Vous êtes sur la page 1sur 3

Chirurgie de la main 22 (2003) 43–45

www.elsevier.com/locate/chimai

Article original

Le test de Finkelstein contre le test de Brunelli dans


la tenosynovite de De Quervain
Finkelstein’s versus Brunelli’s test in De Quervain tenosynovitis
G. Brunelli a,b,*
a
Via Campiani, 77, 25060 Cellatica, Italie
b
Service d’orthopédie villa Serena Città S’Angelo Pescara, Fondazione ricerca midollo spinale, via Galvani 26, Brescia, Italie
Reçu le 4 décembre 2002 ; accepté le 5 décembre 2002

Résumé

Ce court article vise a démontrer que le test de Finkelstein1 pour la tenosynovite de De Quervain est insuffisant étant basé sur un concept
incorrect. En effet, avec le test de Finkelstein, on provoque un frottement des tendons du 1er compartiment contre le radius tandis que
l’inflammation et le conflit se produisent primitivement entre les tendons et la poulie (dont l’ouverture amène la guérison). Le test de Brunelli
provoque la friction des tendons contre la poulie et il est donc pathognomonique.
© 2003 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.

Abstract

This short paper demonstrates that the Finkelstein’s test in De Quervain’s tenosynovitis is based on an incorrect assumption. The correct
basis for a pathognomic manoeuvre in De Quervain is the provocation of tendons attrition of the first wrist dorsal compartment against their
pulley which elicits pain. The Brunelli’s test induces this friction and pain by asking the patient to hardly abduct the thumb with the wrist in
radial deviation.
© 2003 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. All rights reserved.

Mots clés : De Quervain ; Test de Filkelstein ; Test de Brunelli ; Ténosynovite du 1er compartiment

Keywords: De Quervain; Finkelstein’s test; Brunelli’s test; First compartment Tenosynovitis

1. Introduction J’ai toujours considéré le test de Finkelstein comme trom-


peur parce qu’il « tire » sur les tendons mais ne provoque pas
Dans un récent article sur la ténosynovite de De Quervain la friction des tendons contre la poulie et il peut amener à un
[2], Le Viet dit que le test de Finkelstein est théoriquement diagnostic incorrect et par conséquent à des indications chi-
pathognomonique puisqu’il met en tension les tendons dor- rurgicales imprécises.
saux du pouce.
Cette affirmation m’a troublé une fois de plus. En effet,
dans la littérature, certains auteurs considèrent que ce test est
correct pour le diagnostic de la maladie de De Quervain mais, 2. Discussion
de plus en plus d’auteurs ne sont pas d’accord.
Récemment, est paru un article [3] dont le titre était :
* Auteur correspondant. « Finkelstein’s test: a descriptive error that can produce
Adresse e-mail : brunell.g@dracmanet.it (G. Brunelli). false positive ». Plusieurs auteurs ont déclaré que le test de
1
Finkelstein H. Stenosing tendovaginitio of the radial styloid process. Finkelstein n’est pas pathognomonique [3–11 et plusieurs
JBJS; 1930; S09-540 [1] autres].
© 2003 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés.
DOI: 1 0 . 1 0 1 6 / S 1 2 9 7 - 3 2 0 3 ( 0 2 ) 0 0 0 0 5 - 7
44 G. Brunelli / Chirurgie de la main 22 (2003) 43–45

Fig. 1. Test de Finkelstein : le pouce est en contact avec l’auriculaire, la main est portée en déviation cubitale. Ainsi, les tendons du 1er compartiment sont étirés
et appliqués contre le plancher du compartiment tandis que l’attrition contre la poulie est diminuée, même éliminée.

Fig. 2. Test de Brunelli : la main est maintenue en déviation radiale et on demande au patient d’étendre le pouce en abduction avec force. Par cette manœuvre
on provoque la douleur (parfois avec un cri) dû au frottement des 2 formations anatomiques enflammées : les tendons et la poulie.
G. Brunelli / Chirurgie de la main 22 (2003) 43–45 45

J’ai toujours considéré que la manœuvre employée pour le une friction lors de l’extension–abduction du pouce, qui
test de Finkelstein (proposée par Eichoff et popularisée par provoque une douleur très vive, souvent avec un cri.
Finkelstein, comme a correctement écrit Foucher) n’était pas J’ai employé ce test pendant 30 ans et je l’ai trouvé
correct et a partir de années 1970 j’ai employé une manœuvre vraiment pathognomonique (100/100 positif dans ma prati-
différente publiée en 1984 [12]. En effet, dans la ténosyno- que) tandis que la manœuvre de Finkelstein pratiquée par
vite de De Quervain, la douleur est due à la friction des comparaison m’a donné souvent des faux positifs et négatifs.
tendons du 1er compartiment contre la poulie. Le test de En plus, la douleur dépendant de lésions ligamentaires
Finkelstein qui amène le pouce en flexion contre la base de n’est pas provoquée par mon test. C’est pour cela que je
l’auriculaire et force le poignet en déviation cubitale a pour recommande de l’employer à la place de celui de Finkelstein
but de tirer sur les tendons de l’abducteur long et de l’exten- dans le diagnostic de la ténosynovite de De Quervain.
seur court du pouce.
Avec cette manœuvre (Fig. 1), les tendons sont appliqués
contre le plancher du compartiment et éloignés de la poulie Références
tandis que le ligament collatéral radial aussi bien que le
ligament scapho-trapézien et le 1er ligament carpo- [1] Finkelstein H. Stenosing tendovaginitis of the radial styloid process.
JBJS 1930;12:509–40.
métacarpien sont étirés et peuvent provoquer des douleurs [2] Le Viet D. Ténosynovite de De Quervain. Maîtrise Orthopédique
qui n’ont rien a voir avec la ténosynovite de De Quervain. 2002;114:10–1.
En plus, les tendons sont frottés contre le plancher du [3] Elliot BG. Finkelstein’s test, A descriptive error than can produce a
compartiment et peuvent évoquer une douleur dépendant false positive. J Hand Surgery 1992;17b:481–2.
[4] Foucher G. Ténovaginite de De Quervain. In: Allieu Y, Simon L,
d’une styloïdite radiale (laquelle est à vrai dire exception-
editors. Pathologie Tendineuse de la main. Paris: Masson; 1989. p.
nelle). 140–55.
C’est pour cela que j’employé depuis 30 ans une autre [5] Vastamaki M. Extra-articular etiologies in wrist pain. In: Watson HK,
manœuvre qui est vraiment pathognomonique en provoquant Weinzweig J, editors. The wrist. Philadelphia: Lippincot Williams and
la friction des tendons contre la poulie. Wilkins; 2001. p. 95–106 and 103-104.
[6] Weinzweig J, Watson HK. Examination of the wrist. In: Watson HK,
C’est la poulie qui est la formation anatomique où siège Weinzweig J, editors. the Wrist. Philadelpha: Lippincot Williams and
l’inflammation, à la suite de stress répétés. En outre, il y a Wilkings; 2001. p. 47–59.
souvent dans la poulie des anomalies comme la présence de [7] Whiting J www.med.med.nodak: edu/users. De Quervain’s tenosyno-
plusieurs tendons de l’abducteur long du pouce. Cela est vitis, sign and symptoms, 2002.
démontré d’autre part par la guérison obtenue en coupant la [8] Connolly WB. Disorders of tendons and tendon sheaths. In: Con-
nolly WB, editor. Atlas of Hand Surgery. New York: Churchill
poulie. Livingstone; 1997. p. 325–30.
Mon test est pratiqué en mettant le poignet en abduction [9] Hooper G. Stenosing tenosynovitis. In: Lamb DW, Hooper G,
(déviation radiale) avec l’avant-bras en pronosupination neu- Kukzynski K, editors. The practice of hand surgery. 2nd ed. Oxford:
tre et en demandant au patient d’étendre avec force le pouce Blackwell; 1989. p. 649–56.
en abduction (Fig. 2). Par cette manœuvre, les tendons du [10] Karaoguz A. Tendon Sikismalari. In: Ege R, El Cerramisi, editors.
Ankara Turk Mava Kurmun Basitevi. 1991. p. 373–5.
long abducteur et ce du court extenseur du pouce tendent à [11] Murtagh J. De Quervain’s tenosynovitis and Finkelstein’s test. Aust
faire une corde d’arc dans l’angle formé par l’abduction de la Fam Physician 1989;18:1552–3.
main. Les tendons sont donc appliqués contre la poulie avec [12] Monini L. Semeiotica della Mano. Bologna, Gaggi ed; 1984. p. 70–1.