Vous êtes sur la page 1sur 2

L’ADRC

LES FILMS DU LOSANGE


présentent

Que sait-on d’Éric Rohmer, mis à part


qu’il semble incarner une manière très
française de faire du cinéma ?
Le public connaît quelques titres.
Il lança quelques acteurs, qui ont fait leur
chemin sans lui. Mais sait-on par exemple
que l’ensemble de ses vingt-cinq longs
métrages ont attiré en France plus de
8 millions de spectateurs ?
Sait-on même qu’un autre homme,
Maurice Schérer, se cachait derrière
le pseudonyme d’Éric Rohmer ?
RÉTROSPECTIVE
Cet homme si secret, qui s’inventait
EN 6 FILMS
un double pour garder l’anonymat
sur sa vie privée, est enfin dévoilé
dans une biographie alors que
plusieurs de ses films sont de retour
au cinéma en versions restaurées.

LA COLLECTIONNEUSE MA NUIT CHEZ MAUD LE GENOU DE CLAIRE PERCEVAL LE GALLOIS


France - 1967 - 1h30 France - 1969 - 1h50 France - 1970 - 1h45 France - 1978 - 2h18
noir et blanc - DCP noir et blanc - DCP couleur - DCP - VISA : 37233 couleur - DCP - VISA : 48375
VISA : 32239 VISA : 35168 Un film d’Éric Rohmer Un film d’Éric Rohmer
Un film d’Eric Rohmer Un film d’Éric Rohmer Scénario : Eric Rohmer Scénario : Éric Rohmer,
Scénario : Eric Rohmer Scénario : Éric Rohmer, Montage : Cécile Decugis d’après l’oeuvre originale de
Image : Nestor Almendros d’après une idée originale Chrétien de Troyes
d’Alfred de Graaf Image : Nestor Almendros
Montage : Jackie Raynal Image : Nestor Almendros
Image : Nestor Almendros Production : Les Films du
Musique : Blossom Toes et Losange Musique : Guy Robert
Giorgio Gomelsky Montage : Cécile Decugis Montage : Cécile Decugis
Interprétation :
Production : Décors : Nicole Rachline Jean-Claude Brialy, Son : Jean-Pierre Ruh
Les Films du Losange Son : Jean-Pierre Ruh, Aurora Cornu, Production : Les Films du
Avec Haydée Politoff,Comme la plupart des Contes moraux, Jacques Maumont Clermont-Ferrand sous la neige, et Marie- Béatrice Romand, Grâce à l’impact inespéré de Ma nuit Losange Aucun film mieux que Perceval, peut-être,
Patrick Bauchau, La Collectionneuse est la reprise cinéma- Production : Christine Barrault dont les yeux brillent à Laurence de Monaghan, chez Maud aux États-Unis, grâce aux ne déploie le système des arts cher à Roh-
Michèle Montel, Interprétation :
Daniel Pommereulle, tographique d’une nouvelle écrite vingt ans Les Films du Losange la messe de Noël. Françoise Fabian, qui se entrées à la Columbia de Pierre Cottrell Fabrice Luchini, mer, tel qu’il l’a ébauché dans ses écrits. Il
Gérard Falconetti,
Seymour Hertzberg plus tôt. Comme dans La Carrière de Interprétation : laisse aller au cœur de la nuit. Antoine Vitez (qui prend le relais de Barbet Schroeder André Dussollier, s’y livre en effet à une anthologie de toutes
Fabrice Luchini
Version restaurée 2K Suzanne, Rohmer y oppose deux types mas- Jean-Louis Trintignant, improvisant une relecture marxiste du pari pour produire les deux derniers Contes Solange Boulanger, les pratiques esthétiques, représentées
avec le soutien du CNC culins (le Don Juan et l’indécis), autour d’une Françoise Fabian, de Pascal... Ces images et ces mots sont Prix Louis Delluc, 1971 moraux), Rohmer tourne Le Genou de Arielle Dombasle, dans leur état archaïque et que seul le
figure féminine mystérieuse et qui met en Marie-Christine Barrault, devenus célèbres, mais ils reviennent de loin. Version restaurée 2K Claire dans des conditions presque Clémentine Amouroux, cinéma pourrait dépoussiérer. À l’origine,
échec leur machisme. Mais en l’occurrence, Antoine Vitez D’un court texte écrit en 1944, et où dans les avec le soutien du CNC luxueuses : pour la première fois, il se Marie-Christine Barrault Le Conte du Graal, dont Rohmer retra-
il dissimule cette thématique personnelle parages de la Rue Monge (le premier titre), permet d’utiliser un rail de travelling Version restaurée 2K duit les octosyllabes médiévaux dans une
sous l’observation d’un microcosme : les un garçon espionnait les allées et venues et d’avoir un photographe de plateau. avec le soutien du CNC langue plus familière, tout en s’efforçant de
nouveaux dandys des années soixante, d’une inconnue. Devenue par la suite La Fille Pour l’essentiel, il reste fidèle à son conserver leur musicalité. Une musicalité
dont l’élitisme arrogant vient réincarner à bicyclette dans une version intermédiaire économie, en faisant camper sa petite que viennent prolonger les interventions
celui des Hussards des années quarante. du scénario, conçu par Rohmer comme le équipe en colonie de vacances au bord d’un chœur. Cependant que les acteurs
Il choisit trois jeunes gens croisés dans les troisième de ses Contes moraux. Le tournage du lac d’Annecy. Il réitère l’expérience déambulent dans un espace circulaire (qui
mondanités, dont l’artiste conceptuel Daniel n’aura pourtant lieu qu’après celui de inaugurée avec La Collectionneuse, et évoque la naissance du théâtre au Moyen
Pommereulle. Il les isole dans une villa, il La Collectionneuse. Le temps que François qui consiste à faire jouer ses acteurs Âge), et privé de toute perspective, pour
les invite à utiliser leurs propres mots et Truffaut réunisse les producteurs, prêts à avec leur vrai vocabulaire, leur person- mieux rester fidèle à l’optique de la peinture
il les regarde se déchirer à belles dents. soutenir ce projet. Le temps, également, que nalité. Surtout, sous le masque souriant romane. Difficilement financé et tièdement
Cette dimension “documentaire”, mêlée à la soit disponible Jean-Louis Trintignant à qui de Jean-Claude Brialy, il poursuit un accueilli, Perceval reste une passionnante
beauté des corps et des images de Nestor Rohmer tient à confier le rôle principal. Le Contes moraux autoportrait imaginé vers 1950. C’est interrogation sur les pouvoirs du septième
Contes moraux Almendros, vaudra à La Collectionneuse un succès public et critique de Ma nuit chez Maud celui d’un ogre affamé de chair fraîche - art. On y voit se constituer une jeune troupe
(1963-1972) succès de curiosité. C’est la première fois devra beaucoup à ses interprètes. Et sans mais qui, en se contentant de toucher le (Fabrice Luchini, Arielle Dombasle...), qui va
Contes moraux Littérature et Histoire
(et certes pas la dernière) que Rohmer est doute à une nostalgie du frisson religieux, en genou de l’adolescente désirée, prend le irriguer les films de Rohmer pour les vingt
en phase avec l’air du temps. NH marge des convulsions de mai 68. NH chemin de la sublimation artistique. NH années à venir. NH

ÉRIC ROHMER ou le pari sur le cinéma PAULINE À LA PLAGE CONTE D’ÉTÉ


D
France - 1983 – 1h35 France - 1996 - 1h53
e son vrai nom Maurice Schérer, Éric Rohmer est né à Tulle le 21 Il s’agit d’un véritable pari sur un mode d’expression encore en devenir. couleur - DCP - VISA : 69707
couleur - DCP - VISA : 56163
mars 1920. Il est dès l’enfance un grand amoureux de la littérature, Avec une rigueur absolue, Rohmer en tirera toutes les conséquences. Version restaurée. Version restaurée.
celle de Jules Verne ou de la Comtesse de Ségur. Plus tard, alors qu’il Et d’abord dans son œuvre de cinéaste pédagogique, qui s’inscrit dans Un film d’Éric Rohmer
Un film d’Éric Rohmer
est monté à Paris pour préparer le concours de l’Ecole Normale Supé- la continuité de son travail critique. Après avoir dirigé de 1957 à 1963 la
Scénario : Éric Rohmer Scénario : Éric Rohmer
rieure, il découvre La Comédie humaine de Balzac qui restera pour lui rédaction des Cahiers du cinéma, il revient par un détour à son premier
Image : Nestor Almendros Image : Diane Baratier
une constante référence. métier d’enseignant : jusqu’en 1970, il réalisera une vingtaine de films
pour la télévision scolaire. Certaines de ces émissions sont d’ailleurs Musique : Jean-Louis Valéro Montage : Mary Stephen
C’est donc tout naturellement comme écrivain qu’il fait ses débuts
en 1946, en publiant chez Gallimard un roman intitulé Elisabeth. Son consacrées aux cinéastes qu’il admire, Louis Lumière ou Jean Renoir. Montage : Cécile Decugis Son : Pascal Ribier
style expérimental ne rencontre que peu d’écho, et ses plus classiques D’autres (Perceval ou le Conte du Graal en 1964, Entretien sur Pascal Son : Georges Prat Production :
Contes moraux, écrits dans la foulée, seront refusés par son éditeur. en 1965) préfigurent ses futurs longs métrages de fiction. Production :
Les Films du Losange,
La Sept-Arte
Déçu dans ses rêves de carrière littéraire, Maurice Schérer a soudain la Perceval, justement. Durant de longues années, Rohmer rêve de porter Les Films du Losange
Friponnes de porcelaine. C’est ainsi que Interprétation : Conte d’hiver mettait en scène une jeune
révélation d’un territoire qu’il n’a jusque-là abordé que distrai- à l’écran le texte de Chrétien de Troyes, chef-d’œuvre Interprétation :
s’intitulait une continuité dialoguée écrite Melvil Poupaud, femme balançant entre trois hommes.
tement. En voyant Stromboli de Roberto Rossellini inachevé de la littérature française du Moyen Âge. Il y Amanda Langlet,
par Rohmer dans les années cinquante, Amanda Langlet, Conte d’été fait le portrait d’un garçon qui
(1950), il prend conscience de la grandeur du cinéma, parvient non sans mal en 1978, en réalisant Arielle Dombasle,
Pascal Greggory, et dont il destinait le rôle principal... à Aurélia Nolin, hésite entre trois filles : l’idéale (Léna), la
où se conjuguent un réalisme inédit et le renouveau Perceval le Gallois : un film qui sera jugé difficile, Gwenaëlle Simon
Feodor Atkine, Brigitte Bardot. Un quart de siècle après, sensuelle (Solène), et la confidente (Mar-
d’une foi chrétienne. Car il est aussi un catholique mais qui exprime à merveille son parti pris d’adapta-
Simon de La Brosse sous le titre Loup y es-tu ? (qui ne devien- Sélection Officielle, got). Sur les plages de Dinard, ces trois
militant. Mais dont le militantisme va essentiellement teur et d’historien. Défenseur d’un réalisme intégral, Festival de Cannes 1996 jeunes gens dissertent de leurs senti-
Ours d’argent du dra que plus tard Pauline à la plage), il
passer, tout au long des années cinquante, par l’utopie le cinéaste se refuse à reconstituer la couleur locale
meilleur réalisateur, reprend ce canevas pour en accentuer ments, et d’un improbable embarquement
cinéphile. Aux Cahiers du cinéma (où il rejoint son père d’une époque sur un mode plus ou moins pittoresque.
Festival de Berlin 1983 le caractère théâtral : réunis dans une pour Cythère (que figure l’île d’Ouessant).
spirituel André Bazin), il développe une théorie très Ce sont les traces esthétiques d’une époque (écriture,
villégiature de vacances, trois préda- Comme il le faisait déjà trente ans plus tôt
structurée. Elle repose sur quelques intuitions fonda- peinture, musique...) qu’il entend restituer à la lettre.
teurs mâles et leurs proies féminines se avec La Collectionneuse, Rohmer semble
mentales, auxquelles il demeurera toujours fidèle. En Comme si son cinéma recherchait sa vitalité au cœur
déchirent à belles dents, se trompent et s’effacer pour faire voir une génération
premier lieu, la croyance à l’espace filmique comme à d’un mausolée des arts. Ici, c’est l’austère métrique de
le Gallois se jalousent. Autour d’un malentendu très éloignée de lui. Il cultive la confusion
un espace homogène, indépendant des artifices du mon- Perceval l’âge roman et sa picturalité sans perspective. Là, ce sont les grands
digne de Feydeau, on entend se déchaîner entre l’acteur-musicien qu’est Melvil
tage. Ensuite, le privilège accordé au langage, en tant qu’élément deve- peintres romantiques allemands et la gestuelle excessive du théâtre
une cacophonie d’opinions, comme si le Poupaud et son personnage de Gaspard,
nu essentiel de l’écriture cinématographique. Enfin et surtout, Maurice larmoyant (La Marquise d’O...). Quelques années plus tard, ce seront
langage avait renoncé à rendre compte de guitariste à son tour et compositeur en
Schérer (qui signe de plus en plus souvent Éric Rohmer) s’attache à les tableaux vivants inspirés par la Révolution française (L’Anglaise et
la réalité (“Qui trop parole, il se mesfait”, devenir. Il va même jusqu’à inscrire des
définir un système des arts où le septième, d’entre eux occuperait le Duc). À chaque fois, on pourrait parler d’un effet de carte postale un
disait déjà Chrétien de Troyes, cité au parenthèses documentaires au beau mi-
une place cruciale et presque rédemptrice. C’est le thème d’une série peu jaunie. Rohmer choisit d’adapter une œuvre passée de mode, ou
début du film). La beauté pourtant se fraie lieu de la fiction (la genèse de la chanson
d’articles baptisée “Le celluloïd et le marbre” (1955), où il passe en malaisée à déchiffrer pour le public du XXème siècle. Une œuvre elle-
un chemin à travers ce labyrinthe : celle écrite par Gaspard pour sa Dulcinée). À
revue les différentes formes de la modernité artistique. Une modernité même située au déclin d’un monde, qu’il s’agisse de l’Ancien Régime
des corps et des visages des interprètes. travers tous ces détours, c’est peut-être le
qu’il juge essoufflée, ou enfermée dans un excès d’abstraction, là où le ou de l’ancienne culture chevaleresque. Il accentue les marques de Contes des quatre saisons film le plus autobiographique de Rohmer.
Celle du cinéma tout court, qui le temps
cinéma au contraire nous fait retrouver la beauté du monde en même désuétude. C’est à ce prix que peut se produire le miracle, qui est celui- Comédies et proverbes (1990-2000)
d’un plan ravive des épiphanies venues de Celui qui raconte le mieux la naissance
temps que sa dimension spirituelle. là même de l’incarnation cinématographique. (1981-1987) Murnau ou de Matisse. NH d’une vocation. NH

É
Ce document est édité par l’Agence pour
ric Rohmer croit décidément au cinéma, comme à une nouvelle singularité de chaque personne, à son vécu, à son langage, qui viennent
vie donnée aux formes et aux figures des temps passés. Pour
autant, le cinéma n’a pas toujours cru en lui. En 1952, il a dirigé dans
brouiller les frontières entre réalité et fiction.
Pour écrire ses dialogues, Rohmer se livre en effet à de longues conver-
ÉRIC ROHMER BIOGRAPHIE le Développement Régional du Cinéma
(ADRC) en partenariat avec Les Films
du Losange avec le soutien du Centre
des conditions précaires un long métrage qui aurait pu être le début de sations avec ses jeunes interprètes féminines. Au cœur de ses récits, il Eric Rohmer par Antoine de Baecque et Noël Herpe National du Cinéma et de l’image animée
(CNC).
la Nouvelle Vague. C’était Les Petites filles modèles, fidèle adaptation cultive volontiers un aspect documentaire. Il a envie d’aller plus loin. Il Créée par le Ministère de la Culture et de
de sa chère Comtesse de Ségur. Mais le tournage a été interrompu, met en place un dispositif encore plus souple que le Losange (la Com- la Communication, et forte de plus de 1000
et le négatif s’est perdu. Il n’a guère plus de chance en 1959 avec Le À partir d’un magnifique adhérents représentant les collectivités
pagnie Éric Rohmer). Et à soixante-cinq ans, il part sur les routes de
Signe du lion, un film que produit son ami Claude Chabrol mais qui fonds d’archives person- territoriales et l’ensemble des profession-
France, escorté d’une petite troupe juvénile et logeant chez l’habitant. nels impliqués dans la diffusion du film,
restera invisible pendant deux ans, faute de trouver un distributeur. nelles (mais aussi d’autres
Cela donnera un film qui ne ressemble à aucun autre, même si son l’Agence pour le Développement Régional
À la différence de ses condisciples des Cahiers (Truffaut ou Godard), sources, privées et publiques, du Cinéma (ADRC) remplit deux missions
thème est le plus banal qui soit (les vacances solitaires d’une secrétaire,
Rohmer n’arrive pas à imposer ses thèmes et son ainsi que d’une longue série complémentaires en faveur du pluralisme
qui cherche le prince charmant). L’originalité du Rayon vert, c’est et de la diversité cinématographique, en
style. Son tempérament, sa réticence à jouer au d’entretiens), ce livre propose lien étroit avec le Centre National du Ci-
que les répliques y sont quasiment improvisées. On y devine
metteur en scène l’inscrivent en porte-à-faux. la première biographie d’Éric néma et de l’image animée : le conseil et
un motif féerique venu de Jules Verne. On y entend, en
Deux événements vont pourtant lui permettre de Rohmer l’assistance pour la création et la moder-
sourdine, ce cri de la foi dans le désert qui aura traversé tout nisation des cinémas ; le financement et la
faire mentir cette fatalité. le cinéma de Rohmer, depuis À paraître : 3 janvier 2014, mise en place de circulations des œuvres
pour un meilleur accès aux films de tous
Le premier, c’est la rencontre d’un jeune homme l’éblouissement fondateur de Éditions Stock les cinémas, sur tous les territoires. De-
qui s’appelle Barbet Schroeder, et qui, fou d’ad- Stromboli. Mais ces obses- Maître de conférences
puis treize ans, l’ADRC œuvre également
pour une meilleure diffusion du patri-
miration pour son aîné, va remuer ciel et terre sions d’un auteur sont cachées à Paris-VIII, Noël Herpe moine cinématographique dans plus de
pour financer ses projets. Ensemble, ils créent mieux que jamais dans “la tex- a notamment coordon-
500 salles en France.
les Films du Losange, où les rejoindra à partir ture même du réel ”. Couronné né le recueil Rohmer ADRC
de 1975 Margaret Menegoz. En leur compagnie, Ma nuit chez par un Lion d’Or au festival de 58, rue Pierre Charron | 75008 Paris
Maud
et les Autres, un livre Tél.: 01 56 89 20 30 | www.adrc-asso.org
Rohmer expérimente une économie de production autonome, Venise, relayé par d’autres films d’entretiens sur Le
et la possibilité de travailler selon ses propres méthodes (c’est-à-dire en liberté (L’Arbre, le maire et la média- Celluloïd et le Marbre, Distribution
avec une équipe technique réduite au minimum). L’autre tournant dans thèque...), le pari rohmérien sur le cinéma et l’intégrale Rohmer LES FILMS DU LOSANGE
sa carrière, c’est son idée de rattacher ses films à un cycle : les Contes s’est vu justifié au centuple. en DVD/Blu-Ray (2013). 22, avenue Pierre Ier de Serbie
moraux, qui seront suivis des Comédies et Proverbes, puis des Contes 75116 Paris | 01 44 43 87 10
Et jusque dans son dernier et sublime Il a publié deux récits www.filmsdulosange.fr
des quatre saisons. Cette structure générique achève de faciliter les long métrage, Les Amours d’Astrée et de autobiographiques
financements. Elle maintient un lien régulier avec les spectateurs, qui Céladon (d’après Honoré d’Urfé), où se ré- remarqués, Journal en
sont de plus en plus nombreux dès la fin des années soixante. unissent sa veine littéraire et sa fantaisie ruines et Mes scènes
Plus secrètement, elle renvoie à une stratégie balzacienne, qui aspire à buissonnière. Comme s’il redéployait pour primitives (Gallimard),
répertorier et à montrer tous les états d’une société. Rohmer aura donc finir les représentations tâtonnantes de et un journal de tour- À l’occasion de la parution de la biogaphie consacrée à Eric Rohmer
ses scènes de la vie de province (Ma nuit chez Maud), et ses scènes de la son enfance. Ce pari, peut-on le résumer nage de son premier et de la rétrospective de ses films, l’ADRC propose des ren­contres-
vie parisienne (Les Nuits de la pleine lune). Il fixera des “types” emblé- en quelques mots ? Il consiste à ranimer film : C’est l’homme, débats avec Noël Herpe. Ces animations en salle de cinéma peuvent
Conception du document : ADRC (nov 2013)
matiques : La Collectionneuse, qui papillonne d’un homme à l’autre, les secrets perdus de l’imaginaire, en journal d’un film s’accompagner d’une séance de dédicaces en partenariat avec les Textes : Noël Herpe
ou bien celle qui rêve de convoler (Le Beau mariage). Il les regarde en fabriquant un langage cinématographique interdit (livre/DVD, le éditions Stock. Crédits photos : Les Films du Losange
Dessins : Nine Antico
homme du XIXème siècle mais les filme en cinéaste moderne, attentif à la au-delà de tout soupçon. Noël Herpe Bord de l’Eau, 2013). En savoir plus : patrimoine@adrc-asso.org Remerciements : Noël Herpe et Potemkine Films
L’ADRC, LES FILMS DU LOSANGE présentent

RÉTROSPECTIVE EN 6 FILMS
LA COLLECTIONNEUSE / MA NUIT CHEZ MAUD / LE GENOU DE CLAIRE
Dessin © NINE ANTICO / POTEMKINE FILMS

PERCEVAL LE GALLOIS / PAULINE À LA PLAGE / CONTE D’ÉTÉ


Restauration et numérisation
avec le soutien du