Vous êtes sur la page 1sur 6

Où sont les mouvements féministes en

Bosnie-Herzégovine ?
Alors que les mouvements féministes de masse gagnent la plupart des pays d’Europe
occidentale, la Bosnie-Herzégovine semble imperméable à ce phénomène. À Banja
Luka, des associations militent pourtant activement sur le terrain pour faire bouger
les choses, mais quelle est leur influence ?

Légende : A quelques jours du 8 mars, une trentaine de femmes se sont rassemblées à


Banja Luka pour partager leurs expériences autour du féminisme. Crédit : Lucie de Perthuis

“Je n'ai jamais connu personne de féministe dans mon entourage", affirme Maida, 22 ans,
étudiante en français à l'université de Sarajevo. Dans les rues de la deuxième ville et
capitale de l’entité de la République Serbe de Bosnie-Herzégovine, les jeunes Bosniennes
font la moue à l’évocation des mots “sexisme” et “inégalités hommes/femmes”. “Je ne me
sens pas féministe, résume une passante. Je ne sais pas si j’ai été victime du sexisme, mais
je sais que dans le pays, on n’est pas sensible à ces questions”.

“Il n’y a pas de mouvement féministe en Bosnie-Herzégovine”

“Il n’y a pas de mouvement féministe en Bosnie-Herzégovine”, tranche Lana Jajcević,


co-fondatrice de l’association United Women, basée à Banja Luka. “Il n’y a que des réseaux,
des organisations de femmes qui se battent”. Le dos courbé, la femme d'une soixantaine
d'années se déplace entre les pièces étroites des locaux de l’association, affichant un large
sourire sur son visage marqué par le temps.

“Personne n’aime les violeurs en liberté”, peut-on lire sur une affiche rouge sang collée au
dos de la baie vitrée donnant sur la rue. Les murs sont recouverts de dizaines de classeurs,
renfermant les récits de vie des quelque 100.000 femmes qui ont sollicité l’aide de United
Women depuis sa création au sortir de la guerre, qui déchira le pays de 1992 à 1995.

4% des maires élus sont des femmes

Comme dans beaucoup de pays d’Europe, les inégalités entre les sexes sont visibles dans
toutes les sphères de la société. La sous-représentation politique est flagrante. Lors des
dernières élections municipales, seulement 4% des maires élus étaient des femmes. Sur le
marché du travail, les femmes sont surreprésentées dans le secteur des services. Leur taux
d’emploi est le plus faible des Balkans. Le Comité pour l’élimination de la discrimination à
l’égard des femmes du Haut Commissariat des droits de l’Homme de l’ONU estime que 84%
des femmes victimes de violences conjugales dans le pays gardent le silence.

Ces inégalités structurelles et systémiques sont toujours présentes et souvent tues. Sur les
réseaux sociaux comme dans les médias, aucun signe d’un #MeToo, #BalancetonPorc, ou
un hashtag similaire. La société semble imperméable à la vague de libéralisation de la
parole des femmes qui a déferlé sur l’Europe occidentale.

“Nous avons eu de grands mouvements féministes”

Masha Durkalić est une autrice et activiste bosnienne, qui est notamment derrière l’initiative
artistique et militante Žene BiH (Les femmes de Bosnie-Herzégovine). Le but : mettre en
avant le travail artistique, scientifique, politique et social des femmes dans l’histoire
bosnienne. “Nous avons eu de grands mouvements féministes, et c’est encore le cas”,
explique-t-elle, rappelant que par le passé, la région des Balkans fut marquée par des
mouvements féministes forts et fondateurs.

Elle mentionne notamment le Front Antifasciste des Femmes Yougoslaves. Pendant la


Seconde Guerre mondiale, elles étaient plus de 100.000 à prendre les armes aux côtés de
Tito et l’Armée populaire de Libération des détachements partisans de Yougoslavie. “En
défendant leur pays, elles se battaient pour l’émancipation des femmes. Ce serait donc
inexact et injuste d’affirmer qu’il n’y a pas eu de mouvements féministes en
Bosnie-Herzégovine”, poursuit la jeune activiste.

Yougonostalgie

La voix un brin teintée de Yougonostalgie, Lana Jajcević regrette parfois la situation des
femmes sous le régime communiste. “Tout n’était pas parfait, admet-elle, mais la situation
sociale des femmes était meilleure”. Un avis partagé par l’activiste Gordana Katana qui
estime que “la position globale de la femme était plus confortable”, sous le communisme.
“L’État veillait à ce que la femme puisse être mère et travailler”, relate-t-elle, concédant
toutefois que certaines ne seraient pas de son avis. “Si on compare les deux systèmes, on
peut dire qu’aujourd’hui l’égalité n’est effective que sur le papier”.

L’émancipation des femmes était effectivement un objectif affiché du nouvel ordre socialiste
après la Seconde guerre mondiale. La propagande diffusait des images de femmes dans
des bureaux de vote, à l’école, ou sur un tracteur. En réalité, elles restaient relativement
cantonnées à un rôle maternel, au nom de la “reproduction à tout prix”.

Les partis nationalistes, qui prennent le pouvoir après l’éclatement de la Yougoslavie,


mettent en avant une répartition genrée des fonctions sociales. Les hommes doivent
défendre la patrie au combat quand les femmes, “mères de la Nation”, trouvent leur place
dans les foyers.

(​https://www.cairn.info/revue-tumultes-2009-1-page-170.htm#re6no6​)

“Une évolution différente”

“Les mouvements féministes existent, ils sont simplement différents, et n’ont pas la même
portée. La culture de l’émancipation bosnienne n’a rien à voir celle des pays qui ont connu la
vague #Metoo”, justifie Masha Durkalic. La Bosnie-Herzégovine a été l’un des premiers pays
d’Europe à ratifier la Convention d’Istanbul, convention du Conseil de l'Europe sur la
prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique.
Mais sept ans plus tard, les objectifs sont loin d’être atteints. Si des lois ont bien été mises
en place, leur application est incertaine. “Nous avons un excellent cadre juridique”, reconnaît
Masha Durkalić, “mais en pratique, c’est loin d’être assez”.

“On s’est battues pour avoir des standards européens, mais le pays n’a pas assez d’argent,
et considère que la violence faite aux femmes relève plus du domaine privé que d’un réel
problème de société”, regrette de son côté Lana Jajcević, qui déplore également que les lois
adoptées dans le cadre de la ratification de la Convention d’Istanbul soient mal appliquées.
”Ce n’est pas une priorité pour le gouvernement, et la mentalité patriarcale domine encore.
L’idée qu’une femme est responsable des violences dont elle est victime persiste,
notamment dans le domaine judiciaire”, poursuit la cofondatrice de United Women.

Des cadeaux pour le 8 mars

Pour autant, Lana se dit témoin d’une évolution positive sur le terrain. Dans les années
2000, le droit bosnien a évolué pour reconnaître pénalement la violence conjugale. C’est
grâce au lobbying des associations de terrain que ce changement essentiel a pu opérer, et
donner lieu, une dizaine d’années plus tard à l’ouverture de ‘safe houses’ dans le pays. Des
foyers réservés aux femmes en danger, cogérés par les centres sociaux. Il en existe trois en
République Serbe de Bosnie-Herzégovine, et neuf dans tout le pays. Un nombre largement
insuffisant selon les activistes.
Autre signe d’une évolution positive observée par les militantes : cette année, Masha
Durkalić a constaté que de nombreuses campagnes mettaient en avant la réelle signification
de la journée internationale des droits de la femme, le 8 mars. La Bosnie-Herzégovine a été
une des premières régions du monde à officialiser la journée des femmes au début des
années 1920. Selon cette tradition héritée du socialisme, les femmes se voient offrir des
fleurs ou du chocolat. Cette année, les associations utilisent cette date pour sensibiliser aux
questions féministes et aux violences faites aux femmes.

“Unir la voix des femmes”

Pas de manifestations de masse comme dans les rues françaises, mais quelques
événements pour impliquer les femmes dans la lutte. Quelques jours avant le 8 mars, trois
associations locales ont ainsi invité les habitantes de Banja Luka à venir discuter des
questions féministes, au 12ème étage d’un immeuble qui surplombe la ville. Sur les affiches
de l’événement, le mot d’ordre est clair: “Le silence ne nous protègera pas”. Une trentaine
de Bosniennes se sont déplacées pour partager leurs expériences autour du féminisme, et
commencer à briser cette omerta.

Légende : Trois associations bosniennes sont à l’initiative de cette rencontre. Crédits : Lucie
de Perthuis

“Il faut trouver un moyen d’unir la voix des femmes !”, scande Selma Hadžić, une des
activistes qui anime le débat. “Parler des violences, c’est considéré comme une honte pour
les femmes de notre pays ! Dire que je souffre, c’est résister à la violence”, s’insurge-t-elle
devant un parterre attentif de femmes de tout âge.

légende : “Le silence ne nous protègera pas”, slogan de la campagne lancée notamment par
l’association féministe Ostra Nula, qui organise le forum de discussion. Crédit : Lucie de
Perthuis

“Il faudrait plus d’événements pour être entendues”

“Pour atteindre un grand mouvement féministe, il faut des années de travail sur les
stéréotypes, les préjugés”, considère Lana Jajcević qui rappelle que la société est en pleine
transition. “Nous ne sommes pas encore un pays libéral”. Elle explique également que dans
le pays, les féministes sont associées à la figure de sorcière : “Elles souffrent d’une image
négative. Elles représentent un danger pour le modèle traditionnel”.

De son côté, l’activiste Gordana Katana regrette que peu de femmes soient prêtes à
s’engager. “C’est un combat difficile, et certaines femmes s’interrogent sur nos
revendications, puisque nous sommes égaux au regard de la loi”. Elle considère que ces
réseaux associatifs, qui ont largement fait avancer la cause, restent cependant trop faibles
pour initier de réelles politiques d’émancipation. “Il faudrait bien plus que quelques
événements par an pour être vraiment entendues”, assure celle qui a fondé à Banja Luka en
2017 le tout premier festival féministe du pays, “BLASFEM”.
Légende : Le festival féministe BLASFEM, lancé en 2017, a été cofondé par l’activiste
Gordana Katana. Crédit : Peđa Radojević

“Nous avons nos propres Simone de Beauvoir”

Pour Masha Durkalić, il est essentiel de faire exister les femmes dans l’histoire de la région.
“Nous avons nos Simone de Beauvoir”, sourit la militante, qui regrette que les femmes aient
été invisibilisées à travers l'histoire, privant les jeunes générations de figures féminines
auxquelles s’identifier. Son livre, qui retrace la vie de cinquante femmes qui ont changé
l’histoire des Balkans, s’est très bien vendu en Bosnie-Herzégovine. “Je veux faire exister
les femmes dans la culture bosnienne. Il s’agit juste de les encourager à investir un espace
qui leur appartient”, conclut-elle, optimiste. Le 8 mars à Banja Luka, certaines femmes ont
une rose à la main. D’autres l’auront remplacée par des pancartes, bien décidées à faire
entendre leur voix, et peut être, à marquer l’histoire.