Vous êtes sur la page 1sur 4

LE RÉCIT

Les différents types de héros

Le héros positif, ou héros Ses attributs physiques : Les chevaliers, comme


traditionnel beau, fort, hors du commun Lancelot ou Galaad, dans les
Ses attributs moraux : Romans de la Table Ronde.
courageux, vertueux Le duc de Nemours dans La
Princesse de Clèves.
Le héros négatif Ses actions : On le trouve souvent
la corruption, la destruction présenté en opposition au
Ses attributs moraux : héros positif.
immoral ou amoral, violent, Vautrin, dans La Comédie
souvent sans états d’âme humaine de Balzac.
George Duroy, dans Bel-Ami
de Maupassant.
L’anti-héros Son apparence : Emma Bovary, dans
banal, ordinaire, voire laid Madame Bovary de Flaubert.
Ses relations à la société : Meursault, dans L’Etranger
souvent à part, dans un de Camus.
monde qu’il ne comprend
pas.
Le héros collectif Plusieurs personnages qui Les personnages de L’Espoir
agissent ensemble dans un de Malraux.
but commun, voire une
quête.
Il est à noter que le héros peut évoluer au cours du récit. Jean Valjean, dans Les
Il peut passer de héros négatif à héros positif, par un désir Misérables, de Hugo, qui
de rédemption, ou l’inverse, par débauche et corruption, ou était un bagnard évadé et qui
encore d’anti-héros à héros positif grâce à une quête finit par sacrifier sa liberté et
initiatique. sa vie pour les autres.

Trois évolutions majeures du personnage de roman

Le héros épique Il correspond au héros positif On le trouve dans les romans


ou traditionnel. d’aventure ou les romans
sentimentaux.
Le personnage balzacien Il possède une identité Eugène de Rastignac, dans
(à partir du XIXè) complète et une généalogie. Le Père Goriot de Balzac.
Il est souvent caractérisé par
ses possessions et son Fabrice Del Dongo, dans La
environnement. Il s’insère Chartreuse de Parme de
dans la société de son Stendhal.
époque. Il est réaliste.
L’ère du soupçon Le personnage perd ses Wallas dans Les Gommes de
(à partir du XXè) attributs et sa réalité. Parfois Robbe-Grillet.
dépourvu de nom, de but, de L’absence de narrateur dans
caractère. Planetarium de Sarraute.

© C. Guerrieri, 2008. Toute reproduction totale ou partielle sans accord préalable de l'auteur par écrit est interdite.
Quatre des fonctions majeures du roman

Le roman parle Au XVIIème, le roman est méprisé car il La Princesse de Clèves, de


de hauts faits est considéré comme futile : c’est une Madame de La Fayette.
et d’amour lecture pour « femmes » : il raconte des
histoires d’amour. C’est souvent encore
le cas de nos jours.

Le roman est souvent épique, surtout à Don Quichotte, le héros


ses débuts avec les récits de chevalerie. éponyme de Cervantès, est
On le retrouve de nos jours avec la une parodie de ce type de
plupart des récits de fantasy. héros.
Le roman montre Au XVIIIème, Diderot fait l’éloge du
le réel roman anglais qui est un compte-rendu
d’une expérience individuelle, avec
vraisemblance et une portée morale.
Le Père Goriot, de Balzac.
Au XIXème, Balzac crée de nombreux L’Assomoir, de Zola.
personnages pour montrer tous les
aspects de la nature humaine. C’est Nombreux récits
l’ère du réalisme et du naturalisme. contemporains.
Le roman Au XXème, de nombreux auteurs L’Ecume des jours, de Boris
transforme le réel critiquent une représentation trop Vian.
réaliste du réel.
Le roman Pour un auteur comme Albert Camus, le L’Etranger, de Camus.
transforme une roman nous parle de la vie que nous
vie en destin connaissons, mais ce sont des vies, des Nombreux récits à toutes les
personnages, qui sont créés pour époques où l’existence du
accomplir un destin : ils réalisent dans personnage prend son sens
l’imaginaire une vie avec un sens. à travers un récit initiatique.

Les récits engagés

Le conte Il s'agit souvent d'un récit plutôt bref, en Candide, de Voltaire.


philosophique prose et qui contient une morale. Il se
rapproche donc de l'apologue. On y trouve
des éléments merveilleux ou exotiques,
justifiant la dénomination de « conte ».
Le roman On qualifie de roman engagé une oeuvre Défense de principes
engagé de fiction, dans le genre du récit, qui défend moraux : Les Misérables, de
un certain nombre de principes, qu'ils Victor Hugo (parfois considéré
soient moraux, philosophiques ou religieux. comme roman à thèse)
Cette défense peut être implicite ou
explicite ; elle se manifeste généralement Défense de principes
par les expériences et les opinions des philosophiques : L'Etranger,
personnages. d'Albert Camus.
Le roman à Le roman à thèse est un roman écrit d'une Roman à thèse communiste :
thèse façon réaliste (c'est-à-dire sur un principe Les Beaux quartiers, de Louis
de vraisemblance et de reproduction de la Aragon.
réalité) qui se désigne au lecteur comme,
tout d'abord, porteur d'un enseignement, Roman à thèse contre le
afin de démontrer la validité d'une doctrine franquisme : L'Espoir, de
politique, philosophique ou religieuse Malraux.

© C. Guerrieri, 2008. Toute reproduction totale ou partielle sans accord préalable de l'auteur par écrit est interdite.
Les deux principaux types de récit

La nouvelle L’action de la nouvelle est simple, brève, « Qui sait ? », de


et centrée autour d’un seul événement dont Maupassant, nouvelle
on étudie les répercussions sur les fantastique.
personnages.
On ne connaît qu’un moment particulier de « Le Masque de la Mort
la vie du personnage. Rouge », de Edgar Allan Poe,
Les personnages secondaires n’existent nouvelle merveilleuse.
que par le personnage principal : ils lui
sont subordonnés. « Coup de gigot », de Roald
Le décor ne donne que des détails Dahl, nouvelle réaliste.
nécessaires pour le récit.
Le récit entretient le suspens jusqu’à la « Pauvre petit garçon », de
chute, c’est-à-dire une clôture soudaine du Dino Buzzati, nouvelle
récit qui créé un effet sur le lecteur. réaliste.

Le roman Le roman ne peut pas être défini. Des oeuvres aussi différentes
Les grandes catégorisations en genre ont été les unes des autres que
faites par Aristote, dans l’Antiquité grecque. celles qui suivent sont
Or, le roman est apparu plus tard : comme il pourtant toutes des romans :
n’appartient à aucune catégorie, il est
protéiforme, tout est permis et les auteurs, à L’Île Mystérieuse, J. Verne
travers les siècles, l’ont transformé, jusqu’à le Les Faux-Monnayeurs, Gide
destructurer totalement lors de « L’ère du Germinal, Zola
soupçon » au XXè. L’Amant, Duras
Ensemble, c’est tout, A.
Gavalda

A noter :

- Il existe de nombreux autres types de récits : le récit biographique ou autobiographique,


le récit de voyage, le récit épistolaire, etc. Mais ce type de récits obéit à des codes
particuliers qui ne sont pas inscrits dans les programmes actuels de lycée pour la plupart
des séries.

- Dans le roman, on distingue de nombreux sous-genres (appelés parfois genres, à ne pas


confondre avec les quatre grands genres) : le roman policier, le roman d’aventure, le
roman sentimental, le roman de fantasy (traduit, à tort, en français par « roman
fantastique » et qui devrait en fait s’appeler « roman merveilleux »), etc.

© C. Guerrieri, 2008. Toute reproduction totale ou partielle sans accord préalable de l'auteur par écrit est interdite.
Point de vue et narrateur

L’auteur L’auteur est la personne Honoré de Balzac, Alexandre


réelle qui écrit l’histoire. Dumas, Stendhal, Marcel
L’un des deux seuls cas où Proust...
auteur et narrateur se
confondent est
l’autobiographie.
Le narrateur interne Le narrateur interne est un Meursault, dans L’Etranger,
personnage du récit qui de Camus.
(ce type de récit est appelé raconte ce qu’il vit ou ce qu’il François, dans Le Grand
également « récit observe. Il peut être un Meaulnes, d’Alain-Fournier.
homodiégétique ») personnage principal ou
secondaire. On le repère
grâce au « je ».
Le narrateur externe, Le narrateur externe n’a Nombreux romans à travers
aucune réalité et aucune les siècles.
(ce type de récit est appelé présence (sauf dans le cas
également « récit de la métalepse narrative). La métalepse narrative est
hétérodiégétique ») Le récit est donc fait à la 3è une intervention directe du
personne, de façon narrateur (souvent juste une
impersonnelle. phrase) dans le récit. On la
trouve surtout dans les
romans du XIXè.
La focalisation zéro Le narrateur est omniscient,
c’est-à-dire qu’il sait tout Il est très important de savoir
ce qu’il se passe, mais que dans un même récit
aussi tout ce qui va peuvent coexister différents
se passer ou tout ce qui s'est types de focalisation.
déjà passé. Le
narrateur omniscient Chaque type de focalisation
connaît également permet de créer soit une
les pensées atmosphère particulière, soit
des personnages. de faire passer une réflexion
particulière.
La focalisation interne Le narrateur est souvent un A noter : l’utilisation des
personnage, le récit est vu types de discours (direct,
par son regard et au fur et à indirect, indirect libre) est
mesure qu’il découvre les souvent lié à l’une ou l’autre
événements. focalisation.
La focalisation externe Seuls les gestes et les
paroles des personnages
sont livrés ; le regard est
neutre et objectif sur l’action.

© C. Guerrieri, 2008. Toute reproduction totale ou partielle sans accord préalable de l'auteur par écrit est interdite.