq
soudures préalables pour effectuer un test d’arrachement selon la norme Choix des forets
NFA 89020 partie 2 ;
→ A queue conique dès que le diamètre le permet
→ de vérifier périodiquement les paramètres en cours de travail de production.
ou alors à tenon d'entraînement ;
→ A longueur taillée courte (dite série courte) pour autant
que l'épaisseur à percer l'autorise.

↘ 38
Qualité de l'outil —  En fonction de ces tableaux, la vitesse de rotation et l'avance par tour sont
à choisir parmi celles qui se rapprochent au mieux par défaut des paramètres de
—  Deux possibilités : réglage offerts par la machine.

→ Foret en acier rapide au cobalt surcarburé dit HSS 8 % Co —  L'emploi de foret avec mise carbure - k20 - revêtu nitrure de titane TiN est
(pour les petites et moyennes séries) ; à prendre aussi en considération car cela constitue une solution particulièrement
performante.
Norme AFNOR Norme DIN Norme AWS
—  Ces forets utilisés avec les paramètres de coupe ci-avant indiqués permettent
AR 2.9.1.8 S.2.9.1.8 / Werkstoff 1.3247 M 42
un gain de durée de vie de l'ordre du double par rapport aux forets avec mise
Exemples de marques : Guhring, Vadium… carbure classique.
→ Foret à corps en acier rapide avec pointe en carbure de tungstène ou foret
NB : Dans le cas de perçage profond p 2 Ø, il est conseillé de recourir
à goujures droites en carbure monobloc pour les petits diamètres.
à un débourrage du foret en cours de perçage.
Qualité de carbure : K 10 - K 20 selon standard ISO.
Exemples de marques : Diager, Westa, Coromant, etc…
Lubrification

Paramètres de coupes (à titre indicatif) —  Huile soluble diluée à 20 %. Arrosage abondant (débit env. 10l / min)
sous pression faible. Huile soluble de la classe ISO-L-MAD 6743/7.
Foret HSS 8 % Co :

Diamètre Vitesse de coupe Vitesse de rotation Avance automatique


Qualité (mm) (mm / mn) (tour / mn) (mm / tour)
Fraisage
AR.2.9.1.8 (M 42) 10 4–6 125 – 90 0,07
—  A exécuter avec des machines-outils puissantes, en bon état,
20 65 – 95 0,10
pièces fortement bridées.
30 40 – 65 0,12
Préparation
Foret avec pointe carbure :
—  Lors du surfaçage ou du rainurage de pièces mises au format par oxycoupage,
il est conseillé d'éliminer par meulage préalable la partie d'angle durcie sur une hauteur
Diamètre Vitesse de coupe Vitesse de rotation Avance automatique correspondant à la profondeur de passe, et ceci pour éviter un endommagement trop
Qualité (mm) (mm / mn) (tour / mn) (mm / tour) rapide des outils fraises.
Carbure rapporté 10 18-22 575 – 700 0,07
Géométrie de l'outil
K 20
20 285 – 350 0,10
—  Fraise de géométrie classique, adaptée à l'opération à réaliser.
30 190 – 235 0,12

↘ 39
Qualité de la fraise Fraises avec plaquettes carbure (ou fraises carbure monobloc)

—  2 possibilités : → 
Paramètres de coupe en surfaçage :
→ Ebauchage (Profondeur de passe : 2 mm)
→ Les opérations simples comme le surfaçage ou l'ébauchage, par exemple,
→ Plaquette carbure : P 10 à P 30
peuvent être exécutées avec des fraises en acier rapide, surcarburé,
au cobalt (HSSCO) exemple : → Vitesse de coupe : 45 m / min
→ Avance : 0,20 mm / dent.
Norme AFNOR Norme DIN Norme AWS
→ Finition (Profondeur de passe : 0.2 mm)
AR. 6.5.2.5 S.6.5.2.5. / Werkstoff n°1.3243 M 35
→ Plaquettes carbure : K 10 / K 20
Ar.12.0.5.5 S.12.0.5.5 / Werkstoff n°1.3202 T 15
→ Vitesse de coupe : 70 m / min
Exemples de marques : Fraisa, Astra, Courcelle-Gavelle…
→ Avance : 0,10 mm / dent.
→ Les outils munis de plaquettes carbures rapportées ou amovibles
conviennnent mieux au fraisage du CREUSABRO ® 8000 ℗. Dans le cadre → 
Paramètres de coupe en rainurage.
de série importante, ils supplantent largement les outils HSSCO dans les
→ Ebauchage
opérations de rainurage mais aussi pour les opérations de finition.
→ Plaquettes carbure : P 25 (avec renforts d'arête à 20°)
Choix de qualité de plaquettes carbure en fonction du type d'opération
→ Vitesse de coupe : 45 m / min
(à titre indicatif)
→ Avance : 0,15 mm / dent.
→ Ecroutage, surfaçage d'ébauchage, carbure P 10 or P 20 selon ISO.
→ Finition (profondeur de passe : 0,2 mm)
→ Surfaçage de finition : carbure K 10 ou K 20.
→ Plaquettes carbure : voir ci-dessus
→ Rainurage (ébauchage et finition) : carbure P 25.
→ Vitesse de coupe : 50 m / min
Exemples de marques : Sandvik, Saferty, Stellram...
→ Avance : 0,08 mm / dent.
Paramètres de coupe (à titre indicatif)
Lubrification
Fraise en acier HSS 8 % Co Paramètres de coupe en surfaçage :
—  Huile soluble 10 % ou refroidissement air soufflé pour passes finales.
→  Fraisage en bout :

Profondeur de passe Vitesse de coupe Avance par dent


Outil (mm) (m / mn) (mm/dent)

Acier 1 10 – 12 0,08

HSS 8 % Co 4 8 – 11 0,12

Qualité T15 8 5–8 0,12

→ Fraisage en roulant, les avances par dent seront plus faibles, sans toutefois
atteindre l'épaisseur de copeau qui conduirait au refus de coupe.

↘ 40
Lamage ou fraisure Vitesse de coupe

(pour logement de tête de boulon) —  Comprise entre 3 et 4 m / min.

—  Utiliser des outils-fraise à 3 ou 4 dents avec pastilles de carbure rapportées - Lubrification


Qualité P25 selon norme ISO - munis d'un pilote axial de guidage dont le diamètre
correspond au diamètre du trou préalablement percé. — Huile entière extrême pression, en arrosage continu
(classe ISO-L-MHF grade VG-15).
—  Exemple de réglages à adopter pour la réalisation d'une fraisure
à 90° dans un trou de Ø 10 mm : Recommandations importantes :

→  Vitesse de rotation : 1 500 tours / min ; → Les avant-trous doivent être percés au diamètre maxi des tolérances
avec une surcote de 0,1 à 0,2 mm selon le pas des filets ;
→  Avance : 0,12 mm / tour ;
→  Pratiquer un léger chanfrein à l'entrée des avant-trous.
→  Lubrification : huile soluble 10 %, débit, environ 10 l / min.
Cas des trous taraudés de grands diamètres supérieurs à M30
Exemples de marques : Tivoly, Fraisa, Toshiba, Rito, Westa,....
—  Si de tels trous taraudés sont à réaliser, il est recommandé, dans la mesure
du possible, de recourir à des fraises à fileter (exemple : fraise Dixi).
Ce type de fraise ne peut être utilisé que sur machines à commande numérique.
Taraudage Qualité :
—  Le taraudage des tôles en CREUSABRO   8000  ne doit être réalisé
® ℗
Carbure de tungstène micro-grains, outil monobloc.
qu'en taraudage machine avec couple contrôlé et en utilisant des outils adaptés.
—  Exemples de marques : Outillage Vadium, Sandvik, Prototyp…
Cas des trous taraudés de faibles et de moyens diamètres. Maximum M30 environ
Paramètres de coupe (à titre indicatif)
Géométrie du taraud
—  Vitesse de coupe : 200 m / min environ
→  Ame trapue ;
Avance par dent : la formule fz = 0,01 x D en donne une bonne approximation
→ Goujures : droites pour trous débouchants en hélices à 25° (D étant le diamètre de la fraise en mm).
pour trous borgnes (3 goujures jusqu’à M12, 4 goujures au-delà) ;
Lubrification
→  Affûtage d'entrée, environ 9° ;
→  Filets détalonnés. Huile soluble à 20%.

Qualité du taraud

   Acier rapide surcarburé au cobalt HSSCO (ex AR 2.9.1.8, M42)



ou encore du type HSS.2E.

Exemples de marques : Courcelle-Gavelle, Outillage Vadium, Prototyp…

↘ 41
Formage Retour élastique

—­­­  En raison de la limite d'élasticité très élevée pour cette nuance, il faut tenir
compte du retour élastique (ouverture de l'angle lors du relâchement des efforts).
—  L'élaboration de l'acier sous vide poussé et l'excellente planéité des tôles
confèrent au CREUSABRO ® 8000 ℗ de bonnes aptitudes au pliage et au cintrage —­­­  La conception de l'outillage et notamment l'angle du Vé de la matrice
et ce, malgré des caractéristiques de résistance et de limite d'élasticité élevées. et sa profondeur devront avoir une géométrie adaptée à ce retour élastique
(angle du Vé nettement plus refermé, Vé plus profond par exemple).
—  Ces caractéristiques mécaniques élevées conduisent tout à fait logiquement
à prendre un certain nombre de précautions opératoires pour mener à bien pliage —  Lors du pliage, sous l'action du poinçon, la tôle est pliée sous un certain angle.
ou roulage des tôles. Lorsque le poinçon remonte, l'angle s'ouvre légèrement. Il y a relâchement
des contraintes élastiques (voir croquis ci-dessous).

Pliage

ri
r0
Type de presse

—­­­  à réaliser sur presses-plieuses hydrauliques classiques. L'utilisation de presses αi


à tablier plieur est à proscrire pour le pliage du CREUSABRO ® 8000 ℗.
α0
Puissance (P) de la presse
Rayon intérieur minimal Ri pour un pliage à 90°
—­­­  La puissance de la machine à utiliser doit être compatible avec le travail
à exécuter. L'effort de pliage à exercer est fonction de la résistance à la rupture
—  ri ≥ 5e (e = épaisseur de la tôle)
de l’acier, de l'épaisseur de tôle à plier, du rayon de mandrin et de l'ouverture du Vé.
(ri ≥ 6e, si l'orientation du pli se trouve être dans le sens le plus défavorable,
c'est à dire parallèle au sens long de laminage de la tôle)
Dans le cas du CREUSABRO ® 8000 ℗, Rm = environ 1 600 MPa. (à titre indicatif)

—  L : ≥ 14e (L = largeur de Vé ou distance inter-appuis)
→  P = 200 t / m plié pour une tôle d'épaisseur 10 mm ;
→  P = 430 t / m plié pour une tôle d'épaisseur 20 mm. —  En fonction de l'outillage disponible les plis pourront être exécutés :

—­­­  Le pliage des tôles en CREUSABRO ® 8000 ℗ nécessitera donc obligatoirement →  avec des mandrins de rayons correspondant à ceux des plis ;
des presses plieuses de forte puissance.
→ 
ou, pour des rayons importants, avec des outils de plus faibles rayons,
en plusieurs empreintes successives à pas décalés, l'obtention de plis
intermédiaires réguliers est ici à prendre en compte.

↘ 42
Recommandations pour le pliage —­­­  Un croquage préalable des extrémités est nécessaire avant roulage ;
il peut être exécuté sur presse-plieuse ou sur presse à col de cygne.
—­­­  Pliage des tôles à température ≥ 10 °C ;
—­­­  Absence de marques ou de rayures dans les zones déformées, Rouleuse de type croqueur à 3 ou 4 rouleaux
notamment côté peau mise en extension ;
—­­­  Ebavurage ou chanfreinage de l’angle des rives, côté peau en extension -
meulage éventuel des affouillements d’oxycoupage pour éviter les amorces de
rupture ;
—­­­  Orientation des plis lorsque cela est possible, perpendiculairement
au sens long de laminage de la tôle ;
—­­­  Ne pas exécuter les plis en une seule fois, mais en plusieurs enfoncements
successifs, à courses régulières et limitées ;
—­­­  Eviter de stocker trop longtemps à l'extérieur des tôles destinées
à être pliées. La rouille peut en altérer sensiblement l'aptitude
au pliage dans la gamme des faibles rayons de plis.

—­­­  Sécurité du personnel : en raison de l'énergie élastique très importante


emmagasinée dans la tôle, l'éventualité d'une rupture
ou d'un ripage doit être envisagée. En conséquence, l'opérateur
doit se tenir sur les côtés de la machine, et non en face de celle-ci. Puissance de cintrage

—  Pour les tôles en CREUSABRO ® 8000 ℗ l'épaisseur limite pouvant encore


Cintrage être roulée à froid est d'environ le tiers de celle permise par la machine sur un acier
ordinaire de type S235.
—­­­  Le cintrage des tôles en CREUSABRO ® 8000 ℗ peut être exécuté
Retour élastique
sur tous types de cintreuses.
—  Comme dans le cas du pliage, la limite d'élasticité très élevée conduit
Types de cintreuses
à un important retour élastique.
Rouleuses de type pyramidal à 3 rouleaux
—  En cintrage, la prise en considération de ce phénomène devient primordiale,
notamment lorsqu'il s ’agit de rouler selon un grand diamètre (Ø > 1 m environ)
des tôles d'épaisseur faible ou moyenne (e < 20 mm), en d'autres termes lorsque
le rapport Ø / e devient élevé.

—  Dans de tels cas, l'obtention du diamètre recherché sur la pièce finie nécessite
d'aller jusqu’à un rayon de courbure nettement plus faible pour la tôle dans l'emprise
des rouleaux. L'expérience de l'opérateur est donc ici prépondérante.

↘ 43
Qualité des rouleaux

—­­­  En raison des caractéristiques mécaniques du CREUSABRO ® 8000 ℗, il est


préférable d'employer des rouleaux en nuance de bonne qualité forgés et traités,
et ceci pour éviter toutes traces de marque.

Exemples d'acier :

Norme EN Norme DIN

34CrNiMo16 Werkstoff 1.6757

Diamètre minimal intérieur Øi de cintrage

—­­­  Dans les procédures classiques d'atelier :


Øi ≥ 40e (e = épaisseur de la tôle)

Recommandations pour le cintrage

—  Outre les précautions signalées pour le pliage qui restent communes,


il convient de pratiquer le roulage avec un nombre suffisant de passes allers
et retours avec des serrages progressifs et une vitesse de cintrage
convenablement choisie.

Formage à chaud
— Cette opération n’est possible que dans un intervalle de température
de 450 à 500 °C pour toutes les épaisseurs

Recommandation pour le pliage ou le cintrage à chaud

—  Avant d'engager ce type d'opération, il convient de vérifier que la température


choisie a bien été atteinte de manière homogène dans la zone à déformer.
Un contrôle simple, mais suffisamment précis peut être réalisé avec :
→ Des crayons fondant type Tempilstick ou changeant
de couleur type Thermochrom ;
→  Thermomètre infra-rouge à pointeur laser ;
→ Thermomètre portable à thermocouple
avec sonde de contact (type Testo).

↘ 44
CREUSABRO ® DUAL ℗
46 Informations générales
46 Valeurs d'usage

46 Principales caractéristiques
46 Analyse Chimique
46 Caractéristiques mécaniques
46 Programme dimmensionnel
47 Comportement à chaud

47 Découpe thermique
48 Oxygaz
48 Plasma
48 Laser

49 Découpe à froid
49 Découpe jet d'eau très haute pression avec ajout d'abrasif

50 Soudage
50 Essai de soudage
51 Règles d'usage
51 Limitation du risque de fissuration

54 Usinage
54 Perçage
54 Lamage
55 Fraisage

56 Formage

↘ 45
Informations générales Principales caractéristiques

Valeurs d'usage Analyse chimique (valeur indicative %)


— Le CREUSABRO ® DUAL ℗ est un acier résistant à l’abrasion, de nouvelle C Mn Ni Cr Mo S Ti
génération, hautement allié au titane (0,6 %). Cette nuance innovante est ~ 0,40 ~ 1,30 ~ 0,45 ~ 0,70 ≤ 0,34 ≤ 0,002 ~ 0,60
principalement dédiée à l’abrasion tangentielle sévère pour les applications
ou les nuances conventionnelles trempées eau (500 HB, 550 HB), le rechargement
dur ou les pièces moulées (type fontes blanches) sont traditionnellement utilisés.
Caractéristiques mécaniques
—  De même que le CREUSABRO  8000  , le CREUSABRO  DUAL 
® ℗ ® ℗

tire profit du concept métallurgique innovant construit autour d’une composition


(valeur indicative à l’état de livraison)
chimique spécifique. De plus, il est produit par le procédé de trempe huile qui permet
une réduction des contraintes internes induites lors des opérations classiques Dureté :
de trempe (trempe a l’eau). Sa haute résistance à l’abrasion combinée à une très
490 HB (valeur typique)
haute tenue aux chocs est principalement due à la contribution des phénomènes
métallurgiques suivants :
Dureté (HB) Re Rm A (%) KCVL ‑ 20 °C Module
→ La précipitation homogène de carbures primaires de titane dans la matrice apporte (MPa) (MPa) (J / cm²) d'élasticité (GPa)
une amélioration significative de la résistance à l’abrasion tangentielle extrême. 480 1 200 1 630 10 168 205

→  L
 e durcissement superficiel induit par une aptitude à l’écrouissage
en service nommé effet TRIP (transformation induite par plasticité) ;
→  L
 a super ductilité de l’austénite résiduelle contribue à l’amélioration Programme dimensionnel
de la durée de vie en service en permettant une augmentation notable
du potentiel de ductilité et par la même, un retard à l’arrachement
épaisseurs (mm) Formats (mm)
de particules métalliques de la surface exposée a l’abrasion.
6 – 50 2 000 x 6 000 / 2 500 x 8 000

autres dimensions sur demande


HB CREUSABRO ® DUAL ℗
550

acier 500 HB trempé eau


500

450 Temps

↘ 46
Comportement à chaud Découpe thermique
La composition chimique du CREUSABRO ® DUAL ℗ (spécialement le chrome,
le molybdène et la forte teneur en titane) confère une haute résistance
au phénomène d’adoucissement du matériau. Cette propriété permet —  Tous les procédés de découpe thermique peuvent être utilisés pour le
une utilisation à une température de 450 °C alors que les aciers trempés eau CREUSABRO ® DUAL ℗. Néanmoins pour des raisons de performances pure
conventionnels sont limites à une température ≤ 250 °C. (qualité de coupe, productivité, altération thermique) il est préférable de retenir
le procédé de découpe le mieux approprié en fonction des épaisseurs de tôle
considérées.

HB
—  Les caractéristiques mécaniques élevées du CREUSABRO ® DUAL ℗
excluent toute découpe mécanique, cisaillage ou poinçonnage.

500 CREUSABRO ® DUAL ℗ —  Dans le cas de tôles (> 40 mm), il est impératif d'ajuster au mieux
les paramètres de coupe aux épaisseurs considérées.
400
Acier 500 HB trempé eau —  En fonction de la température ambiante des ateliers, il peut s'avérer
nécessaire de dégourdir la tôle au flambard, ou de réaliser un préchauffage préalable
300
(le long du design de la pièce sans oxygène) avant de procéder à la découpe finale.

200
Température des tôles Epaisseur < 60 mm
100
≥ 10 °C Sans préchauffage

< 10 °C Toute épaisseur : Préchauffage 150 °C


C
°

100 200 300 400 500 600 700


Paramètres de découpe optimum :

→  Gaz utilisés : Oxygène + Propane ;


→  Pression Gaz Propane : 0,85 Bars-Pression ;
→  Oxygène de chauffe : 6 Bars ;
→  Pression Oxygène de coupe : 6 Bars ;
→  Distance buse / échantillon : 15 mm.
Remarque : Dans le cas de coupes biaises sur tôles fortes
(ex : chanfreinage de lames d'attaque), l'épaisseur à considérer
est celle de la section et non celle de la tôle.

↘ 47
Oxygaz Paramètres de découpe donnés à titre indicatif :

—  Paramètres de découpe donnés à titre indicatif : Épaisseur Tension arc Intensité Vitesse de coupe
(mm) (volts) (ampère) (mm / min)

Épaisseur tôle (mm) Diamètre de la buse (mm) Vitesse de coupe (mm / min) 10 130 180 750

10 10 x 25 350 20 140 250 550

20 25 x 40 225 30 150 350 450

30 25 x 40 190 35 160 400 400

35 25 x 40 170 40 170 420 400

40 40 x 60 185
Commentaires :

Commentaires : —  Ce procédé permet l'obtention d'un état de surface


du faciès de coupe de bonne qualité.
—  Dans le cas de tôles fortes, la nécessité d'appliquer des vitesses de coupe
relativement lentes associées à une pression de gaz élevée (tel que définies ci-dessus) —  La largeur de la Z.A.T. reste faible.
a pour conséquence la formation d’une Zone Affectée Thermiquement (Z.A.T.).

Recommandations supplémentaires :

→ Veiller à ralentir la vitesse de coupe lors des changements de direction ; Laser


→ Il est impératif de prévoir la présence de rayon de courbures,
Machine utilisée :
tout particulièrement dans le cas de tôles fortes afin de limiter
le risque d'apparition de tapures d'oxycoupage au niveau des angles. —­­­  Laser de marque ROFINE DC 35 type Laser dyne 890 équipé
d'une tête de focalisation à miroir.

Puissance :

Plasma —­­­  3.5 KW.

Gaz d'assistance :
Machine utilisée :
—­­­  Azote.
—­­­  Plasma SAF type Mecagome XY 100
Paramètres de découpe donnés à titre indicatif :
Electrode :
Épaisseur (mm) Puissance laser (kW) Vitesse de coupe (mm / min)
—­­­  Tungstène usinée en pointe
10 3,5 600

Gaz plasmagène : 12 3,5 550

—­­­  Mélange argon + hydrogène


↘ 48
Remarque :

—  Technique particulièrement intéressante pour le découpage


Découpe à froid
des tôles CREUSABRO ® DUAL ℗.

→  Haute précision et régularité des coupes ;


→  Pas de déformation post-découpage des pièces ;
Découpe jet d’eau très haute pression
→  Z.A.T. peu perturbée et de profondeur très limitée ;
—  Ce procédé d'usinage à froid est tout à fait intéressant pour le découpage
→  Absence de bavure ou de goutte sous saignée ; de petites pièces à partir de tôles.
→  Moindre échauffement dans le cas de découpage de petites surfaces.
—  Il n'y aura aucune modification micro structurale dans l'épaisseur et le pourtour
de la pièce et donc une dureté tout à fait homogène en tout point de celle-ci.
—  Les capacités opérationnelles des machines actuelles permettent le découpage
des tôles jusqu'à des épaisseurs de 20 / 25 mm environ. Toutefois, il est à noter
—  La productivité de ce procédé reste toutefois relativement faible.
que la qualité du faciès de coupe (strie et retard), limite l'intérêt du laser
à des épaisseurs inférieures à 15 mm.

Commentaires :

→  Etat de surface des coupes de très bonne qualité ;


→  Largeur de la Z.A.T. très faible.

↘ 49
Soudage Tableau établi selon un essai d'implant :

Température Energie de soudage = 1,09 kJ / mmv [H2] = 4,4 cm3 / 100 g


—  La mise en œuvre par soudage du CREUSABRO ® DUAL ℗ nécessite de
de préchauffage
respecter strictement les précautions inhérentes au soudage des tôles abrasion. 150 MPa 300 MPa 550 MPa
(Voire EN 1011-1)
275 °C

—  La fissuration à froid est le principal risque lors du soudage de ce type de matériau. 250 °C

225 °C
—  Elle peut se déclarer immédiatement et jusqu'à 72 heures après la fin du
soudage. Elle intervient par l'interaction des trois paramètres métallurgiques réunis : 200 °C

175 °C
→ La création d'une structure fragile (type martensite)
dans la Z.A.T. ou dans le métal fondu ; 150 °C

→ La création de contraintes résiduelles de soudage, liée au retrait de l'acier   Fissuré   Non fissuré
lors de la solidification du métal fondu et aux différences de dilatations
thermiques ;
Soudage à clin :
→ L'introduction éventuelle d'hydrogène dans les zones sensibles
de la soudure (Z.A.T., métal fondu). —  Ce type d'assemblage est l'un des plus sévères et permet de valider l'aptitude au
soudage du CREUSABRO ® DUAL ℗. Les combinaisons des aciers soudés sont aussi
sévères XC65 /CREUSABRO ® DUAL ℗ et TE 450 HB /CREUSABRO ® DUAL ℗.

Essais de soudage Cordon de soudure


—  Tableau des températures de préchauffage et minimales d'interpasse
selon les procédés :

Procédés Conditions de pré-chauffage, épaisseur (mm)


de soudage
10 20 30 40 50
Contraintes
Electrode enrobée
exercées
Semi-auto

Sous flux —  Les tests menés ci-dessus dans des conditions optimales de laboratoire
confirment la soudabilité du CREUSABRO ® DUAL ℗.
  Sans préchauffage

  Avec préchauffage à 150 °C

  Avec préchauffage à 175 °C

  Avec préchauffage à 200 °C

↘ 50
Tableau recapitulatif des essais de soudage à clin :
Limitation du risque de fissuration
Réference ESSAI Matériau soudé Produit d'apport T° préchauffage (°C) Ressuage
conditions opératoires générales
01.AB.07 Cr DUAL ép 20 mm C / Mn 160 RAS
sur X65 ép 25 mm Nertalic 70 A —  La sensibilité à la fissuration à froid lors du soudage
est régie par les paramètres suivants :
04.AB.08 Cr DUAL ép 20 mm C / Mn sans RAS
sur X65 ép 25 mm Nertalic 70 A
→ 
Les contraintes générées par le retrait des soudures ;
03.AB.09 Cr DUAL ép 20 mm C / Mn sans RAS
→ 
La formation d'une Z.A.T. fragile ;
sur X65 ép 25 mm Nertalic 70 A
→ 
L'introduction d'hydrogène par l'environnement ou les produits d'apport.
02.AB.07 Cr DUAL ép 20 mm ER307 sans RAS
sur X65 ép 25 mm G18.8 Mn

01.AB.09 Cr DUAL ép 40 mm C / Mn 225 RAS


Risque de fissuration
sur TE 450 ép 12 mm Nertalic 70 A

04.AB.09 Cr DUAL ép 40 mm C / Mn 200 RAS


sur TE 450 ép 12 mm Nertalic 70 A ←H2→
05.AB.09 Cr DUAL ép 40 mm C / Mn 150 Ressuage ←Contraintes Contraintes→
sur TE 450 ép 12 mm Nertalic 70 A w+ radio RAS

Règles d'usages : rappel des fondamentaux ↑Z.A.T.↑

Le pointage
—  La qualité de cette opération est fondamentale puisqu'elle conditionne Paramètres Contraintes Z.A.T. H2
la qualité des soudures qui la recouvriront.
Facteurs d'influences →Epaisseurs combinées →Epaisseurs combinées →Procédé de soudage
→Caractéristiques méca- →Energie de soudage →Produits d'apport
niques des produits d'apport
30 mm
mini Moyens d'action →Préchauffage →Préchauffage →Préparation des
→Contrôle des →Post-chauffage zones soudées
séquences de soudage →Post chauffage
2 mm maxi →Sélection du →Contrôle du
produit d'apport produit d'apport
→ Jeu minimum entre les tôles pendant la mise en position, 2 mm ;
= Diminution des contraintes de soudage.
Longueur minimum des cordons d'accostage : 30 mm ;
→ 
→ 
Utiliser les mêmes conditions opératoires pour le soudage et le pointage ;
→ 
Toujours meuler puis réparer un point présentant un défaut,
Risque de propagation en soudage ;
→ Un retour arrière est effectué à la fin de chaque point pour veiller à bien
remplir les cratères de fin de cordon et ainsi éviter les risques de fissures.
↘ 51
épaisseur combinée énergie de soudage

—  Son influence sur la soudabilité de l'assemblage est grande puisqu'elle va —  Ce paramètre exprime la quantité de chaleur apportée lors de l'opération
déterminer le niveau de bridage ainsi que la vitesse d'écoulement de la chaleur de soudage. Celle-ci est fonction de l'intensité, de la tension et de la vitesse
dans la Z.A.T.. Cependant, ce n'est qu'une approche estimative et certaines de soudage. Elle se calcule en appliquant la formule suivante :
constructions massives devront être surévaluées.
60 x U x l
Es (Kj / cm) =
Quelques exemples de calcul de l'épaisseur combinée : 1 000v (cm / min)

—  Elle va influer sur :


e2

e1 e2 e1 → 
la forme et la dimension des cordons ;
→ 
le rendement de soudage (productivité) ;
E.comb. = e1 + e2 E.comb. = 2 x e1 + e2
→ 
la sensibilité à la fissuration de la zone affectée.

Cycle thermique
e2 e2
cycle type :
Température

e1 e1 Nombre de passes

E.comb. = 2 x e1 + e2
E.comb. = e1 + e2

e2 Température
e2
interpasse max.
e1 e1
Température
postchauffage
E.comb. = e1 + e2 E.comb. = 2 x e1 + e2
Température
préchauffage
Phase 1 Soudage Phase 2
i e2
Température
e3 ambiante
e2
e1 e1

E.comb. = 2 x e1 + 2 x e2 E.comb. = 2 x e1 + e2 + e3 Phase 1 : Préchauffage


si i < 3 x e2 ou 2 x e2 + e1 + e3 Phase 2 : Postchauffage

↘ 52
étape 1 : Le préchauffage NB : L'utilisation d'un produit d'apport inox austénitique ou austéno-ferritique est
toujours possible et représente la façon la plus efficace de détourner les contraintes
techniques, ceci ne change pas les conditions énoncées précédemment.
—  Il varie en fonction :
Cas d'un assemblage avec un acier allié
→  de l'énergie de soudage ;
→  de l'épaisseur combinée ; —  Il faut absolument utiliser les conditions de mise en œuvre de la nuance
la plus sensible. Les règles de soudage restent identiques, mais le référentiel
→  du procédé de soudage (influence de l'hydrogène).
de choix devient la nuance alliée.
étape 2 : Le postchauffage
→  Calcul épaisseur combinée ;
→  Séquence de soudage ;
—  Le postchauffage consiste à maintenir la soudure à une température définie,
juste après la fin de la séquence et avant que la température de celle-ci soit →  Préchauffage, etc…
descendue plus bas que la température de préchauffage.
—  Le choix du produit d'apport est toujours fonction de l'utilisation, mais il est
→  On ne postchauffe jamais une soudure qui n'a pas été préchauffée. toujours possible et conseillé d'utiliser un produit d’apport plus faiblement allié
si les conditions de service le permettent.
Les séquences de soudage
Exemples :
—  Le mode de remplissage des chanfreins et l'ordre des réalisations des soudures
CREUSABRO ® DUAL ℗ + CREUSABRO ® DUAL ℗
→ 
d'un assemblage ont un effet direct sur la création de contraintes résiduelles et
= Produit d’apport C / Mn faiblement allié ;
donc sur la fissuration.
CREUSABRO ® DUAL ℗ + 25CrMo4
→ 
—  Une tôle qui ne pourra pas se déformer au cours du soudage va forcément (pièce moulée : cas des adaptateurs de dents)
induire de fortes contraintes résiduelles au voisinage des cordons = Produit d'apport compatible (25CrMo4) ou C / Mn faiblement allié.
(ex : fortes épaisseurs, dimensions et bridage excessifs).
NB : Le soudage à l'aide d'un produit d'apport inox austénitique
—  Il est déconseillé de pratiquer un traitement de relaxation à haute température ou austeno-ferritique est également possible moyennant quelques précautions
sous risque de perdre les propriétés anti-abrasives du CREUSABRO ® DUAL ℗. supplémentaires de préchauffage si la nuance concernée est très fortement alliée.

Cas d'un assemblage hétérogène avec un acier plus faiblement allié

—  La règle de base reste immuable, il faut utiliser un produit d'apport dont


les caractéristiques sont proches de celles de l'acier le plus faiblement allié.

Exemples :

→  CREUSABRO ® DUAL ℗ + S355 = produit d'apport C / Mn faiblement allié ;


CREUSABRO ® DUAL ℗ + S690 = produit d'apport C / Mn faiblement allié*.
→ 

* choisir le produit d'apport qui présente un A % le plus important

↘ 53
Usinage Paramètres de coupe / perçage

Avance automatique
Diamètre Vitesse de coupe V Vitesse de rotation N
Qualité (mm) (m / min) (tr / min) mm / min mm / tr

Perçage Dormer CO2 - HSS 8 % Co 10 5 160 35 0,07

Nachi - HSS 8 % Co 15,1 7 148 10 0,07


Machine utilisée
Nachi - HSS 8 % Co 20 11 176 12 0,07

—  MAZAK CTC-300C I Monobloc standard 11 30 870 61 0,07

Mitsubishi TAF -Carbure 12 80 2 120 86 0,04


→  Puissance de Broche : 50 Cv ;
amovible Plaquettes UP
→  Fréquence maxi : 3 800 Tr / min. 20M - Géométrie U2

Safety Kk1 16,5 40 772 39 0,05


Outils utilisés
Pointe carbure rapporté

—  Forêt HSS Co à queue : Mitsubishi TAF-Carbure 20 80 1 274 77 0,06


amovible Plaquettes
US735- Géométrie

—  Forêt carbure monobloc :


Lamage
Paramètres de coupe

Vitesse Vitesse
—  Forêt à plaquettes carbure : Avance automatique
Diamètre de coupe V de rotation N
Qualité (mm) (m / min) (tr / min) mm / min mm / tr
Safety Carbure type 14 30 869 25 0,03
CCMT 080304-33 OR

↘ 54
Fraisage Paramètres de coupe

Machines utilisées Profondeur Vitesse Vitesse Avance automatique


Diamètre de passe de coupe de rotation
—  MAZAK CTC-300C I Opération Machine (mm) (mm) (m / min) (tr / min) mm / min mm / tr

écroutage CTC-300C I 80 1 155 621 760 1,223


→  Puissance de Broche : 50 Cv ;
QY 321 125 1,25 98 250 315 1,260
→  Fréquence maxi : 3 800 Tr / min.
ébauchage CTC-300C I 63 2,5 159 805 603 0,75
—  Type QY 321
QY 321 63 1,5 62 315 315 1,0

→  Puissance de la broche : 10 Cv ; Finition CTC-300C I 50 0,1 138 879 225 0,26

→  Fréquence maxi : 1 600 Tr / min. QY 321 50 0,5 31 250 200 0,80

Rainurage CTC-300C I 20 2 85 1 353 212 0,15


écroutage
QY 321 20 2,5 39 630 125 0,20
—  Fraise 7 dents à surfacer Ø 80 mm à plaquettes octogonales
QY 321 25 2,5 50 630 160 0,25
et fraise 9 dents à surfacer Ø 125 mm à plaquettes octogonales.

ébauchage

—  Fraise 5 dents à ébaucher Ø 63 mm à plaquettes octogonales.

Finition

—  Fraise 4 dents de finition Ø 63 mm à plaquettes octogonales.

Rainurage

—  Fraise 2 dents à rainurer Ø 20 mm à plaquettes


et fraise 3 dents à rainurer Ø 25 mm à plaquettes.

↘ 55
Formage Effort de pliage

—  La presse utilisée doit être compatible avec le travail à exécuter. L'effort de


pliage à exercer dépend de la résistance à la rupture Rm de l'acier, de l'épaisseur "e"
—  Afin de valider l'aptitude au formage de cette nuance nous avons procédé de la tôle, de la longueur pliée et de l'ouverture de la matrice (ou du Vé).
à des essais en atelier sur des coupons de tôles de dimensions représentatives,
proches des conditions réelles de mise en forme —  Le design des bords de Vé a fortement évolué : bords de Vé amovibles en acier
allié traité, aux bords de Vé rotatifs, c'est à dire constitués d'une gorge dans laquelle
—  Avant toutes chose, il convient de rappeler les conditions générales requises sont enfilés des lopins d'acier pré-traité libre de tourner Ceci facilite grandement
pour la mise en forme de tôles abrasion : l'opération de pliage par réduction voire même élimination de l'effort de glissement.
Avec un Vé classique, il est toujours possible d'avoir recours à la lubrification.
→ Mise en forme (pliage ou cintrage) des tôles à température ≥ 10 °C ;
NB : La lubrification (graisses, graphite) des bords arrondis de la matrice permet un
→ Vérifier la qualité des bords d'appuis de la matrice (Vé), ainsi que celle
meilleur glissement des 2 branches du pli. Par conséquent, l'effort
du poinçon (mandrin). Un outil endommagé (déformé, rayé, profondément
de pliage demandé est réduit. Un gain de l'ordre de 20 % peut être obtenu,
entamé) est synonyme de risque de rupture de la tôle par manque de
ce qui n'est pas négligeable.
glissement ;
→ Absence préalable de marques ou de rayures dans les zones déformées, —  Lors du pliage, sous l'action du poinçon, la tôle est pliée sous un certain angle.
notamment côté peau mise en extension, les marquages doivent être Lorsque le poinçon remonte, l'angle s'ouvre légèrement. Il y a relâchement
effectués à l’écrit métal ; des contraintes élastiques (voir croquis ci-dessous).
→ Chanfreinage soigné de l'angle des rives de coupe (plus particulièrement
coté peau en extension). Le rayon de courbure de l'arrondi de préparation

ri
doit être proportionnel à l'épaisseur de la tôle, ceci dans le but d’éviter
les amorces de rupture. Il est recommandé de blanchir toute la surface

r0
des rives oxycoupées et de meuler systématiquement tout affouillement
d’oxycoupage ; αi
→ Lorsque cela est possible, exécuter l'opération de pliage
α0
perpendiculairement au sens de laminage de la tôle ;
→ Ne pas exécuter l'opération de pliage en une seule fois, mais en plusieurs
Formats produits dans cette nuance en fonction des épaisseurs :
enfoncements successifs, à courses régulières et limitées ;
→ Si nécessaire, lubrifier au graphite les surfaces de contacts, →  10 mm : 2 500 x 6 000 ;
coté mandrin et matrice, pour faciliter le glissement de la tôle
→  12 mm : 2 500 x 6 000 ou 2 500 x 8 000 ;
et éviter toute augmentation de la force nécessaire au pliage ;
→  15 mm : 2 000 x 6 000 ou 2 500 x 8 000 ;
→ Eviter de stocker à l'extérieur trop longtemps les tôles destinées à être
pliées. L'oxydation superficielle peut en altérer sensiblement l'aptitude →  20 mm : 2 400 x 7 500 ou 2 500 x 8 000 ;
au formage dans le cas de pliages sévères ;
→  25 mm : 2 400 x 7 500 ou 2 500 x 8 000 ;
→ 
Sécurité du personnel : Du fait de l'énergie élastique importante
→  30 mm : 2 000 x 6 700 ou 2 400 x 7 500 ou 2 500 x 8 000 ;
retenue dans la tôle lors de l'opération de pliage, l'éventualité
d'une rupture (ou d'un ripage) se doit d’être envisagée. →  35 mm : 2 000 x 6 700 ;
En conséquence, l'opérateur doit se tenir sur les côtés de la machine,
→  40 mm : 2 000 x 6 000 ou 2 000 x 6 700 ou 2 400 x 2 400 ;
et non en face de celle-ci.
→  50 mm : 2 400 x 2 400.
↘ 56
ABRAMAX MU
58 Informations générales
58 Valeurs d'usage

58 Principales caractéristiques
58 Analyse Chimique
58 Propriétés mécaniques à l'état de livraison
58 Comportement à chaud

59 Découpe thermique
59 Oxygaz
60 Plasma
60 Laser

60 Découpe à froid
60 Cisaillage et poinçonnage
61 Découpe jet d'eau très haute pression avec ajout d'abrasif

61 Soudage
61 Précautions préliminaires au soudage
62 Choix du procédé de soudage
63 Les trois familles de métaux d'apport utilisables
63 Sélection des métaux d'apport
64 Limitation du risque de fissurations, conditions opératoires générales
66 Sélection des températures de préchauffage
67 Applications particulières, protection des soudures contre l’abrasion
68 Structures en tôles minces
68 Soudage des goujons
69 Assemblages hétérogènes

70 Usinage
70 Perçage
71 Fraisage
72 Lamage
73 Taraudage

74 Formage
74 Pliage
75 Cintrage
76 Pliage et cintrage à chaud ↘ 57
Informations générales Principales caractéristiques

Valeurs d'usage Analyse chimique (valeur indicative %)


— L’Abramax mu est un acier résistant à l’Abrasion obtenu par laminage C Cr Mn Si S P Mo
thermomécanique ou normalisation après laminage. C’est la seule nuance < 0,20 < 1,30 < 1,50 < 0,90 0,010 - 0,020 < 0,015 < 0,20
abrasion pour laquelle sont garanties les caractéristiques mécaniques.
Cet acier ne doit toutefois pas être utilisé dans des ensembles assujettis
Programme dimensionnel :
à des codes de constructions.

→  Largeur : 1 000 – 3 000 mm ;


→  Longueur : jusqu’à 6 000 mm ;
→  épaisseurs : 3 – 60 mm.

Propriétés mécaniques à l'état de livraison


Les caractéristiques mécaniques ci-dessous sont garanties et reprises sur le CCPU

Ré min. (MPa) Rm min. (MPa) A min. (%) KCVL -20 °C KCVL -40 °C

650 920 12 15 10

Comportement à chaud
La composition chimique de l’Abramax mu (spécialement la présence de chrome
et de molybdène) ainsi que son traitement thermique (laminage thermomécanique
ou normalisation) confère une résistance au phénomène d’adoucissement
du matériau. Cette propriété permet une utilisation à une température de < 450 °C
alors que les aciers trempés eau conventionnels sont limités à une température
d’utilisation < 250 °C.

↘ 58
Découpe thermique épaisseur section

—  Les tôles en Abramax MU peuvent être découpées thermiquement par tous


épaisseur tôle
les procédés : oxycoupage, plasma et laser. Les techniques demeurent les mêmes
que celles qui sont appliquées aux découpages thermiques des aciers faiblement alliés.

—  Les caractéristiques mécaniques élevées de l'Abramax MU ne permettent


pas d'envisager aisément le découpage mécanique par cisaillage.
Recommandations supplémentaires

—  Veiller à ralentir la vitesse d'avance de la buse dans les changements


Oxygaz de direction, prévoir des rayons de courbures, particulièrement pour les tôles
épaisses, ceci limitera le risque de tapure d’oxycoupage dans les angles.
Gaz combustibles
—  Pour le découpage de formes complexes, exécuter d'abord les évidements
avant le détourage de la pièce. Cette procédure conduit habituellement à une
—  Tous les procédés thermiques classiques (oxygaz, plasma, laser) peuvent
moindre déformation de la pièce et réduit corrélativement le risque de fissuration,
être utilisés. Les procédés plasma / laser sont particulièrement conseillés,
notamment en cas de planage ultérieur.
car ils permettent d'améliorer la précision et l'aspect des coupes et de limiter
—  Pour le découpage de formes complexes, les vitesses aux changements
la profondeur de la Z.A.T..
—  Quel que soit le procédé (thermique) utilisé, les conditions suivantes
suffisent à éviter les risques de fissuration à froid :
4
Température des produits épaisseur ≤ 60 mm

> 10 °C Sans préchauffage 2


< 10 °C Préchauffage 150 °C
3
—  Tous les gaz combustibles habituellement rencontrés conviennent :
acétylène, propane, gaz naturel, tétrène, etc.…
1
—  L'acétylène fournit une plus grande puissance de chauffe, ce qui permet
d'augmenter les vitesses de coupes et de réduire la consommation d'oxygène.
de direction doivent être réduites, ce qui corrélativement augmente le temps
—  Le tétrène conduit à une moindre adhérence des oxydes sur les chants oxycoupés. de contact avec la flamme et donc augmente la profondeur de la Z.A.T. Pour
l'ABRAMAX MU, la présence dans sa composition chimique de Cr limite cet effet,
—  Dans le cas d'exécution de coupes biaises sur des tôles épaisses (chanfreinage mais ne l'élimine pas.
de lames d'attaque par exemple), l'épaisseur à considérer est celle de la section
et non celle de la tôle.

↘ 59
Plasma Découpe à froid
—  Par rapport à l'oxycoupage, ce procédé présente un certain nombre
d'avantages dans le découpage des tôles en Abramax MU.
Cisaillage et poinçonnage
—  Pour les tôles d'épaisseur inférieure à 30 mm, la vitesse de coupe est
environ 2 fois plus rapide, par rapport à une découpe oxygaz conventionnel
—  Le cisaillage et le poinçonnage de l'Abramax MU est envisageable
pour les tôles d'épaisseurs inférieures à 10 mm.
—  Atténuation des déformations post-découpage
—  Si l'on considère les conditions requises ci-dessous, cette opération requière
—  Dans le cas d'une découpe plasma, la soudure à l'arc sur les rives de coupes après
des adaptations qui perturbent la productivité et donc limite son intérêt.
simple brossage est autorisée, à la condition que la tôle initiale soit exempte d'oxydation.
—  Les caractéristiques élevées de la nuance nécessitent l'emploi
de lames de cisaille et poinçons en aciers outils de qualité supérieure.
(Exemple: 56 NiCrMoV 7, WN° :1.2714, traité 52 / 54 HRC)
Laser Les lames doivent être bien affûtées et parfaitement bloquées dans les porte-lames.

Réglages
—  Technique particulièrement intéressante pour le découpage des tôles.
—  L'angle de coupe entre la lame inférieure fixe et la lame supérieure mobile
→ Haute précision et régularité des coupes ; devra être compris entre 3° et 5°.
x
→  Pas de déformations post-découpage des pièces ;
—  Jeu entre les lames :
→  Z.A.T. peu perturbée et de profondeur très limitée ; épaisseurs des tôles :
3 – 6 mm : x = 0,06 e
→  Absence de bavures ou de gouttes sous saignées ;
7 – 12 mm : x = 0,08 e
→  Soudage direct sans préparation des chants ;
→  Moindre échauffement dans le cas de découpage de petites surfaces.
Poinçonnage : recommandations particulières
—  Les capacités opérationnelles des machines actuelles permettent le découpage
—  Le poinçonnage en série sur machine CNC est inenvisageable
des tôles jusqu'à des épaisseurs de 20 mm environ. Toutefois, il est à noter que la
qualité du faciès de coupe (stries et retard), limite l'intérêt du laser à des épaisseurs
—  Poinçonnage isolé :
inférieures à 15 mm.
Utiliser les poinçons les plus courts possibles. Les outils, poinçon et matrice,
devront être en aciers à outils conciliant au mieux résistance à l'usure et à l'écaillage.

—  La distance entre les trous ne doit pas être inférieure au côté ou au diamètre du
trou. Le diamètre des perforations (ou leur côté) ne doit pas être inférieur à 1,5 fois
l'épaisseur de la tôle.

↘ 60
Déoupe jet d’eau très haute pression Soudage
—  Ce procédé d'usinage à froid est tout à fait intéressant pour le découpage
de petites pièces à partir de tôles. —  La mise en œuvre par soudage de l'Abramax MU nécessite de respecter les
précautions classiques inhérentes au soudage des tôles abrasion. (Voire EN 1011-1).
—  Il n'y aura aucune modification micro structurale dans l'épaisseur et le pourtour
de la pièce et donc une dureté tout à fait homogène en tout point de celle-ci. —  La fissuration à froid est le principal risque lors du soudage de ce type de
matériau. Elle peut se déclarer immédiatement et jusqu'à 72 heures après la fin
—  La productivité de ce procédé reste toutefois relativement faible. du soudage. Elle intervient par l'interaction trois paramètres métallurgiques :

→  La création d'une structure fragile (type martensite) dans la Z.A.T. ou le métal fondu ;
→ La création de contraintes résiduelles de soudage, liées au retrait de l'acier lors
de la solidification du métal fondu et aux différences de dilatations thermiques ;
→ L'introduction éventuelle d'hydrogène dans les zones sensibles de la soudure
(Z.A.T., métal fondu).

—  L'ensemble des recommandations de ce guide permettent d'agir sur


ces trois paramètres, quels que soient les cas de mise en œuvre, les procédés
et les paramètres opératoires, pour fiabiliser les opérations de soudage.

Précautions préliminaires au soudage


→ Température →S
 ouder sur
des tôles > 10 °C des tôles sèches
→ Eviter la → L'humidité
condensation est source
d’hydrogène
→ Ralentir
le refroidissement
des Z.A.T.

→ Protéger →N
 e pas faire vibrer
la soudure une tôle (burinage)
de l'action pendant une
du vent opération
et de la pluie de soudage

↘ 61
→ Eliminer les Z.A.T. → Etuver les produits d’apport.
d’oxycoupage 30 mm
→ Flux pour arc submergé et electrodes mini
des chanfreins.
enrobées : Etuver 350 °C / 2h puis
maintien à 150 °C jusqu'à utilisation.

2 mm maxi
→ Diminution des contraintes de soudage. →
 Longueur minimum
des cordons d'accostage : 30 mm.
→ Jeu maximum entre les tôles pendant
→ Meuler à blanc → Nettoyer les zones
la mise en position : 2 mm. → Toujours meuler puis réparer un point
toutes les surfaces à souder. ôter
présentant un défaut. (risque
en contact avec graisses, scories,
de propagation en soudage)
le métal fondu poussières… → Demander et contrôler le niveau d'H2
diffusible de chaque produit d’apport
→ Eliminer calamine, → à chaque extrémité du cordon
oxydes, impuretés → max 5 ml / 100 g d'accostage, un retour arrière
sources d'H2 quel que soit le consommable doit être fait pour éliminer tout cratère
et d’inclusions (facteur important d'amorce
de fissures sous cordons)

Choix du procédé de soudage


—  Les procédés classiques de soudage sont utilisés pour l’Abramax MU.
Leur choix dépend des paramètres de fabrication. Il faut également tenir compte
des risques induits par chaque technique.

Electrode enrobée (SMAW) MAG fil fourré (FCAW) MAG fil plein (GMAW) Arc submergé (SAW) Fil fourré sans Gaz (Innershield)

Mise en œuvre Aisée

Procédé Manuel Manuel (automatisable) Manuel (automatisable) Automatique

Environnement de soudage Tous types Tous types Conseillé en atelier Conseillé en atelier

Position Multi-positions Multi-positions Verticale et corniche à plat (éventuellement corniche)


Fortement déconseillé
→ opérateur qualifié
pour le soudage
Tanx de dépôt, vitesse d’exécution Faibles Moyens Moyens Importants de l'ABRAMAX MU

Risque H2 Important → Etuvage obligatoire Bas Très faible → procédé le plus sûr Très important
→ Etuvage flux obligatoire

Recommandations particulières Réparations et petits assemblages Tous assemblages, → Tous types d'assemblages → Gros assemblages
épaisseurs moyennes → Fortes épaisseurs combinées → Longueurs soudées importantes
→ Structures très bridées → Idéal pour fortes épaisseurs

↘ 62
Les trois familles de métaux Sélection des métaux d'apport
d’apport utilisables Métal d'apport C / Mn faiblement allié
Exemples de produits utilisables
—  En fonction du type de structure, de l'épaisseur et des conditions environnementales,
il existe plusieurs solutions métallurgiques pour le soudage de l’Abramax MU.
Euronorm AWS Fournisseur Nom de marque

Utilisation d'un métal d’apport C / Mn faiblement allié Electrodes enrobées EN 499 A5-1 BTW, ESAB, SAF, FOX EV50,
(SMAW) E42 4B x 2H5 E7016 ou E7018 OERLIKON, LINCOLN OK 48-04 / 0K 48-00
TENACITO 38R,
Caractéristiques Re ~ 460 MPa / Rm ~ 550 MPa
SAFER NF58,
Critères de choix → Lorsqu'une haute résistance mécanique des soudures n'est pas requise SAFDRY NF58,
→ Lorsque les soudures sont peu soumises à l'abrasion CORNAC 49C,
→ Lorsque l'on désire limiter les températures de préchauffage EMB Sahara.

Intérêt → Limiter les contraintes dans les soudures et les risques de fissuration MAG fil fourré EN 758 A5-20 ESAB, LINCOLN OK 15.00, MC 710
→ Faciliter la fabrication (FCAW) T42 3B x H5 ER 71 T5 OERLIKON, SAF H, FLUXOFIL 31,
BTW SAFDUAL 31,
UNION B055Kb.
Utilisation d’un métal d’apport C / Mn fortement allié
MAG fil plein EN 440 A5-18 BTW, ESAB, EMK7-SG2-H,
(GMAW) G423 x G x Si ER 70 S4 LINCOLN, OK 12-51, LNM 27,
Caractéristiques Re ~ 690 MPa / Rm ~ 800 MPa
ou ER 70 S6 OERLIKON, SAF CARBOFIL 1, NIC 70-S
Critères de choix → Lorsque la soudure doit supporter des efforts (traction) importants
Arc submergé Fil : S 1 A5-17 ESAB, SAF, Fil : OK Autrod12-10,
ex : fortes charges, cycles de fatigue.
(SAW) Flux : SA AB H5 Fil :EM12K LINCOLN AS26, AS35,
→ Lorsque les soudures sont soumises à l'abrasion
Flux : F6.A4.EL12 Lincoldweld 860 / 882.
Difficulté → Risque de fissuration accru par l'augmentation des contraintes de soudage ou F7.A4.EM.12 Flux : OK Flux 10-71,
→ Conditions de soudage plus sévères (Préchauffage impératif T° >150 °C / < 180 °C) AS72, L-61, L-60

Utilisation d'un métal d'apport Inoxydable


du type austénitique ou austéno-ferritique

Caractéristiques Re ~ 460 MPa → Très forte résilience


Rm ~ 600 MPa équivalent aux C.Mn faiblement alliés

Critères de choix → Lorsque la soudure est massive et donc le niveau de bridage important
→ Fortes épaisseurs combinées
→ Conditions environnementales difficiles (chantier, extérieur)
→ Bonne résistance à l’abrasion (durcissement en service)

Intérêt → Pas de préchauffage


→ Précautions de soudage moindres

Inconvénient → Prix du métal d'apport plus élevé

↘ 63
Métal d'apport C/Mn – Alliés haute limite élastique
Exemples de produits utilisables
Limitation du risque de fissuration
conditions opératoires générales
Euronorm AWS Fournisseur Nom de marque

Electrodes enrobées EN 759 A5-5 BTW, ESAB, SH N 12 K100, —  La sensibilité à la fissuration à froid lors du soudage est régie
(SMAW) E69 B H5 E 9 018 à E12 018 OERLIKON, SAF, OK 75.75, SAFDRY 80, par les paramètre suivants :
LINCOLN TENCACITO 80,
CORNAC 85 EMB →­  Les contraintes générées par le retrait des soudures ;
Sahara
→  La formation d’une Z.A.T. fragile ;
MAG fil fourré A5-29 ESAB, SA, OK 15.27, P2 6148,
→  L'introduction d'hydrogène par l'environnement ou les produits d'apport.
(FCAW) E 90 T5 à E110 T5 OERLIKON. SAFDUAL 270,
FLUXOFIL 42.
—  Il existe des moyens d'action pour limiter le risque de fissuration :
MAG fil plein EN 12354 G (69-89) A5-28 BTW, SAF UNION X90,
(GMAW) ER 90 S6 à ER 110 S6 NIC 85 / 88
Risque de fissuration
Arc submergé Fil : S 3 A5-23 ESAB, BTW, Fil : Fluxocolor 42,
(SAW) Flux : SA FB H5 F10 à 12 OERLIKON Union Ni Mo Cr,
A8-EC-F5 OK Autrod 13-43.
Flux : Fluxocolor 42,
←H2→
Union Ni Mo Cr, ←Contraintes Contraintes→
OK Autrod 13-43.

↑Z.A.T.↑

Métal d'apport Inoxydables, type 307


Exemples de produits utilisables

Paramètres Contraintes Z.A.T. H2


Euronorm AWS Fournisseur Nom de marque
Facteurs d’influences → Épaisseurs combinées → Épaisseurs combinées → Procédé de soudage
Electrodes enrobées EN 1600 A5-4 E308 Mo BTW, ESAB, OK 67.45, → Caractéristiques → Energie de soudage → Produits d'apport
(SMAW) E 18 8 Mn B 12 METROD, LINCOLN Thermanit XW, mécaniques
Armet-1, des produits d'apport
Metmax 370R,
Moyens d’action → Préchauffage → Préchauffage → Préparation
Jungo 307
→ Contrôle → Postchauffage des zones soudées
MAG fil fourré
EN 12072 A5-9 BTW, SANDVIK, Thermanit X, des séquences de soudage → Postchauffage
(FCAW)
G 188 Mn ER 307 Si METROD, LINCOLN RIMA 308 Mn, → Sélection → Contrôle
LNM 307, du produit d'apport du produit d'apport
18,8 Mn

Remarque : Pour les procédés nécessitant l'emploi de gaz (FCAW, GMAW),


le choix du gaz se fera en accord avec le fournisseur du fil.

↘ 64
épaisseur combinée énergie de soudage

—  Son influence sur la soudabilité de l'assemblage est grande puisqu'elle va —  Ce paramètre exprime la quantité de chaleur apportée lors de l'opération
déterminer le niveau de bridage ainsi que la vitesse d’écoulement de la chaleur de soudage. Celle-ci est fonction de l'intensité, de la tension et de la vitesse
dans la Z.A.T. Cependant, ce n’est qu'une approche estimative et certaines de soudage. Elle se calcule en appliquant la formule suivante :
constructions massives devront être surévaluées.
60 x U x l
Es(Kj / cm) =
Détermination des épaisseur combinée : 1 000v (cm / min)

—  Elle va influer sur :


e2

→ 
La forme et la dimension des cordons ;
e1 e2 e1
→ 
Le rendement de soudage (productivité) ;
E.comb. = e1 + e2 E.comb. = 2 x e1 + e2
→ La sensibilité à la fissuration de la zone affectée.

e2 e2 Cycle thermique

cycle type :

e1 e1
Température
Nombre de passes
E.comb. = 2 x e1 + e2 E.comb. = e1 + e2

e2
e2 Température
e1 e1 interpasse max.

E.comb. = e1 + e2 E.comb. = 2 x e1 + e2 Température


postchauffage

Température
préchauffage
i Phase 1 Soudage Phase 2
e2

e3
Température
e2 ambiante
e1 e1

E.comb. = 2 x e1 + 2 x e2 E.comb. = 2 x e1 + e2 + e3
si i < 3 x e2 ou 2 x e2 + e1 + e3 Phase 1 : Préchauffage
Phase 2 : Postchauffage

↘ 65
étape 1 : Le préchauffage —  Cas de réparation en pleine tôle :

—  Il varie en fonction :
R = 250 mm
→  de l'énergie de soudage ; 1
3
→  de l'épaisseur combinée ;
4
→  du procédé de soudage (influence de l'hydrogène).
2
étape 2 : Le postchauffage

—  Le postchauffage consiste à maintenir la soudure à une température définie,


juste après la fin de la séquence et avant que la température de celle-ci soit
descendue plus bas que la température de préchauffage.
On ne postchauffe jamais une soudure qui n'a pas été préchauffée.
Sélection des températures de préchauffage
Les séquences de soudage
Cas des produits d'apport C.Mn faiblement alliés
—  Le mode de remplissage des chanfreins et l'ordre des réalisations des soudures
d'un assemblage ont un effet direct sur la création de contraintes résiduelles Procédés de soudage Energie dépensée Conditions de pré et post-chauffage
et donc sur la fissuration. (kJ / cm) épaisseur combinée (mm)
30 40 50 60 70 80 90
—  Une tôle qui ne pourra pas se déformer au cours du soudage va forcément
Semi-automatique 15
induire de fortes contraintes résiduelles au voisinage des cordons
sous gaz
(ex : fortes épaisseurs, dimensions et bridage excessifs). 30
Il est donc recommandé au mieux de laisser des degrés de liberté aux assemblages.
Soudage manuel 10
Electrode enrobée
—  Il est déconseillé de pratiquer un traitement de relaxation à haute température 20
sous risque de perdre les propriétés anti-abrasion du ABRAMAX MU.
Automatique 20
sous flux solide
—  Cas où les soudures se croisent : 30

  Sans préchauffage, Température tôle > 10 °C


1
  Avec dégourdissage à 75 °C
2
  Avec pré / postchauffage à 150 °C (épaisseur combinée ≥ 60 mm)

↘ 66
Cas des produits d'apport C.Mn fortement alliés
Applications particulières :
—  Du fait d'un produit d'apport plus allié et plus résistant :
protection des soudures contre l'abrasion
→  le niveau des contraintes résiduelles est plus important ;
Utilisation de matériaux durs pour passes de recouvrement sur soudures
→  la sensibilité à la fissuration du métal fondu est accrue.
Par conséquent, il faut appliquer un barême de préchauffage
Electrode enrobée MAG – Fil plein MAG – Fil fourré
et postchauffage adapté.
OERLIKON CITODUR 400 B CARBOFIL A500 FLUXOFIL 54

Procédés de soudage Energie dépensée Conditions de pré et post-chauffage SAF SAFER 345B NIC535 SAFDUAL 53
(kJ / cm) épaisseur combinée (mm)
LINCOLN KD62
20 30 40 50 60 70 80
BTW THYSSEN 350 ROSA UNION A350 IG UNION BO350
Semi-automatique 15
FOXDUR 350 IG
sous gaz
30

Soudage manuel 10 Conditions opératoires


Electrode enrobée
20
—  Ces matériaux risquent de fissurer lors de leur utilisation car ils sont plus
Automatique 20 sensibles que l'Abramax MU. Suivre les recommandations du fournisseur
sous flux solide de produit d'apport.
30

Une solution simple consiste à orienter la position des soudures de manière


  Sans préchauffage, Température tôle > 5 °C
à éviter le contact direct avec l'abrasion
  Avec dégourdissage à 75 °C

  Avec pré / postchauffage à 125 °C

  Avec pré / postchauffage entre 150 °C et 180 °C

Cas des produits d'apport inoxydables, type 307

—  Cette méthode est une solution efficace au problème des structures


massives et forts bridages et des conditions environnementales difficiles
(soudage sur chantier, basses températures, humidité…)

→  Appliquer les précautions préliminaires ;


→  Le préchauffage n'est pas requis systématiquement ;
→ Dans les cas extrêmes, un dégourdissage à 100 °C
peut avoir un effet très favorable.

↘ 67
Structures en tôles minces Soudage des goujons
—  Il est recommandé d'utiliser des goujons en acier doux du type S235.
—  Comme sur les tôles épaisses un soin particulier devra être porté
à la préparation des faces (meulage de la calamine…)
Précautions
—  Dans le cas des structures composées exclusivement de tôles minces,
—  Pour garantir la qualité des soudures, il convient :
il est préférable de contrôler l'énergie de soudage utilisée (< 1,3 kJ / mm).
Des cordons trop volumineux ont le désavantage d'augmenter les tensions
→  de meuler et de pointer l'emplacement où le goujon doit être soudé ;
dues au retrait ou d’affecter le produit sur toute son épaisseur.
→ de bien tenir le pistolet perpendiculairement à la surface de la pièce
—  Un soin particulier devra être porté aux séquences de soudage qui devront recevant le goujon ;
garantir si possible une direction privilégiée de retrait. Les cordons devront ainsi
→ de vérifier le bon choix des paramètres de soudage en effectuant cinq
être enchaînés afin de limiter les déformations et les contraintes de soudage.
soudures préalables pour effectuer un test d’arrachement selon la norme
NFA 89020 partie 2 ;
—  Le produit d'apport devra être de préférence à caractéristiques mécaniques
modérées et le procédé MIG / MAG sera à favoriser (fil GS2). → de vérifier périodiquement les paramètres en cours de travail de production.

—  Lors de fabrication de sous ensembles, les pièces rapportées devront être soudées
de préférence avant la réalisation des soudures principales (éviter l'effet de toile tendue).

Gamme de soudage à éviter :

5 6
4
3

Gamme de soudage conseillée :

3
1 2

6
5

↘ 68
Assemblages hétérogènes —  Un exemple typique illustrant parfaitement ce cas est celui du soudage
des porte-dents ou de la lame d’attaque d’un godet.

Cas d'un assemblage avec un acier plus faiblement allié —  Ces pièces sont généralement moulées en nuance du type 35CrMo4
ou autres aciers très trempants.Les conditions de soudage sont donc plus pénalisantes
—  Il faut alors utiliser les conditions de mise en œuvre propres à l'ABRAMAX MU. que celles de l'ABRAMAX MU.

—  Le choix du produit d'apport est fonction de la tenue à l'usure souhaitée. Si la —  Dans ce cas, il est conseillé de limiter au maximum la dilution forte du métal
tenue à l'usure n’est pas un facteur prépondérant, il faut utiliser un produit d'apport fondu par crainte que ce dernier ne fissure. Cela se traduit par une vitesse de
dont les caractéristiques sont proches de celles de l'acier le plus faiblement allié. soudage faible et un ampérage faible.

—  Exemples : —  Le produit d'apport peut être du type E 7018 / ER 70 Ou E 11018 / ER 110.


ABRAMAX MU + S355 → Produit d'apport C / Mn faiblement allié
ABRAMAX MU + S690 → Produit d'apport C / Mn faiblement allié type 690 MPa
Séquence conseillée pour le soudage de porte-dents
NB : L'utilisation d’un inox austénitique ou austéno-ferritique est toujours possible,
et ne change pas les conditions énoncées précédemment. —  Il faut préchauffer en accord avec les caractéristiques du métal fortement allié.
Pour limiter les contraintes, nous proposons la gamme suivante :
Cas d'un assemblage avec un acier plus faiblement allié

—  Il faut absolument utiliser les conditions de mise en œuvre de la nuance une ou deux passes
la plus sensible.
1 2
—  Les règles de soudage restent identiques, mais le référentiel de choix 3 4
devient la nuance sur-alliée. (Calcul épaisseur combinée, séquence de soudage,
préchauffage, etc…)

—  Le choix du produit d’apport est toujours fonction de l'utilisation,


mais il est toujours possible et conseillé d'utiliser un produit d'apport
plus faiblement allié si les conditions de service le permettent.

—  Exemples :
ABRAMAX MU + ABRAMAX MU → Produit d'apport C / Mn faiblement allié une ou deux passes, côté / dessous remplissage final
ABRAMAX MU + 25CrMo4 → Produit d'apport (25CrMo4) ou C / Mn faiblement allié en alternant les deux côtés

NB : Le soudage à l'aide d’un acier inox est également possible moyennant quelques
précautions supplémentaires de préchauffage si la nuance concernée est très
fortement alliée.

Attention :
Arrêter les cordons de soudures avant le chanfrein pour éviter un surcroît
de contraintes dans une Z.A.T.

↘ 69
Usinage Qualité de l'outil

—  Forets en aciers rapides au cobalt sur carburé dits HSSCO.

—  Les opérations d'usinage pratiquées sur des pièces issues de tôles Exemple
anti-abrasion sont essentiellement :
AFNOR DIN EN.ISO AISI
→  Le perçage ;
AR.2.9.1.8 S.2.9.1.8 HS 2.9.1.8 AISI M42
→ Le fraisage (avec, en particulier, l'exécution des lamages Werkstoff 1.3247
pour logement des têtes de boulon) ;
→  Le taraudage. Exemples de marques : Guhring, Outillage Vadium, Cleveland, Mecanotub-SAR,
E.Leclerc, Perfor…
Grâce à sa conception microstructurale, et à sa meilleure homogénéité de dureté
dans l'épaisseur, l'ABRAMAX MU s'usine aisément comparativement aux aciers Paramètres de coupe
anti-abrasion usuels. Il permet des gains notables sur les temps d'usinage et les donnés à titre indicatif
fréquences de réaffûtage d'outils.

Qualité Diamètre (mm) Vitesse de perçage Vitesse de rotation Avance (mm / tour)


(m / min) (tours / min)
Perçage HSSCO 5 15 - 20 950 - 1 250 0,07
AR.2.9.1.8
—  A exécuter avec des machines-outils puissantes en bon état de type radial 10 13 - 17 415 - 540 0,09
(M42)
ou à colonne, et disposant d'une avance automatique. 15 12 - 15 255 - 320 0,10

—  Les pièces devront être correctement bridées sur la table de travail et situées 20 11 - 14 175 - 220 0,12
le plus près possible de la colonne de la machine pour éviter les vibrations. 25 9 - 12 115 - 150 0,15

Géométrie du foret 30 8 - 10 85 - 105 0,20

—  Foret hélicoïdal à faible angle de l'hélice avec l'axe —  En fonction de ce tableau, la vitesse de rotation et l'avance par tour sont
dit à hélicoïdes longues (classe H selon DIN 1836). à choisir parmi celles qui se rapprochent au mieux par défaut des paramètres
de réglage offerts par la machine.
—  A longueur taillée courte (série courte).
Lubrification
—  Angle au sommet de 120° / 130°, affûtage normal à dépouille conique
ou affûtage en croix. —  Nécessaire avec huile soluble diluée à 10 %.
Débit abondant (débit ~ 1 l / min) sous pression faible.
—  A queue conique dès que le diamètre le permet
ou alors à tenon d’entraînement. Huile soluble de la classe ISO : L-MAD 6743 / 7.

↘ 70
Fraisage Choix de qualité de plaquettes carbure en fonction du type d'opération
à titre indicatif

—  A exécuter avec des machines-outils puissantes, en bon état,


→ 
Ecroûtage, surfaçage d'ébauchage : Carbure P10 ou P20 selon ISO ;
pièces soigneusement bridées.
→ 
Surfaçage de finition : Carbure K10 ou K20 ;
Remarque générale :
→ 
Rainurage (ébauchage et finition) : Carbure P25.
—  Lors du surfaçage ou du rainurage de pièces mises au format par oxycoupage,
Exemples de marques : Safety, Sandvik, Seco…
il est conseillé d'éliminer par meulage préalable la partie d'angle durcie sur
une hauteur correspondant à la profondeur de passe. On évitera ainsi un
Paramètres de coupe
endommagement trop rapide des outils fraises.
à titre indicatif

Partie meulée Profondeur de passe —  Fraises en acier HSSCO : paramètres de coupes en surfaçage (fraisage en bout).

Vitess de coupe V Avance par dent fz


Outil Profondeur P (mm) (m / min) (mm / dent)

Acier HSSCO 1 12 - 15 0,08


Qualité AR.12.1.5.5
↑ Z.A.T. durcie 4 10 - 12 0,10
(T15)
8 7-9 0,15
Géométrie des outils

—  Outils-fraises de géométries classiques comportant un nombre suffisant de dents. —  En fraisage en roulant, les avances par dent seront plus faibles
sans toutefois atteindre l'épaisseur du copeau qui conduirait au refus de coupe.
Qualités des outils
Fraises avec plaquettes carbure
—  Pour le fraisage de l'ABRAMAX MU deux possibilités sont envisageables :
→ 
Les opérations simples comme le surfaçage ou l'ébauchage par exemple, peuvent Paramètres de coupe en surfaçage Paramètres de coupe en rainurage
être exécutées avec des fraises en acier rapide, sur carburé, au cobalt (HSSCO).
Ebauchage (profondeur de passe 2 mm) : Ebauchage :
Exemples : Plaquette carbure : P10 ou P20 Plaquette carbure : P25 (avec renfort d’arête à 20°)
Vitesse de coupe : 45 m / mn Vitesse de coupe : 45 m/mn
AFNOR standard DIN EN.ISO AISI Avance : 0,20 mm / dent Avance : 0,15 mm/dent

AR.6.5.2.5 S.6.5.2.5 Werkstoff 1.3243 HS 6.5.2.5 M35 Finition (profondeur de passe : 0,2 mm) : Finition (profondeur de passe : 0,2 mm) :
Plaquette carbure : K10 ou K20 Plaquette carbure : P25 (avec renfort d’arête à 20°)
AR.12.1.5.5 S.12.1.5.5 Werkstoff 1.3202 HS 12.1.5.5 T15
Vitesse de coupe : 70 m / mn Vitesse de coupe : 50 m / mn
Exemples de marques : Coba, Fraisa… Avance 0,10 mm / dent Avance : 0,08 mm / dent

→ Pour les séries importantes, il devient préférable d'utiliser des outils munis
Lubrification :
de plaquettes carbures rapportées ou amovibles. Ils supplantent assez
largement les outils HSSCO dans les opérations de rainurage mais aussi
—  Huile soluble 10 %, débit abondant.
pour les opérations de finition.

↘ 71
Lamage Fraisures

—  Lamage ou fraisure pour logement de tête de boulon diamètre fraisage

Lamages

diamètre lamage

diamètre

—  Usinage en 2 opérations :
diamètre

→ Perçage du trou de passage du boulon


—  Il existe différentes techniques pour l'usinage des lamages, nous en citerons avec foret en acier type HSSCO (M42 par exemple) ;
deux parmi les plus utilisées, convenant bien à l'ABRAMAX MU :
→ Usinage de la fraisure proprement dite :
→ avec une fraise conique à 3 ou 4 dents en acier type HSSCO
→ 
Perçage au foret du trou de passage pour le corps du boulon, puis utiliser
(T15 par exemple)
un outil-fraise, à 3 ou 4 dents, avec pastilles de carbure rapportées
→ avec un foret en acier type HSSCO de diamètre requis
(qualité P25 selon ISO). L'outil est muni d'un pilote axial de guidage
avec angle au sommet modifié, 90° par exemple.
dont le diamètre correspond au diamètre du trou préalablement percé.
Exemples de marques : Gürhing, Tivoly, Toshiba, Rito…
Perçage au foret hélicoïdal étagé
→ 
Usinage du lamage avec une fraise à surfacer / dresser, munie de pastilles
carbure, de diamètre inférieur à celui du lamage. L'usinage est réalisé : —  Cette solution est particulièrement intéressante :
Le trou fraisuré est réalisé en une seule opération.
→ Par interpolation circulaire, le trou de passage du boulon étant
Foret en acier outil type HSSCO (Exemple AR.6.5.2.5 (M35) ou AR.2.9.1.8. (M42))
préalablement percé ;
→  Par interpolation hélicoïdale, le trou pouvant être percé après coup. NB : Pour préserver au mieux la durée de vie de ce type d’outil, il est recommandé
de diminuer la vitesse de rotation dès que le perçage de la fraisure est amorcé.
Exemples de marques : Gürhing, Tivoly, Toshiba, Rito…

Lubrification

—  Huile soluble 10 %.

↘ 72
Taraudage Cas des trous taraudés de grands diamètres supérieurs à M30

—  Si de tels trous taraudés sont à réaliser, il est recommandé, dans la mesure


—  Le taraudage des tôles en ABRAMAX MU ne doit être réalisé qu'en taraudage
du possible, de recourir à des fraises à fileter (exemple : fraise Dixi).
machine avec couple contrôlé et en utilisant des outils adaptés.
Ce type de fraise ne peut être utilisé que sur machines à commande numérique.
Cas des trous taraudés de faibles et de moyens diamètres. Maximum M30 environ
Qualité :
Géométrie du taraud
—  Carbure de tungstène micro-grains, outil monobloc.
→  Ame trapue ;
Exemples de marques : Outillage Vadium, Sandvik, Prototyp…
→ Goujures : droites pour trous débouchants en hélices à 25°
pour trous borgnes (3 goujures jusqu’à M12, 4 goujures au-delà) ; Paramètres de coupe (à titre indicatif)
→  Affûtage d'entrée, environ 9° ;
—  Vitesse de coupe : 200 m / min environ
→  Filets détalonnés. Avance par dent : la formule fz = 0,01 x D en donne une bonne approximation
(D étant le diamètre de la fraise en mm).
Qualité du taraud
Lubrification
   Acier rapide surcarburé au cobalt HSSCO (ex AR 2.9.1.8, M42)

ou encore du type HSS.2E. —  Huile soluble à 20%.

Exemples de marques : Courcelle-Gavelle, Outillage Vadium, Prototyp…

Vitesse de coupe

—  Comprise entre 3 et 4 m / min.

Lubrification

— Huile entière extrême pression, en arrosage continu


(classe ISO-L-MHF grade VG-15).

Recommandations importantes :

→ Les avant-trous doivent être percés au diamètre maxi des tolérances


avec une surcote de 0,1 à 0,2 mm selon le pas des filets ;
→  Pratiquer un léger chanfrein à l'entrée des avant-trous.

↘ 73
Formage Effort de pliage

—  La presse utilisée doit être compatible avec le travail à exécuter. L'effort de


pliage à exercer dépend de la résistance à la rupture Rm de l'acier, de l'épaisseur
—  Comme pour tous les aciers résistant à l’abrasion à hautes caractéristiques "e" de la tôle, de la longueur pliée et de l'ouverture de la matrice (ou du Vé).
mécaniques, le pliage et le cintrage des tôles en ABRAMAX MU requièrent
certaines précautions opératoires. —  Le design des bords de Vé a fortement évolué : bords de Vé amovibles en acier
allié traité, aux bords de Vé rotatifs, c'est à dire constitués d'une gorge dans laquelle
— Le ABRAMAX MU peut être formé à chaud sans dégradation notable de sont enfilés des lopins d'acier pré-traité libre de tourner Ceci facilite grandement
ses propriétés anti-abrasion : un plus pour des conditions particulières de travail l'opération de pliage par réduction ou élimination de l'effort de glissement. Avec un
(puissance limitée de la machine, pliages à faibles rayons). Vé classique, il est toujours possible d'avoir recours à la lubrification.

NB : La lubrification (graisses, graphite) des bords arrondis de la matrice permet


Pliage un meilleur glissement des 2 branches du pli. En conséquence, l'effort de pliage
demandé est réduit. Un gain de l'ordre de 20 % peut être obtenu, ce qui n'est pas
Rayon intérieur ri pour un pliage à 90° négligeable.
Retour élastique
lv
Épaisseur tôles (mm) Effort de pliage (tonne / m) pour L = 1 m
e

5 70

10 130
ri

20 250

30 370

—  Lors du pliage, sous l'action du poinçon, la tôle est pliée sous un certain angle.
Lorsque le poinçon remonte, l'angle s'ouvre légèrement. Il y a relâchement des
contraintes élastiques (voir croquis ci-dessous).

Pli parallèle au sens de laminage perpendiculaire au sens de laminage —  Ce phénomène est d'autant plus accusé pour les aciers
à hautes limites d'élasticité comme l'ABRAMAX MU.
Rayon intérieur (ri) ri ≥ 4e ri ≥ 3e

Ouverture de la matrice (lv) lv ≥ 12e lv ≥ 12e

ri
Type de presse

r0
—  Les presses-plieuses hydrauliques classiques conviennent parfaitement αi
au pliage des tôles en ABRAMAX MU.
α0
—  L'utilisation de presses à tablier plieur qui entravent beaucoup plus
—  Pour obtenir un pliage à un angle précis, il est nécessaire de prendre en compte
les possibilités de glissement de la tôle en cours de pliage, est déconseillée.
cet effet de ressort. Pour un acier donné, plus le rapport ri / e sera élevé,
plus le retour élastique sera important. Exemple, avec l'ABRAMAX MU.
et pour ri / e, prévoir un angle de pliage sous poinçon plus refermé de 10° environ.
↘ 74
Recommandations pour le pliage
Cintrage
→  Pliage des tôles à température ≥ 10 °C ;
Diamètre intérieur de roulage
→ Absence de marques ou de rayures dans les zones déformées,
notamment côté peau mise en extension ; e
— Diamètre intérieur : Øi ≥ 25e
Øi
→ Chanfreinage soigné de l'angle des rives côté peau en extension ;
— épaisseur de la tôle
l'importance de l'arrondi de préparation doit être proportionnel à
l'épaisseur de la tôle.Meulage éventuel des affouillements d'oxycoupage
pour éviter les amorces de rupture. Dans le cas de tôles d'épaisseur
supérieure à 20 mm environ, il est recommandé de blanchir toute
l'épaisseur des bords droits oxycoupés ;

→ Orientation des plis perpendiculairement au sens long de laminage


de la tôle lorsque cela est possible ;

→ Pour les plaques cisaillées dans des tôles minces, placer les bavures Type de rouleuse
de cisaillage à l'intérieur des plis, ou meuler les rives ;
—  Rouleuse de type pyramidal à 3 rouleaux (voir schéma ci-dessus). Un croquage
→ Ne pas exécuter les plis en une seule fois, mais en plusieurs préalable des extrémités de la tôle est nécessaire avant roulage. Il peut être exécuté
enfoncements successifs, à courses régulières et limitées ; sur presse-plieuse à col de cygne.

→ Eviter de stocker trop longtemps à l'extérieur des tôles destinées


à être pliées. La rouille peut en altérer sensiblement l'aptitude
au pliage dans la gamme des faibles rayons de plis ;

→ 
Sécurité du personnel : en raison de l'énergie élastique très importante
emmagasinée dans la tôle, l'éventualité d'une rupture ou d'un ripage
doit être envisagée. En conséquence, l'opérateur doit se tenir sur les
côtés de la machine et non en face de celle-ci.

—  Rouleuse de type croqueur à —  Rouleuse de type croqueur à


3 rouleaux avec déplacement horizontal 4 rouleaux. Principaux avantages :
des rouleaux inférieurs (comme exemple croquage des 2 extrémités sans
ci-dessus) ou avec déplacement vertical retournement de la tôle, calibrage
après soudage longitudinal.

↘ 75
Effort de cintrage
Pliage et cintrage à chaud
—  L'effort de cintrage nécessaire dépend de la résistance à la rupture Rm de
—  Le pliage à chaud peut être exécuté sur toute la pièce si l'on dispose d'un four
l'acier, de l'épaisseur de la tôle, de la largeur roulée de celle-ci et de la distance
de traitement ou localement dans la zone de plis, par un chauffage bien mené au
entre les lignes d'appuis sur les rouleaux inférieurs de la tôle au cours du cintrage.
chalumeau.
—  Les constructeurs de rouleuses indiquent généralement les capacités
—  En cintrage, le chauffage de toute la tôle se fait obligatoirement en four
de leur machine en fonction d'un acier de référence (S235, S355…)
de traitement thermique.
Pour le roulage des tôles en ABRAMAX MU, on retiendra que l'épaisseur
Formage à chaud de l'ABRAMAX MU – cas d'utilisation
limite pouvant être cintrée est d'environ moitié celle permise pour la machine
avec un acier type S355.
—  Le formage à chaud peut être envisagé lorsque la capacité de déformation à froid
de l'ABRAMAX MU ne permet plus d'atteindre les caractéristiques suivantes :
—  L'augmentation du nombre de passes lors de l'exécution du roulage
est recommandée. → de faibles rayons de pliage, quand ri < 5e ;
→ de faibles diamètres de cintrage, quand Øi < 25e.
Retour élastique
—  Il peut aussi être pratiqué lorsque les puissances de la presse-plieuse
—  Comme dans le cas du pliage, la limite d'élasticité élevée de l'ABRAMAX MU
ou de la rouleuse deviennent insuffisantes pour les travaux à réaliser.
conduit à un important retour élastique. La prise en compte de celui-ci est
primordiale pour le réglage de la position des rouleaux, notamment dans le roulage
Intervalles de températures à respecter
des grands diamètres des tôles de faibles épaisseurs : très approximativement
lorsque Øi / e > 150.
—  Pour éviter toutes altérations significatives de la résistance à l'abrasion
des pièces formées, il est indispensable de respecter les intervalles de températures
—  Dans la pratique industrielle, les réglages se font par un positionnement
de formage à chaud. Voir croquis ci-dessous :
progressif jusqu'à l'obtention du diamètre de courbure recherché, contrôlé
au gabarit. L'expérience de l'opérateur est donc ici prépondérante.
Température en °C
Recommandations pour le cintrage
1000
← Formage à chaud
—  S'il est vrai que le cintrage des tôles ne requiert pas une capacité de déformation relativement aisé.
aussi importante que pour le pliage, les précautions signalées pour le pliage restent
800
cependant communes :

→ Tôles à température ≥ 10 °C, ébavurage des angles de rives,


600
meulage des affouillements de coupes thermiques, etc…
500
→ Il convient de pratiquer le roulage de l’Abramax MU avec un nombre 450
suffisant de passes avec des serrages progressifs et avec une vitesse 400
de roulage convenablement choisie.

200
← Domaine du
formage à froid
10

↘ 76
—  Le formage à chaud de l'ABRAMAX MU

→ 850 à 900 °C pour toutes les épaisseurs de tôles suivi d'un simple
refroidissement à l'air, ne modifie pas de façon notable les propriétés
anti-abrasion des pièces formées.

Recommandation pour le pliage ou le cintrage à chaud

—  Avant d'engager ce type d'opération, il convient de vérifier que la température


choisie a bien été atteinte de manière homogène dans la zone à déformer.
Un contrôle simple, mais suffisamment précis peut être réalisé avec :

→ des crayons fondant type Tempilstick ou changeant


de couleur type Thermochrom ;
→ thermomètre infrarouge à pointeur laser ;
→ thermomètre portable à thermocouple avec sonde de contact (type Testo).

Remarque relative au cintrage à chaud

—  Le contact de la tôle avec les rouleaux entraîne une déperdition de chaleur


par conductivité.

—  L'opération de cintrage devra donc être menée avec le maximum de rapidité :

→  Augmentation des valeurs de serrage


→  Diminution proportionnelle du nombre de passes.

—  Cette procédure est d'autant plus facilement exécutable


dans l'intervalle de température de 850 °C à 950 °C.

↘ 77
AGENCE EST AGENCE SUD-EST
A. Impasse Jean Lamour A. 9, rue Garibaldi
ZAC du Breuil ZA de Grammont
54701 Pont-à-Moussont 69800 Saint-Priest
T. +33 (0)3 83 80 45 11 T. +33 (0)4 72 22 90 90
F. +33 (0)3 83 80 45 12 F. +33 (0)4 72 22 90 80

AGENCE PARIS NORD AGENCE EXPORT


A. ZI — Chemin du Jacloret A. 2, rue Jean-Baptiste Perrin
95820 Bruyères-sur-Oise 71380 Sant-Marcel
T. +33 (0)1 30 28 32 01 T. +33 (0)3 85 90 60 15
F. +33 (0)1 30 28 32 01 F. +33 (0)3 85 90 60 38

AGENCE OUEST AGENCE SUD-OUest


A. 11, rue du Moulin de la Garde A. ZA du Sans Souci
44000 Nantes 16 Bd du Grand Castaing
T. +33 (0)2 51 85 29 01 31600 Muret
F. +33 (0)2 51 85 24 91 T. +33 (0)5 62 87 36 00
F. +33 (0)5 62 87 36 08

CONTACT
M. a.france@abraservice.com
W. www.abraservice.com/france/

Abraservice est une marque


du groupe Jacquet Metal Service.