Vous êtes sur la page 1sur 2

Urbanisation

L'urbanisation est un mouvement historique de transformation des formes de la


société que l'on peut définir comme l'augmentation de ceux qui habitent en ville par
rapport à l'ensemble de la population. L'urbanisation est faite de préférence autour de
villes existantes, généralement dans des territoires jugés attractifs (εδάφη κρινόμενα
ελκυστικά) ou pour des raisons culturelles et historiques (capitales) ou religieuses (La
Mecque, Lourdes..), ou sur des zones commercialement, industriellement ou
militairement stratégiques (ex : bases militaires). Certaines ‘villes champignons’ sont
nées autour de ports (λιμάνια) et d'industries positionnées (τοποθετημένες) autour de
ressources minérales (πηγές ορυκτών), énergétiques ou humaines (main d'oeuvre bien
formée, et/ou bon marché [καλά καταρτισμένο και/ή φθηνό ανθρώπινο δυναμικό]).

L'urbanisation présente un caractère exponentiel (εντεινόμενο) (nettement avéré


[ξεκάθαρα επαληθευμένο] depuis les années 1800) qui semble être vécu comme une
fatalité (μοιραίο γεγονός) par la plupart des gouvernements et aménageurs (αυτοί που
διαχειρίζονται ένα ζήτημα/μια κατάσταση).

Les raisons de l'urbanisation


De nombreux facteurs historiques, politiques et socioculturels peuvent expliquer
l'urbanisation croissante :

L'exode rural (η φυγή από την επαρχία) et le développement d'une société tournée
vers l'industrie et les services ont fait des centres urbains la source principale d'emploi
salarié. L'attrait culturel et politique des villes (τα πολιτιστικά και πολιτικά θέλγητρα),
en particulier des capitales, encourage l'arrivée de nouveaux habitants, malgré des
hausses chroniques de loyers et de prix du foncier (αξία της γης). Ce prix encourage
une densification (πύκνωση) des constructions et l'exploitation du sous-sol
(εκμετάλλευση του υπεδάφους) (stationnements, garages et commerces parfois).

Les décisions politiques relatives à l'aménagement du territoire (διαχείριση του


εδάφους) encadrent (πλαισιώνουν) le développement des villes existantes ou créent ex
nihilo (εκ του μηδενός) des villes nouvelles. Le plan d'occupation des sols (ou POS)
ou le plan local d'urbanisme (ou PLU) et le PADD, sont en France les principaux
outils permettant aux collectivités (στους οργανισμούς τοπικής αυτοδιοίκησης)
d'appliquer ces politiques. Les techniques d'urbanisme orientent durablement
l'occupation de l'espace dans les villes, les élus (οι εκλεγμένοι) et techniciens étant par
ailleurs confrontés à (αντιμέτωποι σε) de nombreuses pressions contradictoires
(αντιφατικές) des habitants, commerçants, industriels, aménageurs, etc.

L'attrait touristique de certaines régions très ensoleillées, enneigées en hiver ou


proches de la mer a conduit au développement d'un habitat dense (πυκνής δόμησης).
On parle de mitage (υπερ-δόμηση) ou d'étalement urbain (αστική εξάπλωση), voire de
bétonnage (τσιμεντοποίηση) du littoral (των παράλιων περιοχών) pour décrire une
occupation progressive et inéluctable (αναπόφευκτη) de certaines vallées et littoraux.
Le terme de baléarisation désigne par exemple la construction d'immeubles
fonctionnels sur l'intégralité (στο σύνολο) du front de mer pour accueillir de façon
massive les touristes. L'urbanisation détruit alors le paysage même qui l'a fait naître.

Urbanisation et consommation de ressources


La ville est un important consommateur d'espace, souvent des terres riches en zones
alluviales (ζώνες με προσχώσεις) et sur les littoraux, et de ressources non
renouvelables (μη ανανεώσιμες πηγές) nécessaires pour sa construction, son entretien
(τη συντήρησή της) et ses fournitures en énergie (και τις προμήθειές της σε ενέργεια).
De plus, elle évacue des flux continus de déchets solides et liquides (αδειάζει
συνεχείς ροές στερεών και υγρών αποβλήτων) qui polluent et monopolisent l'espace.
Ainsi la croissance urbaine (η αστική ανάπτυξη), l'étalement urbain et la
périurbanisation (αστικοποίηση των περιοχών γύρω από πόλεις) posent de nombreux
problèmes écologiques.