Vous êtes sur la page 1sur 5

Liban 2016.

Enseignement spécifique
EXERCICE 1 (4 points) (commun à tous les candidats)

On considère un solide ADECBF constitué de deux pyramides identiques ayant pour base commune le carré ABCD
de centre I. Une représentation en perspective de ce solide est donnée en annexe (à rendre avec la copie). Toutes
les arêtes sont de longueur 1.
! −−→ −−→ −−→"
L’espace est rapporté au repère orthonormé A ; AB , AD, AK .

2
1) a) Montrer que IE = . En déduire les coordonnées des points I, E et F .
2
⎛ ⎞
0
b) Montrer que le vecteur − →
n⎝ √ −2 ⎠ est normal au plan (ABE).
2
c) Déterminer une équation cartésienne du plan (ABE).
2) On nomme M le milieu du segment [DF ] et N celui du segment [AB].
a) Démontrer que les plans (F DC) et (ABE) sont parallèles.
b) Déterminer l’intersection des plans (EM N ) et (F DC).
c) Construire sur l’annexe (à rendre avec la copie) la section du solide ADECBF par le plan (EM N ).

http ://www.maths-france.fr 1 c Jean-Louis Rouget, 2016. Tous droits réservés.



ANNEXE à compléter et à remettre avec la copie

EXERCICE 1

D
C
I
A
B

http ://www.maths-france.fr 2 c Jean-Louis Rouget, 2016. Tous droits réservés.



Liban 2016. Enseignement spécifique
K

D
C
I
A B

1) a) Les
! " points A et C ont pour coordonnées respectives (0, 0, 0) et (1, 1, 0). Donc le point I a pour coordonnées
1 1
, , 0 . Par suite,
2 2
! "2 ! "2
1 1 2 1 1 1
AI 2 = −0 + − 0 + (0 − 0) = + = .
2 2 4 4 2
La droite (IE) est perpendiculaire au plan (ABC) et donc la droite (IE) est orthogonale à toute droite de ce plan.
En particulier, la droite (IE) est orthogonale à la droite (AI). D’après le théorème de Pythagore dans le triangle
AEI, rectangle en I,
1 1
IE 2 = AE 2 − AI 2 = 1 − = ,
2 2

1 2
puis IE = √ = .
2 2
! "
1 1
On a vu que le point I a pour coordonnées , ,0 et donc, les points E et F ont pour coordonnées respectives
2 2
# √ $ # √ $
1 1 2 1 1 2
, , et , ,− .
2 2 2 2 2 2
# √ $
−−→ −→ 1 1 2
b) Les vecteurs AB et AE ont pour coordonnées respectives (1, 0, 0) et , , . On note que ces vecteurs ne sont
2 2 2
pas colinéaires (en analysant leur deuxième coordonnée).


→ −−→ √ →
− −→ 1 1 √ 2 2
n .AB = 0 × 1 − 2 × 0 + 2 × 0 = 0 et n .AE = 0 × − 2 × + 2 × = −1 + = 0.
−−→ 2−→ 2 2 2
Le vecteur −

n est donc orthogonal aux vecteurs AB et AE qui sont deux vecteurs non colinéaires du plan (ABE). On
en déduit que le vecteur −

n est un vecteur normal au plan (ABE).
√ &
c) Le plan (ABE) est le plan passant par A(0, 0, 0) et de vecteur normal −
→ %
n 0, −2, 2 . Une équation cartésienne du
√ √ √
plan (ABE) est donc −2y + 2z = 0 ou encore − 2y + z = 0 après division des deux membres de l’équation par 2.

http ://www.maths-france.fr 1 c Jean-Louis Rouget, 2016. Tous droits réservés.



2) a)

D
C
I
A N B

# √ $
1 1 2 −−→
Les points D, F et C ont pour coordonnées respectives (0, 1, 0), , ,− et (1, 1, 0). Le vecteur DC a pour
2 2 2
# √ $
−−→ 1 1 2
coordonnées (1, 0, 0) et le vecteur DF a pour coordonnées ,− ,− .
2 2 2
! " # √ $

− −−→ √ →
− −−→ 1 1 √ 2
n .DC = 0 × 1 − 2 × 0 + 2 × 0 = 0 et n .DF = 0 × − 2 × − + 2× − = 0.
2 2 2
−−→ −−→
Le vecteur −
→n est orthogonal aux vecteurs DC et DF qui sont deux vecteurs non colinéaires du plan (F DC). On en
déduit que le vecteur −→
n est un vecteur normal au plan (F DC).


Puisque le vecteur n est aussi un vecteur normal au plan (ABE), on a montré que les plans (F DC) est (ABE) sont
parallèles.
b) Puisque le point N n’est pas dans le plan (F DC) et que le point M est dans le plan (F DC), les plans (EM N ) et
(F DC) sont sécants en une droite (∆) passant par M .
Puisque les plans (ABE) et (F DC) sont parallèles, le plan (EM N ) coupe les plans (ABE) et (F DC) suivant deux
droites parallèles. La droite (∆) est donc la parallèle à la droite (EN ) passant par M .

http ://www.maths-france.fr 2 c Jean-Louis Rouget, 2016. Tous droits réservés.



K

D
C
I
A N B

c) Construction. On note P le point d’intersection de la droite (∆) de la question précédente et de la droite (DC).
Pour obtenir la section du plan (ABF ) par le plan (EM N ), on a tracé la parallèle à la droite (P E) passant par N .

D P
C
I
A N B

http ://www.maths-france.fr 3 c Jean-Louis Rouget, 2016. Tous droits réservés.